« Chacun tire la couverture de son bord » 

[Proverbe québécois]

18 mars:
Journée des courtes-pointes


Historique:

Une courtepointe (ou anciennement courte-pointe) est un type de couverture doublée, remplie de coton ou de duvet, piquée ou brodée, qu'on étend sur un lit. Elle se distingue de la couverture simple par le fait qu'elle se compose d'au moins deux épaisseurs de tissu enfermant un rembourrage. Elle peut être utilisée comme l'unique couverture du lit, ou bien comme une couverture d'ornement ajoutée par-dessus la couverture, et dans ce cas elle s'apparente à un couvre-lit ou à un dessus-de-lit. Un fabricant ou un marchand spécialisé dans les courtepointes est un courtepointier.

En couture et en loisirs créatifs, la confection de courtepointes donne lieu à des créations diverses et très élaborées qui distinguent cet élément de literie des simples couvertures ou couettes purement fonctionnelles. Dans les pays anglo-saxons, la courtepointe est appelée quilt, et la confection de courtepointes et de couvre-lits est appelée quilting. Plusieurs types de tissu et plusieurs techniques de couture peuvent être employés. Les courtepointes sont généralement matelassées et peuvent être brodées. Parmi les techniques possibles, le patchwork est très utilisé en Amérique du nord, mais toutes les courtepointes n'y recourent pas.

Pour remonter aux origines de la courtepointe, il faut se reporter à l'époque des Grandes Croisades des XIe et XIIe siècles ; les Européens en auraient ramené la technique du Moyen Orient. Elle fut par la suite introduite en Amérique du Nord par les premiers colons français et anglais.

La courtepointe de lit était l'une des pièces importantes du trousseau de la mariée, qui servait à recouvrir le lit conjugal pour des occasions spéciales comme la période de relevailles et les moments où l'on recevait des visiteurs, et qui convenait au décorum de certains jours de fêtes. Courtepointe en pointes folles, décorée aux points d'épine, de chausson et de feston.

  Il y a très peu de documents sur ce sujet datant d'avant 1750.  Au 18e siècle, beaucoup de vêtements étaient matelassés en Angleterre tel que; les jupons, les bonnets des femmes ainsi que les vestes des hommes.  
Le matelassage fut importé en Amérique du Nord au 18e siècle par les premiers immigrants européens.  Les dames confectionnaient des courtepointes parce que les tissus étaient très chers, il faisait froid et il n'y avait pas ou très peu de chauffage.  Les retailles de tissu étaient alors gardées pour  la confection des courtepointes.  
Les premières leçons étaient apprises dans les maisons des veilles dames quand on visitait les voisins ou dans le hall de l'église. 

Les courtepointes sont associées à plusieurs moments personnels de joie ou de tristesse.  Les courtepointes étaient convectionnées pour une naissance ou un mariage, quand un garçon avait 21 ans on lui faisait une courtepointe avec des dessins qui le représentaient dans ses couleurs préférées.  Aussi quand une personne décédait, on confectionnait une courtepointe avec ses vêtements en souvenir de celle-ci.
On disait que pour une fille; il était bon d'avoir fait 12 courtepointes bien matelasées avant d'être fiancée.  Une treizième serait réalisé entre les fiançailles et le mariage car après, elle n'aurait plus le temps d'en coudre.  

Les motifs européens portaient rarement un nom précis, par contre les motifs américains étaient toujours baptisés.  Certains motifs étaient connus sous le même nom sur tout le territoire des États-Unis, mais d'autres ont reçu des appellations variées selon la région.
Jusque vers 1950, la tradition qui était pricipalement rurale se transférait d'une génération à une autre.  Selon un sondage paru dans la revue Quilter's newsletter magazine, les femmes apprenaient à faire des courtepointes à 11 ans en 1920, à 14 ans en 1940 et à 20 ans en 1960.  Et le premier motif appris était le jardin de grand-mère (hexagone), le 9 morceaux (nine-patch) ou l'appliqué.

Après 1750
Les tissus imprimés commencent à apparaître avec la découverte de l'imprimerie à la plaque de cuivre. 

Avant 1813
La couleur verte est très peu employée car on ne pouvait pas obtenir une teinture verte qui ne déteigne pas.


1700 à 1800
Le coton employé pour rembourrer les courtepointes étaient remplies de graines de cette plante car l'on n'avait pas encore inventé la machine pour les extraire.  Quelques courtepointes rembourré de coton sans graines datant de cette époque ont été trouvées. Probablement qu'elles provenaient du Sud et qu'elles ont été confectionnées dans des familles plutôt aisées qui avaient des esclaves pour égrener le coton.

1880
Vers 1875, l'apparition de la machine à coudre vient influencer la fabrication des courtepointes. On s'en sert pour faire l'assemblage, alors que le piquage continue d'être fait à la main. À la fin du XIXe siècle, la courtepointe nord-américaine connaît sa plus grande floraison. Sa valeur utilitaire décroît au profit de sa valeur décorative. Aujourd'hui, la courtepointe n'est plus uniquement une couverture ou un édredon, elle est devenue murale, tableau, coussin et même vêtement.

A cette époque, les courtepointes avec signatures étaient populaires.  Plusieurs de ses courtepointes, fussent acquises pour l'histoire.  Avec le ou les noms de famille inscrits dessus, il était possible de découvrir où la courtepointe était faite, la localité de la ou les personnes qui avaient travaillé sur la courtepointe et souvent ses courtepointes étaient vendues pour une levée de fond pour leur église.  Parfois même des personnes dans la communauté payaient pour avoir leurs noms brodés.

Fin 1800 - début 1900
L'intérêt pour la confection de courtepointe connu une désaffection quasi générale.  Il était passé de mode, les couvertures de bonne fabrication en usine commençaient largement à être disponible, elles ne coûtaient pas très cher, étaient plus légères et plus chaudes.  Le chauffage domestique arriva dans les maisons alors plus besoin d'empiler plusieurs couvertures sur nous pour avoir chaud.
Le statut de la femme s'est modifié, elles avaient accès à l'instruction alors, elles pouvaient se chercher des occupations hors de la sphère domestique.  Toutefois, bien après 1900, les gens dans les campagnes du Canada et des États-Unis restaient dépendants des traditions artisanales de courtepoitne, par souci d'économie. 

 

Depuis 1975 

On constate un nouvel engouement pour cette activité, considérée par certain comme une forme d'art à part entière.  Cela est du à une importante expositon d'anciennes courtepointes américaines présentées en 1972  aux États-Unis qui suscita un intérêt nouveau.  Pour la première fois, des courtepointes étaient présentées comme des oeuvres d'art et cette perception entraîna un effet de vague.  L'exposition fut aussi présenté au Musée des Arts Décoratif à Paris.  Et aujourd'hui des milliers de femmes, à travers le monde, se passionnent pour ces techniques et cet art dont elles reproduisent les chefs-d'oeuvre du passé, mais qu'elles adaptent aussi à leur époque, créant des oeuvres originales, fruits de leurs recherches et de leurs expressions personnelles.
Aujourd'hui, cet art est considéré comme une activité de loisirs à la fois gratifiante et créative.


"Pour rire" 

Un homme et une femme qui ne se sont jamais rencontrés auparavant, découvrent qu'ils ont été assignés à la même cabine du wagon-lit pour dormir sur un train transcontinental. Après l'embarras initial, ils vont donc dormir, l'homme dans la couchette supérieure et la femme dans la couchette inférieure. Au milieu de la nuit, l'homme se penche par-dessus la couchette, réveille la femme et dit: " Je suis désolé de vous ennuyer, mais j'ai très froid et je me demandais si vous pourriez me donner une autre couverture ? "
La femme se sort la tête de la couchette et avec un reflet dans les yeux dit: " J'ai une meilleure idée. Juste pour ce soir prétendons que nous nous sommes mariés ".
L'homme tout heureux dit: " OK. C'est une merveilleuse idée ! "
La femme dit alors: " Bon bien ... va chercher ta couverture toi-même ! " 

 

     Un jour un petit garçon demande à son père s'il peut prendre sa douche avec lui. Le père dit oui à condition qu'il ne regarde pas en bas. Dans la douche le petit garçon regarde vers le bas et dit à son père "c'est quoi ça?". Son père lui dit que c'est un train. Après il demande à sa mère si il peut prendre sa douche avec elle. Elle dit oui à condition qu'il ne regarde ni en haut nien bas. Là le petit garçon regarde en haut et dit "c'est quoi?" Sa mère c'est des gyrophares. A cet instant il regarde en bas. Il demande à sa mère "c'est quoi ça"? Sa mère dit que c'est un tunnel.
Avant d'aller se coucher le petit garçon demande à ses parents si il peut coucher avec eux. Les parents disent oui à conditions qu'il ne regarde pas sous les couvertures. Pendant la nuit, le petit garçon regarde sous les couvertures et dit à sa mère...
"Maman ouvre tes gyrophares parce que le train de papa va entrer dans ton tunnel".
 

 

      C'est une blonde, une brune pis une rousse en haut d'un édifice en feu. Comme les pompiers sont en grève personne ne risque de venir les aider. Mais 4 hommes bien musclés arrive au bas de l'édifice avec une couverture et crient à la brune :
- Allez saute ma belle on va t'attraper !!!
Alors la brune saute, tombe à côté de la couverture et meurt.
Les gars disent alors à la rousse :
- Allez, saute on va t'attraper !!! 
Alors elle répond :
- Mais vous êtes fou, à cause de vous, mon amie est morte, si vous penser que je vais sauter !!
Alors ils disent :
- Ton amie c'était une erreur mais on va vraiment t'attraper là !!! Elle s'empresse de sauter. Comme de fait l'inévitable arrive et elle tombe à côté et meurt. Alors les gars disent à la blonde :
- Allez saute, on va t'attraper !! 
Alors celle-ci s'empresse de dire :
- Non mais vous êtes détraqués, ça me tente pas de mourir comme mes deux amies, mettez la couverture au sol et poussez-vous 2 mètres plus loin si vous voulez vraiment que je saute !  
 

 

Courte-pointes:
La courtepointe est un édredon fabriqué à partir de nombreux morceaux de tissu assemblés et doublés. On la rembourre ensuite avec du coton, de l'ouate ou de la laine et on réunit les deux épaisseurs par des piqûres faites à la main, point par point.  

2e définition:
Une courtepointe (ou courte-pointe, orthographe peu usitée) est un couverture
de lit ouatée et piquée.
Il existe des "métiers" sur lequel on installe la courte-pointe afin d'avoir plus de facilitée à piquer.
C'était un temps pour les femmes de se rencontrer d'organiser une corvée afin de s'entraider et aussi l'occasion de se délier la langue.
 

Avec un nouvel engouement pour la courtepointe dans les années 90, les Tissus d'Émilie a ajouté une très grande collection de tissus à courtepointe, soit plus de 700 imprimés différents. Venez donc découvrir notre collection !

La courtepointe est un édredon fabriqué à partir de nombreux morceaux de tissu assemblés et doublés. On la rembourre ensuite avec du coton, de l'ouate ou de la laine et on réunit les deux épaisseurs par des piqûres faites à la main, point par point. 

Pour remonter aux origines de la courtepointe, il faut se reporter à l'époque des Grandes Croisades des XIe et XIIe siècles ; les Européens en auraient ramené la technique du Moyen Orient. Elle fut par la suite introduite en Amérique du Nord par les premiers colons français et anglais.

La courtepointe de lit était l'une des pièces importantes du trousseau de la mariée, qui servait à recouvrir le lit conjugal pour des occasions spéciales comme la période de relevailles et les moments où l'on recevait des visiteurs, et qui convenait au décorum de certains jours de fêtes. Courtepointe en pointes folles, décorée aux points d'épine, de chausson et de feston.

Vers 1875, l'apparition de la machine à coudre vient influencer la fabrication des courtepointes. On s'en sert pour faire l'assemblage, alors que le piquage continue d'être fait à la main. À la fin du XIXe siècle, la courtepointe nord-américaine connaît sa plus grande floraison. Sa valeur utilitaire décroît au profit de sa valeur décorative. Aujourd'hui, la courtepointe n'est plus uniquement une couverture ou un édredon, elle est devenue murale, tableau, coussin et même vêtement.


"Citations:"
« Le caprice est une couverture qui ne peut couvrir tous les lits. » 
[Jack Vance]

« L'ivresse venue, nous coucherons sur la montagne nue avec le ciel pour couverture, et la terre pour oreiller. » 
[Li Po]

« Mon cynisme est une mauvaise couverture - mais comment me garantir du froid ? » 
[René Crevel]


Liens intéressants pour les courtepointes:

http://tissusemilie.qc.ca/courtepointes.html 
http://x.webring.com/hub?ring=patchfrancais

 
 

Retour Index:
Mars:   Accueil:
Vous voulez envoyez cette page à un ami(e)?
Cliquez sur ce logo: 





Hit-Parade