les XXIIIes Jeux olympiques d'hiver, seront célébrés du 9 février au 25 février à Pyeongchang en Corée du Sud
 
Le spectacle du monde ressemble à celui des jeux olympiques : les uns y tiennent boutique ; 
d'autres paient de leur personne ; d'autres se contentent de regarder. » 
[Proverbe]



Les Jeux olympiques d'hiver de 2018, officiellement appelés les XXIIIes Jeux olympiques d'hiver, seront célébrés du 9 février au 25 février à Pyeongchang en Corée du Sud, ville qui a été élue le 6 juillet 2011, à Durban en Afrique du Sud lors de la 123e session du Comité international olympique.

Trois villes étaient candidates pour accueillir l'évènement : Annecy (France), Munich (Allemagne) et Pyeongchang (Corée du Sud).

Après une série de métropoles (Nagano, Salt Lake City, Turin, Vancouver et Sotchi), ces Jeux marquent le retour pour la première fois depuis 1994 de la compétition hivernale dans une petite ville de montagne. Gunilla Lindberg a été nommée par le président du CIO Jacques Rogge à la tête de la Commission de coordination des Jeux de Pyeongchang.

Le 5 décembre 2017, à la suite de la révélation du système de dopage d'État lors des Jeux olympiques de Sotchi 2014, le Comité international olympique suspend le Comité national olympique russe de ces Jeux et donc la Russie en tant que nation participante. Ses athlètes sont toutefois autorisés à y participer sous drapeau olympique, sur invitation, et en portant la mention « Athlètes olympiques de Russie » (OAR). Leur participation se fera sous réserves qu'il n'aient jamais été suspendus pour dopage et qu'ils se soumettent à des tests indépendants.

Les Jeux Olympiques d'hiver constituent un événement qui ne peut laisser indifférent aucun véritable amateur de sport ! Les Jeux Olympiques d'hiver sont à juste titre les plus spectaculaires : les skieurs dévalant des pentes vertigineuses, les magnifiques affrontements de hockey, la maestria raffinée des patineurs artistiques, l'excitation de la poursuite au biathlon exercent une fascination capable de retenir des centaines de millions de téléspectateurs rivés à leurs écrans pendant deux semaines. Mais rien ne peut retransmettre le bouillonnement passionné qui règne dans les tribunes !

Les Jeux d'hiver 2014 à Sochi seront uniques : jamais encore les Jeux Olympiques d'hiver n'ont proposé un programme sportif aussi riche. Ils se distinguent à la fois par le nombre total d'épreuves et par les nouvelles épreuves apparaissant dans le programme, au nombre de 12 ! Les épreuves et les lots de médailles sont donc au nombre de 98. C'est 12 de plus qu'aux Jeux de Vancouver en 2010 et 14 de plus qu'à Turin en 2006. D'autre part, les Jeux de Sochi seront les plus respectueux de la parité de toute l'histoire des Jeux d'hiver : les athlètes féminines seront présentes en nombre record. Les Jeux Olympiques de Sotchi stimulent de façon considérable le développement de la région et de la Russie dans son ensemble.

À l'issue de la date limite d'envoi des candidatures le 15 octobre 2009, trois villes se déclarent requérantes à l'organisation des Jeux olympiques d'hiver de 2018 : Annecy (en France), Munich (en Allemagne) et Pyeongchang (en Corée du Sud). Il s'agit du plus faible nombre de villes requérantes pour l'organisation des Jeux d'hiver depuis 1988.

Le 20 juin 2010, à la suite de l'évaluation des candidatures, le Comité international olympique annonce qu'aucune ville candidate n'est recalée.

Le vote a lieu le 6 juillet 2011 à Durban lors de la 123e session du Comité international olympique, et les membres du CIO n'ont besoin que d'un seul tour pour désigner la ville hôte
1er tour

Pyeongchang Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud
Munich Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Annecy Drapeau de la France France 

La vision de PyeongChang 2018 pour les Jeux d'hiver consiste à ouvrir de nouveaux horizons au Mouvement olympique et au monde des sports d'hiver, à savoir un héritage en termes de croissance et de potentiel totalement inédit. Le plan proposé pour les Jeux Olympiques d'hiver est l'un des plus compacts de l'histoire des Jeux. Il offre une arène sportive unique dans laquelle les meilleurs athlètes du monde pourront réaliser des performances optimales. Forte de la position stratégique occupée par PyeongChang en Asie et de son accès à un marché jeune en pleine expansion, l'édition de 2018 fera sans l'ombre d'un doute découvrir à toute une nouvelle génération d'athlètes en devenir le pouvoir des sports d'hiver.


Nom:  Soohorang
Description

Soohorang, la mascotte des Jeux Olympiques d'hiver de PyeongChang 2018, est un tigre blanc.  

Le tigre blanc a longtemps été considéré comme un gardien, un animal protecteur de la République de Corée.

"Sooho" est le mot coréen pour "protection", ce qui fait référence à la protection des athlètes, des spectateurs et des autres participants aux Jeux de 2018. Le mot "Rang" dérive quant à lui du mot coréen "ho-rang-I", lequel signifie "tigre". "Rang" apparaît en outre à la fin de "Jeong-seon A-ri-rang", à savoir une chanson folk traditionnelle de la province du Gangwon, où les Jeux se tiendront. 

Soohorang est non seulement aventureux et passionné mais c'est aussi un ami digne de confiance qui protège les athlètes, les spectateurs et tous les participants aux Jeux Olympiques.



Schédule

Le programme de compétition de PyeongChang 2018 inclut six nouvelles épreuves passionnantes ; le big air en snowboard (messieurs et dames), le patinage de vitesse départ groupé (messieurs et dames), les doubles mixtes en curling et l’épreuve par équipes en ski alpin. Le nombre total d’épreuves s’élève ainsi à 102, un record dans les annales des Jeux Olympiques d’hiver.

month 2018year
8day
Jeu.day
9day
Ven.day
10day
Sam.day
11day
Dim.day
12day
Lun.day
13day
Mar.day
14day
Mer.day
15day
Jeu.day
16day
Ven.day
17day
Sam.day
18day
Dim.day
19day
Lun.day
20day
Mar.day
21day
Mer.day
22day
Jeu.day
23day
Ven.day
24day
Sam.day
25day
Dim.day
Cérémonie d’Ouverture
 
                               
Ski Alpin
     
 
   
 
Biathlon
   
 
 
 
 
   
Bobsleigh
                   
   
Ski de Fond
   
 
 
   
   
Curling
Patinage Artistique
 
 
 
 
 
 
Ski Acrobatique
 
 
   
   
Hockey sur Glace
   
Luge
   
                   
Combiné Nordique
           
         
 
     
Patinage sur Piste Courte
   
   
     
   
 
     
Skeleton
             
               
Saut à Ski
 
 
     
 
           
Snowboard
   
   
 
 
Patinage de Vitesse
   
 
 
 
 
Cérémonie de Clôture
                                 
Rang Nation Or Argent Bronze Total
1  Norvège 14 14 11 39
2  Allemagne 14 10 7 31
3  Canada 11 8 10 29
4  États-Unis 9 8 6 23
5  Pays-Bas 8 6 6 20
6  Suède 7 6 1 14
7  Corée du Sud 5 8 4 17
8  Suisse 5 6 4 15
9  France 5 4 6 15
10  Autriche 5 3 6 14
11  Japon 4 5 4 13
12  Italie 3 2 5 10
13  Athlètes olympiques de Russie 2 6 9 17
14  République tchèque 2 2 3 7
15  Biélorussie 2 1 0 3
16  Chine 1 6 2 9
17  Slovaquie 1 2 0 3
18  Finlande 1 1 4 6
19  Grande-Bretagne 1 0 4 5
20  Pologne 1 0 1 2
21  Hongrie 1 0 0 1
21  Ukraine 1 0 0 1
23  Australie 0 2 1 3
24  Slovénie 0 1 1 2
25  Belgique 0 1 0 1
26  Espagne 0 0 2 2
26  Nouvelle-Zélande 0 0 2 2
28  Kazakhstan 0 0 1 1
28  Lettonie 0 0 1 1
28  Liechtenstein 0 0 1 1
Total 103 102 102 307




Liste des Jeux Olympiques d'hiver

 1924 : Iers Jeux Olympiques d'hiver à Chamonix ( France)
 1928 : IIers Jeux Olympiques d'hiver à Saint-Moritz ( Suisse)
 1932 : IIIes Jeux Olympiques d'hiver à Lake Placid ( États-Unis)
 1936 : IVes Jeux Olympiques d'hiver à Garmisch-Partenkirchen ( Allemagne)
 1948 : Ves Jeux Olympiques d'hiver à Saint-Moritz ( Suisse)
 1952 : VIes Jeux Olympiques d'hiver à Oslo ( Norvège)
 1956 : VIIes Jeux Olympiques d'hiver à Cortina d'Ampezzo ( Italie)
 1960 : VIIIes Jeux Olympiques d'hiver à Squaw Valley ( États-Unis)
 1964 : IXes Jeux Olympiques d'hiver à Innsbruck ( Autriche)
 1968 : Xes Jeux Olympiques d'hiver à Grenoble ( France)
 1972 : XIes Jeux Olympiques d'hiver à Sapporo ( Japon)
 1976 : XIIes Jeux Olympiques d'hiver à Innsbruck ( Autriche)
 1980 : XIIIes Jeux Olympiques d'hiver à Lake Placid ( États-Unis)
 1984 : XIVes Jeux Olympiques d'hiver à Sarajevo (Ex-Yougoslavie, actuelle  Bosnie-Herzégovine)
 1988 : XVes Jeux Olympiques d'hiver à Calgary ( Canada)
 1992 : XVIes Jeux Olympiques d'hiver à Albertville ( France)
 1994 : XVIIes Jeux Olympiques d'hiver à Lillehammer ( Norvège)
 1998 : XVIIIes Jeux Olympiques d'hiver à Nagano ( Japon)
 2002 : XIXes Jeux Olympiques d'hiver à Salt Lake City ( États-Unis)
 2006 : XXes Jeux Olympiques d'hiver à Turin ( Italie)
 2010 : XXIes Jeux Olympiques d'hiver à Vancouver ( Canada)
 2014 :XXIIes Jeux Olympiques d'hiver (Scotchi)
2018: XXIIIes Jeux Olympiques d'hiver Pyeongchang (Corée du Sud)

Villes candidates:
Les villes requérantes pour l'organisation des XXIIe Jeux olympiques d'hiver en 2014 étaient :
  Almaty (Kazakhstan) 
  Borjomi (Géorgie) 
  Jaca (Espagne) 
  Comté de Pyeongchang (Corée du Sud) 
  Salzbourg (Autriche) 
  Sotchi (Russie) (déjà candidate aux Jeux olympiques d'hiver 2002, sans succès) 
  Sofia (Bulgarie) 
Après sept années de planification, la candidature de la ville d'Annecy a été rejetée par les autorités françaises.
Les trois villes candidates retenues par le CIO étaient :
  Comté de Pyeongchang (Corée du Sud) 
  Salzbourg (Autriche) 
  Sotchi (Russie)  


Torche olympique



La torche mesure exactement 700 mm de long, ce qui représente l’altitude de PyeongChang, située à 700 m au-dessus du niveau de la mer. Les tons blanc et or de la torche reflètent les principales couleurs du relais de la flamme des Jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang 2018, tandis que la forme à cinq branches de la flamme est dérivée du symbole coréen signifiant PyeongChang, également gravé vers le centre de la torche.

L'ornement à cinq angles, sur le dessus du bonnet de l’uniforme, représente l’esprit sportif qui relie les races, les nations, les religions, les sexes, les cultures, ainsi que les cinq continents, unis par une passion commune pour les Jeux.

UNE TORCHE TOUT TEMPS

La torche a été imaginée par le designer coréen Young Se Kim qui a voulu créer quelque chose qui inspirerait le bonheur à tous ceux qui la contemplent. Elle a été conçue afin que la flamme continue à brûler quelles que soient les conditions météo et pour résister aux vents forts et aux abondantes chutes de neige auxquels on peut s’attendre en République de Corée. En soufflant en direction de la flamme, le vent va créer un tunnel d’air qui apportera davantage d’oxygène, ce qui permettra à la flamme de rester allumée tout au long du relais. Le bas de la torche est également pourvu d’une ouverture en forme de pentagone permettant à de l’eau de s’écouler, garantissant ainsi que la flamme continue à brûler par temps de pluie.



Médailles



Les médailles des Jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang 2018 dévoilées

Elles sont inspirées par la culture et les traditions coréennes, et leurs lignes évoquent la texture des troncs d’arbre, puisque l’arbre symbolise le travail entrepris pour développer la culture coréenne et les Jeux eux-mêmes : les médailles des Jeux Olympiques d’hiver de 2018 à PyeongChang viennent d’être dévoilées lors d’une cérémonie organisée à Séoul.

Superbes œuvres d’art à part entière, elles ont été créées par le célèbre designer Lee Suk-woo, qui a incorporé le Hangeul – l’alphabet coréen et base de la culture coréenne – dans leur design par l’intermédiaire d’une série de consonnes en trois dimensions.

Ces consonnes s’étendent sur la face avant des médailles jusqu’à la tranche pour écrire les mots "Olympic Winter Games PyeongChang 2018". Elles créent ainsi des lignes diagonales dynamiques qui reflètent à la fois l’histoire des Jeux Olympiques et la détermination des concurrents en lice pour pour une place sur le podium.

Alors que l’avers des médailles arbore les anneaux olympiques, le revers présente le nom de la discipline et de l'épreuve, à côté de l’emblème de PyeongChang 2018.

Le ruban auquel est accrochée la médaille constitue une part tout aussi importante de la conception. Fait de gapsa, un tissu traditionnel coréen, ce ruban de couleur bleu sarcelle et rouge pâle est également brodé de motifs Hangeul et d’autres symboles.

Le poids des médailles varie de 586 grammes pour la médaille d’or à 493 grammes pour le bronze. Au total, 259 jeux de médailles ont été fabriqués pour les Jeux Olympiques d’hiver de l’an prochain.

Les médailles ont été officiellement présentées par le ministre de la Culture, des Sports et du Tourisme de la République de Corée, Do Jong-whan, accompagné d’un certain nombre de dignitaires et d’athlètes, parmi lesquels Song Suk-doo, vice-gouverneur de la province du Gangwon, et Lee Hee-beom, président du comité d’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques d’hiver de 2018 à PyeongChang (POCOG).

"Le lancement des médailles des Jeux Olympiques d’hiver aujourd’hui est pour nous tous un moment de fierté, à moins de cinq mois de l’attribution de la première médaille d’or", a déclaré le président du POCOG lors de son discours. "Ces superbes médailles résument parfaitement notre culture, notre tradition et les valeurs olympiques. Nous souhaitons qu’elles soient un symbole de la République de Corée et de tous les merveilleux souvenirs que les athlètes garderont de leur séjour ici. "

Ces médailles représentent ma terre natale, une fête et pour tous les athlètes qui les recevront et les chériront, le résultat de leur travail acharné et de l’implication de toute une vie Lee Suk-wooLe concepteur des médailles

"Je suis très fier d’avoir été choisi pour concevoir ces merveilleuses médailles pour les Jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang 2018", a indiqué Lee Suk-woo, le concepteur des médailles. "C’est formidable d’assister aujourd’hui à leur présentation au monde entier. J’ai travaillé sur de nombreux projets au cours de ma carrière, mais celui-ci est particulièrement spécial, dans la mesure où ces médailles représentent ma terre natale, une fête et pour tous les athlètes qui les recevront et les chériront, le résultat de leur travail acharné et de l’implication de toute une vie. "

La cérémonie de lancement à Séoul s’est déroulée en même temps que "PyeongChang 2018 at the Met : Celebrating the Olympic Winter Games for Peace", un événement spécial organisé au Metropolitan Museum of Art de New York en présence du président de la République de Corée, Moon Jae-in, de passage dans la ville américaine à l’occasion de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Les Jeux Olympiques bénéficient depuis longtemps du soutien total du Président Moon. Il a été nommé ambassadeur d’honneur des Jeux le 24 juillet dernier et promeut activement PyeongChang 2018 depuis.

La vice-présidente du Comité International Olympique (CIO) Anita DeFrantz participait également à cette cérémonie. "Ces médailles uniques et impressionnantes inspirées par la culture coréenne récompenseront les performances des meilleurs athlètes olympiques d’hiver de la planète en février prochain", a-t-elle déclaré. "Leur présentation rends les Jeux un peu plus réel pour les milliers d’athlètes qui consacrent toute leur énergie à se préparer en vue des Jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang 2018. Aujourd’hui, ils ne doivent plus tenir en place. "

"C’est également une nouvelle étape importante de l’aventure des Jeux Olympiques pour le comité d’organisation de PyeongChang 2018 et pour toute la population de la République de Corée. La promotion de la culture coréenne à travers ces médailles doit être un moment de grande fierté, alors que la fièvre monte au sein du pays hôte à l’approche du festival extraordinaire des sports d’hiver et de la culture qui aura lieu en février prochain. "




 

Constructions sportives



Le parc olympique

Le parc olympique de Sotchi sera installé sur la côte de la mer Noire. La construction du parc est censée être terminée en 2013.

Sont prévus :

    le Palais des glaces Bolchoï, une grande arène de glace pour le hockey sur glace, d'une capacité de 12 000 spectateurs ; l'Arène de glace Chaïba, aussi pour le hockey, prévue pour 7 000 spectateurs ; le Centre de patinage de vitesse « Adler Arena », pour 8 000 spectateurs ; le Centre de patinage artistique Iceberg pour le patinage artistique, d'une capacité de 12 000 spectateurs ; le Centre de curling Ice Cube, une arène de curling pour 3 000 spectateurs ; le Stade olympique Fisht d'une capacité de 47 500 spectateurs ; un village olympique.

Sont prévus :

    le Centre de sport de glisse Sanki pouvant accueillir 11 000 spectateurs ;
    le complexe « Laura » pour le biathlon et le ski, 20 000 spectateurs ;
    le complexe « Rosa Khutor » pour le ski alpin et le snowboard, 18 000 spectateurs ; l'originalité de ce complexe étant l'arrivée commune à toutes les disciplines de ski alpin ;
    la station balnéaire « Alpika service » pour le freestyle ;
    le centre de ski nordique pour le saut à ski, RusSki Gorki, 15 000 spectateurs ;
    un village olympique.
 

Les premiers Jeux olympiques

Les premiers jeux ont eu lieu à Olympie, en Grèce, en 776 av. J.-C. Les cités étaient censées déposer les armes pendant la durée des Jeux pour permettre aux athlètes de rivaliser en paix. La «trêve sacrée» qui fut à l'origine de ces Jeux s'accompagnait de la déclaration suivante : «Puisse le monde être affranchi des crimes et des tueries ainsi que du choc des armes». 

(Selon divers auteurs, dont Werner Jaeger, il y eut des jeux à Olympie avant 776. «Depuis les âges les plus reculés de l'histoire connue, écrit Jaeger, la gymnastique grecque (au sens le plus large du mot) fut associée aux fêtes en l'honneur des dieux. Peut-être les jeux olympiques eurent-ils pour origine les jeux funéraires tenus pour Pélops à Olympie - à l'exemple de ceux, décrits dans l'Illiade, qui se déroulèrent à 
Troie après la mort de Patrocle. On sait même que des jeux funéraires pouvaient être célébrés périodiquement, à des dates déterminées. Des compétitions très anciennes de ce genre purent fort bien avoir été reprises sous l'égide du Zeus olympien. Et, d'après les images votives de chevaux découvertes sous les fondations du plus vieux sanctuaire d'Olympie, il appert que des courses de chars eurent lieu sur l'emplacement de l'ancien culte bien avant la date traditionnelle où Corebos remporta la première victoire à la course à pied.» (Paideia. La formation de l'homme grec, Paris, Gallimard 1964, p. 250)

Parmi les premiers sports disputés à Olympie figuraient la course à pied, la lutte, la boxe, le pentathlon et les courses de char. Le premier champion olympique connu fut le coureur Koroibos. Seuls les hommes étaient autorisés à participer aux Jeux de l'antiquité. Interdiction était faite aux femmes d'y prendre part ou même d'y assister, sous peine de mort. La seule femme présente était la grande prêtresse de Déméter. Toutefois, dans la Grèce antique, les femmes avaient leurs propres jeux, qui avaient lieu à intervalles réguliers. 

On sait que les Jeux olympiques anciens existèrent pendant douze siècles, jusqu'à 394 après J.-C. C'est un Français né en 1863, Pierre de Fredy, baron de Coubertin, qui est à l'origine des Jeux modernes. Il estimait que le sport pouvait servir l'humanité et encourager la paix entre nations. Son projet se réalisa en 1894 lorsqu'un congrès international réuni à Paris vota en faveur de la rénovation des Jeux olympiques; les premiers Jeux de l'époque moderne eurent lieu à Athènes en 1896. 
 

D'après : Eric Green, Données sur les Jeux olympiques (Les vingt-sixièmes Jeux olympiques se dérouleront du 19 juillet au 4 août à Atlanta, 18 juin 1996 (Agence d’information des Etats-Unis, Département d’État américain) 

Enjeux
Les Jeux olympiques sont une grande leçon de philosophie que l'humanité se donne à elle-même: Tels jeux, telle conception du bonheur, de l'homme, de la perfection...de l'amour. C'est vers le poète grec Pindare qu'il faut se tourner pour découvrir la philosophie correspondant aux Jeux olympiques du premier âge. Pour comprendre la philosophie des Jeux de 2004 à Athènes, on pourra s'en remettre aux poètes officiels de la Société Radio-Canada.

Voici leur grand hymne, Jusqu'au bout, tel qu'il fut déclamé à la télévision de Radio-Canada, dans les minutes solennelles qui ont précédé la cérémonie d'ouverture des Jeux d'Athènes. Il d'un dialogue entre une femme et un homme, identifiés à des statues grecques anciennes.

« — Je suis un rêve de pierre, l'incarnation en marbre du sang qui coule et du coeur qui bat. Lourde, immobile, éternelle, je suis néanmoins l'image de la force, de la vitesse, de l'agilité des hommes et des femmes.

— Et moi je cours à travers les siècles pour porter le flambeau d'un idéal, le dépassement, la grande, la belle, la folle idée d'aller toujours plus loin, plus vite. Nous sommes allés sur la lune, bientôt nous irons sur mars, jusqu'aux étoiles. Nous irons jusqu'au bout.

— Pourquoi, pourquoi toujours aller jusqu'au bout?

— J'sais pas. C'est comme ça. Aller plus vite! Toute une vie pour grignoter des secondes, des centièmes, des millièmes de secondes, tous les jours! l'effort, la fatigue, l'angoisse, c'est notre grandeur. Six millièmes! Courir plus vite c'est grandir. Je n'aime pas les limites, je n'aime pas les frontières, je n'aime pas le temps qui emprisonne, je n'aime pas l'espace qui nous noie, je veux repousser le temps, maîtriser l'espace, échapper à la gravité, je veux aller au sommet de moi-même, je veux aller voir plus loin, plus vite, je veux voler. Je m'envole pendant quelques secondes, je vole. Des milliers d'heures d'entraînement m'ont donné des ailes. Quelques secondes, c'est une idée; après le premier pas de l'enfant, jusqu'à moi! Je vole.

— On ne sculpte plus le marbre. Nos statues sont en mouvement, relayées partout par des pixels, des images en couleur.

Vous voyez en direct la joie du vainqueur, l'agonie de ceux qui ont moins bien fait. Mais si c'était moi qui les avais faits, je serais fière de chacune de mes oeuvres. Vous êtes de la beauté du vivant. Je suis la fugitive beauté du dépassement, immortalisée dans le marbre. Et dans mon rêve de pierre, je rêve d'être vous et de voler encore. »

Essentiel
Les jeux olympiques méritent notre attachement. Quelle autre institution peut leur être comparée? Aristocratiques à l’origine, ils ont atteint leur apogée au moment où la démocratie athénienne donnait le ton en Grèce. Ils ont ensuite survécu à l’empire d’Alexandre et à la domination romaine. Au XXe siècle ni les deux guerres mondiales, ni la guerre froide ne les ont à jamais compromis. Ils demeurent hélas! fragiles. De toutes les menaces qui pèsent sur eux la plus grave est l’importance croissante prise par l’athlète fabriqué par rapport à l’athlète naturel. Cette évolution défavorise démesurément les pays pauvres. Elle illustre aussi une vision du monde qui paraîtra de plus en plus inadéquate au fur et à mesure que les hommes comprendront qu’ils ont intérêt à composer avec la nature et à l’imiter plutôt que de la transformer en la déformant faute d’en avoir compris la complexité. L’avenir des jeux ne peut-être assuré que par le respect des principes qui assureront celui de la planète. On peut dire des jeux actuels qu’ils procèdent d’une imitation de ce qui, dans les jeux anciens, correspondaient à l’esprit de la modernité. Pour assurer l’avenir, il faut d’abord chercher, dans le même passé, les éléments qui préfigurent le mieux les principes propres à assurer le développement durable aujourd’hui.)

 

Logo de la candidature de Pyeongchang pour les JO de 2018.

Le logo officiel, conçu par Ha Jong-joo, reprend, stylisés, deux caractères du hangeul, l'alphabet coréen. Le premier est la lettre P de Pyeong, « ㅍ », le second la lettre Ch de Chang, « ㅊ » stylisé en astérisque (les mots coréens ont un découpage syllabique). Il s'inspire aussi du Cheon-ji-in, un humanisme traditionnel coréen. La première lettre représente un lieu de rassemblement où trois éléments sont en harmonie : le ciel, la terre et l'homme. La seconde lettre symbolise la neige et la glace et la venue à PyeongChang de gens venus des quatre coins du monde. Les couleurs du logo sont cinq couleurs traditionnelles : le noir, le bleu/vert (que le coréen ne distingue pas), le jaune, le rouge et le blanc. Ce sont aussi les couleurs du drapeau olympique.

Le slogan, « Passion. Connected. », a été dévoilé exactement 1 000 jours avant les Jeux, lors d'un événement spécial à Séoul. Le mot Passion représente ici la façon dont PyeongChang accueillera les Jeux olympiques de 2018, l'esprit des Jeux et l'hospitalité unique des Coréens. Le mot Connected, quant à lui, représente l'ouverture d'esprit de la ville ainsi que la culture et la technologie coréenne qui permettra à des athlètes de toutes les générations de participer. Ces deux mots combinés symbolisent la vision de PyeongChang pour répandre le goût de participer à des sports d'hiver en Asie.

Le sport mesure la valeur humaine en millimètres et en centièmes de seconde. 
[Bernard Arcand]
 
 Donner, recevoir, partager : ces vertues fondamentales du sportif sont de toutes les modes, de toutes les époques. Elles sont le sport. 
[Aimé Jacquet] 


Nations participantes

Jusqu'à présent, 86 nations participent à ces jeux grâce à la qualification d'au moins un athlète. Cinq pays font leur débuts aux Jeux olympiques d'hiver: Malte, le Paraguay, le Togo, les Tonga et le Zimbabwe. Six pays ayant participé en 2010 ne sont pas présent en 2014: l'Afrique du Sud, la Colombie, la Corée du Nord, l'Éthiopie, le Ghana et le Sénégal.


Calendrier général des Jeux olympiques de 2018
Février 2018 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25
Cérémonies

O














C
Bobsleigh











1
1


1
Curling





1









1 1
Hockey sur glace














1

1
Luge



1
1 1 1









P
a
t
i
n
a
g
e
Artistique




1

1
1

1

1

Vitesse


1 1 1 1 1 1 1
1 1
2
1 2
Short-track


1

1


2

1
3


Skeleton








1 1







Ski acrobatique



1 1


1 1 2
1 1 1 1

Ski alpin



1 1 1 1 1
1 1

1 1 1 1
S
k
i

n
o
r
d
i
q
u
e
Biathlon


1 1 2
1 1
1 1
1
1 1

Combiné nordique






1




1
1


Saut à ski


1
1



1
1





Ski de fond


1 1
2
1 1 1 1

2

1 1
Snowboard



1 1 1 1 1 1





1 3
Février 2018 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25

Sports au programme

Ces Jeux comprennent 102 épreuves (50 épreuves masculines, 44 féminines et huit mixtes) pour quinze disciplines dans sept sports olympiques.

Disciplines Hommes Femmes Mixtes Total
Nombre d'épreuves par discipline
 Biathlon 5 5 1 11
 Bobsleigh 2 1
3
 Combiné nordique 3

3
 Curling 1 1 1 3
 Hockey sur glace 1 1
2
 Luge 1 1 2 4
 Patinage artistique 1 1 3 5
 Patinage de vitesse 7 7
14
Disciplines Hommes Femmes Mixtes Total
Nombre d'épreuves par discipline (suite)
 Saut à ski 3 1
4
 Short-track 4 4
8
 Skeleton 1 1
2
 Ski acrobatique 5 5
10
 Ski alpin 5 5 1 11
 Ski de fond 6 6
12
 Snowboard 5 5
10
Total (15 sports) 50 44 8 102


La Fédération Internationale de Ski (FIS) a présenté le concept de la piste de ski et surf des neiges cross des Jeux Olympiques d’hiver à Sotchi en 2014.

Ce parcours de 1 250 mètres situé dans le Parc extrême de Rosa Khutor proposera huit sections sinueuses ponctuées par une série de sauts, de bosses et avec une pente à la verticale de 210 m. Skieurs et surfeurs partageront les mêmes aires de départ et d’arrivée ainsi que 80 pour cent de la piste de cross elle-même. Seule une partie de la descente proposera deux sections, l’une pour le ski acrobatique et l’autre pour le surf des neiges, ceci afin de pouvoir mieux juger les aspects particuliers à chaque discipline.

La piste qui a été conçue et affinée au cours des quatre dernières années, a accueilli avec succès la Coupe du monde de ski acrobatique de la FIS en février 2013 et, en mars, la Coupe du monde de surf des neiges de la FIS. Elle a fait l’objet de commentaires élogieux de la part des athlètes qui ont participé à ces compétitions.

Pour garantir le bon niveau de difficulté aux skieurs et aux surfeurs, la piste a été créée en coopération avec des experts des deux disciplines et David Ny et Nicolas Vaudroz, conseillers techniques de la FIS, qui ont collaboré avec l’olympien Martin Fiala, spécialiste de cross de la FIS, pour créer un parcours de cross olympique exceptionnellement dynamique.

« Le programme olympique offre toujours des caractéristiques extra originales par rapport à nos Coupes du monde ou à nos Championnats du monde, » a indiqué Fiala qui a participé en ski cross pour l’Allemagne aux Jeux à Vancouver en 2010. « La piste de cross de Rosa Khutor est un défi pour tous les spécialistes de talent, qu’il s’agisse de surf des neiges ou de ski acrobatique. Je tiens à remercier tous ceux qui ont travaillé sur le domaine skiable de Rosa Khutor, les Associations nationales de ski, le comité d’organisation, les concepteurs de la piste et ceux qui l’ont construite pour la magnifique tâche accomplie en vue des compétitions et je souhaite à toutes les équipes et aux athlètes des Jeux Olympiques excitants, sûrs et pleins de succès à Sotchi en 2014, à ces compétitions qui sont vraiment devenus désormais l’un des temps forts du programme. »

Les Jeux Olympiques d’hiver à Sotchi en 2014 ouvriront le 7 février. Les épreuves de surf des neiges cross débuteront le 16 février et celles de ski cross le 20 février.

Jouissant d’une situation privilégiée entre Caucase et Mer Noire, la cité balnéaire de 340000 habitants a su convaincre le Comité International Olympique, en devançant Salzbourg (Autriche) et Pyeongchang (Corée du Sud, qui accueillera les JO de 2018), avec notamment la promesse des organisateurs de consacrer des investissements à hauteur de 10 milliards d’euros.

Histoire de la mascotte
Depuis l'apparition de la première mascotte olympique au Jeux d'été de Munich en 1972, les mascottes sont devenues des ambassadrices des plus populaires et mémorables des Jeux olympiques et paralympiques. Du basset allemand au harfang des neiges en passant par les hippocampes, les mascottes apportent un élément d'humour et de gaieté à l'expérience olympique. Elles contribuent aux efforts déployés pour offrir un accueil chaleureux aux athlètes et aux visiteurs de partout dans le monde, et elles provoquent les rires et les encouragements des enfants et des spectateurs.
Les mascottes contribuent à faire de chaque Jeux olympiques une expérience unique. Elles sont généralement un reflet de l'histoire, du territoire et de la culture du pays et de la région hôte. Elles incarnent également les idéaux de l'olympisme et du Mouvement paralympique, et elles contribuent à créer une atmosphère de camaraderie, d'esprit sportif et de participation.
La présentation officielle de la mascotte est l'un des faits saillants menant à l'ouverture des Jeux. Les mascottes des Jeux passés étaient toutes des exemples d'ingéniosité, d'imagination et de créativité artistique. De Waldi, le basset allemand des Jeux de Munich, à Amik, le castor des Jeux de Montréal, les toutes premières mascottes représentaient des animaux qui étaient uniques aux pays hôtes. Barcelone a surpris tout le monde en présentant Cobi ? un chien farfelu au look avant-gardiste, créé par le grand designer Javier Mariscal. Cobi a été suivi de toute une variété de mascottes inspirées des humains, des animaux et même de créatures mythiques et imaginaires.
La créativité et la personnalité sont toujours des caractéristiques propres aux grandes mascottes olympiques et paralympiques. Le rôle de la mascotte a évolué au fil des ans. Aujourd'hui on les retrouve sous toutes les formes, support et articles de promotion. Les concepteurs des toutes premières mascottes ne pouvaient pas imaginer la panoplie d'usages possibles pour leurs créations ? que l'on retrouve partout aujourd'hui, des épinglettes aux jouets de vinyle. La portée et l'attrait des mascottes augmentent avec chaque nouvelle présentation des Jeux, le but étant de véhiculer l'esprit olympique et paralympique aux quatre coins du monde.
 

XXIIes Jeux Olympiques d’hiver
 
Les athlètes d’élite canadiens pratiquant un sport d’hiver poursuivront sur une lancée victorieuse aux Jeux olympiques d’hiver de 2014 à Sotchi à la suite de la récolte inédite de 26 médailles remportées devant leurs partisans à Vancouver. Avec sa combinaison de médaillés des Jeux précédents et d’étoiles montantes, mais aussi grâce à l’ajout de nouvelles épreuves où les athlètes canadiens se sont démarqués sur la scène internationale, l’Équipe des Jeux de 2014 est destinée à connaître encore plus de succès.
 
Les Jeux commencent officiellement le 7 février 2014.
 
Le 4 juillet 2007, Sotchi l’emportait par quatre voix sur Pyeongchang en Corée du Sud et se voyait attribuer l’honneur d’organiser les XXIIes Jeux olympiques d’hiver. Il s’agit des premiers Jeux tenus en Russie depuis les Jeux de la XXIIe Olympiade de 1980 à Moscou.
 
Située à environ 1600 km au sud de Moscou, l’agglomération de Sotchi compte 400 000 habitants et longe la côte nord-est de la mer Noire près de la frontière de la Géorgie. Sotchi jouit d’un climat subtropical et les hivers y sont doux. En février, le maximum moyen est de 10 degrés Celsius et le minimum moyen est de 3 degrés Celsius sur la rive.
 
Les Jeux de 2014 à Sotchi sont considérés comme les plus compacts de l’histoire du Mouvement olympique.



Contrôle antidopage

Le président du Comité international olympique (CIO) Thomas Bach a annoncé mercredi une hausse des contrôles antidopage avant les Jeux olympiques de Sotchi, par rapport aux Jeux d'hiver de Vancouver.

Quelque 1269 contrôles seront menés dans les semaines précédant la quinzaine olympique, soit plus de 400 de plus qu'en 2010, pour un total de 2453 contrôles prévus avant et pendant les Jeux, a-t-il précisé.

«Nous devons être plus rusés et sévères dans notre lutte contre le dopage que lors des précédents Jeux olympiques d'hiver», a déclaré Thomas Bach, lors de la quatrième Conférence mondiale sur le dopage dans le sport à Johannesburg.

Selon le patron du CIO, le programme antidopage des Jeux va coûter «des millions de dollars», mais c'est «un investissement pour l'avenir du sport».

L'Allemand, pour qui Sotchi sera ses premiers Jeux en tant que président du CIO, a plaidé pour des sanctions plus sévères pour les athlètes convaincus de dopage: «Ce dont nous avons besoin, c'est d'un système le plus dissuasif possible».

L'ancien escrimeur a déclaré qu'il était partisan d'une suspension à vie même pour la première violation antidopage avant de comprendre que de telles sanctions étaient impossibles. Aussi, il a pressé les délégués d'entériner cette semaine le Code mondial antidopage 2015, qui prévoit de doubler à quatre ans la durée de suspension pour les athlètes reconnus coupables de dopage intentionnel, contre deux ans, le tarif habituel jusqu'à présent.

«La lutte contre le dopage, c'est comme des mesures de sécurité. C'est aussi une question de dissuasion et de protection», a fait valoir Thomas Bach. «Nos mesures de sécurité, et donc nos contrôles doivent être encore améliorés», a-t-il ajouté.

«Protéger les athlètes propres doit être notre objectif ultime. Cela doit être la première priorité de toutes nos décisions et nos initiatives», a estimé le président du CIO.

Le passage à quatre ans de suspension aura pour effet d'écarter de fait les sportifs convaincus de dopage de l'édition suivante des Jeux olympiques.

Le CIO avait adopté en 2008 une règle interdisant à tout athlète ayant écopé de plus de six mois de suspension de prendre part aux Jeux suivants. Mais il avait été forcé de la supprimer avant les Jeux de Londres en 2012, le Tribunal arbitral du sport (TAS) l'ayant jugée équivalente à une double peine.


Saut à ski





Selon le comité de « PyeongChang 2018 », « il n’existe pas d’opposition organisée à la candidature ».
Budget des Jeux et tarifs des épreuves
Comme pour les autres Villes Candidates et conformément aux exigences du Comité International Olympique (CIO), PyeongChang a élaboré un budget tripartites :

Sites et Villages Olympiques 2,279 milliards de dollars = 1,6 mds d’euros
Comité d’Organisation des JO 1,531 milliard de dollars = 1,076 md d’euros
Hors-Comité d’Organisation 6,432 milliard de dollars = 4,520 mds d’euros
Pour le budget « Sites et Villages Olympiques », le budget comprend les différents types d’aménagements, temporaires ou permanents :

Sites existants – pas de constructions permanentes 51,1 millions de dollars 36 millions d’euros
Sites existants – constructions permanentes nécessaires 19,7 millions de dollars 14 millions d’euros
Sites à construire (Hors JO) 1 146,4 milliard de dollars 805,4 millions d’euros
Sites à construire (JO) 239,3 millions de dollars 168 millions d’euros
Sites à construire – temporaires 73 millions de dollars 51,3 millions d’euros

Le pôle d'Alpensia comprendra les installations suivantes :
Village olympique principal (dôme de Yongpyong) ;
Stade olympique de Pyeongchang : cérémonies d'ouverture et de clôture ;
Centre de saut à ski d'Alpensia : saut à ski, combiné nordique ;
Centre de biathlon d'Alpensia : biathlon ;
Centre de ski de fond d'Alpensia : ski de fond, combiné nordique ;
Centre alpin de Yongpyong : ski alpin (slalom, slalom géant) ;
Centre de glisse d'Alpensia : luge, bobsleigh et skeleton.

Pôle du littoral de Gangneung
À l'exception du Centre de curling de Gangneung, toutes les infrastructures du pôle du littoral sont nouvelles et construites pour les Jeux. Leur construction a commencé en juillet 2014, pour un achèvement prévu en octobre 201611. Le coût total de construction de ces patinoires est estimé à 425 millions de $ US12. Quatre des patinoires seront regroupées dans un parc olympique, tandis que la seconde patinoire de hockey se trouvera à l'Université Kwandong.
Parc olympique de Gangneung Centre de curling de Gangneung – Curling
Palais des glaces de Gangneung – Short-track et patinage artistique
Centre de hockey de Gangneung – Hockey sur glace (installation temporaire)
Ovale de Gangneung – Patinage de vitesse

Université Kwandong Centre de hockey de Kwandong – Hockey sur glace


Sites olympiques isolés
Parc de neige de Bokwang Site de ski acrobatique de Bokwang – Ski acrobatique
Site de snowboard de Bokwang - Snowboard

Centre alpin de Jeongseon (Jungbong) – Ski alpin (descente, Super-G et combiné)

Exclusion de la Russie

Article détaillé : Dopage en Russie.

La révélation du système de dopage d'État organisé durant les Jeux olympiques d'hiver de 2014, et le résultat des enquêtes menées par diverses commissions mandatées par l'Agence mondiale antidopage et le Comité international olympique entraîne ce dernier à prononcer de nombreuses sanctions envers, au 8 décembre 2017, vingt-cinq sportifs russes médaillés ou non à Sotchi en 2014, annulant notamment onze médailles dont quatre en or14. Le 5 décembre 2017, la commission exécutive du CIO suspend le comité olympique russe, et donc la Russie en tant que nation participante, des Jeux olympiques de Pyeongchang 2018, mais décide toutefois d'inviter ses athlètes qui pourront concourir sous le drapeau olympique. « Ces athlètes invités participeront aux Jeux, que ce soit dans des compétitions individuelles ou par équipes, sous l'appellation “Athlètes olympiques de Russie (OAR)”. Ils concourront dans une tenue portant cette appellation et sous le drapeau olympique. L'hymne olympique sera interprété lors de toute cérémonie les concernant. ». Une commission dite Autorité de contrôle indépendante (ACI) dirigée par Valérie Fourneyron établira la liste des athlètes russes invités sous réserves « qu'ils n'aient pas été disqualifiés ni déclarés inadmissibles en raison d'une violation des règles antidopage », qu'ils se soient « soumis à tous les contrôles ciblés avant les Jeux que le groupe de travail antidopage aura recommandés » et qu'ils se soient « pliés à toute autre exigence en matière de contrôle telle que formulée par le comité afin de garantir des conditions de compétition équitables pour tous ».

Compétition
Relais de la flamme olympique

La flamme olympique est arrivée à Incheon le premier novembre 2017. Elle voyage ensuite dans 17 villes et provinces de Corée du Sud pendant cent jours. Au total, elle implique 7500 porteurs de torche16. Chaque jour, la ville et un de ses porteurs de torche sont mis en avant sur le site officiel des Jeux.

Médias
Drapeau de l'Allemagne Allemagne : Discovery Communications / Eurosport et ARD/ZDF
Drapeau de la Belgique Belgique : RTBF
Drapeau du Canada Canada  : ICI Radio-Canada Télé et Réseau des sports (français)  Canadian Broadcasting Corporation et The Sports Network (anglais)
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud : SBS / KBS / MBC
Drapeau de la France France : France Télévisions
Drapeau de la Lituanie Lituanie : TV3 Lituanie
Drapeau de la Tunisie Tunisie : Télévision tunisienne


Le comité d'organisation des Jeux d'hiver de 2018 avait une bonne nouvelle à partager. Le stade des cérémonies d'ouverture et de fermeture des Jeux olympiques de Pyeongchang sera prêt samedi.

Le bâtiment de forme pentagonale est doté de 35 000 sièges. Déjà, on entend les premières critiques.

Certains craignent que le stade, construit dans une zone montagneuse réputée pour ses vents forts, condamne les spectateurs à souffrir grandement du froid pendant les cérémonies.

Le comité d'organisation a songé à utiliser un stade existant pour les cérémonies afin de réduire les coûts, mais a finalement opté pour cette structure temporaire.

Après la quinzaine olympique, elle sera en effet démolie, et le site sera utilisé pour la construction d'un musée et d'un centre de divertissement.

La Corée du Sud n'échappe pas aux inquiétudes largement répandues au sujet des coûts liés à l'organisation des Jeux et à l'entretien des infrastructures.

Les Jeux olympiques de 2018 coûteront environ 15,5 milliards de dollars canadiens. Les coûts avaient été initialement estimés à 10 milliards quand la ville a été élue en 2011.



« PyeongChang 2018 » prévoit la mise en place de billets gratuits pour l’accès aux entrainements. Ces billets seront distribués en priorité aux participants du camp de la jeunesse.

Le dossier de candidature prévoit la vente de 2,08 millions de billets pour les JO et de 420 000 billets pour les Jeux Paralympiques :

  Jeux Olympiques Jeux Paralympiques
Cérémonie d’Ouverture 600 > 1 000 dollars

421 > 702 euros
 80 > 200 dollars

56 > 140 euros
 
Cérémonie de Clôture 400 > 800 dollars  281 > 562 euros:  50 > 150 dollars: 35 > 105 euros
 
Épreuves phares 100 > 300 dollars: 70 > 210 euros ; 20 > 30 dollars

14 > 21 euros
 
Autres épreuves 30 > 150 dollars

21 > 105 euros
 15 > 20 dollars

10 > 14 euros
 

Le sport est dépassement de soi. Le sport est école de vie. 
[Aimé Jacquet]

 
 
 
 

Retour:
Février    //  Accueil

Vous voulez envoyer cette page à un ami(e)?
cliquez ici:

 


 
 
 

Hit-Parade