2015
 

LA BOITE DE PENDORE
vous souhaite





"Résolutions, citations et Poêmes"

Vous êtes fatigués de prendre des résolutions année après année et que vous ne tenez jamais? 

Pourquoi ne pas promettre de faire quelque chose que vous allez faire? 

Voici quelques suggestions pour vous aidez à commencer la nouvelle année du bon pied: 

1. Prenez du poids. Au moins 30 livres. 

2. Arretez de vous entraînez. C'est une perte de temps. 

3. Lisez moins. Ca vous fait réfléchir. 

4. Regardez plus de télévision. Vous avez manqué de bonnes choses.

6. Arrêtez d'apporter votre goûter de la maison. Mangez plus au restaurant.

8. Passez vos vacances d'été sur l'internet. 

9. Ne mangez pas de viande 

10. Faitez en sorte d'avoir de mauvaises fin de mois. 

11. Achetez plus de jouets. 

12. Augmentez vos limites de cartes de crédit. 

13. Ne croyez pas vos politiciens. 

14. Organisez-vous pour contrer la loi au moins une fois. 

15. Evitez les avions qui chutent de 1000 pieds d'altitude. 

16. N'allez pas nager avec les requins et les piranahs. 

17. Associez-vous avec vos pires clients en affaire. 

18. Organisez vos priorités assez nombreuses afin d'être incapable d'en tenir compte. 

19. Attendez une bonne opportunité. Ne courrez pas après. 

20. Concentrez-vous sur les fautes de vos voisins. 

21. Plaignez-vous de vos erreurs.


 

Poême de la Nouvelle Année

La nouvelle année
Louise Paulin

Nouvelle année, année nouvelle,
dis-nous, qu'as-tu sous ton bonnet?

J'ai quatre Demoiselles,
toutes grandes et belles;
la plus jeune en dentelles,
la seconde en épis,
la cadette est en fruits,
et la dernière en neige,
voyez le beau cortège!
Nous chantons, nous dansons
la ronde des saisons.

Nouvelle année, qu'as-tu dans ta besace?

Douze garçons, tous forts et courageux;
Douze garçons pour vous servir, Madame,
Douze garçons pour vous servir, Monsieur.

Les trois premiers sont souvent en colère,
les trois suivants savent rire et chanter.

Les trois suivants remplissent vos corbeilles,
Monsieur, Madame, et même vos greniers.

Les trois derniers font ce qu'il sont à faire,
Tout en pleurant, ils enterrent leur mère.

Ne pleurez plus, holà! mes douze mois,
Morte l'Année, l'Année vit, me voilà!

Le sens du temps

Cette année à venir encore postérieure
Nous vient de derrière avec son pas feutré
Alors que l’an passé qui nous est antérieur
S’éloigne vers l’avant sous nos yeux étonnés

Si bien ancrés ici dans notre maintenant
Espérant retenir ce qui nous fut heureux
Nous aimerions garder chacun de nos présents
Jusqu’à nous parvenus du fleuve généreux

Sur le pont de l’instant où notre coeur palpite
Retenir près de nous ou bien laisser filer
N’est qu’ un choix inutile à celui qui habite
Tout depuis la source jusqu’à l’extrémité

Dans sa continuité libre de toutes failles
L’incroyable étendue de notre propre temps
Nous offre l’unité partout où que l’on aille
Juste pour exister ici entièrement

Pour aller de l’avant, suivrais-je l’antérieur
Propulsé par le temps du futur postérieur ?
Ou par un demi-tour devrais-je me risquer
A temporellement me désorienter ?

Il y a juste à habiter
Un poème collectif: La nouvelle année ou le Nouvel An
Publié le 30 décembre 2007 par Lauravanelcoytte

À la mi-nuit quand la lune se dentelle
Le jour nouveau veille l’horizon
Et le soleil attend patiemment son tour
Au confort des bras de la nuit douce
Et le soleil attend patiemment son tour
Au confort des bras de la nuit douce
Alors que le solstice a déjà sonné
Le glas des journées automnales
Et l’hiver qui se phare de blanc neige
Pour meubler la terre de ce lieu
Brûlure du froid en couverture
Pour une sève printanière
Chaleur de tes bras
Qui m'habillent d'amour
Chaleur de ton coeur
Qui dénude mon âme
Et les flammes dans l'âtre
Dansent au feu de tes yeux
Brûlants comme la braise
Où crépite mon âme.
Peu importe l'orage
Qui se déchaîne au dehors
Nous ne sommes que douceur
Au crépuscule du matin
Quand l'heure tournera vers demain
Que l'aiguille pointera l'an nouveau
M'embrasseras-tu sous le gui suspendu
Ta bouche en accroche-coeur ?
Ou me dira t-elle des mots définitifs
De rupture ou d'engagement
D'un nouveau temps contre
Ou tout contre toi

Ce nouvel an
Ce nouvel an à tes côtés
Etait merveilleux
Je me revois
Quand tu m’étais ta main autour de moi
Quand on se regardais dans les yeux
C’étais merveilleux
Ce soir là, j’ai compris
Que nous deux, c’étais possible
depuis je pense à toi
Et tu n’es pas là...
Je repense à ce nouvel an
Et tu me manques tellement

Oui ! Il arrive l’an neuf !
C’est le temps des bilans,
Décevants ou fleurissants.
C’est le temps de la neige, des cadeaux.
Que coule en nous une nouvelle Eau !
Il pointe du doigt nos misères,
Nous invitant à « prendre plus d’Air ».
Que d’un clic, nos solitudes, nos échecs
Se transforment sans prise de becs.
D’un clic sans claques
Le soleil dissipe
Tout mal et saute dans les flaques
Sans « flippe ».

C’est le temps des bonnes résolutions,
De la fête des harmonies de sons ;
Le temps merveilleux de tous les possibles
De la transmutation sensible, sans cible.
D’abord bien sûr en rêve,
Faire (re) monter la bénéfique sève !
Mais avec le temps, la fidélité à l’ouvrage,
Nous améliorons de nous l’image.
D’un clic sans claques,
Le soleil dissipe
Tout le mal, sautant dans les flaques
Sans « flippe ».
Hohoho, hohoho !
L’univers finit par nous exaucer
Coule, coule la belle eau !
Pour nous aider, nous rehausser.
Oui ! Il arrive l’an neuf,
Clic clac !
Comme Jésus entre l’âne et le bœuf,
Flic flac !
Changer son monde en vrai bonheur
ReFlitch ReFlatch!
Garder en nous le meilleur
Cric Crac !
 
Voici le jour de l’an
Voici le jour de l’an
C’est la nouvelle année
Ce soir petits et grands
Feront longue veillée
Lorsque minuit sonnera
Tout le monde s’embrassera
Bonne année,
Bonne année à toute la terre
Bonne année,
Bonne année au monde entier.
Bonne année
Bonne année à toutes les choses,
Au monde, à la mer, aux forêts.
Bonne année à toutes les roses
Que l’hiver prépare en secret.
Bonne année à tous ceux qui m’aiment
Et qui m’entendent ici-bas.
Et bonne année aussi, quand même,
À tous ceux qui ne m’aiment pas. 

Rosemonde Gérard (1871-1953)


 
 

Le premier jour de l’an

Les sept jours frappent à la porte.
Chacun d’eux vous dit : lève-toi !
Soufflant le chaud, soufflant le froid,
Soufflant des temps de toutes sortes,
Quatre saisons et leur escorte
Se partagent les douze mois.
Au bout de l’an, le vieux portier
Ouvre toute grande la porte
Et d’une voix beaucoup plus forte
Crie à tous vents : Premier Janvier ! 

Pierre Menanteau (1895-1992)

 
Nouvel habite An

J’ai habité l’an passé
Je viens habiter l’an nouveau
Je n’y suis que dans l’entrée
Mais déjà, c’est un cadeau

Chaque maison du temps 
Qui m’offrit le gîte
Fit de moi, bon an mal an
Un nomade insolite

Âme voyageuse
J’occupe ainsi les années
Où la vie accoucheuse
Me fait nouveau né

Arrivant au monde
De chaque an nouveau
La vagabonde
Se fait joyau

Alors
Comme un écrin temporel
Afin de dignement l’accueillir
L’année se fait toute belle
Riche de ses vœux en devenir

Au delà de l’entrée
L’horizon offre l’espoir
D’une éternité renouvelée
Soir après soir
 Thierry TOURNEBISE  www.maieusthesie.com 

L'année s’en va !
Sachons oublier les sales quart d’heure
Mais garder au fond du cœur
Tous les instants de bonheur

Que nous réserve cet an neuf !
Je ne préfère pas le savoir
Il y aura sûrement des pleurs
J’espère beaucoup de rires !
Et pour tous Santé, Bonheur

Bonne Année

Voici la nouvelle année
Souriante, enrubannée,
Qui pour notre destinée,
Par le ciel nous est donnée :
C'est à minuit qu'elle est née.
L'un arrive, l'autre fuit.
Nouvel an ! Joie et bonheur !
Pourquoi ne suis-je sonneur
De cloches, carillonneur,
Pour mieux dire à tout le monde
À ceux qui voguent sur l'onde
Ou qui rient dans leurs maisons,
Tous les vœux que nous faisons
Pour eux, pour toute la Terre
Pour mes amis les enfants
Pour les chasseurs de panthères
Et les dompteurs d'éléphants.

  (Tristan Derème)

Bonne Année

Il faut que je vous dise
Une jolie surprise
C'est la nouvelle année
Et les gens sont très gais.
Bonne année, bonne santé
Bon printemps, bel été
Doux automne, calme hiver
Ce sont les vœux de la Terre.
Et les miens les voici
De la gaieté pardi.

Bonne Année

Bonne année à toutes les choses :
Au monde ! A la mer ! Aux forêts !
Bonne année à toutes les roses
Que l'hiver prépare en secret.
Bonne année à tous ceux qui m'aiment
Et qui m'entendent ici-bas …
Et bonne année aussi, quand même,
A tous ceux qui ne m'aiment pas.

 (Rosemonde Gérard)

Voici pour terminer, un vieux conte japonnais:
"Les six Jizos et les chapeaux de paille"
Il était une fois un grand-père et une grand-mère.
Grand-père gagnait sa vie en confectionnant des chapeaux de paille.
Ils vivaient pauvrement, et un année,
à la veille du jour de l'an, ils n'eurent même pas assez d'argent pour acheter
les traditionnels gâteaux de riz. Grand-père décida donc d'aller à la ville
vendre quelques chapeaux de paille.
Il prit cinq chapeaux, et les portant sur son dos, se mit en route.
La ville était loin et il après avoir longtemps marché à
travers les champs, grand-père arriva enfin à destination.
Il déambula dans toute la ville, criant:
"Chapeaux de paille, chapeaux de paille;
qui veut des chapeaux!" 

Il y avait beaucoup de monde en ville; tous les gens s'affairaient à préparer
le jour de l'an, achetant du poisson, des alcools, des gâteaux de riz,
puis ils rentraient chez eux.
Personne n'achetait de chapeaux au grand-père.
C'est que le jour de l'an, tout le monde restant chez soi, un chapeau de paille n'est pas
très utile. 

Grand-père marcha toute la journée,
sillonnant la ville et vantant ses chapeaux, mais il n'en vendit pas un seul.
A la fin de l'après-midi, il décida de rentrer, sans avoir pu acheter le moindre gâteau de riz.
Quand grand-père sortit de la ville, il commença à neiger.
Il était bien fatigué, et transi de froid
marchait à travers champs quand il aperçut des Jizos, statues de pierre représentant des divinités japonaises.
Il y avait six statues, et sur leur tête la neige s'était amoncelée,
des stalactites leur tombaient même du visage.

Grand-père, qui avait bon coeur, pensa que les pauvres Jizos
devaient avoir bien froid. Il leur essuya donc la tête,
enlevant la neige qui les recouvrait,
et les coiffa des chapeaux qu'il n'avait pas réussi à vendre, murmurant :
"Ce sont de simples chapeaux de paille, mais acceptez-les, je vous prie..." 

Mais il n'avait que cinq chapeaux, et il y avait six Jizos;
grand-père coiffa la dernière statue de son propre chapeau, en lui disant :
"C'est un chapeau bien vieux et usé, mais il vous protègera un peu."
Après avoir ainsi donné ses chapeaux aux statues, grand-père reprit son chemin dans la neige.
Quand il arriva à la maison, grand-père était recouvert de neige.

Grand-mère, le voyant sans chapeau, lui demanda ce qu'il s'était passé, et grand-père lui raconta l'histoire des Jizos :
"A vrai dire, je n'ai pas réussi à vendre le moindre chapeau en ville.
Sur le chemin du retour, j'ai vu des Jizos, leur tête était recouverte
de neige, j'ai pensé qu'ils devaient avoir froid.
Alors je les ai coiffé des chapeaux que j'avais emportés,
et comme il en manquait un, je leur ai aussi donné le mien." 

Grand-mère fut touchée en entendant ce récit, et se réjouit de la bonté de son mari :
"Tu as fait une bonne action. Même si nous sommes pauvres, nous avons la
chance d'avoir un toit et du feu."
Grand-père, qui était transi de froid, s'assit au coin du feu et grand-mère
prépara le repas. Comme les chapeaux ne s´étaient pas vendus,
il n'y avait pas de gâteaux de riz; aussi mangèrent-ils simplement du riz avec quelques légumes et
allèrent vite se coucher.

En pleine nuit, grand-père et grand-mère furent réveillés par un bruit dehors;
quelqu'un chantait. Les voix étaient d'abord assez lointaines,
mais elles se rapprochaient de la maison, et elles chantaient ceci :
"Grand-père a donné ses chapeaux
Il les a donnés aux Jizos
Allons chez lui, allons-y!"

Grand-père et grand-mère étaient bien étonnés d'entendre une telle chanson;
ensuite, ils entendirent un grand bruit, "Boum!"
Ils allèrent voir ce que c'était,
et quelle ne fut pas leur surprise en ouvrant la porte! Sur le seuil étaient
disposés plein de paquets : il y avait du riz, du poisson, des alcools, des
gâteaux de riz, des décorations du Nouvel An, des couvertures et des kimonos bien chauds,
et bien d'autres choses encore.

Grand-père et grand-mère regardèrent autour d'eux,
cherchant qui avait pu leur apporter tant de choses, et ils virent au loin les
six Jizos qui s'éloignaient, coiffés des chapeaux de  grand-père.
Les Jizos, reconnaissants de la bonté de grand-père, lui avaient
apporté tout ce qu'il faut pour passer un Nouvel An agréable.

"Citations"

Les résolutions prises lors des campagnes électorales ne sont rien d'autres que l'agrandissement de celles que l'on prend au nouvel an. “

“N'attends pas que les événements arrivent comme tu le souhaites. Décide de vouloir ce qui arrive… et tu seras heureux.”

“Qu'est qu'une année sinon le volume infini d'une pincée de secondes. “

“Tenez, dit l'avare: Voici un calendrier neuf, et qu'il vous fasse toute l'année.”

“Il ne faut pas chercher à rajouter des années à sa vie mais plutôt essayer de rajouter de la vie à ses années ”

“A nouvel an, nouvel élan.”

“Demain du ventre du temps surgira une année nouvelle.”

“Je ne prendrai pas de calendrier cette année,
car j'ai été très mécontent de celui de l'année dernière !”

“Au premier de l'an, fais deux crêpes pour avoir de l'argent.”
 



En aucun temps, si vous avez des suggestions à nous faire ou des
commentaires, il me fera un grand plaisir de vous lire. 

"Bonne et Heureuse Année"
 Desneiges
 
 

Retour à la page "Jour de l'an":

Retour à la page; chansons à répondre "
Retour Index:
Noel: Accueil

















 
 
 

Hit-Parade