"L‘ÉTOILE DE CE MOIS‘‘

Paul Buissoneau
né à Paris, le 24 décembre 1926, mort à Montréal, le 30 novembre 2014






Paul Buissonneau
 est
né à Paris, le 24 décembre 1926, mort à Montréal, le 30 novembre 2014), Paul est d'abord chanteur puis acteur de même que metteur en scène québécois d'origine française.

Avant de venir s'établir à Montréal, Paul Buissonneau est, pendant près de quatre ans, membre des Compagnons de la chanson; ce qui lui vaut de faire des tournées de chant avec Édith Piaf. Après une première union avec Françoise Charbonneau, qu'il épouse en 1949, il rencontre la jeune Marianne Degranpré. À partir de 1953, il dirige La Roulotte, un théâtre en plein air destiné aux enfants, qui parcourait les parcs de Montréal, et dans lequel plusieurs artistes québécois firent leurs débuts. En 1955, il fonde le Théâtre de Quat'Sous, qu'il dirige jusqu'en 1989. Il met en scène L'Osstidcho et donne ce nom au spectacle .

En 19564, Il crée le personnage de Picolo pour la télévision de Radio-Canada, qui s'intègre plus tard à l'émission La Boîte à Surprise. Par la suite, Picolo a sa propre émission.

Le fonds d'archives de Paul Buissonneau est conservé au centre d'archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec5.



En 2012, Paul Buissonneau mettait en scène ses propres funérailles

« Je veux partir, d'abord en remerciant les gens qui m'ont tellement aidé, c'est surtout ça. Que l'on ne vienne pas pleurer sur moi, j'ai mené une vie formidable, j'ai 84 ans, franchement, je n'ai pas à me plaindre. » - Paul Buissonneau.

L'homme, décédé hier, disait ces mots lors d'une entrevue avec Joël Le Bigot en 2010 pour parler de son projet d'organiser ses funérailles.

C'est ainsi que commence le documentaire Un p'tit dernier pour la route, réalisé par Mathieu Fontaine, qui suit l'artiste dans la construction de ses funérailles, qu'il a lui-même conçues, de l'hôpital où il a séjourné en réadaptation jusqu'à chez lui. C'était une idée de Mathieu Fontaine et de la productrice Véronique Légaré, après qu'ils eurent lu un article sur le désir de Paul Buissonneau d'organiser ses funérailles.« Le documentaire a pris un tournant différent quand il est tombé gravement malade et qu'il a failli mourir. Ça s'est transformé. Les funérailles sont devenues secondaires, car on a suivi sa réadaptation. Je crois aussi que ça l'a aidé à s'en sortir à l'époque. Il s'est accroché à ce projet », raconte Mathieu Fontaine en entrevue.

Un p'tit dernier pour la route se veut un hommage à Paul Buissonneau. Ce dernier a profité de cette tribune pour parler du vieillissement, de sa carrière et de ses coups de gueule. Il n'aimait pas les salons funéraires et voulait être présent lors d'une fête joyeuse. « C'est ridicule. Vous allez vous bourrer la gueule pendant que je serai dans la petite boîte? Ça suffit, moi je veux en profiter, nom de Dieu! », explique-t-il au scénographe Mario Bouchard. « Il n'aimait pas les moules et les funérailles traditionnelles. Il ne voulait pas faire comme tout le monde », ajoute Mathieu Fontaine.

Le désir de Paul Buissonneau d'organiser ses funérailles venait aussi du désir de remercier ses amis et de les rencontrer. Mais, il n'était pas présent en personne lors de la fête pour des raisons de santé. « Il s'imaginait présent, mais comme il n'était pas en forme, il était là via Skype. Ça a donné cette dimension comme s'il était mort, mais il a tout entendu et les gens pouvaient lui parler. En plus, il s'était habillé en blanc. C'était très touchant », souligne Mathieu Fontaine.

Avec son humour caustique, Paul Buissonneau ne s'épargne pas, comme il n'épargnait pas les autres. On le voit à l'hôpital tandis qu'il ne peut plus marcher, ce qui l'angoisse au plus haut point. « Au début, je pensais que je n'en avais que pour 15 jours et que je rentrerais chez moi. Je ne pensais pas que je ne pourrais pas marcher. Ça m'a traumatisé, ce n'était pas possible. Si j'avais été capable de marcher, il y a longtemps que j'aurais foutu le camp », lance-t-il.

« Je suis un homme âgé, mais je me sens comme un gamin. C'est fatiguant ça », ajoute-t-il. Mathieu Fontaine se rappelle que ses limitations physiques le frustraient beaucoup, « car il était très lucide et très vif », ajoute-t-il.

Dans ce documentaire, il parle aussi de la situation des personnes âgées dans les hôpitaux, de la nourriture qu'on lui a servie et qu'il a détestée, ne se privant pour le dire. « Huit mois sans avoir un morceau de viande valable. Mais il n'y en a pas, de steak, tout est haché. La plupart n'ont plus de dents, je suis le seul à n'avoir pas de dentier. Tout le monde a des dentiers, même à la télévision, ils ont tous des dents blanches. On dirait qu'ils ont bouffé un lavabo », s'exclame-t-il.

Son hospitalisation a compliqué et modifié le tournage qui a duré un an entre 2011 et 2012. Les fausses funérailles se sont déroulées en juin 2012. Le réalisateur Mathieu Fontaine et son équipe sont allés le voir toutes les semaines à l'hôpital. « Au début, il était en quarantaine, on devait donc désinfecter l'équipement », explique-t-il.

Le réalisateur a été séduit par le personnage de râleur qu'il se donnait. « Il nous attendait toujours avec une brique et un fanal, mais il était toujours heureux de nous voir. D'ailleurs, j'étais stressé de lui montrer le documentaire final, mais il était bien content. »

Mathieu Fontaine a vu Paul Buissonneau pour la dernière fois il y a quelques mois. « Il était encore bien et il avait plusieurs projets. Il écrivait. »

ICI ARTV diffusera Un p'tit dernier pour la route la semaine prochaine, les 8,13 et 14 décembre. Télé-Québec le diffuse le mercredi 3 décembre à 22 h. On peut aussi le regarder sur leur site web.


Le comédien et metteur en scène Paul Buissonneau, monument de la télévision et du théâtre québécois, est mort la nuit dernière à 87 ans, à la suite d'une longue maladie.

Paul Buissonneau est surtout connu pour avoir créé et incarné le personnage de Picolo, dans l'émission La Boîte à surprise, qui a rivé à leur écran des centaines de milliers de jeunes téléspectateurs de Radio-Canada entre 1956 et 1975, à leur retour de l'école en fin d'après-midi.

Né à Paris en 1926, Paul Buissonneau a émigré au Québec à la fin des années 1940. En 1952, on a lui proposé de diriger La Roulotte, un théâtre ambulant pour les enfants qui se promène dans les parcs de Montréal et offre des dizaines de spectacles chaque été. Il s'en occupera pendant une trentaine d'années. Plusieurs jeunes comédiens ont fait leurs classes à La Roulotte, notamment Yvon Deschamps, Marcel Sabourin et Clémence Desrochers.

En 1955, à l'instigation de son ami Yvon Deschamps, il a cofondé le Théâtre de Quat'Sous.

En 1968, il révolutionne le monde du divertissement au Québec avec l'Osstidcho, un spectacle mettant en vedette Robert Charlebois, Louise Forestier et Yvon Deschamps et dont il signe la mise en scène. Les créateurs du spectacle le décrivent comme « une folie totale et musicale ». Présentée en pleine révolution tranquille, l'Osstidcho séduira de nombreux jeunes qui y voient une oeuvre audacieuse. 

Entre 1970 et 2010, Paul Buissonneau jouera dans une vingtaine de films et d'émissions de télévision, en plus de mettre en scène plusieurs pièces de théâtre et de publier un roman.

Paul Buissonneau a reçu de nombreux honneurs au cours de sa carrière. Sa mise en scène du Barbier de Séville, en 1965, a été récompensée par un Emmy Award à New York.

En 1998, il a reçu le prix du gouverneur général du Canada pour les arts de la scène.

Il a également reçu le Prix Denise-Pelletier, accordé par le gouvernement du Québec à un artiste pour l'ensemble de son oeuvre et de sa carrière dans le domaine des arts de la scène.

En septembre dernier, il était devenu citoyen d'honneur de la Ville de Montréal, où il a collaboré à l'implantation des Maisons de la culture. Une murale lui a par ailleurs été décernée dans la métropole québécoise, à l'angle des rues Ontario et Beaudry

Plusieurs personnalités du monde de la télévision et du théâtre ont tenu à souligner l'apport de Paul Buissonneau dans l'univers culturel du Québec.

« Je ne sais pas ce qui serait arrivé du théâtre québécois si Buissonnneau n'avait pas débarqué ici », a déclaré l'acteur et metteur en scène André Montmorency, ami de Paul Buissonneau. « Il nous a ouvert la porte. »

« Un homme de théâtre exceptionnel, un homme exceptionnel tout court », a rappelé le directeur général et artistique du Théâtre de Quat'Sous, Éric Jean. « Il a donné des premières chances à tellement de gens, c'est un homme très généreux ».

« [C'était] un maudit fou! Un tempérament pas possible, des colères épiques, mais un grand cœur », a dit de son côté le metteur en scène André Brassard. « Paul Buissonneau avait quelque chose de pas conventionnel, de libre et de fou qui faisait du bien ».

« L'indignation était un de ces moteurs. Il disait souvent qu'un artiste digne de ce nom devrait être indigné. Indigné de sa société, de son environnement, de cette vie impossible, de la mort qui rôde continuellement. J'ai toujours eu l'impression que Buissonneau luttait depuis qu'il est tout petit contre la mort. »
— Yves Desgagnés



Filmographie et Série télévisée:

1956: La Boîte à Surprise: Picolo
1959: Rouletaboule (série TV): Rouletaboule
1966 : Dimensions
1966 : YUL 871(Voir: Jacques Godbout)
1967 : Waiting for Caroline : Louis
1968 : Picolo (série TV) : Picolo
1967 : C'est pas la faute à Jacques Cartier(Voir Clément Perron & Georges Dufaux)
1970 : Deux femmes en or : Monsieur Platre
1977: Popol: Popol
1986 : Sonia
1986 : La Guêpe(Voir Gilles Carle)
1988 : The Moderns : Alexandre
1997 : J'en suis! : Metteur en scène
1997 : La Conciergerie : Rosaire Courvoisier
2000 : Le P'tit Varius : Le pâtissier
2005 : Les États-Unis d'Albert
2008 : Tout sur moi : Lui-même

Théâtre:
1984 : Napoléon, spectacle musical de Serge Lama, Théâtre Marigny, tournée mondiale

Discographie:
196? Picolo (London, MB 20)
1973 Hey! Picolo (Fantel, FA 39405)
1975 Picolo / Chiboukis (Compilation, Fantel, FA 3941)
1996 Picolo Écolo! (Coffragants, COF-11, cassette audio). Texte et narration de Paul Buissonneau, Avec les voix des comédiens Christine Olivier, Pascale Montpetit et Benoit Brière.
2001 Bécassine: l'oiseau invible (Éditions Alexandre Stanké inc., COF-130-LCD). Livre avec CD, texte : Francine Ouellette, narration : Paul Buissonneau, musique Alexandre Stanké. Également disponible sous forme de coffret contenant une cassette audio et un livre. Le livre est également disponible seul.
2002 Picolo Tome 1 (Coffragants, COF-011-CD)
2003 Buissonneau: Les comptes de ma mémoire (Coffragants, COF-173). Texte : Paul Buissonneau.
2005 L'histoire d'un petit parapluie (Coffragants, COF-247). Texte : Paul Buissonneau.

Récompenses:
1965 : Emmy Award, pour la mise en scène du Barbier de Séville
1976 : Prix Victor-Morin
1998 : Prix du Gouverneur général pour les arts de la scène
2001 : Prix Denise-Pelletier6
2009 : Officier de l'ordre du Canada7
2014 : Citoyen d'honneur de la ville de Montreal

  

"Anniversaires pour le mois de Décembre"
 
de vos vedettes sportifs(ves) et politiques:

 Retour Index:
 
Vedettes  //  Accueil
 
 

Vous voulez envoyer cette page à un ami(e)?
cliquez sur le logo:


 

Hit-Parade

annuaire