"L'OISEAU DU MOIS "
 
"NOVEMBRE"

« Vis au milieu des hommes comme une abeille au milieu des oiseaux. »
[Hazrat Ali]


''LA CORNEILLE''

SYMBOLE:
Oiseau du mois de novembre, qui est un signe de mauvais augure s'il s'abat brutalement sur un homme.
Pour écarter l'orage, il faut jeter des pierres sur les corneilles perchées
sur les branches des arbres (Bretagne).
"DICTON:"
- bailler aux corneilles


 

 Différentes catégories de corneilles:
Petite corneille Corneille d'Amérique Corneille de Flores
Corneille de Mésopotamie Corneille du Cap Corneille à tête brune
Corneille d'Alaska Corneille mantelée Corneille d'Hawai
Corneille noire Conneille à bec mince Corneille du Mexique
Corneille de la Jamaïque Corneille des Mariannes Corneille des Antilles
Corneille de Levaillant Corneille à gros bec Corneille de Bougainville
Corneille de Cuba Corneille d'Australasie Corneille de rivage
Corneille des palmiers Corneille de Sinaloa Corneille de l'Inde
Corneille à collier Corneille grise Corneille plaintive
Corneille de Banggai Corneille des Moluques Corneille violacée
Corneille à bec blanc

Mythologie:

MORRIGAN:
(Morrighan ou Morrigu ou Morgan ou 'Grande Reine ou 'Reine fantôme') était la déesse de la Guerre, et de la Mort. Elle règnait sur les champs de batailles où elle aidait les guerriers grâce à ses prédictions.
Elle était dépeinte tantôt une jeune femme d'une très grande beauté, tantôt une vieille femme hideuse au rire plein de haine. Elle possèdait de multiples visages. Elle était capable d'inspirer la panique ou de posséder un guerrier au point de le faire entrer dans une frénésie meurtrière. Elle utilisait la magie afin d'influencer l'issue des combats et pouvait aussi se transformer en animal: louve, corneille. Elle formait une trinité avec Badb et Nemain.
Ainsi, elle aida les Tuatha dé Danann lors de la bataille de Moy Tura. Elle s'unit à Dagda la nuit de Samhain, dans le lit de la rivière Boyne. Elle livra bataille à Cuchulain après avoir vainement tenté de le séduire. On la représente sous un aspect triple symbolisé par trois corneilles
 


 

La mythologie celte:
donne au corbeau ? ou à la corneille ? une importance plus tôt guerrière. La déesse irlandaise de la guerre, MORRIGAN « Grande reine » à comme surnom BODB « Corneille » ou « Corbeau », BRAN en gaulois. Tournoyant sous forme de corbeau sur la tête des guerriers, elle annonce la mort du héros par trois cris stridents. Chaque fois l’apparition du corbeau ? ou de la corneille ? est le signe du destin et cela reste ancré dans l‘esprit celte.

Dans la légende des corbeaux d’OWEIN, ou le roi ARTHUR propose une partie d’échec au roi OWEIN les corbeaux sont d’une taille et d’une force telles qu’ils sont capables d’enlever et de tuer des hommes et des chevaux. Mais en général le corbeau ? ou la corneille ? n’est pas associé au combat, il l’annonce en porte la nouvelle, il reste la déesse de la guerre qui ne prend pas part directement au combat.


Corneilles noires:
Les Corneilles habitent en abondance dans toute l'Europe. Pendant la période de nidification, elle se tient dans les bois clairsemés, dans les bocages au milieu des champs, dans les parcs fortement boisés des villes...

En mars, la Corneille noire construit son nid dans un arbre à 5 mètres au-dessus du sol. la femelle pond de 4 à 6 oeufs qu'elle couve pendant 18 à 21 jours. le mâle nourrit les petits pendant les 5 à 7 premiers jours, ensuite les deux parents s'entraident.
Les jeunes quittent le nid entre 28 et 35 jours après l'éclosion.
Les Corneilles noires se nourrissent de restes d'aliments près des lacs. 
Longueur : 47 cm Envergure : 95 à 100 cm
 
  Chant : un "krack" profond ou un croassement "arrk" ; au printemps, chant composé des mêmes notes.


''La corneille et le lemming'' 

La corneille était restée longtemps sans avoir rien à manger. Elle avait erré tout le jour mais, comme à la suite d'une catastrophe, elle n'avait rencontré âme qui vive. La faim la rendait si faible que c'est à peine si ses ailes la soutenaient. Epuisée, elle se posa sur un rocher.
Vint à passer le loup qui portait un morceau de viande.
« Ami loup, demanda-t-elle, donne-moi un morceau de viande. J'ai une faim horrible et je n'ai rien pu chasser ! »
« A toi ? Jamais, répliqua le loup. Tu ne fais que croasser et tu effarouches le gibier. »
« Un tout petit morceau ! mendia la corneille. Je vais mourir de faim. »
« Eh bien, meurs ! Je serai débarrassé de toi,» dit le loup et il s'en alla.
« Souviens-toi que je l'effaroucherai encore plus, ton gibier ! » lui cria la corneille en décrivant des tours au-dessus de lui.
Elle se posa de nouveau sur le rocher et vit venir le renard qui portait un morceau de viande.
« Ami renard, cria-t-elle, j'ai une faim horrible ! Donne-moi un petit morceau de viande. »
« A toi, répliqua le renard, pour te remercier d'effrayer le gibier ? Il faudrait que je sois devenu fou ! »
« Seulement un tout petit morceau ! supplia la corneille. Je meurs de faim ! »
« Aucune importance ! » rétorqua le renard. Et il s'en fut à ses affaires.
Que vais-je faire ? se demandait la corneille.
Elle était là, en train de réfléchir, quand elle entendit un bruit. En contre-bas, elle vit un lemming sortir de son trou. Dès qu'il se fut un peu éloigné, la corneille sauta de son rocher et se campa devant l'entrée du trou.
« Viens, viens donc, cria la corneille, je voudrais bavarder avec toi. »
« Et de quoi parlerions-nous ? »
« De cela que je vais te manger ! »
Le lemming avait peur et se demandait comment échapper au danger. Il ne pourrait pas fuir bien loin et la corneille lui barrait l'entrée de son repaire. Mais il lui vint une idée.
« Je n'y peux rien, répondit-il, mais remplis mon dernier voeu. »
« Quel voeu ? »
« J'ai entendu dire que tu sais très bien danser. Danse pour moi. »
« Bon !» dit la corneille. Et elle se mit à sautiller et à tourbillonner.
« Ah ! Quelle merveille ! la complimenta le lemming. Encore ! Encore ! »
La corneille tourbillonnait et se trémoussait si bien que le tête lui tourna et qu'elle tomba. Le lemming ne fit ni une ni deux. Comme une flèche, il bondit derrière la corneille et disparut dans son trou.
« Tu danses vraiment à merveille ! se moqua-t-il. Reviens une autre fois ! »
La corneille croassa de colère et s'en alla.



Retour:
Index Oiseaux:    Accueil: 









Votez pour ce site au Weborama

Hit-Parade