CHARLES BIDDLE THE JAZZ MAN
 4 février 2003
 (1926-2003)


   «Monsieur Jazz Montréal» n’est plus. Le célèbre jazzman montréalais Charles Biddle — Charlie pour les
  intimes — s’est éteint  à 17h45 dans sa résidence de la Petite-Bourgogne entouré de sa famille. Depuis
 plusieurs années, le complice musical d’Oscar Peterson et de Charlie Parker, âgé de 76 ans, luttait contre
                                                        un cancer.
Charles Biddle est né en 1926 à Philadelphie (Pennsylvanie), où il vécut jusqu’à l’âge de 16 ans. Très tôt, il
 joue du piano, mais ses doigts trops larges pour le clavier l’empêchent de poursuivre. C’est donc par défaut
  qu’il se met à la contrebasse. Après la mort de sa mère, il travaille dans des friperies pour subvenir aux
 besoins de sa famille puis part faire son service militaire dans les CPI de l’armée américaine. Son service
      terminé, Charles Biddle décide de poursuivre des études universitaires à la Faculté de musique de
                             l’Université Temple et à l’École de musique de Salacandro.

   Ce n’est qu’en 1948 que Charles Biddle émigre au Canada avec son groupe de musiciens, dégoûté par le
    racisme endémique aux États-Unis. Il s’établit dans les quartiers juifs de Montréal. Homme cultivé,
 curieux, ayant une formation de musicien classique, il se fait offrir très tôt, après son arrivée, une place
  au sein de l’orchestre symphonique de Sherbrooke que dirige à cette époque Sylvio Lacharité. Il occupera
 cette place pendant plusieurs années, et en même temps, il sera contrebasiste à la Société orchestrale de
                                     Montréal que dirige alors Joseph Berliosky.

 Sa carrière dans le jazz prend son envol au moment où il se fait offrir des contrats avec Bennie Goldson,
 Pepper Adams et Thad Jones. Il cohabite même avec le saxophoniste Charlie Parker dans son appartement
    de la rue Dorchester. Il se joint aussi à quelques figures mythiques du jazz dont Art Farmer, Jimmy
   Heath et Oscar Peterson. On le retrouve alors au début des années 50 au Top Hat, au Montmartre, à
  Chez Paris, au El Morocco et au Rock Head’s Paradise Café (lequel était localisé près de l’actuel Centre
                                                          Molson).

 En 1957, il épouse Constance Marchand, une québécoise, qui aujourd’hui encore, partage tous ses combats
       et avec laquelle il a eu quatre enfants. Charles Biddle et sa famille déménagent ensuite dans les
    Laurentides où il organise plusieurs concerts et ouvre le café Uncle Charlie’s. En 1979, il inaugure le
 Biddle’s Jazz Restaurant and Bar. Situé sur la rue Aylmer à Montréal, cet endroit est connu comme étant
         le centre d’attraction du jazz à Montréal.

     Par son engagement auprès des jeunes artistes, pour son combat contre le racisme, Charles Biddles,
  promoteur du jazz et mentor des jeunes artistes de toutes les communautés, est un homme que toute la
  société québécoise honore et respecte. Il a à sont crédit des centaines de concerts-bénéfices. Il a joué
pour Nelson Mandela et la Reine Élizabeth, et participe encore à plusieurs festivals de jazz internationaux.
   Pour Charles Biddle, le jazz, c’est un mode d’expression : «Le seul moment où je me sens véritablement
 libre, nous dit-il, c’est lorsque je joue».
Devenu citoyen canadien en 2000, ce Québécois d’adoption, qui a toujours salué l’accueil et la tolérance des
   gens de ce pays, n’a jamais dans sa carrière envisagé prendre sa retraite. «On ne se retire pas de la
 musique, disait-il. Dieu vous donne un don pour la musique, alors, tant que vous pouvez jouer, vous jouez.»

 Ce texte est tiré de la Table de concertation du Mois de l’Histoire des Noirs.
 
 


Le pionnier du jazz montréalais Charlie Biddle est devenu dimanche membre de l'Ordre du Canada. La distinction lui a été remise à sa résidence de Montréal, le musicien étant trop malade pour se déplacer.

Samedi, le musicien, âgé de 76 ans, avait reçu le prix Calixa Lavallée de la Société Saint-Jean-Baptiste. Ce prix, qui honore les grands de la musique au Québec, lui a été remis en présence du premier ministre, Bernard Landry.
.
Charlie Biddle (archive)
.Parti de Philadelphie en 1948, après avoir participé à la Deuxième Guerre mondiale dans une armée américaine ségrégationnée, Charlie Biddle avait choisi de s'établir au Canada. Il a fait de Montréal une ville de jazz et fut le premier à avoir organisé un festival de trois jours, qui a pavé la voie au Festival de jazz de Montréal.




 

RETOUR INDEX:

  Vedettes  //   Accueil
 

Vous voulez envoyer cette page à un ami(e)?
cliquez sur le logo:



annuaire
 
 

Hit-Parade