(mise à jour le 27 oct 2015)

"CLÉMENCE DESROCHERS"

née le 23 novembre 1933
 est une actrice, scénariste, écrivaine, chanteuse et humoriste canadienne (québécoise)
née le 23 novembre 1933 à Sherbrooke, Québec (Canada)


Biographie page 1     Album photo
 

Fille du poète Alfred DesRochers, Clémence DesRochers est une femme d'écriture et de spectacle qui est née à Sherbrooke. Elle y a fait son École normale. Encore toute jeune, après des études au Conservatoire d'art dramatique, elle joue certains rôles dans la troupe La Roulotte de Paul Buissonneau, et prend plaisir à donner des spectacles pour enfants. Dans les années cinquante, auprès de Jacques Normand, elle se passionne pour le monologue. Fondatrice de nombreuses boîtes à chansons, elle organise aussi plusieurs revues musicales où sketches, monologues et chansons se succèdent.
Au fil des années, Clémence a su apprivoiser toutes les facettes du métier d'artiste. Lentement mais sûrement, elle s'est gagné de nouveaux admirateurs, conquis par son irrésistible façon de jouer avec les mots, les sentiments, les émotions. Poète, fabuliste, dramaturge, auteure, interprète, comédienne, monologuiste, philosophe, animatrice, Clémence est tout ça à la fois , et bien plus encore. En fait, il suffit de jeter un coup d'oeil sur sa carrière pour comprendre son importance dans notre histoire culturelle. De façon toute personnelle, Clémence brosse constamment de magnifiques tableaux de la réalité québécoise. Ils sont parfois crus, colorés ou dénudés, mais toujours très réalistes. Maniant les mots avec justesse et délicatesse, elle nous raconte des histoires tantôt drôles, tantôt attendrissantes, toutes criantes de vérité, où l'on retrouve immanquablement d'attachants personnages qui nous semblent étrangement familiers. 

1959, c'est l'année des Bozos. Presque tous inconnus à l'époque, ils ont pour noms: Léveillée, Brousseau, Ferland, Lévesque, Boanchet, Gagnon et Clémence. Elle signe le livret de la première comédie musicale québécoise: " Le Vol Rose du Flamant." C'est au Patriote qu'elle présente les quatre revues musicales: La Grosse tête (1968), avec Marc Favreau et Gilbert Chénier; Les Girls suivent en (1969) avec Louise Latraverse, Diane Dufresne, Paule Bayard et Chantal Renaud; La belle amanchure naît en (1970) avec Pierre Labelle, René Angelil et Françoise Lemieux; la quatrième comédie musicale s'intitule C'est pas une revue c't'un show et paraît en 1971.
En 1976, elle commence l'enregistrement de l'émission quotidienne Les trouvailles de Clémence. Le succès de cette émission est si grand, qu'elle durera trois ans. Depuis septembre 1995, de retour au petit écran chaque jour, elle anime une émission télévisée Les p'tits bonheurs de Clémence, où elle informe et divertit avec l'humour qui la caractérise si bien. Elle tient à ce que l'atmosphère de l'émission soit le reflet de son quotidien. 

En 1977, après vingt ans de carrière, elle revient sur scène à l'Outremont pour Mon dernier show. Les critiques sont unanimes: "On dit que c'est ton année Clémence", titrait Georges-Hébert Germain dans La Presse. On doit ajouter plusieurs supplémentaires et une grande tournée à travers le Québec. En 1980, un nouveau spectacle Les retrouvailles de Clémence connaît un succès sans précédent. Longue tournée à travers le Québec et un Félix pour le meilleur show de l'année. Un Félix également pour le meilleur scripteur au Gala de l'ADISQ. Clémence dit aimer la solitude, mais pourtant elle a besoin des autres, elle ne peut s'en passer; ce besoin des autres, c'est le besoin d'être aimé. C'est pour cela, dira-t-elle, qu'elle revient sur la scène même après avoir décidé que c'était son dernier spectacle. 

En 1983, cinq semaines au théâtre Arlequin avec un nouveau show Plus folle que jamais et la tournée des grands centres. Les critiques sont excellentes. Cette même année, elle reçoit la médaille Jacques Blanchet. L'année 1985 amène Le derrière d'une Étoile, présenté au Théâtre Arlequin pour 27 représentations. Le journal Le Droit titrait: "Sensible, spontanée , si tendre Clémence..." Le dernier spectacle J'ai show sort en 1989. Le numéro sur la ménopause fait débloquer bien des tabous sur ce sujet si secret. Marie Laurier dans Le Devoir en parle comme "un humour doux et intelligent". Un tout nouveau spectacle De retour après la ménopause....en 1993-1994, au Monument National pour 25 représentations, 5 soirs à Québec au Grand Théâtre et une tournée. 90 000 personnes sont venues applaudir ce spectacle. En 1994, elle est nommée Docteur Honoris Causa de l'Université de Sherbrooke, et reçoit également le Prix Hommage de Rideau 94.

Hélène Pedneault qui a été agente d'artistes, entre autres de notre Clémence, a publié en 1989, aux éditions de l'Homme Notre Clémence tout l'humour du vrai monde. En page 20, Hélène Pedneault mentionne : "Je me demande si je ne suis pas en train d'écrire ce livre d'abord pour elle, pour qu'elle se rende compte de son importance... " En quatrième de couverture, Félix Leclerc signe le court texte suivant: " Tu as le coeur à rire, moi je l'ai à pleurer, mais je vais te faire rire." Voilà la force. Une frêle femme la possède, c'est Clémence, fille de poète. La discrimination, l'angoisse, l'usure, l'humiliation, la solitude, elle en a fait un manteau coloré, chaud, presque joyeux, à la mesure de nos épaules à nous, les Québécois des tempêtes. Que soient remerciés ceux qui font rire. Le rire éloigne le médecin.
Chez Clémence, les livres sont la suite de ses spectacles. Ils sont tous publiés. La plus récente publication, Tout Clémence, paraît en deux tomes: tome 1 en 1993 suivi du tome 2 en 1995, chez VLB éditeur. Chansons, nouvelles, monologues, théâtre et l'ensemble du contenu de ses spectacles font partie de ses écrits.

De plus, une douzaine d'artistes ont réalisé une gravure à partir du poème La maison neuve . Les éditions Presse-Papier de Trois-Rivières ont réalisé le coffret à tirage limité qui est disponible depuis l'automne 1997.
Août 1998, des plaques de présentation et d'extraits du recueil Tout Clémence
tome 1 consacrent cette auteure dans le premier Sentier poétique créé par l'artiste Richard Séguin et les Amis du Patrimoine de St-Venant-de-Paquette. Dans le Jardin Alfred DesRochers, nous retrouvons Clémence en compagnie d'Alfred DesRochers, de France Boisvert et de Daniel Roy.  
 


Filmographie
comme Actrice

 1953 : La Famille Plouffe (série TV) : Agathe Plouffe
 1960 : La Côte de sable (série TV) : Julie Paradis
 1968 : Grujot et Délicat (série TV) : Sainte Bénite
 1969 : Valérie
 1972 : Tremblay, quelle famille ("Quelle famille!") (série TV) : Gaby
 1973 : Y'a toujours moyen de moyenner!
 1976 : 90 Minutes Live (série TV) : Regular
 2002 : Asbestos (série TV) : Antoinette Gagnon
 2003 : La Grande Séduction : Clothilde Brunet
 2003 : Les Aventures tumultueuses de J
2006 : Le Secret de ma mère : Rolande
2010 : Route 132 : Mme Déziel

Récompenses

 1984: Médaille Jacques-Blanchet
 2004: Prix Jutra de la meilleure actrice dans un rôle secondaire pour le film La Grande Séduction.
 2005: Prix Denise-Pelletier, pour l'ensemble de son œuvre.
2009 : Prix du Gouverneur général pour les arts de la scène.

Distinctions

 2001 - Chevalier de l'Ordre national du Québec
2010: Prix  Ordre du Canada

Discographie

Clémence Desrochers : 1962; Sel M-298.047 et Alouette SAD-520.
Le Vol rose du flamant : 1964; RCA PCS-1024.
Clémence sans pardon : 1966; Gamma GM-104.
La Belle amanchure : 1971; Tremplin TNL-2001.
Il faut longtemps d'une âpre solitude pour assembler un poème à l'amour : 1973; Poly 2424-087.
Comme un miroir : 1975; Franco FR-793.
Je t'écris pour te dire : 1975; Franco FR-79.
Mon dernier show : 1977; 2-Franco FR-41001.
Les Chansons retrouvailles : 1981; EG 00.
Plus folle que jamais : 1983; EG 002

Bibliographie

Denise BOUCHER, « La Fantaisie faite femme, Clémence Desrochers », Châtelaine, XII (9 sept. 1971).
Bruno DOSTIE, « Clémence Desrochers et les côtés sérieux d'une femme très drôle », CompCan, 126 (déc. 1977).
Hélène PEDNEAULT, Notre Clémence, tout l'humour du vrai monde (Montréal 1989).
 
Autres expériences

 Participation à la réalisation de trois livres d'art avec entre autres Benoit Simard
 

Anecdotes
La chanteuse Renée Claude rend un vibrant hommage à Clémence DesRochers en 1980 en donnant un spectacle regroupant les plus grands succès de Madame DesRochers, spectacle qui s'intitule "Moi c'est Clémence que j'aime le mieux". Le succès étant au rendez-vous, Renée Claude grave un album des chansons de Clémence l'année suivante, en 1981, et elle ne cesse depuis de remonter sur scène afin de représenter le fameux spectacle tant en demande.
Fabienne Thibeault et la chanteuse française Jacqueline Dulac ont aussi des chansons de Clémence dans leur répertoire respectif.

Clémence DesRochers a annulé des spectacles pour des raisons de santé
Le 10 octobre 2007

L'humoriste Clémence DesRochers a dû annuler une série de spectacles prévus cet automne en raison de son état de santé.
L'artiste a été victime de la bactérie H. pylori et dit manquer d'énergie pour monter sur scène avant le mois de janvier 2008, date à laquelle elle accordera également des entrevues.
Pendant ce temps, pour célébrer ses cinquante ans de carrière artistique, Clémence DesRochers lance ces jours-ci un recueil de poèmes intitulé «Ça dépend des jours», poèmes parfois rimés, parfois libres, aux Editions du Lilas. Ce cahier, qui est aussi une chronique de la vie quotidienne, est agrémenté de dessins de l'artiste.

Clémence Desrochers honorée
Jessica Paradis / 7Jours 2009-09-15
 
Clémence Desrochers s’est méritée la mention Carrière exceptionnelle d’auteur-compositeur, lors de la 4e édition de la remise des Prix de la Fondation de la Société professionnelle des auteurs et des compositeurs du Québec. «Ça fait toujours plaisir! J’ai reçu le prix de la Gouverneure Générale et celui de la province de Québec. Ma carrière est finie mais ça faisait cinquante ans que je faisait des shows. Ça veut dire que je ne suis pas trop passée dans le beurre!»

La remise du prix qui porte le nom de Sylvain Lelièvre pourrait-il donner envie à notre pétillante humoriste de remonter sur les planches, ne serait-ce qu’une fois? «Non. C’est vraiment fini. J’écris tout le temps. Je suis fille d’écrivain. Mon père était poète et l’est toujours. Je ne vivrai jamais sans l’écrit mais je ne veux plus faire de spectacles sur scène avec tout le poids que ça impose. Je suis fatiguée physiquement et mon corps me dit d’arrêter», nous a-t-elle confié.


Clémence: 50 ans de métier ça se raconte
Clémence Desrochers se dévoile
Sophie Montminy / 7Jours 2010-02-11

Clémence Desrochers © Pascale M Lévesque

C'est au Théâtre Marcellin-Champagnat à Laval, que Clémence Desrochers s'est dévoilée sur scène sans retenue. Seule sur scène avec son amie Danielle Bombardier, jeudi soir, l'artiste a confié ses secrets devant le public lors de son spectacle Clémence: 50 ans de métier ça se raconte.

Clémence Desrochers entre sur scène avec son amie et s'assoit sur des fauteuils. « C'est chic ici avec un tapis et petit décor », lance l'artiste. C'est que son spectacle est plutôt une entrevue intime avec les spectateurs. Pendant plus d'une heure, l'humoriste se fait questionner par Danielle Bombardier et raconte ses 50 ans de carrière en plus de chanter ou de réciter des monologues.

« Il me semblait que t'avais pris ta retraite? », demande en débutant Danielle Bombardier. « C'est de la faute à vous les spectateurs, vous êtes incapables de vous passer de moi et moi je suis incapable de me passer de vous. Je voulais aussi parler de littérature, puisque c'est rare que je parle de ça », raconte Clémence Desrochers. »

« Tu as toujours joué entre le tragique et la joie. Pourquoi est-ce que t'es si unique Clémence ? », demande Danielle Bombardier. « Parce qu'une Clémence c'est bien assez ! Ce que je veux raconter, c'est toujours parce que j'ai un besoin d'amour. Le rire est un moyen de vivre et c'est pour ça que je joue entre le rire et la tristesse, » raconte l'artiste.

Conversations variées

Clémence Desrochers passe d'un sujet à l'autre en faisant rire la foule. Elle prend le temps de raconter l'histoire de son père, de sa mère et de son arrivée dans le milieu artistique. « J'étais censée être maîtresse d'école et ce fut un fiasco. Quand le conservatoire d'art dramatique s'est ouvert, j'ai quitté l'enseignement et je suis partie étudier à Montréal. Mon professeur de français me trouvait ridicule. Disons que mon passage au conservatoire n'a marqué personne. Par chance, la télévision est tout de suite arrivée après et j'ai commencé ma carrière là. »

L'artiste prend également le temps de raconter son passage à l'école avec les soeurs. « On m'a appelée la Démence des clochers, parce que ma carrière m'a servit de me venger de tout ce qui me faisait suer dont les soeurs. Je disais des choses qui ne se disait pas dans le temps, mais le succès vient avec l'étonnement des gens qui trouvent ça surprenant qu'on est capable de dire des choses comme ça. »

Clémence Desrochers raconte également ses débuts difficiles à la télévision et dans les boîtes à chanson. « J'ai fait mes débuts dans des boîtes à chanson qui étaient avant des clubs. Disons que les hommes qui venaient nous voir étaient ceux qui prenaient de la bière et ne s'intéressaient pas du tout à ce que je disais sur la scène. J'ai également donné des spectacles devant 7 personnes, alors qu'on était 6 sur la scène. »

Clémence ose aussi parler de son histoire d'amour. « Ça fait 40 ans que je suis avec la même femme. C'est pour ça que j'ai écrit la chanson Les deux vieilles. Ça m'a pris du temps à avouer que j'aimais les femmes, mais je me suis rendu compte que je n'avais à cacher l'amour de ma vie. »

Tout au long de la soirée, c'est un dialogue avec le public qui s'installe. Parfois Clémence s'éloigne du sujet abordé et fait rire la salle avec ses anecdotes farfelues et parfois elle se met à chanter les textes qu'elle aime bien. À la fin du spectacle, des micros sont installés pour que le public pose des questions à Clémence.

50 ans de métier

En plus d'avoir participé à des dizaines de spectacles d'humour, de théâtre, de mise en scène, Clémence Desrochers reçoit en 2001 la médaille de Chevalier de l'Ordre National du Québec. Après avoir fait ses adieux à la scène en 2008, elle reçoit le Prix de la Gouverneure Générale pour les arts de la scène de la réalisation artistique en 2009.

La prochaine présentation du spectacle Clémence: 50 ans de métier ça se raconte va avoir lieu le 9 avril prochain à 20h à l'Anglicane à Lévis. Pour plus de renseignements, rendez-vous sur le site officiel.

2 aout 2010 

Clémence Desrochers a fait ses adieux à la scène en 2008, mais elle remonte sur scène dans 50 ans de métier ça s'raconte, une entrevue-spectacle qui fera le tour du Québec dès l'automne. Elle s'arrête d'abord aux Correspondances d'Eastman le 5 août, pour l'ouverture de l'événement.  

On la verra aussi dans le film d'ouverture du festival des Films du monde de Montréal, Route 132, de Louis Bélanger. 
 
Durant le spectacle, Clémence Desrochers pose des questions aux femmes de son âge. Elle leur demande comment elles vivent leur ménopause, si elles ont aimé être éduquées par les religieuses, etc. 
 
Elle sera ensuite en tournée au Québec à l'automne et l'hiver 2011 avec ce spectacle.

Triomphe en vue pour Clémence Desrochers à Québec
par Rédaction Êtrele 13 avril 2011

Devant le succès que rencontre le succès de son spectacle du 29 avril 2011, au Théâtre Petit Champlain, une supplémentaire a été prévu pour le 5 novembre. Cette « rencontre-spectacle » permet à l’artiste d’échanger avec le public et lui livrer de nombreuses anecdotes survenues en 50 ans de carrière.

Un retour en enfance avec Clémence Desrochers

Dix-huit dessins de Clémence Desrochers, dont celui illustré ci-dessus, seront exposés à la Galerie d’art Courtemanche.

Publié le 8 Mai 2012: Pierre-Olivier Girard

Après avoir présenté ses œuvres à
différents endroits au Québec, l’artiste
Clémence Desrochers a décidé de faire plaisir aux gens de sa communauté.
Elle présentera une toute nouvelle
exposition intitulée «Les plaisirs et les peurs de l’enfance», du 12 mai au 9 juin, à la Galerie d’art Courtemanche.
 
Sujets :
Les Impatien


Les visiteurs auront la chance de voir dix-huit nouveaux dessins originaux que Mme Desrochers a réalisés, selon ses élans d’inspiration, au cours de la dernière année. «Le départ de la vie, c’est l’enfance, a d’abord lancé la principale intéressée pour expliquer le choix de ce thème. En grandissant, on reste pris avec celle-ci tout le reste de notre vie, qu’elle soit heureuse ou malheureuse. J’ai décidé de m’inspirer de cette période pour réaliser mes dessins, en me basant sur mon enfance personnelle et l’enfance en générale.»

Tout en voulant garder la surprise, Clémence Desrochers a confirmé que ses dessins témoignent de souvenirs bien précis que peuvent vivre des enfants. «Pour le plaisir, on peut s’imaginer des jeunes qui patinent sur un lac, d’autres qui s’amusent à cueillir des framboises ou qui s’arrêtent pour lire une histoire par exemple. Pour le côté de la peur, il y a les araignées qui donnent souvent des frissons dans le dos aux plus petits. C’est ce genre de moments que j’ai décidé de dessiner. Je me suis également inspirée de photos d’enfants qui m’ont été données par des amis, des moments fixés par une caméra.»

Même s’ils ont eu la chance de s’associer dans le passé pour mener quelques projets, c’est la première fois que la Galerie d’art Courtemanche et Mme Desrochers organisent un évènement d’une telle envergure. «Je suis vraiment contente de leur offrir mes dessins, car je trouve que les propriétaires Marcel et Anick sont vraiment sympathiques et passionnés. Pour moi, ça été un plaisir de les approcher pour ce projet, mais j’ai vraiment eu le trac lorsqu’il a fallu que je leur montre mes œuvres. Une chance que ça leur a plu!»

Des livrets seront en vente à la galerie tout au long de cette exposition.
Tous les profits seront versés à la fondation Les Impatients, une cause que soutient Clémence depuis vingt ans.

Plus d’informations au 819 843-2834.


le 23 novembre 2011

Clémence DesRochers remet 72 carnets personnels à la BAnQ


L'oeuvre de Clémence DesRochers passe à la postérité. Le jour de son 77e anniversaire, l'artiste a assisté mercredi à une cérémonie soulignant le lancement d'un fonds d'archives regroupant 72 «cahiers d'écriture», qui comprennent notamment des idées de poèmes, des réflexions et des croquis.

Les carnets ont été remis en février dernier à Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), qui a annoncé mercredi la mise en ligne du fonds d'archives Clémence DesRochers, en présence de l'artiste, de sa conjointe et de quelques personnalités du monde littéraire.

L'humoriste, qui s'est prise la tête entre ses mains en voyant projetés à l'écran certains de ses croquis «faits vite vite», n'a «absolument pas» ressenti le besoin de relire les carnets avant de les confier à BAnQ.

Sa conjointe Louise Collette, qui partage sa vie depuis plus de 40 ans, a affirmé que rien n'a été censuré, mais que deux carnets ont été temporairement mis de côté puisqu'ils contiennent des remarques sur des personnalités qui sont encore dans le paysage culturel québécois. BAnQ les rendra publics dans 15 ans, a-t-elle précisé.

Clémence DesRochers joint les rangs d'autres auteurs comiques, dont Yvon Deschamps et Claude Meunier. Ces fonds sont conservés par BAnQ, tout comme celui du père de Clémence, le poète Alfred DesRochers, qui «aurait été très fier», a dit l'artiste.

Le président de BAnQ, Guy Berthiaume, a profité de l'occasion pour encourager les humoristes à confier leurs documents d'archives à l'institution.

«Je trouve que les humoristes ne sont pas présents dans nos archives à la hauteur de l'importance qu'ils ont dans la société, a-t-il plaidé. Ils sont de grands définisseurs de ce que nous sommes, et ce serait dommage, pour les chercheurs, qu'on n'ait pas de traces de ces textes-là.»

M. Berthiaume courtise activement plusieurs d'entre eux, dont le groupe comique Les Cyniques et l'humoriste Daniel Lemire. Ce dernier participera mardi prochain à Montréal à l'activité «La bibliothèque de... Daniel Lemire», où il parlera de ses bouquins préférés et de la place de la lecture dans sa vie. L'événement aura lieu à la Grande Bibliothèque.

Clémence DesRochers : la fille du poète

Publié le 29/08/2013
Notre Clémence nationale a vécu toute sa vie au milieu des livres : ceux de son père, Alfred DesRochers, monstre sacré de la poésie d’ici, dont elle revendique l’influence; mais aussi ceux qu’elle a appris par cœur chez les sœurs, ceux qu’elle a choisis et aimés, ceux de ses amis écrivains qu’elle adore et admire.

10 spectacles de qualité dont Clémence Desrochers

Publié par INFOSuroit.com le 26 août 2013

Clémence Desrochers, François Dompierre, Claire Pelletier, l’Orchestre symphonique de la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent et Isabelle Boulay sont quelques-unes des têtes d’affiche de la saison 2013-2014 des Promotions du Grand Châteauguay. C’est du moins ce qui a été annoncé ce soir (26 août) à la Maison LePailleur en compagnie d’un nombre impressionnant de personnes. C’est une programmation diversifiée et de haut calibre qui sera offerte à la population pour la troisième année d’existence de l’entreprise.


Octobre 2014

À 80 ans et après 50 ans de carrière et un dixième show, Clémence Desrochers est remontée sur scène, vendredi, au Théâtre Outremont de Montréal, pour présenter son «dixième» dernier spectacle en compagnie de Marie-Michèle Desrosiers.

C’est dans un tonnerre d’applaudissements qu’elle est entrée sur scène avec une énergie que très peu de personnes de cet âge pourraient se vanter d’avoir. Faisant des blagues sur son âge, taquinant ceux qui assistaient à l’un de ses spectacles pour la première fois et mentionnant que «cette fois c’est vraiment mon dernier spectacle, c’est quand même fatigant faire de la scène», son entrée en matière a littéralement chauffé la salle à elle toute seule.

Après que Clémence eut présenté ses musiciens, Blanche Baillargeon, Jean René et Steve Normandin, Marie Michèle Desrosiers est montée sur scène pour interpréter avec Clémence, la chanson Le doux vent d’été.

«J’ai choisi Marie Michèle parce que c’est une bonne amie que j’aime énormément et que j’admire beaucoup pour son talent et sa grande beauté», a-t-elle souligné au moment de présenter la chanteuse.

Elle a par la suite enchaîné avec une chanson tirée d’un poème de son père, Alfred Desrochers, intitulé La chaloupe Verchères. Toujours entrecoupé de plusieurs blagues et de nombreuses autres interventions, le spectacle s’est poursuivi avec le monologue en 12 pieds écrit par Clémence, Un sujet délicat.

D’une durée de 90 minutes sans entracte, le spectacle de Clémence Desrochers, avec la complicité de Marie Michèle Desrosiers, est un moment rempli d’humour, de moments tendres et d’histoire plus farfelues les unes que les autres.

Interagissant à de nombreuses reprises avec son public, elle semble insister pour que ces derniers fassent partie intégrante du spectacle ce qui ne semble pas déplaire à l’audience.

Clémence Desrochers entamera une tournée partout à travers la province. Malgré ce qu’elle peut dire, on pourrait croire que Clémence Desrochers en est encore à ses jeunes années tant son énergie est contagieuse. Pour tous les détails sur les dates de tournée, rendez-vous au clemencedesrochers.ca.


Site officiel de Clémence
http://www.clemencedesrochers.ca/

Galerie de photos

Pour d'autres anniversaires de vos vedettes du mois de novembre

Retour Index
Vedettes  // Accueil
 

Vous voulez envoyer cette page à un ami(e)?
cliquez sur le logo:




Hit-Parade
annuaire