"L'histoire de Papa Noel" 
par Pierre Worontzoff

Qui ne connaît pas Papa Noël ? Tout le monde le connaît
et tout le monde sait ce qu'il fait. Mais voilà : Peu 
d'entre-nous connaissent sa véritable
histoire. Qui il était avant d'être Papa Noël... 
Et bien, c'est ce que je
vais vous raconter maintenant.

Papa Noël n'a pas toujours porté ce nom. 
Il y a bien longtemps, dans un
petit village, alors qu'il était un simple jardinier, 
il s'est vu donné le
sobriquet de "Fada d'nos pelles !"

Fada d'nos pelles (qu'on appelait communément tout 
simplement "Fada") devait ce nom à ses mauvaises 
habitudes de voleur de nuit. Car, figurez-vous qu'une
nuit, il cassa sa pelle contre une roche en plantant ses 
carottes nouvelles à minuit précise. Il avait donc besoin 
d'une autre pelle et il pensa en demander à son voisin, 
M. Pelletier, mais comme celui-ci dormait déjà, il ne
voulut pas le réveiller... En fait, tout le village dormait.

Il réfléchit alors, au beau milieu de son champ de carottes. 
Il lui fallait une pelle ! Mais il ne pouvait pas l'emprunter, 
puisque les gens dormaient. Donc, il décida de se glisser 
par la cheminée de son voisin afin de lui emprunter 
sa pelle sans la lui demander, mais sans le réveiller.
C'est ce qu'il fît. Mais au petit matin, il était tant fatigué, 
qu'il en oublia cette histoire. Et tout le village su, 
dès le lendemain qu'on avait volé la pelle de M. Pelletier... 
Quand le jardinier l'apprit, il n'osa pas aller rapporter que 
c'était lui qui avait volé la pelle et se faire accuser
de voleur. Il préféra ne rien dire.

C'est ainsi, qu'une autre nuit, il cassa de nouveau sa pelle 
dans son terrain très rocailleux en voulant planter ses 
rutabagas. Il utilisa donc la même technique chez le voisin 
de son voisin, et oublia également de la lui rendre... Il en 
fut ainsi pour les navets, les choux, les endives et la
rubarbe... Et les voisins des voisins des voisins de 
son voisin...

Ainsi, dans tout le village, le mystérieux voleur avait déjà 
acquis le surnom de "Fada d'nos pelles".
 


Il pensait à un moyen de quitter le village pour ne pas se 
faire repérer, quand il vit une calèche tirée par deux rennes resplendissants et magiques qui pouvaient volés aussi vite 
que la lumière. Il se dit que c'était ce qu'il lui fallait pour 
emporter toutes ses récoltes ainsi que lui-même à
l'abris des assauts du village. Il s'enfuit donc en volant 
cette calèche, et le propriétaire de la dernière pelle volée reconnut son bien dans la calèche, au moment où le 
jardinier donnait l'ordre aux rennes de décamper...
"Huuuuue !" Lanca-t-il ! pendant que le voisin s'écria : 
"C'est lui ! C'est Fada d'nos pelles !"

Et partout où il allait, de village en village, on colporta 
la rumeur. Et tous finirent par savoir qu'il était le fameux 
"Fada d'nos pelles" et il dut chaque fois abandonner le village...

Il trouva bien dur le métier de jardinier dans ces circonstances. 
Il décida de faire un long voyage, jusque dans la brousse, 
où il se fît une petite hutte pendant la nuit dans l'ambition 
de devenir cuisinier de la tribu. A cette fin, il plaça, plein de 
zèle, une affiche qui proclamait son état de
cuisinier, tant il était heureux de sa décision.

Seulement la tribu de Pygmées avait déjà un cuisinier. 
Et quand fada se réveilla le lendemain, il se trouva 
nez-à-genou avec le tout petit cuisinier lilipucien. Celui-ci exhultait et criait qu'il était le seul cuisinier du village ! 
Ils se rendirent chez le sorcier...
Celui-ci, après les avoir tout deux écouté, écouta sa 
grande sagesse et son estomac. Le verdict fut que celui 
des deux qui lui préparera la meilleure tarte au citron pour 
demain midi, serait le cuisinier du village.

Fada avait encore des citrons frais de ses récoltes. Et il avait 
vu un champ de blé pas très loin du village en arrivant... 
Il avait tout les ingrédients et commença de bricoler un four 
avec des pierres et du bois.

Au soir, alors qu'il avait fini la récolte du blé, qu'il avait 
trouvé un nid de poule avec des oeufs et que la chance 
lui avait souri toute la journée, il enfourna la tarte pour la 
faire cuire. A la sortie du four, il fut convaincu que sa tarte 
serait la meilleure tant elle sentait bon. Mais tout en la 
laissant refroidir, il s'aperçu d'une chose... Il lui manquerait 
une pelle à tarte ! Et tout le monde dormait ! Et il ne 
connaissait personne dans le village qui serait suceptible 
de posséder une pelle à tarte...
Alors, il pensa que le seul qui pourrait avoir cette pelle était 
le cuisinier du village... Il se glissa alors au dehors de sa 
maison et entreprit de rentrer dans la minuscule maison 
du petit Pygmée. Il poussa, "Hum ! Ouf !" et poussa encore ! 
Mais il n'y parvint pas...  Il essaya et essaya encore toute 
la nuit durant ! Au petit matin, le cuisinier du village se réveilla 
et entendi des bruits dans sa cheminée.

Raisonnant comme un cuisinier Pygmées, il décida de faire chauffer une grosse marmite d'eau sur le feu de sa cheminée 
et d'attendre que le voleur arrive à s'introduire dans 
la cheminée, ce qui voulait dire qu'il aurait alors atteint la 
taille d'un morceau de spaghetti et qu'il  n'aurait plus qu'à le laisser mijoter afin de le vendre à la tribu cannibale voisine.


Fada d'nos pelles parvint finalement à se glisser dans la 
cheminée et tomba dans l'eau bouillante. Bien sûr, 
le bon Dieu le fit monter au ciel avant qu'il ne s'ébouillante. 
Le bon Dieu expliqua a Fada ses erreurs, et qu'ils n'aurait 
pas dû voler toutes ces pelles. Qu'il aurait dû expliquer 
qu'il avait simplement oublié de les rapporter. Fada pensait 
être puni et devoir aller aux enfers, mais le bon Dieu se 
contentait de lui expliquer calmement ses torts.

Fada en fut ému et demandat au bon Dieu ce qu'il pouvait 
faire pour se racheter. Alors le bon Dieu lui expliqua que 
le ciel avait décidé de s'organiser en fonction de 
l'augmentation de la natalité, que les cadeaux du
ciel se demanderaient désormais tous le même jour et 
qu'il avait encore besoin d'un livreur de jouets, qui se 
chargerait également de prendre les commandes, car cela devenait difficile de s'y retrouver avec cette natalité
qui augmentait. Fada accepta avec joie ! Le bon Dieu 
fit alors venir les rennes de fada. Ils étaient heureux 
de se retrouver. La calèche servirait à se remplir des cadeaux 
et les deux rennes, grâce à leur faculté de voler à
la vitesse de la lumière, emmèneraint les cadeaux d'une 
maison à l'autre. Et fada aurait à s'introduire par la cheminée 
pour apporter les cadeaux aux enfants. Ainsi son aisance 
dans cet exercice sera converti de la meilleure façon qui soit.

Il restait 2 choses à régler. Le date et le nom de la fête 
étaient encore à décider. Et après que Fada eut expliqué 
que ses rennes étaient habitués à son sobriquet "fada d'nos pelles" et qu'il voudrait que ça ne leur pose pas de problème 
s'il devait en changer, le bon Dieu expliqua que les animaux 
ne reconnaissaient surtout que les voyelles et les sons que 
font plusieurs voyelles ensemble. C'est ainsi que la fête 
s'appela "Noël" et que "fada d'nos pelles" pris le nom de 
"Papa Noël". 
Et c'est ainsi que cette fête prit place le 24 décembre à minuit précise l'heure des plantations 
de carottes nouvelles. Le 25 étant le jour d'anniversaire de 
notre petit jardinier appelé maintenant "Papa Noël".
 


...Et lorsque tous les enfants ont leur cadeaux. Le cadeaux 
de Papa Noël, le 25, est de savoir que c'est grâce à lui que 
tous ces enfants sont heureux et profitent des cadeaux 
qu'ils désiraient avoir, pour avoir été si gentil durant l'année.
 






 


 
 
 

RETOUR INDEX:
Noel Accueil










 

Hit-Parade