"SEPTEMBRE"
 "LE CALMAR OU CALAMAR"
 "Tous les poissons mangent les gens, C’est le requin seul qu’on blâme."
[Proverbe martiniquais]


    Calamar:
Des 246 espèces qui ont été identifiées dans les mers grecques, les plus connues sont le rouget, le homard, la crevette, le crabe, l'huître, la pieuvre, le calamar, la moule et la coque. Les poissons de rivière sont rares. Les dauphins, si fréquents dans les légendes et les sculptures de l'antiquité, sont toujours présents dans les mers grecques.

A LA RECHERCHE DU CALAMAR GEANT
Fantasme mythique? ou pas:
Depuis les « 20.000 lieues sous les mers » du cher Jules Verne,la bestiole est parfaitement authentifiée par la zoologie. Le plus grand calamar officiellement enregistré fut retrouvè sur une plage de Terre Neuve en 1878 avec 16,5 m. de longueur,dont 10 pour les seuls tentacules,et des yeux de 46 cm de diamètre.Un spécimen comparable,le seul conservé à ce jour, fut pêché en 1896 Sur la côte de Floride.Plus récemment,les scientifiques ont relevé sur les flancs des cachalots des empreintes de ventouses dont le format assiette à soupe indique une taille de tentacules de 36 m.Ce qui implique une taille de 60 mètres!

Cephalopode géant pêché en Espagne
VIGO(Espagne)(AFP)le 13 août 2001 - Un chalutier espagnol a pêché au milieu de l'Atlantique nord un calamar géant d'une espère rare et mal connue, pesant 65 kilos et dont le corps sans les tentacules mesure 1,40 mètre.
Ce céphalopode appartient à l'espèce "Architheuthis Dux" ou "calamar géant de l'Atlantique nord", considéré comme l'invertébré le plus grand du monde, dont seuls quelque 300 exemplaires ont été pêchés jusqu'à présent, a indiqué lundi le Centre océanographique de Vigo.
Le calmar géant,doté d'yeux gigantesques,vit dans les grandes profondeurs marines et peut mesurer jusqu'à 18 mètres de long et peser plus d'une tonne.
Il demeure une énigme à bien des égards pour les scienfifiques, qui ignorent presque tout de son habitat, de son alimentation et de ses habitudes de reproduction. Sa chair, toxique, ne peut pas être consommée par l'homme.
Ramené le 10 août dernier au port de A Guarda par un palangrier qui l'a pêché à 300 milles marines à l'ouest des Açores, le calamar géant, dont l'état de conservation est excellent, sera étudié par le Centre océanographique de Vigo avant d'être exposé dans un musée.
Le 25 juin dernier,un autre calamar géant avait été pêché vivant par un chalutier espagnol près de Malaga, mais était mort peu après avoir été capturé. C'était seulement la deuxième fois qu'un céphalopode de ce type était découvert dans la mer Méditerranée.

Vitesse de calamar...
Comment diable le calamar fait-il pour fuir ses ennemis à la vitesse de l'éclair, alors qu'il est apparenté, dans son arbre évolutif aux escargots et aux limaces?
Des chercheurs américains croient avoir trouvé la réponse, selon le New Scientist du 10 mai: ils sont capables de faire courir des impulsions électriques plus rapides le long de leurs nerfs.
Les calamars ont en effet d'excellents réflexes, et peuvent se déplacer à 11 km/h, ce qui leur permet entre autres ruses - ils savent aussi changer de couleur - d'échapper parfois à leurs prédateurs. Ces mouvements rapides sont d'autant plus surprenants lorsqu'on examine leur pedigree: ils descendent d'une espèce disparue de mollusques qui semblait aussi dynamique que les cailloux sur lesquels ils rampaient.
Aujourd'hui, l'autre branche de l'arbre évolutif des calamars est coupée par d'autres rampants plutôt lents, les limaces et les escargots.

Gilley double lame!
Cherchant à comprendre cette curiosité naturelle, Rhanor Gillette, de l'Université de l'Illinois et William Gilley, de l'Université de Stanford ont entrepris l'étude des cellules nerveuses du calamar et d'une limace marine. Plus particulièrement des canaux à sodium, des pores protéiniques répartis sur leur membrane qui, en s'ouvrant, envoient les impulsions nerveuses le long des neurones vers le cerveau ou vers les fibres musculaires.
Les résultats sont très parlants: la limace met 3 millisecondes pour ouvrir ses canaux à sodium, et ne peut répéter l'exercice que 30 fois par secondes. La pompe à sodium du calamar réagit dix fois plus vite, et peut fonctionner plus de deux cent fois par seconde. Les muscles du calamar peuvent ainsi obéir au quart de tour à la vue d'un prédateur.


 CALMAR OU CALAMAR: 
  Mollusque marin de la classe des céphalopodes, appelé aussi en cornet.
  Les calmars ont un corps allongé, et la coquille, chez eux interne, est réduite à une lame chitineuse souple en forme de fer de lance. Au-dessus des yeux s'épanouit un panache de dix tentacules porteurs de ventouses pédonculées. Deux d'entre eux sont plus longs que les autres, et seule leur extrémité renflée est pourvue de ventouses ; ce sont les bras préhenseurs. On distingue chez les calmars deux grands groupes : les loligoïdés et les architeuthoïdés. L'un des principaux critères retenus pour distinguer les représentants de ces deux groupes est d'ordre anatomique et a trait à la structure de l'œil. La chambre antérieure de l'œil, presque complètement fermée chez les premiers, communique en effet chez les seconds avec le milieu extérieur.
  Au groupe des loligoïdés appartient le calmar commun (Loligo vulgaris). Son corps, long de 25 à 50 cm, en forme de torpille, porte deux larges nageoires latérales. Il vit en troupes denses partout dans l'Atlantique et la Méditerranée, chassant crustacés et poissons sans jamais s'éloigner des côtes.
Ses œufs sont fixés en grappe sur des substrats durs. Son congénère, Loligo forbesi, quant à lui, traque les harengs, qui constituent l'essentiel de son régime.
  Les architeuthoïdés comptent également des calmars pélagiques
(vivant en pleine eau), mais c'est dans leurs rangs que l'on trouve les espèces hantant les grands fonds, ces hôtes des abysses dont l'étrangeté ou la singulière grandeur - exaltées à l'envi, sous l'empire de la peur ou dans un désir de surenchère, par les premiers qui les virent -
ont inspiré des récits fantastiques et sont notamment à l'origine de la légende du " Kraken ", calmar géant capable d'engloutir des vaisseaux. Si aucun des calmars capturés n'atteint ces dimensions de cauchemar, le record de taille, détenu par un spécimen pris en 1933 au large de la Nouvelle-Zélande, s'établit cependant à la longueur déjà fort respectable de 22 m.
  Les architeuthoïdés réunissent des espèces d'allure, de taille et de comportement très divers. Ainsi Chiroteuthis veranyi, long de 15 cm, transparent, bleuté, doté d'une nageoire impaire en forme de cœur, se laisse flotter paresseusement en pleine mer parmi les méduses, léchant de temps à autre ses tentacules préhenseurs filiformes, véritables lignes mollement traînées, sur lesquelles sont venus se fixer les micro-organismes-proies. À cette attitude, toute de passivité, s'opposent celle d'Illex illecerebrosus et celle d'Ommatostrophes sagittatus, petits également, mais puissants nageurs croisant sans relâche en haute mer.

Calmars des grands fonds

  Les formes des grands fonds sont caractérisées par un manteau transparent, la présence d'organes lumineux, des tentacules de taille réduite, des yeux hypertrophiés, parfois pédonculés et luminescents. Lycoteuthis diademata, long de 12 cm, hôte des profondeurs de l'Atlantique Sud, ne possède pas moins de vingt-deux organes luminescents. Vampyroteuthis infernalis, qui vit entre - 1 500 et - 2 500 m de fond, mérite également d'être mentionné pour l'aspect impressionnant qu'il présente en dépit de sa petite taille, aspect dont le caractère maléfique est amplement suggéré dans son nom aux relents d'enfer. Chez cette petite créature de 15 à 30 cm, une membrane relie les tentacules entre eux, l'insolite configuration d'ombrelle ainsi réalisée étant rendue plus inquiétante encore par une riche gamme de sombres coloris s'étendant du noir au pourpre.


 
 

RETOUR  INDEX:
Poisson index:   Accueil




Votez pour ce site au Weborama

Hit-Parade