Mercredi des Cendres // Le Carême  // Les 5 dimanches du Carême
DIMANCHE DES RAMEAUX  //  JEUDI SAINT  //  VENDREDI SAINT
SAMEDI SAINT   // JOUR DE PÂQUES
Pâques et ses coutumes et tradition

(mise à jour le 24 février 2018)

Jeudi 29 mars 2018

Lectures

© AELF - Paris - 1980 - Tous droits réservés. Citations extraites de la Traduction liturgique de la Bible 2013.

Messe chrismale

Is 61,1-3a.6a.8b-9
L'esprit du Seigneur Dieu est sur moi parce que le Seigneur m'a consacré par l'onction. Il m'a envoyé annoncer la bonne nouvelle aux humbles, guérir ceux qui ont le coeur brisé, proclamer aux captifs leur délivrance, aux prisonniers leur libération, proclamer une année de bienfaits accordée par le Seigneur, et un jour de vengeance pour notre Dieu, consoler tous ceux qui sont en deuil, ceux qui sont en deuil dans Sion, mettre le diadème sur leur tête au lieu de la cendre, l'huile de joie au lieu du deuil, un habit de fête au lieu d'un esprit abattu.
Vous serez appelés « Prêtres du Seigneur » ; on vous dira « Servants de notre Dieu.
Parce que moi, le Seigneur, j'aime le bon droit, parce que je hais le vol et l'injustice, loyalement, je leur donnerai la récompense, je conclurai avec eux une alliance éternelle. Leurs descendants seront connus parmi les nations, et leur postérité, au milieu des peuples. Qui les verra pourra reconnaître la descendance bénie du Seigneur.

Ps 88,20-22.25.27.29
Autrefois, tu as parlé à tes amis, dans une vision tu leur as dit : « J'ai donné mon appui à un homme d'élite, j'ai choisi dans ce peuple un jeune homme. « J'ai trouvé David, mon serviteur, je l'ai sacré avec mon huile sainte ; et ma main sera pour toujours avec lui, mon bras fortifiera son courage. « Mon amour et ma fidélité sont avec lui, mon nom accroît sa vigueur ; « Il me dira : Tu es mon Père, mon Dieu, mon roc et mon salut ! « Sans fin je lui garderai mon amour, mon alliance avec lui sera fidèle ;

Ap 1,5-8
de la part de Jésus Christ, le témoin fidèle, le premier-né des morts, le prince des rois de la terre. À lui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés par son sang, qui a fait de nous un royaume et des prêtres pour son Dieu et Père, à lui, la gloire et la souveraineté pour les siècles des siècles. Amen. Voici qu'il vient avec les nuées, tout oeil le verra, ils le verront, ceux qui l'ont transpercé ; et sur lui se lamenteront toutes les tribus de la terre. Oui ! Amen ! Moi, je suis l'Alpha et l'Oméga, dit le Seigneur Dieu, Celui qui est, qui était et qui vient, le Souverain de l'univers.

Lc 4,16-21
Il vint à Nazareth, où il avait été élevé. Selon son habitude, il entra dans la synagogue le jour du sabbat, et il se leva pour faire la lecture. On lui remit le livre du prophète Isaïe. Il ouvrit le livre et trouva le passage où il est écrit : L'Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m'a consacré par l'onction. Il m'a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux captifs leur libération, et aux aveugles qu'ils retrouveront la vue, remettre en liberté les opprimés, annoncer une année favorable accordée par le Seigneur. Jésus referma le livre, le rendit au servant et s'assit. Tous, dans la synagogue, avaient les yeux fixés sur lui. Alors il se mit à leur dire : « Aujourd'hui s'accomplit ce passage de l'Écriture que vous venez d'entendre. »

Messe

Ex 12,1-8.11-14 (Le sacrifice de l'agneau pascal)
Dans le pays d'Égypte, le Seigneur dit à Moïse et à son frère Aaron : « Ce mois-ci sera pour vous le premier des mois, il marquera pour vous le commencement de l'année. Parlez ainsi à toute la communauté d'Israël : le dix de ce mois, que l'on prenne un agneau par famille, un agneau par maison. Si la maisonnée est trop peu nombreuse pour un agneau, elle le prendra avec son voisin le plus proche, selon le nombre des personnes. Vous choisirez l'agneau d'après ce que chacun peut manger. Ce sera une bête sans défaut, un mâle, de l'année. Vous prendrez un agneau ou un chevreau. Vous le garderez jusqu'au quatorzième jour du mois. Dans toute l'assemblée de la communauté d'Israël, on l'immolera au coucher du soleil. On prendra du sang, que l'on mettra sur les deux montants et sur le linteau des maisons où on le mangera. On mangera sa chair cette nuit-là, on la mangera rôtie au feu, avec des pains sans levain et des herbes amères. Vous mangerez ainsi : la ceinture aux reins, les sandales aux pieds, le bâton à la main. Vous mangerez en toute hâte : c'est la Pâque du Seigneur. Je traverserai le pays d'Égypte, cette nuit-là ; je frapperai tout premier-né au pays d'Égypte, depuis les hommes jusqu'au bétail. Contre tous les dieux de l'Égypte j'exercerai mes jugements : Je suis le Seigneur. Le sang sera pour vous un signe, sur les maisons où vous serez. Je verrai le sang, et je passerai : vous ne serez pas atteints par le fléau dont je frapperai le pays d'Égypte. Ce jour-là sera pour vous un mémorial. Vous en ferez pour le Seigneur une fête de pèlerinage. C'est un décret perpétuel : d'âge en âge vous la fêterez.

Ps 115,12-13.15-18 (L'action de grâce au Seigneur)
Comment rendrai-je au Seigneur tout le bien qu'il m'a fait ? J'élèverai la coupe du salut, j'invoquerai le nom du Seigneur. Il en coûte au Seigneur de voir mourir les siens ! Ne suis-je pas, Seigneur, ton serviteur, ton serviteur, le fils de ta servante,moi, dont tu brisas les chaînes ? Je t'offrirai le sacrifice d'action de grâce, j'invoquerai le nom du Seigneur. Je tiendrai mes promesses au Seigneur, oui, devant tout son peuple,

1 Co 11,23-26 (Le repas du Seigneur)
J'ai moi-même reçu ce qui vient du Seigneur, et je vous l'ai transmis : la nuit où il était livré, le Seigneur Jésus prit du pain, puis, ayant rendu grâce, il le rompit, et dit : « Ceci est mon corps, qui est pour vous. Faites cela en mémoire de moi. » Après le repas, il fit de même avec la coupe, en disant : « Cette coupe est la nouvelle Alliance en mon sang. Chaque fois que vous en boirez, faites cela en mémoire de moi. » Ainsi donc, chaque fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous proclamez la mort du Seigneur, jusqu'à ce qu'il vienne.

Jn 13,1-15 (Le lavement des pieds)
Avant la fête de la Pâque, sachant que l'heure était venue pour lui de passer de ce monde à son Père, Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu'au bout. Au cours du repas, alors que le diable a déjà mis dans le coeur de Judas, fils de Simon l'Iscariote, l'intention de le livrer, Jésus, sachant que le Père a tout remis entre ses mains, qu'il est sorti de Dieu et qu'il s'en va vers Dieu, se lève de table, dépose son vêtement, et prend un linge qu'il se noue à la ceinture ; puis il verse de l'eau dans un bassin. Alors il se mit à laver les pieds des disciples et à les essuyer avec le linge qu'il avait à la ceinture. Il arrive donc à Simon-Pierre, qui lui dit : « C'est toi, Seigneur, qui me laves les pieds ? » Jésus lui répondit : « Ce que je veux faire, tu ne le sais pas maintenant ; plus tard tu comprendras. » Pierre lui dit : « Tu ne me laveras pas les pieds ; non, jamais ! » Jésus lui répondit : « Si je ne te lave pas, tu n'auras pas de part avec moi. » Simon-Pierre lui dit : « Alors, Seigneur, pas seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête ! » Jésus lui dit : « Quand on vient de prendre un bain, on n'a pas besoin de se laver, sinon les pieds : on est pur tout entier. Vous-mêmes, vous êtes purs, mais non pas tous. » Il savait bien qui allait le livrer ; et c'est pourquoi il disait : « Vous n'êtes pas tous purs. » Quand il leur eut lavé les pieds, il reprit son vêtement, se remit à table et leur dit : « Comprenez-vous ce que je viens de faire pour vous ? Vous m'appelez "Maître" et "Seigneur", et vous avez raison, car vraiment je le suis. Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi, vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. C'est un exemple que je vous ai donné afin que vous fassiez, vous aussi, comme j'ai fait pour vous.



Pape François lavant les pieds des fidèles


L'heure de l'abaissement
Le Jeudi Saint est l'heure où Jésus s'abaisse. Il <<prend un linge qu'il noue à la ceinture...Il se met à laver les pieds des disciples>> C'est le monde à l'envers. C'étaient à eux de lui laver les pieds, et non le contraire.
Le chemin de la gloire
Un service de maître.
Il se met à laver les pieds des disciples. (Jean 13, 5)
<<Faites cela en mémoire de moi>>

L'évangile et le rite du lavement des pieds nous montrent l'abaissement de Jésus qui n'est " pas venu pour être servi mais pour servir ". Ce geste révèle jusqu'où Il veut aller dans son amour pour les hommes. En ce jour où l'Église rend grâce pour le don du Sacerdoce, Il leur montre l'exemple : " Où sont amour et charité, Dieu lui-même est présent ".

Tous impliqués!
La passion de Jésus n'a cessé d'inspirer l'art. Et, depuis le XXe siècle, elle est devenue l'un des sujets prévilégiés du cinéma. Ces représentations artistiques de la passion nous invitent-elles pas à approcher les oeuvres d'art comme une occasion de devenir plus humain?

Le Jeudi Saint
Jésus prend un dernier repas avec les 12 apôtres dans la salle dite du "Cénacle". Cet ultime repas s'appelle la Cène (ICor, 11; Lc, 22; Mc, 14; Mt, 26).  Jésus institue l'eucharistie dans laquelle le pain et le vin deviennent son Corps et son Sang.

Après le repas de la Cène, le Christ se rend au jardin des Oliviers avec les Apôtres pour veiller et prier. Le soir du Jeudi Saint, on célèbre la messe "en mémoire de la Cène du Seigneur", puis nous nous unissons à la prière du Christ ce soir-là, en veillant auprès du saint sacrement (le pain et le vin consacrés) jusque tard dans la nuit.

AVANT TA PASSION,
TU NOUS AS DONNÉ FOI EN LA RÉSURECTION DE TOUS,
TU AS RESSUCITÉLAZARE DES MORTS,
Ô CHRIST DIEU.
AUSSI COMME LES ENFANTS, PORTANT LES SYMBOLES DE TA VICTOIRE,
NOUS TE CHANTONS COMME AU VAINQUEUR DE LA MORT :
"HOSANNA AU PLUS HAUT DES CIEUX,
BÉNI SOIT CELUI QUI VIENT AU NOM DU SEIGNEUR".

À sa demande, nous refaisons ce soir ce que Jésus lui-même a fait au cours de son dernier repas qui est à l'origine de toutes nos eucharisties.
Le pain rompu et partagé, la coupe offerte à tous, le lavement des pieds...autant de gestes qui expriment l'amour total de Jésus pour nous et aussi l'amour que nous devons avoir les uns pour les autres.
 

LE DERNIER REPAS

‘‘LE DERNIER REPAS AU CENACLE‘‘
Le Dieu de notre foi est un Dieu qui se donne.
Voilà ce que nous révèle Jésus, le Christ, dans les deux grands gestes qu‘il
accomplit au cours de son dernier repas: le partage du pain et de la coupe.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
Jésus vint à Nazareth, où il avait été élevé.
Selon son habitude,
il entra dans la synagogue le jour du sabbat,
et il se leva pour faire la lecture.
On lui remit le livre du prophète Isaïe.
Il ouvrit le livre et trouva le passage où il est écrit :
L’Esprit du Seigneur est sur moi
parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction.
Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres,
annoncer aux captifs leur libération,
et aux aveugles qu’ils retrouveront la vue,
remettre en liberté les opprimés,
annoncer une année favorable accordée par le Seigneur.

Jésus referma le livre, le rendit au servant et s’assit.
Tous, dans la synagogue, avaient les yeux fixés sur lui.
Alors il se mit à leur dire :
« Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture
que vous venez d’entendre. »
– Acclamons la Parole de Dieu.

 

LE TESTAMENT DE JESUS
Au cours du repas, Jésus se lève de table, quitte son vêtement et prend un linge qu'il noue à sa ceinture. Il verse de l'eau dans un plat et il se met à laver les pieds de ses disciples (Jean13, 4-5).

Jésus livre les secrets de son coeur à ses disciples. Chose qu l'on ne fait que dans les grands moments de sa vie, comme à la veille de mourrir.
Il leur avait dit: <<Aimez-vous les auns les autres, comme je vous ai aimés. C'est ainsi que l'on reconnaîtra que vous êtes mes disciples.>> Et, comme pour leur montrer comment s'aimer, il leur lave les pieds. Et il leur dit: <<Vous voyez ce que j'ai fait, faites de même.>> La ver les pieds fatigués de marcher, salis par le sable, blessés par la route, c'est un grand service à rendre.


 Célébrer le Jeudi saint, c’est faire mémoire de Jésus qui donne sa vie par amour. C’est rendre actuelle, vivante et agissante sa présence parmi nous.
 Faire mémoire de lui, c’est aussi se laver les pieds les uns aux autres.

 


JEUDI SAINT

 Le Fils de l'homme
n'est pas venu pour être servi,
mais pour servir
et donner sa vie en rançon
pour la multitude

La nuit qu'il fut livré, le Seigneur prit du pain
En signe de sa mort, le rompit de sa main:
« Ma vie, nul ne la prend, mais c'est moi qui la donne
«Afin de racheter tous mes frères humains»

Après qu'il eut soupé pour la dernière fois,
S'offrit comme victime au pressoir de la croix:
«Mon sang, versé pour vous, est le sang de l'Alliance;
« Amis, faites ceci en mémoire de moi. »
Chaque fois que vous mangez ce pain et buvez à cette coupe,
vous annoncez la mort du Seigneur jusqu'à ce qu'il vienne.
(1 Corinthiens 11,26)


Selon la coutume...
Le Saint-Sacrement est conduit en procession jusqu'au lieu de la réserve eucharistique, tandis que l'on chante.
Ensuite on dépouille l'autel et on enlève ou on voile les croix de l'église. On peut voir dans ce dépouillement de l'autel le signe du Christ qui, dans sa passion et sa mort, est dépouillé de tout. Le dépouillement de l'autel terminé, ceux et celles qui le peuvent sont invités à un moment de prière près de la réserve eucharistique. Temps d'intériorité qui nous permet d'entrer un peu plus dans le mystère de ce Dieu livré aux mais de la violence humaine. Jusqu'à minuit, le peuple chrétien proclamera sa foi en la présence toujours actuelle du Christ, sous a forme du pain de vie.

(chant)
Seigneur, viens revivre en nous
l'immense amour s'immolant au Calvaire;
ton coeur est ouvert et la source jaillit:
Seigneur, viens revivre en nos coeurs!

"Prière"
Daignez, Seigneur, regarder votre famille, pour laquelle notre Seigneur Jésus-Christ n'a pas hésité à se livrer aux bourreaux et à souffrir le supplice de la Croix.

Le pardon aux pénitents, le chrême du Paraclet sur le front des baptisés, l'huile de consolation sur les membres des moribonds, la divine Eucharistie dans le cœur de tous les fidèles, combien d'ineffables mystères de miséricorde en ce jour de la Cène de Jésus, où Il épanche la plénitude de son Cœur et, nous ayant toujours aimés, in finem dilexit, c'est-à-dire jusqu'à la croix et à la mort.
 


Mercredi des Cendres // Le Carême  // Les 5 dimanches du Carême
DIMANCHE DES RAMEAUX  //  JEUDI SAINT  //  VENDREDI SAINT
SAMEDI SAINT   // JOUR DE PÂQUES
Pâques et ses coutumes et tradition


Retour Index:
Religion Accueil














annuaire
 
 

Hit-Parade