Marc Gélinas 

décédé le 2 octobre 2001
né le 28 novembre 1937


Après 300 titres, 33 quarante-cinq tours, 13 albums, deux CD, et combien de films et pièces de
  théâtres encore, Marc Gélinas a tiré sa révérence. L’homme de chanson, de théâtre et de cinéma, est mort hier le 3 octobre, à l’âge de 63 ans, des suites d’un cancer du foie à l’hôpital de Sainte-Agathe.

Bien que remarquable, la contribution de Marc Gélinas à la chanson pop québécoise a souvent été sous-estimée par les commentateurs culturels. En contrepartie, le principal intéressé a de son côté gardé une certaine distance avec les autres artisans de la chanson, et à plus forte raison les tenants de cette industrie culturelle qu'est le monde de l'enregistrement sonore.
 

Gélinas, Marc
Gélinas, (Joseph Édouard Yves André) Marc. Auteur-compositeur-interprète, chanteur, comédien (Montréal, 28 novembre 1937). Dès l'âge de 14 ans, il composa des chansons, mais chanta d'abord celles de Francis Lemarque et Joseph Kosma. Après avoir étudié le chant au CMM avec Roger Filiatrault et Martial Singher (1954-55), il interpréta le rôle d'un étudiant chansonnier dans « Beau temps, mauvais temps » à la télévision de la SRC (1955-58), ce qui lui permit de faire connaître ses chansons « Aide-toi et le ciel d'aidera », « Boucles blondes », « Le Bossu », « La Route » et « Je ne veux pas ».

En 1965, sa chanson « De vie à éternité » lui valut le grand prix des auteurs-compositeurs du Festival du disque. Il fonda les éditions Marco et fit aussi enregistrer de jeunes chanteurs. En 1966, il remporta deux prix au Festival du disque : le Prix Léo-LeSieur pour la meilleure chanson canadienne de style populaire (« Tu te souviendras de moi ») et le prix pour la meilleure interprétation masculine. D'autres prix lui furent décernés pour les chansons composées à l'occasion d'Expo 67 : « La Ronde », « Rendez-vous à Montréal » et « Lorsque le rideau tombe ». En 1970, il obtint la « clé d'argent » avec « Un amour » au concours national de « La Clé de la chanson » de la SRC ainsi qu'un trophée Méritas au Gala des artistes. Animateur de l'émission « Le Rideau s'ouvre » à CFTM-TV (1970-71), il dirigea aussi une école de la chanson jusqu'en 1974. Il composa la musique de « Du feu s'il vout plaît », « Bye bye 73 » et « Rosa » (télévision de la SRC), des thèmes musicaux pour l'équipe de baseball Les Expos de Montréal, pour les Jeux du Québec et le Festival de Saint-Tite, et les musiques des films Red (de Gilles Carle) et Tiens-toi bien après les oreilles à papa (de Gilles Richer). Bien qu'il ait lancé un 45t. en 1983 (« Le Centenaire de 40 ans »), Gélinas délaissa la chanson à la fin des années 1970 pour le théâtre. En 1988, il publia à Montréal un roman à saveur autobiographique, Je voudrais bien être pute... mais j'ai pas de clients.

Après cette saison de festivités,Marc Gélinas sent le besoin de revenir à une chanson plus grave ou du moins plus intérieur. "Le week-end", "Une fille","Quel merveilleux dimanche" renouent avec l'inspiration intimiste de ses débuts. À l'opposé, son coup de chapeau à Émile Nelligan se démarque des sombres hommages souvent accolés à son nom, en optant pour le côté vaguement délinquant du poête disparu. 1969 est une année cruciale pour notre chansonnier. Après un nouveeau succès rassembleur "J'ai du bon feu", Marc lance sa propre maison de disque, l'étiquette Marco qui lui permettra de s'adonner à quelques fantaisies de son cru, mais aussi une série de commandes servant de chansons-thèmes à divers événements. Il en profite aussi pour graver de nouveaux duos avant de revenir, au début de la nouvelle décennie, à des thèmes traitant notamment de sujets plus préoccupant comme le vieillissement, l'identité et la solitude. Il délaisse par la suite le monde de la chanson pour revenir à la scène comme comédien, puis au cinéma où il est de la distribution de films comme "Une histoire inventée" et "Le vent du Wyoming".
 

De la tristesse à l'humour, de la tendresse à la passion, les chansons de Marc Gélinas exploitent le thème de l'amour sur tous les tons, adoptant des rythmes syncopés aussi bien que le style plus classique de la ballade sentimentale. Plusieurs de ses chansons ont été interprétées par Daniel Guérard, Michel Louvain et Ginette Ravel. Lucien Hétu a enregistré plusieurs de ses succès à l'orgue. « Le Bateau de minuit », « Tu te souviendras de moi », « T'en vas pas » et « Les Nouveaux amants » émergèrent de sa production par la qualité du texte et la simplicité de la musique.Son père Gérard, basse (Montréal, 11 avril 1907 - 2 mars 1965), se classa deuxième sur 300 concurrents aux « Metropolitan Opera Auditions of the Air » en 1937. Il effectua des tournées en Nouvelle-Angleterre et jusqu'en Louisiane avec la troupe du Metropolitan. Avec des artistes de la même troupe, il se produisit à Montréal (1943) dans le rôle de Lovitzky de Boris Godounov. Il interpréta le rôle titre de cet opéra lors d'une tournée aux É.-U. À partir de 1942, il se joignit à une unité de divertissement de l'Armée canadienne. Par la suite, il se consacra à l'horticulture tout en étant soliste aux églises Saint-Sacrement et Sainte-Madeleine à Montréal.


Marc Gélinas, est né à Montréal en 1937. Il commence à composer des chansons dès son adolescence. En 1954, il étudie le chant au Conservatoire de musique de Montréal, mais il fait ses débuts comme comédiens dans le téléroman "Beau temps, mauvais temps", à Radio-Canada en 1955. Dans la même année, il débute comme chanteur en interprétant sa composition "Boucles blondes", à l'émission Rendez-vous avec Michelle (Radio-Canada). En 1957, il connaît le succès sur disques avec "Aide toi et le ciel t'aidera". Il remporte le Grand Prix du disque canadien de C.K.A.C en 1958. Ensuite, Marc Gélinas se produit dans les boîtes à chansons, les cabarets et à différentes émissions de variétés à la télévision. En 1965, Marc Gélinas connaît à nouveau des succès sur disques "Moïra et De vie à éternité". En 1966, il prend la tête de tous les palmarès du Québec avec "Tu te souviendras de moi, Avec les anges, Le bateau de minuit". En 1967, il compose trois chansons à l'occasion de l'Expo 67: Rendez-vous à Montréal, La Ronde et Lorsque le rideau tombe. En 1969, il compose une chanson pour l'équipe de baseball, les Expos de Montréal, la chanson thème: Les Expos sont là. Marc Gélinas, un québécois avec un talent de compositeur exceptionnel à l'époque des versions de chansons américaines. Il est décédé à Sainte-Agathe d'un
Il est décédé à Sainte-Agathe d'un cancer du foie le 2 octobre  2001.


Discographie:

1957 - RCA Victor 45 tours
57-5346 - Aide-toi et le ciel t'aidera / Le bossu
57-5356 - Boucles blondes / La route
57-5367 - Dors mon chéri / Les langues longues
1958 - RCA Victor 45 tours
57-5391 - Numéro de chance / Petite couventine
57-5405 - La chanson des petits poissons / Mon chien et moi
 1960 - Music-Hall 45 tours
MH 132 - Christine / Quand on parle d'amour
MH 134 - Isabelle (avec Yves Christian) / Pardonne-moi
MH 137 - Personnalité / Linda
 1961 - Apex 45 tours
 13234 - Un p'tit béguin / La maisonnette
 1964 - Franco 45 tours
  F 9322 - Quitte-moi doucement / J'aime toutes les filles
1965 - Figaro 45 tours
 F 017 - Moïra / Toi, moi, pour quand
1965 - Jupiter 45 tours
JP 1024 - Cheveux bruns têtes blondes / De vie à éternité
1966 - Jupiter 45 tours
JP 1047 - Tu te souviendras de moi / Comme si
 JP 1061 - Avec les anges / D'ici à Monaco
 JP 1068 - Le bateau de minuit / Approche
 1967 - Jupiter 45 tours
 JP 1083 - Rendez-vous à Montréal / Fais ta valise
JP 1097 - La Ronde / À Baie-Jolie
JP 1100 - La Ronde (en anglais) / Rendez-vous à Montréal (en anglais)
 JP 1112 - Lorsque le rideau tombe / Le week-end
 JP 1116 - À Noël tu reviendras / La panoplie
 1968 - Jupiter 45 tours
JP 1133 - Une fille / La Guadeloupe
JP 1148 - Quel merveilleux dimanche / Ils étaient deux
1968 - RCA Victor 45 tours
 57-5809 - En suivant l'étoile (avec Ginette Ravel) / Vivre pour vivre (par Ginette Ravel)
 1969 - Jupiter 45 tours
 JP 1166 - J'ai du bon feu / L'aventure
 JP 1182 - Adieu chérie, adieu doudou (avec Ginette Ravel) / La solitude
 1969 - Trans-Canada 45 tours
 TC 3318 - Joli novembre (avec Ginette Ménard) / Dimanche triste (par Ginette Ménard)
1969 - Marco 45 tours
DM 776 - La solitude / Sais-tu bien comment va ta vie
 DM 777 - Les Expos sont là / Instrumental
DM 778 - The Expos' Song / Instrumental
DM 779 - C'est parce que (avec Françoise Laflamme) / Innocence d'Isabelle
DM 780 - Festival western de Saint-Tite / Jonathan City

Albums 33 tours
 Marc Gélinas chante pour toi (1957 - RCA Victor - LCP 1015)
 Je voudrais te parler - Si tes yeux - Boucles blondes - Puisque c'est la dernière fois - J'ai faim - Je ne veux pas - Aide-toi
  et le ciel t'aidera - Comme un nuage - Regarde et vois - Ça n'a pas d'importance - Sur un p'tit air de jazz - Romance.
Aide-toi (1962 - RCA Victor Gala - CGP 114)
  Aide-toi et le ciel t'aidera - Dors mon chéri - Numéro de chance - Mon chien à moi - Boucles blondes - Puisque c'est la
               dernière fois - Les langues longues (les commères) - La route - Le bossu - Petite couventine.
 Ça c'est du Gélinas (1965 - Jupiter - JDY 7003)
  Où est passé - Toi, moi pour quand - Si tu veux faire le tour - La 5ième saison - Cheveux bruns, tête blonde - Moira -
           Tu te souviendras de moi - Que peut on - Cheval de pluie - Je t'aime - comme si - De vie à éternité.
 Trois fois bravo (1966 - Jupiter - JDY 7006)
   Mon vieil amour - Le temps des retrouvailles - Raconte-moi - La panoplie - On ne meurt pas d'amour - Histoire de
             plage - Pardonne-moi chérie - Pourquoi nous dire adieu - De nouveaux amants - T'en vas pas.
Lorsque le rideau tombe (1968 - Jupiter - JDY 7013)
   Lorsque le rideau tombe - Marie-Hélène - Le week-end - Approche - À Baie Jolie - Le bâteau de minuit - La ronde -
               Fais ta valise - Émile Nelligan - Avec les anges - D'ici à Monaco - Rendez-vous à Montréal.
  J'ai du bon feu (1969 - Jupiter - JPL 11018)
 J'ai du bon feu - La solitude - L'aventure - La ronde - Quel merveilleux dimanche - Ils étaient deux - La Guadeloupe -
                             Laisse-moi m'en aller - Adieu chérie, adieu doudou - Une fille.



 Venu à la chanson un peu par hasard, il gratte la guitare et inclut ses premières compositions au scénario du téléroman Beau temps mauvais temps, où il tient un rôle d'étudiant bohème au milieu des années cinquante. À la même époque, il participe à sa première émission de variétés, animée par Michelle Tyssère, et se fait connaître comme jeune chanteur prometteur.
C'est toutefois en 1957, alors que s'impose sa chanson "Aide-toi et le ciel t'aidera", que Marc envisage sérieusement une carrière d'auteur-compositeur-interprète. La chose est peu courante à l'époque, ses pairs pouvant se compter sur les doigts d'une seule main, et encore moins accessible à un tout jeune homme. Son audace et sa présence régulière au petit écran où il se fait ensuite remarquer dans Nérée Tousignant, autre continuité écrite cette fois par Félix Leclerc, la seule que celui-ci ait jamais destinée à ce nouveau média. La maison RCA Victor en fait sa révélation et son premier album lui vaut le Grand prix du disque canadien, attribué par la station de radio CKAC, l'année suivante. Une de ses chansons "Veste de cuir" est aussi primée au deuxième Festival de la chanson canadienne. Pendant ce temps, le jeune public et les divers palmarès réservent un accueil chaleureux à "Boucles blondes", "Les langues longues" ou "Petite couventine".
Au terme de son contrat, il se tourne vers de nouvelles maisons de disques où il doit parfois reprendre certains succès du jour dont "Un p'tit béguin" connaît une certaine notoriété. Mais le début des années soixante marque une première éclipse de l'artiste en tant que chanteur à succès. C'est surtout à titre d'animateur qu'il fait alors sa marque, à la barre d'émissions musicales tout de même: En quête de chansons, Sur deux notes, Musique en tête. Parallèlement, il continue de se produire sur scène et devient une des figures de proue du Cochon borgne, un cabaret où se retrouve une jeunesse indomptée qui ne craint pas de parler de sujets chauds et dont les habitués prônent l'idée révolutionnaire de l'indépendance du Québec, comme en témoigne l'album collectif "Au Cochon Borgne avec les Indépendantistes", premier et seul album produit sur étiquette Libération!
En pleine vague yé-yé, il refait surface sur les plateaux des émissions jeunesse avec de nouvelles chansons, toujours un peu existentialistes mais enrobées de sonorités modernes. "Moïra" et surtout "Tu te souviendras de moi" confirment le retour de Marc Gélinas et le début d'une deuxième carrière, cette fois chez Jupiter la toute nouvelle maison de disques d'Yvan Dufresne qui abrite les idoles pour adolescents que sont Donald Lautrec, Tony Roman, Guy Roger et bientôt Jacques Michel ou les Sinners. La chanson "De vie à éternité" lui mérite le Grand Prix du Disque 1965 et donne un élan sans précédent à son album solo "Ça c'est du Gélinas". Artiste original, il applique à la chanson d'auteur les principes de la chansonnette commerciale, chose que peu de gens osent mais qui s'avérera la voie de l'avenir. Cet exemple sera bientôt suivi par les Marcel Lefebvre, Stéphane Venne et Luc Plamondon avec le succès qu'on sait.
L'effervescence entourant l'Expo 67 fournira à l'auteur-compositeur-interprète Gélinas, autant qu'à son compère Venne, l'occasion de se mettre en évidence. Ce n'est pas un mais trois airs à succès qui lui seront inspirés par l'événement et deviendront des témoins de cette époque magique: "Rendez-vous à Montréal", "La Ronde" et "Lorsque le rideau tombe" demeurent des témoins authentiques de la fébrilité entourant l'ouverture, la tenue et la fin de cet événement sans pareil.
Pendant le reste de la décennie, il revient à la chanson plus sobre, voire intimiste, de ses débuts. "Une fille", "Quel merveilleux dimanche", "J'ai du bon feu" renouent avec la chanson plus classique. Mais il sait aussi surprendre en accolant, par exemple, une mélodie très visuelle à la Morricone pour son hommage à "Émile Nelligan". Il entreprend aussi à cette époque une série d'interprétations en duo dont la plus mémorable demeure "En suivant l'étoile" qu'il chante avec Ginette Ravel.
C'est en 1969 qu'il fonde sa propre maison de production, Marco. Cette initiative lui permet de remplir plusieurs commandes pour lesquelles il livre des mélodies et des textes sur mesure: "Les Expos sont là", "Le Festival western de St-Tite", "Les Jeux du Québec". Il revient à l'animation télévisée en 1970 pour l'émission Le rideau s'ouvre, crée une école de chant, devient disc-jockey à CIEL-FM et s'implique au conseil de l'Union des Artistes. Comme comédien, il joue surtout au théâtre et dans certaines séries télévisées (Montréal ville ouverte, La maison Deschênes, Lance et compte III) mais se laisse aussi attirer par le cinéma, principalement par les rôles que lui confie André Forcier dans Le vent du Wyoming, Une histoire inventée et La Comtesse de Bâton Rouge.


RETOUR INDEX:

  Vedettes  //  Accueil
 

Vous voulez envoyer cette page à un ami(e)?
cliquez sur le logo:



Hit-Parade
  annuaire