"Bonne fête Papa"

retour  à la fête des pères


Voir aussi Poêmes:
Papa de coeur
Cher Papa
Mon père

Cravates et rasoirs

Voilà peut-être les deux objets les plus symboliques de la paternité: la cravate et le rasoir.
On vous dit tout sur l’histoire de ces cadeaux traditionnels de la fête des papa.

PETITE HISTOIRE DU RASAGE

Depuis quand les papas se rasent-ils ? Pourquoi, on le devine, mais comment ? 

Pour répondre à ces insoutenables questions, nous devons explorer deux pistes : le rasage "à main" et le rasage électrique. Passage de l'un à l'autre puis retour de l'un vers l'autre, les deux technologies cohabitent en ce début de millénaire, pour la plus grande douceur des mentons irréductiblement piquants !


Rasoir de bronze 

Figurez-vous que l'on a retrouvé des rasoirs (à main…) dans les bronzes du Néolithique, que ce soit en Europe ou chez les esquimaux. Un manche, une lame (une seule), pas de doute, c'est un rasoir. Ce rasoir en métal de l'âge du bronze, période qui marque la fin du la fin du Néolithique, devait servir à couper les cheveux et à tailler la barbe. Si l'homme préhistorique était probablement hirsute, les papas d'il y a quelques milliers d'années étaient donc plus ou moins rasés, ce qui peut-être marque leur entrée dans l'ère moderne ! Même si l'invention de la mousse à raser, et au moins du baume pour réparer les dégâts, restaient à faire.

Ensuite, peu d'informations sur l'affinage des lames. Avec la maîtrise du travail du métal, on peut penser que le rasoir à une lame a doucement progressé. N'oublions pas que raser et rasoir viennent de rasare, participe passé du verbe latin radere, qui signifie plus racler 
que raser !


Tout se précipite

En 1901, Gillette, société américaine, invente le rasoir à main, entièrement dédié au rasage de la barbe. Et tout va aller très vite, le rasoir va devenir électrique,puis le nombre de lames des rasoirs mécaniques se multiplier presque à l'infini (à combien s'arrêtera-t-on ?). 

En 1901 donc, on se rase de près (et pas encore de frais car les cosmétiquesne sont pas d'actualité), la mode du papa imberbe est lancée. Il faut être doux au toucher.

La fausse révolution

En 1928, la lassitude venant sur cet outil basique, on invente le rasoir électrique. Développé par Philips et commercialisé en 1939, ce produit était une diversification de plus pour cette multinationale innovante, qui nous a proposé le tube au néon et plus récemment le compact-disk.

Puis invention du rasoir nucléaire ? Rien de tout cela, retour en arrière! A peine les premiers rasoirs électriques font-ils des émules,qu'une autre multinationale sort en 1930 la mousse à raser en bâton. En effet Cadum régnait alors sur le marché de la savonnette et se devait de sortir un produit adapté au rasage. Le bébé Cadum célébrissime à l'époque est mis à contribution dans la campagne de pub, blaireau en main pour faire mousser ce produit révolutionnaire, qui existe toujours.

Retour vers le futur

Le rasoir à main a donc la dent dure, et même revient en force: assez de bruit et de fausse modernité ! Gillette invente dansles années 70 le GII, rasoir à deux lames. La deuxième achève le travail de la première, autrement dit avec une lame on se rasait mal ! Puis les lames deviennent mobiles, sans doute sous l'impulsion des rasoirs électriques qui progressent eux aussi et dont les lames "flottent" ; c'est le Gillette "Contour" qui épouse la forme des visages de tous les papas, du plus rondouillard au plus anguleux. Puis le "Sensor" encore plus attentionné, et maintenant le rasoir à trois lames : la troisième achève le travail de… à quand les 4 lames ? La bagarre fait rage entre les grands du marché, c'est à qui ajoutera le premier une lame de plus!

De la virilité à la douceur

Quoiqu'il en soit sur les mérites des différentes lames, notons que dans la plupart des campagnes de pub les papas sont depuis longtemps représentés en pilotes de chasse ou de formule 1, et l'aviation a de tout temps accompagné la saga du rasoir, véritable aile d'avion coupante ! Que ce soit Wilkinson, Gillette ou Philips, rasoir mécanique ou rasoir électrique, la virilité a été auprogramme pendant près d'un siècle. Fini tout cela, les cosmétiques masculins arrivent en force pour nous prôner les bienfaits des mousse, gel, crème et autre savon à raser, sans compter le baume (après) et le blaireau (pendant), bel outil plus ringard du tout. Comme quoi le rasoir à main n'a pas fin de reprendre du poil de la bête…


PETITE HISTOIRE DE LA CRAVATE

Cravate est un mot qui ne nous vient pas du latin. C'est un mot d'abord masculin,venu de Croate, pour désigner l'ornement porté par les cavaliers croates du régiment de mercenaires Royal-Cravate de Louis XIV au XVIIème siècle. Puis très vite porté au féminin. Le verbe cravater en a découlé au XIXème siècle. Mais avant cela, beaucoup de tissus avaient été noués…

Les tissus noués de l'Antiquité à... la cravate

Les premiers utilisateurs connus de la cravate semblent être les chinois. Il s'agissait d'un simple tissu noué autour du cou. Les milliers de soldats qui accompagnent le premier empereur chinois dans sa tombe du IIIème siècle avant JC sont tous cravatés de noeuds de soie. On retrouve cet usage dans beaucoup de peuples de l'antiquité, sur divers continents, signe d'asservissement autant que de dominance social. Tout comme les colliers et autres bracelets de métal ou de pierres précieuses. Donc signe distinctif, comme aujourd'hui : un jeune cadre dynamique se doit-il pas de porter cravate ? il n'y a qu'àvoir les annonces de recrutement pour s'en convaincre, au moins en France!

Les romains en ont les premiers fait un autre usage. Les soldats romains portaient un tissu de soie ou de laine pour préserver leur gorge du froid, un focalium (fauces signifie gorge en latin). Qui disait focalium disait légionnaire, marque de statut autant que protection.

On retrouve ensuite cet usage chez des religieux de diverses confessions au cours des siècles.

Beaucoup plus tard, l'usage du port d'un tissu autour du cou va suivre la mode vestimentaire. On pense tout-de-suite à la fameuse fraise, suivie du jabot de dentelle, pas vraiment masculin mais moins strict que les costumes raides d'avant le XVIème siècle.

Ces cols vont prendre leur indépendance, pour être rapportés sur le vêtement.

Les Croates envahissent l'Europe

Sous l'influence du régiment croate, la cravate sera donc lancée au XVIIème siècle, le mot faisant son apparition vers 1650. Chaque classe sociale de l'armée s'en empare pour marquer son statut grâce à des tissus différents, puis la cour à Versailles s'enflamme. La mode est lancée à travers l'Europe. D'ailleurs le roi-soleil avait son cravatier qui créait et lui nouait l'objet choisi en fonction du vêtement. La dentelle était toujours de mise, associée à la soie par exemple. Le noeud de cravate mettait en valeur le col, et réciproquement. Mais ces premiers plastrons blessants, notamment pour les soldats au combat, connaîtront de nombreuses variantes plus supportables.

C'estGeorge Bryan Brummel en ce début XIXème outre-manche qui,tout en démocratisant le costume, mit la cravate en vedette, etil excellait dans l'art d'accommoder les noeuds. Les tissus étaienttoujours non doublés comme aujourd'hui, mais précieux. L'Europele suivit.

Le XXème siècle

Au début du XXème siècle, la folie-cravate un peu tombée en désuétude au fil des décennies, rebondit. La femmes y met, en tout cas les garçonnes. En même temps le noeud-pap apparaît, sous différentes formes, à la suite de la création à Paris en 1904 de l'opéra dramatique italien Madame Butterfly, sur une musique de Giaccomo Puccini.

La suite est connue, l'avenir l'est moins. Même si depuis quelque temps on en trouve des clignotantes pour les fêtes. Et si les noeuds papillonont appris à se faire tout seuls depuis longtemps (quel casse-tête à faire soi-même !).

L'usage du blanc ou du noir est toujours lourd de sens, la cravate est alors message. Les cravates se sont sophistiquées dans leur fabrication, doublées ou triplées, les formes (largeur et aussi longueur) évoluent, bref elles font l'objet de modes. La façon de faire le noeud semble maintenant immuable.

Si l'homme moderne la porte moins systématiquement au bureau en France et ailleurs, elle reste avant tout une marque de position sociale, et comme cadeau de Fête des Pères, on n'est pas prêt de lui tordre le cou !


L'origine du mot Père remonte sans doute à Dieu le Père.
À Dieu le Père, on attribue le rôle de Créateur.
Le mot père a toujours distingué celui qui avait une responsabilité patriarcale ou éducative.
Chezles Romains, le titre de Père de la Patrie, fut décerné à plusieurs empereurs, dont Auguste.
Les Chrétiens, désignent comme leur "Père" les membres de leur clergé afin de marquer
la relation de paternité spirituelle qui unit les fidèles à leur pasteur.

Ce sont les Américains qui, ont été les premiers à rendre hommage aux pères de famille
en instaurant  une fête annuelle pour leur rendre hommage.
C'est en 1924 aux États-Unis que le Président Calvin Coolidge inaugura un jour spécial
en l'honneur de tous les pères.
En 1966, le Président Johnson décida de célébrer cette fête, tous les ans
le troisième dimanche de Juin.
En France, il semble que c'est en 1952 que l'on aurait fêté la première fête des Pères officielle.

      Sans remonter au Pater familias romain, dont le terme usuel aujourd'hui évoque l'autorité plus que la tendresse, ce sont
      à nouveau les américains, comme pour les mamans, qui ont consacré les premiers une fête aux papas.

Pour tous ceux et celles qui ont la chance d'avoir leur papa
 Profitons-en pour leur dire combien nous les aimons.

Petit papa
C'est aujourd'hui ta fête
Maman m'a dit
Que tu n'étais pas là.

Voici des fleurs
Pour couronner ta tête
Un doux baiser
Pour te consoler.

Petit papa, Petit papa.

 retou à la fête des pères
 

Voir aussi Poêmes:
Papa de coeur
Cher Papa
Mon père
 

RetourIndex:
JuinAccueil.

Vousvoulez envoyez cette page à un ami(e)?






annuaire

Hit-Parade