Eddy MARNAY

Une étoile sur l'encrier
(1920-2003)

Né le 18 décembre 1920 , décédé le 3 janvier 2003

Né à Alger, il s'installe à Paris et après un passage dans le journalisme,
il devient scénariste-dialoguiste, puis assistant metteur en scène de cinéma.

En même temps, il écrit la première des
quelques 3 500 chansons que compte
maintenant son prestigieux répertoire.

Eddy Marnay
Avec plus de 4000 chansons sur une carrière qui s’échelonne sur un demi-siècle, Eddy Marnay est certainement l’un des paroliers les plus connus de la chanson. Il a écrit pour des artistes aussi divers que Bourvil, Piaf, Mireille Mathieu ou encore Céline Dion, qui lui doit ses premières chansons.

Le Quod Libet
Le 18 décembre 1920, naît sous le soleil d’Algérie,  (région alors de l'Afrique du Nord française) territoire français à cette époque, Edmond David Bacri, qui se fera plus tard connaître sous le nom d’Eddy Marnay. Sa jeunesse est marquée par la pauvreté, ainsi que l’exil. En 1937, il arrive à Paris.

Le jeune homme devient journaliste, puis scénariste. Il fréquente également le milieu du cinéma, puisqu’il exerce pendant un temps le métier d’assistant metteur en scène. En 1948, il rencontre Léo Ferré au Quod Libet, un petit cabaret de Paris. Ensemble, ils signent pour Édith Piaf Les amants de Paris. Cette dernière chantera plus tard, du même auteur Exodus (1961).
Photo : Gracieuseté de Suzanne-Mia Dumont
Parmi les premiers interprètes d’Eddy Marnay, figure Henri Salvador (Si jolie, 1949), Jean Sablon (Le manège aux souvenirs, 1953), Renée Lebas (Tire l’aiguille, 1951, Complainte de Paris), Jacques Hélian (À Pâques ou à la trinité, 1952), Luis Mariano (Par de là) et Yves Montand (Le cocher du fiacre, 1951, Planter café, 1958, Ma péniche).

Que sera sera
Bientôt, les grandes vedettes de la chanson des années cinquante mettent les chansons de l’auteur sur la route du succès : Eddie Constantine (Mon ami, réveille-toi, La fille des bois), John William (Le jour le plus long, Le voyageur sans étoile, La rose des sables), Anny Gould (L’hirondelle du printemps, 1955), Colette Renard (Qu’elle est belle, 1955), Juliette Gréco (L’or) ou Lucienne Delyle (Java, 1956), par exemple.

En 1956, avec Que sera sera, chanson que crée par Jacqueline François, mais aussi interprétée par Georges Guétary, (1957) l’auteur remporte un vif succès. La chanteuse mettra son talent d’interprète à contribution également dans Chiens perdus sans collier (1955), Notre samba (1963) et La valse des lilas (1962), cette dernière ayant été composé par Michel Legrand.

L’ami Michel
La valse des lilas est la première chanson issue d’une riche collaboration entre Eddy Marnay et Michel Legrand. Au fil des ans, naîtront des chansons telles que Quand ça balance, Paris violon, Les enfants qui pleurent, Les baladins du siècle d’aujourd’hui etc. Leur plus gros succès, Les moulins de mon coeur, date de 1968. Outre Michel Legrand, la chanson a été interprétée par Frida Boccara, ainsi que Claude François.

Toujours pendant les années cinquante, l’auteur fait ressortir le côté romantique de Bourvil grâce à La ballade irlandaise (1959). Jusqu’ici l’interprète était cantonner à une image de comique. Bourvil enregistrera également Les printemps d’aujourd’hui. Par ailleurs, entre 1957 et 1960, le parolier enregistre quelques 45 tours. Cependant, Eddy Marnay préfère poursuivre sa carrière d’auteur plutôt quede devenir interprète.


Les années yéyé
Au début des années soixante, époque de grands bouleversements, de nouveaux interprètes font leur entrée dans le monde de la chanson. L’auteur écrira pour certains d’entre eux, comme par exemple Rika Zaraï (L’olivier, 1960, Luciana, Judith) ou Colette Deréal (Un clown dans mon coeur). Les artistes yéyés figurent également parmi les interprètes d’Eddy, comme en témoignent Richard Anthony (Fait pour s’aimer, 1962, La fille d’Ipanema, En passant la frontière, 1969, Je n’ai que toi, 1976) ou bien encore France Gall (L’Amérique, 1965).

Franck Fernandel, fils de Fernandel, réussit à se faire un nom grâce au succès retentissant de Les yeux d’un ange, en 1965. Du même auteur, figure au répertoire de l’artiste Une marionette (1964), Bonjour Marie (1966), Je ne pourrai jamais vivre sans toi et Même. Issu de la même vague, Guy Mardel interprète Aujourd’hui, C’est une larme et Quand on me parle de Paris (1969).

Nana, Marie est les autres
En 1966, Nana Mouskouri enregistre Le jour où la colombe et La dernière rose de l’été. Eddy Marnay lui écrira, au fil des ans, plusieurs grands succès dont Le coeur trop tendre (1966), Au coeur de septembre(1967), Coucouroucoucou Paloma (1968), En partant (1971) et Vivre au soleil (1979). Autre grande interprète de l’auteur, Marie Laforêt obtiendra le succès grâce à Ah! Dîtes dîtes (1965), Mon amour, mon ami (1967), Ivan, Boris et moi (1967), Tom (1967), Sébastien (1967), Le lit de Lola (1968), Manchester et Liverpool (1966) et Je n’ai rien appris (1969), entre autres.

Parmi les autres interprètes de l’après-yéyé il faut citer Jacqueline Dulac (Ceux de Varsovie, 1966), Téréza (En suivant l’étoile, Les enfants de chez moi, Ce matin-là, 1967), Françoise Hardy (La maison où j’ai grandi, 1966, Où va la chance, 1968, Les doigts dans la porte, 1969), Rachel (Tililoy, 1968) et Vicky Léandros (Le temps des fleurs, 1967, Un homme est venu).

À la charnière des années soixante et soixante-dix, les interprètes de l’auteur se multiplie, ainsi que sa renommée : Mathé Altéry (L’île nue, 1968, La fille d’Ipanéma, 1968, Dis-le), Marcel Amont (Les moulins de mon coeur, 1969, La demande en mariage), Dalida (Le temps des fleurs, 1968), Régine (Patchouli chinchila, 1968, Azzuro, 1969, Papa, 1969, Goodbye, 1969, Il a vingt ans), Hervé Vilard (Le dernier voyageur, 1969, Amore caro, amore bello, 1971, Ma chanson de liberté) etc.

La grande Frida
En 1969, Eddy Marnay remporte le premier prix au grand concours Eurovision avec Un jour un enfant, interprété par Frida Boccara. Cette victoire est la consécration d’une longue collaboration entre l’auteur est la chanteuse. En effet, presque toutes les chansons du répertoire de Frida porteront la signature d’Eddy Marnay : Cherbourg avait raison (1961), Chaud dans mon coeur (1964), Tous les enfants (1965), L’enfant aux cymbales (1969, aussi par Les compagnons de la chanson), Les moulins de mon coeur (1969), Johnny jambe de bois (1969), Venise va mourir (1971), Pour vivre ensemble (1972), Trop jeune ou trop vieux (1972), Cent mille chansons (1968), La croix, l’étoile et le croissant (1972), L’année où Picolli (1978) etc.

Pendant les années soixante-dix, le parolier signe des chansons pour Gilles Marchal (L’étranger dans la ville, 1970, Je m’en vais dans un avion), Michèle Torr (Un homme dans ma vie, 1970), Enrico Macias (Tous les hommes se ressemblent, 1969, Mammy o ma mère, 1969, On s’embrasse et on oublie, 1974), Séverine (Mon tendre amour, Manège, 1972) et Serge Reggiani (Ma fille, 1971, Le premier amour du monde, 1972, La maison qui n’existe plus, 1972).


De cloclo à Mireille
Pour l’auteur, les années soixante-dix seront aussi les années Claude François et Mireille Mathieu. Pour le premier, il écrit Fleur sauvage (1970), Le monde est grand, les gens sont beaux (1970), Stop au nom de l’amour (1971), Il fait beau, il fait bon (1971), Sha la la (Hier est près de moi) (1973), Le mal aimé (1974), Toute ma vie je chanterai pour toi (1974), Toi et moi contre le monde entier (1975), Le spectacle est terminé (1975), Cette année-là (1976), Je vais à Rio (1977) etc.

Tant qu’à Mireille Mathieu, elle interprète avec succès Toi et moi (1970), Tous les enfants chantent avec moi (1975), Mille colombes (1977), Santa Maria de la mer (1978), Une femme amoureuse (1980), Il a neigé sur Mykonos (1981), Nos souvenirs (1982), La Paloma revient (1983), ainsi que bien d’autres titres.

Dans la même décennie, Nicole Croisille (Tu m’avais dit, 1975, Il y a, 1975, C’est ma vie, 1978), Nicoletta (De minuit à six heures du matin, Les fleurs ne meurent pas), Nicole Rieu (Le ciel est ici), Shake (Dis pourquoi) et Anne-Marie David (Je suis l’enfant-soleil, 1979, chanson avec laquelle l’auteur participe de nouveau l’Eurovision) enregistrent des chansons du célèbre parolier.


Une histoire d’amour avec le Québec
En 1979, lors d’un congrès des Francofolies de Spa, en Belgique, il rencontre Suzanne-Mia Dumont, une québécoise qui deviendra son amoureuse. Il découvre alors Céline Dion et lui écrit ses premières chansons : D’amour ou d’amitié (1982), Tellement j’ai d’amour pour toi (1982), Mon ami m’a quitté (1983), Du soleil au coeur (1983) etc.  Ce n’est pas la première fois qu’Eddy Marnay écrit pour des artistes québécois, puisqu’en 1969, Renée Martel avait obtenu un de ses plus grands succès avec Liverpool.

Après avoir écrit pour Marc Gabriel Jérusalem, que le chanteur interprète avec Véronique Béliveau, en 1988, Eddy Marnay amorce une belle collaboration avec Mario Pelchat. Ce dernier renouvelle son succès grâce aux chansons du parolier : Quand y croit (1990), Pleurs dans la pluie (1993), Perdu l’envie d’aimer (1993), Le bleu du ciel (1995) et C’est la vie (1995), entre autres.

Parmi les autres interprètes québécois de l’auteur, il faut également citer Diane Juster (Aimer en secret, Faut-il donc vivre seule, Même si, Se faire l’amour, Tu as laissé passer l’amour), Pierre Sénécal (Vivant, 2002, dernière chanson inédite de l’auteur à avoir été enregistrée) et Marie-Denise Pelletier (un album de reprises en 2003).


Son décès:

Le 3 janvier 2003, des complications suites à une péritonite  finissent par avoir raison du célèbre parolier. Eddy Marnay décède après un long combat contre la maladie, faisait de la thérapie à 80 ans. L’auteur fait parti des paroliers les plus connus de la chanson française. Au cours de sa carrière, il a remporté de nombreux prix et distinctions. Il a par ailleurs été, de 1990 à 1997, administrateur à la SACEM et a siégé au conseil d'administration de la SODRAC.


 


Une interview recueillie par Nino Jefferson (dans les années 1994-1995)
Pouvez-vous me parlez, des sou-
venirs de votre enfance ?
Oui, Naturellement.
Les souvenirs, ce sont des choses qui ne vous quittent jamais, car j'ai gardé‚ au fond de moi beaucoup d'odeurs et de lumiéres de là-bas :
le jasmin, les bleus du ciel et de la
mer.

La bijouterie de votre pére étaittrès connue … Alger ; pouvez-vous m'en dire un peu plus ?
Mon père était meilleur ouvrier de France, c'était un artisan bijoutier et je l'ai toujours vu travailler avec amour. Plus tard, quand j'ai écrit mes chan- sons j'avais l'impression d'être un
peu comme lui, un artisan.

Pour vous qu'est-ce qu'une chanson ?
Une très belle mélodie et de très belles paroles, mais c'est aussi un cadeau et un miracle …
la fois, qu'on ne peut pas analyser.
Quand je pense … à La ballade irlandaise¯ (un oranger...), j'ai l'im-pression qu'au travers de votre plume, on peut ressentir comme une nostalgie transposée. Un oranger = Le soleil d'Alger
Sous le ciel irlandais = Le gris de Paris
Exactement ; mais il est vrai qu'au départ je ne comprenais pas trèsbien pourquoi, j'avais mis un oran-ger sous un ciel irlandais !

Les grandes comédies musicales américaines, ont-elles influencé votre façon d'écrire ?
Les musiques de G. Gershwin, C. Porter, I. Berlin... ont marqu‚ toute mon enfance et je dois … la fascination de ces images, ma vocation pour le spectacle.

Quels sont ''Les titres clés-Succés ou Tubes), de votre carrière ?

Exodus, Les amants de paris, pourEdith Piaf. Planter café. Les rosesde Picardie, pour Yves Montand. Java, pour Lucienne Delyle, Patachou... La ballade irlandaise (maintenant installée au Hit parade du siècle) pour Bourvil. Ivan Boris et moi, Manchester et Liverpool, pour Marie Laforçet. Si jolie, pourHenri Salvador. Chiens perdus sans colliers, Que sera sera, pour Jacqueline François. Quand on s'aime, Les moulins de mon cour, pour Nana Mouskouri. La valise des lilas, qui sera reprise par les plus grands chanteurs américains.
Ma première chanson, pour Barbra Streisand. Samba sur une note, pour Sacha Distel.
Et dans les anéées 70, Le mal aimé, II fait beau, il fait bon, Je vais à Rio, Cette ann‚e-là, pour Claude François. Ma fille, pour Serge Reggiani. Azzuro, Patchouli-Chinchilla, pour Régine. Le jour le plus long, Le temps des fleurs, pour Dalida. La maison où j'ai grandi, pour Françoise Hardy. Fais pour s'aimer, pour Richard Antony. Cent mille chansons, Un jour un enfant, pour Frida Boccara. Qu'est-ce qui revient, pour Maurice Chevalier. La chanson du film Un roi à New-York, pour et avec Charlie Chaplin.
Ainsi que diverses chansons pour, Nicole Croisille, France Gall, Nicoletta, Ginette Reno, Marcel Amont, Jean-Pierre Cassel...
Mes chansons ont été reprises ‚éalement par, Tony Bennett, Miles Davis, Sarah Vaughan et Marlène Dietrich
C'est aussi à cette époque que j'ai commenc‚ à travailler pour Mireille Mathieu (Mille colombes, Santa maria de la mer, Une femme amoureuse)

et en 1978, nous avons passé quatre mois … Los Angeles, pour écrire le nouvel album de Paul Anka.

Début 80, marque mon arrivée sur la scène québécoise avec Céline Dion et il en resulte 5 albums et 11 trophés Félix (équivalent des Victoires de la Musique) + la médaille d'or pour la meilleure chanson au festival Yamaha de Tokyo.

Vous avez fait équipe avec pratiquement les meilleurs compositeurs fran?ais. Qui sont-ils ?
Eddy Barclay, Léo Ferré, Hubert Giraud, Michel Legrand, Patrick Lemaître, Michel Magne, André Popp, Emil Stern...

En tant que vice président de la SACEM et membre administrateur de la SODRAC (Québec), comment voyez-vous l'avenir de la chanson française ?
A ce jour plutôt désastreux (Musique anglo-saxonne), mais nous avons obtenu un quota de 40 pour cent de chansons françaises auprès des mèdias radiophoniques, ce qui devrait encourager les producteurs, … la découverte de nouveaux talents.
 

 

Récompenses:

1971: La rose d'or d'Antibes pour Soleil. Marie.
1982: Grand prix de la chanson au festival Yamaha de Tokyo pour, tellement j'ai besoin d'amour pour toi. Céline Dion.
1985: Grand prix SACEM de la chanson française pour l'ensemble de son oeuvre.
En 1989, il a publié un livre chez J.C. Lattes ''Le manège aux souvenirs'', et … l'automne 1993, il est nommé Chevalier de la L‚gion d'Honneur.


Hommage:
Mardi le 06 mai, 2003

C’est le 9 juillet que la Maison de la culture de
Gatineau célébrera la réouverture officielle de la salle Odyssée lors d*une soirée gala . Au programme : Simplement Marnay, selon une idée originale de François Dubé. Attendue pour l'occasion, nulle autre que Céline Dion !

Hommage au grand parolier français Eddy Marnay, le spectacle réunira une impressionnante brochettes d*artistes invités dont Céline Dion.

Conseiller, allié de la première heure, Marnay a été l*artisan des cinq premiers albums de la chanteuse. On doit à cette collaboration des succès tels D'amour ou d*amitié, Tellement j*ai d'amour pour toi et Mon ami m*a quittée.

Mario Pelchat, Diane Juster, Sylvie Bernard - qui ont tous trois interprété des textes du parolier, Renée Claude, Ariane Gauthier, Maëva et Charles Biddle prêteront également leur voix à ce spectacle-concept dont la mise en scène est signée Joe Bocan.

Différents groupes de la région seront de la partie, dont les élèves de l'école Massé de Gatineau et des chanteurs du groupe vocal Top Passion. Y participeront aussi : l'Académie de danse de l*Outaouais et les Gymélites de Hull.

Eddy Marnay : d*innombrables rencontres inoubliables
Produit par la Maison de la culture, Simplement Marnay est une idée du pianiste, compositeur et chef d'orchestre d’Outaouais François Dubé qui assurera la direction musicale. En 2001, il a obtenu d*Eddy Marnay
l’exclusivité de l*élaboration et de la réalisation du spectacle.

Le parolier, qui est décédé au début de l*année, a écrit près de 4000 chansons au cours de sa prolifique carrière. Outre ceux mentionnés plus tôt, nombre de ses textes font aujourd’hui partie du patrimoine de la chanson francophone : Pour vivre ensemble, Cent mille chansons, Les moulins de mon cour, l*enfant aux cymbales, La croix, l’étoile et le croissant et tant
d*autres.

Qui plus est, ses chansons ont été interprétées par les plus grands noms de la francophonie : Céline Dion bien sûr mais aussi Frida Boccara, Mireille Mathieu, Yves Montand, Serge Reggiani, Claude François et plusieurs autres. Il a également collaboré avec des artistes non francophones dont Barbara Streisand.

Le projet soumis par François Dubé avait profondément touché Eddy Marnay. «Ma réaction a été beaucoup d'émotion, beaucoup de gratitude, et un grand
remerciement à ce pays qui m'a déjà beaucoup donné, beaucoup offert. Je considère que François Dubé m'a fait un très beau cadeau en me présentant ce
projet. Merci à Joe Bocan qui a bien voulu le mettre en scène. Je suis très flatté d*avoir été choisi par vous. », avait-il dit.
 
 

RETOUR INDEX:

  Vedettes    // Accueil
 

Vous voulez envoyer cette page à un ami(e)?
cliquez sur le logo:







annuaire
 
 

Hit-Parade