"Novembre"
"Mois du diabète"

  


Journée mondiale du diabète

14 novembre 2013
2013: L'Education et la Prévention du diabète

La Journée mondiale du diabète a pour but de mieux faire connaître cette maladie dans le monde – son ampleur mais aussi les moyens dont on dispose pour la prévenir. Instaurée par la Fédération mondiale du Diabète et l’OMS, cette journée est organisée le jour anniversaire de la naissance de Frederick Banting qui, avec Charles Best, a joué un rôle crucial dans la découverte de l’insuline, en 1922. Chez les diabétiques, cette hormone indispensable à la survie est aujourd’hui utilisée à des fins thérapeutiques.

L’OMS estimait à plus de 346 millions le nombre de diabétiques dans le monde. Si aucune mesure n’est prise, il est probable qu’il y en aura plus du double en 2030. Près de 80% des décès attribuables au diabète surviennent dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

La traversée du  Canada pour vaincre le diabète

Une traversée du Canada d’un océan à l’autre, d’Est en Ouest, à la course à pied et en solo. Un parcours de 7 500 kilomètres,  soit 180 marathons en neuf mois.

Propulsés par notre campagne de relations publiques, notre campagne multimédia et les valeurs universelles de détermination, coopération et solidarité mises en valeur par le projet, nous désirons inspirer une nation.

L’objectif de La Traversée est également d’inciter les trois millions de Canadiennes et Canadiens vivant avec le diabète à prendre le contrôle de leur maladie et à mener une vie active.


"Statistique dans le monde"
347 millions de personnes sont diabétiques dans le monde.

En 2004, on estimait que 3,4 millions de personnes étaient décédées des conséquences d'une glycémie élevée à jeun.
Plus de 80% des décès par diabète se produisent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire.
L’OMS prévoit qu’en 2030, le diabète sera la septième cause de décès dans le monde.
Un régime alimentaire sain, une activité physique régulière, le maintien d’un poids normal et l’arrêt du tabac permettent de prévenir ou de retarder l’apparition du diabète de type 2.


La Vérité sur le Diabète

Le Paradoxe du Diabète ou Nouvelle Arnaque dévoilée ?

Le diabète se caractérise par une hyperglycémie (taux de sucre élevé dans le sang).
Les traitements du diabète visent à diminuer la glycémie (taux de sucre dans le sang) par exemple par l’insuline…
L’hypoglycémie (donc un glucose sanguin abaissé) qui se produit chez un patient diabétique, est l’un des plus communs types d’hypoglycémie observés dans un service d’urgence ou un hôpital. En général, elle se produit lorsqu’un traitement hypoglycémiant (c’est-à-dire visant à abaisser la glycémie) s’avère excessif et entraîne une chute de la glycémie en-dessous de sa limite inférieure.
L’hyperglycémie n’est pas bonne pour la santé… mais l’hypoglycémie aussi :
- trouble brutal du comportement (colère brutale, comportement brutalement inadapté…) perte brutale de la capacité à exécuter une tâche
- trouble brutal de la vue de la parole, de la marche
- crise d’épilepsie
- immunodéficience c’est-à-dire une chute du système immunitaire
- au maximum perte de connaissance
- coma

Chez les diabétiques, pourtant très exposés à l’hypoglycémie par le traitement par l’insuline, la réalité de décès par hypoglycémie, même après injection de doses massives d’insuline, reste sujette à caution alors que pourtant les notices de toutes les insulines signalent ce danger. Le diagnostic d’hypoglycémie est souvent porté à tort chez des individus qui ont des symptômes bien peu spécifiques ou chez des individus qui ont des glycémies basses.
Mais sans symptôme particulier au moment du dosage. La seule preuve, parfois difficile à obtenir est la constatation simultanée des deux (symptômes et glycémie basse).
N’existe-t-il pas un autre moyen simple de lutter contre l’hyperglycémie ?
Si bien-sûre, mais ce n’est pas brevetable…
Lors du jeûne, la glycémie baisse, parfois considérablement…

Dans ce contexte, pourtant, cette baisse ne s’accompagne pas d’anomalie de fonctionnement du cerveau parce qu’un autre carburant que le glucose prend le relais pour assurer les besoins métaboliques du cerveau au cours du jeûne : les corps cétoniques (acétone, acétoacétate et bêta-hydroxybutyrate), produits par le foie à partir des acides gras des tissus graisseux.)
Le temps nécessaire à la mise en jeu de la production de corps cétoniques au cours du jeûne est très variable, moins d’une heure chez le nouveau né, quelques heures chez l’enfant, 24 heures chez l’adulte.
Le soleil fait baisser la glycémie…
Le sport fait aussi baisser la glycémie…

Le sport, le jeûne et le soleil ne sont pas brevetables !

Je trouve que le traitement quotidien de l’insuline est abusif sauf bien sûre pour les gourmands en effet quand un diabétique s’injecte de l’insuline alors que son taux de glucose est bas, je ne vous raconte pas les dégâts !

La gestion du diabète de type 2 par la médecine conventionnelle est un scandale total, disons même purement et simplement criminel.
Le diabète de type 2 est guérissable à 100% sans la prise du moindre médicament (sauf dans de rares cas de personnes âgées dont les capacités de guérison sont extrêmement altérées par des décennies d’abus).
Une activité physique régulière, l’élimination de tout les glucides simples et raffinés de la diète (pas de sucre ni pâte, ni riz, ni pomme de terre, remplacés par des légumes secs et fruits frais) permet la guérison de la plupart des patients. Une fois que les cellules ont recouvré leur sensibilité à l’insuline il est possible de réintroduire les féculents mais en quantité modérée.
L’organisme humain contrairement à la propagande officielle véhiculée par la pyramide alimentaire n’est pas adapté pour avoir une alimentation composée majoritairement de céréales. Si dans l’ancien temps les gens arrivaient à vivre en bonne santé avec une consommation importante d’aliments à base de céréales c’était pour 3 raisons: les céréales absorbés n’étaient pas autant raffinés qu’aujourd’hui, leur activité physique quotidienne était extrêmement importante, la consommation de sucre rapide était quasiment inexistante. Or aujourd’hui si l’on ajoute activité physique insuffisante, consommation massive de glucides raffinés simples ou complexe (pain blanc, riz blanc, sucre) et carence en aliments naturels sains à forte densité nutritionnelle (légumes frais riche en micronutriments) on obtient un cocktail explosif !

Le Dr. Scott Whitaker, auteur du best-seller MediSin a dit : « Sans aucun doute, avec une alimentation de qualité, incluant du chrome (GTF - facteur de tolérance au glucose), cela permettra d’éliminer le diabète dans les 6 semaines avec de l’huile de foie de morue et un régime qui a éliminé toutes les céréales transformées et les sucres raffinés ».

En effet le chrome est un oligo-élément essentiel à la santé humaine. Bien qu’on n’ait pas encore totalement élucidé son mode d’action, on sait qu’il augmente la sensibilité des tissus à l’insuline, ce qui contribue à normaliser et à stabiliser le taux de sucre dans le sang, ainsi qu’à réguler les taux d’insuline sanguins. Le chrome joue également un rôle dans le métabolisme des gras et des protéines, et favorise l’action de plusieurs enzymes nécessaires au fonctionnement de l’organisme.
L’agriculture intensive, le raffinage et la cuisson réduisent la teneur en chrome des aliments.

Les aliments les plus riches en chrome sont le foie de veau.
Le brocoli, les haricots verts, les pommes de terre, les céréales à grains entiers, le germe de blé, le gruyère, les prunes, les champignons, les asperges, les viandes et les jaunes d’œufs en contiennent aussi des quantités intéressantes.

Ce dogme est une poule aux œufs d’or pour l’industrie pharmaceutique aux dépends de la Vie et de la Santé.

Triste Réalité Cachée.

… Il faut transmettre le Savoir et la Vérité…
… La Vérité finit toujours par se Savoir…

DJAMELITO

(Mon grand-oncle (son âme repose en paix) qui était diabétique s’était fait amputer une jambe en rentrant de son pèlerinage (à la Mecque).
Mon interprétation personnelle : il a dû faire une hypoglycémie en effet le soleil fait baisser la glycémie, à cela il faut rajouter l’insuline injecté ! L’hypoglycémie a entrainé une chute du système immunitaire et donc infection du pied…)

Le Diabète peut se guérir.
Le diabète prélève une part toujours plus importante des budgets nationaux de la santé alors que le nombre de ceux qui en sont atteints augmente partout dans le monde. Or, en l’absence de prévention primaire, l’épidémie de diabète va continuer de s’étendre. Pire encore, d’après les projections, le diabète devrait devenir l’une des principales causes d’incapacités et de décès dans le monde d’ici les vingt-cinq prochaines années ! Il est donc Temps de rétablir la Vérité.


Comment réduire la charge de morbidité du diabète?

Les mesures ci-dessous devraient être accompagnées d’un régime alimentaire sain, de la pratique régulière d’une activité physique, du maintien d’un poids normal et de l’arrêt du tabac.

Prévention

On a montré que des mesures simples modifiant le mode de vie pouvaient être efficaces pour prévenir ou retarder le diabète de type 2. Pour prévenir ce diabète et ses complications,
les gens doivent:

parvenir à un poids corporel normal et le maintenir;
faire de l’exercice physique – au moins 30 minutes par jour d’une exercice régulier d’intensité modérée. Une activité physique plus intense est nécessaire pour perdre du poids;
avoir un régime alimentaire sain composé de trois à cinq fruits et légumes par jour et réduire l’apport en sucre et en graisses saturées;
arrêter le tabac – la cigarette augmente le risque de maladie cardio-vasculaire.

Pour se débarrasser du Diabète, il faut :

- Arrêter le traitement hypoglycémiant.
- Eliminer tous les aliments raffinés (pain blanc, pâtes, riz blanc, sucre… en effet ces deniers ont un index glycémique élevé) et tous les plats préparés industriels.
- Manger des légumes crues dans son alimentation pour au moins1 repas sur les 2 (par exemple une bonne salade, tomates, oignon, persil, ciboulette fraiche de votre jardin, carottes, choux rouges, radis, jeunes pousses d’épinards…).
- Avoir une activité physique régulière.

Pourquoi manger cru ? Lors d’une cuisson l’amidon se transforme en glucose par exemple mais il y a énormément de raisons…

Bref retrouver un régime d’avant

A ceux qui veulent essayer ce retour à un régime d’avant surtout il faut arrêter le traitement hypoglycémiant sinon vous feriez des hypoglycémies.

Ensuite quand vous apercevrez que votre taux de glycémie est stabilisé et redevenu à un taux normal vous pourrez réintroduire certains aliments mais tout en modérant !

Il faut savoir que des études ont été conduites au sein de populations sensibles en Chine : les modifications du mode de vie (régime alimentaire approprié et augmentation de l’activité physique, avec la baisse de poids qui en résulte), accompagnées de programmes éducatifs continuels, ont permis de réduire de près des deux tiers la progression vers le diabète au cours d’une période de six ans (moi je dirai carrément éradiquer le diabète). Ces mesures de prévention auront des effets qui iront bien au-delà du diabète : l’amélioration du régime alimentaire et l’activité physique quotidienne auront également des effets sur l’obésité, les maladies cardio-vasculaires et certains cancers.

Par contre les personnes qui sont dépendantes de l’alimentation actuelle c’est-à-dire les gourmands, doivent prendre un traitement.

Souvent beaucoup de diabétiques suivent un régime. Ensuite ils tombent dans le cercle de l’hypoglycémie. Pourquoi ? Tout simplement car les médecins ne leurs diront jamais d’arrêter le traitement hypoglycémiant.

Pourquoi ? À cause des pépites.
À qui profite le diabète ? À Big Pharma.

Qui payent ?

- En raison de sa chronicité, de la gravité de ses complications et des moyens qui doivent être mis en œuvre pour les combattre, le diabète est une maladie coûteuse, non seulement pour le malade et sa famille, mais aussi pour les autorités sanitaires.
- D’après des études en Inde, une famille indienne à faible revenu dont un membre adulte souffre de diabète consacre 25% de ses ressources à la prise en charge du malade. Aux Etats-Unis d’Amérique, ce chiffre est de 10% pour les familles ayant un enfant diabétique.
- Aux Etats-Unis d’Amérique, le total des dépenses de santé est trois fois plus élevé pour un diabétique que pour une personne qui ne souffre pas de cette maladie. On a calculé par exemple que, dans ce pays, le total des dépenses consacrées aux soins du diabète s’élevait à 44 milliards $$.
- Dans la Région du Pacifique occidental, une analyse récente des dépenses de santé a montré que 16 % des dépenses hospitalières étaient consacrées aux diabétiques. Dans la République des Iles Marshall, le chiffre correspondant est de 25 %. Fidji consacre aux complications du diabète 20 % de ses dépenses de santé à l’étranger, lorsque les possibilités de traitement n’existent pas dans le pays et que les patients sont obligés d’aller ailleurs. Le tout représente des sommes considérables pour des pays qui n’ont guère les moyens de faire des dépenses aussi massives sur des pathologies évitables.
- Les coûts du diabète, qui ne sont pas simplement d’ordre financier, pèsent sur tout à chacun et partout. Il y a aussi des coûts immatériels (douleur, anxiété, inconfort, diminution générale de la qualité de vie, etc.), les plus difficiles à quantifier, dont l’impact est profond sur la vie des diabétiques et de leur entourage.

Ce Protocole est sans Danger !
Avec ce protocole, on va être en carences en glucides ? FAUX car les glucides sont partout même dans les fruits et légumes !

La Journée mondiale du diabète a pour but de mieux faire connaître cette maladie dans le monde – son ampleur mais aussi les moyens dont on dispose pour la prévenir. Instaurée par la Fédération mondiale du Diabète et l’OMS, cette journée est organisée le jour anniversaire de la naissance de Frederick Banting qui, avec Charles Best, a joué un rôle crucial dans la découverte de l’insuline, en 1922. Chez les diabétiques, cette hormone indispensable à la survie est aujourd’hui utilisée à des fins thérapeutiques.

L’OMS estimait à plus de 346 millions le nombre de diabétiques dans le monde. Si aucune mesure n’est prise, il est probable qu’il y en aura plus du double en 2030. Près de 80% des décès attribuables au diabète surviennent dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

346 millions de personnes sont diabétiques dans le monde.
Plus de 80% des décès par diabète se produisent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire.
Le diabète pourrait devenir la 7e principale cause de décès dans le monde d’ici 2030.

Il existe deux formes principales de diabète.

Le diabète de type 1 est caractérisé par une absence de production d’insuline et le diabète de type 2 résulte de la mauvaise utilisation de l’insuline par l’organisme.

Le diabète gestationnel constitue un troisième type de diabète.

Celui-ci est caractérisé par une hyperglycémie, c’est-à-dire une élévation de la concentration de sucre dans le sang, apparue ou détectée pour la première fois pendant la grossesse.

Le diabète de type 2 est beaucoup plus répandu que le diabète de type 1.

Le diabète de type 2 représente près de 90% des diabètes dans le monde. Les rapports faisant état d’un diabète de type 2 chez les enfants – autrefois rares – sont de plus en plus nombreux. Dans certains pays, ce diabète représente près de la moitié des nouveaux cas diagnostiqués chez l’enfant et l’adolescent.

Une maladie cardio-vasculaire est à l’origine de 50 à 80% des décès chez les diabétiques.

Le diabète est devenu l’une des principales causes de maladie et de décès prématurés dans la plupart des pays, principalement du fait du risque accru de maladie cardiovasculaire.
Selon les estimations statistiques, le diabète a tué 3,4 millions de personnes en 2005

80% des décès dus au diabète se produisent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire.

Dans les pays développés, la plupart des diabétiques ont dépassé l’âge de la retraite, tandis que dans les pays en développement, les personnes les plus fréquemment touchées ont entre 35 et 64 ans.

Le diabète est une des principales causes de cécité, d’amputation et d’insuffisance rénale.

La méconnaissance du diabète, combinée à l’accès insuffisant aux services de santé et aux médicaments essentiels, peut entraîner des complications aboutissant à la cécité, à l’amputation et à l’insuffisance rénale.

Il est possible de prévenir le diabète de type 2.

Trente minutes d'activité physique modérée à intense presque tous les jours ainsi qu'une alimentation saine, contribuent à réduire drastiquement le risque de développer un diabète de type 2.

En revanche, le diabète de type 1 ne peut être évité.

Le thème de la Journée Mondiale du Diabète pour la période 2009 - 2013 est L'Education et la Prévention du Diabète". Le slogan de la campagne de 2009 est "Comprenez le diabète et prenez-en le contrôle". Le diabète peut être difficile et a un impact au quotidien sur la vie des 250 millions de personnes vivant avec le diabète dans le monde ainsi que leur famille. Etant donné que les personnes atteintes de diabète prennent en charge 95% de leurs soins, il est extrêmement important qu'elles reçoivent une éducation de qualité, adaptée à leurs besoins et prodiguée par des professionnels de la santé compétents. La FID estime que plus 300 millions de personnes dans le monde pourraient développer le diabète de type 2. Le diabète de type 2 peut être évité dans beaucoup de cas en aidant et encourageant les personnes à risque à surveiller leur poids et faire régulièrement de l'exercice. Les principaux messages de la campagne sont:
Connaître les risques et les signes précurseurs du diabète
 Savoir comment faire face au diabète et vers qui se tourner
 Savoir comment gérer le diabète et en prendre le contrôle

Où est-elle célébrée ?
La Journée Mondiale du Diabète est célébrée dans le monde entier par plus de 200 associations membres de la Fédération Internationale du Diabète dans plus de 160 pays, tous les États membres de l'Union européenne, ainsi que par d'autres associations et organisations, entreprises, professionnels de la santé et des personnes souffrant du diabète et leurs familles.

Comment est-elle célébrée ?
La communauté mondiale du diabète constituée des organisations membres de la Fédération Internationale du Diabète, des organisations consacrées au diabète, des ONG, des services sanitaires et des entreprises mettent sur pied un large éventail d'activités adaptées à différents publics. Les activités qui sont organisées chaque année sont les suivantes :

 des émissions de radio et de télévision
 des événements sportifs
 des dépistages gratuits pour le diabète et ses complications
 des réunions d'informations destinées au public
 des campagnes avec affiches et prospectus
 des ateliers et des expositions consacrés au diabète
 des conférences de presse
 des articles de quotidiens et de magazines
 des événements pour les enfants et les adolescents
 l'Illumination de monuments
 des cercles bleus humains
 des marches
 des courses
 des courses cyclistes
 des évènements politiques

Y a-t-il un thème ?
Chaque année, la Journée Mondiale du Diabète s'articule autour d'un thème précis en rapport avec le diabète. Le diabète et les droits de l'homme, le diabète et le style de vie et le coût du diabète figurent parmi les thèmes abordés précédemment. Les thèmes abordés récemment sont:
2005 : Diabète et soins des pieds
2006 : Le diabète chez les personnes défavorisées et vulnérables
2007-2008 : Le diabète chez les enfants et les adolescents
2009-2013: L'Education et la Prévention du diabète

L'initiative a été lancée par la Fédération Internationale du Diabète et l'Organisation Mondiale de la Santé en 1991, en réponse aux inquiétudes liées à l'incidence croissante du diabète dans le monde. En 2007 elle devint une des Journées Officielles des Nations Unies par l'adoption de la Résolution 61/255. La campagne sensibilise le public à l'importance du diabète. En 2009 nous entamons une campagne de 5 ans qui traitera du besoin croissant de programmes d'éducation et de prévention du diabète.
Instaurée par la Fédération mondiale du Diabète et l’OMS, cette Journée mondiale du diabète 2010 est organisée le jour anniversaire de la naissance de Frederick Banting qui, avec Charles Best, a joué un rôle crucial dans la découverte de l’insuline, en 1922. Chez les diabétiques, cette hormone indispensable à la survie est aujourd’hui utilisée à des fins thérapeutiques.
L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estimait à plus de 220 millions le nombre de diabétiques dans le monde. Si aucune mesure n’est prise, il est probable qu’il y en aura plus du double en 2030. Près de 80% des décès attribuables au diabète surviennent dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

l’Education et la Prévention du Diabète

Comprenez le Diabète et Prenez-en le Contrôle

Le thème de la Journée Mondiale du Diabète pour la période 2009-2013 est l’Education et la Prévention du Diabète. La campagne invite tous les acteurs du diabète à comprendre le diabète et en prendre le contrôle.

Pour les personnes atteintes de diabète, il s’agit d’un message d’émancipation par l’éducation. Pour les gouvernements, ce thème vise à l’implémentation de stratégies et politiques efficaces de prévention et de contrôle du diabète afin de préserver la santé de leurs citoyens atteints de diabète ou à risque. Pour les professionnels de la santé, il s’agit d’un appel à améliorer les connaissances afin que les recommandations ayant fait leurs preuves soient mises en pratique. Pour le public, il s’agit de comprendre l’importance de l’impact du diabète et, lorsque possible, d’éviter ou de retarder le diabète et ses complications.

Les principaux messages de la campagne sont:
Connaître les risques et les signes précurseurs du diabète.
 Savoir comment faire face au diabète et vers qui se tourner.
 Savoir comment gérer le diabète et en prendre le contrôle.
Les objectifs de la campagne
Les objectifs de la campagne 2009-2013 ont été influencés par le travail de la section consultative sur l'éducation au diabète et du groupe de travail sur l'épidémiologie et la prévention de la FID, ainsi que par le Plan d'action 2008-2013 pour la stratégie mondiale de prévention et de contrôle des maladies non transmissibles de l'Organisation mondiale de la santé (disponible en ligne en anglais sur le site www.who.int/nmh/en/).

La campagne de la Journée Mondiale 2009-2013 vise à:

 Encourager les gouvernements à mettre en oeuvre et renforcer leurs politiques de prévention et de contrôle du diabète et de ses complications.
 Diffuser des outils pour soutenir les initiatives nationales et locales de prévention et de gestion du diabète et de ses complications.
 Illustrer l'importance d’une éducation basée sur des données probantes afin de prévenir et gérer le diabète et ses complications.
 Faire prendre conscience des signes précurseurs de diabète et promouvoir des mesures pour encourager le diagnostic précoce.
 Sensibiliser et promouvoir des mesures visant à réduire les principaux facteurs de risque réversibles pour le diabète de type 2.
 Sensibiliser et promouvoir des mesures pour prévenir ou retarder les complications du diabète.
 

Le choix de la date...
La Journée Mondiale du Diabète est célébrée chaque année le 14 Novembre. Cette date a été choisie car c’est l’anniversaire de Frederick Banting qui, avec Charles Best, a pour premier développé la théorie à l’origine de la découverte de l’insuline en 1922.
Où est elle célébrée ?
La Journée Mondiale du Diabète est célébrée dans le monde entier par les 190 associations membres de la Fédération Internationale du Diabète (FID) dans 150 pays, ainsi que par d'autres associations, des prestataires de soins de santé, et des personnes avec un intérêt pour le diabète. Les associations membres de la FID organisent un grand nombre d’activités qui sont ciblées vers une variété de groupes, telles que : Emissions de radio et de télévision, Manifestations sportives, Tests de dépistage gratuits, Réunions d’information du public, Campagnes d’affichage (posters et dépliants), Ateliers et expositions sur le diabète, etc...

La Journée mondiale du diabète a pour but de mieux faire connaître cette maladie dans le monde ? son ampleur mais aussi les moyens dont on dispose pour la prévenir. Instaurée par la Fédération mondiale du Diabète et l’OMS, cette journée est organisée le jour anniversaire de la naissance de Frederick Banting qui, avec Charles Best, a joué un rôle crucial dans la découverte de l’insuline, en 1922. Chez les diabétiques, cette hormone indispensable à la survie est aujourd’hui utilisée à des fins thérapeutiques.
L’OMS estimait en 2005 à plus de 180 millions le nombre de diabétiques dans le monde. Si aucune mesure n’est prise, il est probable qu’il y en aura plus du double en 2030. Près de 80% des décès attribuables au diabète surviennent dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.
 L'année dernière, reconnaissant le caractère chronique et débilitant de la maladie et son coût, l'ONU a fait de la Journée du diabète une Journée officiellement célébrée par les Nations Unies. Lire la suite
Ce nouveau statut fait apparaître le diabète comme un important problème de santé publique mondiale, qui devrait d'urgence retenir l'attention des décideurs et des responsables de la santé partout dans le monde.

Unis pour le Diabète
La campagne Unis pour le Diabète a réuni la communauté du diabète et a abouti à l’obtention par les Nations unies d’une résolution sur le diabète.
Pourquoi le diabète?
Le diabète est un problème mondial ayant un impact au niveau humain, social et économique. A l’heure actuelle, plus de 250 millions de personnes vivent avec le diabète dans le monde. Chaque année 7 millions de personnes développent le diabète. Pourquoi une Résolution des Nations unies ?
Pourquoi une Résolution des Nations unies était-elle nécessaire?
Si les gouvernements commencent à promouvoir des stratégies à moindres coûts visant à modifier l’alimentation, susciter l’activité physique et modifier le style de vie, cette épidémie peut être arrêtée. Pourquoi était-il temps pour les gouvernements d’agir?
Plus de renseignements sur la campagne “Unis pour le Diabète”

 Support: comprend les kits de sensibilisation, le logo, les posters, des informations à télécharger utilisés lors de la campagne.
 Média: informations sur la Résolution des Nations Unies sur le diabète et sur la campagne “Unis pour le diabète” (kits de presse, communiqués de presse, contacts).

Le thème de la Journée mondiale du diabète est cette année le diabète chez les enfants et les adolescents. Ce thème a été choisi par la Fédération mondiale du diabète et l'OMS pour attirer l'attention sur le fait que le diabète est l'une des maladies chroniques les plus répandues chez l'enfant. Selon les estimations de la Fédération, le diabète de type 1 est en effet diagnostiqué chez environ 70 000 enfants de moins de 15 ans chaque année.
Le logo de la Journée Mondiale du Diabète
En 1996, un logo permanent a été dessiné pour créer une identité globale et puissante pour la Journée Mondiale du Diabète. Le logo combine l’équilibre et le travail d’équipe et est basé sur le symbole bien connu du Yin et du Yang. Un équilibre exact d’insuline, de médication, d’un régime alimentaire et d’activité physique est essentiel pour la gestion du diabète, tout comme la coopération entre les personnes atteintes de diabète, leurs amis et familles, les professionnels des soins de santé, et les autorités publiques.
Les thèmes retenus pour la journée du diabète
Chaque année la Journée Mondiale du Diabète est centrée sur une idée maîtresse, un thème qui fait l’objet d’une attention particulière. Les thèmes abordés dans le passé incluent le diabète et les droits de l’homme, les coûts du diabète, et le diabète et les modes de vie. Depuis 2001 une attention toute particulière a été consacrée aux complications du diabète affectant les reins, le coeur et les yeux. Les thèmes du passé, présent et futur sont: 

2007 Le diabète chez les enfants et adolescents
2006 Le diabète chez les plus démunis
2005 Diabète et soins des pieds
2004 Diabète et obésité
2003 Le diabète et les reins
2002 Le diabète et les yeux
2001 Le diabète et les maladies cardiovasculaires
2000 Diabète et modes de vie dans le nouveau millénaire
1999 Les coûts du diabète
1998 Diabète et droits humains
1997 La sensibilisation globale: la clé pour une vie meilleure
1996 L'insuline pour la vie!
1995 Le prix de l'ignorance
1994 Diabète et viellesse
1993 Grandir avec le diabète
1992 Diabète: une problème dans tous les pays et pour tous les ages
1991 Le diabète se fait connaître
 
Qu'est-ce que le diabète?

     Le diabète est une maladie qui touche de plus en plus de citoyens gaspésiens, québécois et canadiens.La prévalence de cette maladie sur la population mondeatteint actuellement 7% et pourrait
      facilement augmenter dans les 10 prochaines années à 10%.
 Le diabète peut se définir comme une perte de contrôle à la hausse deglycémie(sucre dans le sang).
      Chez l'être humain, une hormone est responsabd'empêcher la glycémie  des'élever dans lesang. Cette hormone s'appelle l'insuline.

             Chez les patients souffrant de diabète, deux situations peuvent se produire:

         1.L'insuline est produite par le pancréas. Ce dernier peut diminuer ou arrêter la production del'insuline.
Dans ces situations, la glycémie augmente et la maladie du diabète apparaît.
2.Dans d'autres situations, il s'agit d'une résistance à l'action de l'insuline au niveau cellulaire.
L'insuline est nécessaire pour faire entrer le sucre dans les cellules.
Cette résistance à l'action
          de l'insuline rend celle-ci moins efficace. Alors à ce moment, la glycémie monte et la maladiedu diabète apparaît.

‘‘Le pancréas‘‘
  Le sucre sanguin, soit le glucose, est une source principale d'énergie pour l'ensemble des cellules de
            l'organisme. Lorsqu'il augmente dans le sang, il devient moins disponible et cause ainsi une perted'énergie globale pour l'ensemble des cellules.

               Les symptômes du diabète peuvent se présenter de différentes façons: fatigue, difficulté de
   concentration, vision embrouillée, soif intense, miction fréquente, faim insatiablepossibilité de pertede poids, possibilité de faiblesse musculaire. Certainsde ces symptômes ou l'ensemble de cessymptômes sont présents chez les patients qui souffrent de diabète au début de la maladie.
   Cependant, certains diabétiques présentent peu de symptômes. La maladie est alors dépistée lors d'un prélèvement sanguin.

         IL EXISTE DIFFÉRENTS TYPES DE DIABÈTE: 

        Diabète de type 1: Diabète juvénile
    Le diabète de type 1 consiste en une perte de la production par des cellules particulières du pancréas
     (cellules Bêta ou cellules Langerhans) de l'hormone que l'on appelle l'insuline.L'âge du début peut varier de quelques mois de vie jusqu'à environ 35ans. Les causes de cette perte de productiond'insuline sont encore inexpliquées (virus ??, rejet, allergie). L'organisme du patient diabétique rejette
par la formation d'anticorps, les cellules qui sont capables de produire l'insuline
Lors de cette pertede capacité de production d'insuline, le patient présente les symptômes qui ont été nommés ci-haut.
Le diabète de type 1 représente 10% des patients diabétiques.

  Diabète de type 2: Diabète de l'adulte
Le diabète de type 2 ou le diabète de l'adulte est un diabète où la perte de contrôle à lahausse de laglycémie est souvent associée à de l'obésité avecprédominancefamilialeCe diabète résulte du
mélange d'une perte d'efficacité de l'insuline, et d'une baisse desécrétion de l'insuline qui s'installegraduellement. Lorsque ce phénomène se produit, les symptômes mentionnés ci-haut apparaissent.

 Diabète de type 3 (autres types):
Le diabète de type 3 est une maladie systémique autre qui apporte une destruction dupancréas. Cettepathologie peut être causée par des pancréatites chroniques,certaines réactions défavorables à desmédicaments ou à un défaut familial typique de certains récepteurs responsables de l'efficacité de
            l'insuline. Il faut noter que le diabète de type 3 est beaucoup plus rare.

1.Maladies génétiques:
  Défaut de fonction des cellules BêtasDéfaut de fonction de l'insuline
2.Maladies du pancréas:
Pancréatite chronique Fibrose kystique
Pancréatectomie post-traumatique. Hémochromatos.
Néoplasie du pancréas Pancréatopathie fibrocalculeuse
     3.Maladies endocriniennes associées au diabète:
AcromégalieHyperthyroïdie Syndrome Cushing
      Somatostatinome Glucagonome Aldostéronome Phéochromocytome
            4.Maladies postinfection:
Rubéole congénitale  Infection à cytomégalovirus
             5.Maladies associées aux médicaments:
                          Vacor  Diazoxides Pentamidine Agents bêta 2 antagonistes
                        Acide nicotiniqueThiazine GlucocorticoïdesDilantin
Hormones thyroïdiennes Interféron-alphaDiabètes gestionnels


           FACTEURS GÉNÉTIQUES
          Diabète de type 1

              Risque faible: 0,3 % de la population en général;
                 Risque accru lorsque l'un des parents est atteint du diabète du type I: père 6 %, mère 2 %;
           Risque accru lorsqu'un frère ou une soeur est atteint(e) du diabète du type I: 5 %;
            Risque accru lorsqu'un jumeau identique est atteint du diabète du type I: 34 %.

Diabète du type 2

              Risque très élevé: 5 % de la population en général, soit 1 personne sur 20;
            20 % des personnes de plus de 65 ans sont atteintes du diabète du type 2seule la moitiédes cas sont diagnostiqués;
             Risque accru lorsque l'un des parents est atteint du diabète du type 2
11,6 %, mère 13,%
    Risque accru lorsque les deux parents sont atteints du diabète de type 2: 28.1 %;
           Risque accru lorsqu'un jumeau identique est atteint du diabète de type 2: de 60 % à 80 %.


Diabète chez les personnes défavorisées et vulnérables
La campagne de la Journée Mondiale du Diabète est centrée
sur les communautés défavorisées et les groupes vulnérables.
Le slogan de notre campagne est :
Diabète : Tous différents tous égaux   Les principaux objectifs de la campagne 2006 sont :
Souligner que toute personne atteinte de diabète
ou potentiellement à risque mérite la meilleure qualité d’information, de prévention et de soins disponible.
Sensibiliser le public sur la problématique des communautés
et des groupes défavorisés ou vulnérables en termes d’accès
à l’information, à la prévention et aux soins en matière
de diabète.
Attirer l’attention des secteurs publics et privés sur le niveau insuffisant d’investissement en matière d’information, de prévention et de soins en matière de diabète.
Informer les personnes atteintes de diabète ou à risque sur les moyens d’éducation, de prévention et de soins disponibles.
Partager les expériences en matière d’information, de prévention et de soins visant les groupes défavorisés et vulnérables.
Publier de la documentation afin de promouvoir les campagnes de La Journée Mondiale du Diabète des différentes organisations à travers le monde. 

Soutenir la campagne Unis pour le diabète pour une Résolution sur le diabète auprès des Nations Unies. La campagne de La Journée Mondiale du Diabète 2006 marque la fin d’une première phase de coopération entre la FID et l’OMS sur le projet Diabetes Action Now. Elle coïncide également avec le 19e Congrès Mondial du Diabète qui se déroulera au Cap, en Afrique du Sud.
La campagne met l’accent sur les difficultés éprouvées par les communautés défavorisées et les groupes vulnérables,
dans les pays en voie de développement ainsi que dans les pays développés, à accéder à des soins de santé adéquats.
Ces personnes sont généralement en marge des systèmes de soins de santé, sont
mal informées ou n’ont pas accès aux services disponibles.
L’accès et la disponibilité de soins en matière de diabète pour les personnes défavorisées ou vulnérables varient selon
les régions. Dans certains pays, le manque d’infrastructure de soins ou l’isolement géographique est à l’origine de nombreux problèmes ; dans d’autres, il se peut que les assurances ne couvrent pas tous les citoyens ou que certains groupes, tels que les populations autochtones/ indigènes ou les populations immigrées, soient
moins susceptibles de recevoir les meilleurs soins disponibles en matière de diabète.  
Des organisations telles que la FID et ses associations membres, l’OMS, les gouvernements ainsi que les services de soins et d’aide sociale ont pour devoir de soulever ce problème à l’échelle mondiale et de trouver des solutions au niveau régional, national, et local.
Les activités de la campagne 2006 visent à souligner la nécessité de fournir des soins,des informations et une prévention appropriés
en matière de diabète aux communautés défavorisées et aux groupes vulnérables. Ces activités se dérouleront tout au long de l’année dans le cadre de « L’Année de la FID pour les personnes défavorisées et vulnérables. »
Défavorisé - une personne ou communauté ayant un accès difficile aux soins.
Vulnérable - une personne, une communauté, ou un groupe qui est, d’une manière ou d’une autre, plus susceptible
de développer le diabète ou est victime d’événements imprévus ayant une influence néfaste sur leur santé.
Les groupes visés sont les personnes économiquement défavorisées, les communautés d’immigrants, les minorités ethniques, les personnes isolées géographiquement, les personnes souffrant d’un handicap,
les populations indigènes, ainsi que les personnes âgées.

Personnes défavorisées économiquement
La FID estime que le nombre de personnes atteintes de diabète va augmenter et atteindre les 333 millions d’ici à 2025. Quatre-vingt
pour-cent de ces personnes seront issues de pays à bas et moyens revenus. Nombreux de ces pays n’ont pas - ou peu - accès
aux traitements salutaires et aux traitements capables de prévenir
le diabète.

Minorités ethniques
Les minorités ethniques sont
plus susceptibles de développer
le diabète que le reste
de la population. Quel que soit
le pays, des barrières telles
que la langue ou une forme
de discrimination isolent
ces communautés des soins
de santé.
Les communautés indigènes ou autochtones
Les populations indigènes représentent près de 375 millions de personnes dans le monde. Les communautés indigènes
telles que les Amérindiens, les habitants des îles Torres Strait,
les communautés Inuits, ou les Maoris de Nouvelle Zélande, sont gravement touchées par le diabète. Aux États-Unis, plus de 40 % des indiens Pima sont atteints de diabète de type 2. En Australie, on estime que le nombre d’indigènes adultes atteints de diabète de type 2 est jusqu’à quatre fois plus élevé que chez les Australiens d’origine européenne (10 fois plus élevé que le pourcentage national des personnes entre 25 et 50 ans). 

Les personnes âgées
La population mondiale vieillit. Le diabète et ses complications sont courants chez les personnes âgées.Dans les pays où les systèmes
de sécurité sociale sont peu développés, être âgé peut devenir
un véritable fardeau. Être âgé et diabétique devient un fardeau intolérable.

Mettre le diabète en lumière
L'initiative très populaire et réussie d'illumination des monuments en bleu continuera d'être un élément-clé de la campagne. Ces dernières années, plus de 1 000 monuments à travers le monde ont été illuminés en bleu pour le diabète et la Journée Mondiale du Diabète, mettant vraiment le diabète en lumière. Cette année, le lien entre les illuminations et le diabète sera renforcé, en encourageant la communauté mondiale du diabète à organiser toutes les activités de la Journée Mondiale du Diabète sur le terrain autour de ces monuments.

"Les illuminations en bleu jouent un rôle important dans notre message de sensibilisation et pour établir le cercle bleu comme le symbole mondial du diabète. Mais la Journée Mondiale du Diabète doit aussi être un catalyseur d'événements sur le terrain pour chacun d'entre nous", a déclaré Ann Keeling, la Directrice Exécutive de la FID.
La Journée Mondiale du Diabète peut être suivie en ligne sur: www.worlddiabetesday.org; www.twitter.com / JMD; Facebook- http://tiny.cc/9c82c; www.youtube.com / worlddiabetesday.


Nous soulignons aussi cette semaine le travail de la:
"CROIX-ROUGE"


"AINSI QUE LE TRAVAIL DE NOS MÉDECINS"


A la recherche des gènes du diabète
Y a-t-il des gènes responsables du diabète ? Comment faire pour les identifier ? La puce ADN et le modèle animal du rat diabétique pour enquête ! Ce poste va vous mettre sur la piste des empreintes génétiques d'un rat diabétique.
 
Voyage microscopique dans le pancréas
Ce parcours a pour but d’illustrer de manière simple la fonction du pancréas et en particulier celle de la cellule bêta, cellule productrice de l’insuline.
 
Comment fonctionne la cellule à insuline:
Comment la cellule du pancréas ouvre et ferme le robinet à insuline ? Quels sont les outils des chercheurs ? Nous utiliseront des cellules en culture pour voir de quelle façon le sucre est transformé en signaux libérant l'insuline. Nous verrons aussi les effets des graisses sur le fonctionnement de la cellule à insuline.
 


 
 

Retour index:
Santé  //  Accueil
Vous voulez envoyer cette page à un ami(e)?
cliquez ici:
 
 
 
 

Hit-Parade

annuaire