Jeux Olympiques à Sotchi en 2014
du 6 au 23 février

Le spectacle du monde ressemble à celui des jeux olympiques : les uns y tiennent boutique ; 
d'autres paient de leur personne ; d'autres se contentent de regarder. » 
[Proverbe]



Les Jeux olympiques d'hiver de 2014, officiellement appelés les XXIIes Jeux olympiques d'hiver, seront célébrés à Sotchi, une ville russe bordant la mer Noire à proximité du massif du Caucase. Cette élection a eu lieu le 4 juillet 2007, lors de la 119e Session du CIO à Guatemala Ciudad au Guatemala. Sotchi a battu les villes de Salzbourg en Autriche (éliminée au 1er tour) et Pyeongchang en Corée du Sud.

Pour l'emporter, les autorités russes ont promis des investissements massifs estimés à dix milliards d'euros pour faire de Sotchi un complexe de sports d'hiver de classe mondiale et relier cette ville de la mer Noire aux montagnes du Caucase (la localité de Krasnaïa Poliana accueillera les épreuves alpines).

Ces Jeux seront suivis des Jeux paralympiques d'hiver de 2014, également à Sotchi.
Seuls les sports qui se pratiquent sur la neige ou sur la glace sont considérés comme sports d’hiver 
    stipule la Charte olympique.

Les Jeux Olympiques d'hiver constituent un événement qui ne peut laisser indifférent aucun véritable amateur de sport ! Les Jeux Olympiques d'hiver sont à juste titre les plus spectaculaires : les skieurs dévalant des pentes vertigineuses, les magnifiques affrontements de hockey, la maestria raffinée des patineurs artistiques, l'excitation de la poursuite au biathlon exercent une fascination capable de retenir des centaines de millions de téléspectateurs rivés à leurs écrans pendant deux semaines. Mais rien ne peut retransmettre le bouillonnement passionné qui règne dans les tribunes !

Les Jeux d'hiver 2014 à Sochi seront uniques : jamais encore les Jeux Olympiques d'hiver n'ont proposé un programme sportif aussi riche. Ils se distinguent à la fois par le nombre total d'épreuves et par les nouvelles épreuves apparaissant dans le programme, au nombre de 12 ! Les épreuves et les lots de médailles sont donc au nombre de 98. C'est 12 de plus qu'aux Jeux de Vancouver en 2010 et 14 de plus qu'à Turin en 2006. D'autre part, les Jeux de Sochi seront les plus respectueux de la parité de toute l'histoire des Jeux d'hiver : les athlètes féminines seront présentes en nombre record. Les Jeux Olympiques de Sotchi stimulent de façon considérable le développement de la région et de la Russie dans son ensemble.


Liste des Jeux Olympiques d'hiver

 1924 : Iers Jeux Olympiques d'hiver à Chamonix ( France)
 1928 : IIers Jeux Olympiques d'hiver à Saint-Moritz ( Suisse)
 1932 : IIIes Jeux Olympiques d'hiver à Lake Placid ( États-Unis)
 1936 : IVes Jeux Olympiques d'hiver à Garmisch-Partenkirchen ( Allemagne)
 1948 : Ves Jeux Olympiques d'hiver à Saint-Moritz ( Suisse)
 1952 : VIes Jeux Olympiques d'hiver à Oslo ( Norvège)
 1956 : VIIes Jeux Olympiques d'hiver à Cortina d'Ampezzo ( Italie)
 1960 : VIIIes Jeux Olympiques d'hiver à Squaw Valley ( États-Unis)
 1964 : IXes Jeux Olympiques d'hiver à Innsbruck ( Autriche)
 1968 : Xes Jeux Olympiques d'hiver à Grenoble ( France)
 1972 : XIes Jeux Olympiques d'hiver à Sapporo ( Japon)
 1976 : XIIes Jeux Olympiques d'hiver à Innsbruck ( Autriche)
 1980 : XIIIes Jeux Olympiques d'hiver à Lake Placid ( États-Unis)
 1984 : XIVes Jeux Olympiques d'hiver à Sarajevo (Ex-Yougoslavie, actuelle  Bosnie-Herzégovine)
 1988 : XVes Jeux Olympiques d'hiver à Calgary ( Canada)
 1992 : XVIes Jeux Olympiques d'hiver à Albertville ( France)
 1994 : XVIIes Jeux Olympiques d'hiver à Lillehammer ( Norvège)
 1998 : XVIIIes Jeux Olympiques d'hiver à Nagano ( Japon)
 2002 : XIXes Jeux Olympiques d'hiver à Salt Lake City ( États-Unis)
 2006 : XXes Jeux Olympiques d'hiver à Turin ( Italie)
 2010 : XXIes Jeux Olympiques d'hiver à Vancouver ( Canada)
 2014 :XXIIes Jeux Olympiques d'hiver (Scotchi)

Villes candidates:
Les villes requérantes pour l'organisation des XXIIe Jeux olympiques d'hiver en 2014 étaient :
  Almaty (Kazakhstan) 
  Borjomi (Géorgie) 
  Jaca (Espagne) 
  Comté de Pyeongchang (Corée du Sud) 
  Salzbourg (Autriche) 
  Sotchi (Russie) (déjà candidate aux Jeux olympiques d'hiver 2002, sans succès) 
  Sofia (Bulgarie) 
Après sept années de planification, la candidature de la ville d'Annecy a été rejetée par les autorités françaises.
Les trois villes candidates retenues par le CIO étaient :
  Comté de Pyeongchang (Corée du Sud) 
  Salzbourg (Autriche) 
  Sotchi (Russie)  


Torche olympique



La présentation de la torche olympique s'est déroulée en janvier 2013. Il s'agit d'un objet de 95 centimètres de haut, pesant 1,8 kg. Elle a l'apparence d'une plume chrome argentée, rehaussé en son milieu d'une surface transparente rouge foncé, couleur traditionnelle de la Russie depuis le XIIIe siècle, symbolisant l'oiseau de feu né du folklore russe. Son designer, Vladimir Pirojkov, l'a conçu pour qu'elle puisse brûler malgré les contraintes climatiques russes. Près de 14 000 personnes à travers 2 900 communes des 83 régions de Russie la porteront le long de son parcours qui débutera le 7 octobre 2013.

Le parcours de la torche olympique pour les JO de 2014 est assez singulier. En effet, la torche a déjà fait un séjour dans l'espace du 7 au 11 novembre, dans l'ISS, elle a parcouru 5 000 km à bord du brise-glace nucléaire 50 Let Pobedy pour faire l'aller-retour entre Mourmansk et le pôle Nord. Elle est descendue dans les profondeurs du lac Baïkal en Sibérie et doit monter, début février, au sommet du mont Elbrouz, dans le Caucase. Elle aura effectué en tout et pour tout un périple d'environ 65 000 km, un record.

Le symbole le plus visible des Jeux est la flamme olympique. A Olympie, durant les jeux de l'antiquité, une flamme sacrée brûlait continuellement sur l'autel de la déesse Héra. A l'ère moderne, la flamme olympique est apparue pour la première fois en 1928, aux Jeux d'Amsterdam. La tradition du relais du flambeau olympique, qui culmine avec l'allumage de la flamme olympique à la cérémonie d'ouverture des Jeux, remonte aux Jeux de 1936 à Berlin. Ce relais symbolise le lien entre les Jeux anciens et les Jeux modernes.


Médailles



Les médailles des Jeux Olympiques de 2014 à Sotchi sont véritablement uniques. Elles symbolisent la mosaïque des cultures et ethnies qui forment la Fédération de Russie. On peut y voir le paysage de Sotchi baigné des rayons du soleil, lesquels se réfléchissent à travers les sommets enneigés sur les plages de sable de la mer Noire. Véritable travail d'orfèvre, mélange de métal et de polycarbonate, les médailles allient légèreté et beauté, ce qui les rendra encore plus spéciales pour les "heureux élus" qui les rapporteront chez eux l'année prochaine.

Tout est dans le détail

 Ces médailles présentent plusieurs particularités. Ainsi, les anneaux olympiques sont reproduits sur la face, tandis que le nom de l'épreuve en anglais et l'emblème des Jeux à Sotchi sont gravés sur le revers. Enfin, l'intitulé officiel des Jeux est inscrit en russe, anglais et français sur la tranche. Les médailles olympiques pèseront entre 460 et 531 grammes en fonction du métal utilisé – or, argent ou bronze. Elles mesureront 100 mm de diamètre et 10 mm d'épaisseur. Environ 1 300 médailles seront produites en tout pour les Jeux de 2014 à Sotchi.

Parmi les 98 médailles d'or distribuées lors de ces jeux, les sept attribuées le 15 février 2014 contiendront un fragment du météore de Tcheliabinsk, pour marquer le premier anniversaire de la chute de ce bolide ; il s'agit des médailles d'or de slalom géant féminin, du relais féminin en ski de fond, du saut à ski sur gros tremplin, du skeleton masculin, du 1500 mètres masculin en patinage de vitesse, et du 1000 mètres féminin et du 1500 mètres masculin en short track.


 

Constructions sportives

Article détaillé : Sites des Jeux olympiques et paralympiques d'hiver de 2014.

Disposition des installations sportives.

Les jeux se passeront dans deux sites :

  • le parc olympique de Sotchi ;
  • la Krasnaïa Poliana (Красная Поляна en russe, ce qui signifie « la clairière rouge »), station de ski située à 60 km de Sotchi.

Le parc olympique

Le parc olympique de Sotchi sera installé sur la côte de la mer Noire. La construction du parc est censée être terminée en 2013.

Sont prévus :

    le Palais des glaces Bolchoï, une grande arène de glace pour le hockey sur glace, d'une capacité de 12 000 spectateurs ; l'Arène de glace Chaïba, aussi pour le hockey, prévue pour 7 000 spectateurs ; le Centre de patinage de vitesse « Adler Arena », pour 8 000 spectateurs ; le Centre de patinage artistique Iceberg pour le patinage artistique, d'une capacité de 12 000 spectateurs ; le Centre de curling Ice Cube, une arène de curling pour 3 000 spectateurs ; le Stade olympique Fisht d'une capacité de 47 500 spectateurs ; un village olympique.

Sont prévus :

    le Centre de sport de glisse Sanki pouvant accueillir 11 000 spectateurs ;
    le complexe « Laura » pour le biathlon et le ski, 20 000 spectateurs ;
    le complexe « Rosa Khutor » pour le ski alpin et le snowboard, 18 000 spectateurs ; l'originalité de ce complexe étant l'arrivée commune à toutes les disciplines de ski alpin ;
    la station balnéaire « Alpika service » pour le freestyle ;
    le centre de ski nordique pour le saut à ski, RusSki Gorki, 15 000 spectateurs ;
    un village olympique.
 

Les premiers Jeux olympiques

Les premiers jeux ont eu lieu à Olympie, en Grèce, en 776 av. J.-C. Les cités étaient censées déposer les armes pendant la durée des Jeux pour permettre aux athlètes de rivaliser en paix. La «trêve sacrée» qui fut à l'origine de ces Jeux s'accompagnait de la déclaration suivante : «Puisse le monde être affranchi des crimes et des tueries ainsi que du choc des armes». 

(Selon divers auteurs, dont Werner Jaeger, il y eut des jeux à Olympie avant 776. «Depuis les âges les plus reculés de l'histoire connue, écrit Jaeger, la gymnastique grecque (au sens le plus large du mot) fut associée aux fêtes en l'honneur des dieux. Peut-être les jeux olympiques eurent-ils pour origine les jeux funéraires tenus pour Pélops à Olympie - à l'exemple de ceux, décrits dans l'Illiade, qui se déroulèrent à 
Troie après la mort de Patrocle. On sait même que des jeux funéraires pouvaient être célébrés périodiquement, à des dates déterminées. Des compétitions très anciennes de ce genre purent fort bien avoir été reprises sous l'égide du Zeus olympien. Et, d'après les images votives de chevaux découvertes sous les fondations du plus vieux sanctuaire d'Olympie, il appert que des courses de chars eurent lieu sur l'emplacement de l'ancien culte bien avant la date traditionnelle où Corebos remporta la première victoire à la course à pied.» (Paideia. La formation de l'homme grec, Paris, Gallimard 1964, p. 250)

Parmi les premiers sports disputés à Olympie figuraient la course à pied, la lutte, la boxe, le pentathlon et les courses de char. Le premier champion olympique connu fut le coureur Koroibos. Seuls les hommes étaient autorisés à participer aux Jeux de l'antiquité. Interdiction était faite aux femmes d'y prendre part ou même d'y assister, sous peine de mort. La seule femme présente était la grande prêtresse de Déméter. Toutefois, dans la Grèce antique, les femmes avaient leurs propres jeux, qui avaient lieu à intervalles réguliers. 

On sait que les Jeux olympiques anciens existèrent pendant douze siècles, jusqu'à 394 après J.-C. C'est un Français né en 1863, Pierre de Fredy, baron de Coubertin, qui est à l'origine des Jeux modernes. Il estimait que le sport pouvait servir l'humanité et encourager la paix entre nations. Son projet se réalisa en 1894 lorsqu'un congrès international réuni à Paris vota en faveur de la rénovation des Jeux olympiques; les premiers Jeux de l'époque moderne eurent lieu à Athènes en 1896. 
 

D'après : Eric Green, Données sur les Jeux olympiques (Les vingt-sixièmes Jeux olympiques se dérouleront du 19 juillet au 4 août à Atlanta, 18 juin 1996 (Agence d’information des Etats-Unis, Département d’État américain) 

Enjeux
Les Jeux olympiques sont une grande leçon de philosophie que l'humanité se donne à elle-même: Tels jeux, telle conception du bonheur, de l'homme, de la perfection...de l'amour. C'est vers le poète grec Pindare qu'il faut se tourner pour découvrir la philosophie correspondant aux Jeux olympiques du premier âge. Pour comprendre la philosophie des Jeux de 2004 à Athènes, on pourra s'en remettre aux poètes officiels de la Société Radio-Canada.

Voici leur grand hymne, Jusqu'au bout, tel qu'il fut déclamé à la télévision de Radio-Canada, dans les minutes solennelles qui ont précédé la cérémonie d'ouverture des Jeux d'Athènes. Il d'un dialogue entre une femme et un homme, identifiés à des statues grecques anciennes.

« — Je suis un rêve de pierre, l'incarnation en marbre du sang qui coule et du coeur qui bat. Lourde, immobile, éternelle, je suis néanmoins l'image de la force, de la vitesse, de l'agilité des hommes et des femmes.

— Et moi je cours à travers les siècles pour porter le flambeau d'un idéal, le dépassement, la grande, la belle, la folle idée d'aller toujours plus loin, plus vite. Nous sommes allés sur la lune, bientôt nous irons sur mars, jusqu'aux étoiles. Nous irons jusqu'au bout.

— Pourquoi, pourquoi toujours aller jusqu'au bout?

— J'sais pas. C'est comme ça. Aller plus vite! Toute une vie pour grignoter des secondes, des centièmes, des millièmes de secondes, tous les jours! l'effort, la fatigue, l'angoisse, c'est notre grandeur. Six millièmes! Courir plus vite c'est grandir. Je n'aime pas les limites, je n'aime pas les frontières, je n'aime pas le temps qui emprisonne, je n'aime pas l'espace qui nous noie, je veux repousser le temps, maîtriser l'espace, échapper à la gravité, je veux aller au sommet de moi-même, je veux aller voir plus loin, plus vite, je veux voler. Je m'envole pendant quelques secondes, je vole. Des milliers d'heures d'entraînement m'ont donné des ailes. Quelques secondes, c'est une idée; après le premier pas de l'enfant, jusqu'à moi! Je vole.

— On ne sculpte plus le marbre. Nos statues sont en mouvement, relayées partout par des pixels, des images en couleur.

Vous voyez en direct la joie du vainqueur, l'agonie de ceux qui ont moins bien fait. Mais si c'était moi qui les avais faits, je serais fière de chacune de mes oeuvres. Vous êtes de la beauté du vivant. Je suis la fugitive beauté du dépassement, immortalisée dans le marbre. Et dans mon rêve de pierre, je rêve d'être vous et de voler encore. »

Essentiel
Les jeux olympiques méritent notre attachement. Quelle autre institution peut leur être comparée? Aristocratiques à l’origine, ils ont atteint leur apogée au moment où la démocratie athénienne donnait le ton en Grèce. Ils ont ensuite survécu à l’empire d’Alexandre et à la domination romaine. Au XXe siècle ni les deux guerres mondiales, ni la guerre froide ne les ont à jamais compromis. Ils demeurent hélas! fragiles. De toutes les menaces qui pèsent sur eux la plus grave est l’importance croissante prise par l’athlète fabriqué par rapport à l’athlète naturel. Cette évolution défavorise démesurément les pays pauvres. Elle illustre aussi une vision du monde qui paraîtra de plus en plus inadéquate au fur et à mesure que les hommes comprendront qu’ils ont intérêt à composer avec la nature et à l’imiter plutôt que de la transformer en la déformant faute d’en avoir compris la complexité. L’avenir des jeux ne peut-être assuré que par le respect des principes qui assureront celui de la planète. On peut dire des jeux actuels qu’ils procèdent d’une imitation de ce qui, dans les jeux anciens, correspondaient à l’esprit de la modernité. Pour assurer l’avenir, il faut d’abord chercher, dans le même passé, les éléments qui préfigurent le mieux les principes propres à assurer le développement durable aujourd’hui.)


Le sport mesure la valeur humaine en millimètres et en centièmes de seconde. 
[Bernard Arcand]
 
 Donner, recevoir, partager : ces vertues fondamentales du sportif sont de toutes les modes, de toutes les époques. Elles sont le sport. 
[Aimé Jacquet] 


Nations participantes

Jusqu'à présent, 86 nations participent à ces jeux grâce à la qualification d'au moins un athlète. Cinq pays font leur débuts aux Jeux olympiques d'hiver: Malte, le Paraguay, le Togo, les Tonga et le Zimbabwe. Six pays ayant participé en 2010 ne sont pas présent en 2014: l'Afrique du Sud, la Colombie, la Corée du Nord, l'Éthiopie, le Ghana et le Sénégal.


Afrique Amériques Asie Europe Océanie
  •  Algérie
  •  Maroc
  •  Togo
  •  Zimbabwe
  •  Argentine
  •  Brésil
  •  Îles Caïmans
  •  Canada
  •  Chili
  •  États-Unis
  •  Îles Vierges britanniques
  •  Îles Vierges des États-Unis
  •  Jamaïque
  •  Mexique
  •  Paraguay
  •  Pérou
  •  Porto Rico
  •  Chine
  •  Chinese Taipei
  •  Corée du Sud
  •  Hong Kong
  •  Inde
  •  Iran
  •  Israël
  •  Japon
  •  Kazakhstan
  •  Kirghizistan
  •  Mongolie
  •  Népal
  •  Ouzbékistan
  •  Pakistan
  • Philippines
  • Tadjikistan
  • Thaïlande
  •  Albanie
  •  Allemagne
  •  Andorre
  •  Arménie
  •  Autriche
  • Azerbaïdjan
  •  Belgique
  •  Biélorussie
  •  Bosnie-Herzégovine
  •  Bulgarie
  •  Chypre
  •  Croatie
  •  Danemark
  •  Estonie
  • Espagne
  •  Finlande
  •  France
  •  Géorgie
  •  Grèce
  •  Hongrie
  •  Irlande
  •  Islande
  •  Italie
  •  Lettonie
  •  Liechtenstein
  •  Lituanie
  •  Luxembourg
  •  Macédoine
  •  Malte
  •  Moldavie
  •  Monaco
  •  Monténégro
  •  Norvège
  •  Pays-Bas
  •  Pologne
  •  Portugal
  •  République tchèque
  •  Roumanie
  •  Royaume-Uni
  •  Russie
  •  Saint-Marin
  •  Serbie
  •  Slovaquie
  •  Slovénie
  •  Suède
  •  Suisse
  •  Turquie
  •  Ukraine
  •  Australie
  •  Nouvelle-Zélande
  • Tonga
Calendrier général des Jeux olympiques de 2014
Février 2014 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23
Cérémonies Drapeau olympique
O














C
Bobsleigh Pictogramme
                              Bobsleigh










1
1


1
Curling Pictogramme Curling













1 1

Hockey sur glace Pictogramme Hockey
                              sur glace













1

1
Luge Pictogramme Luge


1
1 1 1









P
a
t
i
n
a
g
e
Artistique Pictogramme Patinage
                              artistique


1

1
1

1

1


Vitesse Pictogramme Patinage
                              de vitesse

1 1 1 1 1 1
1 1
1 1

1
Short-track Pictogramme
                              Short-track



1

1
1

1

1

Skeleton Pictogramme
                              Skeleton







1 1







Ski acrobatique Pictogramme Ski
                              acrobatique

1
1 1
1 1

1 1
1 1

Ski alpin Pictogramme Ski
                              alpin


1 1
1
1 1 1
1 1
1 1
S
k
i

n
o
r
d
i
q
u
e
Biathlon Pictogramme
                              Biathlon

1 1 1 1
1 1
1 1
1
1 1
Combiné nordique Pictogramme Combiné
                              nordique





1




1
1


Saut à ski Pictogramme Saut à
                              ski


1
1


1
1





Ski de fond Pictogramme Ski de
                              fond

1 1
2
1 1 1 1

2

1 1
Snowboard Pictogramme
                              Snowboard

1 1
1 1


1 1
1

1
Février 2014 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23

Débat sur le boycott

Suite à la guerre d'Ossétie du Sud de 2008 et à l'occupation russe de plusieurs points stratégiques de Géorgie dont le port de Poti, le ministre des Affaires étrangères tchèque, Karel Schwarzenberg, s'est déclaré favorable à un boycott des Jeux olympiques d'hiver de 2014, affirmant : « Je trouve qu'organiser une fête de la paix et du sport dans le voisinage immédiat d'un lieu où l'on a massacré et mené une guerre d'agression est une idée étrange ».

En outre, la question du boycott des JO de Sotchi a été latente en Géorgie à partir de 2008 et jusqu'à l'arrivée au pouvoir de la coalition « rêve géorgien » de Bidzina Ivanishvili en octobre 2012. Contrairement à l'avis longtemps défendu par Mikhail Saakashvili, le nouveau Premier ministre de coalition Ivanishvili a déclaré fin décembre 2012 que la Géorgie participerait aux JO, geste d'ouverture à l'égard du voisin russe dans une démarche de rapprochement.

En 2013, de nouveaux appels au boycott ont été lancés suite au vote d'une loi contre la « propagande homosexuelle ».

Critiques

Le choix de Sotchi ainsi que la préparation des Jeux Olympiques d'hiver 2014 ont fait l'objet de vives critiques, les autorités russes étant particulièrement visées par celle-ci :

  • La liberté de la presse aurait été entravée à de nombreuses reprises par la police.
  • La liberté sexuelle des athlètes ne serait pas garantie par les nouvelles lois homophobes russes.
  • De nombreux travailleurs migrants seraient exploités, travaillant dans des conditions très difficiles et n'étant pour nombreux d'entre-eux que partiellement payés.

Les investissements ont été révisés à la hausse, étant désormais estimés à cinquante milliards de dollars, soit cinq fois plus que prévu initialement. Selon un rapport de Boris Nemtsov et Leonid Martynyuk, membres du mouvement d'opposition Solidarnost, une partie des sommes investies auraient servi à l'enrichissement de Vladimir Poutine et d'hommes d'affaires.




La Fédération Internationale de Ski (FIS) a présenté le concept de la piste de ski et surf des neiges cross des Jeux Olympiques d’hiver à Sotchi en 2014.

Ce parcours de 1 250 mètres situé dans le Parc extrême de Rosa Khutor proposera huit sections sinueuses ponctuées par une série de sauts, de bosses et avec une pente à la verticale de 210 m. Skieurs et surfeurs partageront les mêmes aires de départ et d’arrivée ainsi que 80 pour cent de la piste de cross elle-même. Seule une partie de la descente proposera deux sections, l’une pour le ski acrobatique et l’autre pour le surf des neiges, ceci afin de pouvoir mieux juger les aspects particuliers à chaque discipline.

La piste qui a été conçue et affinée au cours des quatre dernières années, a accueilli avec succès la Coupe du monde de ski acrobatique de la FIS en février 2013 et, en mars, la Coupe du monde de surf des neiges de la FIS. Elle a fait l’objet de commentaires élogieux de la part des athlètes qui ont participé à ces compétitions.

Pour garantir le bon niveau de difficulté aux skieurs et aux surfeurs, la piste a été créée en coopération avec des experts des deux disciplines et David Ny et Nicolas Vaudroz, conseillers techniques de la FIS, qui ont collaboré avec l’olympien Martin Fiala, spécialiste de cross de la FIS, pour créer un parcours de cross olympique exceptionnellement dynamique.

« Le programme olympique offre toujours des caractéristiques extra originales par rapport à nos Coupes du monde ou à nos Championnats du monde, » a indiqué Fiala qui a participé en ski cross pour l’Allemagne aux Jeux à Vancouver en 2010. « La piste de cross de Rosa Khutor est un défi pour tous les spécialistes de talent, qu’il s’agisse de surf des neiges ou de ski acrobatique. Je tiens à remercier tous ceux qui ont travaillé sur le domaine skiable de Rosa Khutor, les Associations nationales de ski, le comité d’organisation, les concepteurs de la piste et ceux qui l’ont construite pour la magnifique tâche accomplie en vue des compétitions et je souhaite à toutes les équipes et aux athlètes des Jeux Olympiques excitants, sûrs et pleins de succès à Sotchi en 2014, à ces compétitions qui sont vraiment devenus désormais l’un des temps forts du programme. »

Les Jeux Olympiques d’hiver à Sotchi en 2014 ouvriront le 7 février. Les épreuves de surf des neiges cross débuteront le 16 février et celles de ski cross le 20 février.

Jouissant d’une situation privilégiée entre Caucase et Mer Noire, la cité balnéaire de 340000 habitants a su convaincre le Comité International Olympique, en devançant Salzbourg (Autriche) et Pyeongchang (Corée du Sud, qui accueillera les JO de 2018), avec notamment la promesse des organisateurs de consacrer des investissements à hauteur de 10 milliards d’euros.




 
Les Jeux Olympiques de 2014 se dérouleront sur deux sites :
- à Sotchi, le Parc Olympique regroupera une partie du village olympique ainsi que toutes les installations fermées, parmi lesquelles le Stade Olympique (47500 places) et le Palais des Glaces Bolchoï (hockey sur glace, 12000 places)
- à Krasnaïa Poliana, station de ski proche de Sotchi, on retrouvera le reste du village olympique et toutes les épreuves alpines, avec pour la première fois un énorme complexe commun de 18000 spectateurs destiné à accueillir l’arrivée de toutes les disciplines de ski et de snowboard ! L’Alpine Center de « Rosa Khutor » se compose en effet d’un stade pour toutes les disciplines de freestyle (half pipe, bosses, saut acrobatique), et un autre principalement pour toutes les disciplines de piste et le cross. Un grand complexe de 20000 places est également prévu pour accueillir le ski de fond et le biathlon.

A noter au niveau « démesure », que les Russes ont prévu deux possibilités en cas de manque de neige : la production de neige artificielle dans de grands locaux refroidis (en cas de fortes températures ne permettant pas d’en crééer à l’extérieur), et surtout le stockage de neige dès cet hiver : près de 500000 m3 de neige ont été rassemblés en plusieurs endroits, dammés, et recouvert d’une couche de 40 cm de sciure. Les Russes espèrent que les deux tiers de ce volume de neige passeront le printemps, l’été, et l’automne 2013, afin d’être réutilisés lors des JO en cas de besoin !

Pour revenir au sportif, ce sont au total pas moins de 50 sports qui seront représentés, avec comme petits nouveaux les arrivées attendues du half pipe hommes et femmes et du slopestyle ski et snowboard hommes et femmes, mais d’autres disciplines comme le slalom parallèle en snowboard, le saut à ski féminin, ou le biathlon en relai mixte… avec de nombreuses chances de médailles côté français, notamment suite aux bonnes performances des tricolores aux derniers championnats du monde de ski alpin, de biathlon, et dans toutes les disciplines de freetyle.
 



Histoire de la mascotte
Depuis l'apparition de la première mascotte olympique au Jeux d'été de Munich en 1972, les mascottes sont devenues des ambassadrices des plus populaires et mémorables des Jeux olympiques et paralympiques. Du basset allemand au harfang des neiges en passant par les hippocampes, les mascottes apportent un élément d'humour et de gaieté à l'expérience olympique. Elles contribuent aux efforts déployés pour offrir un accueil chaleureux aux athlètes et aux visiteurs de partout dans le monde, et elles provoquent les rires et les encouragements des enfants et des spectateurs.
Les mascottes contribuent à faire de chaque Jeux olympiques une expérience unique. Elles sont généralement un reflet de l'histoire, du territoire et de la culture du pays et de la région hôte. Elles incarnent également les idéaux de l'olympisme et du Mouvement paralympique, et elles contribuent à créer une atmosphère de camaraderie, d'esprit sportif et de participation.
La présentation officielle de la mascotte est l'un des faits saillants menant à l'ouverture des Jeux. Les mascottes des Jeux passés étaient toutes des exemples d'ingéniosité, d'imagination et de créativité artistique. De Waldi, le basset allemand des Jeux de Munich, à Amik, le castor des Jeux de Montréal, les toutes premières mascottes représentaient des animaux qui étaient uniques aux pays hôtes. Barcelone a surpris tout le monde en présentant Cobi ? un chien farfelu au look avant-gardiste, créé par le grand designer Javier Mariscal. Cobi a été suivi de toute une variété de mascottes inspirées des humains, des animaux et même de créatures mythiques et imaginaires.
La créativité et la personnalité sont toujours des caractéristiques propres aux grandes mascottes olympiques et paralympiques. Le rôle de la mascotte a évolué au fil des ans. Aujourd'hui on les retrouve sous toutes les formes, support et articles de promotion. Les concepteurs des toutes premières mascottes ne pouvaient pas imaginer la panoplie d'usages possibles pour leurs créations ? que l'on retrouve partout aujourd'hui, des épinglettes aux jouets de vinyle. La portée et l'attrait des mascottes augmentent avec chaque nouvelle présentation des Jeux, le but étant de véhiculer l'esprit olympique et paralympique aux quatre coins du monde.
 

XXIIes Jeux Olympiques d’hiver
 
Les athlètes d’élite canadiens pratiquant un sport d’hiver poursuivront sur une lancée victorieuse aux Jeux olympiques d’hiver de 2014 à Sotchi à la suite de la récolte inédite de 26 médailles remportées devant leurs partisans à Vancouver. Avec sa combinaison de médaillés des Jeux précédents et d’étoiles montantes, mais aussi grâce à l’ajout de nouvelles épreuves où les athlètes canadiens se sont démarqués sur la scène internationale, l’Équipe des Jeux de 2014 est destinée à connaître encore plus de succès.
 
Les Jeux commencent officiellement le 7 février 2014.
 
Le 4 juillet 2007, Sotchi l’emportait par quatre voix sur Pyeongchang en Corée du Sud et se voyait attribuer l’honneur d’organiser les XXIIes Jeux olympiques d’hiver. Il s’agit des premiers Jeux tenus en Russie depuis les Jeux de la XXIIe Olympiade de 1980 à Moscou.
 
Située à environ 1600 km au sud de Moscou, l’agglomération de Sotchi compte 400 000 habitants et longe la côte nord-est de la mer Noire près de la frontière de la Géorgie. Sotchi jouit d’un climat subtropical et les hivers y sont doux. En février, le maximum moyen est de 10 degrés Celsius et le minimum moyen est de 3 degrés Celsius sur la rive.
 
Les Jeux de 2014 à Sotchi sont considérés comme les plus compacts de l’histoire du Mouvement olympique.



Contrôle antidopage

Le président du Comité international olympique (CIO) Thomas Bach a annoncé mercredi une hausse des contrôles antidopage avant les Jeux olympiques de Sotchi, par rapport aux Jeux d'hiver de Vancouver.

Quelque 1269 contrôles seront menés dans les semaines précédant la quinzaine olympique, soit plus de 400 de plus qu'en 2010, pour un total de 2453 contrôles prévus avant et pendant les Jeux, a-t-il précisé.

«Nous devons être plus rusés et sévères dans notre lutte contre le dopage que lors des précédents Jeux olympiques d'hiver», a déclaré Thomas Bach, lors de la quatrième Conférence mondiale sur le dopage dans le sport à Johannesburg.

Selon le patron du CIO, le programme antidopage des Jeux va coûter «des millions de dollars», mais c'est «un investissement pour l'avenir du sport».

L'Allemand, pour qui Sotchi sera ses premiers Jeux en tant que président du CIO, a plaidé pour des sanctions plus sévères pour les athlètes convaincus de dopage: «Ce dont nous avons besoin, c'est d'un système le plus dissuasif possible».

L'ancien escrimeur a déclaré qu'il était partisan d'une suspension à vie même pour la première violation antidopage avant de comprendre que de telles sanctions étaient impossibles. Aussi, il a pressé les délégués d'entériner cette semaine le Code mondial antidopage 2015, qui prévoit de doubler à quatre ans la durée de suspension pour les athlètes reconnus coupables de dopage intentionnel, contre deux ans, le tarif habituel jusqu'à présent.

«La lutte contre le dopage, c'est comme des mesures de sécurité. C'est aussi une question de dissuasion et de protection», a fait valoir Thomas Bach. «Nos mesures de sécurité, et donc nos contrôles doivent être encore améliorés», a-t-il ajouté.

«Protéger les athlètes propres doit être notre objectif ultime. Cela doit être la première priorité de toutes nos décisions et nos initiatives», a estimé le président du CIO.

Le passage à quatre ans de suspension aura pour effet d'écarter de fait les sportifs convaincus de dopage de l'édition suivante des Jeux olympiques.

Le CIO avait adopté en 2008 une règle interdisant à tout athlète ayant écopé de plus de six mois de suspension de prendre part aux Jeux suivants. Mais il avait été forcé de la supprimer avant les Jeux de Londres en 2012, le Tribunal arbitral du sport (TAS) l'ayant jugée équivalente à une double peine.


Attentats en Russie: menace pour la sécurité des JO et "gifle" pour Poutine

Publié le 30/12/2013

Les attentats de Volgograd portent la marque des rebelles islamistes de l'instable Caucase du Nord qui cherchent à créer une atmosphère de terreur avant les jeux Olympiques en Russie, une menace pour la sécurité et une "gifle" pour Vladimir Poutine, estiment des experts. "Il est évident que ces attentats sont liés aux jeux Olympiques de Sotchi", qui auront lieu du 7 au 23 février dans cette station balnéaire entre les bords de la mer Noire et les montagnes du Caucase, a déclaré Alexandre Konovalov, président de l'Institut des études stratégiques.
 
"Cette série d'explosions vise à créer une atmosphère de terreur avant les  jeux Olympiques", renchérit l'analyste russe indépendant Pavel Felgenhauer. Au moins 14 personnes ont été tuées lundi dans un attentat commis par un  kamikaze dans un trolleybus à Volgograd, ex-Stalingrad, au lendemain d'un  attentat suicide qui avait fait 17 morts dans la gare centrale de cette ville  de la Volga, située à quelque 1000 km de Moscou, et autant de Sotchi. Le chef de la rébellion islamiste du Caucase, Dokou Oumarov, avait appelé  en juillet à "empêcher par tous les moyens" la tenue des JO d'hiver auxquels  tient particulièrement le président Vladimir Poutine, qui a usé de toute son  influence pour obtenir l'organisation de cet événement dont il souhaite faire  une vitrine de la Russie.
 
Ces attaques perpétrées à la veille du Nouvel An -- la plus importante fête  de l'année pour les Russes -- sont "une grande gifle pour Poutine", estime  l'expert russe Alexeï Malachenko, du Centre Carnegie.    Le président russe "va-t-il annoncer un deuil dans son allocution télévisée  pour la nouvelle année?" s'interroge M. Malachenko, interrogé par l'AFP. "Voilà  ce qui nous attend pour les JO. Après cette série d'explosions, nous avons  perdu quelques milliers de spectateurs qui ne viendront pas à Sotchi",  estime-t-il. Les opérations des islamistes du Caucase en dehors de leur région sont  rares, alors qu'elles sont quasi quotidiennes au Daguestan, en Ingouchie, en  Kabardino-Balkarie et en Tchétchénie.
 
"Personne ne s'y attendait"
 
Les attentats de Volgograd sont l'oeuvre d'un "groupe organisé qui a frappé  à un endroit où personne ne s'y attendait", juge M. Malachenko. Les autorités concentrent en effet leur attention sur Sotchi où  d'importantes mesures de sécurité ont été prises en vue des JO, délaissant  d'autres villes, ce qui pourrait expliquer le choix de Volgograd, observe M.  Felgenhauer. Près de 40.000 policiers vont être mobilisés pour assurer la sécurité des  JO de Sotchi et l'accès à la ville en automobile sera interdit aux  non-résidents dès le 7 janvier, soit un mois avant la cérémonie d'ouverture des  JO.
 
La Russie a fait "tout ce qui était indispensable" pour la sécurité de cet  événement -- le plus important en Russie depuis le démembrement de l'URSS en  1991 -- a déclaré lundi le président du comité olympique russe, Alexandre  Joukov, estimant qu'il n'y aurait pas de mesures de sécurité supplémentaires. Des experts observent que les rebelles du Caucase partis faire le jihad en  Syrie représentent une menace sérieuse pour la sécurité s'ils reviennent en  Russie. Après la première guerre de Tchétchénie (1994-1996), la rébellion s'est  progressivement islamisée et a de plus en plus débordé hors des frontières de  cette petite république pour se transformer au milieu des années 2000 en un  mouvement islamiste armé actif dans tout le Caucase du Nord.
 
"Nous devons nous méfier aussi bien de ceux qui agissent seuls que des  musulmans russes et ceux qui ont combattu en Syrie", souligne M. Malachenko. "Nous ne savons pas où et quand il y aura encore des explosions, mais  personne ne doute que cela se produira encore", prédit-il. Des analystes estiment que des islamistes en Russie vont chercher à  exploiter l'événement des JO de Sotchi pour montrer leur force et leurs  capacités auprès de ceux qui les soutiennent  financièrement. "Le plus important pour eux, c'est que les attaques fassent le plus de  morts possibles pour créer un sentiment de peur et de panique", estime M.  Konovalov.


Mise en circulation des nouveaux timbres Sotchi 2014 représentant les sports Olympiques d'hiver

01 novembre 2013

Le 1er novembre, lors de l'exposition photo « Sotchi - Oui !100 jours avant les Jeux », s'est déroulée, à la Douma d'État de la Fédération de Russie, une cérémonie officielle de présentation de trois nouveaux timbres, qui complète la série « XXIIèmes Jeux Olympiques d'hiver de Sotchi 2014 : Sports Olympiques d’hiver ». Les nouveaux timbres illustrent le hockey sur glace, le biathlon et le curling, qui sont parmi les sports les plus populaires entre les spectateurs lors des Jeux.

La cérémonie de présentation a reçu la participation d'Alexandre Joukov, président du Comité Olympique Russe et membre du Comité International Olympique, de Nikolaï Zimyatov et de Yuri Kachkarov, champion Olympique de biathlon.

Chaque timbre possède une valeur nominale de 25 roubles et une taille de 37x37 mm, et est émis par planches (3x3) de 8 timbres et un coupon. Chaque timbre a été imprimé à 560 000 exemplaires (70 000 planches).

La série « XXIIèmes Jeux Olympiques d'hiver de Sotchi 2014 : Sports Olympiques d'hiver » a débuté en 2011 avec l'émission des trois premiers timbres représentant le « ski de fond », le « saut à ski » et le « patinage de vitesse sur piste courte ». Six timbres ont été ajoutés à la série en 2012 : « ski alpin », « snowboard », « patinage de vitesse », « skeleton », « luge » et « ski acrobatique ». En 2013, la série a été agrandie pour inclure le « bobsleigh », le « patinage artistique » et le « combiné nordique ».

Notes à l'éditeur

Le biathlon est une combinaison de ski de fond et de tir à la carabine. Ce sport fait partie du programme olympique depuis 1960. À ce jour, le programme des Jeux Olympiques d'hiver dispose de cinq types de biathlon pour les hommes et de cinq pour les femmes : course individuelle, vitesse, poursuite, course de départ en masse et relais, et il existe aussi le relais mixte, qui fera ses débuts olympiques à Sotchi. 11 jeux de médailles seront disputés durant les épreuves de biathlon lors des Jeux Olympiques de Sotchi.

Les origines du curling remontent au XVIème siècle en Écosse. Il se jouait en hiver sur des mares, des étangs et des lacs gelés. Le curling a fait son entrée comme discipline olympique en 1924 aux Jeux Olympiques d'hiver de Chamonix, mais ce n'est qu'en 2006 qu'il a été formellement accepté par le Comité International Olympique. Les débuts des équipes féminines aux Jeux Olympiques ont eu lieu en 1998 à Nagano (Japon). Le curling compte deux épreuves : les compétitions féminines et les compétitions masculines.

Le premier tournoi international de hockey sur glace pour les équipes masculines aux Jeux Olympiques a eu lieu en 1920. Le hockey sur glace féminin est intégré au programme des Jeux Olympiques depuis 1998. Pour le programme des Jeux Olympiques d'hiver, il existe différentes compétitions de hockey sur glace pour les hommes et pour les femmes. Deux ensembles de médailles sont disputés.

Les XXIIèmes Jeux Olympiques d'hiver 2014 à Sotchi constitueront une véritable célébration sportive. Plus de 5 500 athlètes et membres d'équipe sont attendus, représentant plus de 80 pays. Les compétitions des Jeux Olympiques se dérouleront du 7 au 23 février 2014, et 98 jeux de médailles seront décernés.

Depuis 1896, les Jeux Olympiques modernes sont accompagnés d'émissions postales et philatéliques. Les timbres émis par le pays hôte font partie de chacun des Jeux Olympiques et sont sans aucun doute très appréciés des collectionneurs.

Le programme philatélique de Sotchi 2014 a débuté en 2011 avec le lancement de la planche « Sotchi, ville hôte des XXIIèmes Jeux Olympiques d'hiver en 2014 ». Les premiers timbres ont aussi été publiés dans la gamme « Les XXIIèmes Jeux Olympiques d'hiver à Sotchi : le tourisme sur la côte russe de la mer Noire » et « Les XXIIèmes Jeux olympiques d’hiver à Sotchi : Sports olympiques d’hiver ». Plus de 10 millions de timbres ont été mis en circulation en 2011, et environ 12 millions en 2012. Dès les tous premiers mois, les ventes ont montré un grand intérêt pour ces timbres de la part des philatélistes comme de l’ensemble de la population.

Au total, 6 planches de timbres et 50 timbres, cartes et cartes postales différents seront mis en circulation avant les Jeux Olympiques et Paralympiques d'hiver de 2014 à Sotchi, ainsi qu'une édition de collection de l'ensemble des timbres tirés dans un classeur décoratif. Les sujets utilisés pour les produits philatéliques de Sotchi 2014 comprennent les sports d’hiver, les mascottes des Jeux de 2014, les sites sportifs des Jeux Olympiques, le relais de la flamme olympique, les légendes du sport et des vues de la région de Krasnodar.


Le sport est dépassement de soi. Le sport est école de vie. 
[Aimé Jacquet]

 
 
 
 

Retour:
Février    //  Accueil

Vous voulez envoyer cette page à un ami(e)?
cliquez ici:

 


 
 
 

Hit-Parade