"AOUT"
"Le monde n'est qu'un égout sans fond où les phoques les plus informes
rampent et se tordent sur des montagnes de fange."
[Alfred de Musset]

"LE VEAU MARIN (LE PHOQUE"
Il s'avêrent que parfois des femmes superbes et très séduisantes se cachent dans les peaux de phoques femelles. On voit ce phénomène sur les Iles Feroë.


Le mythe du phoque :
Une jeune fille de Wujyasima quitte ses parents et va seule jusqu'à la plage où elle se met à jouer, courant derrière les vagues. Un vieux lion de mer, amoureux d'elle, la guette sans qu'elle s'en doute. Il profite du moment où une grosse vague soulève la jeune fille pour surgir près d'elle. Comme toutes les filles Yaghan, elle est une nageuse experte et tente de lui échapper. Mais il l'empêche de reprendre pied et la force peu à peu du côté du large. Épuisée, la jeune fille accepte de poser la main sur son encolure.
Maintenant que sa vie dépend de lui, elle ne tarde pas à ressentir de la sympathie pour son bizarre compagnon. Ils nagent pendant des kilomètres et finissent par atteindre un grand rocher dans lequel il y a une caverne. La jeune fille sait qu'elle ne peut rentrer chez elle et décide d'accepter son sort. Le lion de mer lui rapporte beaucoup de poissons qu'elle mange crus parce qu'il n'ont pas de feu.
Le temps passe et un fils leur naît. Il ressemble à un petit garçon mais il est couvert de poils comme un phoque. Il grandit vite et devient un compagnon pour sa mère, surtout quand il se met à parler. Le vieux lion de mer ne peut parler, lui, mais il est si bon que la jeune femme s'attache beaucoup à lui. Elle languit cependant de voir sa famille et, après s'être confiée au vieux lion, part avec lui et leur fils pour Wujyasima. Parfois la mère et son fils nageaient aux côtés de leur protecteur, d'autres fois il les poussait rapidement sur les flots, ou les prenait sur son encolure.
Elle y revoit sa parenté qui la tenait pour morte depuis longtemps et grands sont leur surprise et leur intérêt à l'écoute de son histoire et à la vue de son étrange petit garçon. L'excitation apaisée, les femmes suggèrent d'aller chercher des moules et des oursins gros comme des pommes et dont les coques dures sont hérissées de piquants. L'indienne les suit, alors que les hommes et les enfants restent au camp. Les enfants organisent des jeux auquel le petit garçon-phoque participe bruyamment. Les hommes à la recherche de viande découvrent le lion de mer, rampent jusqu'à lui et le tuent. Chargés de viande, ils retournent au camp et la mettent à rôtir. Les enfants hument la délicieuse odeur du rôti et se rassemblent autour du feu. Le petit garçon reçoit sa part de viande comme les autres. Il la goûte et s'écrie avec délice : -Amma sum undupa ! (C'est du rôti de phoque !)
Tout en mâchant, il court à la rencontre de sa mère à qui il offre la dernière bouchée. En un éclair, elle comprend ce qui est arrivé. Attrapant un gros oursin, elle le jette à la tête de son fils qui tombe dans l'eau où il se métamorphose en syuna. Les femmes se régalent du phoque rôti ; seule la femme du vieux lion de mer refuse de manger, pleurant la perte de son petit garçon et de son vieil époux. Elle ne s'est pas remariée avec un homme de son groupe.
Si vous regardez bien un syuna, vous verrez que sa tête est plate et pleine de petits trous laissés par les piquants de l'oursin, ce qui prouve que l'histoire est vraie."


 Classe: mammifères    Ordres : carnivores
Sous-ordre : pinnipèdes (otaries, phoques, morses)
Famille: phocidés (phoques)

Description physique:  Le Phoque commun est courtaud. Les mâles adultes mesurent en moyenne 1,54 m et pèsent 90 kg. La longueur des femelles adultes atteint en moyenne 1,43 m et leur poids, 70 kg.
Le Phoque commun a un corps fusiforme. Sa tête ronde et lisse porte des yeux saillants, un nez court et des moustaches qui comptent, de chaque côté, environ 42 vibrisses de 125 mm chacune. Les narines de son nez, constituées de valvules rapprochées, forment presqu'un V. Sa gueule compte 18 dents pointues et très espacées. Ses membres, très courts, ressemblent à des nageoires et portent 5 doigts palmés, pourvus de griffes aplaties.

Des jarres raides d'environ 11 mm et un duvet épars et frisé d'à peu près 5 mm composent le pelage du Phoque commun. Sa couleur est très variable. Dans l'Arctique, le pelage du Phoque commun est souvent noir et comporte des taches blanches. Plus au sud, il apparaît gris-bleu ou gris-brun avec de petites taches noires et des rayures blanchâtres formant des courants et des anneaux dispersés. Une mue annuelle a lieu entre août et novembre.
Habitat et alimentation  Le Phoque commun fréquente les eaux des côtes septentrionales de l'Europe, de l'Asie et de l'Amérique du Nord. Au Canada, il est présent tant sur les côtes de l'Atlantique que sur celles du Pacifique et de l'est de l'Arctique, jusque dans la baie d'Hudson. On le trouve aussi dans le golfe Saint-Laurent et dans certains lacs du Nord québécois.
Dans les Maritimes, le Phoque commun se nourrit surtout de hareng, de plie et de calmar. D'autres espèces de poisson, des crevettes et des crabes complètent parfois sa diète. Au lac des Loups Marins, au Nouveau-Québec où une population serait demeurée isolée après le retrait de la mer il y a environ 6000 ans, l'omble de fontaine, le touladi et le grand corégone constituent ses principales proies.
Reproduction:
Période du rut: de juillet à septembre
Durée de la période de gestation: environ 10 mois
Nombre de petits par portée: 1, rarement 2
Nombre de portées par année: 1
   Période de mise bas: mai ou juin dans le golfe, juin ou juillet dans l'Arctique.

Le Phoque commun s'accouple entre la fin de juillet et le début de septembre. Dans ce but, mâles et femelles s'assemblent généralement par centaines en eau peu profonde ou sur des barres de sable et des récifs. Ces lieux de rassemblement sont appelés échoueries.
Les mâles fécondent souvent plusieurs femelles. Celles-ci donnent naissance à leur petit environ 10 mois plus tard. Leur nouveau-né mesure entre 66 et 91 cm et pèse de 9 à 13 kg. Son pelage argenté est habituellement foncé et tacheté.

Peu après un mois, le petit est sevré. Il pèse alors environ 28 kg. Le mâle atteint la maturité sexuelle vers l'âge de 5 ou 6 ans et la femelle, vers 3 ou 4 ans.
Moeurs  Le Phoque commun a un mode de vie plutôt sédentaire. Son activité dépend du temps et des marées. À marée basse, il se repose sur la terre ferme. À marée haute, il en profite pour aller s'alimenter. Il peut alors plonger jusqu'à 100 m de profondeur et rester sous l'eau pendant près d'une demi-heure. L'hiver, il passe plus de temps dans l'eau, à moins que le temps ne soit doux.

Sur la terre ferme, les Phoques communs sont grégaires et forment des troupeaux pouvant compter plusieurs centaines d'individus. Mais dans la mer, ils se dispersent. Pour communiquer entre eux, ils émettent toutes sortes de grognements, de même qu'un glapissement très aigu.

Le Phoque commun vit en général 20 ans. Il arrive que l'épaulard, les requins et l'ours blanc s'y attaquent.
Statut de l'espèce  On estime la population du Phoque commun de la côte atlantique à 13 000 individus, grosso modo. Au Québec, pour l'instant, seule la population du lac des Loups Marins figure sur la liste des espèces susceptibles d'être désignées menacées ou vulnérables.
Pour plus de chances d'observation  En général, le Phoque commun est inoffensif. Par contre, il est très méfiant. Pour éviter qu'il plonge rapidement à l'eau, il vaut mieux s'approcher lentement et conserver plus de 100 m de distance. Il est possible de participer à des excursions organisées.


RETOUR INDEX:
Poisson index: Accueil:



Votez pour ce site au Weborama

Hit-Parade