Journée mondiale de la Santé 2015:
le 7 avril 2015
Thème: la sécurité sanitaire des aliments  

 

le 7 avril 2015
Chaque année le 11 février, à l'occasion de la fête de Notre-Dame de Lourdes, l'Eglise catholique célèbre la Journée Mondiale du Malade. Dans le message qu'il a écrit pour la Journée Mondiale du Malade de cette année 2015, le pape François médite sur la "sagesse du cœur" qui est "un comportement inspiré par l’Esprit Saint dans l’esprit et le cœur de celui qui sait s’ouvrir à la souffrance des frères et reconnaît en eux l’image de Dieu."

La Journée mondiale de la Santé est célébrée chaque année le 7 avril, à la date anniversaire de la création de l’Organisation mondiale de la Santé en 1948. À cette occasion, l'OMS choisit de mettre en lumière un problème de santé mondial.
C'est un événement célébré dans tous les pays où chacun ­ des dirigeants au grand public ­ est invité à se pencher sur un problème de santé qui a des conséquences à l’échelle mondiale.
Cette journée, qui porte sur des questions nouvelles ou émergentes, est l’occasion de commencer à agir collectivement pour préserver la santé et le bien-être des populations et de rechercher des solutions valables pour nous tous.

La Journée mondiale de la Santé est célébrée chaque année le 7 avril, à la date anniversaire de la création de l’Organisation mondiale de la Santé en 1948. À cette occasion, l'OMS choisit de mettre en lumière un problème de santé mondial. Cette journée, qui porte sur des questions nouvelles ou émergentes, permet d'agir collectivement pour préserver la santé et le bien-être des populations et de rechercher des solutions valables pour nous tous.

La Journée mondiale de la Santé 2015 sera consacrée à
la sécurité sanitaire des aliments. 


.

Les aliments insalubres sont à l’origine, selon les estimations, de 2 millions de décès par an – dont de nombreux enfants. Les aliments contenant des bactéries, des virus, des parasites ou des substances chimiques sont responsables de plus de 200 maladies, allant de la diarrhée aux cancers.

De nouvelles menaces pour la sécurité sanitaire des aliments apparaissent sans cesse. Les changements qui interviennent dans la production, la distribution et la consommation des aliments, les changements environnementaux, les agents pathogènes nouveaux et émergents, la résistance aux antimicrobiens posent autant de problèmes aux systèmes nationaux de sécurité sanitaire des aliments. Le développement des voyages et du commerce accroît la probabilité d’une propagation internationale de la contamination.

Améliorer la sécurité sanitaire des aliments

Les approvisionnements alimentaires étant de plus en plus mondialisés, il apparaît de plus en plus clairement qu’il est nécessaire de renforcer les systèmes de sécurité sanitaire des aliments dans les pays et entre eux. C’est pourquoi, à l’occasion de la Journée mondiale de la Santé, le 7 avril 2015, l’OMS encourage les efforts visant à améliorer la sécurité sanitaire des aliments, de la ferme à l’assiette ( et à toutes les étapes intermédiaires).

L’OMS aide les pays à prévenir et détecter les flambées de maladies d’origine alimentaire et à y faire face, conformément au Codex alimentarius, qui rassemble des normes internationales, directives et codes de pratiques touchant à l’alimentation et couvre les principaux aliments et processus. Avec l’Organistion des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), l’OMS alerte les pays en cas d’urgence relative à la sécurité sanitaire des aliments à travers un réseau d’information international.

Cinq clefs pour des aliments plus sûrs

La sécurité sanitaire des aliments est une responsabilité partagée. Il est important de travailler sur toute la chaîne de production alimentaire – de l’agriculteur et du producteur au distributeur et au consommateur. Le manuel de l’OMS Cinq clefs pour des aliments plus sûrs contient, par exemple, des recommandations pratiques à l’intention des distributeurs et des consommateurs concernant la manipulation et la préparation des aliments.

La Journée mondiale de la Santé 2015 est l’occasion de sensibiliser les personnes travaillant dans différents secteurs gouvernementaux, les agriculteurs, les producteurs, les détaillants, les personnels de santé – et les consommateurs – à l’importance de la sécurité sanitaire des aliments, et au rôle que chacun peut jouer pour que nul ne puisse douter de la sécurité des aliments qu’il met dans son assiette.

Q: Que fait l'OMS pour aider les pays en développement à traiter les questions de sécurité sanitaire des aliments?

R: Au niveau de la production, du traitement, de la distribution et de la préparation des aliments, la tendance dans le monde évolue vers une demande accrue pour la recherche sur la sécurité sanitaire des aliments afin de garantir un approvisionnement plus sûr à l'échelle mondiale. L'OMS fait porter ses efforts sur l'ensemble de la chaîne de production, du producteur au consommateur, pour repérer les points où les contaminations se produisent le plus souvent et peuvent être évitées.

Afin de réduire la charge des maladies d'origine alimentaire, l'OMS collabore avec les pays pour établir ou renforcer les systèmes nationaux de sécurité sanitaire des aliments et leur permettre ainsi de gérer efficacement leur approvisionnement. Les axes principaux de son action sont les suivants :

Les maladies d’origine alimentaire sont une cause importante de morbidité. Des millions de personnes tombent malades et un grand nombre d’entre elles décèdent après avoir ingéré des aliments impropres à la consommation. Profondément préoccupés par ce problème, les États Membres de l’OMS ont adopté en 2000 une résolution reconnaissant que la sécurité sanitaire des aliments est un aspect essentiel de la santé publique.

La sécurité sanitaire des aliments englobe toutes les mesures destinées à proposer des aliments aussi sûrs que possible. Les politiques et les mesures appliquées en la matière doivent porter sur l’ensemble de la chaine alimentaire, de la production à la consommation.



Patrimoine mondial de l'humanité

Notre capital inaliénable le plus précieux est notre santé. Mais le constat mondial est alarmant : les pays en voie de développement ne bénéficient toujours pas des conditions de vie nécessaires au maintien d'une bonne santé. Les infrastructures sont déficientes et l'accès aux médicaments difficile, sans parler des trafics de médicaments frelatés...

Dans les pays dits développés, l'égalité devant la santé n'est pas non plus de mise. Si une majorité des citoyens de ces pays bénéficient d'infrastructures de santé performantes et accessibles, d'autres sont obligés de renoncer à certains soins, faute de pouvoir payer la mutuelle qui prendra en charge leurs dépenses.

Chaque année, le 7 avril, la Journée mondiale de la Santé est célébrée dans le monde entier. Ce jour là, sur toute la planète, des milliers de manifestations sont organisées pour souligner l'importance de la santé pour des vies productives et heureuses.

Réduire la mortalité infantile, améliorer la santé maternelle et combattre le VIH/sida, le paludisme et d'autres maladies sont parmi les objectifs du Millénaire pour le développement que tous les états membres de l'ONU se sont engagés à réaliser, d'ici à 2015.


 
Organisation mondiale de la Santé

Comme chaque année le 7 avril, des centaines d’organisations à travers le monde célèbrent la Journée mondiale de la Santé. Cette année est d’autant plus importante car, à cinq années de la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement, c’est dans le domaine de la santé que les retards se font les plus criants, en particulier sur l’OMD 5 : la santé maternelle. C’est pourquoi nous ferons entendre notre voix encore plus fort au cours de cette journée mondiale.
Suivez l’actualité de ce site pour savoir comment Oxfam France, Médecins du Monde, Action for Global Health et Avocats pour la santé dans le monde vont s’y prendre pour porter haut la voix  des mères en danger !
 
 


 

La Journée mondiale de la santé, qui commémore la fondation de l'OMS, est une journée phare pendant laquelle l'Organisation Mondiale de la Santé met l'accent sur des questions importantes de santé publique. Cette manifestation, instituée par la Première Assemblée mondiale de la santé en 1948, est organisée le 7 avril de chaque année depuis 1950. Cette année 2009, cette journée sera consacrée à la nécessité de protéger la santé des effets néfastes du changement climatique.
Le thème "protéger la santé face au changement climatique" met la santé au centre des discussions mondiales sur le changement climatique. À l'occasion de cette journée, et tout au long de l'année, l'OMS organise des manifestations internationales, régionales et locales consacrées à cette question. 

Rapport sur la santé dans le monde

Paru pour la première fois en 1995, le Rapport sur la santé dans le monde est la publication phare de l'OMS. Chaque année, tout en traitant d'un sujet en particulier, il présente un bilan rigoureux de la santé dans le monde assorti de statistiques sur tous les pays. Principalement conçu pour fournir aux pays, aux donateurs, aux organisations internationales et autres les informations dont ils ont besoin pour prendre des décisions de politique générale et de financement, il s'adresse aussi plus largement aux facultés, aux hôpitaux universitaires, aux écoles, ainsi qu'aux journalistes et au grand public, à tous ceux en somme qui, pour des raisons professionnelles ou personnelles, s'intéressent aux questions de santé de portée internationale.

Rapport actuel
Pourquoi un renouveau des soins de santé primaires (SSP) et pourquoi maintenant plus que jamais ? La réponse immédiate est apportée par la demande palpable des Etats Membres ? pas seulement des professionnels de la santé, mais des milieux politiques également. La mondialisation met à rude épreuve la cohésion sociale de nombreux pays, et les systèmes de santé, éléments clés de l’architecture des sociétés contemporaines, ne fonctionnent manifestement pas aussi bien qu’ils le pourraient et le devraient. Les populations manifestent de plus en plus d’impatience face à l’incapacité des systèmes de santé à assurer une couverture nationale répondant à des demandes précises et aux nouveaux besoins, ainsi qu’au fait que leurs prestations ne correspondent pas à leurs attentes. Que les systèmes de santé doivent relever mieux ? et plus rapidement ? les défis d’un monde en évolution, tout le monde en convient. Les SSP peuvent le faire.
 

Cette année la Journée mondiale de la Santé est consacrée à la sécurité des établissements de santé et à la préparation des soignants amenés à traiter les populations en situation d’urgence. Des manifestations sont organisées dans le monde entier pour évoquer les succès remportés, plaider en faveur de la conception et de la construction d’hôpitaux sûrs et créer un élan en faveur de la préparation aux situations d’urgence.
 
En cas de catastrophe, les établissements et les personnels de santé sont d’une importance vitale pour les plus vulnérables. Ils traitent les traumatismes, préviennent les maladies et répondent aux divers besoins sanitaires.
Les établissements de santé et les soignants sont essentiels pour assurer les soins de santé primaires de proximité. Ils offrent, au quotidien, des services qui ne doivent pas être suspendus en situation d’urgence, par exemple les accouchements, les vaccinations et le traitement des maladies chroniques. Bien souvent, en cas de catastrophe, les systèmes de santé déjà fragiles ne peuvent continuer à fonctionner, ce qui a des conséquences immédiates et à plus long terme pour la santé publique.


Les soins de santé primaires: maintenant plus que jamais

Pourquoi un renouveau des soins de santé primaires (SSP) et pourquoi maintenant plus que jamais ? La réponse immédiate est apportée par la demande palpable des États Membres ? pas seulement des professionnels de la santé, mais des milieux politiques également.
La mondialisation met à rude épreuve la cohésion sociale de nombreux pays, et les systèmes de santé, éléments clés de l’architecture des sociétés contemporaines, ne fonctionnent manifestement pas aussi bien qu’ils le pourraient et le devraient.
Les populations manifestent de plus en plus d’impatience face à l’incapacité des systèmes de santé à assurer une couverture nationale répondant à des demandes précises et aux nouveaux besoins, ainsi qu’au fait que leurs prestations ne correspondent pas à leurs attentes. Que les systèmes de santé doivent relever mieux ? et plus rapidement ? les défis d’un monde en évolution, tout le monde en convient. Les SSP peuvent le faire.


Prévention des maladies non transmissibles et promotion de la santé .
A l’occasion de la Journée mondiale de la Santé, l’OMS aimerait susciter un débat mondial sur la transition épidémiologique et la modification de la charge mondiale de morbidité et les facteurs qui expliquent ce phénomène. Dans la plupart des régions du monde, les maladies non transmissibles font maintenant l’objet d’une épidémie majeure. Cela est dû en partie à l’évolution rapide du mode de vie qui se traduit par une plus grande sédentarité, une modification des habitudes alimentaires et une plus forte consommation de tabac. Cette tendance se retrouve dans toutes les sociétés, riches ou pauvres, développées ou en développement.

La pauvreté, la violence, les changements sociaux et économiques rapides, le manque d’instruction, l’insuffisance ou l’absence totale de services de santé et le manque de direction politique claire, contribuent autant à l’augmentation des cas de cancer, de diabète ou de maladies cardio-vasculaires qu’à celle des cas de SIDA ou de paludisme. L’OMS estime que le moment est venu de faire porter le débat mondial autant sur la prévention que sur le traitement. Le fait de privilégier la prévention ne peut que bénéficier à l’ensemble de la communauté de la santé publique.

La sédentarité est une cause majeure de maladies cardio-vasculaires, de diabète et d’obésité. L’OMS estime qu’elle entraîne plus de 2 millions de décès par an. Il est probable qu’un tiers des cancers pourraient être évités par une alimentation saine, le maintien d’un poids normal et l’exercice physique tout au long de la vie. L’alliance d’une mauvaise alimentation, de la sédentarité et du tabagisme est considérée comme la cause de jusqu’à 80 % des cardiopathies coronariennes prématurées. Dans des pays aussi divers que la Chine, la Finlande ou les Etats-Unis d’Amérique, des études ont montré que les changements de mode de vie même relativement modestes suffisaient à prévenir l’apparition de pratiquement 60 % des cas de diabète de type 2.

Afin d’appeler l’attention des décideurs, des responsables de la santé publique et de la société civile sur ces problèmes, le Dr Gro Harlem Brundtland, Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé, a annoncé que la Journée mondiale de la Santé 2002 insisterait sur l’importance de la condition physique et d’un mode de vie sain. Les effets bénéfiques de l’exercice physique seront au centre des activités de la Journée mondiale de la Santé partout dans le monde.

L’exercice physique procure directement ou indirectement bon nombre d’avantages sur le plan de la santé. Il permet d’abaisser les taux de violence chez les jeunes, de promouvoir des modes de vie sans tabac et de réduire les autres comportements à risque tels que les rapports sexuels non protégés ou la consommation de drogues illicites. Il contribue également à lutter contre le sentiment d’isolement et de solitude chez les personnes âgées et améliore leur agilité physique et mentale.

La Journée mondiale de la Santé sera célébrée dans les milieux les plus divers ? de l’école au lieu de travail, des stades aux quartiers. La fraternité sportive internationale, représentée par la Fédération internationale de football association (FIFA) et le Comité international olympique (CIO), se sont déjà ralliés aux efforts de l’OMS, faisant de la Coupe du Monde 2002 au Japon et en Corée et des Jeux olympiques d’hiver à Salt Lake City des manifestations sans tabac visant à promouvoir la santé.

La principale ville organisatrice de la Journée mondiale de la Santé 2002 sera São Paulo, au Brésil ; le choix de cette ville a pour but d’illustrer la réussite du modèle AGITA SAO PAULO. Sous ce slogan, de nombreuses organisations sont déjà parvenues à mobiliser un grand nombre de jeunes et de moins jeunes pour les inciter à «bouger pour leur santé». Ce modèle a également inspiré le slogan de la Journée mondiale de la Santé 2002 : «Pour votre santé, bougez !». Les villes et les municipalités sont encouragées à se joindre à ce mouvement en faveur d’une vie saine en organisant leurs propres manifestations.


RETOUR INDEX:
 Santé.  //   Accueil

annuaire

Hit-Parade