"Un poême de Thérèse de Lisieux pour Noël "


 
 

 

Un poème de Thérèse de Lisieux pour Noël

Parfois, lorsque le ciel est noir
Et couvert d'un nuage sombre
Jésus est bien triste le soir
Etant sans lumière dans l'ombre.
Pour réjouir l'Enfant Jésus
Comme une Etoile scintillante
Brillez par toutes les vertus
Soyez une lumière ardente.
Ah! que vos feux
Les guidant aux Cieux
Des pécheurs déchirent le voile!...
L'Enfant Divin
L'astre du matin
Vous choisit pour sa douce Etoile.

Sur terre il est peu de cœurs
Qui n'aspirent aux faveurs
De Jésus, le Roi de Gloire
Mais s'Il vient à s'endormir
Ils cessent de Le servir
En lui ne voulant plus croire.
Si vous saviez le plaisir
Que l'Enfant a de dormir
Sans craindre qu'on le réveille
Vous serviriez de Berceau
A Jésus, le Doux Agneau
Souriant lorsqu'Il sommeille.

Ma sœur, le petit Jésus
Le doux Foyer des élus
Tremble de froid dans l'étable
Cependant au beau Ciel bleu
Des anges, flammes de feu,
Servaient le Verbe adorable.
Mais sur la terre c'est vous
Le foyer de votre Epoux
Il vous demande vos flammes
C'est vous qui devez, ma sœur
Pour réchauffer le Sauveur
Embraser toutes les âmes.

Tiré du Divin Petit Mendiant de Noël demandant l'aumône aux Carmélites de Thérèse de Lisieux (25 décembre 1895).


 
 

Vous voulez envoyer cette page à vos amis?
cliquez sur le logo ci-dessous:

 
 

Retour Index:
Noel  Accueil








 

Hit-Parade