Le 10 octobre....

Bonne Fête
D'Action de Grâçes



‘‘ORIGINE DE LA  FETE"
‘‘MERCI‘‘
‘‘HUMOUR‘‘
‘‘RECETTES‘

L'Action de Grâces est une Fête nationale, tant au Canada qu'aux États-Unis. Elle se tient en octobre au Canada et en novembre aux États-Unis. Aux États-Unis,
cette Fête remonte à l'automne 1621 lorsque, à Plymouth, les "Pilgrims" célébrèrent leur première moisson.

D'où vient la tradition de l'Action de Grâce? First, DID YOU KNOW THAT... l'Action de Grâce est célébrée au Canada et aux États-Unis à des dates différentes? D'abord aux États-Unis, la tradition du "Thanksgiving" date de 1621, soit l'année suivant l'arrivée des "Pilgrim Fathers", ce groupe de dissidents religieux puritains qui a quitté l'Angleterre pour s'installer en Amérique et fonder une nouvelle religion. En 1621 donc, les Pilgrims signent un traité avec une tribu aux affiliations algonquines, assurant ainsi la paix en Nouvelle-Angleterre. C'est la signature de ce premier traité de paix qu'on célébra en 1621.

Toutefois, c'est le 29 juin 1676 que le "Thanksgiving" américain est devenu une fête nationale, jour de reconnaissance et de prières pour toutes les bontés accordées et pour la paix dans la communauté. En 1782, cette fête est passée du 29 juin au 28 novembre. On célébrait alors non seulement la paix mais aussi les récoltes généreuses. C'est en 1898 que le dernier jeudi du mois de novembre a été proclamé jour du "Thanksgiving" aux États-Unis.

Dans les faits, on fête la saison des récoltes un peu partout dans le monde. Les dates et les coutumes diffèrent cependant d'un pays à l'autre. Contrairement à ce qu'on pourrait penser, la tradition canadienne de l'Action de Grâce ne vient pas des États-Unis. Elle date de 1576, année où un explorateur anglais, Martin Frobisher, est arrivé en Amérique du Nord en cherchant la route vers l'Orient. Il a tenté en vain de trouver de l'or et d'établir une nouvelle colonie. Malgré ses nombreux échecs, il a tout de même célébré la première fête de l'Action de Grâce au pays, 45 ans avant les Pilgrims...

C'est en 1957 que le parlement canadien a proclamé l'Action de Grâce "fête nationale". Cette fête est depuis célébrée le deuxième lundi du mois d'octobre, soit un mois avant les Américains. Cette écart est attribuable aux différences saisonnières entre les deux pays. En effet, comme nous faisons nos récoltes un mois avant les Américains, il est tout à fait normal que nous célébrions
l'Action de Grâce un mois avant eux !

À vrai dire, les racines de l'Action de Grâce remontent à plus de 2000 ans, époque où les prêtres et les druides celtiques fêtaient la saison de la moisson. Cette fête était si importante pour ce peuple qu'elle marquait la fin de son calendrier.
Aux États-unis, ce jour fut déclaré Fête nationale par le président Lincoln en 1863. Elle est célébrée le 4 ième jeudi du mois de novembre.
Au Canada, cette Fête est célébrée depuis 1879 mais n'est une Fête officielle que depuis 1957. Elle est célébrée le 2 ième lundi du mois d'octobre.

Finalement, pourquoi mangeons-nous de la dinde à l'Action de Grâce ? C'est qu'en octobre, la dinde a été engraissée tout l'été et elle est prête à être dégustée... Bon appétit !

Reconnaissants d’être arrivés sains et saufs

L'Action de grâce (anglais : Thanksgiving) est une fête canadienne ayant lieu le deuxième lundi d'octobre pour célébrer les récoltes et rendre grâce des bonheurs reçus pendant l’année. La date est fixée par une proclamation du Parlement canadien du 31 janvier 1957 créant « Une journée pour rendre grâce au Dieu tout-puissant des récoltes abondantes dont jouit le Canada »1.

L'équivalent américain de l'Action de grâce est la fête de Thanksgiving, célébrée en novembre.
Histoire
L'Action de grâce trouve son origine dans les fêtes de la moisson célébrées dans les sociétés paysannes européennes. On attribue la première Action de grâce en Amérique du Nord à Martin Frobisher qui, durant sa recherche du Passage du Nord-Ouest en 1578, s'est arrêté avec son équipage sur l'île de Baffin pour rendre grâce à Dieu d'être toujours en bonne santé.

En 1763, les habitants d'Halifax célèbrent une fête d'action de grâce à l'occasion de la fin de la Guerre de Sept ans. La fête est ensuite célébrée à différente date, dont le troisième jeudi d'octobre. Le Parlement canadien proclame en 1879 le 6 novembre comme jour d'Action de grâce. Après la Première Guerre mondiale, l'Action de grâce et le jour du Souvenir sont célébrés en même temps.

Finalement, le 31 janvier 1957, le Parlement fixe la date du deuxième lundi d'octobre.

Célébrations

L'Action de grâce est un jour chômé dans la plupart des provinces et territoires avec les provinces atlantiques de l'Île-du-Prince-Édouard, Terre-Neuve-et-Labrador, le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse faisant exception. Les entreprises régulées par la législation fédérale (telle que les télécommunications ou les banques) reconnaissent l'Action de grâce comme un jour chômé quelle que soit la province.

L'Action de grâce correspond à une fête de la récolte dont les décorations sont des cornes d'abondance, des citrouilles et autres symboles de récoltes abondantes.

La fête étant célébré un lundi, les Canadiens se réunissent souvent durant la longue fin de semaine. La nourriture traditionnellement servie comprend une dinde, de la farce, de la purée avec de la sauce gravy ou de canneberge et d'autres légumes d'automne, et des tartes à la citrouille.

Des parades peuvent être organisées comme la parade de la Kitchener-Waterloo Oktoberfest. La Ligue canadienne de football organise le Classique de l'Action de grâce.

Au Québec, la fête n'est généralement pas considérée comme une célébration importante mais il est courant de profiter de la longue fin de semaine pour faire du tourisme. La fin de semaine de l'Action de grâce est considérée comme la dernière occasion de profiter de son chalet avant l'hiver.

Aux États-Unis, le jour de l'Action de grâce canadienne correspond au jour de Christophe Colomb depuis 1971. Les villes américaines qui accueillent de nombreux touristes canadiens organisent généralement leurs festivals d'automne pendant cette fin de semaine.

Reconnaissants de bien s’entendre avec les voisins

Les colons français qui débarquèrent au Canada, menés par l’explorateur Samuel de Champlain, fondateur de la Nouvelle-France et de Québec, se montrèrent pareillement reconnaissants de leur propre survie et organisèrent d’énormes festins de remerciements.

À cette époque, comme on croyait que le scorbut était causé par l’oisiveté, Champlain profita de ces festivités pour y amener un élément de participation active et nomma l’événement l’« Ordre de bon temps », qui eut lieu pour la première fois le 14 novembre 1606.

Marc Lescarbot, avocat et poète parisien, fut le premier à décrire l’Ordre de bon temps : « Lors de ces fêtes, nous avions toujours vingt à trente autochtones, de tout âge et des deux sexes. Quant au grand chef Membertou et autres sagamos, ils étaient à table mangeant et buvant comme nous. »

Après la fin de la guerre de Sept Ans entre Anglais et Français en 1763, les citoyens d’Halifax instaurèrent une journée spéciale pour rendre grâce eux aussi.

Reconnaissants envers les loyalistes et l’arrivée d’un « participant » important

Les Américains qui sont demeurés loyaux envers l’Angleterre pendant la révolution américaine se sont exilés au Canada en apportant avec eux leurs propres traditions. Ces traditions comprenaient la fête de la moisson, reconnue plus tard comme l'Action de grâces américaine qui, à l’origine, était fêtée conjointement à la colonie de Plymouth par les Pères pèlerins et les Wampanoags. Les deux fêtes présentaient de nombreuses similitudes, comme la corne d’abondance et la tarte à la citrouille, mais un certain ingrédient était absent de la version canadienne.

La « première fête de l’Action de grâces » de la colonie de Plymouth eut lieu en 1621, 43 ans après la cérémonie organisée par Martin Frobisher, mais on y retrouvait déjà un élément familier et important, tel que relaté par William Bradford, gouverneur de la colonie : « en plus de la sauvagine, il y avait du dindon sauvage en abondance ». Bien qu’il ne s’agissait pas de l’aliment le plus important du repas, il allait rapidement prendre de l’importance dans les festivités qui ont suivi.

Reconnaissants envers la célébration de l'Action de grâces

En 1879, le 6 novembre fut proclamé jour de l’Action de grâces et fête nationale par le Parlement canadien.

Après la Première Guerre mondiale, le jour de l’Armistice et le jour de l’Action de grâces furent tous les deux célébrés le lundi de la semaine du 11 novembre.

En 1931, on sépara les deux célébrations et le jour de l’Armistice fut rebaptisé le jour du Souvenir.

Le 31 janvier 1957, le Parlement proclama que le jour de l’Action de grâces, « une journée pour rendre grâce au Dieu tout-puissant des bienfaits dont jouit le peuple du Canada », serait dorénavant célébré le deuxième lundi d’octobre.

Que l’on en profite pour faire bonne chère, pour passer du temps en famille ou pour se reposer, le jour de l’Action de grâces est un moment propice pour s’arrêter et réfléchir aux choses pour lesquelles nous sommes vraiment reconnaissants.

 

 Pourquoi mangeons-nous de la dinde à l'Action de Grâce ? C'est qu'en octobre, la dinde a été engraissée tout l'été et elle est prête à être dégustée... Bon appétit !



‘‘MERCI‘‘ 

On ne s'arrête pas souvent
     le temps d'apprécier et de remercier
   pour tout ce qui nous est donné
  En cette journée toute spéciale... on pourrait dire
Merci...
Merci de nous avoir fait découvrir la sagesse,
Merci de gouter la tendresse des hommes et des femmes que la souffrance a adoucis,
Merci de nous permettre de rassirer les personnes angoissées,
Merci d‘apporter un peu de joie à des hommes et femmes rejetés dans l‘ombre,
Merci de soigner les corps accablés par la souffrance et la maladie,
Merci de nous procurer la chance de donner le meilleur de nous-meme et peut-etre
de recevoir encore plus....
Merci....

Prière d'action de grâce : 

Seigneur, Père Créateur, brillant d'amour universel, régnant sur terre et dans le ciel,
je te rends grâce pour tout ce que tu me donnes.
Merci pour tous tes messagers qui m'assistent tous les jours.
Merci pour la belle nature qui nourrit mon coeur, mon corps et mon esprit.
Merci pour ces belles couleurs qui égayent mon bonheur.
Merci pour ma vie et celle de mes amis.
Et pour tout ce que j'oublie, merci, mille fois merci.

Merci 

C'est un petit mot tout simple
Mais qui pèse lourd.
Si mes lèvres l'expriment avec douceur
C'est qu'il prend naissance au fond de mon coeur
Un grand merci, un petit merci, 
Peu importe sa taille
Il n'a de dimension...
Que ce soit dans la joie ou dans la tristesse
C'est un signe de reconnaissance
Qui ne connaît pas l'indifférence
MERCI  !!
Un petit mot qui fait du bien quand on le prononce
Un petit mot gracieux, qui calme et réjouit
Merci ! Merci !
Merci de m'avoir permis de te dire,
De vous dire : Merci !

L'équivalent américain de l'Action de grâce est la fête de Thanksgiving, célébrée en novembre.
Histoire[modifier | modifier le code]

L'Action de grâce trouve son origine dans les fêtes de la moisson célébrées dans les sociétés paysannes européennes. On attribue la première Action de grâce en Amérique du Nord à Martin Frobisher qui, durant sa recherche du Passage du Nord-Ouest en 1578, s'est arrêté avec son équipage sur l'île de Baffin pour rendre grâce à Dieu d'être toujours en bonne santé2.

En 1763, les habitants d'Halifax célèbrent une fête d'action de grâce à l'occasion de la fin de la Guerre de Sept ans. La fête est ensuite célébrée à différente date, dont le troisième jeudi d'octobre. Le Parlement canadien proclame en 1879 le 6 novembre comme jour d'Action de grâce. Après la Première Guerre mondiale, l'Action de grâce et le jour du Souvenir sont célébrés en même temps2.

Finalement, le 31 janvier 1957, le Parlement fixe la date du deuxième lundi d'octobre.

Célébrations

L'Action de grâce est un jour chômé dans la plupart des provinces et territoires avec les provinces atlantiques de l'Île-du-Prince-Édouard, Terre-Neuve-et-Labrador, le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse faisant exception3. Les entreprises régulées par la législation fédérale (telle que les télécommunications ou les banques) reconnaissent l'Action de grâce comme un jour chômé quelle que soit la province4,5,6,7,8.

L'Action de grâce correspond à une fête de la récolte dont les décorations sont des cornes d'abondance, des citrouilles et autres symboles de récoltes abondantes.

La fête étant célébré un lundi, les Canadiens se réunissent souvent durant la longue fin de semaine. La nourriture traditionnellement servie comprend une dinde, de la farce, de la purée avec de la sauce gravy ou de canneberge et d'autres légumes d'automne, et des tartes à la citrouille.

Des parades peuvent être organisées comme la parade de la Kitchener-Waterloo Oktoberfest. La Ligue canadienne de football organise le Classique de l'Action de grâce.

Au Québec, la fête n'est généralement pas considérée comme une célébration importante mais il est courant de profiter de la longue fin de semaine pour faire du tourisme. La fin de semaine de l'Action de grâce est considérée comme la dernière occasion de profiter de son chalet avant l'hiver.

Aux États-Unis, le jour de l'Action de grâce canadienne correspond au jour de Christophe Colomb depuis 1971. Les villes américaines qui accueillent de nombreux touristes canadiens organisent généralement leurs festivals d'automne pendant cette fin de semaine,

 

MERCI 

Il faut dire Merci. Nos journées sont riches des cadeaux que nous fait le Seigneur. Si nous savions les regarder et les inventorier, nous serions le soir, comme une " reine d'un jour ", éblouis et heureux de tant de biens offerts. Nous serions alors reconnaissants devant Dieu, confiants parce que tous les jours Il renouvellera ses cadeaux.
Tout est don de Dieu, même les plus petites choses et c'est l'ensemble de ces présents qui font une vie, belle ou sombre, suivant la façon dont on les utilise.
" Tout don excellent, toute donation parfaite vient d'en haut et descend du Père des lumières, chez qui n'existe aucun changement ni l'ombre d'une volte-face. " (Jacques 1,17.)
 

La fête de l’Action de grâce et la Tradition universelle

La fête de l'Action de grâce remonte à la nuit des temps. C'était la fête de la Terre-Mère: féconde, abondante, généreuse ? la fête de l'automne.
Dans presque toutes les traditions, c'est une déesse qui a donné l'aliment de base aux hommes. Dans la tradition hellène, c'est CERES, la déesse de l'agriculture qui donna le blé aux hommes. L'épi de blé est aussi l'attribut de la déesse de l'Abondance et de la Charité qui distribue à profusion les épis et toutes les nourritures qu'ils symbolisent. Il est intéressant de noter en passant que, pour les Anciens, l'abondance et la charité sont liées. Dans la grande tradition amérindienne, l’épi de maïs représente le pouvoir surnaturel qui habite la Terre-Mère d’où provient la nourriture nécessaire à la vie. Chez les Sumériens, la vigne était consacrée aux Grandes Déesses : arbre sacré, sinon divin, elle permet d’obtenir le vin, lui-même boisson des dieux.

Au menu de l’Action de grâce 

En empruntant cette fête aux Américains, nous avons emprunté le menu qui s’y rattache puisque c’est l’atocas de Cape Cod et la patate sucrée, populaire dans les États du Sud (de forme allongée et de couleur orange, la vraie patate, dit-on, car ce que nous mangeons ici c’est la pomme de terre) qui accompagnent la dinde et le jambon.
Pourtant, l’abondance de l’automne, chez nous, ce serait plutôt du brocoli, du chou-fleur, des courges, du céleri, des carottes, des navets, des choux de Bruxelles et encore quelques tomates et concombres. Pourquoi ne pas enrichir nos menus des richesses locales?

Et la dinde alors?
On raconte qu’à l’occasion de la première de fête de l’Action de grâce, en 1621, 140 personnes ? des Européens qui venaient s’établir en Amérique et des Indiens ? ont festoyé pendant trois jours. Qu'ont-ils mangé? De la dinde... hé oui! Cet animal d'ailleurs mal nommé par Christophe Colomb qui pris l’oiseau pour une pintade...
En fait, il existait déjà des "poulles d’Ynde" au moyen âge, mais elles désignaient des pintades, par "Ynde" il était fait référence à l’Abyssinie, où la pintade vivait à l’état sauvage. Quand Christophe Colomb débarqua au Mexique, en croyant arriver aux Indes, il y découvrit le dindon auquel s’appliqua désormais le terme de "poule d’Inde". Le mot changea donc de sens : il ne désigna plus la pintade mais le dindon, et la dinde prit place sur les tables d’Europe dès la première moité du 16e siècle!

Aspect symbolique de la dinde
Que la dinde soit associée à l’Action de grâce, fête de l’abondance, n’est peut-être pas un hasard, car pour les Indiens d’Amérique du Nord elle est un symbole à la fois de puissance virile et de fécondité maternelle : lorsqu’il gonfle le cou, le dindon évoque l’érection phallique et ce serait, de tous les volatiles, le plus prolifique!

Un square dédié à l’Action de grâce
C’est à Peter Stewart que l’on doit le Square de l’Action de grâce qui se trouve au coeur de la ville de Dallas. Il s’agit d’un site de forme triangulaire sur lequel on a érigé une tour en forme de spirale.

À l’intérieur de la spirale, se trouvent des illustrations et des citations ayant trait à l’Action de grâce et remontant à la première célébration de cette fête en Amérique. Les gens des bureaux situés autour du Square se rendent à la tour pour prier pendant leurs journées de travail.

Une autre manière de " rendre grâce "
John Marks Templeton affirme que chacun d’entre nous devrait cultiver un sentiment de gratitude dans toutes les circonstances du quotidien:
 en essayant de trouver chaque jour des occasions de complimenter les gens avec qui l’on travaille;
  en étant reconnaissant du fait que le monde soit constitué de 90 % de bénédictions et de 10 % seulement de luttes et de problèmes;
 en développant ce qui en découle naturellement, soit le don, dans tous les secteurs de la vie:
donner des conseils réfléchis et raisonnés;
* donner des remerciements;
 donner de l’attention... donner si l’on se sent seul ou si l’on s’ennuie... donner.
Source: http://radio-canada.ca/par4/_Calendrier/octobre.html

‘‘Humour‘‘ 

Un mari arrive chez lui, affamé, et demande :
- Qu'est-ce que tu nous as préparée pour l‘action de grace...
- Un bon petit dîner, fait sa femme.
Et elle sert un plat de haricots en boîte.
- C'est ça ton festin ? s'écrie le mari.
- C'est-à-dire que, lorsque ma dinde a commencé à brûler, j'ai été obligée de l'éteindre
avec la soupe et à la suite d'un faux mouvement, le homard est tombé dans la poubelle
et en voulant le nettoyer, j'ai laissé tomber le blé d'inde dans le broyeur !

 Un père parle religion avec son fils:
- Vois-tu, mon enfant, dans la vie, il faut savoir remercier Dieu de tout ce qui nous arrive !
À ce moment, un pigeon qui passe s'oublie sur la tête du père. Son fils se met à rire :
- Alors, de ça aussi il faudrait remercier Dieu
- Oui de ça particulièrement, il faut remercier Dieu de ne pas avoir donné d'ailes aux vaches

Un petit garçon qui voulait $100 a prié pendant deux semaines mais rien ne s'est passé. Alors, il a décidé d'écrire une lettre qui demande les $100 à Dieu. Quand les autorités postales ont reçu la lettre à DIEU CANADA, ils ont décidé de l'envoyer à Jean Chrétien. Le premier ministre a été impressionné et touché. Il a donc instruit son secrétaire pour qu'il envoie un billet de $5 au petit garçon. Le premier ministre pensait profondément que cela était beaucoup d'argent pour un petit garçon. Le petit garçon a été enchanté avec les $5 et s'est assis pour écrire une note pour remercier DIEU :

Cher DIEU, merci de m'avoir envoyé l'argent. Cependant, j'ai remarqué que pour quelque raison vous l'avez l'envoyé via Ottawa et, comme d'habitude, ces *&%*#&# en ont déduit $95.

C'est Jean Chrétien qui vient à Dorval accueillir un président d'une tribu de cannibales africains. L'avion s'arrête, le tapis rouge est déployé et la fanfare se met à jouer tandis que le chef d'État descend la passerelle. Chrétien le salue, puis il s'aperçoit que la femme du président a du mal à sortir de l'avion. Alors il s'avance et lui dit :
- Mais je vous en prie, Madame, prenez ma main.
- Non, non merci, j'ai déjà déjeuné.

À Montréal, un passant tombe sur le dos dans la rue. Jean Charest passait par là et aide le malheureux passant et celui-ci lui dit en souriant :
- merci beaucoup monsieur Charest... comment faire pour vous remercier ?
- Pour ça, il faudra voter libéral aux prochaines élections !
- Mais, monsieur Charest, je suis tombé sur le dos, pas sur la tête !


‘‘Dinde farcie aux pommes‘‘

Ingrédients :

 1 dinde de 10-12 lb (5-6 kg)
 8 onces (250 ml) de fromage à la crême
 4-5 pommes et jus de citron
 1 tasse (250 ml) de feuilles de céleri hachées
 sel, poivre noir frais moulu
 cidre sec ou eau chaude

Préparation

 Parer la dinde, saler et poivrer l'intérieur.
 Défaire en crème le fromage, ajouter les pommes râpées arrosées de jus de citron et les feuilles de céleri.
 Farcir l'intérieur de l'oiseau avec ce mélange.
 Attacher ou coudre l'ouverture.
 Saler, poivrer l'extérieur, placer au four à 350 ºF (180 ºC) en calculant 25-30 minutes la livre.
 Quand la dinde commence à dorer, ajouter un peu d'eau chaude ou de cidre chaud au fond de la rôtissoire.
 Tourner la volaille à plusieurs reprises durant la cuisson. Arroser souvent, c'est la clé du succès pour un oiseau doré également.
 Déglacer la rôtissoire avec de l'eau chaude ou du cidre pour la sauce.

Note : Pour éviter qu'elles ne brunissent trop, on peut envelopper les ailes et les cuisses de feuilles d'aluminium huilées.
 
 

Carrés à la citrouille

Ingrédients :
 2 1/4 tasses (560 ml) de farine tout usage
 1 1/2 c. à thé (7 ml) de levure chimique (poudre à pâte)
 3/4 c. à thé (4 ml) de cannelle
 1/2 c. à thé (3 ml) chacun de muscade, de clou de girofle moulu et de sel
 1 tasse (250 ml) de beurre non salé
 1 1/4 tasse (310 ml) de cassonade
 2 gros œufs
 1 1/4 tasse (310 ml) de purée de citrouille
 1 c. à thé (5 ml) d'extrait de vanille
 2 tasses (500 ml) de dattes, hachées
 1 tasse (250 ml) de noix de pacane, hachées
 Sauce à l'érable et au rhum (avril 1999)
 Crème glacée à la vanille

Préparation
 Préchauffer le four à 350 oF (180 oC).
 Tamiser ensemble la farine, la levure chimique, la cannelle, la muscade, le clou de girofle et le sel.
 Mettre en crème le beurre et la cassonade. Ajouter les œufs, un à la fois. S'assurer que la cassonade est bien dissoute. Incorporer la purée de citrouille et la vanille. Bien mélanger, en battant.
 Enfariner les dattes et les noix en les incorporant aux ingrédients secs. Verser le tout dans la préparation à la citrouille, en mêlant délicatement. Ajouter un peu d'eau, si nécessaire.
 Verser la préparation dans un moule graissé de 13 x 9 x 2 po (32 x 23 x 5 cm).
 Cuire au centre du four, une heure. Le gâteau est prêt lorsqu'un pic métallique piqué en son centre en ressort propre.
 Laisser refroidir le gâteau sur un treillis. Couper en carrés.
 Servir avec la Sauce à l'érable et de la crème glacée.

"Gâteau au fromage, aux pommes et au sirop d'érable"

Notre printemps ne serait pas vraiment québécois sans le temps des sucres. Et l‘automne ne serait pas l‘automne sans la récolte des pommes.
Ingrédients :
Abaisse
 250 ml (1 tasse) chapelure Graham
 100 ml (3/8 tasse) beurre, fondu
 60 ml (1/4 tasse) sucre granulé

Garniture

 250 ml (1 tasse) fromage à la crème, ramolli
 30 ml (2 c. à table) sucre granulé
 5 ml (1 c. à thé) farine tout-usage
 2 jaunes d'œufs
 125 ml (1/2 tasse) sirop d'érable
 100 ml (3/8 tasse) crème à 35 %
 4 blancs d'œufs, montés en neige
 500 ml (2 tasses) pommes, en tranches très fines
 30 ml (2 c. à table) jus de citron
 Sirop d'érable, pour napper chaque portion
 

Préparation

 Mélanger la chapelure, le beurre et le sucre. Étendre dans le fond d'un moule de 23 cm (9 po) graissé.
 Faire cuire au four à 180 oC (350 oF), 10 minutes.
 Dans un grand bol, battre le fromage à la crème. Ajouter le sucre et la farine. Incorporer les jaunes d'œufs et le sirop d'érable. Bien mélanger.
 Ajouter petit à petit la crème et les blancs d'œufs montés en neige. Verser la préparation dans le moule.
 Cuire une heure dans un bain-marie, au four à 160 oC (310 oF).
 Entre-temps, faire pocher les pommes dans de l'eau bouillante additionnée du jus de citron. En décorer le gâteau.

‘‘HUMOUR‘‘
Trois blondes sont aux portes du ciel. St.-Pierre leur dit qu'elles pourront entrer si elles peuvent répondre à une simple question.

St-Pierre demande à la première blonde: " Qu'est-ce que la fête de Pâques? " La blonde réplique: " Ooh c'est facile! C'est la fête de novembre quand tout le monde se réunit, mange de la dinde et est reconnaissant... "

" Faux! " répond St-Pierre et il va poser la même question à la deuxième blonde. " Qu'est-ce que la fête de Pâques? "

La deuxième blonde répond: " Pâques c'est la fête quand nous faisons un arbre avec plein de décoration, que nous échangeons des cadeaux et que nous célébrons la naissance de Jésus. " St-Pierre regarde la deuxième blonde et secoue la tête. Il regarde par dessus ses lunettes la troisième blonde et demande: " Qu'est-ce que la fête de Pâques? "

La troisième blonde sourit avec confiance et regarde St-Pierre dans les yeux. " Je sais ce qu'est la fête de Pâques. " " Oh? " dit St-Pierre, d'un air incrédule. " Pâques est la fête Chrétienne qui coïncide avec la célébration Juive de Pâques. Jésus et ses disciples mangeaient au dernier repas. Jésus a été trahi et fut dénoncé aux Romains par un de ses disciples. Les Romains l'ont crucifié et il a été poignardé dans le côté. Ils lui ont fait porter une couronne d'épines et ensuite il a été accroché à une croix avec des clous à travers les mains. Il a été exhumé dans une caverne proche qui a été scellée par un gros rocher. "

St-Pierre sourit avec joie et fait un signe de la tête à la troisième blonde de continuer.

La troisième blonde continue: " ... et chaque année le gros rocher est déplacé afin que Jésus puisse sortir... et si il voit son ombre, il y aura encore six semaines d'hiver. "
 

RETOUR INDEX:
 Humour  // Octobre  // Accueil
 

 
 
 
 
 



 
 

Hit-Parade