"Mois du pique-nique et des vacances"
(voir la page sur les vacances)


 Je pensais que les vacances me videraient la tête. Mais non, les vacances, ça ne vide qu'une chose : le porte-monnaie.
  [Jean-Philippe Blondel]

Nous faisons chambre à part, nous allons dîner chacun de notre côté, nous prenons nos vacances séparément ; nous faisons tout ce que nous pouvons pour sauvegarder notre mariage.
  [Rodney Dangerfield]

On peut espérer que, lorsqu'ils seront les maîtres du monde, les insectes se souviendront avec reconnaissance que nous les avons plutôt bien nourris lors de nos pique-niques.
[Colette]

"Histoire"
Un pique-nique est un repas pris en plein air.

Le Déjeuner sur l'herbe, de Manet

À la différence du casse-croûte qui est généralement rapide, le pique-nique désigne un repas agréable, préparé à l'avance, et souvent d'une durée prolongée.

Conçu au départ pour permettre de profiter du beau temps et de la nature, le pique-nique est aussi un prétexte pour se retrouver en famille ou entre amis, et de partager les plats que chacun apporte. Souvent composé de mets froids, le pique-nique peut aussi s'enrichir de viandes cuites à la broche ou au grill (barbecue).

Selon le dictionnaire historique de la langue française Robert publié sous la direction d'Alain Rey, du point de vue étymologique, le terme « nique » qui date de la fin du XIIIe siècle et qu'on retrouve dans l'expression « dire nic », c'est-à-dire « ne pas se soucier de », signifie « chose de peu de valeur ». « Faire un repas à pique-nique », c'est donc faire un repas, pas nécessairement sur l'herbe, mais où chacun amène sa contribution.

Au XVIIIe siècle, on disait une « pique-nique » (féminin) ou un « picnic » (masculin).
L'expression « picnic » serait passée en Angleterre, puis revenue en France au milieu du XVIIIe siècle.
Emile Littré, lui, indiquait dans son dictionnaire que ce terme venait de « pick », saisir et « nick », point, instant, et que « cette étymologie dispense de toutes les éthmologies qui ont été faites sur pique-nique ».


  Pique-nique : sortez des sentiers battus !

Adeptes des tableaux de Renoir, des grandes nappes blanches étalées sur les rives d’un cours d’eau, ou pique-niqueurs randonneurs, l’été est là, sortez vos malles en osier ou vos sacs à dos. Pour que votre pique-nique soit réussi, osez la variété, gage de tout équilibre alimentaire. 
Rangez au placards les traditionnels sandwiches saucisson/jambon/pâté, accompagnés des incontournables chips. Pensez au contraire aux salades composées, aux terrines, aux tartes qui peuvent constituer à elles seules des plats complets.

Pique-nique un jour, pique-nique toujours
Le pique-nique c’est dans l’air ! Au printemps, en été et, si on a de la chance, au début de l’automne, on peut partir pique-niquer ! Dans l’herbe du jardin, d’un parc ou d’une clairière isolée, à la montagne, sur les bords d’un fleuve voir même en pleine ville, le pique-nique s'adapte à toutes vos envies.
 


A vous de choisir ! 

Le choix des ingrédients est extrêmement vaste et les mélanges quasi infinis :

 Du riz, des pâtes, de la semoule, du maïs et même des légumes secs pour les glucides complexes ; des légumes crus et cuits pour les vitamines et les fibres ; des oeufs, de la viande, du poisson pour les protéines, du fromage pour le calcium.
Si vous surveillez votre ligne, pensez aux légumes qui se consomment nature :
 Radis, tomates-cerises, carottes coupées en bâtonnets ou agrémentez-les avec des sauces au yaourt ou au fromage blanc.

En accompagnement, prévoyez du pain qui complète bien le repas.  
Les produits laitiers font également partie du voyage : une variété de fromages pour les adultes, des laitages pour les enfants en particulier des yaourts à boire.

En dessert, profitez des fruits. Ils sont riches en vitamines, rafraîchissants et faciles à manger. Des fruits de saison (pêches, nectarines, abricots, cerises) ou encore des pommes et bananes qui ont l’avantage de bien supporter le transport.

Pour les boissons, de l’eau bien sûr et sans limite s’il fait chaud. Des jus de fruits éventuellement, de préférence aux boissons sucrées.
Évitez ou limitez les boissons alcoolisées.

Transporter et conserver dans de bonnes conditions

Transporter les aliments au frais surtout par forte chaleur est indispensable.
Le froid est nécessaire pour les viandes, les poissons, les produits laitiers et les sauces, qui sont des produits sensibles. Ceci n’implique pas pour autant d’équipement particulier mais le respect de quelques règles simples.
Si l’on ne dispose pas de glacière, on peut simplement utiliser des sacs isothermes habituellement destinés à transporter les produits surgelés. Afin de maintenir un certain degré de fraîcheur à l’intérieur, il suffit d’y glisser des petites bouteilles d’eau que l’on aura pris soin de mettre au congélateur la veille ou dans le compartiment à glaçons. Attention cependant à ne pas les remplir complètement sinon elles risqueraient d’éclater. Après avoir isolé les produits ou préparations les uns des autres en les plaçant dans des boites hermétiques, on peut transporter et conserver en toute sécurité des salades composées, des terrines de viandes ou de poissons, des tartes salées ou des produits laitiers.

Si vous optez pour un rôti ou un poulet, faites-le cuire la veille. Découpez le avant le départ afin de ne pas avoir de manipulations à faire en pleine nature. Prenez soin de l’envelopper dans du papier aluminium ménager ou bien transportez-le dans une boîte plastique au frais dans le sac isotherme.

Que l’on soit des millions, comme pour "l’incroyable pique-nique", en famille ou seulement en amoureux, le pique-nique est une fête. Mettons dans notre panier tout ce qu’il faut pour qu’elle soit réussie. 

Des astuces pour un pique-nique appétissant !

 Rares sont les enfants qui mangent un fruit entier… Coupez-les en petits morceaux et conservez-les dans des mini-boîtes en plastique.
 Misez sur les fruits secs (abricots, pruneaux, dattes…), une bonne alternative aux fruits frais !
 Taillez les sandwiches en rond, losange, triangle ou même en forme de bonhomme : ça donne envie de mordre dedans.
 Pour changer du pain habituel, roulez les crudités dans du pain pita et coupez en petit tronçon. 
 Servez des cubes de fromages doux avec des grains de raisin ou des morceaux de pomme. 


Vive le pique-nique !
 
Un coin de verdure, une couverture, des sandwichs et de jolies salades dans des petites boîtes, un peu d’eau et beaucoup de gaieté, tels sont les ingrédients faciles à réunir pour organiser un pique-nique.
 
Célébration d’un art de vivre tout entier dédié à la convivialité, le pique-nique s’improvise désormais à la ville ou à la campagne et se réinvente aujourd’hui des codes en fonction du style de vie de chacun. Alors, profitez des jours radieux pour vous piquer au jeu du pique-nique et picorer dans ce dossier quelques idées pour l’organisation et l’équilibre nutritionnel des menus. Car pique-niquer sain :
c’est possible !
 
  L’art du pique-nique
Rituel des beaux jours, le pique-nique nous fait fredonner des airs d’enfance. Champêtre ou urbain, dominical ou en pleine semaine, il est prétexte à la convivialité et à la mise en scène d’instants précieux et furtifs. 
Lorsqu’on évoque le terme pique-nique, d’aucuns se remémorent d’inoubliables parties de cache-cache entre deux sandwichs dévorés à la va-vite, d’autres évoquent des tableaux de Renoir ou des écrits de la Comtesse de Ségur. Et tous célèbrent ces moments éphémères comme des parenthèses de bonheur à jamais épargnées par le temps. 
Aujourd’hui plus que jamais, pressés par le temps et stressés par le travail, nous réinventons dès que possible ces moments de plaisir simple. « Pique-niquer est un acte intemporel » explique Edouard Malbois, directeur de Enivrance, bureau de création de collections en imaginaire alimentaire(1) « Et pour moi il n’est pas furieusement tendance comme on le dit trop souvent en ce moment. Il est simplement nourri et analysé sous un autre angle, comme un espace de liberté et d’éloignement de notre univers quotidien oppressant. Face au déficit de célébration de nos sociétés, organiser un déjeuner sur l’herbe constitue un point d’ancrage, d’échange et de partage avec l’autre. C’est une démarche d’indépendance où le consommateur devient le maître de cérémonie ! » précise t’il. 
Et tout est prétexte à organiser un pique-nique : une envie de se retrouver entre copains, l’anniversaire de l’un des enfants, une réunion de famille ou tout simplement le besoin d’être au contact de la nature pour se retrouver et faire une pause. 
Pour s’approprier ces instants choisis, nous mettons beaucoup de nous : choix du lieu, de l’équipement, sélection des menus et des activités, rien n’est laissé au hasard mais laisse toujours place à l’improvisation et à la découverte de l’autre. Car, que l’on pique-nique sportif, chic, entre amis ou en famille, la règle d’or ne varie pas : tout mettre en œuvre pour s’amuser, se surprendre et profiter de l’environnement. 

Comment préserver l’équilibre nutritionnel ?
Contrairement à ce que vous pourriez penser, le pique-nique ne chamboule pas les règles de la diététique. 

  Petit abécédaire du pique-nique réussi
Pour faire de votre pique-nique au bord de l’eau, en montagne ou dans un jardin public un moment inoubliable... 
Petit abécédaire du pique-nique réussi
Pour faire de votre pique-nique au bord de l’eau, en montagne ou dans un jardin public un moment inoubliable...
A comme « A la recherche de l’endroit idéal » 
Il y a ceux qui préfèrent les grands espaces et pique-niquent d’un sandwich sur un coin de rocher, d’autres qui ne peuvent se passer de leur confort, d’une table joliment dressée et de sièges molletonnés ; certains choisissent des endroits à l’abri de tous les regards. Et vous ?
Si vous êtes en famille, vous préférerez certainement un lieu où les enfants pourront jouer sans danger comme un parc, une clairière ou une plage. Pour les amoureux et ceux qui recherchent le calme, se percher sur un toit, ou se cacher dans de petites criques ou des alcôves de verdure en lisière de champs, sera idéal. Les randonneurs, eux, seront ravis de faire une pause déjeuner dans un endroit équipé de quelques tables et de bancs. 
Quelle que soit votre envie, chercher l’endroit idéal est presque aussi important que le menu du pique-nique. Alors n’hésitez pas à y consacrer un peu de temps, pour votre bien-être ! 

C comme « Conditionner les aliments avec précaution » 
Pour préserver la qualité des aliments de votre pique-nique, préparez le jour même la juste quantité nécessaire. Enveloppez ensuite les sandwiches dans du papier aluminium et mettez les salades dans des boîtes hermétiques. Pratiques, étanches et particulièrement hygiéniques, elles conservent en toute sécurité les aliments du pique-nique. Elles se choisissent de tailles différentes afin de séparer les salades de leurs sauces, les légumes crus des fruits frais, les œufs et les fromages. Le cas échéant, elles peuvent aussi servir d’assiettes ! Entreposez tout le contenu du pique-nique au réfrigérateur jusqu’à l’heure du départ. Une fois sur place, si un aliment n’est plus frais au toucher ou si vous avez le moindre doute, jetez-le immédiatement car le goût ne révèle pas toujours s’il est encore bon à la consommation. 

E comme « Equipements de base indispensable » 
Tout pique-nique ne peut se passer de serviettes en papiers ou d’essuie-tout, d’une couverture ou d’une nappe à étendre sur le sol, d’une glacière, d’un tire-bouchon, d’un grand panier en osier ou d’un sac à dos pour transporter le tout. Les adeptes du pique-nique chic n’oublient jamais de dresser la table avec un beau service de maison. Les sportifs adorent le couteau suisse « à tout faire », les randonneurs l’opinel et les bourgeois-bohèmes les objets tendance comme cette année le petit filet à accrocher dans les arbres, la cloche à fromages, les sets en bambou ou les boîtes en carton. 

G comme « Glacière à tout faire » 
Symbole du pique-nique, la glacière garde au frais les aliments et boissons. Pour optimiser son utilisation, il convient de la garnir de blocs de glace prévus à cet effet afin de maintenir une température de 4 °C puis de la mettre à l’ombre dès l’arrivée. Vous pourrez y conserver les poissons, produits laitiers, sandwichs, salades, fruits et boissons. Plus la taille sélectionnée sera appropriée, plus la conservation des denrées sera optimum. Attention toutefois : les aliments à température ambiante ne pourront pas y être réfrigérés. Et si vous n’avez pas de glacière, vous pouvez utiliser des sacs isothermes garnis de bouteilles d’eau glacée. Ils conservent les aliments moins longtemps mais dépannent en cas d’organisation impromptue ! 

J comme « Jus de fruits, de légumes et autres sources d’hydratation » 
Pour un pique-nique fraîcheur, buvez sans modération de l’eau plate ou aromatisée. Vous pouvez également profiter de la saison estivale pour concocter des jus de fruits et/ou de légumes. Le thé et café glacés non sucrés désaltèrent à merveille, même s’il convient de les réserver aux adultes compte-tenu du taux de théine ou de caféine. Et pour ceux qui préfèrent une goutte d’alcool, un verre de vin rosé accompagnera de façon légère la terrine ou le fromage.

O comme « Ordures à ramasser avant le départ » 
Emportez avec vous quelques sacs poubelle pour permettre à tous les convives de faire place nette juste avant le départ. Histoire de préserver le site pour d’autres pique-niques et respecter l’environnement. 

P comme « Petits bobos à soigner » 
Grimper aux arbres, se rafraîchir les pieds dans la rivière, se rouler dans l’herbe, …tous ces plaisirs de plein air vont de paire avec le pique-nique. Alors, pour soigner piqûres et égratignures éventuelles, il n’est pas inutile de prévoir une trousse de premiers secours. Du coton, des compresses de gazes, quelques pansements, un anti-venin, une bande, de l’arnica et une crème analgésique feront parfaitement l’affaire.


"Citation"
Le talent sans l'imagination nous a donné l'artisanat à qui nous devons tant d'objets utiles, comme le panier de pique-nique en osier. L'imagination sans le talent nous a donné l'art moderne.
[Tom Stoppard]


"Pour rire"

Le week-end dernier, raconte un amateur de pêche à la ligne, j'ai tiré de l'eau une truite grise qui faisait dans les dix livres. 
- Oh ! Oh! protestent ses copains, tu as des témoins de cet exploit ? 
- Bien sûr que j'ai des témoins, sinon, ma truite aurait bien pesé dans les 15 livres !
Sur le coup de midi, un chasseur dit à son compagnon avec lequel il marche dans la campagne depuis l'aube, sans avoir vu l'ombre d'un lapin. 
- On était bien d'accord pour ne manger qu'une chose sur laquelle on aurait tiré. 
- En effet. 
- Bon. Passe-moi les sandwiches, que je tire dessus !


 Sais-tu pourquoi il ne faut pas se promener à 6 heures du soir dans le bois ? 
C'est parce que c'est l'heure où les éléphants tombent des arbres.
Et sais-tu pourquoi les crocodiles ont la gueule aplatie ? 
C'est parce que 6 heures c'est le moment où ils vont dans le bois pour pique-niquer.  

Un vieux fermier possédait une grande ferme depuis plusieurs années. 
Il avait un grand étang en arrière et il l'avait bien arrangé: 
des tables de pique-nique, des terrains de jeux, etc. ... 
L'étang était propre et sain pour la baignade. 
Un soir, le vieux fermier décide d'aller à l'étang puisqu'il n'y avait pas été depuis longtemps. Comme il approche, il entend des voix crier et rire.
Il s'approche un peu plus et voit un groupe de jeunes femmes nues se baignant dans l'étang. 
Il fait alors connaître sa présence e t les femmes se dépêchent d'aller dans la partie profonde de l'étang. 
Une des femmes lui crie: "On ne sortira pas tant que vous ne serez pas parti." 
Le vieil homme réplique : "Je ne suis pas venu ici pour regarder de jeunes femmes sortir nues de l'étang. Je suis seulement ici pour nourrir l'alligator." 
Et c'est ainsi que le vieux a pu voir toutes les jeunes femmes sortir très rapidement sans passer pour un voyeur et sans se fatiguer. En vieillissant, il faut trouver des trucs pour ne pas se fatiguer... hein ?


Un mot sur les vacances 
     
 Ce nom vient de vacant, du latin vacans, participe passé du verbe vacare :
- être libre, inoccupé, vacant (par exemple une place, une maison...)
- être inoccupé, oisif (avoir du temps libre)
vacuus (adjectif) : vide, inoccupé, libre
vacui dies : jours de loisirs
vacatio(-onis) : exemption, dispense 
vacuitas : espace vide ; absence de quelque chose, d'où : vacuité 

La vacance d'une charge, c'est une charge sans titulaire (un poste vacant)
Les vacances désignent à l'origine la période pendant laquelle les élèves cessent leurs études, puis les jours de vacances désignent les jours où l'on interrompt le travail pour se détendre. 

Le latin vacare a donné en français vaquer : 
vaquer (à), c'est s'occuper à faire quelque chose : je vais vaquer à peindre (je vais occuper mon temps libre, week-end, RTT, congés..., à peindre)
vaquer, c'est aussi suspendre ses fonctions, être en vacances : je vais vaquer tout le mois d'août ! 

En ancien français, un vacant désigne un oisif, une personne en vacances (ce sens a aujourd'hui disparu). Aujourd'hui, un vacancier désigne l'estivant : le vacant estival ! 

Les vacances ont remplacé les vacations : cependant ce terme subsiste aujourd'hui dans le domaine du droit : les vacations désignent les vacances judiciaires, c'est à dire la période pendant laquelle les tribunaux interrompent leurs travaux. 


Quel bonheur d'être "en vacations" !
C'est ce terme qu'emploie l'espagnol : estar de vacaciones.  
    italien vacanze   
    espagnol vacaciones   
    néerlandais  vakantie (emprunt au français) 
  portugais férias  
      du latin feriæ : jours consacrés au repos, aux fêtes, jours fériés
en portugais, dia feriado : jour férié 
De la même origine, le sens a évolué pour donner en portugais feira qui désigne la foire (de l'ancien français feire) et aussi la férie. 

Qu'est-ce qu'une férie ? ce mot désigne un jour de la semaine. Au début du IVe siècle, l'empereur Constantin fait du christianisme la religion de l'empire romain. Il modifie alors le calendrier officiel en vigueur et instaure la semaine de 7 jours avec un jour sans travail, consacré à la religion. Cette façon de concevoir la semaine de 7 jours est très ancienne, chaque jour étant consacré à un astre : le jour du soleil, de la lune, de Mars... On choisit alors le jour du soleil pour le jour du Seigneur. Ainsi est né le dimanche (du latin dominus : seigneur) qui a remplacé le jour du soleil ou Solis dies (conservé dans l'anglais sunday et l'allemand Sonntag)
        À l'origine, la férie désignait le dimanche : c'était le jour férié où l'on cessait de travailler. Puis, le sens de ce mot a évolué pour désigner le jour de la semaine : le dimanche étant la première férie. L'église souhaitait changer le nom des jours de la semaine qu'elle jugeait païens : lundi, le jour de la lune, devient la seconde férie, mardi, le jour de Mars, la troisième férie... La langue portugaise a conservé ce vœu ecclésiastique : lundi porte le nom de segunda-feira, mardi celui de terça-feira... Il en est de même avec la langue grecque : Deut?ra (lundi) c'est la seconde (sous-entendue: férie) (cf. livre de la Bible: Deutéronome, litt. deuxième loi) 

Ainsi, le même mot latin est à l'origine des vacances portugaises et des jours de travail portugais ! 
En français, on rencontre (exceptionnellement) chez certains écrivains l'emploi de féries pour désigner les vacances. Cette année, je vais passer mes féries au Portugal ! 
Le latin a aussi donné l'espagnol feria qui désigne, comme le portugais feira, une férie et une foire mais aussi la fête célébrée à cette occasion. Ce sens est passé en français pour désigner en particulier une fête taurine, comme la féria de Nîmes. 
Enfin, le portugais a férias et l'allemand a aussi Ferien pour désigner les vacances.   

    Allemand Urlaub  
de la même origine que le verbe erlauben (permettre) et Erlaubnis (permission)
Urlauber : vacancier 
l'allemand emploie aussi Ferien   
 
    Anglais holiday    
s'écrit aussi holyday : de l'ancien anglais haligdæg, de halig qui a donné holy (saint) et dæg qui a donné day (cf. néerlandais dag, allemand Tag) : ce terme s'employait pour désigner les jours saints, c'est à dire les fêtes religieuses, les jours fériés. 
holy night, c'est la sainte nuit de Noël (voir le cantique silent night, holy night)  
 
    Grec moderne diako??V  
de diako?? : coupure (en grec ancien) et arrêt (en grec moderne) : par ex. arrêt du travail.   
 

 
 

Retour Index:
Juillet  // Accueil.
 
   

Hit-Parade

annuaire

 



 


Hit-Parade