"Paix sur terre aux hommes de bonne volonté"

11 novembre: jour du Souvenir


La prière du soldat
Dans l'armée, les chapelles se sont des tentes.
 
Les soldats sont là, à genoux avec leur missel et leur chapelet et prie.
En arrière, il y en a un avec son jeux de cartes. 
Le sergent l'aperçoit et il lui dit:
 
"Soldat !!! Demain vous irez chez le Général . Vous lui direz que vous avez joué aux cartes durant la messe, donc que vous n'avez pas écouté le sermon ! "
 
"Mais mon sergent, mon jeux de cartes c'est mon missel, mon chapelet et ma prière.
 
Si vous voulez, je vais vous l'expliquer.
L'AS: représente Notre-Seigneur, notre Dieu tout puissant
Le 2: les deux testaments, l'Ancien et le Nouveau
Le 3: la Sainte-Trinité
Le 4: représente les quatre Évangélistes
Le 5: ce sont les cinq femmes que Dieu à sauvé. Il y en avait dix, mais cinq ont remercié.
Le 6: ce sont les six jours de la création
Le 7: c'est le jour où il se reposa
Le 8: ce sont les huit personnes sauvés du déluge dans l'arche de Noé
Le 9: ce sont les neuf lépreux que Dieu a guérit
Le 10: ce sont les dix commandements de Dieu
Le VALET: c'est le diable
La DAME: c'est la belle d'entre les belles: C'est la Vierge-Marie
Le ROI: c'est Dieu tout-puissant, c'est Dieu le Père
 
Mon Sergent, dans un jeux de cartes il y a 12 figurines qui représentent les 12 mois de l'année. Il y a 52 cartes qui représentent les 52 semaines de l'année et enfin il y a 365 marques qui représentent les 365 jours de l'année. De plus, il y a quatre atouts qui représentent les quatre saisons de l'année.
 
Vous voyez mon Sergent, que durant la messe je ne me suis pas amusé car avec mes cartes j'ai prié, c'est mon missel.
 


 
 

 Jour du souvenir
En cette belle journée d'amour,
Nous nous rappelons du jour,
Où les soldats sont partis,
En bataille pour leur pays.
Nous nous rappelons de ceux,
Qui ont sacrifié leur vie,
Et qui sont partis vers Dieu,
Et tout ça pour leur pays.
En cette journée nous pensons,
A ce qu'ils ont fait pour nous,
Et dans nos coeurs nous gardons,
Une mémoire d'amour de tous.
À ceux qui sont encore en vie,
Ils sont des personnes bien aimées.
Ils sont de vrais héros rempli,
De paix, d'amour et d'amitié.
À tous ceux qui ont donné,
Leur vie précieuse si aimée,
Je les vois comme des amis,
Et je les en remercie!
Leigh Beaulieu

"Poême pour le Jour du Souvenir"

"LA GUERRE C'EST L'ENFER"

La guerre c'est l'enfer
la guerre c'est la violence
la guerre ça n'a pas de sens
La guerre c'est le meurtre
les soldats qui meurent
les femmes qui pleurent
Les familles souffrant de dépression
les familles souffrant de tristesse
mais nous remercions
Nous remercions les soldats
les soldats qui nous ont donné la chance d'avoir un pays
un pays sans guerre
Un pays sans enfer
nous nous souvenons d'eux
Nous mettons des coquelicots
Souvenirs des soldats qui sont morts pour notre liberté
la liberté de marcher dans les rues
sans crainte d'être bombardés, sans crainte d'être tués.

"Poême au champ d'honneur"

Au Champ d'Honneur, les coquelicots
Entre les croix de lot en lot
Qui marque leur place; et dans le ciel
Les alouettes chantent encore courageusement, volant
Leur rare chant mêlés au sifflement des fusils.

Nous sommes les morts,
Nous qui songions la veille encore
À nos parents, à nos amis,
C'est nous qui reposons ici,
Au Champ d'Honneur,

À vous jeunes désabusés,
À vous de porter l'oriflamme
Et de garder au fond de l'âme
Le goût de vivre en liberté.
Acceptez le défi, sinon
Les coquelicots se faneront
Au Champ d'Honneur.


Le poème Au champ d'honneur est la version française du poème In Flanders Fields, écrit le 3 mai 1915 par le lieutenant-colonel John McCrae. La traduction officielle du gouvernement canadien fut effectuée par le major Jean Pariseau CM, CD, M.A., D.ès L. Jean Pariseau était un historien militaire et religieux, écrivain et généalogiste canadien.

Au Canada, In Flanders Fields a acquis une réputation mythique : la plupart des écoliers anglophones l'apprennent, certains de ses vers se retrouvent sur les billets de 10 dollars canadiens et le club de hockey des Canadiens de Montréal en utilise quelques lignes comme devise (« Nos bras meurtris vous tendent le flambeau, à vous toujours de le porter bien haut. ») . Chaque année, à peu près deux semaines avant le Jour du souvenir, d'anciens combattants vendent des coquelicots en plastique au Canada.

Texte original anglais

In Flanders fields the poppies blow
Between the crosses, row on row
That mark our place; and in the sky
The larks, still bravely singing, fly
Scarce heard amid the guns below.

We are the dead. Short days ago,
We lived, felt dawn, saw sunset glow,
Loved and were loved and now we lie
In Flanders fields.

Take up our quarrel with the foe:
To you, from failing hands, we throw
The torch; be yours to hold it high.
If ye break faith with us who die
We shall not sleep, though poppies grow
In Flanders fields.

 In Flanders Fields" de John McCrae

Ce poème rend hommage aux individus, tant civils que militaires, qui sont morts lors de la Première Guerre mondiale. Dans les pays du Commonwealth britannique, c'est une partie importante des célébrations entourant le Jour du Souvenir (fixé au 11 novembre au Canada).

La version française a abandonné la référence au lieu de la bataille, les Flandres. Le poème a été écrit après la deuxième bataille d'Ypres.


Prière du soldat inconnu
 
M'entends-tu, mon Dieu ?
Jamais de ma vie je ne t'ai parlé,
mais aujourd'hui je veux te saluer.
Tu sais que, depuis ma plus tendre enfance,
on m'a dit que tu n'existais pas, et moi, j'étais si bête que je l'ai cru. Jamais je n'avais eu conscience de la beauté de ta création.
Aujourd'hui, soudain, en voyant les profondeurs de l'immensité,
ce ciel étoile au-dessus de moi, mes yeux se sont ouverts.
Émerveillé, j'ai compris sa lumière.
Comment ai-je pu être si cruellement trompé ?
Je ne sais pas Seigneur, si tu me tends la main,
mais je te confie ce miracle et tu comprendras : au fond de ce terrible enfer, la lumière a jailli en moi et je t'ai vu.
Je ne te dirai rien de plus, seulement la joie de te connaître.
A minuit, nous devons passer à l'attaque, mais je n'ai pas peur, tu nous regardes.
Écoute ! C'est le signal. Que faire ? J'étais si bien avec toi.
Je veux te dire encore ceci : tu sais que le combat sera mauvais.
Peut-être que cette nuit, je frapperai chez toi.
Bien que je n'aie jamais été ton ami,
me permettras-tu d'entrer quand j'arriverai ?
Mais je ne pleure pas, tu vois ce qui m'arrive, mes yeux se sont ouverts. Pardonne-moi, Dieu.
Je pars et ne reviendrai sûrement pas, mais quel miracle !
Je n'ai plus peur de la mort !

Prière du soldat avant la bataille
Je m'adresse à vous mon Dieu,
Car vous donnez ce qu'on ne peut obtenir que de soi. 

Donnez-moi, Mon Dieu, ce qui vous reste
Donnez-moi, ce qu'on ne vous demande jamais. 

Je ne vous demande pas le repos,
Ni la tranquillité, ni celle de l'âme, ni celle du corps. 

Je ne vous demande pas la richesse,
Ni le succès, ni même la santé. 

Tout ça, Mon Dieu, on vous le demande tellement
Que vous ne devez plus en avoir! 

Donnez-moi, Mon Dieu, ce qui vous reste
Donnez-moi, ce que l'on vous refuse. 

Je veux l'insécurité et l'inquiétude
Je veux la tourmente et la bagarre,
Et que vous me les donniez, Mon Dieu, définitivement. 

Que je sois sûr de les avoir toujours,
Car je n'aurai pas toujours le courage de vous le demander. 

Donnez-moi, Mon Dieu, ce qui vous reste. 
Donnez-moi ce dont les autres ne veulent pas. 

Mais donnez-moi le courage, la force et la Foi. 
Amen!


Retour Index:
 Religion  // Accueil