La COVID-19

 



En date du 07 janvier 2021:


- Les Canadiens qui ont des symptômes de la covid-19 ne pourront plus se déplacer en avion ou en train à l'intérieur du Canada, dès lundi midi. Les déplacements en autobus ne sont pas visés par la mesure annoncée en fin d'avant-midi par le PM Justin Trudeau, car les entreprises ne sont pas sous juridiction fédérale.









Contaminations Décès Rétablissements
Canada
635121
16578
538330

Province Contaminations Décès Rétablissements
Québec 220518 8562 186996
Ontario 204145 4856 172571
Alberta 108469 1217 93954
Colombie-Britannique 56015 970 47374
Manitoba 25742 717 20519
Saskatchewan 17138 177 14014
Nouvelle-Écosse 1524 65 1431
Nouveau-Brunswick 717 9 577
Terre-Neuve-et-Labrador 392 4 376
Nunavut 266 0 265
Île-du-Prince-Édouard 102 0 94
Yukon 69 1 59
Territoires du Nord-Ouest 24 0 24
Canadiens rapatriés 0 0 76


La progression de l'infection dans le Monde

Pays
Contaminations Décès
États-Unis 16,256,754 299,177
Inde 9,884,100 143,355
Brésil 6,901,952 181,402
Russie 2,653,928 46,941
France 2,376,852 57,911
Royaume-Uni 1,849,403 64,170
Italie 1,843,712 64,520
Espagne 1,730,575 47,624
Argentine 1,498,160 40,766
Colombie 1,425,774 39,053
Allemagne 1,337,078 21,975
Mexique 1,250,044 113,953
Pologne 1,135,676 22,864
Iran 1,108,269 52,196
Turquie 995,471 16,199
Pérou 984,973 36,677
Ukraine 900,666 15,247
Afrique du Sud 860,964 23,276
Indonésie 617,820 18,819
Pays-Bas 612,746 10,034
Belgique 608,001 17,951
République tchèque 581,079 9,609
Irak 574,634 12,579
Chili 571,919 15,886
Roumanie 556,335 13,385
Bangladesh 490,533 7,052
Canada 460,743 13,431
Philippines 449,400 8,733
Pakistan 440,787 8,832
Maroc 399,609 6,624
Suisse 372,329 5,378
Arabie saoudite 359,888 6,048
Israël 357,859 2,999
Portugal 348,744 5,559
Suède 320,098 7,514
Autriche 320,036 4,400
Hongrie 283,870 7,130
Serbie 266,432 2,331
Jordanie 259,614 3,365
Népal 248,423 1,698
Équateur 202,110 13,875
Panama 193,007 3,356
Géorgie 191,063 1,839
Kazakhstan 186,277 2,552
Émirats arabes unis 184,949 617
Japon 179,653 2,585
Bulgarie 179,449 5,688
Croatie 175,886 2,640
Azerbaïdjan 175,874 1,922
Bélarus 160,295 1,263
République dominicaine 154,692 2,361
Costa Rica 150,947 1,895
Arménie 148,682 2,503
Bolivie 147,150 9,018
Liban 146,520 1,200
Koweït 146,218 911
Qatar 140,961 240
Slovaquie 132,984 1,175
Guatemala 129,282 4,423
Moldavie 126,518 2,572
Oman 126,240 1,471
Territoire palestinien 124,657 1,079
Grèce 124,534 3,625
Égypte 121,575 6,920
Éthiopie 116,769 1,806
Honduras 114,359 2,975
Tunisie 111,361 3,894
Danemark 109,758 941
Myanmar 108,342 2,268
Venezuela 107,177 949
Porto Rico 107,158 1,272
Bosnie-Herzégovine 101,117 3,336
Slovénie 96,314 1,459
Lituanie 95,021 825
Paraguay 93,582 1,953
Algérie 92,102 2,596
Chine 91,994 4,739
Kenya 91,892 1,587
Libye 90,779 1,299
Bahreïn 89,143 348
Malaisie 83,475 415
Kirghizistan 77,674 1,312
Irlande 76,185 2,124
Ouzbékistan 75,094 612
Macédoine 73,638 2,121
Nigéria 73,175 1,197
Singapour 58,320 29
Ghana 53,014 327
Afghanistan 49,273 1,971
Albanie 48,530 1,003
Corée du Sud 43,484 587
El Salvador 41,880 1,205
Monténégro 41,426 582
Luxembourg 41,272 396
Norvège 40,022 387
Sri Lanka 32,790 152
Finlande 30,810 453
Australie 28,031 908
Ouganda 27,532 221
Lettonie 25,675 349
Cameroun 25,143 443
Côte d’Ivoire 21,680 133
Soudan 21,386 1,347
Zambie 18,274 367
Estonie 18,055 149
Madagascar 17,638 258
Sénégal 17,075 349
Mozambique 16,954 142
Namibie 16,536 160
Angola 16,188 371
Polynésie française 15,618 91
Chypre 15,101 78
Congo (DRC) 14,512 355
Guinée 13,420 79
Maldives 13,368 48
Tadjikistan 12,704 88
Botswana 12,501 37
Jamaïque 11,710 273
Cap-Vert 11,357 110
Zimbabwe 11,246 307
Malte 11,101 166
Mauritanie 10,780 222
Uruguay 9,708 92
Haïti 9,565 234
Cuba 9,423 137
Gabon 9,330 63
Belize 9,295 195
Syrie 9,166 518
Bahamas 7,674 163
Andorre 7,338 79
Guam 7,106 118
Trinité-et-Tobago 6,879 122
Swaziland 6,768 127
Rwanda 6,659 56
Malawi 6,066 187
Congo (DRC) 6,049 99
Guyana 5,920 155
Nicaragua 5,887 162
Mali 5,814 194
Djibouti 5,728 61
Islande 5,557 28
Suriname 5,353 117
Guinée équatoriale 5,185 85
Aruba 5,049 46
République centrafricaine 4,936 63
Somalie 4,579 121
Thaïlande 4,237 60
Burkina Faso 4,030 71
Gambie 3,782 123
Togo 3,251 66
Bénin 3,090 44
Guinée-Bissau 2,444 44
Sierra Leone 2,440 75
Niger 2,258 80
Lesotho 2,250 44
Yémen 2,083 606
Saint-Marin 1,947 51
Îles Vierges des États-Unis 1,807 23
Jersey 1,779 32
Tchad 1,770 102
Nouvelle-Zélande 1,740 25
Liberia 1,676 83
Liechtenstein 1,514 18
Viêt Nam 1,397 35
Gibraltar 1,075 5
Sao Tomé-et-Principe 1,009 17
Mongolie 912 0
Îles Turks-et-Caïcos 769 6
Sahara occidental 766 1
Taïwan 740 7
Burundi 729 1
Papouasie-Nouvelle-Guinée 725 8
Érythrée 711 0
Monaco 668 2
Comores 628 7
Îles Féroé 528 0
Maurice 515 10
Tanzanie 509 21
Bhoutan 438 0
Bermudes 431 9
Île de Man 370 25
Cambodge 359 0
Îles Caïmans 298 2
Barbade 292 7
Guernesey 289 13
Sainte-Lucie 275 4
Seychelles 187 0
Brunei 152 3
Antigua-et-Barbuda 148 4
Îles Mariannes du Nord 113 2
Saint-Vincent-et-les Grenadines 98 0
Dominique 87 0
Grenade 69 0
Fidji 46 2
Laos 41 0
Nouvelle-Calédonie 36 0
Timor oriental 31 0
Saint-Kitts-et-Nevis 27 0
État de la Cité du Vatican 26 0
Îles Malouines 19 0
Groenland 19 0
Îles Salomon 17 0
Montserrat 13 1
Anguilla 10 0
Îles Marshall 4 0
Wallis-et-Futuna 3 0
Vanuatu 1 0
États-Unis 16,256,754 299,177
Inde 9,884,100 143,355
Brésil 6,901,952 181,402
Russie 2,653,928 46,941
France 2,376,852 57,911
Royaume-Uni 1,849,403 64,170
Italie 1,843,712 64,520
Espagne 1,730,575 47,624
Argentine 1,498,160 40,766
Colombie 1,425,774 39,053
Allemagne 1,337,078 21,975
Mexique 1,250,044 113,953
Pologne 1,135,676 22,864
Iran 1,108,269 52,196
Turquie 995,471 16,199
Pérou 984,973 36,677
Ukraine 900,666 15,247
Afrique du Sud 860,964 23,276
Indonésie 617,820 18,819
Pays-Bas 612,746 10,034
Belgique 608,001 17,951
République tchèque 581,079 9,609
Irak 574,634 12,579
Chili 571,919 15,886
Roumanie 556,335 13,385
Bangladesh 490,533 7,052
Canada 460,743 13,431
Philippines 449,400 8,733
Pakistan 440,787 8,832
Maroc 399,609 6,624
Suisse 372,329 5,378
Arabie saoudite 359,888 6,048
Israël 357,859 2,999
Portugal 348,744 5,559
Suède 320,098 7,514
Autriche 320,036 4,400
Hongrie 283,870 7,130
Serbie 266,432 2,331
Jordanie 259,614 3,365
Népal 248,423 1,698
Équateur 202,110 13,875
Panama 193,007 3,356
Géorgie 191,063 1,839
Kazakhstan 186,277 2,552
Émirats arabes unis 184,949 617
Japon 179,653 2,585
Bulgarie 179,449 5,688
Croatie 175,886 2,640
Azerbaïdjan 175,874 1,922
Bélarus 160,295 1,263
République dominicaine 154,692 2,361
Costa Rica 150,947 1,895
Arménie 148,682 2,503
Bolivie 147,150 9,018
Liban 146,520 1,200
Koweït 146,218 911
Qatar 140,961 240
Slovaquie 132,984 1,175
Guatemala 129,282 4,423
Moldavie 126,518 2,572
Oman 126,240 1,471
Territoire palestinien 124,657 1,079
Grèce 124,534 3,625
Égypte 121,575 6,920
Éthiopie 116,769 1,806
Honduras 114,359 2,975
Tunisie 111,361 3,894
Danemark 109,758 941
Myanmar 108,342 2,268
Venezuela 107,177 949
Porto Rico 107,158 1,272
Bosnie-Herzégovine 101,117 3,336
Slovénie 96,314 1,459
Lituanie 95,021 825
Paraguay 93,582 1,953
Algérie 92,102 2,596
Chine 91,994 4,739
Kenya 91,892 1,587
Libye 90,779 1,299
Bahreïn 89,143 348
Malaisie 83,475 415
Kirghizistan 77,674 1,312
Irlande 76,185 2,124
Ouzbékistan 75,094 612
Macédoine 73,638 2,121
Nigéria 73,175 1,197
Singapour 58,320 29
Ghana 53,014 327
Afghanistan 49,273 1,971
Albanie 48,530 1,003
Corée du Sud 43,484 587
El Salvador 41,880 1,205
Monténégro 41,426 582
Luxembourg 41,272 396
Norvège 40,022 387
Sri Lanka 32,790 152
Finlande 30,810 453
Australie 28,031 908
Ouganda 27,532 221
Lettonie 25,675 349
Cameroun 25,143 443
Côte d’Ivoire 21,680 133
Soudan 21,386 1,347
Zambie 18,274 367
Estonie 18,055 149
Madagascar 17,638 258
Sénégal 17,075 349
Mozambique 16,954 142
Namibie 16,536 160
Angola 16,188 371
Polynésie française 15,618 91
Chypre 15,101 78
Congo (DRC) 14,512 355
Guinée 13,420 79
Maldives 13,368 48
Tadjikistan 12,704 88
Botswana 12,501 37
Jamaïque 11,710 273
Cap-Vert 11,357 110
Zimbabwe 11,246 307
Malte 11,101 166
Mauritanie 10,780 222
Uruguay 9,708 92
Haïti 9,565 234
Cuba 9,423 137
Gabon 9,330 63
Belize 9,295 195
Syrie 9,166 518
Bahamas 7,674 163
Andorre 7,338 79
Guam 7,106 118
Trinité-et-Tobago 6,879 122
Swaziland 6,768 127
Rwanda 6,659 56
Malawi 6,066 187
Congo (DRC) 6,049 99
Guyana 5,920 155
Nicaragua 5,887 162
Mali 5,814 194
Djibouti 5,728 61
Islande 5,557 28
Suriname 5,353 117
Guinée équatoriale 5,185 85
Aruba 5,049 46
République centrafricaine 4,936 63
Somalie 4,579 121
Thaïlande 4,237 60
Burkina Faso 4,030 71
Gambie 3,782 123
Togo 3,251 66
Bénin 3,090 44
Guinée-Bissau 2,444 44
Sierra Leone 2,440 75
Niger 2,258 80
Lesotho 2,250 44
Yémen 2,083 606
Saint-Marin 1,947 51
Îles Vierges des États-Unis 1,807 23
Jersey 1,779 32
Tchad 1,770 102
Nouvelle-Zélande 1,740 25
Liberia 1,676 83
Liechtenstein 1,514 18
Viêt Nam 1,397 35
Gibraltar 1,075 5
Sao Tomé-et-Principe 1,009 17
Mongolie 912 0
Îles Turks-et-Caïcos 769 6
Sahara occidental 766 1
Taïwan 740 7
Burundi 729 1
Papouasie-Nouvelle-Guinée 725 8
Érythrée 711 0
Monaco 668 2
Comores 628 7
Îles Féroé 528 0
Maurice 515 10
Tanzanie 509 21
Bhoutan 438 0
Bermudes 431 9
Île de Man 370 25
Cambodge 359 0
Îles Caïmans 298 2
Barbade 292 7
Guernesey 289 13
Sainte-Lucie 275 4
Seychelles 187 0
Brunei 152 3
Antigua-et-Barbuda 148 4
Îles Mariannes du Nord 113 2
Saint-Vincent-et-les Grenadines 98 0
Dominique 87 0
Grenade 69 0
Fidji 46 2
Laos 41 0
Nouvelle-Calédonie 36 0
Timor oriental 31 0
Saint-Kitts-et-Nevis 27 0
État de la Cité du Vatican 26 0
Îles Malouines 19 0
Groenland 19 0
Îles Salomon 17 0
Montserrat 13 1
Anguilla 10 0
Îles Marshall 4 0
Wallis-et-Futuna 3 0
Vanuatu 1 0



La récupération estivale a fait long feu. Près de quatre PME sur dix perdent de l’argent chaque jour, et la deuxième vague est venue faire chuter la confiance en octobre.
Même pas remises des restrictions ayant accompagné l’éclosion printanière de la pandémie, les PME sont confrontées à une deuxième vague provoquant une érosion de leur chiffre d’affaires. Selon un sondage de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), 51 % des PME du Canada ont déclaré encaisser une nouvelle chute de leurs ventes. « Dans certaines régions soumises à de nouvelles restrictions, comme Winnipeg et Toronto, la situation donne encore plus le vertige avec 70 % des propriétaires d’entreprise qui affirment que leurs ventes ont chuté en raison de la deuxième vague », peut-on lire. Cette proportion atteint 61 % à Québec, 57 % à Montréal et 53 % à Gatineau.

Pire, 37 % disent perdre de l’argent chaque jour qu’elles sont ouvertes. Dans les grandes villes québécoises, ce pourcentage oscille autour de 45.

« Nul n’est épargné. Les entreprises des secteurs de l’hébergement et de la restauration (76 %) ainsi que celles des arts et loisirs (69 %) sont plus susceptibles que les autres de connaître une baisse de leurs ventes […] Mais même les entreprises œuvrant dans des secteurs qui n’ont pas été soumis à de nouvelles restrictions ont vu leurs ventes chuter ces derniers temps », indique la FCEI.

Il en résulte une chute notoire du niveau de confiance. L’indice du Baromètre des affaires de la FCEI a perdu 5,9 points, à 53,3 en octobre. Une lecture au-dessus de 50 indique que les propriétaires d’entreprise prévoient une amélioration de leurs résultats financiers sur un an, mais « lorsque l’indice tourne autour de 65, cela signifie normalement que l’économie atteint son plein potentiel », explique la Fédération. Cette baisse du moral est généralisée mais se ressent davantage au Québec, qui occupe une autre fois le dernier rang, avec un indice passant de 45,2 à 42,2.
 
« L’augmentation des cas de COVID-19 est source d’anxiété pour les propriétaires de PME, en particulier dans certaines régions où de nouvelles restrictions ont été imposées aux entreprises du secteur de l’hébergement et de la restauration, par exemple. Mais il faut dire ce qui est : ce déclin de l’optimisme est généralisé », souligne la FCEI. « Il touche 10 des 13 secteurs couverts par le sondage », ajoute Ksenia Bushmeneva, économiste à la TD.

Les plans d’embauche s’en ressentent, 28 % des propriétaires de PME prévoient de réduire leurs effectifs à temps plein au cours des trois prochains mois, contre 12 % seulement envisageant l’embauche. Au total, 27 % des chefs de PME estiment que leur entreprise se porte mal, contre 31 % affirmant le contraire. « Il est intéressant, ici, d’observer que la proportion d’entreprises se déclarant en bonne santé augmente par rapport au 28 % du sondage du mois précédent. Et qu’elle surpasse celle se disant en mauvaise posture pour la première fois depuis le début de la récupération économique, retient l’économiste de la TD. Mais cette dernière proportion demeure élevée, à près du double au-dessus de la moyenne de 2019. »

Le premier sondage a été réalisé le 22 octobre en ligne auprès de 3901 membres FCEI. Pour un échantillon probabiliste ayant un nombre égal de répondants, la marge d’erreur serait de plus ou moins 1,6 point de pourcentage, 19 fois sur 20. L’indice Baromètre des affaires s’appuie sur 1151 réponses recueillies auprès d’un échantillon aléatoire stratifié de membres de la FCEI. Les résultats sont exacts à plus ou moins 2,9 points de pourcentage, 19 fois sur 20.

Le nombre de nouveaux cas de COVID-19 dans le monde augmente plus vite que jamais

Dans les pays où les données s'améliorent, la plus grande menace est maintenant la complaisance, prévient l'OMS.
Alors que certains pays, comme le Canada, constatent une diminution du nombre de cas de COVID-19 et ont commencé leur déconfinement, le nombre de nouveaux cas par jour n’a jamais été aussi élevé à travers le monde depuis le début de la pandémie.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a lancé un avertissement cette semaine : la pandémie est loin d’être terminée et la hausse du nombre de nouveaux cas quotidiens est inquiétante à plusieurs endroits.

"Ce n'est pas le moment pour les pays de mettre un frein", a averti Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS

lors d'une conférence de presse à Genève.

À ce jour, plus de 7 millions de personnes ont été infectées par le virus. De ce nombre, plus de 400 000 personnes sont décédées et plus de 3,6 millions sont rétablies. Il y a donc encore près de 4 millions de cas actifs à travers le monde – soit des personnes qui sont toujours infectées.
Mélanie Meloche-Holubowski (accéder à la page de l'auteur)
Mélanie Meloche-Holubowski
Publié le 11 juin 2020

Alors que certains pays, comme le Canada, constatent une diminution du nombre de cas de COVID-19 et ont commencé leur déconfinement, le nombre de nouveaux cas par jour n’a jamais été aussi élevé à travers le monde depuis le début de la pandémie.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a lancé un avertissement cette semaine : la pandémie est loin d’être terminée et la hausse du nombre de nouveaux cas quotidiens est inquiétante à plusieurs endroits.

"Ce n'est pas le moment pour les pays de mettre un frein", a averti Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS lors d'une conférence de presse à Genève.

À ce jour, plus de 7 millions de personnes ont été infectées par le virus. De ce nombre, plus de 400 000 personnes sont décédées et plus de 3,6 millions sont rétablies. Il y a donc encore près de 4 millions de cas actifs à travers le monde – soit des personnes qui sont toujours infectées.

Depuis le début juin, le nombre de nouveaux cas signalés dépasse les 120 000 cas chaque jour, une situation qui ne s’est jamais produite depuis le début de la pandémie.

Le 30 mai, 134 064 nouveaux cas ont été signalés à travers le monde, le chiffre le plus élevé depuis le début de cette crise sanitaire.

Les experts en santé publique indiquent que le nombre de cas et de morts est sous-estimé dans plusieurs pays, en raison de manque de tests, de ressources, ou même pour des raisons politiques. De plus, de nombreuses personnes qui sont asymptomatiques, mais potentiellement contagieuses, n’ont pas été testées et ne sont donc pas comptabilisées dans les bilans des pays.
Quels pays connaissent les plus fortes hausses?

Depuis le début juin, on observe plusieurs points chauds. Le trois quarts des quelque 136 000 nouveaux cas annoncés le dimanche 7 juin provenaient de 10 pays, la plupart dans les Amériques et en Asie du Sud.
Mélanie Meloche-Holubowski (accéder à la page de l'auteur)
Mélanie Meloche-Holubowski
Publié le 11 juin 2020

Alors que certains pays, comme le Canada, constatent une diminution du nombre de cas de COVID-19 et ont commencé leur déconfinement, le nombre de nouveaux cas par jour n’a jamais été aussi élevé à travers le monde depuis le début de la pandémie.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a lancé un avertissement cette semaine : la pandémie est loin d’être terminée et la hausse du nombre de nouveaux cas quotidiens est inquiétante à plusieurs endroits.

"Ce n'est pas le moment pour les pays de mettre un frein", a averti Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS

lors d'une conférence de presse à Genève.

À ce jour, plus de 7 millions de personnes ont été infectées par le virus. De ce nombre, plus de 400 000 personnes sont décédées et plus de 3,6 millions sont rétablies. Il y a donc encore près de 4 millions de cas actifs à travers le monde – soit des personnes qui sont toujours infectées.

Depuis le début juin, le nombre de nouveaux cas signalés dépasse les 120 000 cas chaque jour, une situation qui ne s’est jamais produite depuis le début de la pandémie.

Le 30 mai, 134 064 nouveaux cas ont été signalés à travers le monde, le chiffre le plus élevé depuis le début de cette crise sanitaire.

Les experts en santé publique indiquent que le nombre de cas et de morts est sous-estimé dans plusieurs pays, en raison de manque de tests, de ressources, ou même pour des raisons politiques. De plus, de nombreuses personnes qui sont asymptomatiques, mais potentiellement contagieuses, n’ont pas été testées et ne sont donc pas comptabilisées dans les bilans des pays.
Quels pays connaissent les plus fortes hausses?

Depuis le début juin, on observe plusieurs points chauds. Le trois quarts des quelque 136 000 nouveaux cas annoncés le dimanche 7 juin provenaient de 10 pays, la plupart dans les Amériques et en Asie du Sud.

Depuis la fin mai, le Brésil signale entre 15 000 et 30 000 nouveaux cas par jour et plus de 1000 décès quotidiens. Le Brésil, avec plus de 710 000 cas et 37 000 décès, est désormais le deuxième pays comptant le plus de cas dans le monde, derrière les États-Unis. Malgré cela, le président Jair Bolsonaro, qui continue de minimiser les dangers de l’épidémie, a promis de rouvrir le pays, disant que « la mort était le destin de tout le monde ».

Le Mexique connaît également une forte hausse du nombre de cas depuis le début mai. Depuis le début juin, le nombre de nouveaux cas par jour est d’environ 4000.
Le bilan au Mexique est probablement beaucoup plus élevé, puisque peu de tests de dépistage sont faits dans ce pays. Le Canada a fait six fois plus de tests (près de 2 millions) que le Mexique (357 000), qui a presque quatre fois plus d’habitants. Le président mexicain Andrés Manuel López Obrador a demandé à ses citoyens de ne pas « céder à la psychose », malgré plus de 14 000 morts et 117 000 cas.

Depuis le 20 mai, le nombre de nouveaux cas par jour au Chili dépasse 3000, et même 4000. La Colombie et l’Argentine connaissent également une hausse, avec plus de 1000 nouveaux cas par jour chacun.

Le Dr Mike Ryan, directeur général du programme des urgences sanitaires de l'OMS, croit que l'Amérique centrale et l'Amérique du Sud sont loin d'avoir atteint le sommet de cette vague. "L'épidémie en Amérique centrale et en Amérique du Sud est la plus complexe de toutes les situations auxquelles nous sommes confrontés en ce moment dans le monde."

Mélanie Meloche-Holubowski (accéder à la page de l'auteur)
Mélanie Meloche-Holubowski
Publié le 11 juin 2020

Alors que certains pays, comme le Canada, constatent une diminution du nombre de cas de COVID-19 et ont commencé leur déconfinement, le nombre de nouveaux cas par jour n’a jamais été aussi élevé à travers le monde depuis le début de la pandémie.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a lancé un avertissement cette semaine : la pandémie est loin d’être terminée et la hausse du nombre de nouveaux cas quotidiens est inquiétante à plusieurs endroits.

"Ce n'est pas le moment pour les pays de mettre un frein", a averti Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS

lors d'une conférence de presse à Genève.

À ce jour, plus de 7 millions de personnes ont été infectées par le virus. De ce nombre, plus de 400 000 personnes sont décédées et plus de 3,6 millions sont rétablies. Il y a donc encore près de 4 millions de cas actifs à travers le monde – soit des personnes qui sont toujours infectées.

Depuis le début juin, le nombre de nouveaux cas signalés dépasse les 120 000 cas chaque jour, une situation qui ne s’est jamais produite depuis le début de la pandémie.

Le 30 mai, 134 064 nouveaux cas ont été signalés à travers le monde, le chiffre le plus élevé depuis le début de cette crise sanitaire.

Les experts en santé publique indiquent que le nombre de cas et de morts est sous-estimé dans plusieurs pays, en raison de manque de tests, de ressources, ou même pour des raisons politiques. De plus, de nombreuses personnes qui sont asymptomatiques, mais potentiellement contagieuses, n’ont pas été testées et ne sont donc pas comptabilisées dans les bilans des pays.
Quels pays connaissent les plus fortes hausses?

Depuis le début juin, on observe plusieurs points chauds. Le trois quarts des quelque 136 000 nouveaux cas annoncés le dimanche 7 juin provenaient de 10 pays, la plupart dans les Amériques et en Asie du Sud.

Depuis la fin mai, le Brésil signale entre 15 000 et 30 000 nouveaux cas par jour et plus de 1000 décès quotidiens. Le Brésil, avec plus de 710 000 cas et 37 000 décès, est désormais le deuxième pays comptant le plus de cas dans le monde, derrière les États-Unis. Malgré cela, le président Jair Bolsonaro, qui continue de minimiser les dangers de l’épidémie, a promis de rouvrir le pays, disant que « la mort était le destin de tout le monde ».

Le Mexique connaît également une forte hausse du nombre de cas depuis le début mai. Depuis le début juin, le nombre de nouveaux cas par jour est d’environ 4000.
Une femme regarde l'ambulancier qui porte des gants, un masque et des lunettes de protection.

Une femme atteinte de la COVID-19 est transportée par un ambulancier dans un hôpital de Mexico.

Photo : Reuters / Edgard Garrido

Le bilan au Mexique est probablement beaucoup plus élevé, puisque peu de tests de dépistage sont faits dans ce pays. Le Canada a fait six fois plus de tests (près de 2 millions) que le Mexique (357 000), qui a presque quatre fois plus d’habitants. Le président mexicain Andrés Manuel López Obrador a demandé à ses citoyens de ne pas « céder à la psychose », malgré plus de 14 000 morts et 117 000 cas.

Depuis le 20 mai, le nombre de nouveaux cas par jour au Chili dépasse 3000, et même 4000. La Colombie et l’Argentine connaissent également une hausse, avec plus de 1000 nouveaux cas par jour chacun.

Le Dr Mike Ryan, directeur général du programme des urgences sanitaires de l'OMS, croit que l'Amérique centrale et l'Amérique du Sud sont loin d'avoir atteint le sommet de cette vague. "L'épidémie en Amérique centrale et en Amérique du Sud est la plus complexe de toutes les situations auxquelles nous sommes confrontés en ce moment dans le monde."

L’Iran, qui semblait avoir aplati la courbe, connaît une nouvelle hausse du nombre de cas quotidiens depuis le début mai. Depuis la mi-mai, le nombre de nouveaux cas est de 2000 à 3000 par jour, particulièrement dans certaines régions où les restrictions ont été récemment levées.

Pour sa part, depuis quelques semaines, le Pakistan recense plus de 3000 nouveaux cas par jour, avec un pic de 5385 nouveaux cas le 9 juin.

L’Arabie saoudite, qui avait réussi à réduire légèrement le nombre de nouveaux cas en mai, a vu une recrudescence au début juin. Depuis, on compte au moins 3000 nouveaux cas chaque jour. Dimanche, le royaume a interrompu les vols internationaux de passagers et a de nouveau imposé un couvre-feu à Djeddah, où une éclosion a été signalée.

Au Bangladesh, le nombre de cas a commencé à augmenter seulement en avril, et depuis deux semaines, on fait état d'au moins 2000 nouveaux cas par jour.

L’Afrique du Sud, qui avait très peu de cas jusqu’au début mai, connaît désormais une accélération du nombre de cas. Depuis le début juin, les autorités signalent au moins 2000 nouveaux cas par jour. Dans ce pays, qui a plus de 50 000 cas et plus de 1000 morts, le nombre de nouvelles personnes infectées double toutes les deux semaines.
Mélanie Meloche-Holubowski (accéder à la page de l'auteur)
Mélanie Meloche-Holubowski
Publié le 11 juin 2020

Alors que certains pays, comme le Canada, constatent une diminution du nombre de cas de COVID-19 et ont commencé leur déconfinement, le nombre de nouveaux cas par jour n’a jamais été aussi élevé à travers le monde depuis le début de la pandémie.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a lancé un avertissement cette semaine : la pandémie est loin d’être terminée et la hausse du nombre de nouveaux cas quotidiens est inquiétante à plusieurs endroits.

"Ce n'est pas le moment pour les pays de mettre un frein", a averti Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS

lors d'une conférence de presse à Genève.

À ce jour, plus de 7 millions de personnes ont été infectées par le virus. De ce nombre, plus de 400 000 personnes sont décédées et plus de 3,6 millions sont rétablies. Il y a donc encore près de 4 millions de cas actifs à travers le monde – soit des personnes qui sont toujours infectées.

Depuis le début juin, le nombre de nouveaux cas signalés dépasse les 120 000 cas chaque jour, une situation qui ne s’est jamais produite depuis le début de la pandémie.

Le 30 mai, 134 064 nouveaux cas ont été signalés à travers le monde, le chiffre le plus élevé depuis le début de cette crise sanitaire.

Les experts en santé publique indiquent que le nombre de cas et de morts est sous-estimé dans plusieurs pays, en raison de manque de tests, de ressources, ou même pour des raisons politiques. De plus, de nombreuses personnes qui sont asymptomatiques, mais potentiellement contagieuses, n’ont pas été testées et ne sont donc pas comptabilisées dans les bilans des pays.
Quels pays connaissent les plus fortes hausses?

Depuis le début juin, on observe plusieurs points chauds. Le trois quarts des quelque 136 000 nouveaux cas annoncés le dimanche 7 juin provenaient de 10 pays, la plupart dans les Amériques et en Asie du Sud.

Depuis la fin mai, le Brésil signale entre 15 000 et 30 000 nouveaux cas par jour et plus de 1000 décès quotidiens. Le Brésil, avec plus de 710 000 cas et 37 000 décès, est désormais le deuxième pays comptant le plus de cas dans le monde, derrière les États-Unis. Malgré cela, le président Jair Bolsonaro, qui continue de minimiser les dangers de l’épidémie, a promis de rouvrir le pays, disant que « la mort était le destin de tout le monde ».

Le Mexique connaît également une forte hausse du nombre de cas depuis le début mai. Depuis le début juin, le nombre de nouveaux cas par jour est d’environ 4000.
Une femme regarde l'ambulancier qui porte des gants, un masque et des lunettes de protection.

Une femme atteinte de la COVID-19 est transportée par un ambulancier dans un hôpital de Mexico.

Photo : Reuters / Edgard Garrido

Le bilan au Mexique est probablement beaucoup plus élevé, puisque peu de tests de dépistage sont faits dans ce pays. Le Canada a fait six fois plus de tests (près de 2 millions) que le Mexique (357 000), qui a presque quatre fois plus d’habitants. Le président mexicain Andrés Manuel López Obrador a demandé à ses citoyens de ne pas « céder à la psychose », malgré plus de 14 000 morts et 117 000 cas.

Depuis le 20 mai, le nombre de nouveaux cas par jour au Chili dépasse 3000, et même 4000. La Colombie et l’Argentine connaissent également une hausse, avec plus de 1000 nouveaux cas par jour chacun.

Le Dr Mike Ryan, directeur général du programme des urgences sanitaires de l'OMS, croit que l'Amérique centrale et l'Amérique du Sud sont loin d'avoir atteint le sommet de cette vague. "L'épidémie en Amérique centrale et en Amérique du Sud est la plus complexe de toutes les situations auxquelles nous sommes confrontés en ce moment dans le monde."

L’Iran, qui semblait avoir aplati la courbe, connaît une nouvelle hausse du nombre de cas quotidiens depuis le début mai. Depuis la mi-mai, le nombre de nouveaux cas est de 2000 à 3000 par jour, particulièrement dans certaines régions où les restrictions ont été récemment levées.

Pour sa part, depuis quelques semaines, le Pakistan recense plus de 3000 nouveaux cas par jour, avec un pic de 5385 nouveaux cas le 9 juin.

L’Arabie saoudite, qui avait réussi à réduire légèrement le nombre de nouveaux cas en mai, a vu une recrudescence au début juin. Depuis, on compte au moins 3000 nouveaux cas chaque jour. Dimanche, le royaume a interrompu les vols internationaux de passagers et a de nouveau imposé un couvre-feu à Djeddah, où une éclosion a été signalée.

Au Bangladesh, le nombre de cas a commencé à augmenter seulement en avril, et depuis deux semaines, on fait état d'au moins 2000 nouveaux cas par jour.

L’Afrique du Sud, qui avait très peu de cas jusqu’au début mai, connaît désormais une accélération du nombre de cas. Depuis le début juin, les autorités signalent au moins 2000 nouveaux cas par jour. Dans ce pays, qui a plus de 50 000 cas et plus de 1000 morts, le nombre de nouvelles personnes infectées double toutes les deux semaines.

"Heureusement, nous n'avons pas encore constaté d'accélération massive des cas en Afrique, précise Tedros Adhanom Ghebreyesus. Une partie de cela est probablement due à une moindre disponibilité des tests, mais nous n'avons pas encore vu les hôpitaux être submergés. [...] Mais cela ne veut pas dire que la maladie ne peut pas augmenter de façon importante en Afrique et provoquer un nombre dévastateur de décès."

La Russie et l’Inde continuent de signaler au moins 8000 nouveaux cas chacun par jour.

En Europe, la Suède signalait moins de 700 cas par jour jusqu’au début juin. Mais depuis peu, le pays fait face à de nouvelles éclosions; du 1er au 10 juin, ce pays a recensé plus de 10 000 nouveaux cas.

Les États-Unis comptent toujours le plus de cas actifs (et total) à l'échelle mondiale et enregistrent plus de 25 % de tous les décès du monde. Cependant, le nombre de nouveaux cas est relativement stable depuis la mi-mai, avec entre 15 000 et 20 000 nouveaux cas quotidiens.

Par contre, certains États, comme la Californie, le Texas, la Floride, la Caroline du Nord, l’Arizona, le Tennessee et Washington, observent une hausse du nombre de nouveaux cas depuis les dernières semaines. Cette hausse est en partie attribuable à une élévation du nombre de tests de dépistage faits, mais les autorités craignent que le relâchement des mesures d'isolement ne soit également responsable de cette augmentation.
Les pays où le nombre est en baisse

Au Canada, depuis le 26 mai, le nombre de nouveaux cas est de moins de 1000 par jour, et est tombé sous la barre des 500 le 9 juin. Le nombre de morts n’a pas dépassé 100 par jour depuis le 28 mai.
Mélanie Meloche-Holubowski (accéder à la page de l'auteur)
Mélanie Meloche-Holubowski

Publié le 11 juin 2020

Alors que certains pays, comme le Canada, constatent une diminution du nombre de cas de COVID-19 et ont commencé leur déconfinement, le nombre de nouveaux cas par jour n’a jamais été aussi élevé à travers le monde depuis le début de la pandémie.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a lancé un avertissement cette semaine : la pandémie est loin d’être terminée et la hausse du nombre de nouveaux cas quotidiens est inquiétante à plusieurs endroits.

"Ce n'est pas le moment pour les pays de mettre un frein", a averti Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS

lors d'une conférence de presse à Genève.

À ce jour, plus de 7 millions de personnes ont été infectées par le virus. De ce nombre, plus de 400 000 personnes sont décédées et plus de 3,6 millions sont rétablies. Il y a donc encore près de 4 millions de cas actifs à travers le monde – soit des personnes qui sont toujours infectées.

Depuis le début juin, le nombre de nouveaux cas signalés dépasse les 120 000 cas chaque jour, une situation qui ne s’est jamais produite depuis le début de la pandémie.

Le 30 mai, 134 064 nouveaux cas ont été signalés à travers le monde, le chiffre le plus élevé depuis le début de cette crise sanitaire.

Les experts en santé publique indiquent que le nombre de cas et de morts est sous-estimé dans plusieurs pays, en raison de manque de tests, de ressources, ou même pour des raisons politiques. De plus, de nombreuses personnes qui sont asymptomatiques, mais potentiellement contagieuses, n’ont pas été testées et ne sont donc pas comptabilisées dans les bilans des pays.
Quels pays connaissent les plus fortes hausses?

Depuis le début juin, on observe plusieurs points chauds. Le trois quarts des quelque 136 000 nouveaux cas annoncés le dimanche 7 juin provenaient de 10 pays, la plupart dans les Amériques et en Asie du Sud.

Depuis la fin mai, le Brésil signale entre 15 000 et 30 000 nouveaux cas par jour et plus de 1000 décès quotidiens. Le Brésil, avec plus de 710 000 cas et 37 000 décès, est désormais le deuxième pays comptant le plus de cas dans le monde, derrière les États-Unis. Malgré cela, le président Jair Bolsonaro, qui continue de minimiser les dangers de l’épidémie, a promis de rouvrir le pays, disant que « la mort était le destin de tout le monde ».

Le Mexique connaît également une forte hausse du nombre de cas depuis le début mai. Depuis le début juin, le nombre de nouveaux cas par jour est d’environ 4000.
Une femme regarde l'ambulancier qui porte des gants, un masque et des lunettes de protection.

Photo : Reuters / Edgard Garrido

Le bilan au Mexique est probablement beaucoup plus élevé, puisque peu de tests de dépistage sont faits dans ce pays. Le Canada a fait six fois plus de tests (près de 2 millions) que le Mexique (357 000), qui a presque quatre fois plus d’habitants. Le président mexicain Andrés Manuel López Obrador a demandé à ses citoyens de ne pas « céder à la psychose », malgré plus de 14 000 morts et 117 000 cas.

Depuis le 20 mai, le nombre de nouveaux cas par jour au Chili dépasse 3000, et même 4000. La Colombie et l’Argentine connaissent également une hausse, avec plus de 1000 nouveaux cas par jour chacun.

Le Dr Mike Ryan, directeur général du programme des urgences sanitaires de l'OMS, croit que l'Amérique centrale et l'Amérique du Sud sont loin d'avoir atteint le sommet de cette vague. "L'épidémie en Amérique centrale et en Amérique du Sud est la plus complexe de toutes les situations auxquelles nous sommes confrontés en ce moment dans le monde."

L’Iran, qui semblait avoir aplati la courbe, connaît une nouvelle hausse du nombre de cas quotidiens depuis le début mai. Depuis la mi-mai, le nombre de nouveaux cas est de 2000 à 3000 par jour, particulièrement dans certaines régions où les restrictions ont été récemment levées.
Pour sa part, depuis quelques semaines, le Pakistan recense plus de 3000 nouveaux cas par jour, avec un pic de 5385 nouveaux cas le 9 juin.

L’Arabie saoudite, qui avait réussi à réduire légèrement le nombre de nouveaux cas en mai, a vu une recrudescence au début juin. Depuis, on compte au moins 3000 nouveaux cas chaque jour. Dimanche, le royaume a interrompu les vols internationaux de passagers et a de nouveau imposé un couvre-feu à Djeddah, où une éclosion a été signalée.

Au Bangladesh, le nombre de cas a commencé à augmenter seulement en avril, et depuis deux semaines, on fait état d'au moins 2000 nouveaux cas par jour.

L’Afrique du Sud, qui avait très peu de cas jusqu’au début mai, connaît désormais une accélération du nombre de cas. Depuis le début juin, les autorités signalent au moins 2000 nouveaux cas par jour. Dans ce pays, qui a plus de 50 000 cas et plus de 1000 morts, le nombre de nouvelles personnes infectées double toutes les deux semaines.

"Heureusement, nous n'avons pas encore constaté d'accélération massive des cas en Afrique, précise Tedros Adhanom Ghebreyesus. Une partie de cela est probablement due à une moindre disponibilité des tests, mais nous n'avons pas encore vu les hôpitaux être submergés. [...] Mais cela ne veut pas dire que la maladie ne peut pas augmenter de façon importante en Afrique et provoquer un nombre dévastateur de décès."

La Russie et l’Inde continuent de signaler au moins 8000 nouveaux cas chacun par jour.

En Europe, la Suède signalait moins de 700 cas par jour jusqu’au début juin. Mais depuis peu, le pays fait face à de nouvelles éclosions; du 1er au 10 juin, ce pays a recensé plus de 10 000 nouveaux cas.

Les États-Unis comptent toujours le plus de cas actifs (et total) à l'échelle mondiale et enregistrent plus de 25 % de tous les décès du monde. Cependant, le nombre de nouveaux cas est relativement stable depuis la mi-mai, avec entre 15 000 et 20 000 nouveaux cas quotidiens.

Par contre, certains États, comme la Californie, le Texas, la Floride, la Caroline du Nord, l’Arizona, le Tennessee et Washington, observent une hausse du nombre de nouveaux cas depuis les dernières semaines. Cette hausse est en partie attribuable à une élévation du nombre de tests de dépistage faits, mais les autorités craignent que le relâchement des mesures d'isolement ne soit également responsable de cette augmentation.
Les pays où le nombre est en baisse

Au Canada, depuis le 26 mai, le nombre de nouveaux cas est de moins de 1000 par jour, et est tombé sous la barre des 500 le 9 juin. Le nombre de morts n’a pas dépassé 100 par jour depuis le 28 mai.

La Nouvelle-Zélande a levé lundi toutes les restrictions nationales qui avaient été décrétées pour lutter contre le coronavirus, après le rétablissement de la dernière personne qui était encore en isolement. Plus aucune nouvelle contamination n'a été recensée depuis 17 jours. L'archipel du Pacifique Sud, qui compte une population de cinq millions d'habitants, a dénombré un total de 1154 cas et 22 décès.

Le Royaume-Uni, qui est le cinquième pays ayant le plus de cas totaux (plus de 290 000 personnes infectées), signale moins de 2000 nouveaux cas par jour depuis le début juin. Au plus fort de la vague, le pays enregistrait plus de 4000 cas par jour. L’Espagne, frappée de plein fouet par le virus en mars, a imposé des mesures parmi les plus restrictives du monde. Les Espagnols seront tenus de porter un masque en public, et ce, jusqu’à ce qu’un vaccin soit disponible.

"Nous sommes encouragés par des tendances à la baisse dans plusieurs pays. Dans ces pays, la plus grande menace est maintenant la complaisance. [...] Puisque les rassemblements commencent à reprendre dans certains pays, nous continuons d’encourager une surveillance active afin que le virus ne ressurgisse pas", selon Tedros Adhanom Ghebreyesus.


1. Qu’est-ce que la COVID-19?

C’est une maladie infectieuse causée par le coronavirus SRAS-CoV-2 apparu en Chine en décembre dernier et qui se répand actuellement à l’échelle planétaire.
2. Quels sont les risques de contracter le virus?

À l’heure actuelle, le gouvernement canadien évalue le risque comme étant faible au pays, mais affirme que la situation peut changer soudainement.

3. Comment se transmet le virus?

Le SRAS-CoV-2 se transmet d’une personne à l’autre par le biais des gouttelettes expulsées par le nez ou par la bouche lorsqu’une personne infectée tousse, éternue ou postillonne.

Ces gouttelettes se déposent ensuite sur des objets ou des surfaces autour de la personne. Il est alors possible de contracter le virus si on touche ces objets ou ces surfaces.

Une personne peut aussi attraper le virus directement des gouttelettes qu’une personne malade expulse lorsqu’elle tousse.

4. Quels sont les symptômes de la maladie?

Les mêmes que la plupart des cas de grippe saisonnière : de la fatigue, de la fièvre, de la toux, des douleurs musculaires, un essoufflement et des difficultés respiratoires.

Certaines personnes ont aussi une congestion nasale, des maux de gorge ou une diarrhée.

5. Peut-il y avoir des complications?

Le virus est bénin dans environ 80 % des cas, et les personnes infectées ne présentent aucun symptôme et se sentent bien. Elles guérissent sans traitement particulier.

Environ une personne sur cinq a cependant des symptômes qui nécessitent une hospitalisation.

Dans les cas les plus graves, l'infection peut provoquer une pneumonie, un syndrome respiratoire aigu sévère, une insuffisance rénale, et même la mort.

6. Quelles sont les personnes les plus à risque?

Habituellement, les effets de ce type de virus sont plus graves chez les personnes les plus fragiles, comme les jeunes enfants et les personnes âgées.

Or, pour une raison encore mal expliquée, les enfants développent peu de symptômes lorsqu’ils sont infectés par le coronavirus.

Ce sont donc les personnes âgées, et particulièrement celles qui sont fragilisées par d’autres maladies chroniques (hypertension artérielle, problèmes cardiaques ou diabète), qui présentent des symptômes graves.


7. Quelles sont les règles à suivre pour prévenir une infection?

Se laver les mains régulièrement pendant au moins 20 secondes avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon. C’est le meilleur moyen de tuer le virus s’il est présent sur vos mains.

Éviter les contacts étroits avec toute personne présentant des symptômes de maladie respiratoire tels que la toux et les éternuements.

Il faut garder une distance d’au moins un mètre avec les autres personnes qui toussent ou qui éternuent pour ne pas être en contact avec les petites gouttelettes qui peuvent contenir le virus.

Lorsque vous toussez ou éternuez, vous devez également vous couvrir la bouche et le nez avec le pli du coude. Si vous vous mouchez, jetez immédiatement le mouchoir.

Il faut aussi éviter de vous toucher les yeux, le nez et la bouche. Les mains sont continuellement en contact avec plusieurs surfaces qui peuvent être contaminées par le virus. Elles représentent donc la meilleure façon pour le virus d’entrer dans votre organisme.

Quels sont les effets de la COVID-19 sur la santé ?

Chez la majorité des gens, la COVID-19 ressemblera à une grippe dont on se remet généralement bien. Dans la plupart des cas, le virus s’attaque aux poumons. Des radiographies pulmonaires effectuées sur des personnes infectées montrent des taches blanches correspondant à des lésions, qui se résorberont si les patients n’ont pas eu besoin de soins trop invasifs. Par contre, les personnes qui souffriront d’un syndrome respiratoire aigu sévère nécessitant des soins intensifs, dont une mise sous respirateur mécanique, courent le risque de garder des séquelles pulmonaires qui peuvent prendre la forme d’un tissu cicatriciel, appelé fibrose pulmonaire, qui réduira la capacité respiratoire de la personne, qui souffrira alors d’une insuffisance respiratoire chronique.
 
Aussi, en réponse aux virus qui agressent les poumons, l’organisme peut déclencher une réaction inflammatoire, qui en principe devrait être salutaire, mais qui dans les cas graves de COVID-19 s’emballe et en vient à détruire la membrane des alvéoles où s’effectuent les échanges gazeux avec le sang, diminuant ainsi l’oxygénation du sang.
 
Cette réaction inflammatoire incontrôlée induit aussi une plus grande coagulation du sang, avec pour conséquence la formation de caillots dans les vaisseaux sanguins un peu partout dans l’organisme. Ces caillots peuvent ainsi interrompre l’irrigation et, de ce fait, l’oxygénation de certains organes, comme les reins, le foie, le cerveau ou le cœur. Ces multiples thromboses sont souvent la cause du décès.





Pour ceux qui ne se sentent pas bien, prenez des Tylénol et non de l'Advil

Ces règles de base pour contenir l’infection doivent également être suivies par les enfants.

Rappelez-vous, c’était il y a à peine deux semaines. Le coronavirus était une maladie lointaine qui évoluait en Asie, en Europe, ailleurs, mais pas chez nous.

Depuis, la maladie s’est rapprochée à une vitesse fulgurante, jusqu’à envahir chaque sphère de nos vies. Notre travail (pour ceux qui en ont encore un), notre vie de famille, nos courses à l’épicerie, notre façon d’interagir entre nous. Nous avons désappris à nous embrasser, à nous serrer la main, à vivre côte à côte.

Cette maladie, on lui a donné un nom, la COVID-19, qui est maintenant sur toutes les lèvres.
Ce n’est peut-être pas aussi impressionnant que ce que l’on a vu à Hong Kong, Paris, Venise ou New York, mais chez nous aussi, en ces temps de pandémie, l’animation des rues est réduite à presque rien. Nos lieux communs semblent en attente, dans un silence chargé d’angoisse.

On ne sait pas ce qui va arriver ni combien de temps ça va durer.

« Les gens [...] n’ont peut-être pas saisi à quel point le Québec a changé », a dit le directeur de la Santé publique du Bas-Saint-Laurent, Sylvain Leduc, à l’arrivée du dernier vol de Sunwing, la semaine dernière, à Mont-Joli.

Depuis, on nous a fortement recommandé de ne plus voyager. Ni ailleurs dans le monde, ni dans d’autres régions. Il faut rester chez soi.
« Les mesures de confinement, c’est une question de vie ou de mort »  a dit le directeur national de la santé publique du Québec, Horacio Arruda.

« Personne n’est à l’abri », a pour sa part insisté le député Bernard Généreux, alors qu’un premier cas était confirmé au Bas-Saint-Laurent, mercredi dernier. Une semaine plus tard, un premier décès était annoncé.

« Il va y avoir un après coronavirus, il faut garder notre monde en forme », a rappelé la directrice de la commission scolaire des Phares, Madeleine Dugas, après que Québec a prolongé la fermeture des écoles jusqu’en mai. « On vit quelque chose d’exceptionnel... mais c’est l’humain qui est important dans tout ça. »

L’humain. L'humain qu’il faut protéger, alors que la pandémie s’accélère.

Il a falllu 67 jours pour atteindre les 100 [cas], 11 jours pour atteindre les 200 000 et seulement 4 jours pour atteindre les 300 000, a souligné lundi l’Organisation mondiale de la santé. Depuis, le bilan est passé à 487 000 personnes infectées dans le monde, dont 1339 au Québec et 6 au Bas-Saint-Laurent.

Il y a deux semaines, nos vies ont changé et on ignore cela durera pour combien de temps encore. Ce que l’on sait par contre, c’est qu’après plus de deux mois de confinement, la province de Hubei, en Chine, recommence à respirer.
En attendant que ce soit le cas chez nous aussi, nous vivons ces moments seuls, isolés dans nos chaumières, mais réunis autour d’un objectif commun : freiner la pandémie.
Et comme l’a dit le premier ministre Legault lors de son dernier point de presse, « il faut s’armer de patience : on a actuellement une espèce d’armée de 8,5 millions de personnes pour combattre le virus, Ça risque d’être la plus grande bataille de notre vie. »





Les symptômes du coronavirus
Le coronavirus peut provoquer des symptômes graves, une pneumonie, un syndrome respiratoire aigu sévère, une insuffisance rénale et même la mort chez les personnes fragiles et agées.
Fièvre, toux, essoufflement : tels sont les premiers symptômes causés par le coronavirus 2019-nCoV. Ils arrivent progressivement, contrairement à la grippe. Comme les autres virus de la grande famille à laquelle il appartient, celle des coronavirus, celui-ci affecte également les voies respiratoires et les principales défenses sont donc les mêmes que pour les autres maladies infectieuses respiratoires, comme cela s’est produit dans le passé, par exemple pour l’épidémie de Sras en 2002-2003 et la pandémie de grippe de 2009, et comme cela se produit chaque année lorsque les virus responsables de la grippe saisonnière circulent.

La période d’incubation de l’infection COVID-19, période entre la contamination et l’apparition des premiers symptômes, est d’environ 14 jours mais d’après une étude chinoise, il semblerait que les premiers symptômes apparaissent, dans la plupart des cas, dans les 24/48h après la contamination. Le nouveau coronavirus semble provoquer des symptômes d’une ampleur assez grave, plus graves que ceux de la grippe et les personnes les plus vulnérables semblent être les plus âgées, déjà atteintes d’autres maladies mais pas toujours.

La première règle, selon les experts, est de se laver les mains avec de l’eau et du savon pendant au moins 20 secondes ; si cela n’est pas possible, une alternative est un désinfectant contenant au moins 60% d’alcool. Il est important d’éviter de se toucher les yeux, le nez et la bouche avec des mains sales, de porter un masque spécialement adapté pour la prévention du coronavirus ainsi que d’éviter tout contact avec des personnes atteintes de l’infection ou, si cela ne peut être évité, de garder une distance d’environ deux mètres.

Si vous présentez des symptômes pouvant laisser penser que vous avez contracté le coronavirus, les autorités vous conseillent de n’aller ni chez votre médecin généraliste, ni aux urgences mais d’appeler le 15. En attendant, il est bon de rester à la maison, en évitant tout contact avec les membres de la famille. Lorsque vous éternuez, utilisez toujours un mouchoir et jetez-le, ou bien le creux de la manche en pliant le bras à hauteur du coude ; il est également conseillé de nettoyer les objets à risque (téléphone portable, poignée de porte, ordinateur, télécommandes) avec des lingettes antibacteriennes et de désinfecter les objets que vous touchez le plus fréquemment avec un spray désinfectant special anti-virus.

En tout état de cause, les mesures de prévention doivent être mises en pratique et constituent la première défense, étant donné qu’il n’existe actuellement aucun médicament antiviral spécifique pour lutter contre le coronavirus 2019-nCoV. Il n’existe pas de vaccin à l’heure actuelle, bien que plusieurs entreprises et centres de recherche dans le monde aient commencé à travailler dans ce sens.


Recommander à la population d’éviter la prise d’anti-inflammatoires, comme les Advil ou les Motrin, est "un peu prématuré", avance Louis Flamand, directeur du Département de microbiologie-infectiologie et d’immunologie de l’Université Laval.




Comment me soigner à la maison?

Québec a publié un guide d’autosoin pour les personnes atteintes de la COVID-19 et qui n’ont pas besoin d’être hospitalisées. On recommande aux malades de se reposer et de boire beaucoup d’eau pour éviter la déshydratation. Des médicaments en vente libre peuvent également soulager certains symptômes, comme la fièvre et le mal de gorge.





M. Trudeau a aussi annoncé que les Snowbirds des Forces canadiennes survoleront toutes les régions du pays la semaine prochaine dans le cadre d'une initiative visant à saluer les travailleurs de la santé.

L'opération, baptisé Inspiration, se mettra en branle en Nouvelle-Écosse en fin de semaine.






 

Retour index:
Santé  Accueil