La COVID-19

 



En date du 29 janvier 2021:


- Les Canadiens qui ont des symptômes de la covid-19 ne pourront plus se déplacer en avion ou en train à l'intérieur du Canada, dès lundi midi. Les déplacements en autobus ne sont pas visés par la mesure annoncée en fin d'avant-midi par le PM Justin Trudeau, car les entreprises ne sont pas sous juridiction fédérale.

Mondial
114,347,007 2,536,274 89,869,399

Contaminations Décès Rétablissements
Canada

863,779

21,954

811,009
Province Contaminations Décès Rétablissements
Québec 287,003 10,385

268,645

Ontario 299,754

6,960

282,315
Alberta 132,788 1,877

126,406

Colombie-Britannique 79,262 1,355 73,188
Manitoba

31,809

893 29,708
Saskatchewan 28,506 385

26,573

Nouvelle-Écosse

1,638

65 1,534
Nouveau-Brunswick 1,430

26

1,362
Terre-Neuve-et-Labrador

408

4 388
Nunavut 356 1
335
Île-du-Prince-Édouard 120 0 114
Yukon 72
1 71
Territoires du Nord-Ouest 47 0 44
Canadiens rapatriés 0 0 76


La progression de l'infection dans le Monde

en date du 27 février


Lieux
Confirmés
Décès
Rétablis
États-Unis 28 761 741 515 138
 Inde 11 079 979 156 938 10 763 451
 Brésil 10 457 794 252 988 9 355 974
 Russie 4 234 720 85 743 3 799 406
 Royaume-Uni 4 170 519 122 705
 France 3 712 020 86 147
 Espagne 3 188 553 69 142
 Italie 2 888 923 97 227 2 387 032
 Turquie 2 683 971 28 432 2 556 785
 Allemagne 2 436 478 70 421 2 235 322
 Colombie 2 244 792 59 518 2 141 874
 Argentine 2 098 675 51 887 1 893 796
 Mexique 2 076 882 184 474 1 625 328
 Pologne 1 696 885 43 656 1 414 461
 Iran 1 615 184 59 899 1 379 922
 Afrique du Sud 1 510 778 49 784 1 426 417
 Ukraine 1 342 016 25 893 1 168 321
 Pérou 1 316 363 46 094 1 218 409
 Indonésie 1 329 074 35 981 1 136 054
 Tchéquie 1 227 595 20 194 1 064 022
 Pays-Bash 1 079 084 15 503
 Canada 861 472 21 915 809 039
 Portugal 803 844 16 276 717 313
 Chili 816 929 20 400 772 951
 Roumanie 799 164 20 287 738 569
 Belgique 766 654 22 034
 Israël 770 780 5 697 725 953
 Irak 688 698 13 365 630 178
 Suède 657 309 12 826
 Pakistan 578 797 12 837 544 406
 Philippines 574 247 12 289 524 865
 Suisse 554 932 9 271 317 600
 Bangladesh 545 424 8 395 495 498
 Maroc 482 994 8 608 468 387
 Autriche 454 860 8 515 427 257
 Serbie 456 450 4 429
 Japon 430 539 7 807 408 020
 Hongrie 424 130 14 902 319 691
 Arabie saoudite 376 723 6 483 367 691
 Émirats arabes unis 388 594 1 213 379 708
 Jordanie 383 912 4 650 343 840
 Liban 372 792 4 652 285 050
 Panama 339 781 5 820 324 836
 Slovaquie 306 268 7 075
 Biélorussie 285 959 1 966 276 234
 Géorgie 270 510 3 499 264 589
 Équateur 282 599 15 713 238 817
 Malaisie 298 315 1 121 270 166
 Croatie 242 617 5 511 233 890
 Bolivie 247 891 11 609 191 950
 Azerbaïdjan 233 770 3 209 228 299
 Bulgarie 245 647 10 128 203 494
 République dominicaine 238 205 3 082 189 163
 Tunisie 230 443 7 869 192 282
 Irlande 218 980 4 313
 Danemark 210 212 2 353 201 351
 Kazakhstan 211 212 2 540 195 121
 Costa Rica 204 341 2 800 177 099
 Lituanie 197 343 3 234 183 324
 Slovénie 185 013 3 784
 Koweït 189 890 1 089 178 197
 Égypte 181 241 10 590 139 927
 Grèce 186 469 6 410
 Moldavie 184 856 3 924 165 489
 Arménie 170 945 3 175 162 517
 Guatemala 173 814 6 348 160 756
 Honduras 168 911 4 117 65 873
 Qatar 163 197 257 153 219
 Éthiopie 157 047 2 340 134 561
 Nigeria 155 076 1 902 132 544
 Paraguay 157 603 3 152 131 461
 Birmanie 141 890 3 199 131 454
 Oman 140 588 1 562 131 684
 Venezuela 137 445 1 331 129 487
 Libye 130 212 2 116 116 120
 Bosnie-Herzégovine 130 979 5 071 115 847
 Bahreïn 121 127 442 113 799
 Algérie 111 917 2 961 77 076
 Kenya 105 648 1 854 86 609
 Macédoine du Nord 101 762 3 119 90 895
 Albanie 105 229 1 756 68 007
 Chine 89 877 4 636 84 997
 Kirghizistan 86 091 1 463 83 006
 Corée du Sud 89 321 1 595 80 333
 Ouzbékistan 79 749 622 78 252
 Lettonie 84 258 1 593 73 285
 Sri Lanka 82 890 464 78 373
 Ghana 82 586 594 76 573
 Zambie 78 202 1 081 73 609
 Monténégro 74 788 994 65 176
 Norvège 70 564 622 54 004
 Kosovo 65 982 1 571 57 941
 Singapour 59 890 29 59 746
 Salvador 59 866 1 841 55 312
 Afghanistan 55 680 2 438 49 281
 Luxembourg 54 971 634 51 290
 Estonie 64 399 584 49 709
 Finlande 57 052 742 31 000
 Mozambique 58 218 613 39 806
 Uruguay 56 542 601 49 012
 Ouganda 40 335 334 14 616
 Cuba 47 566 312 42 809
 Namibie 37 896 411 35 419
 Zimbabwe 35 994 1 458 32 455
 Chypre 33 391 230
 Côte d'Ivoire 32 026 186 30 589
 Sénégal 34 031 857 28 377
 Cameroun 33 749 523 31 362
 Soudan 28 025 1 864 22 606
 Australie 28 958 909 25 486
 Malawi 31 675 1 037 18 183
 Thaïlande 25 881 83 25 022
 Botswana 25 392 300 22 773
 République démocratique du Congo 25 144 700 16 135
 Angola 20 478 498 18 991
 Malte 22 219 313 19 255
 Madagascar 19 831 297 19 296
 Jamaïque 22 265 409 13 165
 Maldives 19 162 60 16 646
 Rwanda 18 553 258 17 279
 Mauritanie 17 071 433 16 361
 Eswatini 16 972 650 14 241
 Syrie 15 282 1 004 9 389
 Cap-Vert 15 253 146 14 754
 Guinée 15 216 86 14 648
 Tadjikistan 13 308 90 13 218
 Gabon 14 234 80 12 846
 Belize 12 244 314 11 749
 Haïti 12 352 247 9 536
 Burkina Faso 11 797 139 11 140
 Hong Kong 10 984 198 10 519
 Andorre 10 799 110 10 356
 Lesotho 10 467 288 3 418
 Suriname 8 913 170 8 391
 République du Congo 8 820 128 5 846
 Bahamas 8 403 179 7 148
 Mali 8 222 340 6 154
 Guyana 8 452 190 7 808
 Trinité-et-Tobago 7 682 139 7 411
 Nicaragua 6 398 172 4 225
 Islande 6 049 29 6 006
 Djibouti 5 967 63 5 854
 Togo 6 730 82 5 522
 Guinée équatoriale 6 005 91 5 622
 Somalie 6 991 231 3 787
 République centrafricaine 4 997 63 1 924
 Soudan du Sud 7 098 87 4 014
 Niger 4 695 169 4 152
 Bénin 5 634 70 4 248
 Gambie 4 640 147 4 089
 Sierra Leone 3 887 79 2 621
 Tchad 3 776 132 3 246
 Comores 3 490 143 3 059
 Saint-Marin 3 538 73 3 168
 Guinée-Bissau 3 215 48 2 426
 Liechtenstein 2 566 54 2 484
 Sainte-Lucie 3 149 34 2 879
 Yémen 2 436 660 1 580
 Érythrée 2 326 7 1 719
 Nouvelle-Zélande 2 307 25 2 210
 Mongolie 2 697 4 1 933
 Viêt Nam 2 432 35 1 844
 Libéria 1 988 85 1 856
 Burundi 1 797 3 773
 Seychelles 2 464 11 1 940
 Monaco 1 932 23 1 690
 Sao Tomé-et-Principe 1 745 28 1 336
 Taïwan 954 9 917
 Papouasie-Nouvelle-Guinée 955 10 846
 Bhoutan 867 1 862
 Diamond Princess 712 14 653
 Maurice 603 10 556
 Cambodge 766 0 477
 Antigua-et-Barbuda 701 14 271
 Barbade 236 7 218
 Brunei 185 3 181
 Grenade 148 1 146
 Dominique 121 0 110
 Saint-Vincent-et-les-Grenadines 98 0 81
 Timor oriental 103 0 81
 Fidji 59 2 54
 Macao 48 0 46
 Laos 45 0 42
 Saint-Christophe-et-Niévès 41 0 40
 Vatican 29 0 27
 Sahara Occidental 28 2 26
 Îles Salomon 13 0 4
 MS Zaandam 13 4
 Îles Marshall 2 0 0
 Samoa 2 0 2
 États fédérés de Micronésie 1 0 0
 Vanuatu 1 0 1
 Tanzanie


L’Europe, avec 12,6 millions de cas confirmés (pour plus de 305 000 décès), est la région du monde la plus touchée, devant l’Amérique latine et les Caraïbes (11,6 millions de cas, 411 000 décès) et l’Asie (11 millions de cas, près de 177 000 décès). 

Ces sept derniers jours, les pays d’Europe ayant enregistré le plus de nouvelles infections sont la France (381 000 nouveaux cas), l’Italie (223 000), le Royaume-Uni (160 000), la Pologne (159 000) et l’Espagne (143 000).

Les États-Unis, où l’épidémie n’a connu qu’une légère accalmie cet été, le nombre de contaminations quotidiennement recensées a dépassé, ces derniers jours, le seuil des 100 000 cas. Le pays s’approche des 10 millions de cas confirmés au total (pour plus de 237 100 morts), soit un cinquième de tous les cas recensés dans le monde. Et le nombre de cas positifs continue de grimper, avec une augmentation de 36% des nouvelles infections détectées en une semaine (738 000) par rapport à la précédente (542 000).

Derrière l’Europe, les régions les plus touchées en nombre total de cas détectés sont l’Amérique latine et les Caraïbes (11,6 millions de cas, 411 700 décès), l’Asie (11 millions, 176 600), les États-Unis et le Canada (10,1 millions, 247 600). Suivent le Moyen-Orient (2,7 millions de cas, 64 500 décès), l’Afrique (1,9 million, 44 800) et l’Océanie (près de 30 000 cas, 941 morts).


La récupération estivale a fait long feu. Près de quatre PME sur dix perdent de l’argent chaque jour, et la deuxième vague est venue faire chuter la confiance en octobre.
Même pas remises des restrictions ayant accompagné l’éclosion printanière de la pandémie, les PME sont confrontées à une deuxième vague provoquant une érosion de leur chiffre d’affaires. Selon un sondage de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), 51 % des PME du Canada ont déclaré encaisser une nouvelle chute de leurs ventes. « Dans certaines régions soumises à de nouvelles restrictions, comme Winnipeg et Toronto, la situation donne encore plus le vertige avec 70 % des propriétaires d’entreprise qui affirment que leurs ventes ont chuté en raison de la deuxième vague », peut-on lire. Cette proportion atteint 61 % à Québec, 57 % à Montréal et 53 % à Gatineau.

Pire, 37 % disent perdre de l’argent chaque jour qu’elles sont ouvertes. Dans les grandes villes québécoises, ce pourcentage oscille autour de 45.

« Nul n’est épargné. Les entreprises des secteurs de l’hébergement et de la restauration (76 %) ainsi que celles des arts et loisirs (69 %) sont plus susceptibles que les autres de connaître une baisse de leurs ventes […] Mais même les entreprises œuvrant dans des secteurs qui n’ont pas été soumis à de nouvelles restrictions ont vu leurs ventes chuter ces derniers temps », indique la FCEI.

Il en résulte une chute notoire du niveau de confiance. L’indice du Baromètre des affaires de la FCEI a perdu 5,9 points, à 53,3 en octobre. Une lecture au-dessus de 50 indique que les propriétaires d’entreprise prévoient une amélioration de leurs résultats financiers sur un an, mais « lorsque l’indice tourne autour de 65, cela signifie normalement que l’économie atteint son plein potentiel », explique la Fédération. Cette baisse du moral est généralisée mais se ressent davantage au Québec, qui occupe une autre fois le dernier rang, avec un indice passant de 45,2 à 42,2.
 
« L’augmentation des cas de COVID-19 est source d’anxiété pour les propriétaires de PME, en particulier dans certaines régions où de nouvelles restrictions ont été imposées aux entreprises du secteur de l’hébergement et de la restauration, par exemple. Mais il faut dire ce qui est : ce déclin de l’optimisme est généralisé », souligne la FCEI. « Il touche 10 des 13 secteurs couverts par le sondage », ajoute Ksenia Bushmeneva, économiste à la TD.

Les plans d’embauche s’en ressentent, 28 % des propriétaires de PME prévoient de réduire leurs effectifs à temps plein au cours des trois prochains mois, contre 12 % seulement envisageant l’embauche. Au total, 27 % des chefs de PME estiment que leur entreprise se porte mal, contre 31 % affirmant le contraire. « Il est intéressant, ici, d’observer que la proportion d’entreprises se déclarant en bonne santé augmente par rapport au 28 % du sondage du mois précédent. Et qu’elle surpasse celle se disant en mauvaise posture pour la première fois depuis le début de la récupération économique, retient l’économiste de la TD. Mais cette dernière proportion demeure élevée, à près du double au-dessus de la moyenne de 2019. »

Le premier sondage a été réalisé le 22 octobre en ligne auprès de 3901 membres FCEI. Pour un échantillon probabiliste ayant un nombre égal de répondants, la marge d’erreur serait de plus ou moins 1,6 point de pourcentage, 19 fois sur 20. L’indice Baromètre des affaires s’appuie sur 1151 réponses recueillies auprès d’un échantillon aléatoire stratifié de membres de la FCEI. Les résultats sont exacts à plus ou moins 2,9 points de pourcentage, 19 fois sur 20.

Le nombre de nouveaux cas de COVID-19 dans le monde augmente plus vite que jamais

Dans les pays où les données s'améliorent, la plus grande menace est maintenant la complaisance, prévient l'OMS.
Alors que certains pays, comme le Canada, constatent une diminution du nombre de cas de COVID-19 et ont commencé leur déconfinement, le nombre de nouveaux cas par jour n’a jamais été aussi élevé à travers le monde depuis le début de la pandémie.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a lancé un avertissement cette semaine : la pandémie est loin d’être terminée et la hausse du nombre de nouveaux cas quotidiens est inquiétante à plusieurs endroits.

"Ce n'est pas le moment pour les pays de mettre un frein", a averti Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS

lors d'une conférence de presse à Genève.





Les Canadiens devront faire une croix sur des vacances dans les populaires destinations soleil pour trois mois, et ceux qui voyageront vers d'autres endroits feront face à des mesures plus sévères à leur retour au pays, a annoncé vendredi Justin Trudeau.
En conférence de presse, le premier ministre canadien a affirmé que le problème des vacanciers sera en partie réglé à la source, puisque Sunwing, Air Canada, WestJet et Air Transat ont accepté de suspendre tous leurs vols vers les Caraïbes et le Mexique dès dimanche, et ce, jusqu'au 30 avril.

Tous les voyageurs arrivant d'autres destinations internationales devront pour leur part se soumettre prochainement à un test obligatoire de dépistage de la COVID-19 à leur arrivée dans l'un ou l'autre des aéroports qui peuvent toujours les accueillir, soit ceux de Vancouver, Toronto, Calgary et Montréal.

En attendant le résultat de ce test PCR, ces voyageurs devront être hébergés dans l'un ou l'autre des hôtels désignés par le gouvernement. Le coût du test, qui sera effectué par une compagnie privée, et celui de ces deux ou trois jours d'hébergement seront assumés par les voyageurs. Ils sont estimés à 2000 $, a avancé M. Trudeau.

Les voyageurs dont le test sera négatif pourront poursuivre leur quarantaine à leur domicile, mais seront soumis à une «surveillance accrue» du gouvernement fédéral, a ajouté le premier ministre.

Ceux dont le test est positif devront poursuivre leur quarantaine dans un centre de la santé publique, aux frais du gouvernement cette fois, «pour s’assurer qu’ils ne sont pas porteurs d’un nouveau variant du virus».
Des mesures supplémentaires

Le ministre fédéral de la Sécurité publique et de la Protection civile, Bill Blair, souligne que les coûts de la quarantaine dépassent les simples dépenses d’hébergement habituelles.

«Il y aura des coûts pour protéger les gens qui travaillent dans ces hôtels, a-t-il précisé. Il y aura aussi des mesures de sécurité, de santé et il faut penser au transport.»

Le premier ministre n'a cependant pas été en mesure de dire à partir de quelle date ce test obligatoire au retour d'un voyage à l'étranger sera exigé. Cela se fera «le plus vite possible en février», a-t-il indiqué.

Ce test s'ajoute au test de dépistage obligatoire exigé à l'embarquement depuis quelques semaines. Ce premier test doit être effectué au plus tard 72 heures avant l'embarquement.


1. Qu’est-ce que la COVID-19?

C’est une maladie infectieuse causée par le coronavirus SRAS-CoV-2 apparu en Chine en décembre dernier et qui se répand actuellement à l’échelle planétaire.
2. Quels sont les risques de contracter le virus?

À l’heure actuelle, le gouvernement canadien évalue le risque comme étant faible au pays, mais affirme que la situation peut changer soudainement.

3. Comment se transmet le virus?

Le SRAS-CoV-2 se transmet d’une personne à l’autre par le biais des gouttelettes expulsées par le nez ou par la bouche lorsqu’une personne infectée tousse, éternue ou postillonne.

Ces gouttelettes se déposent ensuite sur des objets ou des surfaces autour de la personne. Il est alors possible de contracter le virus si on touche ces objets ou ces surfaces.

Une personne peut aussi attraper le virus directement des gouttelettes qu’une personne malade expulse lorsqu’elle tousse.

4. Quels sont les symptômes de la maladie?

Les mêmes que la plupart des cas de grippe saisonnière : de la fatigue, de la fièvre, de la toux, des douleurs musculaires, un essoufflement et des difficultés respiratoires.

Certaines personnes ont aussi une congestion nasale, des maux de gorge ou une diarrhée.

5. Peut-il y avoir des complications?

Le virus est bénin dans environ 80 % des cas, et les personnes infectées ne présentent aucun symptôme et se sentent bien. Elles guérissent sans traitement particulier.

Environ une personne sur cinq a cependant des symptômes qui nécessitent une hospitalisation.

Dans les cas les plus graves, l'infection peut provoquer une pneumonie, un syndrome respiratoire aigu sévère, une insuffisance rénale, et même la mort.

6. Quelles sont les personnes les plus à risque?

Habituellement, les effets de ce type de virus sont plus graves chez les personnes les plus fragiles, comme les jeunes enfants et les personnes âgées.

Or, pour une raison encore mal expliquée, les enfants développent peu de symptômes lorsqu’ils sont infectés par le coronavirus.

Ce sont donc les personnes âgées, et particulièrement celles qui sont fragilisées par d’autres maladies chroniques (hypertension artérielle, problèmes cardiaques ou diabète), qui présentent des symptômes graves.


7. Quelles sont les règles à suivre pour prévenir une infection?

Se laver les mains régulièrement pendant au moins 20 secondes avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon. C’est le meilleur moyen de tuer le virus s’il est présent sur vos mains.

Éviter les contacts étroits avec toute personne présentant des symptômes de maladie respiratoire tels que la toux et les éternuements.

Il faut garder une distance d’au moins un mètre avec les autres personnes qui toussent ou qui éternuent pour ne pas être en contact avec les petites gouttelettes qui peuvent contenir le virus.

Lorsque vous toussez ou éternuez, vous devez également vous couvrir la bouche et le nez avec le pli du coude. Si vous vous mouchez, jetez immédiatement le mouchoir.

Il faut aussi éviter de vous toucher les yeux, le nez et la bouche. Les mains sont continuellement en contact avec plusieurs surfaces qui peuvent être contaminées par le virus. Elles représentent donc la meilleure façon pour le virus d’entrer dans votre organisme.

Quels sont les effets de la COVID-19 sur la santé ?

Chez la majorité des gens, la COVID-19 ressemblera à une grippe dont on se remet généralement bien. Dans la plupart des cas, le virus s’attaque aux poumons. Des radiographies pulmonaires effectuées sur des personnes infectées montrent des taches blanches correspondant à des lésions, qui se résorberont si les patients n’ont pas eu besoin de soins trop invasifs. Par contre, les personnes qui souffriront d’un syndrome respiratoire aigu sévère nécessitant des soins intensifs, dont une mise sous respirateur mécanique, courent le risque de garder des séquelles pulmonaires qui peuvent prendre la forme d’un tissu cicatriciel, appelé fibrose pulmonaire, qui réduira la capacité respiratoire de la personne, qui souffrira alors d’une insuffisance respiratoire chronique.
 
Aussi, en réponse aux virus qui agressent les poumons, l’organisme peut déclencher une réaction inflammatoire, qui en principe devrait être salutaire, mais qui dans les cas graves de COVID-19 s’emballe et en vient à détruire la membrane des alvéoles où s’effectuent les échanges gazeux avec le sang, diminuant ainsi l’oxygénation du sang.
 
Cette réaction inflammatoire incontrôlée induit aussi une plus grande coagulation du sang, avec pour conséquence la formation de caillots dans les vaisseaux sanguins un peu partout dans l’organisme. Ces caillots peuvent ainsi interrompre l’irrigation et, de ce fait, l’oxygénation de certains organes, comme les reins, le foie, le cerveau ou le cœur. Ces multiples thromboses sont souvent la cause du décès.





Pour ceux qui ne se sentent pas bien, prenez des Tylénol et non de l'Advil

Ces règles de base pour contenir l’infection doivent également être suivies par les enfants.

Rappelez-vous, c’était il y a à peine deux semaines. Le coronavirus était une maladie lointaine qui évoluait en Asie, en Europe, ailleurs, mais pas chez nous.

Depuis, la maladie s’est rapprochée à une vitesse fulgurante, jusqu’à envahir chaque sphère de nos vies. Notre travail (pour ceux qui en ont encore un), notre vie de famille, nos courses à l’épicerie, notre façon d’interagir entre nous. Nous avons désappris à nous embrasser, à nous serrer la main, à vivre côte à côte.

Cette maladie, on lui a donné un nom, la COVID-19, qui est maintenant sur toutes les lèvres.
Ce n’est peut-être pas aussi impressionnant que ce que l’on a vu à Hong Kong, Paris, Venise ou New York, mais chez nous aussi, en ces temps de pandémie, l’animation des rues est réduite à presque rien. Nos lieux communs semblent en attente, dans un silence chargé d’angoisse.

On ne sait pas ce qui va arriver ni combien de temps ça va durer.

« Les gens [...] n’ont peut-être pas saisi à quel point le Québec a changé », a dit le directeur de la Santé publique du Bas-Saint-Laurent, Sylvain Leduc, à l’arrivée du dernier vol de Sunwing, la semaine dernière, à Mont-Joli.

Depuis, on nous a fortement recommandé de ne plus voyager. Ni ailleurs dans le monde, ni dans d’autres régions. Il faut rester chez soi.
« Les mesures de confinement, c’est une question de vie ou de mort »  a dit le directeur national de la santé publique du Québec, Horacio Arruda.

« Personne n’est à l’abri », a pour sa part insisté le député Bernard Généreux, alors qu’un premier cas était confirmé au Bas-Saint-Laurent, mercredi dernier. Une semaine plus tard, un premier décès était annoncé.

« Il va y avoir un après coronavirus, il faut garder notre monde en forme », a rappelé la directrice de la commission scolaire des Phares, Madeleine Dugas, après que Québec a prolongé la fermeture des écoles jusqu’en mai. « On vit quelque chose d’exceptionnel... mais c’est l’humain qui est important dans tout ça. »

L’humain. L'humain qu’il faut protéger, alors que la pandémie s’accélère.

Il a falllu 67 jours pour atteindre les 100 [cas], 11 jours pour atteindre les 200 000 et seulement 4 jours pour atteindre les 300 000, a souligné lundi l’Organisation mondiale de la santé. Depuis, le bilan est passé à 487 000 personnes infectées dans le monde, dont 1339 au Québec et 6 au Bas-Saint-Laurent.

Il y a deux semaines, nos vies ont changé et on ignore cela durera pour combien de temps encore. Ce que l’on sait par contre, c’est qu’après plus de deux mois de confinement, la province de Hubei, en Chine, recommence à respirer.
En attendant que ce soit le cas chez nous aussi, nous vivons ces moments seuls, isolés dans nos chaumières, mais réunis autour d’un objectif commun : freiner la pandémie.
Et comme l’a dit le premier ministre Legault lors de son dernier point de presse, « il faut s’armer de patience : on a actuellement une espèce d’armée de 8,5 millions de personnes pour combattre le virus, Ça risque d’être la plus grande bataille de notre vie. »





Les symptômes du coronavirus
Le coronavirus peut provoquer des symptômes graves, une pneumonie, un syndrome respiratoire aigu sévère, une insuffisance rénale et même la mort chez les personnes fragiles et agées.
Fièvre, toux, essoufflement : tels sont les premiers symptômes causés par le coronavirus 2019-nCoV. Ils arrivent progressivement, contrairement à la grippe. Comme les autres virus de la grande famille à laquelle il appartient, celle des coronavirus, celui-ci affecte également les voies respiratoires et les principales défenses sont donc les mêmes que pour les autres maladies infectieuses respiratoires, comme cela s’est produit dans le passé, par exemple pour l’épidémie de Sras en 2002-2003 et la pandémie de grippe de 2009, et comme cela se produit chaque année lorsque les virus responsables de la grippe saisonnière circulent.

La période d’incubation de l’infection COVID-19, période entre la contamination et l’apparition des premiers symptômes, est d’environ 14 jours mais d’après une étude chinoise, il semblerait que les premiers symptômes apparaissent, dans la plupart des cas, dans les 24/48h après la contamination. Le nouveau coronavirus semble provoquer des symptômes d’une ampleur assez grave, plus graves que ceux de la grippe et les personnes les plus vulnérables semblent être les plus âgées, déjà atteintes d’autres maladies mais pas toujours.

La première règle, selon les experts, est de se laver les mains avec de l’eau et du savon pendant au moins 20 secondes ; si cela n’est pas possible, une alternative est un désinfectant contenant au moins 60% d’alcool. Il est important d’éviter de se toucher les yeux, le nez et la bouche avec des mains sales, de porter un masque spécialement adapté pour la prévention du coronavirus ainsi que d’éviter tout contact avec des personnes atteintes de l’infection ou, si cela ne peut être évité, de garder une distance d’environ deux mètres.

Si vous présentez des symptômes pouvant laisser penser que vous avez contracté le coronavirus, les autorités vous conseillent de n’aller ni chez votre médecin généraliste, ni aux urgences mais d’appeler le 15. En attendant, il est bon de rester à la maison, en évitant tout contact avec les membres de la famille. Lorsque vous éternuez, utilisez toujours un mouchoir et jetez-le, ou bien le creux de la manche en pliant le bras à hauteur du coude ; il est également conseillé de nettoyer les objets à risque (téléphone portable, poignée de porte, ordinateur, télécommandes) avec des lingettes antibacteriennes et de désinfecter les objets que vous touchez le plus fréquemment avec un spray désinfectant special anti-virus.

En tout état de cause, les mesures de prévention doivent être mises en pratique et constituent la première défense, étant donné qu’il n’existe actuellement aucun médicament antiviral spécifique pour lutter contre le coronavirus 2019-nCoV. Il n’existe pas de vaccin à l’heure actuelle, bien que plusieurs entreprises et centres de recherche dans le monde aient commencé à travailler dans ce sens.


Recommander à la population d’éviter la prise d’anti-inflammatoires, comme les Advil ou les Motrin, est "un peu prématuré", avance Louis Flamand, directeur du Département de microbiologie-infectiologie et d’immunologie de l’Université Laval.




Comment me soigner à la maison?

Québec a publié un guide d’autosoin pour les personnes atteintes de la COVID-19 et qui n’ont pas besoin d’être hospitalisées. On recommande aux malades de se reposer et de boire beaucoup d’eau pour éviter la déshydratation. Des médicaments en vente libre peuvent également soulager certains symptômes, comme la fièvre et le mal de gorge.





M. Trudeau a aussi annoncé que les Snowbirds des Forces canadiennes survoleront toutes les régions du pays la semaine prochaine dans le cadre d'une initiative visant à saluer les travailleurs de la santé.

L'opération, baptisé Inspiration, se mettra en branle en Nouvelle-Écosse en fin de semaine.






 

Retour index:
Santé  Accueil