Le temps des amours

Lorsque l`été indien traverse nos contrées
Et que la sève encore irrigue le rameau
Lorsque le vent du soir est un peu plus chargé
Des fugaces parfums de cèdre et de bouleau.

Lorsque tard dans la nuit on s'attarde à causer
De l'automne qui vient et de l'hiver qui suit
Lorsque les mots se font complices du passé
Et bercent tendrement la tristesse endormie.

Lorsque l'érable entonne la complainte ancienne
Et que saignent les feuilles qui jonchent la plaine
Lorsque frissone l'aube à cette chanson mienne
Garde contre ton coeur ton écharpe de laine.

Lorsque l'été indien traverse nos contrées
Lorsque tard dans la nuit on s'attarde à causer
Lorsque l'érable entinne la complainte ancienne
Garde contre ton coeur mon écharpe de laine.


 

Retour index:
Poêmes  //  Accueil
 
 

 

Hit-Parade