Les légendes de novembre


  Etymologie
     
        Halloween (ou Hallowe'en) n'est pas un nom d'origine celtique mais bien anglais. C'est une abréviation de Allhallow-even qui signifie eve of All Saints : la veille de la Toussaint. Halloween est donc fêté le 31 octobre.

        L'anglais a deux termes pour désigner la Toussaint:
All Saint's Day avec le mot saint, emprunté au français, d'origine latine (sanctus)
All Hallows' (Day) d'origine germanique : de l'ancien saxon haliga, halga.

        De la même origine holy (de l'ancien saxon halig) qui a formé holiday : jour saint, jour consacré à la religion, et par extension: jour férié, jour de vacances.
       Ce mot est apparenté à l'allemand heilig, d'où: Allerheiligen, Toussaint

        eve est une forme usuelle de even qui a formé evening (soir), d'origine germanique et apparenté à l'allemand Abend (soir).

       On trouve parfois ces expressions : Hallow-eve et Hallow-day pour désigner la veille et le jours des Saints ou encore Hallowmas (cf. Christmas, Noël avec -mas de messe).

      Halloween, c'est donc, littéralement, la veille de la Toussaint. Et pourtant, si le nom évoque la Toussaint, Halloween n'a rien à voir avec la fête de tous les saints catholiques !
       Halloween, c'est le réveillon de Samhain (se prononce un peu comme "saween")
  Légendes d'Halloween

À spécifier.Ces informations sont prises sur le site de http://www.yanickd.com/ancien/cadre/10-00.htm.

 

Les origines de la fête
Halloween est à l'origine une fête celtique datant du 5ème siècle av. J.-C. À l'époque, les peuples Celtes célébraient la fin de l'été le 31 octobre. La nouvelle année Celtique, appelée Samhain, marquait la fin de la troisième et dernière récolte de l'année, avant l'hivers.

La nuit des possessions démoniaques
La nuit du 31 octobre était particulière. On rendait hommage au dieu du soleil mourant, Balar, ainsi qu'à la triple déesse Bélisama. Une cérémonie indispensable, car on croyait que les esprits des personnes décédées, dans le courant de l'année, pouvaient revenir sur terre pour tenter de posséder les vivants. Durant toute la nuit, afin de se protéger contre la possession démoniaque, les villageois éteignaient le feu dans l'âtre de leur maison, espérant que les esprits ne trouvent pas la demeure accueillante. Les plus riches pouvaient également déposer de la nourriture et autres offrandes sur le pas de la porte, afin d'insiter les esprits à demeurer à l'extérieur. Enfin, avant de se réunir devant le feu sacré, un brasier que l'on allumait normalement sur une colline, les villageois se masquaient le visage. La tradition disait que les démons ne pouvaient pas posséder quelqu'un sans avoir vu, au préalable, les traits de sa victime.

L'Halloween était également l'occasion de se débarrasser de ses faiblesses. Conséquemment, on tuait tout les animaux qui étaient trop faibles pour passer l'hiver. Les villageois mettaient également par écrit leurs propres faiblesses sur un morceau de papier, avant de le jeter dans le feu sacré.


Sacrifices humains
En plus d'avoir des propriétés purificatrices, le grand feu sacré était sensé donner de l'énergie au soleil mourant. C'était à partir de ce brasier, qu'au petit matin, les villageois rallumaient leurs cheminées. Certains historiens racontent que les Celtes portaient également au bûcher les personnes qu'ils croyaient déjà possédées par le mal, habités par des esprits. Balar et Belisama étaient probablement des dieux qui aimaient les odeurs...

Au premier siècle, les romains emprunteront cette coutume celtique, mais remplaceront les humains sacrifiés par de simples effigies. Au 4ème siècle, les catholiques tenteront d'éliminer cette coutume païenne, mais les Celtes maintiendront fermement la tradition de l'Halloween.


La Toussaint
L'Eglise accordera finalement le droit de conserver les célébrations du Samhain, mais ils y apporteront quelques modifications. Ils ont notamment convaincu les Celtes que les rituels du feu ne leur permettaient pas de se protéger contre la possession démoniaque, leurs conseillant plutôt la prière. Ce qui s'avèra nettement moins palpitant.

Au 9ème siècle, la Toussaint, qui se fêtait auparavant au mois de mai, sera reportée au 1er novembre, afin que la traditionnelle fête païenne du Samhain coïncide avec une fête catholique.

La coutume d'Halloween est apparue aux Etats-Unis vers 1840, à l'arrivée des immigrants irlandais qui fuyaient leur pays en raison de la famine.

La Nuit des dégâts
Halloween n’a pas toujours été une fête joyeuse. En Amérique, de 1845 à 1925, on confondit la nuit d’Halloween et la «Mischief Night», une nuit durant laquelle les enfants jouaient traditionnellement des tours à leurs voisins, comme libérer le bétail ou échanger les enseignes des magasins.


Trick or Treat
La tradition du «trick or treat» date des années trentes. Quand les jeunes commencèrent à se déguiser et à faire du porte-à-porte en demandant : «Un mauvais tour ou des bonbons?» Ce qui une nette amélioration... Malheureusement, en absence de bonbons, les enfants se souvenaient assez rapidement de la tradition de la «Mischief Night», en commettant à nouveau des coups pendables.

La cueillette des bonbons
La cueillette des bonbons tire son origine d'une coutume européenne datant du 9ème siècle, appelée «souling». Le Jour des Morts, le 1er novembre, des mendiants allaient de maison en maison afin de quémander des «soul cakes», des gâteaux faits de pain rassis et de raisins secs. S’ils recevaient beaucoup de gâteaux, ils promettaient de prier pour les âmes des défunts apparentés au bienfaiteur. À l'époque on croyait que l'âme demeurait longtemps emprisonnée dans le cadavre et la prière garantiraient le passage de l'âmes vers le Ciel.
 


Jack O Lantern
Cette légende provient du folklore irlandais. Elle raconte l’histoire de Jack O’Lantern, ou Stingy Jack, un ivrogne notoire qui s’enivrait dans une auberge un soir d’Halloween. Alors que la vie commençait à lui échapper, le Diable lui apparut pour lui demander son âme. Jack, qui n’avait aucune envie de mourir, réussit a duper le Diable. Il lui demanda de se changer en pièce de six pence, pour qu’il puisse régler sa note à l'aubergiste. Le Diable accepta, mais une fois transformé en pièce, Jack s’en empara et la glissa dans son porte-monnaie, sur lequel figurait une croix. Le Diable se mit à hurler de rage ordonnant à Jack de le libérer. Jack accepta à condition que le Diable lui promette de ne plus l’ennuyer pendant le reste de l’année.
La légende Irlandaise a donné son origine à la citrouille d'Halloween le "Jack'o lantern".

La légende raconte que Jack était un vieil homme ivrogne, radin et méchant. Un jour qu'il buvait au pub le diable lui apparu pour lui acheter son âme. Rusé, Jack parvint à le convaincre de boire avec lui et lorsque qu'il fut temps de payer, le diable se changea en pièce.

Jack prit la pièce de six pence que Jack saisit immédiatement. Il la mit dans sa bourse qui dit-on avait une serrure en forme de croix, empêchant ainsi le Diable de partir.

Le diable finit par convaincre Jack de le libérer contre la promesse qu'il le laisserait tranquille et qu'il ne le prendrait jamais en enfer.

Le jour où jack mourut il se rendit au Paradis d'où il fut chassé à cause de sa méchanceté. Ne sachant où aller il se rendit en Enfer où le diable fut bien content de lui rappeler sa promesse. En désespoir de cause, Jack négocia avec le diable pour qu'il lui donne une braise pour y voir clair dans la nuit éternelle. Jack plaça sa braise dans un navet creusé et depuis il erre éternellement sa lanterne à la main. Avec le temps le navet fut remplacé par la citrouille.


Le Diable est encore dupé
L’année suivante, alors que Jack était encore saoul mort, le Diable lui réapparut pour lui demander son âme. Jack réussit à nouveau à duper le Diable en lui indiquant un pommier non loin de là. Jack lui demanda de lui attraper une pomme et lui proposa même de l’aider en le prenant sur ses épaules. Pendant que le Diable attrapait la pomme, Jack grava une croix sur l’arbre avec son canif. Le Diable se retrouva à nouveau emprisonné, dans la cîme du pommier. Comme l’année précédente, il ordonna à Jack de le libérer en lui promettant, cette fois, de le laisser tranquille pour les 10 années à venir.

Jack O enfers
Moins d’un an plus tard, en visite à Las Vegas, Jack se suicida à l'alcool. Arrivé aux portes du Paradis, Jack fut évidemment rejeté. Lorsqu’il tenta d’être accepté en Enfer, le Diable, qui se rappelait de ses duperies, ne voulut pas le laisser entrer non plus. Toutefois Jack s'obstina. Il ne voulait pas quitter les enfers, se plaignant  qu'il faisait trop sombre et qu'il aurait du mal à retrouver son chemin dans le noir. Le Diable, bon joueur, lui lança un morceau de charbon incandescent et le jeta dehors. Jack plaça le charbon dans un navet ( il en avait toujours un en réserve dans sa poche révolver) et fut condamné à errer jusqu’au Jour du Jugement dernier. Il erre sur terre depuis ce jour, muni de sa lanterne de fortune.

"Citations"

Qu'on l'appelle Satan, Lucifer, Belzébuth,
le Malin, l'Antéchrist... c'est le Diable !!

"Cervelle inoccupée,
Le diable y trouve tente dressée."
(Proverbe anglais)

"Biens apportés sur le dos du diable,
Tournent avec la selle."
(Proverbe anglais)

"Autant manger le diable
Que de boire son bouillon."
(Proverbe anglais)

"Le diable n'apparaît qu'à celui qui le craint."
(Proverbe arabe)

"Il faut chasser le diable par le diable."
(Proverbe arabe)

"Quand Dieu se fit homme, le diable s'était déjà fait femme. Dieu est la consolation du pauvre."
(Proverbe géorgien)

"A part les démons imaginaires, il n'en existe pas."
(Proverbe indien)

La citrouille
La légende de Jack O Lantern fut assimilé à la tradition de l’Halloween. En Irlande, afin de se fabriquer de jolies lanternes artisanales, on plaçait à l’origine une bougie à l’intérieur d'un navet. Lorsque les Irlandais immigrèrent aux Etats-Unis, ils remplacèrent le traditionnel navet par ce qui leur semblait le plus approprié: la citrouille. Depuis, ce cucurbitacé est devenu un élément essentiel de la fête d’Halloween.

 Le 1er novembre en Guadeloupe, la fête des Morts est l'occasion de perpétuer une tradition étonnante. Les familles se rendent dans les cimetières pour fleurir et illuminer les tombes de leurs défunts avec des milliers de bougies, cierges, lumignons. A la nuit tombée, le spectacle est magnifique. Pendant ce temps, à la sortie des cimetières, une ambiance de kermesse s'installe avec les commerçants ambulants qui vendent des sandwiches, des friandises, des glaces... Une vraie fête qui donne à la Toussaint tout son sens. La mort fait partie de la vie et en Guadeloupe on accorde une importance particulière aux défunts. En marge de la foi religieuse, les contes et légendes créoles sont emplies d'histoire de revenants, les jeteurs de sort (quimbois) et les maisons hantées existent un peu partout sur l'île... au moins pour ceux qui y croient, et ils sont nombreux. Les clichés qui suivent ont été pris un 1er novembre au cimetière de Petit-Bourg.

La Toussaint

La "feste Toz Sainz", la fête de tous les Saints en ancien français, ainsi que la fête des morts du 2 novembre, ne tirent pas leur origine des textes bibliques. En effet, les premiers chrétiens pensaient la fin du monde imminente, et le sort des âmes après la mort n’était pas pour eux une préoccupation.

La Toussaint, c’est-à-dire la vénération des Saints entrés au Paradis, tirerait son origine de cérémonies romaines instaurées par l’empereur Auguste en l’honneur de tous les dieux. Cette fête romaine fut donc christianisée. D’ailleurs, le Panthéon (tous les dieux en Grec) de Rome  fut converti en basilique chrétienne dédiée à la Vierge Marie au début du VIIe.siècle. Ensuite, on la dédia également à tous les saints et le pape Boniface IV fit ramener des ossements de martyrs puisés dans les catacombes. Ces reliques devaient favoriser le culte des saints, qui ne se répandit vraiment qu’entre le IXe et le XIe siècle.

Le choix de la date du 1er novembre pour célebrer la Toussaint peut se lire comme une tentative de l’Eglise de remplacer les célébrations de la Samain, la fête celtique du nouvel an qui est à l’origine d'Halloween, par la célébration des Saints.  En 835, l'Église catholique romaine, à l'invitation du pape Grégoire IV, institua officiellement la fête de tous les Saints le 1er novembre, espérant ainsi supplanter les coutumes populaires de la fête païenne. N’y parvenant pas, Odilon de Cluny institua au début du XIe siècle la fête des morts le 2 novembre, c’est-à-dire un jour après la Samain. Au fil du temps, il y eu une fusion de la Toussaint et de la Samain, tandis que la fête de tous les Saints, qui devrait être joyeuse, ne s’imposa jamais réellement. Dans toute l'Europe d'ascendance celtique, la fête des morts était le symbole de la réunification des vivants avec les défunts. Ainsi, dans certaines régions, on ouvrait le lit des défunts pour qu’ils s’y reposent quelques instants ou on leur préparait un repas.

 Il est fortement déconseillé de sortir de chez soi le soir de la Toussaint. À cette heure d'épouvante où
   toutes les tombes sont vides, visibles pour les uns, invisibles pour les autres, les trépassés se répandent
 dans les campagnes et envahissent tous les chemins pour se diriger en hâte vers les lieux qu'ils ont habités
      autrefois. Il est impossible de mettre un pied devant l'autre sans trébucher sur l'un d'entre eux !

   En Bretagne, dans la baie de Douarnenez, la mer transporte les victimes de naufrages dans la grotte de
  l'Autel, près de Morgat. Leurs âmes y séjournent pendant huit jours avant de partir pour l'autre monde.
    Celui qui s'aviserait de troubler leur solitude en s'aventurant en ces lieux pendant cette période serait assuré d'y périr !

Caractéristiques du loup-garou

- Son côté humain :
On ne peut pas vraiment le différencier de l'humain, lorsqu'il adopte son apparence humaine. Il mène une vie très semblable à celle d'un humain. Il a souvent le même rythme de vie et les mêmes activités (travail, loisir...). Le loup-garou n'est pas immortel et possède une espérance de vie comparable à celle des humains.

- Son côté loup :
Ce n'est que lorsqu'il se métamorphose, que le mythe du loup-garou prend forme. L'homme devient alors un être hybride mi-homme mi-loup. Son corps recouvert de poil prend en général plus de volume. Sa force et certain de ses sens comme l'ouïe ou l'odorat se décuplent. Une fois metamorphosé, il posséde parfois des pouvoirs magiques.


- L'influence de la lune :
Son influence est très grande pour tous les loups-garous. Elle donne l'énergie et l'espoir. Tous les loups-garous se rallient sous sa lumière, particulièrement lorsqu'elle est pleine. Elle bénéficie d'une sorte de vénération ou du moins de fascination de leur part. Contrairement à ce que l'on croit souvent, les loups-garous ne se transforment pas uniquement les nuits de pleine Lune, mais ils arrivent à contrôler leur transformation. Ils pourraient le faire en plein jour au besoin.

- L'appel de la nature :
Très proches de la nature, les garous ont souvent une affinité avec celle-ci, une sorte de compréhension innée de leur environnement. La plupart essayent du mieux qu'ils peuvent de préserver et protéger la nature.

Si les humains aiment vivre en famille et les loups en meute, les loups-garous forment des groupes que l'on nomme souvent clan. Dans les villes où ils sont suffisamment nombreux, ils s'organisent en clan. Sinon, ils demeurent solitaires tout en ayant des contacts avec les autres loups-garous des environs (quand ils connaissent l'existence des autres bien sur). Le clan se définit un territoire de prédilection pour ses rencontres. C'est un endroit où la nature a su garder son droit (un parc ou un terrain vague la plupart du temps). Dans les plus grandes villes, on peut retrouver plusieurs clans, chacun ayant son territoire. Mais, il n'est pas rare de voir ces clans s'associer pour ainsi éviter les conflits d'espace. Car les loups-garous restent des créatures territoriales, comme le loup.


Comment tuer un loup-garou ?
- Une des meilleure façon de se débarrasser d'un loup-garou était, semble-t-il, de le tuer grâce à une arme en argent (une balle de fusil le plus souvent).
- L'exorcisme restait une des seules façons de chasser l'esprit démoniaque du corps du malheureux maudit et ainsi peut-être sauver sa vie. D'ailleurs il craint tout les objets bénis et sacrés comme l'eau bénite par exemple.
- Le feu peut le terrasser ou du moins l'effrayer.
- La décapitation semble aussi être un moyen redoutable, il ne s'en remettra pas. Pour tout autre membre amputé, une faculté de se régénérer lors de la pleine lune suivante le requinquera.

omment devient-on loup-garou ?

- Naître loup-garou :
On pense que ceux qui naissaient coiffés, avec une tache de vin ou des cheveux ressemblant à des poils de loup étaient des loups-garous. Parmi les Serbes et les Slovènes, ainsi qu'en Pologne, on disait que ces enfants avaient le don de double vue et de métamorphose. Bien que pouvant se changer en divers animaux, on disait qu'ils préféraient le loup hardi et assoiffé de sang.
On dit qu'un loup-garou peut provenir d'un accouplement entre un homme et un Garou, entre 2 Garous ou même entre un loup et un garou.

- Par morsure :
La croyance au loup-garou se retrouve dans les régions d'Europe côtières à l'océan Atlantique, où les loups-garous sont des humains mordus par ces êtres, ce qui provoque une transformation génétique chez la victime. Après cela, lors des nuits de pleine lune, les humains ainsi mordus se transformeront en un loup énorme doué de sens hyper développés, et chercheront sans merci pendant la nuit des victimes pour les dévorer sans pitié.

Les Feux-Follets

           Les feux follets seraient, semble-t-il, les âmes errantes d'enfants morts sans baptême.

   Il ne faut point s'aviser de montrer un feu follet du doigt, sans quoi on reçoit un violent soufflet; on ne
  peut pas, non plus, lui faire signe de venir, sans quoi cet esprit nous suit;
pendant la nuit, de grands coups
               sont assénés sur la porte de la maison et le matin on y aperçoit une tache de sang
    qui ne disparaît jamais !

On pense que les feux follets sont des âmes damnées, qui souvent importune les voyageurs afin de se venger. On les trouve le plus souvent dans les cimetières, mais aussi dans les marécages et tous les lieux déserts. On ne peut plus se débarrasser d'un feu follet si on le siffle, et il faut se méfier d'eux particulièrement dans la période de l'Avent (Bretagne). Si l'on est poursuivi par l'un deux, il faut planter dans le sol une aiguille et s'échapper. Il devra obligatoirement passer par le chat de celle-ci et cela lui prend du temps (Lorraine).
Aperçu
 Les feux follets sont phénomènes lumineux un peu à part pour lesquels il ne semble pas en exister aujourd'hui d'explication totalement satisfaisante. Au moins est-il admis qu'ils n'ont pas une origine électrique, même si l'on a parfois signalé que le temps orageux peut favoriser leur apparition. On évoque plutôt la combustion de matières organiques en suspension dans l'air, ou bien des phénomènes de phosphorescence.

Ces phénomènes correspondent à des lueurs  erratiques, parfois jaunes, d'autres fois bleues ou rouges, qui voltigent dans l'air à peu de distance du sol, et qu'on aperçoit principalement pendant la nuit dans les cimetières et les endroits marécageux.  Un feu follet a généralement l'aspect d'une flamme vacillante terminée par une aigrette irrégulière qui rappelle vaguement la couronne d'une grenade. Il se montre de préférence en automne par un temps calme. 
 

L'apparition de feux follets a  longtemps été un objet de frayeur pour les campagnards qui croyaient y voir une âme en peine. Dans la région de Bologne, un célèbre météore igné nommé Bocca d'Inferno, et qui était vraisemblablement une manifestation de feux follets, était supposé apparaître dans l'intention maligne d'égarer les voyageurs... A partir du XVIIIe siècle, presque tous les physiciens, en se copiant les uns les autres, se sont accordés à attribuer l'origine de ces feux à une matière visqueuse et glaireuse, comme le frai de grenouilles, qui se serait élevée dans l'air par la chaleur du Soleil et qui y serait devenue lumineuse à la manière des phosphores.

Par la suite, les chimistes ont précisé ce point de vue en supposant que le feu follet provient des matières organiques en décomposition, qui dégagent de grosses bulles de méthane, CH4, de diphosphine P2H4, d'hydrogène phosphoré (phosphine), PH3, rendu spontanément inflammable à l'air par une faible quantité d'hydrogène phosphoré liquide, PH2. Cette explication est sans doute vraie quant à la substance du feu follet, témoin l'odeur de phosphore que ce météore laisse quelquefois après lui, mais elle ne concorde pas jusqu'au bout avec les faits. En réalité, le feu follet n'est pas une lueur instantanée; il peut briller dix, vingt, trente secondes et même, quoique rarement, plusieurs minutes; il ne produit pas de fumée; il n'enflamme pas; il ne roussit même pas les herbes sèches sur lesquelles il se pose. On doit nécessairement admettre que, dans le gaz qui constitue le feu follet, la proportion d'hydrogène phosphoré liquide ou de méthane est trop faible pour amener l'inflammation spontanée à l'air et que le météore brille seulement par une forme de phosphorescence, comme la couleur également le suggère. 

Il est possible aussi que, dans le cas présent, comme dans celui des globes de feu  (La foudre et les éclairs), plusieurs sortes de phénomènes distincts soient rangés par erreur une même catégorie, conduisant à rendre illusoire une explication unique.








 

annuaire

 

RETOUR  INDEX:
    Novembre   Accueil
 
 
 

 


 

Hit-Parade