"L'origine du Mardi gras" 


 Le 28 février 2017
Origines de Mardi Gras et de Carnaval 

La date de Mardi gras est mobile par rapport au calendrier grégorien (calendrier usuel qui suit le mouvement du Soleil et les saisons).

Elle est associée à la date de Pâques (donc le premier dimanche qui suit la pleine lune et le 21 mars -toujours entre le 22 mars et le 25 avril-). Ainsi, le Mardi Gras est toujours fixé entre le 3 février et le 9 mars; soit juste avant la période de Carême, c'est-à-dire 41 jours + 6 dimanches, soit finalement 47 jours avant Pâques.

Les dates actuelles de cette fête sont les mardis suivants, selon le comput :

Année dernière : mardi 9 février 2016 ;
Année en cours : mardi 28 février 2017 ;
Année prochaine : mardi 13 février 2018.
Au XVIIIe siècle le premier jour gras était le jeudi gras


Tout au long de l'année, se succèdent des fêtes qui rythment la vie des chrétiens. 
La fête de Mardi Gras a tous les ans une date différente, fixée par rapport à la date de Pâques, qui elle même varie en fonction du cycle de la Lune. 
Mardi gras et le jour qui précède le Mercredi des Cendres. 
Il y a 40 jours de carême, entre le mercredi des cendres et le jour de Pâques. 
La date de Mardi gras est mobile par rapport au calendrier grégorien (calendrier usuel qui suit le mouvement du Soleil et les saisons) car elle est associée à la date de Pâques (dimanche qui suit la pleine Lune qui suit le 21 mars) : elle a lieu juste avant la période de Carême c'est-à-dire 41 jours de la semaine plus 6 dimanches soit 47 jours avant Pâques. 

Le mercredi des cendres 
Cette fête marque le souvenir d'Adam condamné après son péché à retourner poussière. 
Les chrétiens sont invités à se purifier de leurs fautes et à faire pénitence par des privations. 
Le mercredi des Cendres est le 1er Jour du Carême qui va durer 40 jours. 
A l'issue de ces 40 jours la fête de Pâques célébrera la mort et la résurrection du Christ. 
Pour marquer le coup avant que ces privations ne commencent, la veille, le mardi, on faisait gras. On finissait les aliments gras avant de se mettre au carême. On en profite pour faire des beignets, des bugnes et des fritures. De plus, la tradition du carême veut qu’on arrête également de manger des œufs, donc on en profite pour faire des crêpes. 
Par opposition au carême, le carnaval est une période de joie et de liberté où les règles de vie normales sont suspendues et où chacun fait un peu comme il lui plaît : on se déguise, on mange tout ce qu’on veut, on sort chanter dans les rues. 

Carême 
Pendant la période de Carême, les croyants doivent jeûner, se priver et prier dans le but d'expier leurs fautes. L'Eglise interdit ainsi la consommation de viande, la célébration des mariages et les relations conjugales. A la fin du temps du Carême se déroule la fête de Pâques qui célèbre la mort, puis la résurrection du Christ. 

Les festivités associées au carnaval précèdent, dans la tradition chrétienne, l'entrée dans le Carême pendant lequel le chrétien mange « maigre », en s'abstenant notamment de viande ou de mets recherchés.

Le mot « carnaval » dérive du latin médiéval carne levare signifiant enlever, retirer la chair, c'est-à-dire concrètement supprimer sur la table durant toute la période du carême la viande ou, autrement dit, le gras.

Mardi gras, populairement, est aussi le jour où :
l'on déguste les crêpes et les fameux beignets de carnaval

les enfants se déguisent et/ou demandent aux voisins dans les villages des œufs, du sucre, de la farine, etc., pour confectionner des gâteaux ou des crêpes qui sont mangées en fin d'après-midi.

C'est surtout le temps fort du Carnaval là où il existe. À Dunkerque, par exemple, les dimanches, lundis et mardis gras sont baptisés les trois joyeuses. Durant ces trois jours le Carnaval de Dunkerque atteint son paroxysme. Toute la ville se costume et défile dans la rue.


Dicton 
"Mardi Gras pluvieux, fait le cellier huileux" (Périgord)
"Carnaval crotté, Pâques mouillées, coffres comblés"
Mardi gras ne t'en va pas, je fais des crèpes, je fais des crèpes.
 Mardi gras ne t'en va pas, je fais des crèpes et tu en auras.

Mardi gras est une fête catholique qui marque, en apothéose, la fin de la « semaine des sept jours gras » autrefois appelés jours charnels. Cette période pendant laquelle on festoyait précède le mercredi des Cendres marquant le début du Carême. De nombreux carnavals ont lieu le Mardi gras.
En Europe, la baisse des pratiques religieuses d'abstinence durant le Carême a rendu les festivités des jours gras bien moins intenses. Aux États-Unis, à la Nouvelle-Orléans, Mardi gras est une fête très importante et réputée.

Les festivités associées au carnaval précèdent, dans la tradition chrétienne, l'entrée dans le Carême pendant lequel le chrétien mange "maigre", en s'abstenant notamment de viande ; d'où l'étymologie du mot "carnaval" qui dérive du latin médiéval "carnelevare" signifiant "enlever, retirer la chair" (c'est-à-dire "retirer la viande" de la table, dont elle restera absente durant tout le carême).
Mardi gras, populairement, est aussi le jour où l'on mange les fameux "beignets de carnaval". Il est aussi populaire aujourd'hui pour les enfants de se déguiser et/ou demander aux voisins dans les villages des œufs, du sucre, de la farine, etc, ceci afin de faire des gâteaux ou des crêpes qu'ils peuvent manger en fin d'après-midi.

Traditions anglo-saxonnes
Aux pays du Commonwealth, l'on observe des traditions différentes mais apparentées au Mardi gras latin, sous le nom de Shrove Tuesday (Mardi de l'absolution, du verbe archaïque to shrive, absoudre). La fête tourne surtout autour de la crêpe anglaise (pancake) qui est traditionnelle pour cette fête au point où la fête est appelée Pancake Tuesday par endroits. Plusieurs églises offrent des petits-déjeuners ou dîners de pancakes, parfois afin de solliciter des contributions caritatives. On mange les pancakes avec un ragoût de viande (en Angleterre), avec du sirop d'érable (au Canada) ou avec de la compote de fruits. Dans certains endroits en Angleterre il y a même une tradition de course au pancake, où l'on parcourt une certaine distance en faisant tourner des pancakes à même la poêle tenue à la main, sans les laisser tomber.


Carnaval
  Origines du mot : 
Dans Carnaval il y a Carne, la chair, la viande. En Italien "carnelevare" signifie "sans viande". 
Avant l'apparition de ce mot, la veille du Carême était appelée "Carême Prenant". 
C'est le dernier jour pour profiter une dernière fois avant Carême et faire bombance, car ensuite, pas d'alimentation carnée ni graisseuse durant 40 jours. On marque le coup par un festin, une fête colorée et bruyante. 
La fête de Carnaval se déroule à différentes dates selon l'endroit du globe et revêt des rituels différents ! 
Carnaval, fête non reconnue par l'Eglise connaît des dates variables de début mais une date de fin fixe qui correspond à la tombée de la nuit de mardi gras. 
Il faut savoir que sous l'empire Romain, il existait déjà une grande fête de Carnaval nommée " les Saturnales " à une toute autre période de l'année. 
Cette période de fête populaire se déroulait entre le 17 et le 25 décembre. 
Le peuple marquait par des réjouissances le solstice d'hiver. Ces fêtes avaient pour but de redonner courage et espoir au peuple 
effrayé par les sols gelés, l'absence de vie et l'obscurité. 
On offrait des cadeaux : des porte-bonheur, du miel, des gâteaux, de l'or étaient des cadeaux courants. 
On décoraient les maisons avec du lierre, des branches de houx et de gui et tout travail, à part celui de la cuisinière et du banquier, était interdit. 
  

Les symboles de Carnaval : 
  Le déguisement 
La musique, orchestre ou fanfare 
La parade qui consiste en un défilé des personnes déguisées accompagnées avec de la musique. 
Les chars en général fleuris et très fantasques. 
  


 

La Nouvelle-Orléans. Parmi les carnavals qui font dans la démesure, il y a celui de La Nouvelle-Orléans. Et on pourrait dire du reste de la Louisiane. Je me souviens du passage d'un char allégorique, à Houma, sur lequel siégeait la reine du carnaval local (catégorie «50 ans et plus»). La rondelette représentation royale ne voyait plus le temps rouler par trop de bières importées dans son foie et dormait colliers fermés sur l'épaule de l'une de ses aspirantes permanentées à souhait. 
À La Nouvelle-Orléans, ce qu'on rapporte inévitablement comme souvenirs du carnaval, ce sont les centaines de colliers multicolores lancés à la volée depuis les chars allégoriques. 
Et pour ceux qui aiment le genre, faites un détour par Bourbon Street, qui est en délire tous les jours mais qui, en période de carnaval, réussit à mettre torse nu encore plus de féminités et à mettre fesses nu-tête des masculinités imbibées de Bourbon.
Salvador de Bahia. Et le Brésil... Si nous n'allons pas à Rio, c'est du côté de Salvador de Bahia que nous nous déplacerons. Le carnaval y est plus chanté, moins dansé, peut-être plus croyant. Il y a tellement d'églises là-bas. J'ai souvenir de vieillards aveugles qui suivaient des Bahianaises au son de leurs chants. Tout le monde était habillé en blanc. C'est cela, le carnaval de Bahia est plus blanc, avec des groupes qui ne portent que le panama blanc. Le thème cette année: percussions.
Quelques autres. Finlande: Samba Helsinki, en juin. Grande-Bretagne: Notting Hill, en août. Pays-Bas: Maastricht. Mexique, Uruguay, Bolivie,  Québec. Un site sur les carnavals en Europe.


Carnaval laisse une grande place à l'imagination de chacun.
  
  Lors de ces fêtes de Carnaval on retrouve toujours le principe d'inversion au travers des costumes et des jeux (maître/esclave, homme/femme), on se déguise, on fait ripailles, on offre des cadeaux, chants et danses sont de la fête. 
Par opposition au Carême, le Carnaval est une période d'excès joyeux, de gras contre maigre. Dans tous les carnavals, les gens dansent, mangent et se déguisent, les règles et interdits habituels sont suspendus. 
Chars géants, parades, bals masqués, confettis et serpentins, fanfares, c'est la période des excès démonstratifs ! 
Chaque pays à sa propre interprétation des réjouissances avec toujours un même objectif : faire la fête ! 
Parmi les plus connus de nos jours, on peut citer les carnavals de Rio de Janeiro, Venise, Nouvelle-Orléans, Nice, également ceux du nord de la France comme Dunkerque, moins connu mais tout aussi festif, le carnaval de Québec. 
La plupart des carnavals ont des thèmes très variés, comme les géants, à Dunkerque dans le Nord de la France. 
A Rio de Janeiro, on envahit les rues en dansant des samba endiablées, habillé de paillettes et de plumes, pendant des jours et des nuits. 
 

Vive les masques
 L’origine du mot masque reste aussi mystérieuse que les visages qu’il cache… 
Il apparaît en 643 et pourrait venir du latin (sorcière) ou de l’indoeuropéen (filet dont on enveloppe les morts). Dans le sud de la Provence, les sorciers seront, jusqu’au XIXème siècle appelés des "masques"… 
Pour se déguiser, on se contente souvent au Moyen-Age de se noircir le visage avec de la suie, de le dissimuler sous une étoffe ou de porter ses vêtements à l’envers, coutures apparentes. 
Les premiers masques sont taillés dans la tête des porcs tués à Noël (on se cache derrière la peau épaisse et soyeuse ou le groin) ou dans une cagoule de peau de lapin. Les jeunes gens ainsi masqués parcourent bruyamment les rues à la nuit tombée, chahutent les femmes, les filles et les avares. Ils évoquent à la fois les revenants et l’au-delà (dans les Pyrénées, on les appelle même des "peurs"), la nature et le printemps qui va revenir.

Vive le Carnaval !
Carnaval vient d’une expression latine ("carne levare") qui veut dire "enlever la viande".
Si ce jour est devenu un jour de fête, c’est précisément parce qu’il fallait en profiter, festoyer et faire bombance avant que la viande et les repas trop riches ne soient interdits.
La période de Carnaval se clôt en effet le jour du Mardi gras, veille du Carême, cette période de quarante jours de jeûne avant l’anniversaire de la mort puis de la résurrection du Christ (Pâques).
Pour mieux faire la fête et le fou, on prend l’habitude de se déguiser : derrière un masque, toutes les barrières sociales, d’âge ou de fortune disparaissent !

Quelques superstitions de Carnaval
 Les croyances ancestrales assurent que le bruit et les danses de Carnaval favorisent la prospérité. 
Pendant cette période de lien entre les vivants et les morts (évoqués par les masques), il ne fallait ni brûler les os des bêtes ni les donner à manger aux chiens : il valait mieux les enfouir dans une écurie, comme autant de graines symboliques des animaux à naître. 
Carnaval se terminait souvent par un feu. Pour s’assurer de bonnes moissons à venir, on conseillait de sauter par-dessus le feu, le plus haut possible, ou bien d’emporter des cendres et d’en répandre dans les champs.

Les géants de Carnaval
 Dès le Moyen-Age, on a construit de grands mannequins, appelés rois de Carnaval, que l’on faisait défiler dans les rues en grande joie. A la nuit tombée, le pantin était jugé par un tribunal improvisé puis brûlé car il évoquait à la fois les bêtises de chacun et la fin de l’hiver. 
Si les déguisements ont évolué vers des masques de princesses, de fées, de dragons, de loups ou de personnages politiques, si plus personne aujourd’hui ne bondit à travers les flammes du Carnaval ou ne porte de cendres dans ses champs (qui donc d’ailleurs a encore un champ ?), les bons géants existent encore dans de nombreuses régions de France. Très attendus, ils constituent le point d’orgue des parades urbaines ou villageoises orchestrées pour Carnaval comme des spectacles de stars.
Et vous ? En quoi vous êtes-vous déguisé cette année 


L'expérience
C'est peut-être l'attrait d'un parti. Ou c'est peut-être les perles brillantes. Quoi qu'il en soit, depuis 1857, Mardi Gras à la Nouvelle Orléans a une façon d'attirer les visiteurs du monde entier à l'expérience rien de tel que ce qu'ils ont jamais connu auparavant.

Le long de Canal Street, vous trouverez un monde interactif plein de personnages colorés du Mardi Gras, la musique, et le plaisir que le flux turbulent défilés par. Chaque parade du Mardi Gras est représentée par une confrérie (ou club) à chaque début procession avec la présentation du flotteur pour leur roi et la reine.
Bibelots (ou lance) de pourpre, vert et or (représentant la justice, la foi, et la puissance, respectueusement), sont abondamment jetés à la foule enthousiaste - s'attendent à voir traditionnel Mardi Gras perles, des doublons, et les tasses, volant dans les airs - tous en réponse à l'accrocheur «jetez-moi quelque chose, monsieur« cris de la foule.
Le plus assisté Mardi Gras parades sont que de Rex et le zoulou, qui sont deux clubs très actifs sociaux à la Nouvelle Orléans. Dans les jours qui ont précédé la fête de Mardi Gras, les membres de ces confréries populaires éliront leurs redevances parade, assister aux bals masqués élaborer et préparer leurs chars et plaids pour la présentation.
Tournez le coin de Canal sur Bourbon Street et vous trouverez un autre intéressant Mardi Gras monde en mettant l'accent sur la nourriture, la musique, l'alcool sans fin, et la nudité rampante. C'est là que Mardi Gras se transforme en une énorme fête. Voici les Hurricanes (une concoction mortelle peu de rhum, le rhum, plus de rhum, de jus d'orange et jus d'ananas) et de la foule bruyante freiner les rues bondées.

Ce Mardi Gras exposé peuvent être choquantes pour certains, mais il est généralement d'avoir du plaisir - ou comme ils disent à la Nouvelle Orléans, laissez les bon temps rouler - laissez les bons temps rouler. Climaxing sur les robes Fat tout le monde mardi en costumes et célèbre le rituel avant le jeûne du carême. Le Bourbon Street au cours de Mardi Gras festival, il est possible de tout voir du corps étant mis à nu afin de recueillir d'autres perles de sexualité qui ne sont pas adaptés aux personnes modestes ou des enfants. Tout est au cours de Mardi Gras et vous devriez être prêt comme vous venez peut tout voir.
Heureusement pour ceux qui n'ont pas dans le défilé du Mardi Gras et toute scène de la fête, Bourbon Street offre également une pléthore de créole et cuisine cajun (essayez d'écrevisses à l 'étouffée ou Jambalaya et un gâteau pour le dessert King) avec la musique live allant du jazz au Zydeco.
Carnaval, Mardi gras, festival...


Au carnaval de Viareggio, en Italie, on fait défiler des chars représentant des caricatures de politiciens et d'autres personnages célèbres. Ici, Michael Jackson. 
Souvent, lorsqu'on entend le mot «carnaval», on pense spontanément à Rio et Venise. Le premier pour la samba frénétique, le second pour un Casanova tout aussi frénétique. On entrera bientôt à pieds crochus dans le mois des carnavals, février. 

Février, c'est le mois du Mardi gras. C'est la fin de la «semaine des sept jours gras», jadis appelés «jours charnels». Cette période pendant laquelle on festoyait précède le mercredi des Cendres marquant le début du carême et des régimes. Le Mardi gras a lieu juste avant la période du Carême, soit 47 jours avant Pâques. Cette année, ce sera le 8 mars et en 2012, le 21 février.
Le carnaval a été inventé dans les pays tempérés ou chauds et chacun a sa propre vocation, mais le point commun est qu'ils sont toujours rythmés par la musique, la fête et les déguisements. 


«Carnavalons» à travers certains pays.
Italie. Même si le Carnaval de Venise reste une des plus grandes thérapies de groupe de la planète, celui de Viareggio, en Toscane, est très burlesque. Des chars représentent des caricatures de personnages célèbres. Défilés, bals masqués et spectacles se succèdent du 20 février au 13 mars. 
Pérou. Comme le mois de février est le plus chaud au Pérou, beaucoup de ses festivals ont adopté des batailles aquatiques comme amusement populaire. En dehors de Lima, les carnavals les plus incrustés dans la tradition sont ceux de Puno et de Cajamarca. Pour le premier, outre les danses folkloriques, le lac Titicaca figure en point de mire. Pour le second, on explore le marché artisanal qui double le carnaval. Ucayali (chars amazoniens), Tumbes et Pasco sont également des carnavals forts courus.
Martinique. Dans les villages autour de Saint-Joseph, les Chanté Nowel ne sont pas terminés qu'on s'affaire déjà à finaliser les costumes des mascarades et défilés et à faire l'entraînement des enchaînements et des danses dans les cours d'école, devant les parvis d'église ou les mairies. Le temps du carnaval est toujours une période de vacances. Cette année, ce sera du 5 au 9 mars. 
Il y a une règle pour les défilés. Le lundi, les hommes sont en femmes et les femmes en hommes. Ce sont les mariages burlesques. Le mardi, tout le monde est en rouge et noir: sortie des Diables rouges. Le mercredi, tous sont en blanc et noir: mort du roi Vaval. À Fort-de-France et dans les communes.
Trinidad. Après Rio, le Carnaval de Trinidad est un des plus courus (dans tous les sens du terme) de la planète. Steel bands, africanités, costumes flamboyants... On est ici dans une multinationale de la plume, du rythme fessier et des poumons dégarnis. Un détail m'a toujours étonné dans ces destinations: les défilés ne sont jamais sur la plage, mais sur la route. 

Cuba. Longtemps, le pouvoir cubain n'a su que faire de la période du carnaval: endosser les paroles de l'Église ou laisser aller les dépassements des racines africaines? On a tranché. Les carnavals se passent à Trinidad, Santiago et La Havane en juillet et août. Pour les touristes épris de plumes, on a créé les Cabarets Tropicana: tous les jours.


Berlin. On attend au-delà de 700 000 personnes sur le parcours d'une dizaine de kilomètres. Ne pas confondre avec le Carnaval des Cultures, dans cette ville, en été. En février, il y a plus de masques et moins de techno. La tradition du masque et des défilés est une vieille institution en Allemagne. On peut les suivre depuis des villages minuscules ou d'autres villes comme Brême, Düsseldorf et Cologne, ce dernier étant un des plus fous en Europe avec les Crazy Days.

Binche. Ce carnaval se caractérise surtout par la présence de personnages appelés Gilles, vêtus de costumes en toile et en lin doré ornés de 20 lions héraldiques, avec une centaine de couronnes et blasons de feutrine. Ils sont coiffés d'un énorme haut-de-forme fait d'une armature métallique couverte de coton et de dentelle et achevé par des plumes d'autruche. Ils portent un masque car ils ne doivent pas être reconnus le jour du Mardi gras, des sabots, des grelots sur la poitrine, et ils distribuent des oranges. Ils sont un millier à défiler dans la ville. Le Carnaval de Binche, en Belgique, a été reconnu au Patrimoine oral et immatériel de l'humanité par l'UNESCO. 
Dunkerque. En France, on pense le plus souvent au Carnaval de Nice, là où fleurs, citrons et mimosas sont à l'honneur. Et on oublie le Carnaval de Dunkerque, qui a deux atouts: le bord de mer et l'esprit festif du nord de la France. Cohue des masques et symboles de la bande, corsaires et brigands, anges et démons, défilés des géants... Plus qu'une fête, c'est le rendez-vous annuel d'une population. Du Ch' Nord...
Bâle. Le lundi après le mercredi des Cendres, la ville de Bâle éteint ses lumières et commence un défilé masqué appelé Fasnacht. En dehors de Venise, c'est peut-être le lieu en Europe où les masques sont les plus soignés. Drôles ou lyriques. De papier mâché ou de cuir. Tous colorés. Le défilé se fait à la chandelle, ce qui rend les rencontres envoûtantes. Les lundi et mercredi après-midi, les groupes appelés cliques continuent à défiler. Le mardi soir, ce sont les enfants qui viennent jouer de différents instruments de musique. Tout se passe des deux côtés du Rhin.

Cadix. La belle a toujours des yeux de velours et se cache parfois avec sa mantille au cours des nombreux défilés du Carnaval de Cadix. C'est 11 jours de chants, repas (concours gastronomiques) et défilés, où tous sont déguisés (humains et animaux), même ceux qui rentrent dans la ville. Le thème de la semaine, c'est le rire. Il faut tout de même faire attention aux pickpockets qui ont une belle spécialité: les lignes de la main.

Comptines

Mardi gras, t'en va pas, tu mangeras des crêpes. Mardi gras, t'en va pas, tu mangeras du chocolat.
Mardi Gras est mort, il est pas mort il dort, Ah !! Mardi Gras !! T'en fais pas, t'auras des crêpes. Ah !! Mardi Gras !! T'en fais pas, t'en auras pas (comptine boulonnaise, pas-de-calais)
Mardi gras ne t'en va pas, je fais des crêpes, je fais des crêpes. Mardi gras ne t'en va pas, je fais des crêpes et tu en auras.
Mardi-gras est mort. Il faut l'enterrer. Sa femme qui pleure, faut la consoler. En une, en deux, en trois, saute Mardi-gras.


"Dictons"

Lune de Mardi-Gras, tonnerre entendra.
A Mardi gras, qui n'a pas de viande tue son coq - Qui n'a pas de coq tue sa femme.
Quand Mardi gras est de vert vêtu, Pâques met des habits blancs.
Au Mardi gras, l’hiver s’en va.
Mardi gras sous la pluie, l'hiver s'enfuit .
Si le soleil est là pour Mardi Gras, il reparaîtra tout le Carême.
Mardi gras près du feu, Pâques auprès de la porte ; Mardi Gras près de la porte, Pâques auprès du feu.
Mardi Gras, beau temps, beau foin.
Si le soleil luit tôt le matin, semailles de Mardi Gras vont bien.
Le soir de Mardi-Gras, il faut danser sur les fumiers pour avoir des navets.
Mardi Gras pluvieux, fait le cellier huileux. (Périgord)
Le jour de Mardi gras si les noyers sont mouillés y'aura des noix. (Charente)
Lune quand tu la verras nouvelle le Mardi gras force tonnerre tu entendras. (Aveyron)


"Citations"
Un jour par an, le Mardi gras par exemple, les hommes devraient retirer leur masque des autres jours.
  [Claude Aveline]
 
> Mardi gras ne t'en va pas ! Je ferai des crêpes et t'en mangeras !
  [Proverbe français]

Un Turc, qui était passé à Paris le temps du carnaval, racontait au sultan, à son retour à Constantinople, que les Français devenaient fous en certains jours, mais qu'un peu de cendre, qu'on leur appliquait sur le front, les faisait rentrer dans leur bon sens.
(Louis Julien Larcher (1808-1865)


RETOUR INDEX:

 Calendrier //  Accueil





 

***
 
 
 
 


annuaire

Hit-Parade