"L‘ÉTOILE DE CE MOIS‘‘
Claude Blanchard

‘‘Mort d'un gars de club"

(LE 19 MAI 1932 décédé le 20 août 2006)


Album photo
Biographie

Claude Blanchard s'éteint à l'âge de 74 ans
Claude Blanchard s'éteint

Le milieu artistique québécois est une nouvelle fois éprouvé: le comédien Claude Blanchard s'est éteint ce dimanche.
Il est décédé d'un infarctus à l'hôpital Notre-Dame au cours de dernières heures.
Claude Blanchard, qui a eu 74 ans le 19 mai dernier, était sorti de l'hôpital il y a plus d'une semaine.
Souffrant d'un cancer aux poumons, les médecins n'avaient pu l'opérer parce qu'il avait fait un infarctus durant l'opération.
Claude Blanchard a été comédien durant de longues années à la télévision et au cinéma.
 

Il avait le visage le plus typé de la profession. Une bouille mémorable qui faisait de lui un personnage en soi. Des traits profonds, aussi burlesques que dramatiques,
 dans lesquels on devinait l'étendue d'une carrière rare: les longues nuits de l'époque des cabarets, les milliers de spectacles sous les projecteurs, les hauts et les bas, les rires et les larmes.
 Le comédien et chanteur Claude Blanchard s'est éteint, hier, des suites d'un infarctus.
Il avait 74 ans.

Claude Blanchard: «Un comique n’est pas autre chose qu’un tragédien vu de dos.»

M. Blanchard avait subi un premier infarctus le 4 août, sur la table d'opération où on devait lui enlever un poumon. Ancien fumeur invétéré, il était atteint du cancer.
 L'ablation n'avait pas eu lieu, et M. Blanchard était resté plusieurs jours aux soins intensifs, attendant une amélioration de son état de santé.
 Il était finalement rentré récupérer chez lui au milieu de la semaine dernière. C'est là qu'il a subi un deuxième infarctus, hier. Fatal celui-là.


Clin d'oeil du destin, son décès survient quelque 48 heures après celui de Fernand Gignac, disparu vendredi. Clin d'oeil, car tout en ayant mené des carrières fort différentes,
l'un comme l'autre présentaient des parcours similaires sur plusieurs points. La longévité exceptionnelle, la polyvalence, les modes d'expression. Mais, surtout, cette particularité
d'être «nés» sur les planches des cabarets du Montréal des années 40 et 50. Plus qu'aucun autre, Claude Blanchard était l'incarnation même de cette époque et de cet art,
qu'il a contribué à revitaliser dans les dernières années. «Je suis avant tout un gars de club», disait-il encore, après avoir touché à tout.

Comique redoutable, grivois sans vulgarité, celui interprétait depuis 10 ans le père de Virginie dans le téléroman du même nom a fait ses premières armes sur scène à l'âge de 14 ans, aux côtés de sa soeur.
 C'est le temps où Olivier Guimond, Jean Grimaldi et La Poune dérident le public québécois.


Blanchard danse, chante et raconte des blagues avec cette voix particulière, grave et filtrée. Il commence alors un partenariat qui durera plus de 35 ans avec Léo Rivest, son comparse qui agissait comme straightman dans les sketches.

Le Bacardi est l'autre acolyte habituel de Blanchard. Pour lui, les soirées se terminent toujours autour d'une multitude de verres de rhum : il cessera de boire et de fumer après l'apparition de premiers problèmes cardiaques importants au début des années 90. À la blague, Claude Blanchard affirmait en 2003 qu'il était «cousu et recousu de partout», tant sa santé lui a causé des ennuis au fil de ses 60 ans de carrière.

Réactions

En plus du maire de Montréal et de la ministre de la Culture et des communications, plusieurs membres de la communauté artistique québécoise ont d'ailleurs réagi à son décès, hier.
 Le Conseil d'administration de l'Union des artistes (UDA) a diffusé un communiqué dans lequel elle le décrit comme un «travailleur acharné» qui a «marqué toutes les scènes et les plateaux qu'il a foulés depuis 1946».
 «Tout a réussi à cet artiste talentueux, aimé et apprécié de ses collègues et populaire auprès de la population québécoise», écrit l'UDA.

En entrevue à Radio-Canada, l'auteure Fabienne Larouche a parlé d'un grand héritage laissé par un «bloc» du paysage culturel québécois. Elle a souligné sa puissance, son énergie,
son humour, son sens de la repartie, unique selon elle. «C'était un homme très inspirant, créatif, inventif.» Pour Dominique Michel, interrogée par LCN,
 Claude Blanchard était d'abord et avant tout «un bon gars, un joueur de tours, un homme heureux dans la vie».
«Il était très content de son succès des dernières années.» Plusieurs autres collègues ont fait l'éloge du comédien, dont on soulignait chaque fois la bonne humeur et la tendresse.

Claude Blanchard laisse dans le deuil sa compagne des 30 dernières années, deux enfants dans la trentaine et deux petites-filles.

Pour la deuxième fois en moins de cinq jours, le monde du spectacle est en deuil au Québec. Après Fernand Gignac vendredi dernier, c'est au tour de Claude Blanchard de rendre l'âme.
 


Son complice sur scène le pleure

Le pianiste trifluvien André Labonté est très attristé par la mort de Claude Blanchard.

Depuis plusieurs années, il était son chef d'orchestre, son ami et son confident.

L'annonce de sa mort, dimanche matin, a surpris M. Labonté, même si l'état de santé de l'artiste était très précaire.

André Labonté devait d'ailleurs bientôt travailler sur une grande tournée d'adieu, un projet que chérissait Claude Blanchard.

Quelques heures avant son infarctus fatal samedi, Claude Blanchard s'était même arrêté chez André Labonté.

Le pianiste s'était lié professionnellement, il y a 32 ans, dans un cabaret du Cap-de-la-Madeleine.
«Entre nous, ça l'a rapidement cliqué», affirme M. Labonté.

Ses obsèques auront lieu le 1er septembre et le public est invité.


 

Biographie
Album photos de Claude Blanchard

‘‘ ANNIVERSAIRES DE NAISSANCE POUR MAI"
de vos vedettes favorites, sportifs(ves) et politiques:

 pour accéder à la page des photos



 
 
 
 
 

RETOUR INDEX:

  Vedettes  //  Accueil
 


 
 

Vous voulez envoyer cette page à un ami(e)?
cliquez sur le logo:



 
 
 

annuaire
 
 
 
 
 

Hit-Parade