Ma compagne

La semence a germé le ruisseau a coulé
La paix a moissonné la peur fraîche coupée
Trois cent soixante fois le vent a feuilleté
Les feuilles du bouleau les pages du passé
Le cahier de musique où j'aimais conserver
Les esquisses sépia de nos jeunes années.

Chaque jour avec toi je me plais à penser
Au nostalgique temps qui nous fut moins pressé
Qui nous fut si clément et combien partager
Tu n'auras pas vieilli je n'aurai pas changeé
Tout juste un peu mûri comme l'épis du blé
Au rayons du midi dans l'or d'un bel été.

Au temps où chanterons les grappes vinifiées
Je veux penser à toi au soir de nos veillées
À toi qui inscrivis sur mes calendrier
Le bonheur quotidien fragile effarouché
Qui se pelotonnait devant la cheminée
Par les nuits de janvier tout contre nous serré.
 

Retour index:

Poêmes  //  Accueil
 


 

annuaire
 
 
 
 
 

Hit-Parade