"FÊTE  DE  LA  PENTECÔTE"

le 15 mai 2016

A l’heure où le mal grandit, la vérité doit resplendir et elle resplendira !
Voici que j’envoie mon messager devant toi pour préparer la route.
A travers le désert, une voie crie : préparez le chemin du Seigneur, aplanissez sa route...

"Tu aimes le monde et nous en témoignons"

"Un violent coup de vent"
Témoin de Dieu pour un monde nouveau.

Quand arriva le jour de la Pentecôte, alléluia,
les apôtres se trouvaient tous ensembre, alléluia.

Louez, serviteurs du Seigneur,
loiez le nom du Seigneur!
Béni soit le nom du Seigneur,
Du levant au couchant du soleil,
loué soit le nom du Seigneur!
(Psaume 112, 1-3)


"C'est l'Esprit de vérité."
(Jean 14, 16)
L'esprit nous est donné. Nous avons à ouvrir notre coeur et à l'accueillir comme une grâce.
Il a peut-être des choses nouvelles à nous proposer dont nous ignorons
l'existence.

"Dimanche de la Pentecôte"
Fête chrétienne célébrée le septième dimanche après Pâques, en mémoire de la descente de l'Esprit Saint sur les apôtres.
Le souffle de l'Esprit Saint...
La Pentecôte a lieu le 50ème jour après Pâques. Elle célèbre la venue sur les apôtres de l'Esprit Saint, telle qu'elle est racontée par St Luc dans les Actes des Apôtres. C'est aussi la célébration de la naissance de l'Eglise. Le dimanche de Pentecôte est également propice aux cérémonies de Confirmation.

Le récit des Actes des Apôtres
Les Apôtres se trouvaient à Jérusalem, désemparés depuis l'Ascension du Christ, lorsque le Saint Esprit descendit sur eux. Ils ressentirent alors une force puissante, qui leur permit de s'unir pour bâtir l'Eglise.

Le mot "Pentecôte" vient du grec Pentekostê (= cinquantième). Mais cette fête est également désignée par les termes "Pneumatos parousia" en grec, et "Adventus Spiritus Sancti" en latin, qui ont été logiquement traduits en anglais par exemple par "The Descent of the Holy Gost".


"Origine"

Dimanche de Pentecôte
La Pentecôte est célébrée le septième dimanche après Pâques. Les 50 jours sont décomptés à partir de Pâques, le jour de Pâques étant lui même comptabilisé. La date de la Pentecôte est variable puisque Pâques est une fête mobile (c'est-à-dire dont la date varie d'une année à l'autre) .
Depuis toujours la Pentecôte est une occasion spécifique pour les chrétiens de commémorer le Saint-Esprit, troisième personne de la trinité chrétienne. Dans l'Église catholique et depuis Vatican II qui a remis à l'honneur le culte rendu à l'Esprit-Saint, cette fête donne parfois lieu à des célébrations particulièrement festives, notamment au sein des communautés charismatiques.

Les Hébreux célébraient les moissons par deux grandes fêtes :
la "Fête des Azymes" : lors de l’ouverture des moissons et de l’offrande des premiers épis. Plus tard, cette fête se confondit avec la commémoration de la sortie d’Egypte pour devenir la Pâque juive, la seconde se déroulait 7 semaines plus tard et correspondait à la fin des moissons. Elle fut plus tard associée au souvenir de la transmission des Tables de la Loi à Moïse, c'est-à-dire à la fondation de la religion juive.
Curieusement, la Pentecôte chrétienne a conservé en partie cette notion de fondation puisqu’il est acquis que l’Eglise a été officiellement fondée lors de la descente de l’Esprit sur les Apôtres et l’apparition de leur pouvoir de parler d’autres langues.

La fête de la Pentecôte célèbre la venue de l’Esprit Saint sur les apôtres le cinquantième jour après Pâques (en grec, pentêkostê signifie "cinquantième"). Avant l’Ascension, le Christ avait annoncé aux apôtres « vous allez recevoir une force, celle du Saint-Esprit qui viendra sur vous. Alors vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre ».

Une dizaine de jours plus tard, les apôtres « se trouvaient réunis tous ensemble. Soudain, il vint du ciel un bruit pareil à celui d’un violent coup de vent : toute la maison où ils se tenaient en fut remplie. Ils virent apparaître comme une sorte de feu qui se partageait en langues et qui se posa sur chacun d’eux. Alors ils furent tous remplis de l’Esprit Saint. »

Les apôtres, ayant reçu la force de l’Esprit, eurent alors le courage de sortir de la salle du Cénacle où ils se trouvaient et commencèrent aussitôt à faire connaître l’enseignement reçu du Christ et à baptiser.

Par l’enseignement et la vie de Jésus, ainsi que par la réflexion théologique qui a suivi, les chrétiens ont découvert la réalité mystérieuse d’un seul Dieu en trois personnes, le Père, le Fils et l’Esprit. C’est ce que l’Église appelle le mystère de la Sainte Trinité.

La Pentecôte célèbre la manifestation de l’Esprit Saint. Elle rappelle à chaque fidèle qu’il a reçu l’Esprit Saint le jour de son baptême, puis le jour de sa confirmation. Elle rappelle aussi que l’Esprit Saint nous est donné chaque jour depuis deux mille ans. C’est dire « la présence pleine et entière de Dieu à notre monde, à notre temps. [...] Le Christ, qui a promis d’être avec nous jusqu’à la fin du monde, est à l’oeuvre, par son Esprit, à la fois dans les surgissements inattendus (comme Taizé, les communautés nouvelles...) et dans des êtres providentiels (comme Jean-Paul II, Madeleine Delbrêl, Charles de Foucauld, Mère Térésa...), mais aussi dans la vie ordinaire de l’Eglise. » 

La Pentecôte dans le Monde

La Pentecôte se célèbre dans différents pays à travers le monde.

Les dons du St-Esprit

Les dons ont été «répandus dans nos cœurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné» (Romains 5, 5). S’ils nous ont été donnés en totalité et sans retour, en revanche, nous avons à travailler pour les faire croître en nous. C’est un peu comme une plante dont nous devons prendre soin en l’arrosant, en la taillant, en enrichissant la terre pour qu’elle donne du fruit.

Ainsi devons-nous nous aussi prendre soin de ces dons qui ont été semés en nous. C’est par notre effort et notre persévérance qu’ils produiront leurs fruits. Il est d’ailleurs significatif que la Tradition de l’Église ait retenu une liste de douze fruits de l’Esprit. Là aussi, le nombre est symbolique.

Face aux sept dons, symboles de la re-création de l’homme, les douze fruits représentent la fécondité de la vie de l’Esprit, tout comme les douze patriarches nés de Jacob indiquent l’incarnation de la promesse faite à Abraham. «Charité, joie, paix, patience, longanimité, bonté, bénignité, mansuétude, fidélité, modestie, continence, chasteté.» Cette liste, inspirée de la lettre de Paul aux Galates (5, 22-23), nous dit surtout que nos efforts pour traduire en vie les dons reçus ne resteront pas vains.

Le père Guy Lepoutre, jésuite, a une longue expérience de prédicateur de retraites. Proche du Renouveau, il est membre du comité d'organisation du mouvement charismatique œcuménique "Embrase nos cœurs". Il est supérieur de la communauté du Châtelard, centre spirituel ignatien, à l'ouest de Lyon (69).

Comment l'Esprit Saint agit-il ?

Fondamentalement, il anime en nous la foi, la charité et l'espérance. Le premier rôle de l'Esprit, c'est de nous conforter dans la foi, une foi vivante et savoureuse. Il nous libère du doute et de l'hésitation. Il nous donne d'être convaincu que Dieu agit dans notre vie et dans le monde.

L'amour ou la charité (en grec, agapè) est, selon Paul dans l'épître aux Galates, le fruit fondamental de l'Esprit. C'est pourquoi Paul parle de fruit au singulier, avant d'énumérer la manière dont cet amour se décline : "joie, paix, patience, bonté, bienveillance, foi, douceur, maîtrise de soi" (Galates 5,22-23).

Et puis il y a l'espérance, particulièrement précieuse aujourd'hui, me semble-t-il. L'Esprit grave dans notre coeur la certitude que Dieu accomplit son projet de salut pour l'humanité. Il nous permet alors de rebondir, par-delà nos échecs et nos difficultés.

On dit souvent que l'Esprit nous guide. En quel sens ?

D'abord parce que l'Esprit est notre éducateur. Il affine en nous le sentir spirituel. Il nous rend plus sensible à ce qui abîme notre relation avec Dieu : nos négligences, nos laisser-aller, tous ces "manques à gagner" dans l'amour.

Ensuite, l'Esprit nous apprend la louange. Il nous donne le goût de louer Dieu, en communauté, ou dans notre prière personnelle. Pourquoi ? Parce qu'il nous met en présence de Dieu qui est fidèle à sa propre générosité de manière surabondante. Notre réponse, c'est la louange : quelle joie pour nous que Dieu soit Dieu !

Et puis bien sûr, on peut demander à l'Esprit d'éclairer nos choix, nos décisions. Je pense par exemple, dans l'évangile, à l'épisode des noces de Cana. Marie présente sa demande car elle croit en Jésus. Jésus commence par refuser, puis on peut penser qu'il consulte son Père dans l'Esprit. Alors, il donne la surabondance et c'est la fête, la joie pour tous !

Mais comment faire la différence entre ce qui vient de l'Esprit et ce qui relève de notre psychologie, de nos états d'âme ?

C'est l'objet du discernement. Il est vrai que l'Esprit est parfois difficile à remarquer tant il est discret et humble. Il ne cherche pas à attirer nos regards sur lui : il nous place devant le mystère du Père, le mystère du Fils, puis il disparaît en coulisse ! C'est ainsi qu'il nous apprend l'humilité.

En fait, ce qui est simplement d'ordre psychologique est superficiel et ne laisse guère de trace en nous, même si notre réaction première est assez vive. Ce qui vient de l'Esprit touche profondément notre cœur et change quelque chose pour de bon.

On peut aussi s'exercer à repérer l'action de l'Esprit chez les autres. Puisque nous croyons que l'Esprit est au travail dans les cœurs, chacun de nous peut et doit écouter l'Esprit à travers son frère. Nous voici témoins des merveilles de l'Esprit ! Cette expérience nous fait vraiment grandir dans l'amour fraternel. D'autant que l'Esprit est sans frontières : tout être humain est sollicité par l'Esprit, puisque créé à l'image de Dieu. Ce sont les chrétiens qui vont nommer sa présence. Mais nous n'avons pas le monopole de l'Esprit ! Parfois ce sont des "prophètes païens" qui nous réveillent….

Les 7 dons du St-Esprit

La sagesse : pour discerner ce que Dieu attend de nous et avoir le désir de la sagesse de Dieu qui est amour infini.
 
L'intelligence : pour nous aider à approfondir et à comprendre la Parole de Dieu, bien sûr par notre intelligence, mais davantage par le cœur.
 
Le conseil : c'est se mettre à l'écoute de Dieu pour se laisser guider par lui. Il faut accepter dans la prière les "conseils" de Dieu, afin de discerner ce qui est bien et ce qui est mal.
 
La force : pour rester fidèles à l’Évangile et pour oser témoigner du Christ aux autres.
 
La connaissance : pour nous aider à mieux saisir le vrai sens de la vie, pour nous-mêmes et pour les autres.
 
L'affection filiale : c'est aimer Dieu comme un enfant; ce don est aussi appelé "crainte" de Dieu. Ce n'est pas en avoir peur, mais c'est se rendre compte que nous devons toujours l'aimer de plus en plus.
 
La Crainte de Dieu : il ne s'agit pas d'une quelconque terreur. Il s'agit d'une juste distance à vivre pour s'ajuster à Dieu. Abandonner toute idée de "toute puissance" personnelle pour entrer dans l'humilité libérante de l’Évangile
 
Tous ces dons sont étroitement liés les uns aux autres.


La Pentecôte a son origine dans le peuple juif. Des des chercheurs de Dieu venaient, de toutes les nations, vers le temple de Jérusalem...

Bien avant Jésus-Christ de nombreux croyants venaient en pèlerinage vers le temple de Jérusalem. Ils venaient remercier Dieu pour tous ses dons : la terre, la loi de l'alliance et les promesses des prophètes. Lors de la fête, célébrée cinquante jours après la résurrection de Jésus, les apôtres découvrent que Dieu donne aussi Jésus comme sauveur et l'Esprit Saint comme source de vie nouvelle. Ils découvrent que cet Esprit n'est pas seulement une lumière, une force, une conviction...mais une Personne.

Dans la Bible, on parlait de l'Esprit depuis longtemps. Mais les croyants ne savaient pas encore qu'il est une personne. Ils ne savaient pas que Dieu est une communauté de trois personnes, le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Aujourd'hui, nous voyons l'Esprit Saint au coeur de la communauté divine et au cœur de la communauté humaine. L'Esprit Saint est vraiment le champion du travail incognito puisque, bien avant même d'être connu, il agissait déjà.

N'était-il pas là déjà, planant sur le chaos, participant avec enthousiasme à la création de la terre et du ciel ? N'était-il pas là, humblement, dans les groupes de déportés-exilés, qui méditaient les promesses de Yahvé ?

L'Esprit Saint était là aussi, précisant son nom, lorsque Marie disait oui à l'annonce de l'ange et que se réalisait dans son corps la merveille des merveilles, l'union heureuse de la divinité et de l'humanité dans la personne de Jésus. Il était là sur Jésus qui portait la Bonne Nouvelle et vivait sa passion. Il était là toujours lorsque Jésus, au soir de Pâques, soufflait sur ses apôtres pour leur confier une mission de pardon et de paix. Il était là, bousculant les apôtres, les précédant sur les routes de toutes les nations.

Découvert de l'Esprit Saint au fil de l'Histoire

Ainsi, progressivement, au long de l'Histoire, nous avons découvert le nom et l’œuvre de l'Esprit Saint. Le concile Vatican II l'a écrit clairement : "Puisque le Christ est mort pour tous, et que la vocation dernière de l'homme est vraiment unique, à savoir divine, nous devons tenir que l'Esprit Saint offre à tous, d'une façon que Dieu connaît, la possibilité d'être associés au mystère pascal". (L’Église dans le monde de ce temps, n°22).

Les témoignages de la présence et de l'action de l'Esprit Saint sont nombreux. Des hommes, des femmes, des jeunes et des enfants reconnaissent en eux un dynamisme qui les étonne. Un médecin octogénaire, qui ne venait jamais à l'église, confiait : "Plus j'avance dans la vie et plus je suis persuadé que les êtres humains, pour vivre mieux, n'ont pas seulement besoin de médicaments et de fortifiants, mais d'amour et de convictions spirituelles." Une jeune veuve témoignait : "Je n'aurais jamais pensé être capable de supporter un tel deuil. Je crois maintenant aux forces spirituelles."

Ce mot "spirituel" exprime sans doute les possibilités de la conscience, mais n'exprime-t-il pas aussi les fruits de l'Esprit Saint ? Une fillette confiait à sa mère : "Maman, je crois que j'ai déjà reçu le Saint-Esprit, parce que j'ai tout le temps envie de bien faire !" Un confirmand, qui se trouvait dans une situation familiale douloureuse, écrivait à son évêque : "Je ne sais pas trop où je vais, mais je vois la confirmation comme un aspirateur à brouillard !" Il avait sa manière à lui de dire que l'Esprit Saint sait souffler et aspirer, car il est aussi l'Esprit consolateur !

L'Esprit Saint agit dans l'espace et le temps

Le Concile insiste beaucoup sur l'action de l'Esprit Saint dans l'espace et le temps. Jean-Paul II nous l'indique aussi dans son encyclique sur La Mission du Rédempteur (n°28) : "La présence et l'activité de l'Esprit Saint ne concernent pas seulement les individus, mais la société et l'histoire, les peuples, les cultures et les religions. En effet, l'Esprit saint se trouve à l'origine des idéaux nobles et des initiatives bonnes de l'humanité en marche. Par une providence admirable, il conduit le cours du temps et rénove la face de la terre !"

L'histoire avance avec ses échecs et ses réussites. Dans toutes les situations, des personnes et des groupes choisissent la non-violence, cherchent la justice, vivent la gratuité, servent les plus souffrants et gardent une espérance forte. Une certitude bouscule l'histoire : la vie ne peut pas perdre, puisque Dieu s'engage avec nous. "L'espérance ne trompe pas, car l'Amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l'Esprit Saint qui nous a été donné." (Romains 5, 5).


Demeuré inconnu pendant bien des années, l'Esprit Saint a repris une certaine place depuis ces quinze dernières années. C'est un ensemble de circonstances qui ont favorisé le <retour> de l'Esprit Saint parmi nous. Parmi ces circonstances, il y a l'Esprit Saint lui-même. Comment cela? Tout simplement parce qu'il n'a jamais quitté la scène du monde, même si nous le pensions absent.
Qui en ce 25 janvier 1959, a inspiré un Jean XX111 d'annoncer un Concil oecuménique alors qu'il y avait au-delà de 100 ans que l'on n'avait plus assisté à un tel évènement, sinon l'Esprit Saint lui-même!
Nous avions oublié que c'était aussi à nous qu'était adressée cette prophétie que l'apôtre Pierre fit immédiatement après qu'il eût reçu l'Esprit Saint:
<<Il arrivera dans les derniers jours, dit Dieu, que je répendrai de mon esprit sur toute chair, vos fils et vos filles seront prophètes, vos jeunes gens auront des visions, vos vieillards des songes....>>
(Actes 2, 17).
Le grand rêve de Dieu allait se réaliser: faire de tout homme et de toute femme un prophète, une prophétesse:
<<Si seulement tout le peuple du Seigneur devenait un peuple de prophètes sur qui le Seigneur aurait mis son Esprit>> (Exode 11, 29).
Plus que cela, Jésus lui-même avait prié pour que cet Esprit Saint vienne demeurer chez nous:
<<Moi, je prierai le Père: il vous donnera un autre Paraclet qui restera avec vous pour toujours>>
(Jean 14, 16).
Peut-on, maintenant, s'étonner de la présence de l'Esprit de Jésus au milieu de nous? Pourquoi alors tarder à lui demander de venir chez nous personnellement pour qu'à notre tour nous soyons transformés au point de devenir des prophètes habités par l'Esprit du Seigneur?

Avec la Pentecôte, nous clôturons la période pascale.

"Représentations"

Généralement, les langues de feu parent du bec d’une colombe symbolisant l’Esprit. (La symbolisation de l’Esprit par une colombe fait référence à l’évangile selon Marc (1:9-11). Lorsqu’elles sont au nombre de sept, les langues de feu représentent les Sept Dons de l’Esprit (sagesse, intelligence, conseil, force, science, pitié, crainte de Dieu). Parfois la colombe est remplacée par la main de Dieu, et dans ce cas, les rayons de feu de l’Esprit proviennent des doigts écartés.
Au Moyen-Age, les apôtres sont disposés les uns à côté des autres, sur une ou deux lignes. Dès le XIIe siècle, Pierre est au centre des apôtres. Plus tard, il sera remplacé dans cette position centrale par la Vierge.
Il existe aussi des représentations de la Pentecôte dans lesquelles Pierre et Paul se trouvent au centre.
A partir du XVe siècle, la Pentecôte est liée à la Trinité : le Père et le Fils sont représentés dans un nuage lumineux au-dessus de la Vierge et des apôtres.
Pourquoi ces diverses représentations ?
Elles correspondent à des "modes" théologiques. Selon les époques, l’accent a été mis soit sur la fondation de l’Eglise, soit sur l’importance du culte marial.

Viens, Esprit Saint, en nos coeurs
et envoie du haut du ciel un rayon de ta lumière.

Viens en nous, père des pauvres, viens, dispensateur des dons,
viens lumière de nos coeurs.

Consolateur souverain, hôte très doux de nos âmes,
adoucissante fraîcheur.

Dans le labeur, le repos; dans la fièvre, la fraîcheur;
dans les pleurs, le réconfort.

Ô lumière bienheureuse, viens remplir jusqu'à l'intime,
le coeur de tes fidèles.

Sans ta puissance divine, il n'est rien en aucun homme,
rien qui ne soit perverti.

Lave ce qui est souillé, baigne ce qui est arride,
guérris ce qui est blessé.

Assouplis ce qui est raide, réchauffe ce qui est froid,
rend droit ce qui est faussé.

À tous ceux qui ont la foi et qui en toi se confient
donne tes sept dons sacrés.

Donne mérite et vertu, donne le salut final,
donne la joie éternelle. Amen.
(texte tiré du Prions en l'Eglise, édition mensuelle)

C'était le jour de la Pentecôte.
Les apôtres étaient réunis tous ensemble.
Tout à coup, il vint du ciel un bruit pareil à un coup de vent violent
qui remplit toute la maison où ils se trouvaient.
Alors ils virent apparaître des langues comme de feu;
elles se séparèrent et ils s'en posa une sur chacun d'eux.
 

TOUS FURENT REMPLIS DE L'ESPRIT SAINT.
Et ils se mirent à parler en d'autres langues, selon que l'Esprit
leur suggérait de s'exprimer. ( Actes 2, 1-4)

Retour Index:
 Religion  //  Accueil
 

Vous voulez envoyer cette page à un ami(e)?
cliquez sur le logo:





annuaire
 
 

Hit-Parade