“A la Pentecôte, fraises on goûte. A la Trinité, fraises au panier.”




Les fraises et votre santé

Le mot fraise vient du latin fragrum et signifie « parfum ». La fraise possède en effet un arôme et une saveur qu’on ne se lasse jamais de savourer. En confitures, dans les tartes ou les salades de fruits, accompagnées de champagne ou de crème, trempées dans le chocolat, macérées dans le vin rouge ou simplement nature, les fraises sont toujours délicieuses ! De plus, selon la variété, on a la chance d’en déguster tout l'été.

Gariguette, charlotte, ciflorette ou ronde… la fraise est un fruit délicat et savoureux. Poussant à l’état sauvage en Europe, en Asie et le long de la côte ouest américaine, elle est connue depuis l’Antiquité. Cultivée pour la première fois dans les potagers du Moyen Âge, elle devient un fruit très apprécié sur les tables de la Renaissance. Charnues, sucrées, acidulées, les fraises annoncent les beaux jours en apportant saveur et équilibre aux moments gourmands des petits et des grands. Cette semaine, nos chefs (www.ma-cuisine-ma-sante.com) vous ont concocté un menu « à la fraise ». Un délice !

Petite et rouge, la fraise a la caractéristique d’être en réalité un faux-fruit. Elle résulte du grossissement du réceptacle des pétales de la plante, qui prend une consistance charnue. Ce sont en réalité ses akènes, les petits points jaunes ou bruns sur sa peau, qui sont les vrais fruits du fraisier.

Pleine de nutriments essentiels, la fraise est un aliment riche et léger à la fois. Une portion de six fraises par exemple, suffit à couvrir les apports journaliers recommandés en vitamine C. « Elle regorge aussi de vitamines A et B, ainsi que de polyphénols, les ‘molécules santé du futur’ », indique Laurence Benedetti, micro-nutritionniste à Paris. Son apport en potassium, calcium, magnésium, fer et sa haute teneur en fibres favorise l’équilibre de l’organisme et le bon fonctionnement du transit intestinal.


Légère, la fraise

La fraise est d’autant plus savoureuse, que vous pouvez en abuser sans scrupule car elle fait partie des fruits les moins caloriques avec 36 calories aux 100 grammes. Bien que parfumée et sucrée en bouche, elle contient peu de glucides. Composée à 90% d’eau, elle convient à tous les régimes alimentaires.

Seule exception : les sujets prédisposés à l’apparition de phénomènes allergiques. En effet, la fraise fait partie des aliments « histamino-libérateurs ». Ainsi, en libérant de l’histamine dans l’organisme, elle peut provoquer une intoxication histaminique. Ce phénomène, qualifié de « fausse allergie alimentaire », est caractérisé par des troubles comme des rougeurs cutanées, des bouffées de chaleur, des démangeaisons…

En dessert le plus souvent, nature ou à la crème et au sucre, la fraise fait le régal de tous. Facile à déguster avec les doigts, elle se cuisine aussi en entrée avec du kiwi, de la truite fumée et des petits fromages frais. Et parfois même dans certains plats, comme des salades estivales. Mélangez-la par exemple avec de jeunes pousses d’épinards et de la féta. Frais et savoureux !



Les raisons de manger plus de fraises

Il est difficile de résister à la fraise, reconnue pour sa belle couleur rouge, son parfum délicat et son goût sucré. Ce fruit appartient à la grande famille des baies, groupe d’aliments considérés comme étant de puissants alliés dans la prévention du cancer. Les différentes variétés de fraises sur le marché proviennent autant de l’Europe, de l’Asie que des Amériques. Offertes en plusieurs variétés, les succulentes fraises du Québec sont disponibles du début juin à la mi-octobre.

Valeur nutritive

La fraise est non seulement délicieuse, mais elle mérite une place de choix dans votre alimentation car elle est une excellente source de vitamine C et une bonne source d’acide folique. En plus, la fraise possède des propriétés antioxydantes, qui contribuent à prévenir le développement de cancers. Ce fruit est également une source de fibre intéressante : pour une portion d’une demi-tasse (7 fraises moyennes), on retrouve 2 grammes de fibre.

Les plus de la fraise

Vous aimerez la fraise car :
Elle se déguste seule et s’apprête de mille et une façons;
Les fraises du Québec sont disponibles du début juin à la mi-octobre;
Les flavonoïdes présents dans les fraises peuvent diminuer le risque de souffrir d’athérosclérose, maladie où les artères sont obstruées par des dépôts de lipides;
Elle est riche en composés phénoliques qui ont un pouvoir antioxydant.

Voici quelques avantages médicinaux de fraises.

 La valeur nutritionnelle

La graisse et les calories de ce fruit sont faibles.
En retour, il est très riche en vitamine C, ce qui en fait un aliment indispensable pour les humains. Il contient beaucoup de fibres, excellent pour le nettoyage du côlon. Il a beaucoup de potassium et l’acide folique. Pour cette dernière raison, son utilisation est essentielle pour les femmes enceintes.

Antioxydants

Les antioxydants combattent les fraises usure du corps et faciliter les processus de récupération. Personnes souffrant d’arthrose et les problèmes rhumatoïde devraient consommer régulièrement et le contrôle de ces altérations.

Fraises aident à éliminer les radicaux libres, ce qui ralentit le vieillissement de l’organisme. Il a été constaté que les personnes âgées qui mangent des fraises souvent, ils apparaissent les rides, les cicatrices et les marques de la peau plus tard que ceux qui ne consomment pas.

Oméga 3

Ces baies sont riches en acides oméga 3, qui inhibe la production de cholestérol et la rétention de cette substance dans le foie.

Soins dentaires

Les fraises et les dents propres de blanchiment, mais aussi aider à maintenir la santé des gencives.

Conservation/utilisation/conseils pratiques

Fragiles, les fraises doivent être préférablement consommées le jour de l’achat. Sinon, conservez-les au réfrigérateur. Afin de maximiser leur saveur, il est recommandé de les sortir du réfrigérateur une heure avant de les servir. Au moment de les consommer, lavez les fraises avant de les équeuter pour éviter que l’eau s’infiltre et atténue leur saveur.

Pour étirer le plaisir tout au long de l’année, les fraises se congèlent très bien ; entières, équeutées et sans sucre ajouté. Tout d’abord, il suffit de les placer à plat sur une plaque à biscuit et de les congeler quelques heures. Ensuite, une fois qu’elles sont bien gelées, les placer dans des sacs de plastique pour congélation. Cette méthode vous permet de conserver les fruits intacts, sans qu’ils soient écrasés.

Réfrigérateur. Deux ou trois jours. Évitez de les entasser et ne les lavez qu'au moment de les servir. On doit les laver rapidement, en gardant leur pédoncule afin d'éviter qu'elles ne s'imbibent d'eau. On les égoutte, on les équeute et on les sert dans les plus brefs délais. Évitez également les emballages hermétiques, les fruits doivent respirer.

Congélateur. Lavez les fruits dans de l'eau glacée, équeutez-les, égouttez-les et placez-les sur une plaque en les espaçant. Congelez rapidement dans la partie la plus froide du congélateur. Enfermez-les ensuite dans un sac à congeler, idéalement en une seule couche. On peut également les rouler dans le sucre avant de les congeler de la même manière.
Pour décongeler, étalez-les en une seule couche sur une assiette et consommez-les dans les plus brefs délais.

À l’achat, privilégiez une fraise rouge, brillante, bien ferme et dépourvue de flétrissure ou de partie molle et brune.

Les fraises peuvent être consommées de plusieurs façons :
        Seules, qu’elles soient entières, coupées ou écrasées;
        Dans vos salades de légumes, vos brochettes de fruits, vos assiettes de hors-d’œuvre ou vos assiettes de fromages;
        Dans des laits frappés, des coulis, des compotes et des confitures;
        Dans les gâteaux, les crêpes, les gaufres, les muffins et les tartes. Avec des fraises fraîches, préparez un classique : un délicieux gâteau des anges recouvert de crème fouettée et de fraises.
    Pour faire ressortir la saveur des fraises, il est conseillé de les sortir du réfrigérateur environ une heure avant de les consommer.
    Lorsque vous lavez les fraises pour les consommer, gardez le pédoncule afin d’éviter qu’elles s’inhibent d’eau.
    Notez que les fraises sont fragiles et sensibles à la chaleur. Évitez le plus possible de les exposer au soleil et de les laisser à la température ambiante. Conservez-les plutôt au réfrigérateur de 2 à 3 jours. 
    Pour les conserver plus longtemps, entreposez-les au congélateur. Une fois qu’elles sont lavées, équeutées et séchées, il suffit de les étendre sur une plaque à biscuit et de la placer au congélateur. Une fois bien congelées, déposez les fraises dans un sac de congélation et remettez-les au congélateur. De cette façon, elles se conserveront jusqu’à 1 an.

Quand on cherche à perdre du poids, on s’interroge souvent sur les aliments qui font maigrir le plus vite. Hormis les légumes connus pour leurs pouvoirs amincissants, les fruits viennent bien souvent à notre esprit. On peut alors se demander quels sont les meilleurs fruits minceur et quels fruits manger pendant un régime pour accélérer la perte de poids? Vous allez découvrir ci-dessous une liste de 15 fruits à faible calories que vous pourrez consommer sans modération. Nous vous expliquerons comment les bienfaits et les vertus de ces fruits vous aideront à vous affiner rapidement.

Pourquoi les fraises font maigrir?

Beaucoup de personnes semblent étonnées que l’on puisse perdre du poids en mangeant des fraises. En effet, c’est un fruit que l’on associe souvent au sucre et à la crème chantilly, il est donc difficile de se détacher de cette image et de penser que c’est un fruit qui fait maigrir. Or, manger des fraises sans tous ces artifices peut aider à prévenir le gain de poids car elles facilitent une meilleure production des hormones responsables du contrôle du poids et du taux de glycémie. Par ailleurs, elles permettent de stimuler votre métabolisme et de limiter l’appétit.

Comment consommer vos fraises?

L’idéal est de  manger vos fraises crues avec un léger filet de jus de citron pour relever leur parfum ce qui vous fait en plus bénéficier des bienfaits de ces deux fruits.  Surtout pas de sucre ni de crème chantilly.

Le saviez-vous?

La fraise est considérée comme étant un faux-fruit. Celle-ci est en réalité un réceptacle floral charnu à maturité. Les véritables fruits sont les petits grains jaunes communément appelés akènes qui sont disposés régulièrement sur sa surface.

Mangez plus de fraises

Si vous n'êtes pas déjà amateur de fraises, vous devriez le devenir. Non seulement sont-elles juteuses, estivales et délicieuses, elles sont aussi à tous égards un aliment remarquable. Pleines d'éléments nutritifs et d'antioxydants (comme la vitamine C), la fraise offre une vaste gamme d'avantages santé dont certains peuvent vous surprendre. (Protection contre les rides ? Oui, bien sûr !) Voici 10 bonnes raisons de mettre plus de fraises à votre menu.

Elles augmentent l'immunité

«Les fraises sont une excellente source de vitamine C», assure la diététicienne autorisée Madeleine Edwards, installée à Toronto. La plupart des mammifères—sauf les humains—ont la capacité de produire naturellement de la vitamine C; voilà pourquoi il est si important pour nous d'en prendre quotidiennement. «Une portion de fraises renferme 51,5 mg de vitamine C—soit environ la moitié de vos besoins quotidiens, ajoute Madeleine Edwards. Doublez la portion et avec une tasse de fraises, vous comblez la totalité de vos besoins.» On sait que la vitamine C décuple l'immunité tout en étant un puissant antioxydant qui agit vite. Une étude de l'UCLA (Université de Californie à Los Angeles) menée en 2010 a révélé que le pouvoir antioxydant de la fraise devient «biodisponible» ou prêt à agir dans le sang après qu'on en a mangé pendant quelques semaines seulement.

Elles favorisent la santé des yeux

Les propriétés antioxydantes de la fraise peuvent aussi aider à prévenir la formation de la cataracte—opacité progressive du cristallin de l'œil—qui peut mener à la cécité au moment de la vieillesse. Nos yeux exigent de la vitamine C pour se protéger contre l'exposition aux radicaux libres émanant des rayons UV du soleil qui peuvent abîmer les protéines du cristallin. Elle joue également un rôle important dans le renforcement de la cornée et de la rétine de l'œil. Bien que de fortes doses de vitamine C puissent augmenter les risques de cataractes chez les femmes de plus de 65 ans, les chercheurs du Karolinska Institutet de Stockholm notent que ce risque est imputable à la vitamine C obtenue à partir de suppléments, et non celle fournie par des fruits et des légumes.

Elles aident à combattre le cancer

La vitamine C est l'un des antioxydants qui peuvent aider à prévenir le cancer, puisque le système immunitaire, quand il est en santé, est la meilleure défense de l'organisme. Un élément phytochimique, l'acide ellagique—également présent dans les fraises—en est un autre. «On a démontré que l'acide ellagique comporte des propriétés anticancéreuses et notamment celle de freiner la croissance des cellules cancéreuses, précise Madeleine Edwards. Les fraises renferment d'autres antioxydants comme la lutéine et la zéaxanthine. Les antioxydants sont des désactiveurs des radicaux libres qui neutralisent les effets potentiellement négatifs que ceux-ci peuvent avoir sur nos cellules», ajoute-t-elle. Le terme «radical libre» désigne des cellules endommagées qui peuvent affaiblir les cellules qui les entourent en tentant de se réparer elles-mêmes, activité qui peut engendrer des anomalies cellulaires et même le cancer.

Elles ont des effets antirides

La vitamine C que renferment les fraises est essentielle à la formation du collagène, substance favorable à l'élasticité et à la résilience de l'épiderme. Comme le vieillissement fait perdre du collagène, manger des aliments qui renferment de la vitamine C peut nous conserver une peau plus saine et d'apparence plus jeune. Mais la vitamine C n'est pas le seul antirides naturel présent dans les fraises. Des chercheurs de l'Université Hallym, en Corée du Sud, ont conclu que l'acide ellagique prévenait la destruction du collagène et l'effet inflammatoire—deux facteurs majeurs dans le développement des rides—après une exposition soutenue aux rayons UV-B néfastes pour l'épiderme.

Elles luttent contre le mauvais cholestérol

Selon la Fondation des maladies du cœur, les cardiopathies sont l'une des principales causes de décès chez les Canadiennes. Or, les fraises renferment un puissant stimulant de la santé cardiaque. «L'acide ellagique et les flavonoïdes— ou éléments phytochimiques—possèdent des effets antioxydants bénéfiques pour la santé du cœur, explique Madeleine Edwards. Par exemple, ils peuvent neutraliser les conséquences des lipoprotéines de basse densité ou LDL—le mauvais cholestérol sanguin—qui permet aux plaquettes de s'accumuler dans les artères. Autre avantage, ils ont un effet anti-inflammatoire qui est bon pour le cœur.» Des chercheurs du Clinical Nutrition and Risk Factor Modification Center de Toronto ont étudié les effets des fraises sur un régime hypocholestérolémiant et en ont conclu qu'en ajoutant des fraises à ce régime on réduisait les dommages causés par l'oxydation et les lipides sanguins—deux éléments impliqués dans les cardiopathies et le diabète.

Elles réduisent l'inflammation des articulations

Les antioxydants et les phytochimiques présents dans les fraises peuvent aider à réduire l'inflammation des articulations, source possible d'arthrite et de maladies cardiaques. Une étude de la Harvard School of Public Health révèle que les femmes qui mangent 16 fraises ou plus par semaine ont 14 p. 100 moins de risques d'avoir des taux élevés de protéine C réactive (CRP)—indice de la présence d'une inflammation dans l'organisme.

Elles régularisent la tension artérielle
Le potassium est un autre nutriment qui favorise la santé du cœur ; avec une teneur de 134 mg par portion, les fraises sont considérées comme une «source moyenne» de potassium selon les Services de santé de l'Alberta. Le potassium peut aider à régulariser la tension artérielle et peut même contribuer à faire baisser l'hypertension en agissant comme un tampon contre les effets négatifs du sodium. Étant donné leur effet sur la réduction du LDL, l'inflammation et l'hypertension artérielle, les fraises ont acquis la réputation d'être l'un des fruits les plus sains pour le cœur que vous puissiez manger.

Elles sont une source de fibres
Les fibres sont nécessaires à la bonne digestion et les fraises en renferment environ 2 g par portion. Parmi les troubles résultant d'un manque de fibres, il y a la constipation et la diverticulite—ou inflammation de l'intestin—dont souffrent environ 50 p. 100 des personnes de plus de 60 ans. Les fibres peuvent en outre aider à combattre le diabète de type 2. «Les fibres aident à ralentir l'absorption des sucres (comme le glucose) par le sang, déclare Madeleine Edwards. Voilà pourquoi les adultes qui souffrent de diabète peuvent manger des fraises—avec modération.»

Elles aident à maintenir un poids sain
Le maintien d'un poids correct est l'une des meilleures défenses contre le diabète de type 2 et la maladie cardiaque, sans parler du bien-être en général. «Dans les fraises, on trouve peu de calories (environ 28 par portion), aucun lipide et peu de sodium et de sucre, précise Madeleine Edwards. Elles renferment  des sucres naturels—mais leur teneur totale en sucres est assez basse, soit de 4 g par portion—et leur teneur totale en glucides est inférieure à ce qu'on trouve dans une demi-tranche de pain. Triplez votre portion à 1,5 tasse : vous aurez un goûter de moins de 100 calories—et bien meilleur à la santé que les goûters à 100 calories préemballés!»

Elles favorisent la santé prénatale
Le folate est une vitamine B recommandée aux femmes enceintes ou qui essaient de concevoir ; or, les fraises, qui en contiennent 21 µg par portion, en sont une bonne source. Le folate est nécessaire durant les premiers stades de la grossesse pour le développement du cerveau, du crâne et de la moelle épinière de l'enfant. L'acide folique présent dans les fraises peut aider à prévenir certaines malformations congénitales, comme le spina-bifida.



Que contient la fraise?

Composés phénoliques
 Les flavonoïdes sont les principaux composés phénoliques présents dans la fraise. Ils donnent la couleur rouge des fraises et sont parmi les composés qui contribuent le plus à sa capacité antioxydante9.Parmi les flavonoïdes, on retrouve les anthocyanines, qui auraient un effet protecteur contre le cancer. Ils inhiberaient également la croissance des cellules cancéreuses humaines du côlon, de la prostate et de la cavité orale. Cependant, il est à noter que les doses utilisées au cours de ces études sont supérieures à ce que l’on pourrait retrouver dans une portion « normale » de fraises.

La fraise est riche en acide ellagique, mais elle en contient moins que la framboise. L’acide ellagique est le principal constituant des ellagitanins, un composé phénolique de la famille des tannins. Il est reconnu pour ses propriétés antioxydantes et anticancer, de même que pour ses activités antimicrobiennes et antiviralesin vitro28. Chez l’humain, les effets bénéfiques de l’acide ellagique ne sont pas encore clairement établis et seraient possiblement atténués par son passage dans le système digestif.

La confiture de fraises, oui elle est antioxydante

La cuisson des fraises engendre une perte de 15 % à 20 % du contenu en flavonoïdes, ainsi qu’une perte des composés phénoliques et des anthocyanidines. Ces substances antioxydantes sont tout de même présentes dans la confiture de fraises14. Certains flavonoïdes et l’acide ellagique ne subissent pas de perte importante et pourraient même augmenter légèrement avec la durée de l’entreposage de la confiture, durant 3, 6 et 9 mois. Cet effet serait attribuable entre autres à la dégradation de la structure des cellules, permettant une extraction plus grande des flavonoïdes et à la présence du sucre qui pourrait avoir un effet protecteur sur ces antioxydants. La capacité antioxydante est donc finalement à peu près similaire dans la confiture et dans les fraises fraîches.

En cas de diverticulose, on peut consommer des fraises

On a longtemps cru que les personnes atteintes de diverticulose ne devaient pas consommer certains fruits (framboises, mûres, fraises...) de peur que leurs petites graines se logent dans les diverticules. Aucune étude clinique n’a toutefois été effectuée pour valider cette hypothèse. Selon un comité d’experts de l’American College of Gastroenterology, il ne serait pas nécessaire d'exclure ces aliments en cas de diverticulose. Par contre, chez certains individus, les petites graines de fruits peuvent irriter l’intestin. Il peut s’avérer judicieux pour ces personnes de consulter un diététiste-nutritionniste.

Vitamine C
La fraise est une excellente source de vitamine C.

Manganèse
La fraise est une bonne source de manganèse.


La petite histoire de la fraise

Le terme « fraise » est apparu dans la langue française au XIIe siècle. Il dérive du latin populaire fragra, qui a donné l'ancien français fraie. Fragra fait référence à la fragrance de cette baie que, paraît-il, les nez fins peuvent repérer à de très grandes distances.

Le fraisier est originaire à la fois d'Asie, d'Europe et d'Amérique. Sur ces trois continents, on en a dénombré environ 35 espèces qui témoignent de la diversité des climats où la plante s'est établie. Elle a vraisemblablement été répandue par les oiseaux qui n'avaient aucun mal à transporter sur de longues distances la petite baie chargée de ses minuscules graines. Nos ancêtres du Néolithique la consommaient et, 1 000 ans avant notre ère, les Romains la cultivaient dans leurs jardins. Toutefois, elle ne fera l'objet d'une véritable culture commerciale qu'à compter du XVe siècle. Les Anglais, puis les Hollandais améliorent alors les espèces sauvages qui poussent en abondance dans les bois environnants afin d’obtenir de plus gros fruits, notamment à partir de l'espèce F. vesca. Jusqu'au début du XVIIIe siècle, on cultivera principalement cette espèce dans les jardins européens.

Cependant, dès le XVIe siècle, on cultivera, à l'abri des murets des jardins botaniques, les plants d'une fraise à fruit plus gros et d'un rouge plus foncé (F. virginiana) que des explorateurs avaient rapportés du nord-est des États-Unis. Mais, il faudra attendre 200 ans encore avant que sa culture ne se répande réellement. Cela ne se produira qu’après qu’on ait amené d'Amérique une autre espèce (F. chiloensis) avec laquelle on la croisera.

C'est un espion français portant le nom prédestiné d'Amédée François Frézier, dont la mission consistait à « observer » les fortifications portuaires du Chili et du Pérou, qui la découvrira. Il avait remarqué que les Picunches et les Mapuches du Chili la cultivaient et consommaient son fruit à toutes les sauces : frais, séché ou transformé en un alcool qu'ils offraient aux visiteurs de marque. De cette union, consacrée en terre européenne, entre deux plantes d'origine américaine, naîtra une nouvelle espèce qui, très rapidement, fournira l'essentiel de la production mondiale de fraises. On l'appellera F. x ananassa (fraisier ananas) du fait de la saveur de son fruit, qui s'apparente à celle de l'ananas.

Toutefois, les Français sont restés attachés à leur petite fraise des bois qu'ils trouvent infiniment plus parfumée que la grosse hybride américaine. En saison, on peut la trouver sur les marchés locaux. On la cultive également dans les jardins familiaux. En Amérique, elle a aussi ses amateurs, qui sont de plus en plus nombreux à l'apprécier.



Jardinage biologique

Sauf la fraise des bois, qui peut se reproduire par les semences, on multiplie la plante par division des racines ou par enracinement des stolons (tiges rampantes qui produisent des racines de place en place). Achetez des plants certifiés exempts de virus. Conservez les plants au réfrigérateur jusqu'au moment de les mettre en terre.

Plantez dans une terre plutôt sablonneuse, mais riche en terreau, bien drainée et ensoleillée, si possible légèrement en pente. Évitez les parties basses du jardin, ou « trous de gelée », où les courants d'air froid se rassemblent. Choisissez un endroit qui, dans les 2 années précédentes, n'a pas reçu de tomates, de poivrons, de pommes de terre ou d’aubergines afin d'éviter les risques de maladies que le fraisier partage avec ces plantes.
pH : 5 à 7, mais idéalement 6 à 6,5.

Plantez en rangs simples ou en platebandes, en espaçant les plants de 45 cm à 60 cm pour les variétés à stolon, et de 30 cm pour les variétés alpines.

La première année, enlevez les fleurs pour favoriser l'établissement du plant et la croissance des stolons. Recouvrez de paille dès que ces derniers se sont enracinés.

La plante, qui a des racines superficielles, doit être irriguée régulièrement. Veillez tout particulièrement à arroser au moment de la plantation, au moment de la formation des stolons, durant la fructification et à la fin de l'été lorsque les bourgeons floraux qui donneront la récolte de l'année suivante se forment.

Éclaircissez les stolons enracinés de façon à ce qu'ils soient espacés de 15 cm. À partir de la mi-août, éliminez tous les nouveaux stolons.

Tard l'automne, quand le sol est gelé à une profondeur de 1,5 cm, paillez de nouveau pour protéger les plants du gel.

Bien qu'il s'agisse de vivaces, il est préférable de régénérer la plantation tous les 3 ou 4 ans, car son rendement diminue d'année en année.

À l'automne, coupez et éliminez les feuilles des plants afin de réduire les risques de maladie.

En cas de gel au moment de la floraison, protégez les plants avec un agrotextile, une vieille couverture ou tout autre matériel adéquat.

Certaines variétés remontantes se cultivent facilement sur un balcon en pleine ville. Des jarres percées de plusieurs ouvertures ou des sachets de plastique à suspendre, percés eux aussi, conviennent parfaitement à ce type de culture.

 
“La véritable discipline, c'est de ramasser des fraises sans en manger une seule.”




Retour à:
Sante  //  Index


 

Hit-Parade
 

annuaire