(mise à jour le 4 janvier 2015)
 
 

"L‘ÉTOILE DE CE MOIS‘‘

‘‘MICHEL SARDOU"
(LE 26 JANVIER 1947)
 Michel, le chouchou ! 
Michel Sardou a été élu deuxième personnalité préférée des français en janvier 2004.


Album Photos
page 1  //  page2
SES CITATIONS
« Toutes les femmes sont belles Et méchantes et cruelles Mais elles nous font si bien l'amour 
Que Dieu leur pardonne D'avoir brisé des hommes »
[ Michel Sardou ] - Paroles de la chanson Dans la même année
« Quand on est dix ou douze, Que les verres s’entrechoquent, On ne voit plus les problèmes. »
[ Michel Sardou ] - Paroles de la chanson La java de Broadway
« Etre artiste ne veut pas dire être un imbécile. »
[ Michel Sardou ] - Extrait d’une émission sur La 5è - Janvier 1988
« Ce qu’on fait sur scène est intransmissible. Les chanteurs n’ont pas d’héritiers. »
[ Michel Sardou ]

"BIOGRAPHIE"
est ou s'est marié(e) avec: Babette
Anne-Marie 11/10/1999(journaliste)
Michel Sardou a été marié trois fois : 

avec Françoise Pettré, danseuse. Ils se marient en 1965, ils divorcent en 1977. Ensemble, ils auront deux filles : Sandrine (née en 1970) et Cynthia (née en 1973). 
avec Elizabeth Haas, dite Babette. Ils se marient en 1977, divorcent en 1998. De leur union naîtront deux fils : Romain, écrivain (né en 1974) et Davy, comédien (né en 1978). 
avec Anne-Marie Périer, fille de l'acteur François Périer, sœur du photographe Jean-Marie Périer et ancienne rédactrice en chef du magazine Elle. Ils se marient en 1999, à Neuilly-sur-Seine. 

Son père Fernand Sardou (né en 1910) est un homme de théâtre, de music-hall et de cinéma reconnu. Il épouse en 45 une jeune danseuse devenue comédienne, Jacky. Le 26 janvier 47 naît leur enfant, Michel, à Paris. En partie élevé par dans un petit village de la Meuse, Koeur-la-Petite, par une nounou également garde-barrière, Michel a aussi l'occasion de hanter les couloirs des music-halls parisiens et de suivre ses parents en tournée. Il vit la vie des enfants de la balle. 

Devenu pensionnaire d'un internat au Montcel à Jouy-en-Josas, près de Paris, dans les années 50, Michel Sardou subit les études plus qu'il ne les suit. Elles lui paraissent douloureuses et difficiles. En septembre 63, il "fait le mur" du collège et annonce à ses parents qu'il veut interrompre sa scolarité et partir au Brésil. En fait, il devient serveur-artiste dans le cabaret "Chez Fernand Sardou" que son père a ouvert en 1960. 

Michel Sardou se marie avec une danseuse, Françoise Pettre en 1965. Ils s'installent dans une chambre de bonne. Michel commence à prendre des cours de théâtre et rencontre Michel Fugain avec qui il écrit quelques-unes de ses premières chansons. Le soir, il chante dans divers cabarets. Il passe ensuite une audition chez Barclay et décroche un contrat. Il enregistre donc un premier 45 tours à la fin de l'année, "le Madras". 

En 1966, il fait la connaissance de Jacques Revaux qui deviendra le compositeur de ses plus grands succès et de la majorité de son répertoire. De plus, il est engagé comme lever de rideau de François Deguelt à Bobino. Ayant "oublié" de répondre au recensement du Ministère des Armées, il est arrêté dans l'enceinte même de la salle. En définitive, il effectue dix-huit mois de service militaire. 

"Les Ricains" est son quatrième 45 tours qu'il sort en 1967 au moment où le Général de Gaulle condamne l'intervention américaine au Vietnam. Sardou choisit dans cette chanson de rendre hommage aux appelés américains de la seconde Guerre mondiale. Du coup, "Les Ricains" est interdit de diffusion à la radio française. Cela lui assure une certaine notoriété et jette les bases de son style. Mais la maison de disques Barclay ne comprend pas les choses comme cela et résilie son contrat en 1969, sous prétexte "qu'il n'est pas fait pour ce métier". Grave erreur.

Jacques Revaux et Régis Talar crée le label Tréma qui produit désormais les disques de Michel Sardou. 

L'année 70 représente un tournant dans sa vie : naissance de son premier enfant, Sandrine, et rencontre avec Vline Buggy, parolière de Hugues Aufray et de Claude François. "Les Bals populaires", "Et mourir de plaisir" et "J'habite en France", vont produire l'étincelle qui va lui permettre d'accéder enfin au succès. En pleine période "post soixante-huitarde", il véhicule une image rassurante de France traditionnelle, de vrai chanteur populaire.

Les  années qui suivront sont riches en succès déterminants pour sa carrière. "La Maladie d'amour"  qui, sortie le 3 juillet 73, reste 10 semaines n°1 de certains hit-parades français, mais aussi "Bonsoir Clara" ou "le Rire du Sergent" (plus d'un million d'exemplaires vendus). Ses chansons racontent des tranches de vie où l'on peut sentir les convictions profondes de l'artiste, ce qui l'expose particulièrement à la critique. Il provoque la polémique au point de susciter la création de groupes "anti-Sardou". Les chansons "les Villes de solitude" et "les Vieux mariés" par exemple, font vivement réagir les féministes.

Malgré toute cette agitation autour de lui, il effectue une tournée en France durant cette année-là. Survient aussi la naissance de sa seconde fille 
Cynthia en décembre 73. 

Présent en permanence au sommet des hit-parades depuis environ trois ans, Michel Sardou ne cesse de se produire en public : Olympia en janvier 74 et décembre 75, tournées en France et au Canada. Cela ne l'empêche pas de sortir des disques dont le célèbre "Le France", chanson qui évoque la splendeur passée du paquebot de luxe et son abandon dans le port de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique).  

En 1976, Fernand Sardou, son père, meurt d'une crise cardiaque. Une époque s'achève.

En octobre 77, il épouse en secondes noces Babette dont il a déjà eu un fils, Romain, en janvier 74. 

Après ces années qui professionnellement ont été éprouvantes, l'artiste procède à un incontestable retour sur lui-même : retour sur son enfance avec "En chantant", évocation de son père avec la reprise du succès "Aujourd'hui peut-être" ou remémoration de sa rupture avec ses parents avec
"Je vole". En 78, c'est aussi la naissance de son autre fils Davy en juin, ainsi que la rencontre
avec Didier Barbelivien qui devient l'un de ses paroliers réguliers.

Au début des années 80, on constate que le chanteur prend un peu de recul et "s'assagit". En 1981, paraît la chanson "Les Lacs du Connemara", invitation au voyage en terre d'Irlande ou "Afrique adieu" en 82. Mais en 1983, il expose à nouveau ses convictions personnelles avec "Vladimir Ilitch", réquisitoire contre le régime communiste, ou en 84, "La Débandade" écrite avec Pierre Delanoë et "Les deux écoles", prise de position radicale pour l'école privée, qui provoque à nouveau une vive polémique. Toujours aussi populaire, cependant, il continue de se produire sur scène lors de tournées et de passages répétés au Palais des Congrès à Paris en 83 et 85. Il trouve quand même le temps de jouer dans un film "L'été de nos quinze ans" de Marcel Jullian sorti en 83, renouant ainsi avec la tradition familiale. Ou de courir le rallye "Paris Dakar" deux fois de suite en 84 et 85. 

Rarement un chanteur français aura cristallisé autant de polémiques, de réactions hostiles et de querelles que Michel Sardou. 

La portée de ses chansons a, tout au long de sa carrière, largement dépassé le simple cadre artistique : elle a une évidente dimension sociologique, voire politique. 

Il n'est en effet pas commun qu'un chanteur de variété suscite des réactions jusqu’aux plus hauts niveaux de l’État, comme Sardou a pu le faire, depuis Les Ricains en 1967, interdite par le général de Gaulle, jusqu’au Bac G, en 1992, qui lui valut de se faire qualifier de « saltimbanque » par le ministre de l’Éducation nationale de l’époque, Lionel Jospin. 

Mais les polémiques autour du chanteur avaient atteint leur paroxysme dans les années 1970. 

Aussi bien capable de parler au nom d’un curé (Le Curé), du père d’un enfant assassiné (Je suis pour), d’un bateau (Le France), de Danton (Danton), d'un otage (Le Prix d'un homme), d’une vieille femme (Victoria), d’un adolescent homosexuel (Le Privilège) ou d'un soldat qui se moque de son sergent homosexuel (Le Rire du Sergent), Sardou se met à la place de différents personnages dont il exprime le point de vue, en conservant le « je » comme mode d’expression privilégié. Il brouille ainsi les pistes et les repères, et de son répertoire se dégage une grande quantité d'ambiguïtés et de contradictions. Les polémiques que Sardou a provoquées ne seraient donc que le résultat d'une mauvaise interprétation de ses intentions réelles. Il dira ainsi, en 1989, à propos du Temps des Colonies : 

« Le ciel m'est tombé sur la tête. Je croyais camper un de ces personnages de bistrot qui racontent toute leur vie la bataille d'Indochine. J'ai en partie échoué. Certains journalistes ont compris l'opposé : je sublimais les années coloniales ! J'incitais à la haine raciale ! J'aime chanter à la première personne. J'entre ainsi dans un rôle comme le ferait un comédien. L'engagement est joué. La scène n'est pas un lieu où je me confesse. Le malentendu vient toujours de ceux qui n'écoutent pas. On leur dit : «Sardou chante les colonies, c'est honteux !» Alors c'est un scandale !  » 

Finalement, après quarante ans de carrière et trois cents chansons, il est très difficile de distinguer une quelconque cohérence idéologique dans le corpus des textes de Sardou.  

En 1990, il reçoit la Victoire de la Musique attribuée pour le plus grand nombre de spectateurs venus le voir sur scène et l'année d'après celle du meilleur chanteur.  

Nouvelle famille, nouvel album
Après 22 ans de mariage avec Babette, Sardou se sépare d'elle et divorce durant l'été 99. Retrouvée lors des obsèques de Jackie, la journaliste Anne-Marie Périer, fille du comédien François Périer et soeur de Jean-Marie, célèbre photographe des années yéyé, devient sa nouvelle compagne. Ils se marient le 11 octobre 1999 à Neuilly-sur-Seine au milieu d'une pléiade de stars et de personnalités dont le Président Jacques Chirac.

Un an plus tard, Michel Sardou sort un nouvel album au titre à la fois simple et porteur de controverse dans le contexte socio-politique français (immigration et extrême-droite). Cependant, le chanteur affirme ne plus avoir envie de provoquer mais simplement, de dire combien il aime son pays et ses concitoyens. Très vite, son album se place en tête des meilleures ventes du moment. Sa popularité est sans cesse renforcée.

De caractère ombrageux, Michel Sardou est devenu à cinquante ans un artiste consensuel, apprécié par un public très nombreux et fidèle.

 Dernières nouvelles:
Côté chansons, Michel Sardou travaille à son prochain album. Un premier single devrait sortir
début 2004.

Une nouvelle tournée est programmée après le spectacle parisien à l'Olympia
Du 6 octobre au 7 novembre 2004 à l'Olympia
Michel Sardou reviendra dans son théâtre pour y jouer "L'emmerdeur", une pièce que Francis Veber retaille à ses mesures. Sardou y jouera le rôle que Lino Ventura interprétait à l'écran.

"La star de la variété française dénonce l'uniformisation
avant d'accuser le piratage."
Le Figaro : Mercredi 13 août 2003.
Le Figaro a choisi de donner la parole aux artistes sur les problèmes que traverse actuellement l'industrie mondiale du disque. Michel Sardou, l'un des interprètes français les plus populaires, inaugure cette série. Sa carrière a été couronnée de succès et certains de ces titres, comme Le Connemara ou La Maladie d'amour, sont devenus des hymnes. Aujourd'hui, Michel Sardou veut reprendre sa liberté. A sa maison de disque, Tréma, il a récemment soumis sa démission. Elle lui a été refusée pour des raisons contractuelles. L'affaire sera prochainement jugée aux prud'hommes. Mais l'artiste entend aller jusqu'au bout de sa démarche. En attendant, il a monté sa propre structure, baptisée Ocelot, pour travailler à son prochain album. Ce dernier devrait voir le jour avec un «single» début 2004 et une tournée est prévue en fin d'année. Michel Sardou se réserve le choix de la maison de disques avec laquelle il signera. Pour lui, le marché de la musique s'avère de plus en plus fermé d'autant que les médias tendent à imposer un formatage. Aussi la copie privée devient-elle un moyen de faire circuler la musique en dehors du système.

LE FIGARO. ? Comment interprétez-vous la baisse des ventes de disque ?

Michel SARDOU. ? Il faut d'abord souligner que la France fait partie des pays qui résistent le mieux au phénomène. Cela prouve qu'il y a encore une certaine vitalité de la chanson française. L'Allemagne, par exemple, ne produit et n'exporte plus d'artistes. Elle a été complètement balayée par la musique anglo-saxonne.

Mais, attention, les ventes françaises ne sont pas non plus exponentielles. L'édition musicale est globalement en baisse depuis 1999. Or, avant de s'en prendre au piratage, il faut se poser les bonnes questions. Quelle nouvelle star la France a-t-elle lancée depuis cette date ? Ne nous leurrons pas. Depuis Maurice Chevalier, la chanson tricolore ne peut faire émerger, à chaque génération, que cinq grands noms capables de dominer le marché.

La France peut difficilement en pousser plus. Et ce sera d'autant moins possible à l'avenir que la tendance est à l'uniformisation de la musique en fonction des recettes à succès. Cela s'appelle des «formats». Prenez le rap, par exemple. Il n'est pas dans notre culture, mais nous l'avons transposé tous azimuts. Aux États-Unis, le rap a engendré de grands artistes qui ont marqué leur temps. En France, il restera, au mieux, deux groupes suffisamment solides pour s'imposer. Les autres se sont noyés dans la masse sans pouvoir tirer le marché. Ils ont été des feux de paille, éteints aussi vite qu'ils ont été allumés. Or, le problème ne vient pas seulement de la production où, c'est certain, nul n'ose plus prendre le contre-pied. La diffusion, également, pousse à l'uniformisation. C'est de plus en plus difficile de se faire entendre.

Les médias, dont l'offre s'est pourtant multipliée et thématisée, n'offriraient donc pas le relais nécessaire à la pluralité musicale ?

Plus il y a de radios et plus elles doivent se différencier. Aussi sont-elles les championnes du formatage musical. Leur positionnement marketing s'est érigé en diktat et le monde de la chanson doit se morceler pour entrer dans des cases toutes faites. De cela, tous les artistes ne peuvent que souffrir. Les grands comme les petits, les jeunes comme les vieux. Mais le problème ne vient pas seulement de la radio. En France, il n'y a pas de presse musicale de référence, je veux dire de journaux populaires à grand tirage consacrés au spectacle comme le Variety américain. Cela nous manque. Car le formatage des radios, on le retrouve dans une presse musicale trop thématisée.

Du coup, on ne propose jamais de vision globale de la production musicale française. Cela revient à une absence généralisée de culture sur le sujet. Les programmateurs radio ne semblent pas avoir de mémoire et se servent de la musique comme si elle n'avait pas de passé. Et pas d'avenir, non plus. La programmation se fait à court terme, selon les effets de mode. Or, pour donner naissance à un artiste d'envergure, il faut du temps.

Qu'en est-il alors de la télévision dont vous avez beaucoup fréquenté les plateaux ?

La télévision ne fait plus le pont avec notre travail d'artiste. Les grandes émissions de variété ont disparu du petit écran. Avant, c'était les artistes qui faisaient l'émission. Tout a changé du jour où il y a eu les présentateurs : les artistes viennent vendre leur soupe devant un micro qu'on leur tend. La musique est passée au second plan. Les chanteurs sont là pour endosser un personnage médiatique supposé donner son avis sur tout. Le talk-show a remplacé le divertissement. Aujourd'hui, donc, une promo TV ne se fait vraiment qu'avec l'achat d'espace publicitaire. Il faut donc beaucoup de moyens pour y parvenir. Et c'est ce qui rend la TV particulièrement discriminante pour les artistes qui ont besoin de se faire connaître.

Alors à qui faut-il imputer cette stérilisation du marché ? 
Aux médias ou aux majors ?

J'ai vu le système se pourrir. Il n'y a pas d'accusé dans le box. Le contexte actuel fait que les majors n'ont plus le choix. Elles ont des comptes à rendre et subissent de lourdes pressions financières. Elles aussi sont prises en tenaille entre un désir de création, la demande du public et l'exigence de rentabilité qui s'impose à elles.
L'industrie musicale, et j'y inclus les artistes, traverse une période terrible. Nous sommes tous coincés dans un couloir et celui-ci semble se rétrécir. Les cases, les barrières, les chicanes se sont multipliées.

Alors, nul n'y échapperait ?

Non, au contraire, quand une chanson est bonne, elle se vend. C'est indéniable. Lancements marketing et média, ou pas. Le miracle est intact. Les bons titres s'imposent au public, comme le bouche-à-oreille fait le succès de certains films.
C'est comme s'il y avait un retour en force de la critique spontanée. Une autre façon, plus saine, de faire connaître son disque. Et là, le piratage Internet a du bon. Écouter une chanson et la faire passer à son entourage : cela a toujours fonctionné ainsi. Or, mieux vaut préserver ce mécanisme que le combattre. Car ces réseaux naturels permettent à la musique de vivre et de circuler hors du formatage actuel.

Le piratage est pourtant accusé de tous les maux de l'édition musicale...

Oui et à juste titre, lorsqu'il s'agit de «pompage» industriel en ligne. Là est le scandale. Tout le monde s'y est pris trop tard, mais des mesures lourdes s'imposent désormais pour éradiquer ces pratiques et ces sites. Et il ne s'agit pas d'y remédier en taxant les supports vierges ou les disques durs. Pourquoi serait-ce le public qui paierait encore une fois ? Le disque est déjà hors de prix et les taxes sur le spectacle alourdissent le coût des billets. Financer la consommation musicale de toute une famille devient très difficile à assumer pour beaucoup de gens.

Que pensez-vous, alors, du débat sur la TVA du disque ?

La baisse de la TVA s'impose, évidemment. Le disque devrait être un bien de consommation courante et non un produit de luxe. Cela dit, l'industrie du disque a peut-être tué la poule aux oeufs d'or. Il est vrai que le CD a perdu de son attractivité, ce qui justifie d'autant moins son prix. Dans ma carrière, j'ai hurlé dix fois contre les éditions aux rabais : quelques titres dans une pochette couleur.

Comment les artistes peuvent-ils remédier à cette situation ?

En fait, la crise du disque va nous obliger, tous, à nous montrer beaucoup plus créatifs que ces dernières années. Il faut trouver de nouveaux chemins, de nouveaux concepts. Pour mon prochain album, je rêve de quelque chose de différent dans lequel on pourrait intégrer toutes sortes d'éléments : des impros en studio, des textes inédits, des paroles de producteurs ou de musiciens, des interviews. Aujourd'hui, les clips sont soumis au même formatage que les titres en radio. Aussi ne disent-ils plus rien de ce que sont les artistes. En outre, les médias ne font plus partager notre façon de travailler au public. A nous, donc, de réinventer la manière d'exprimer tout cela.
(Propos recueillis par Sonia Devillers)
Site du Figaro : http://www.lefigaro.fr

Après 4 ans de mariage, Michel Sardou avoue: "Je suis fou d'Anne-Marie"
Pas de nuage à l'horizon. Dans la villa près de Porto-Vecchio, il n'y a place que pour l'amour et la sérénité. Le 11 octobre 2004, Michel Sardou et Anne-Marie Périer fêteront leurs quatre ans de mariage. Quatre années d'un bonheur auquel ils ne croyaient pas. Depuis, Anne-Marie a abandonné la direction de «Elle», et Michel avoue n'avoir jamais été si heureux. Fini le temps du Sardou misanthrope ! Il n'y a qu'un sujet qui fâche encore le chanteur : le refus de son éditeur de lui rendre sa liberté d'artiste. Ce qui n'empêche pas l'inspiration. «Professionnellement aussi, j'ai l'impression d'avoir trouvé une deuxième jeunesse», dit-il. Chanson, théâtre, télévision... en Corse, on cultive aussi les projets.


Discographie:
J'habite en France  1970  //  Danton  1972-1973
La maladie d'amour  1973  //  La vieille  1975
La java de Broadway  1977  //  Je vole  1978  //  Verdun  1979
Victoria  1980  //  Les lacs du Connemara 1981  //  Il était là  1982
Vladimir Ilitch  1983 //  Io Domenico  1984  //  Chanteur de Jazz  1985
Musulmanes  1986-1987  //  La même eau qui coule  1988
Le privilège  1990  //  Le bac G  1992
Selon que vous serez... 1994  //  Salut  1997 
Français  2000  //  Du Plaisir  2004
2010 Être une femme 2010 
Être une femme 2010 Et puis après Voler (en duo avec Céline Dion) Elle vit toute seule
2011 Confidences et retrouvailles - Live 2011
Live 2013 - Les Grands moments à l'Olympia
2012 : Les Grands moments
2014 : Michel Sardou : La Collection officielle

Acteur cinéma

1982 : L'Été de nos 15 ans de Marcel Jullian : Bernard.

1986 : Cross de Philippe Setbon : Thomas Crosky, dit Cross.

1990 : Promotion canapé de Didier Kaminka : Bernard.

Il apparaît comme figurant dans :
Le Chômeur de Clochemerle, en 1953, de Jean Boyer, aux côtés de sa mère Jackie Sardou et de FernandelQuatre jours à Paris, en 1954, d'André Berthomieu, avec sa mère, une fois encore, et Luis Mariano

Paris brûle-t-il ? de René Clément, en 1965

Téléfilms

1993 : L'Irlandaise de José Giovanni : Régis Cassani. Avec Jean-Michel Dupuis, Thérèse Liotard...

2003 : Le Prix de l'honneur de Gérard Marx : le colonel Christian Legoff. Avec notamment Alexandra Vandernoot...

Théâtre

1996 : Bagatelle(s) de Noël Coward, mise en scène Pierre Mondy, Théâtre de Paris, avec Natacha Amal, Philippe Khorsand, Frédéric Diefenthal

1999 : Comédie privée de Neil Simon, mise en scène Adrian Brine, Théâtre du Gymnase Marie Bell, avec Marie-Anne Chazel

2001-2002 : L'Homme en question de Félicien Marceau, mise en scène Jean-Luc Tardieu, Théâtre de la Porte Saint-Martin, tournée, avec Brigitte Fossey, Davy Sardou

2008-2009 : Secret de famille d'Eric Assous, mise en scène Jean-Luc Moreau, avec Davy Sardou, Laurent Spielvogel, Mathilde Penin, Elisa Servier et Rita Brantalou. La pièce sera jouée à Paris au Théâtre des Variétés, puis en tournée en province avec une distribution légèrement modifiée, (Chloé Berthier remplaçant Mathilde Penin).

Directeur de théâtre

En 2001 il achète le Théâtre de la Porte Saint-Martin, avec son producteur de spectacle Jean-Claude Camus. En 2005, il revend ses parts à son associé.


Récompenses
Précédé par Michel Sardou Suivi par 
Francis Cabrel Victoire de la musique de l'artiste interprète masculin 
1991 
Patrick Bruel 
Belle-Ile en Mer de Laurent Voulzy Victoire de la musique de la chanson de l'année 
Musulmanes - 1987 
Né quelque part de Maxime Le Forestier 
- Victoire de la musique pour avoir attiré le plus grand nombre de spectateurs au titre d'un même spectacle 
1990 - 12 000 spectateurs pour une trentaine de dates

 Chevalier de l'Ordre de la Légion d'honneur
2005 : Officier de l'Ordre de la Couronne
Commandeur du Croissant de la Grande Comore (décerné par la Grande Mosquée de Paris


Actualités:
2000:
 23 mai : Sortie du single Cette chanson là / L'avenir c'est toujours pour demain, écrit par Michel Sardou sur une musique de Michel Fugain. Le clip de Cette chanson-là est réalisé par Jean-Marie Périer, frère d'Anne-Marie et photographe vedette des sixties.
 27 mai : Emission télévisée "Tapis rouge à Roland Garros" sur France 2, présentée par Michel Drucker.
 10 septembre : Emission télévisée "Sept à huit" sur TF1. Michel Sardou est l'invité de la première de cette émission d'actualité présentée par Laurence Ferrari et Thomas Hugues.
 12 septembre : Sortie de l'album "Français", réalisé par Michel Fugain.
 23 septembre : Emission télévisée "Sardou 2001" sur TF1, Jean-Pierre Foucault consacre une soirée exceptionnelle à Michel Sardou, à l'occasion de la sortie de son nouvel album. 
 29 octobre : Michel Sardou est l'invité des 2 émissions du dimanche après-midi de France 2 ("Vivement dimanche" et "Vivement dimanche prochain"), présentées par Michel Drucker.

2001
 9 janvier : Emission télévisée "Fréquenstar" sur M6, présentée par Laurent Boyer.
 12 au 28 janvier : Spectacle à Bercy.
 Février-mai : Tournée en France, Suisse et Belgique.
 17 avril : Sortie du doble CD "Bercy 2001"
 9 mai : Sortie de la vidéo "Bercy 2001"
 Juin : Michel Sardou rachète le Théâtre de la Porte Saint-Martin, 16 boulevard Saint-Martin (Paris 10è). Il en devient le nouveau directeur. Cette célèbre salle privée de 1.000 places, située entre la Porte Saint-Martin et la place de la République et où fut créée en 1897 le "Cyrano de Bergerac" de Rostand, était dirigée par la famille Regnier depuis 1949. Max Regnier (directeur jusqu'en 1969) avait cédé sa place à Hélène et Bernard Regnier.

2002:
 Mars-juin : Avant la saison parisienne, Michel Sardou présente sa troisième pièce, "L'homme en question", au cours d'une tournée théâtrale passant par la France, la Suisse et la Belgique. Cette pièce de Félicien Marceau est mise en scène par Jean-Luc Tardieu. On retrouve dans la distribution le fils de Michel, Davy.
 15 mai : Pour la première fois en DVD, TF1 Vidéo publie dans un même coffret les concerts de 1983, 1985 et 1987.
 Septembre : Début des représentations de la pièce "L'homme en question" au Théâtre de la Porte Saint-Martin à Paris.
 7 octobre : Sortie d'une compilation de 2 CD "Intégrale Barclay" rassemblant les premiers titres de Michel Sardou (1965-1969).
 15 octobre : Le fils de Michel Sardou, Romain, publie son premier roman "Pardonnez nos offenses" chez XO Editions.
 7 novembre : Sortie chez TF1 Vidéo du coffret DVD volume 2 avec les concerts 1991, 1993 et 1995.

2003:
 Avril : Tournage du téléfilm "Le prix de l'honneur", coproduit par la société de Franco Dragone, Drago Films, et par TF1. Michel Sardou y joue le rôle d'un colonel dans une école militaire confronté à la mort suspecte d'une élève. Avec une autorisation ministérielle, les caméras tournent dans trois sites militaires belges (école d'Etterbeek, Marches-les-Dames, Tervuren). Autour de Michel Sardou et d'Alexandra Vandernoot, 300 figurants dont la plus grosse part est constituée d'élèves de l'Ecole royale militaire...
 3 novembre : Rééditions en DVD des vidéos Sardou en Clips et Selon que vous serez chez Trema.
 17 novembre : Sortie chez Trema de la compilation "MS", qui rassemble 39 chansons de Michel Sardou.
 24 novembre : Diffusion sur TF1 du téléfilm "Le Prix de l'honneur", avec Michel Sardou et Alexandra Vandernoot. Le téléfilm dope l'audience et bat tous les autres programmes avec 8,5 millions de téléspectateurs !

2004:
 10 janvier : Emission télévisée "Vos français de coeur" sur France 2, à l'occasion de la sortie du classement des cinquante personnalités les plus appréciées des français dans le Journal du Dimanche. Zinedine Zidane (26%) et Michel Sardou (25%) occupent les deux premières places du classement.
 30 janvier au 2 février : Concerts des Enfoirés (au profit de l'association des Restaurants du Coeur) à Toulouse les 30 janvier à 21h, 31 janvier à 21h, 1er février à 17h et 21h (2 concerts), et 2 février à 21h. L'album et le DVD Enfoirés dans l'espace, publiés le 6 mars 2004, comprennent l'intégrale de ce concert.
 3 mars : Sortie de l'album "Du plaisir" chez AZ (disques Universal Music). Il comprend notamment un duo avec Garou, La rivière de notre enfance.
 10 août : Sortie chez ULM de la compilation "Michel Sardou", collection Les talents du siècle, qui rassemble 16 chansons de Michel Sardou.
 Octobre - décembre : Tournée 2004-2005 en France, Suisse et Belgique ; elle démarre le 1er octobre à Toulon.
 5 octobre : Sortie en DVD de la pièce "L'homme en question" (avec Michel Sardou, Brigitte Fossey, Davy Sardou...), incluant un making-of de 20 mn.
 6 octobre : Première de la pièce "Copier / Coller" au Théâtre Michel à Paris, avec Davy Sardou.
 6 octobre au 13 novembre : Spectacle à l'Olympia.
 15 novembre : Le fils de Michel Sardou, Romain, publie son deuxième roman "L'éclat de Dieu" chez XO Editions. Romain Sardou entraîne le lecteur sur la route des croisades entre 1099 et 1499.
 15 novembre : Sortie chez Columbia du single La Rivière de notre enfance, le duo de Michel Sardou et Garou.
 22 novembre : Sortie de la compilation Anthologie chez Universal Music.

Année 2005:
 Janvier - avril : Suite de la tournée 2004-2005.
 3 au 20 février : Spectacle au Palais des Sports de Paris.
Février 2005 : Concerts au Palais des Sports de Paris
Le 6 octobre, il sera à la Salle Wilfrid Pelletier à Montréal.

Le 12 janvier :
Date envisagée pour le début de la prochaine tournée au Palais des Sports de Paris.
Une soirée avant-première est envisagée.
En décembre : Enregistrement studio d'un nouvel album  
Le 26 novembre :  Sardou sur le plateau de la Star Academy sur TF1.  
Le 18 novembre : Sardou par téléphone quelques minutes en direct.
 

Du 14 au 19 novembre : 
Michel Sardou sur Bel-RTL du lundi 14 au jeudi 17 novembre pour un entretien exclusif dans l’émission « Disques d’or » (14h30-16h).
Rediffusion de l’intégralité de l’interview le samedi 19 novembre entre 11h00 et 12h00.
 
Le 17 novembre : 
Michel Sardou sera sur RTL entre 9h et 9h15 avec Marc-Olivier Fogiel dans son entretien quotidien : « On ne pouvait pas le rater ».
 
Le 16 novembre : 
[AFP 19h33] Michel Sardou, qui a été hospitalisé le week-end dernier pour de fortes fièvres et des douleurs rénales, a été victime d'"une espèce d'empoisonnement général" dû à une bactérie, explique le chanteur dans une interview qui sera diffusée jeudi matin sur RTL. 

"Ça va mieux. J'ai eu une espèce d'empoisonnement général qui vient d'une bactérie tout à fait normale, mais qui quelquefois, avec la fatigue, se place au mauvais endroit", déclare Michel Sardou. 

"On m'a mis sous perf' avec de très forts antibiotiques, ce qui a évité à l'empoisonnement de monter dans les reins, autrement je ne serais pas là en train de vous parler", poursuit-il. 

Le chanteur a estimé que "cette fatigue est due à une longue tournée". "J'ai 58 ans, je n'en ai plus 32, et faire près de 13 mois de tournée... Je joue dans les seniors maintenant!", plaisante-t-il. 

Il "n'a pas eu peur" et ne va "rien changer" à son mode de vie, sauf "peut-être lever le pied sur la cigarette". 

Michel Sardou a reçu de nombreux témoignages de sympathie, notamment du ministre de l'Intérieur. "Le téléphone n'arrête pas de sonner. Le premier à m'appeler a été Nicolas Sarkozy. Il a quand même autre chose à faire en ce moment! Je lui ai dit +je suis dans la merde, mais je crois que tu y es encore plus que moi+. Il me l'a confirmé!", déclare le chanteur. 

"Le président Chirac aussi m'a appelé, il m'a souhaité un prompt rétablissement", ajoute-t-il. 

Le chanteur, qui a "déjà commencé" son prochain album, va prendre "une semaine de repos" et recommencer "à enregistrer dans une semaine", mais il n'ira "pas à la +Star Academy+" sur TF1. 

Interrogé sur sa carrière, il affirme qu'à 60 ans, ce sera "terminé". 

Michel Sardou avait été admis dans la nuit de samedi à dimanche à l'hôpital américain de Neuilly-sur-Seine. La parution de son dernier album, "Du plaisir", au printemps 2004 avait été suivie d'une grande tournée qui, outre la France, était passée début 2005 par la Belgique, la Suisse, le Luxembourg et le Québec
 
[AFP 19h53 - complément] S'il assure ne pas avoir eu peur, Sardou observe que ce qui l'"aurait emmerdé, c'est que d'un seul coup, on fasse comme pour (son) père: plus le droit de boire, de bouffer, de fumer", soulignant qu'il ne va "rien changer", mais "peut-être lever le pied sur la cigarette". 

"J'ai les artères plus vieilles que moi, il va falloir faire attention!", ironise-t-il. 

Le chanteur confie encore ne pas aimer voir "un homme perdre ses moyens, être à la charge de quelqu'un, devenir un poids". Il préférerait "avoir un copain qui, si possible, 'débranche' au moment où ça devient difficile". 

Emu des nombreux témoignages de soutien qu'il a reçus -dont ceux de Nicolas Sarkozy et de Jacques Chirac-, Sardou raconte avoir répondu au ministre de l'Intérieur: "Je suis dans la merde, mais je crois que tu l'es plus que moi". M. Sarkozy a aquiescé, selon Sardou. 

Sur ses activités, le chanteur indique pendre une semaine de congés, et retourner en studio où il enregistre son procahin album. "Ce que je ne peux pas faire, ce sont les efforts prolongés", dit-il. "Je n'irai donc pas à la 'Star Academy'". 

Interrogé par ailleurs sur les violences urbaines, Michel Sardou estime que "la majorité des gens qui habitent ces quartiers ne sont pas des voyous mais des gens comme vous et moi qui cherchent à bosser, qui ont des problèmes, et qui n'ont pas besoin qu'on leur brûle leur bagnole. Tout ce qui vient d'ailleurs est méchant, tout ce qui vient d'ailleurs est pourri, tout ce qui vient d'ailleurs est dangereux: non! Il ne faut pas faire d'amalgame". AP
 
Le 15 novembre :
Sortie d'une biographie aux Editions Rouchon (auteur : Arnold Fox).
 
Le 15 novembre : 
[AFP] Suite à une annonce de Michel Sardou sur son forum officiel, les télévisions prévues sont annulées et les maquettes du nouvel album repoussées. L'état de santé de Michel Sardou est satisfaisant selon ses médecins, mais le repos lui est pour l'instant imposé.
 
Le 14 novembre : 
[AFP 14h50] L'état de santé de Michel Sardou a été déclaré "satisfaisant" par ses médecins, et le chanteur "devrait sortir sous 48 heures" de l'hôpital américain de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) où il avait été admis dans la nuit de samedi à dimanche, a indiqué son service de presse, lundi dans un bref communiqué.Ce communiqué ne donne pas de précision sur la nature exacte du mal qui a nécessité l'hospitalisation de Michel Sardou, âgé de 58 ans. 

Il avait été admis dans la nuit de samedi à dimanche à l'hôpital américain de Neuilly-sur-Seine pour de "violentes fièvres" et des douleurs rénales, avait indiqué dimanche son entourage professionnel.
Le 13 novembre :
[AFP 12h30] Michel Sardou a été hospitalisé dans la nuit de samedi 12 à dimanche 13 novembre à l'hôpital américain de Neuilly-sur-Seine dans les Hauts-de-Seine, pour de "violentes fièvres" et des douleurs rénales, a indiqué dimanche son entourage professionnel. 
Le chanteur, qui est âgé de 58 ans, subit actuellement divers examens et on ignore encore la durée de son hospitalisation, a indiqué la même source. 
 
Le 12 novembre :
Participation de Sardou à l'émission Symphonic Show. Michel chante "L'aigle noir" et "Les lacs du Connemara" avec un orchestre symphonique.
 
Le 7 novembre :
Sortie d'une nouvelle compilation chez AZ. En format digipack, elle comprend un livret de 30 pages avec biographie et photos couleur d'époques diverses.

Le 4 novembre : (merci à Danielle pour cette info)
Le film Cross (sorti en 1987, avec Michel) est diffusé sur TPS (Chaîne Cinéculte, canal 25).
Vendredi 4 novembre à 20h20, Lundi 7 à 14h10, mercredi 9 à 20h20 et jeudi 10 à 22h35.
 
Le 29 octobre :
Concert à Marseille et fin de la tournée 2004-2005 qui aura duré 13 mois !
 
Le 23 octobre :
Michel Sardou présent sur la plateau de Vivement Dimanche pour l'émission consacrée à Mireille Darc.
 
Le 21 octobre : 
Michel interviewé en direct depuis sa loge du Forest National avant le concert, lors du Journal Télévisé de RTL TV (Belgique).
 
Le 17 octobre :
Sortie du double CD Live et du DVD (en édition limitée) du Palais de Sports, enregistrés les 18 et 19 février. Son Dolby Digital 5.1 et DTS.
En bonus sur le DVD : duo Sardou-Garou "La rivière de notre enfance" filmé à Marseille, et un reportage de 23 minutes.
 
Le 17 octobre : 
20 minutes d'interview de Michel Sardou sur France Bleue, par Christian Ledan 
 
Les 15-16 octobre :
Week-end Spécial Michel Sardou sur Radio Nostalgie, avec interviews inédites.
 
Le 5 septembre :
Sortie de la chanson "Un accident" en promo radio de la tournée 2004-2005. 
 
Le 26 août :
Rediffusion de l'émission "On ne peut pas plaire à tout le monde".
 
Le 16 août :
Ouverture du nouveau forum sur le site officiel Universal, avec la présence de Michel Sardou !
(http://www.michelsardou.net)

Le 7 juillet :
Diffusion de l'émission 'Sagas' sur TF1.

Le 6 juillet :
Rediffusion de la pièce de théâtre "L'homme en question".

Le 5 mai :
Sur France 5 à 16h45 le 5 mai, émission de 52 min intitulée "L'air du temps".
Portrait inédit de Michel Sardou.
 
Le 2 mai :
Sortie d'un DVD Master Series contenant tous les clips sauf "La rivière de notre enfance". Son Dolby Digital 5.1.
 
Le 4 avril :
Rediffusion du film "L'été de nos quinze ans" (1982) sur France3 à 15h.
 
Le 2 avril :
Soirée Sidaction sur France2 avec participation de Michel Sardou.
 
En mars :
Reprise de la tournée interrompue en février par un passage au Palais des Sports de Paris.
Sortie d'un single promo "Je n'oublie pas", diffusé en radio.
 
Le 12 mars :
Rediffusion de "Plus vite que la musique" déjà diffusé le 20 novembre 2004.
 
Le 4 mars :
Diffusion du concert des enfoires 2005 : "Le train des enfoires".
Sortie des CD et DVD du concert le lendemain.
Plusieurs apparitions de Michel Sardou, dont :
- Gabrielle (Sardou, Fiori, Palmade, Timsit)
- Medley respire (Sardou -Elsa)
 
Du 3 au 27 février :
Michel Sardou au Palais des Sports de Paris pour son premier passage dans cette salle. 
Suite à une bronchite, les concerts des 11-12-13 sont reportés au 24-25-26 février.
 
Les 18 et 19 février :
Enregistrement du concert en vue de la sortie du CD et DVD live à l'automne.
 
Le 19 février :
Sardou dans la soirée spéciale Julio Iglesias sur France 2. 
Duo Sardou-Garou "La rivière de notre enfance".
 
Le 7 février :
Sortie de 2 nouvelles compilations 2CD Universal sous le label "Master Series".
Ces compilations sont remasterisées, le son est excellent.
Chaque compilation contient le même livret avec une courte biographie de 2 pages.
 
 Lundi 28 novembre 2005

Michel Sardou a fait Star Ac et ne s'arrête pas dans 2 ans...

Le chanteur est apparu affaibli et faisant des commentaires maladroits sur la jupette d'Ely à la Star Academy.

Michel Sardou confiait pourtant avant l'émission qui a conduit à l'élimination d'Alexia face à Jérémy qui a recueilli 89% des votes du public : "Tout va bien (après son hospitalisation dans la nuit du 12 au 13 novembre, ndlr), sauf que ça a affolé un peu tout le monde. Je n'allais pas non plus faire comme Chirac au Val-de-Grâce, une conférence tous les matins pour donner le résultat de mes analyses..."

Et à propos de sa déclaration signifiant qu'il mettrait un terme à sa carrière d'ici ses 60 ans, c'est-à-dire dans deux ans : "C'est une plaisanterie. Je le dis tous les cinq ans. Je prépare même un double album pour la première fois de ma vie. ça coïncidera avec ma rentrée en 2007 à Paris et mes quarante ans de carrière."

Et sur le fait qu'il avait dit qu'il ne ferait pas la Star Ac qui sans doute en partie grâce à lui a fait ce samedi 7,4 millions de téléspectateurs pour 34,6% de part d'audience : "Ca dépendait en fait des analyses de lundi dernier. Si cette infection des reins et du foie subsistait, il fallait que je retourne à l'hosto. Lundi, les résultats étaient parfaits. Donc, j'y vais. En plus il y a aussi Paul Anka que j'aime beaucoup. ça fait longtemps que je ne l'ai pas vu. Pour dire la vérité, il faut également que j'y remplisse ma mission de promotion pour le live et le DVD."

Vendredi 18 novembre 2005

Michel Sardou a souffert d'une espèce d'empoisonnement général

Le chanteur vient de déclarer qu'il s'arrêtera d'ici deux ans après avoir souffert d'une infection qui l'a obligé à un séjour à l'hôpital.

Michel Sardou a été hospitalisé il y a une semaine et a expliqué sur RTL jeudi matin : "ça va mieux, déclare notamment le chanteur. J'ai eu une espèce d'empoisonnement général qui vient d'une bactérie tout à fait normale, mais qui, quelquefois, avec la fatigue, se place au mauvais endroit. On m'a mis sous perfusion avec de très forts antibiotiques, ce qui a évité à l'empoisonnement de monter dans les reins... " La fièvre est ainsi rapidement retombée.

Il pense qu'il a trop forcé et a plaisanté : "J'ai 58 ans, je n'en ai plus 32, et faire près de 13 mois de tournée... Je joue dans les seniors maintenant !". Il a ensuite affirmé qu'il s'arrêterait pour ses 60 ans et qu'il n'irait pas à la Star Academy cette année.

Année 2006: En mai :
Sortie d'un nouvel album.
Note du 07/11/2005 : les maquettes ont pris une semaine de retard (voir info du 16/11/05).
La sortie de l'album serait éventuellement repoussée. 
Sortie probable d'un single avant l'album 
 

Livres sur Michel Sardou 

Louis-Jean Calvet et Jean-Claude Savelli, Faut-il brûler Sardou ?, éditions Savelli, 1978. 
Charles Sudaka, Sardou, éditions Alain Mathieu, 1978. 
Philippe Dampenon, Michel Sardou : je vole… en chantant, éditions Gérard Cottreau, 1978. 
Jackie Sardou, d'après les notes de Fernand Sardou, Les Sardou de père en fils, éditions Julliard, 1981. 
Catherine et Michel Rouchon, Sardou, une légende en marche, éditions Verso, 1984.
Florence Michel, Michel Sardou, édition Seghers, 1985. 
Claude Klotz, Michel Sardou, éditions Albin Michel, 1985. 
Michel Sardou, La moitié du chemin : recueil de chansons, annotées par Michel Sardou, éditions Hachette, 1989. 
Catherine et Michel Rouchon, Michel Sardou, passionnément, éditions Rouchon, 1992. 
Thierry Séchan et Hugues Royer, Michel Sardou, éditions du Rocher, 1993 
Sylvie Maquelle, Les Sardou, une dynastie, éditions Hachette-Carrère, 1994. 
Gilles Lhote, Sardou de A à Z, éditions Albin Michel, 1996. 
Annie Réval et Caroline Réali, Michel Sardou, l'ombre et la lumière, éditions France Empire, 2006.


Publié le 19 décembre 2008 

Pour la première fois, cette année, TF1 a fait le choix de ne pas diffuser la messe de minuit célébrée par le pape à Noël. A la place, les téléspectateurs auront droit à un énième … grand bêtisier, suivi d’un concert de Michel Sardou (pour Noël ??). 

Le Vatican n’a pas du tout apprécié cette initiative … Federico Lombardi, porte-parole du Vatican a qualifié ce choix de “signe de superficialité”, traduisant “un manque d’attention à la sensibilité d’une large partie du pays”. Me permettrais-je de demander les sources de monsieur Lombardi lui permettant d’affirmer qu’une grande partie du pays regarde cette Messe interminable ? 

Pour ceux qui le souhaite, la cérémonie liturgique de Benoît XVI pourra être suivie sur KTO. Enfin, si vous n’avez pas cette chaine, vous pourrez regarder France 2 qui retransmettra une messe de minuit se déroulant dans la cathédrale d’Evry. 

Cet article a été publié le Vendredi 19 décembre 2008 à 22:11 et est classé dans Télévision. 
 

Le point de vue de Sardou 
Le chanteur, loin d’être insensible aux réactions qu’il a pu susciter, les a souvent déplorées, exprimant à la fois son regret d’être mal compris de la part d’un certain public, et son étonnement devant les proportions que peuvent prendre certaines polémiques. 

Pour se défendre, il utilise régulièrement un argumentaire sur la nature et la valeur de ce qu’est une chanson. Il affirme en effet ne pas chercher à transmettre de message politique ou idéologique à travers ses textes, et considère que les réactions passionnées et politisées qu'ils ont pu susciter sont injustifiées et erronées, car en décalage avec ses intentions : 

« Je ne me rendais pas bien compte non plus de la portée des chansons. Pour moi, ce n'étaient que des chansons. Pas des professions de foi. » 

Sa thèse est ainsi celle d’un cantonnement du chanteur dans la sphère artistique : l’artiste peut traiter de sujets politiques et polémiques, mais toujours dans une démarche purement esthétique et scénique, et non par activisme militant. 

Cette conception exclusivement artistique du rôle du chanteur confère à celui-ci une certaine latitude dans le choix des idées à exprimer : n’étant pas prisonnier de son propre « je » par son refus de délivrer un quelconque message idéologique, il pourrait dès lors interpréter des personnages à la première personne sans qu’il y ait identité entre ses propres idées et celles du personnage incarné. Par exemple, il peut adopter, le temps d'une chanson, le point de vue d'un homme de gauche (Vladimir Ilitch, où il prend la parole au nom d'un Soviétique rendant hommage à Lénine, « Toi, Vladimir Illitch, [...], Toi qui avais rêvé l'égalité des hommes ») et, dans une autre chanson, s'exprimer au nom d'un homme de droite (Le Temps des Colonies, qui donne la parole à un ancien colon français regrettant l'époque des « tirailleurs sénégalais qui mouraient tous pour la patrie »); mais il serait une erreur de croire, dans un cas ou dans l'autre, que Sardou cherche à faire part de ses convictions personnelles. 

Cette dissociation entre personnage et interprète se rapproche de la démarche du comédien : 
« Ces gens-là ont du mal à admettre que lorsque l'on interprète comme moi quinze, dix-huit chansons sur scène chaque soir, on n'est pas forcément sincère, on joue des personnages. Comme un acteur va jouer un curé, un pédéraste, un aubergiste, moi je joue un vieux marié, un bateau, un prince. Ce sont des rôles que je me distribue. Alors certains viennent me chercher des idées que je n'ai pas eues en lisant trop entre les lignes. » 

Son nouveau double album, intitulé Hors format, est sorti le 13 novembre 2006. Il comprend vingt-trois nouvelles chansons dont un duo avec Chimène Badi, Le chant des hommes. Le premier extrait de cet album est Beethoven, disponible en téléchargement légal depuis le 11 septembre 2006. Hors format a atteint depuis les 400 000 exemplaires vendus, il est double platine.

En 2007, il entame une tournée qu'il dit être la "dernière", qui passe entre autre par le Zénith de Paris et l'Olympia.

16  décembre 2009

Michel Drucker, actuellement en pleine construction litigieuse de sa villa d'Eygalières (dans les Alpilles), et Michel Sardou, qui a récemment honoré la mémoire de ses parents décédés, sont d'heureux décorés.

Vendredi 11 décembre dernier, le présentateur de l'émission Vivement dimanche et l'interprète des Lacs du Connemara ont tous deux reçu les insignes de colonel au titre de la réserve citoyenne, des mains du chef d'état-major de l'armée de l'air (CEMAA), le général Jean-Paul Paloméros.

Selon Paris-Match, cette cérémonie, qui a distingué les deux Michel en raison de l'intérêt et de l'attention particulière qu'ils accordent à la Défense et à l'aéronautique militaire, s'est déroulée dans la bonne humeur.

Les décorés étaient... au septième ciel !


Album Photos de Michel Sardou
‘‘ ANNIVERSAIRES DE NAISSANCE POUR JANVIER"
de vos vedettes favorites, sportifs(ves), politiques:
 
 

Retour Index:
Vedettes:     Accueil: 

Vous voulez envoyer cette page à un ami(e)?
Cliquez ici:

annuaire
 


/

Hit-Parade