HISTOIRE DU TABLIER
 
À la mémoire en pensant aux tabliers que portaient nos mères, nos grands-mères et nos tantes...quels bons moments à se remémorer ! 


REMARQUEZ LES MESURES DE L’ÉPOQUE : MÉDIUM  = 14-16


LES TEMPS CHANGENT... 

 Un voyage dans le temps, je vous fait parvenir cette petite histoire du tablier dont j'en ai de très bons souvenirs de celui de ma grand-mère et de ma mère, aussi pour en avoir porter depuis que j'étais toute petite, surtout le dimanche car on portait notre robe du dimanche et ça prenait un tablier pour ne pas se salir, en avoir aussi cousu avec des patrons comme ceux d'en bas avec le patron VOGUE et autres et pour vous avouer que j'en ai encore dans mon tiroir.


Je crois que les jeunes d’aujourd’hui ignorent ce qu’est un tablier...

Les mamans portaient un tablier par-dessus leurs vêtements pour les protéger car elles avaient peu de robes.  En fait, il était beaucoup plus facile de laver un tablier ? habituellement en coton ? qu’un robe, une blouse ou une jupe, faits d’autres tissus.

De plus, le tablier servait à sortir les plats chauds du fourneau, avant les «mitaines à fourneau».

Le tablier de maman servait souvent à sécher les larmes ou même à nettoyer le visage de l’enfant.

Maman s’en servait pour transporter les oeufs pondus par les poules dans sa cour.  Parfois, lorsque les oeufs n’étaient qu’à moitié éclos, elle les déposait dans un fourneau tiède pour faciliter leur éclosion.

Quand la visite arrivait, les enfants plus timides pouvaient s’y réfugier... d’où l’expression : «Se cacher dans les jupons de sa mère».

Par temps froid, maman le relevait pour couvrir ses épaules.  Par temps chaud, maman épongeait son front ruisselé de sueurs provoquées par la proximité du poêle à bois.  Et devinez comment maman entrait le bois de chauffage dans la maison ?  En le cordant dans son tablier...

En été, maman recueillait les légumes de son jardin et les transportait dans son tablier.  Puis, à l’automne, elle allait cueillir les pommes directement dans le pommier et les y empilait.

Et si la visite arrivait à l’improviste, combien d’objets pouvaient être époussetés avec ce même tablier «pour ôter le plus gros».

À l’heure du midi, elle appelait les hommes qui travaillaient au champ en agitant son tablier comme un drapeau : c’était le signal que le dîner était prêt.

Malgré toute la technologie d’aujourd’hui, combien de temps ça prendra pour que quelqu’un invente un vêtement tout-usage qui puisse rivaliser d’utilité avec le tablier de nos mamans et grands-mamans?
Faites plaisir à tous les gens qui connaissent déjà le tablier...  Envoyez-le aussi aux jeunes qui pourraient en faire un bon sujet de rédaction pour leur cours de Français.

RAPPEL : Alors que grand-maman déposait sa tarte au pomme au bord de la fenêtre pour la tiédir, aujourd’hui, on met la même tarte au bord de la fenêtre pour la faire dégeler... Autres temps, autres moeurs!

DANGER :  Rien qu’à penser à la quantité de microbes qui pouvaient s’accumuler sur le tablier en une seule journée, on en viendrait bien fou aujourd’hui !!!

RÉALITÉ : Et pourtant, la seule chose que les enfants de l’époque aient attrapée au contact du tablier de maman ou de grand-maman, c’est de l’amour !


 
 

 
 

J'ai reçu ce texte par courriel.
 J'ai pensé l'offrir en hommage à toutes les grands-mamans du monde !

auteur: Diane Ranger
choix de Desneiges...
 
 


Retour Index:
Réflexion   //   Accueil








 

Hit-Parade
annuaire