"L‘ÉTOILE DE CE MOIS‘‘
Roy Dupuis
21 avril 1963


  Roy Dupuis
est un acteur canadien (québécois, ontarien) né le 21 avril 1963 à New Liskeard en Ontario. Ses parents déménagèrent à Amos au Québec où il passa son enfance. Il joue au théâtre, à la télévision et au cinéma . Internationalement, il est surtout connu pour son rôle dans la série télévisée La Femme Nikita (1997 - 2001), diffusée dans 50 pays. Au Québec, il est surtout connu pour son rôle dans la télésérie Les Filles de Caleb (1990 - 1991) qui fût très populaire.

Biographie

Bien que né à New Liskeard, en Ontario d'un père franco-ontarien et d'une mère québécoise, il passe la plupart de sa jeunesse à Amos (Québec), en Abitibi-Témiscamingue. De onze ans à quatorze ans, il vit à Kapuskasing, en Ontario. Après le divorce des parents, avec sa mère, sa sœur, et son frère, la famille Dupuis déménage dans le quartier Sainte-Rose à Laval. Il étudie l'art dramatique à L'École nationale de théâtre du Canada, à Montréal, reçoit son diplôme en 1986. Pendant les années 1980, il se produit dans plusieurs productions théâtrales et il obtient quelques rôles à la télévision et au cinéma.

Son interprétation d'Ovila Pronovost dans Les Filles de Caleb (1990 - 1991) en fait une vedette de la télévision québécoise. Fiction romanesque, cette série s’appuie sur une période historique importante du Québec et fut très populaire.

Par la suite, il enfile le plus grand succès critique dans les films Being At Home with Claude (1991), Séraphin : Un homme et son péché (2002), Mémoires affectives et Manners of Dying (2004), et Maurice Richard (2005). Il fait de même à la télévision : Scoop (1991-1995), Maurice Richard (1999) et La Femme Nikita (1997-2001).

En 2005 il a incarné le rôle de Detective Conk Adams dans le film That Beautiful Somewhere (2006), tourné à North Bay en Ontario.

En 2007, il interprète au grand écran le rôle du Lieutenant-général Roméo Dallaire dans le film « Shake Hands with the Devil » de Roger Spottiswoode. Le tournage principal de ce film au sujet du Génocide au Rwanda à Kigali avait débuté en juin 2006 et a été lancé en salle le 28 septembre 2007.


"Filmographie"

Année Titre Rôle Notes
1986 Sortie 234 Renaud
1989 Jésus de Montréal Marcel Brochu
Comment faire l'amour avec un nègre sans se fatiguer Pusher #2
Dans le ventre du dragon Jean-Marie
1990 Le marché du couple Barman
1992 Being at Home with Claude Yves
Entangled Max
1993 Cap Tourmente Alex O'Neil
1994 C'était le 12 du 12 et Chili avait les blues Pierre-Paul
1995 Screamers Becker
1996 Aire libre Aimé Bonpland
L'homme idéal Christian
Waiting for Michelangelo Thomas
1997 J'en suis Dominique Samson
Bleeders John Strauss
1998 Free Money The Turk
2002 Séraphin, un homme et son péché Alexis Labranche
2003 Les invasions barbares Gilles Levac
2004 C'est pas moi, c'est l'autre Vincent Papineau / Claude Laurin
Jack Paradise (Les nuits de Montréal) Jack Paradise
Monica la Mitraille Gérald "Gerry" Simard
Manners of Dying Kevin Barlow
Mémoires affectives Alexandre Tourneur Prix Jutra du meilleur acteur
Prix Génie du meilleur acteur
2005 Les États-Unis d'Albert Jack Dekker
Maurice Richard Maurice Richard Prix Génie du meilleur acteur
Prix du meilleur acteur au Festival international du film de Tokyo
Nomination — Prix Jutra du meilleur acteur
2006 That Beautiful Somewhere Detective Conk Adams
2007 Emotional Arithmetic Benjamin Winters
Shake Hands with the Devil Général Roméo Dallaire Prix Jutra du meilleur acteur
2008 Un été sans point ni coup sûr Gilbert Turcotte
Truffe Charles
L'instinct de mort Jean-Paul Mercier
2009 Je me souviens Liam Hennessy
Les doigts croches Charles
The Timekeeper Scully
2011 Chercher le courant Narrateur
Coteau Rouge Éric Miljours
2013 Roche Papier Ciseaux Vincent
Cyanure Joe
L'Autre Maison Gabriel
2014
Ceci n'est pas un polar André Kosinski

L’empreinte (documentaire)
Carole Poliquin et Yvan Dubuc

Télévision

Année Titre Rôle Notes
1986 Dany Pusher
1987 L'Héritage Monsieur Leduc
1988 Le grand jour Garçon d'honneur Téléfilm
Le Monde selon Croc Variés
1989 L'Amour avec un grand A Le fils 2 épisodes
1990-1991 Les Filles de Caleb Ovila Pronovost Prix Gémeaux du meilleur premier rôle masculin : dramatique
Prix MétroStar du meilleur acteur
1990 Tous pour un Maxime Morel Téléfilm
Série Lance et compte
1992-1995 Scoop Michel Gagné
1993 Blanche Ovila Pronovost
1994 Million Dollar Babies Oliva Dionne Téléfilm
1995 Dark Eyes Danny Le Blanc Épisode: "Pilot"
1996 Urgence Barette
1997-2001 La Femme Nikita Michael Samuelle
1999 Maurice Richard: Histoire d'un Canadien Maurice Richard Épisode des Beaux Dimanches
Nomination — Prix MétroStar du meilleur acteur : télésérie
2002-2003 Le Dernier Chapitre (The Last Chapter) Ross Desbiens Mini-série
Prix MétroStar du meilleur acteur : télésérie 2003
Nomination — Prix MétroStar du meilleur acteur : télésérie 2004
2005 Les règles du jeu Lui-même Série documentaire
2010-2012 Les Rescapés Gérald Boivin Nomination — Prix Gémeaux du meilleur premier rôle masculin : dramatique 2011
Nomination — Prix Gémeaux du meilleur premier rôle masculin : dramatique 2012
Nomination — Prix Artis du meilleur rôle masculine : télésérie


Productions théâtrales

2008 : Blasté, de Sarah Kane, trad de Jean Marc Dalpé
1994 : True West, de Sam Shepard, trad. par Pierre Legris
1990 : Un Oiseau vivant dans la gueule, de Jeanne-Mance Delisle
1989 : Roméo et Juliette, de William Shakespeare, trad. par Jean-Louis Roux
1988 : Les Muses orphelines, de Michel Marc Bouchard
1987-1989 : Le Chien ((en) The Dog), by Jean-Marc Dalpé
1987 : Toupie Wildwood, de Pascale Rafie
1987 : Au pied de la lettre, d'André Simard
1987 : Fool for Love, de Sam Shepard, trad. par Michèle Magny
1986 : Harold et Maude, trad. et adapt. par Jean-Claude Carrière de la pièce de Colin Higgins
1985 : Les deux Gentilshommes de Vérone, de William Shakespeare
1985 : La Passion selon Pier Paolo Pasolini, une pièce de René Kalisky suivante Teorema (film)

Distinctions

Récompenses

2008 : prix Jutra du meilleur acteur pour J'ai serré la main du diable (film, 2007)
2007 : prix Génie du meilleur acteur pour Maurice Richard
2005 : prix Génie du meilleur acteur pour Mémoires affectives
2005 : prix Jutra du meilleur acteur pour Mémoires affectives
2002 : prix MetroStar (meilleur acteur masculin)
1991 : prix Gémeau, Meilleure interprétation premier rôle masculin : dramatique




 06/03/2009
Pour les cinéphiles en soif de films politisés, Je me souviens devrait être le film à voir. Réalisé par André Forcier, cette production rassemble une grande brochette d’acteurs, en commençant par Roy Dupuis, Céline Bonnier, Hélène Bourgeois-Leclerc et Pierre-Luc Brillant. Le Tapis rose de Catherine vous ramène à la grande noirceur et à l'époque Duplessiste.

Roy Dupuis se porte à la défense des rivières

Projet hydroélectrique sur La Romaine ? Lettre de Roy Dupuis

Portail Canada-Québec, 31/10/08 à 02h03 GMT

Lorsqu’un projet de développement affecte une communauté, il est évident que les audiences publiques du Bureau d’audiences publiques en environnement (BAPE) doivent se tenir dans les communautés affectées. Cette présence en région témoigne justement de la pertinence du BAPE comme l’un des meilleurs outils de participation démocratique que le Québec s’est donné. Tenir des audiences publiques sur l’immense projet hydroélectrique de la rivière Romaine à Havre-Saint-Pierre est donc éminemment nécessaire.

Mais ne tenir ces audiences publiques qu’à Havre Saint-Pierre n’est pas conforme à l’esprit de participation populaire qui a justement donné naissance au BAPE. Le projet de La Romaine, de 8 milliards de dollars, est un projet d’envergure nationale. Nationale puisque la facture reviendrait aux contribuables québécois. Nationale également parce que les perspectives de rentabilité future de ce projet sont plus qu’incertaines. En effet, à l’heure où l’on paie 200 millions de dollars par année à TransEnergy pour fermer sa centrale de Bécancour, parce que les surplus d’électricité québécoise sont tels qu’ils sont invendables à l’exportation, il est justifié de se demander ce que l’on fera de l’énergie si coûteuse de La Romaine, alors qu’aucun contrat de ventes n’est en vue. De plus, nos voisins américains et potentiels acheteurs comptent bouleverser le contexte énergétique par des programmes d’économie d’énergie et de nouvelle production colossaux.

Et puis, il y a l’estuaire du Saint-Laurent, notre source nationale d’eau. Les impacts environnementaux de la Romaine nous concernent tous. Harnacher l’une des dernières rivières vierges de la Côte-Nord aurait des conséquences québécoises, sinon continentales. Ainsi, l’artificialisation de l’apport d’eau douce dans l’estuaire pourrait modifier grandement l’écosystème marin du Saint-Laurent.  De même, la contamination au mercure, résultat de l’inondation des forêts boréales pour créer les quatre réservoirs que deviendra la Romaine, se propagerait bien au-delà des limites de la Côte-Nord.

Dans ce contexte, la demande de la Fondation Rivières de tenir des audiences par vidéos-conférences à Montréal et Québec sur ce projet n’est pas futile. Au contraire, cette demande vise à redonner l’esprit démocratique et participatif que doivent sous-tendre les audiences publiques sur tout projet présentant des  impacts nationaux. Ce combat, nous le menons au bénéfice de tous les citoyens du Québec qui, de plus en plus, se retrouvent démunis face au BAPE. Trop souvent, en effet, des citoyens nous appellent à l’aide dans ce processus complexe afin qu’on leur explique le dédale des procédures ou, pire encore, afin de savoir où trouver des ressources financières pour participer. Comment de simples citoyens peuvent-ils, à temps perdus et sans argent, puisque le BAPE n’octroie aucune ressource, prendre connaissance et procéder à une contre-expertise des études d’impacts savantes qui ont souvent plus de 1000 pages?

La Fondation Rivières et les autres groupes environnementaux sont la seule ressource d’expertise indépendante de tout promoteur et de tout autre intérêt. Nos organismes ont pour seul souci le bien public, à court comme à long terme. Nous travaillons avec et pour les citoyens. En ce sens, demander au gouvernement de donner les moyens financiers requis au BAPE pour qu’il puisse accomplir sa fonction première de participation publique relève directement de notre mission.  L’institution du BAPE est une de nos grandes institutions et nous la respectons. Mais elle doit revenir aux citoyens. Il y va de la possibilité pour tous de faire entendre leurs questions et d’avoir l’assurance, grâce à l’interaction avec le promoteur, d’obtenir des réponses satisfaisantes. C’est la seule manière de participer, ensemble, à  construire l’avenir que nous souhaitons. N’est-ce pas là la véritable définition d’une démocratie?
Roy Dupuis, président,Fondation Rivières

Le film Les doigts croches clôturera le Festival du Film de Juste pour rire. La comédie sera présentée en grande première à Montréal le lundi 27 juillet prochain au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts avant de prendre l’affiche dans les cinémas du Québec le 31 juillet prochain.
Les doigts croches clôturera le Festival du Film de Juste pour rire. La comédie sera présentée en grande première à Montréal le lundi 27 juillet prochain au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts avant de prendre l’affiche dans les cinémas du Québec le 31 juillet prochain.
Le scénariste Ken Scott (La grande séduction, Maurice Richard) fait ses débuts derrière la caméra avec ce long-métrage dont il signe également le scénario.
1960, Montréal - Pour perpétrer le vol du siècle , Charles recrute les copains avec qui il a fait les 400 coups. Le soir du vol, la police rapplique et ils doivent rapidement procéder au plan B : ils se feront prendre, mais l'un d'entre eux se sauvera avec les 2 millions de dollars. À leur sortie, les voleurs sont estomaqués d'apprendre qu'ils recouvreront leur argent à deux conditions : ils doivent marcher les 830 kilomètres du Chemin de St-Jacques-de-Compostelle et, en bout de ligne, ils doivent surtout avoir changé. Ces éternels délinquants devront, pour la première fois de leur vie, déployer de véritables efforts pour devenir d'honnêtes citoyens.
La distribution est notamment composée de Roy Dupuis, Claude Legault, Patrice Robitaille, Jean-Pierre Bergeron, Paolo Noël et Aure Atika.
Les doigts croches, une coproduction franco-québécoise, est distribuée conjointement par Remstar et Alliance Vivafilm,
Les billets sont $15.00 (taxes incluses). Pour acheter des billets en avance appelez ou visitez la Billetterie Juste pour rire (2111, St-Laurent Blvd.).
Rappelons que c'est le film OSS 117: Rio ne répond plus, de Michel Hazanavicius, qui sera présenté en ouverture du Festival du film de Juste pour rire le vendredi 10 juillet, à Montréal, au Cinéma Impérial.
La programmation complète du Festival du Film de Juste pour rire sera dévoilée le 22 juin prochain.Roy Dupuis tournerait avec Harvey Keitel et Mads Mikkelsen
17.11.2009

05 août 2009
Film de Ken Scott: Les doigts croches avec Paolo Noël et Roy Dupuis

Critique équivalente à celles des filles des Arts et spectacles à Énergie…
Le film est…correct.  Disons que ça s’écoute bien quoique ça s’étire un peu trop vers la fin.
Le film est scénarisé et réalisé par Ken Scott.  Première réalisation d’ailleurs qui nous a impressionnés.  Les acteurs sont vraiment excellents, surtout Roy Dupuis.  Paolo Noël aussi est très bon, mais le problème avec lui c’est que ses rôles se ressemblent tout le temps.
Avertissement: vous risquez d’avoir une chanson dans la tête en sortant de la salle.


Publié le 30 avril 2009

Roy Dupuis devrait jouer dans le remake de Cut Throats Nine aux côtés de Harvey Keitel (Pulp Fiction) et Mads Mikkelsen (Casino Royale, After the Wedding). Le début du tournage est prévu pour la fin de février.
Selon La Presse, on dit que ce film réalisé par Rodrigo Gudino sera un western moderne et violent. Tout le monde meurt dans le film. La seule question, c'est: qui est le prochain?, a dit le producteur Marco Pecota au quotidien. Roy Dupuis ne fera exception à la règle.
Le comédien québécois a été choisi par contraste avec les autres acteurs du long-métrage. Il est un peu le love interest du film, il a un visage plus doux et, en plus, c'est un sex-symbol au Québec, a raconté M. Pecota à La Presse.
Chez l’agent de Dupuis, on a confirmé au journal l’intérêt de l’acteur pour le projet. On a toutefois précisé qu’aucun contrat n’avait encore été signé.
Le film sera doté d’un budget moyen pour une production américaine indépendante. Selon La Presse, des discussions sont en cours entre les producteurs canadiens Rue Morgue et Someone at the Door en vue d’une coproduction avec la France. Vincent Cassel pourrait alors se greffer à l’aventure.
Cut Throats Nine est un remake d’un film réalisé en 1972 par Joaquin Luis Romero Marchent.
(source: La Presse)

Guylaine Tremblay et Roy Dupuis seront les têtes d'affiche de la télésérie «Les rescapés» qui sera présentée sur Radio-Canada.
Les Productions Casablanca, qui ont fait Les Invincibles, et Avenue Production ont confirmé la présence de ces deux vedettes dans la série dont le tournage débutera le 22 juin.
Cette télésérie dramatique de treize épisodes d'une demi-heure, écrite par Frédéric Ouellet, qui a fait La grande ourse sera diffusée sur les ondes de la télévision de Radio-Canada au cours de la saison 2010-2011.
Guylaine Tremblay personnifiera Monique Boivin et Roy Dupuis sera l'inspecteur Gérald Boivin.
L'histoire se passe en juillet 1964. La famille de l'inspecteur de la police de Montréal est mystérieusement transportée en 2010, visiblement perdue dans l'avenir.
Les Boivin ne rêvent que d'une chose, soit de retourner dans les années1960.
Mais pour y parvenir, les membres de la famille devront retrouver l'homme qui a concocté leur voyage dans le temps. Et ils devront remettre en question leurs croyances, leurs valeurs et leur identité.
Le tournage devrait durer 46 jours

« The Timekeeper » de Louis Bélanger, avec Roy Dupuis, à l'affiche dès le 21 août?
le 24 juillet, 2009

 Les Films Séville, une filiale de E1 Entertainment, a annoncé la sortie du dernier film de Louis Bélanger (Post Mortem, Gaz Bar Blues), THE TIMEKEEPER. Après avoir amorcé sa carrière internationale lors de sa première mondiale au Festival du film de Brooklyn, le film a été présenté au Festival international du film de Shanghai et prendra l’affiche à Montréal et à Québec le 21 août prochain.
Nous sommes en 1964. Martin Bishop a dix-huit ans. Son père, mort récemment, lui a laissé pour tout héritage une bonne éducation et des principes moraux, la banque ayant saisi la ferme familiale.
Martin décroche un travail comme pointeur sur un chantier dans les Territoires du Nord-Ouest. Au beau milieu de la forêt, sous la gouverne d'un contremaître tyrannique, on y construit un bout de chemin de fer. 52 milles en 52 jours : un exploit… payant. Dans ce camp isolé du reste du monde d'où on ne peut s'échapper, la corruption est synonyme de mode de vie. Les travailleurs, une bande de débiles et de bandits guenilleux choisis expressément pour leurs tares, n'osent pas se plaindre.
Mais Martin est droit et ne mange pas de ce pain-là. Il pose des questions et s'indigne de certaines pratiques. Quel mauvais sort les patrons feront-ils à ce garçon franc et naïf, cet agneau dans une meute de loups ? Et qu'arrivera-t-il des principes de Martin sous la menace de représailles ?
Adapté d’un roman du montréalais Trevor Ferguson, THE TIMEKEEPER est le premier long métrage en langue anglaise de Louis Bélanger. Le film met en vedette Roy Dupuis, Craig Olejnik, Julian Richings, Gary Farmer et Stephen McHattie. Guy Dufaux a assuré la direction photo, Guy Bélanger et Claude Fradette la musique et Lorraine Dufour, la production exécutive et le montage. Coproduction canadienne de La Coop Vidéo de Montréal et Perfect Circle Productions de Vancouver, THE TIMEKEEPER est produit par Réal Chabot, Dean English et Karen Powell.
THE TIMEKEEPER prendra l’affiche à Montréal et à Québec le 21 AOÛT prochain.

Roy Dupuis : un clown qui a du pif
Nouvelles générales - Environnement
Écrit par Jessica Nadeau   Mercredi, 26 août 2009
La Fondation Rivières et son président Roy Dupuis se lancent dans une vaste campagne d’information publique concernant l’énergie avec la collaboration d’une dizaine d’artistes québécois impliqués tels que Céline Bonnier, Sophie Cadieux, Paul Piché et Christian Bégin.

Pour faire la promotion de la campagne avecenergie.org qui sera lancée officiellement le mardi 1er septembre, le comédien, qui se bat depuis des années pour empêcher le harnachement des dernières rivières vierges du Québec, a lancé sur le Web un teaser dans lequel il s’est affublé d’un nez de clown pour lancer son message :
« Depuis des années, on nous traite de pelleteux de nuages, de rêveurs, de clowns. Pourtant, on étudie les faits, les vrais chiffres et ce qui se fait ailleurs dans le monde. On ne vous fait pas de promesses, pas de grimaces. Écoutez ce qu’on vous propose… parce que vous le savez, les clowns, ce ne sont pas toujours ceux qui ont des nez de clowns. »
Pour Anne-Marie Saint-Cerny, directrice de la Fondation Rivières qui a bien voulu donner quelques bribes d’information aux lecteurs de RueFrontenac.com avant la conférence de presse officielle du 1er septembre, il s’agit « d’une des plus grosses campagnes d’information populaire au Québec depuis 30 ans » visant à donner l’heure juste aux Québécois en regardant notamment ce qui se fait ailleurs en matière d’énergie. Une campagne virale comportant une « mission éducative », qui se veut « optimiste » et qui demande des actions concrètes, tant du côté des gouvernements que des citoyens.

« Selon les estimations de Fondation Rivières et de plusieurs spécialistes et analystes qui ne sont même pas nécessairement avec nous, le Québec est en train de se préparer à une crise majeure au niveau de l’énergie, explique Mme Saint-Cerny, notamment en raison de la chute des prix et des engagements d’Hydro-Québec envers les promoteurs privés. »
Selon elle, la centrale au gaz de Bécancour - qui a coûté 1,4 milliard de dollars et qui a arrêté de produire un an plus tard, aux frais des contribuables québécois qui dépensent plus de 100 millions par an pour honorer le contrat rompu avec TransCanada Énergie (TCE) - n’est que « la première d’une grosse série d’aberrations » qui déferleront sur le Québec sous peu et qui coûteront aux Québécois une véritable fortune en dédommagements auprès des promoteurs privés.
La rencontre avec les artistes, les chercheurs et les instigateurs de la campagne avecenergie.org se déroulera le 1er septembre au Taz Roulodôme de Montréal

Samian et Roy Dupuis réunis au grand écran?
le 28-10-2009, par Anabelle Nicoud - La Presse
Roy Dupuis, Fanny Malette et le rappeur Samian pourraient être réunis au grand écran dans le premier long métrage de Yan Lanouette Turgeon.
Déposé et refusé une première fois par les institutions ce printemps, Roches, papier, ciseaux sera à nouveau déposé en janvier, a-t-on appris.
«Il a été extrêmement bien reçu par les institutions», note la productrice Christine Falco, de Camera Oscura.
Le projet, que Christine Falco qualifie d'ambitieux, se déploiera de la Baie-James à Montréal pour une histoire en trois volets, liée à la pègre chinoise, explique-t-elle.
D'un jeune autochtone croisant la route d'un malfaiteur à un vieil homme jouant sa vie à la roulette russe pharmaceutique, puis au médecin montréalais en reconversion, le scénario d'André Gulluni fait croiser les destins de nombreux personnages.
Si le projet est accepté lors de la prochaine ronde de financement, le tournage se déroulera à l'automne

2010.
En attendant, les Films Camera Oscura produiront le prochain long métrage de Marc Bisaillon (La lâcheté), La vérité. Pierre-Luc Lafontaine et Juliette Gosselin, tourneront sous la direction de Marc Bisaillon cet hiver, à Saint-Hyacinthe.

25-07-2010
Roy Dupuis a cessé de fumer il y a 13 mois et arrêté de boire il y a 14 ans.
Il l’avoue, cesser de boire fut nettement plus difficile. «Je n’avais plus le choix. C’était la mort ou la vie. Je ne regrette rien, mais j’ai dû réapprendre à avoir du fun autrement», confie l’acteur vedette franc et direct.
C’est tout son mode de vie qu’il a dû changer. Mais pourquoi cette course folle?
«J’ai eu une enfance très disciplinée. Je fais de la musique, du sport, de la natation, j’étais très encadré. Puis à 14 ans, d’Amos à Laval, l’exploration, l’École nationale de théâtre, la curiosité artistique; je crois que la nuit en buvant, j’avais l’impression d’explorer le côté noir et sombre. Ça m’a appris aussi beaucoup, car j’allais fouiller loin en moi, mais j’étais en train de me tuer. Il me fallait choisir. Et j’ai opté pour la vie. En quelque sorte, mon métier m’a aidé, je crois, à choisir la vie. J’avais une bonne estime de moi-même et j’avais été aimé dans ma vie par mes parents.»
En changeant ainsi de vie, il a aussi vu disparaître plusieurs de ses copains de nuit.
«Les vrais amis sont restés. Mais il y en a eu très peu», dit-il.
Et aujourd’hui, il se dit plus en forme que jamais et craint moins ses 50 ans qui sonneront dans moins de trois ans.
«Vieillir, des fois, c’est chien. Mais je dirais que la mort est plus présente. Je sens à quel point tout à coup la vie est courte, quoiqu’à une certaine période de ma vie, je ne pensais jamais me rendre là, à 47 ans. Je crois tout de même que je suis dans la belle partie de la vieillesse», assure-t-il, en souriant timidement.
Et quelle définition a-t-il de la beauté ? «Je ne me suis jamais trouvé exceptionnellement beau. La beauté, c’est plus profond à mes yeux.»
Tout comme il compare les scènes de nudité à des chorégraphies.
«C’est comme danser. Tout se fait dans le respect, et il faut que ça serve le scénario, que ça vienne enrichir l’histoire, car ce n’est pas évident», précise l’acteur d’expérience.
Quelle est sa définition du bonheur? «Le bonheur, ce sont les moments. En entrevue, ce n’est pas mon bag, donc même si ce n’est pas désagréable, ce n’est pas pour moi des moments de bonheur. Sur mon voilier, oui c’est magique, et là je crois que j’expérimente le bonheur. Mais, la souffrance fait partie de la vie, elle aide à se questionner et à aller plus loin».
Quand je vous dis qu’il est franc Roy Dupuis! De l’amour, il dira: «pour que le mot "amour" ait un sens, faudrait que j’arrive à aimer tout le monde. Autrement c’est du désir, de l’amitié, de la complicité.»
À 47 ans, il croit qu’il ne sera jamais père.
«Je pense que ça n’arrivera pas, mais ce n’est pas un manque dans ma vie».
«JE TROUVE LES POLITICIENS PEUREUX.»
Très actif à la Fondation rivières, Roy Dupuis donne une importance à l’action politique et sociale.
«Je crois en rien. Je sais ou je ne sais pas. J’estime qu’il y a des choses qui vaillent la peine d’être faites. Les politiciens essaient de nous faire croire que rien ne peut changer. Ce n’est pas vrai. Il y a eu de grandes révolutions. On a qu’à penser au mouvement féministe, à la lutte contre le racisme, l’esclavage. On a moins peur de l’autre, on s’en va dans le bon sens, je crois, lorsqu’on parle de racisme. On aimerait tous que ça aille plus vite. Les politiciens font ce qu’ils peuvent, mais ils agissent habités par la peur. Je les trouve peureux. Je pense que nous sommes dirigés par des gens qui ont peur. On vit dans un système qui est pensé par des peureux.»
FONDATION RIVIÈRES
«J’invite les citoyens à s’inscrire à la Fondation rivières, à aller sur le site, car nous avons besoin d’aide pour survivre. Le gouvernement ne voudrait pas qu’on existe, donc il ne nous offre aucune aide. Et il y a encore beaucoup de batailles à mener, car nous sommes confrontés à la plus grosse corporation au Québec, Hydro-Québec. C’est une société d’État qui se comporte comme une compagnie privée. Le but premier d’Hydro-Québec, c’est de faire du cash. Hydro-Québec vient d’annoncer plusieurs barrages privés. Il y a plusieurs actions en préparation. Nous avons besoin de l’implication de tous les citoyens», conclut Roy Dupuis, qui promet de l’action cet automne.
Il prévoit tourner à l’automne le prochain film de Marc-André Forcier.

«Tu vois la rivière la Romaine et tu t'en souviens toute ta vie»
Michelle Coudé-Lord
30-10-2010
Isabelle Brouillette et Roy Dupuis convient les citoyens à un grand spectacle le 14 novembre prochain, à la Sala Rossa à Montréal.
Un endroit sympathique de 250 places.
L’an prochain, Roy Dupuis est prêt à reprendre son rôle de Maurice Richard et à patiner sur la glace du Centre Bell pour tenir la soirée de financement à cet endroit.
Le vrai rêve quoi!
«Nous sommes en pleine révolution écologique, la plus rapide de l’histoire de l’humanité. Notre implication est essentielle si nous voulons obtenir les vraies réponses», confie en entrevue au Journal de Montréal, le citoyen engagé Roy Dupuis.
Isabelle Brouillette, vedette du téléroman Destinées, parle de son implication pour cette soirée sous le signe «de la générosité.»
«Les gens nous donnent 40$ pour que la Fondation Rivières continue à vivre et nous, nous leur donnons un spectacle unique en cadeau. Je ne suis pas une scientifique, je ne fais pas de politique. Je suis une actrice qui veut aider du monde qui se démène comme des fous. C’est une soirée de solidarité.
Le débat entourant ces barrages hydroélectriques est complexe. Hydro-Québec, c’est notre fierté, nous ne sommes pas contre, mais pourquoi ne pas voir les autres solutions qui nous préservent nos rivières?» questionne Isabelle Brouillette, sous les yeux affirmatifs de Roy Dupuis.

Enfant de l’Abitibi, Roy Dupuis parle de ses rivières avec passion.
«La Romaine, c’est notre rivière la plus pure, la plus naturelle. Il n’y en a plus beaucoup dans le monde de cette beauté-là. En se battant pour les rivières, on se bat pour notre survie, notre poésie et pour la beauté du monde. C’est à la fois un sujet concret, urgent, mais aussi poétique», affirme-t-il.
Il est fier que les artistes soient là, debouts, à préparer cette soirée pour la Fondation Rivières.
«La révolution écologique est déjà en marche, elle est en train de s’opérer. Je reste positif par rapport à cela parce que, pour moi, les solutions sont là. Il s’agit juste de les appliquer. Je ne veux pas juste chialer, je préfère essayer de m’impliquer et faire quelque chose», ajoute Roy Dupuis, bien appuyé dans ses propos par sa complice Isabelle Brouillette.
Il se dit au service de cette fondation tout simplement. Mais comment voit-il le rôle de l’artiste?
«Un artiste n’a jamais été pour moi un amuseur public. C’est quelqu’un qui apporte une vision à la société, un questionnement constant. J’invite les gens à s’informer, ils seront alors plus éclairés sur les enjeux. Nous sommes que des voix qui parlent pour ceux qui se battent en silence», conclut un Roy Dupuis combattant.
Les artistes qui participent à ce spectacle du 14 novembre sont Isabelle Brouillette, Roy Dupuis, Dominic Champagne (lisez son texte à la page suivante), Yann Perreau, François Papineau, Damien Robitaille, David Savard, Sophie Cadieux, Christian Bégin, Émile Proulx-cloutier, sous la direction musicale du house band, le Jazzbin Band.
«C’est la seule source de financement de la Fondation Rivières», rappelle Roy Dupuis. L’an dernier, la soirée avait rapporté 20 000$ - La billetterie Admission et la billetterie Articulée (514 844-2172) sont responsables de la vente des billets. Et on peut s’informer sur le site de la Fondation Rivières: http://fondationrivieres.org

Le vendredi 3 février 2012
Roy Dupuis au grand écran avec Michel Bouquet
Dans L’autre maison, Roy Dupuis interprétera le fils du personnage joué par Michel Bouquet, un homme atteint de la maladie d’Alzheimer.

Le réalisateur Mathieu Roy et le producteur Roger Frappier (Max Films) ont retenu les services du comédien Roy Dupuis pour donner la réplique à Michel Bouquet dans le projet de film L’autre maison. C’est ce qu’a indiqué M. Roy en entrevue avec La Presse hier.

« Nous avons rencontré Roy la semaine dernière. Dès qu’il est entré dans le restaurant, j’ai été très saisi, indique Mathieu Roy. Nous avons eu une très forte impression de notre rencontre. Roy a lu le scénario et il en a été très ému. Il a tout de suite accepté de participer au projet. »

 24 janvier 2012
Par Marie-Josée Roy | Agence QMI
Roche-papier-ciseaux, le premier long-métrage du jeune cinéaste Yan Lanouette-Turgeon, sera tourné ce printemps avec Roy Dupuis en vedette.
Bientôt, il s'envolera en Inde pour un voyage de deux mois et s'attaquera ensuite à la production de Roche-papier-ciseaux. Il a accepté de révéler quelques bribes du scénario.

«C'est un beau film, une belle histoire, estime Roy Dupuis. C'est un peu difficile à raconter. Ça parle du Québec moderne, dans un univers très particulier qui appartient au réalisateur. C'est la raison pour laquelle j'ai accepté d'y participer. Ça part du Nord québécois et ça se rend jusqu'en ville. C'est un portrait du Québec moderne, mais ce n'est pas un documentaire», a-t-il confié.

Le tournage aura lieu à Montréal. Diplômé de l'Institut national de l'image et du son, Yan Lanouette-Turgeon a travaillé pendant plusieurs années à l'élaboration de sa première œuvre destinée au grand écran, en collaboration avec le scénariste André Gulluni.

Productions cinématographiques:
 2011: Coteau rouge
 2011: Chercher le courant (documentaire)

Mercredi 6 mars 2013

Par JEAN-FRANCOIS BRASSARD


L'oeil est clair et la poignée de main, ferme. Le sourire, franc, est celui d'un homme bien sa peau. À la veille de ses 50 ans, Roy Dupuis respire la sérénité.

Notre homme est en très grande forme, enthou­siasmé par sa participation au film Roche Papier Ciseaux, qui prend l'affiche ces jours-ci, et par le cadeau qu'il s'offre pour son anniversaire de nais­sance, un troisième séjour en Inde.

À ce stade-ci de sa prolifique carrière, Royne pense pas en termes de défis à relever ou de rêves à réaliser. Son approche est terre à terre: «Jouer des rôles, raconter des histoires, pour moi, ça n'est pas des défis. Ça fait juste partie de ma réa­lité. Ça a contribué à faire la personne que je suis devenue. Je suis content parce que je suis bon pour raconter certaines histoires. J'espère conti­nuer à faire de bons choix et avoir la chance de faire de bons choix. En même temps, je ne cours pas après la job. J'ai envie de voyager.»

L'HIMALAYA  EN  TREKKING

L'an dernier, Roy a séjourné deux mois en Inde. Le 10 mars, il y retournera cette fois pour une période de deux mois et demi. «Je n'ai pas fini de visiter le pays, alors, j'y retourne. Idéalement, il aurait fallu que j'y passe un an, mais je ne pouvais pas. La première fois, j'ai fait le Rajasthan. La deuxième fois, j'ai fait tout le Sud. En mars, je vais aller de New Delhi à Calcutta.»

Ainsi, le 21 avril, jour de ses 50 ans, Roy fêtera son anniversaire sur l'Himalaya. «Je l'ai planifié comme ça. C'est un choix que j'ai fait. J'adore faire du trekking. J'aime beaucoup la montagne.»

Lorsqu'il s'est questionné pour savoir ce qu'il ferait pour ses 50 ans, Roy a évalué diverses options. Mais tout le ramenait à l'lnde et à sa volonté de boucler son tour du pays.«Je fais du trekking depuis longtemps. Quand je pense aux voyages que j'ai faits, ça représente souvent les plus beaux moments que j'ai vécus. Je me suis dit que pour mes 50 ans, je voulais être là. C'est un cadeau que je me fais. C'est un endroit mythique, et l'Himalaya est la montagne des montagnes. Les Tibétains, le Népal... tout ça a une symbolique assez profonde. Ce sont de belles civilisations. Je ne suis pas quelqu'un de religieux ou de spirituel, mais je sais reconnaître la philosophie qu'il y a derrière ces civilisations. Le boudhisme, ce n'est pas qu'une religion. C'est proche de moi, cette philosophie, comme le fait de tracer son chemin par soi-même, de ne suivre personne.»

Le sexe-symbol du Québec est de nouveau en amour. Faites votre deuil les filles, l’acteur qui devient de plus en plus sexy avec les années, a retrouvé l’amour: « Dans l’Himalaya, en avril 2013, trois jours avant mes 50 ans, j’ai grimpé à 6 200 mètres. J’espère pouvoir faire une autre montée avec ma blonde, cet hiver. », a confié Roy au Échos Vedettes.

Homme de peu de mot, Roy n’a pas voulu en dire plus sur l’identité de la femme qui partage sa vie. Cependant, des rumeurs courent comme quoi l’acteur fréquenterait sa co-star du film Ceci n’est pas un polar, Christine Beaulieu. Questionnée sur le sujet par le magazine, la comédienne (qu’on pourra voir embrasser Julie Perreault dans le film Le Mirage) a été totalement déstabilisée par la question à savoir si elle sortait avec le bel acteur. Elle a pourtant confirmé qu’elle était en amour!

Roy Dupuis tend le micro à plusieurs personnalités dans le documentaire L’empreinte, dont la sortie est prévue le 13 mars à Montréal et à Québec.
Le film réalisé par Carole Poliquin et Yvan Dubuc s’intéresse aux questions d’identité, aux valeurs et à la culture québécoise, en tentant de comprendre qui nous sommes.

Roy Dupuis rendra visite à Guy A. Lepage dimanche soir sur le plateau de Tout le monde en parle. Le prétexte: deux films, le documentaire L’empreinte, sur les relations entre Québécois et Amérindiens, et Ceci n’est pas un polar, dans lequel il partage la vedette avec Christine Beaulieu.

Aussi parmi les invités: Benoît Brière et René Richard Cyr pour la comédie Madame Lebrun, prévue en juin à Super Écran, le physicien Yves Sirois, un des découvreurs du boson de Higgs, le philosophe Frédéric Lenoir pour son livre Du bonheur, un voyage philosophique, et Josée Scalabrini, présidente de la Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE-CSQ)​.

Album Photos

Retour Index:

  Vedettes  //  Vedettes d'avril  //  Accueil
 
 

Vous voulez envoyer cette page à un ami(e)?
cliquez sur le logo:


 
 
 
 

Hit-Parade



 

annuaire