10 Mars:
Journée de l'Armée du Salut



William Booth fondateur

Jesous Ahatonhia by JAMES MARSH
Jeu de canecdotes  Booth, « général » William
Booth fonde l'Armée du salut en réponse à « l'amère détresse des pauvres de Londres » (avec la permission de la Metropolitan Toronto Reference Library/T30360). « Soupe et salut », telle est la réponse donnée, en 1865, aux « cris d'amertume des pauvres de Londres » par le prédicateur méthodiste dissident William Booth (voir MÉTHODISME).Telle est l'origine de l'Armée du Salut, vouée à la réforme physique et spirituelle des déshérités : la « soupe » comprend des centres d'hébergement pour hommes, des refuges pour femmes, des colonies agricoles et d'autres établissements du genre. Quant au « salut », il est prêché dans le style méthodiste par une armée d'officiers qui, avec drapeaux, fanfares et chants militaires, partent en quête de leurs ouailles dans les quartiers pauvres. À la fin du siècle, l'Armée du Salut est solidement ancrée dans la société britannique et s'est propagée dans beaucoup d'autres pays.

L'Armée du Salut (parfois appelé Sally Ann) est lancée officiellement au Canada, à London, en Ontario, le 1er juin 1882. Elle est introduite au Canada par d'ardents propagandistes, William Freer et sa femme (à Toronto) ainsi que Jack Addie et Joe Ludgate (à London). Des bataillons de l'Armée sont formés dans toutes les grandes villes de l'Ontario. En 1886, on trouve déjà des « salutistes » de St. John's à Victoria, quoique leurs formes inusitées d'expression religieuse (notamment les chants d'action de grâce sur des airs connus, les réunions sans façon et les bruyantes assemblées en plein air) soulèvent beaucoup de colère et occasionnent des batailles juridiques. Par son travail tenace d'aide sociale, l'Armée finit par gagner le respect dans tout le pays.

Un premier refuge pour filles « déchues » ouvre ses portes à Toronto, en 1886, suivi par d'autres à Winnipeg, Montréal et Victoria. En 1891, l'Armée ouvre son premier foyer d'accueil pour la réadaptation de ceux qui sortent de prison et pour les aider à réintégrer la société. Des maisons de refuge pour enfants, des prisons agricoles et des centres d'hébergement pour hommes ont également été ouverts, puis, en 1904, le premier Hôpital de la Grâce ouvre ses portes à Winnipeg. L'année suivante, un officier de l'Armée du Salut devient le premier agent de libération conditionnelle du pays et les premiers immigrants d'Angleterre parrainés par l'Armée arrivent la même année. Dès 1914, le nombre total des immigrants établis au Canada grâce à ce parrainage dépasse 150 000. Les officiers de l'Armée du Salut agissent en tant que chapelains pour les soldats canadiens au cours de la Première et de la Deuxième Guerre mondiale. Ils se chargent de la gestion de programmes visant à apporter confort et soutien aux troupes à l'étranger.

Activités actuelles
Aujourd'hui, l'Armée continue d'oeuvrer en tant qu'église chrétienne se préoccupant grandement des problèmes sociaux. L'Armée du Salut se donne aujourd'hui pour mission « Un don d'espoir pour la vie ». Représentant le plus important fournisseur direct de service d'aide sociale non gouvernemental, l'Armée dessert annuellement près de 1,5 million de personnes au Canada par l'entremise de divers programmes. Les 100 000 membres au Canada embrassent toujours la théologie méthodiste en prohibant l'alcool avec ferveur et en partageant leurs croyances par le culte et le service à la communauté.

Ses membres, son culte et sa diffusion de l'Évangile font de l'Armée une église suburbaine communautaire. Certains groupes de membres évangélistes se nomment toujours salutistes, comme auparavant, et évangélisent les défavorisés, comme l'Armée le faisait par la passé.

En général, la plupart des membres maintiennent les valeurs de la classe moyenne et pratiquent un culte très semblable à celui des autres églises évangéliques modernes. Les salutistes se distinguent par leur uniforme (obligatoire pour les offices et porté moins fréquemment par les soldats), leur fanfare au cours des réunions, leur abstinence et leur non-respect des sacrements et leur nombre important de femmes prédicatrices. De nos jours, le style évangélique de l'Armée est en général moins conflictuel et agressif que par le passé.

Le programme de formation des officiers sous la tutelle de l'Armée est considérablement différent et met maintenant plus d'accent sur la scolarité. L'Armée a consolidé son programme de formation des collèges de St. John's et Toronto pour n'avoir qu'un programme à Winnipeg. Les cadets participent aux cours offerts par l'établissement d'arts libéraux de l'Armée, William and Catherine Booth College (1972) et au programme Christian Education and Social Work de l'Université du Manitoba. Les futurs officiers de l'Armée sont incités à combler les attentes de l'organisation en obtenant un baccalauréat.

L'aile sociale de l'Armée a grandement été influencée par les coupures gouvernementales et l'attitude sociale changeante. La fermeture des services sociaux pour femmes dans la plupart des hôpitaux de la Grâce est l'un des changements les plus importants. La diminution des subventions gouvernementales fédérales et provinciales aux oeuvres charitables force l'Armée a éliminer plusieurs services offerts à l'Hôpital de la Grâce de Halifax, Labrador City, Calgary, Ottawa, Windsor et St John's, ne laissant que deux hôpitaux gérés entièrement par l'Armée du Salut : Winnipeg Grace et Scarborough Grace. L'Armée offrir des soins continuels et de réadaptation au Toronto Grace Health Centre et la Catherine Booth Hospital à Montréal ainsi que quatre hospices à Calgary, Regina, Richmond et Winnipeg. Elle se charge également de quatre centres pour adultes accusant un retard de développement, de seize résidences de soins à long terme pour personnes âgées, de six centres multiservices pour femmes et pour mères célibataires et de deux établissements de traitement pour enfants.

Mis à part ces programmes, les principaux domaines de services sociaux de l'Armée sont les programmes d'addiction et de réhabilitation pour les gens aux prises avec les drogues ou l'alcool, les services résidentiels fournissant des foyers et des abris d'urgence aux hommes et femmes dans plus de 40 villes canadiennes, les services communautaires et familiaux dans environ 175 villages et villes distribuant nourriture, vêtements et meubles aux familles dans le besoin dans les situations d'urgences et les services correctionnels et juridiques, notamment les centres de programmes communautaires et résidentiels pour les jeunes.

L'Armée offre également des camps pour les enfants défavorisés et pourvoit en personnel des centres de prévention du suicide. La campagne Red Shield, la campagne des marmites de Noël et les milliers de bénévoles civils de l'Armée contribuent grandement à plusieurs communautés canadiennes.

Auteur R.G. MOYLES Révision ANNE-MARIE PEDERSEN

Armée du salut:
en anglais Salvation Army

Société religieuse méthodiste que fonda William Booth à Londres en 1865. Organisée militairement — elle est commandée par un général élu par son Conseil —, elle exerce une importante action sociale (centres d'accueil, bureaux de placement, distribution de repas, etc.) et publie un journal, En avant.

Les gens que nous servons:
L'Armée du Salut est l'un des plus importants prestateurs de services sociaux au Canada. Réputée pour son excellence et sa compassion, l'Armée du Salut fait en sorte que ses intervenants comblent les besoins actuels, tout en planifiant des programmes nouveaux et novateurs pour l'avenir.
Ce qui est primordial pour nous, ce sont les gens que nous servons, les voici:
 les adultes à alphabétiser
 les familles dans le besoin
 les personnes âgées
 les sans-abri
 les personnes souffrant de dépendances
 les handicapés
 les malades mentaux
 les femmes et les enfants
 les délinquants et leurs victimes
 les familles désunies
 les gens qui doivent se rétablir
 ceux qui ont des besoins spirituels

Description

L’Armée du Salut est un mouvement religieux évangélique international. Il a fait son entrée au Canada en 1882, mais son histoire avait commencé avant cela à Londres, en 1865, sous le nom de « Mission chrétienne ». Un ministre méthodiste dissident, William Booth, a élaboré le concept de « soupe et salut ». Selon lui, on ne pouvait prêcher le salut à des gens affamés. En 1878, la Mission chrétienne a été renommée Armée du Salut, puisque sa structure pouvait être comparée à une structure militaire. Il s’agit d’une Église et d’un organisme de services sociaux.

Au début, la présence et les méthodes de l’Armée du Salut au Canada suscitaient beaucoup d’opposition de la part des politiciens municipaux et d’autres citoyens, et les salutistes étaient souvent battus et emprisonnés pour leurs activités. Toutefois, lorsque les bienfaits sociaux de l’organisme sont devenus évidents, l’Armée du Salut a été beaucoup mieux acceptée. En 1909, le Parlement a édicté une loi qui donnait à l’organisme une capacité juridique.

Parmi les programmes sociaux élaborés par l’Armée du Salut au Canada, mentionnons les magasins d’occasions, le concept de la récupération à Toronto en 1908, des résidences pour personnes âgées et les maternités Grace.
La mission de l’Armée du Salut consiste à prêcher l’Évangile et à propager le christianisme, à répondre aux besoins de base et spirituels de toute personne nécessitant de l’aide, peu importe sa race, sa couleur, ses croyances, son sexe ou son âge.

Comme celles de certaines autres Églises protestantes, la doctrine de l’Armée du Salut est qu’il n’y a qu’un seul Dieu, la Trinité constituée du Père, du Fils et du Saint Esprit, trois personnes égales possédant la même autorité et le même niveau de gloire.

Éléments religieux
Textes sacrés et doctrines

L’Ancien Testament et le Nouveau Testament
L’Acte de Fondation de l’Armée du Salut de 1878
La Loi de 1980 sur l’Armée du Salut

Le Credo des apôtres, le Credo de Nicée et le Credo de Saint Athanase

Sacrements
L’Armée du Salut ne célèbre pas de sacrements particuliers comme rituels obligatoires. Les sacrements chrétiens sont reconnus et observés par chacun, mais pas sous forme de rituels célébrés à des moments prédéterminés. Par exemple : l’Eucharistie peut être reconnue à toute table où Jésus a été le bienvenu.

Code de moralité

Les dix commandements et les enseignements de Jésus-Christ

Lieux de culte
On y fait référence en utilisant le mot « poste », mais aussi celui de citadelle, de temple ou d’église communautaire.

Pratiques et offices religieux
Le service du dimanche.

Organisation et gestion du clergé
L’organisation et la gestion de l’Armée du Salut ont une structure militaire. La gestion se fait de façon descendante.

Le Haut-Conseil dirige l’Église, il est composé de tous les chefs de territoires et des commissaires actifs. Il se réunit afin d’élire le Général de l’Armée du Salut, ou le dirigeant international, et afin de déterminer les politiques de l’Église.

On appelle une congrégation une « congrégation du poste ». Elle est dirigée par un « officier de poste ». Les officiers de poste sont des ministres du culte ordonnés. Les membres de la congrégation qui ne sont pas ordonnés sont appelés des « soldats ». Les dirigeants laïcs du poste se réunissent à titre de commission de contrôle et de conseil de poste afin de gérer les affaires de la congrégation. Le dirigeant laïc principal du Poste est appelé le sergent major du Poste.

Les postes sont regroupés en divisions régionales dirigées par les commandants divisionnaires. Les divisions sont regroupées en territoires.

Propagation de la foi

La principale mission de l’Armée du Salut est l’évangélisation. Son objectif est de propager l’Évangile au moyen de diverses méthodes d’entraide à la société. L’Église et ses membres n’hésitent pas à aller vers le pauvre et l’abandonné afin de l’amener au salut.

Célébrations et fêtes importantes
Jours d’observance réguliers

Code vestimentaire

Les membres doivent porter l’uniforme de l’Armée du Salut le dimanche pour le service religieux et chaque fois qu’ils sont en service.

Code alimentaire
Les membres doivent s’abstenir complètement de consommer de l’alcool, que l’on considère mauvais pour l’esprit et la société.

Code en matière de soins médicaux et de santé
L’Armée du Salut (Canada) a publié des positions de principe en ce qui concerne un bon nombre de problèmes de la société moderne liés à la santé et à la sexualité (http://www.salvationarmy.ca).

L’Église ne s’oppose aucunement à l’utilisation de drogues pharmaceutiques si elles sont prescrites par un médecin, mais condamne, au nom de la moralité, toute utilisation de drogues non thérapeutiques et de narcotiques dont l’objectif est de créer un état hallucinogène ou d’oubli. Elle s’oppose à la consommation d’alcool pour la même raison, et on exige l’abstinence totale de la part des membres en ce qui a trait à ces substances.
Les membres doivent s’abstenir de fumer.

L’Église s’oppose à l’avortement sur demande ou comme moyen de régulation des naissances. L’Église ne s’oppose pas à l’avortement
« dans des cas très rares où, selon l’avis de médecin, la gestation met en danger la vie de la mère ou peut entraîner de graves séquelles physiques. Elle est également justifiée dans les cas de viol et d’inceste avérés ou lorsqu’un diagnostic fiable a permis de déceler une anomalie foetale qui ne permettrait pas au nouveau-né de survivre ou qui le priverait totalement de la fonction cognitive. »
(Source : http://www.armeedusalut.ca/information/principes_fr.html — Les positions de principe de l’Armée du Salut ? Territoire du Canada et des Bermudes)

L’euthanasie et le suicide assisté sont considérés comme moralement répréhensibles.

L’Église accepte l’insémination artificielle et la fécondation in vitro entre deux conjoints afin de les aider à procréer, mais elle s’oppose à l’insémination artificielle par un donneur pour des raisons de nature morale.

L’Église s’oppose à la maternité de substitution.

L’Armée du Salut tient pour mystérieuses les origines de l’homosexualité, mais considère qu’il s’agit d’une pratique immorale que l’on peut éviter. Les homosexuels « actifs » ne sont pas admis comme membres de l’Église.

Décès et funérailles

Les salutistes croient en l’immortalité de l’âme et en la résurrection du corps. Le service funèbre et les obsèques des membres décédés sont dirigés par les ministres du culte (les officiers). Les pratiques correspondent à la tradition chrétienne.

Autres

L’Armée du Salut est connue pour ses missions de service à l’intention des membres des Forces armées. Un de ses objectifs était de collaborer avec les Forces canadiennes en Europe en temps de guerre et en temps de paix. L’Armée du Salut est reconnue par les vétérans canadiens pour son dévouement à assurer leur bien-être pendant qu’ils étaient en service militaire.

L’Église considère le dimanche comme le jour du Seigneur, un jour de repos et de culte. Elle s’oppose aux rencontres sportives commerciales, aux manifestations politiques ainsi qu’à toute activité engendrant la sécularisation de cette journée.
Les femmes et les hommes ont le même statut dans tous les domaines au sein de l’Armée du Salut.
L’Armée gère des centres de désintoxication partout dans le monde.

Sources d’information additionnelles
http://www.salvationarmy.ca — site officiel de renseignements pour le territoire du Canada et des Bermudes de l’Armée du Salut

L’Armée du Salut
2, boul. Overlea
Toronto (Ontario) M4H 1P4
Téléphone : (416) 425-2111


Les familles désunies

Dans notre société éclatée, les relations familiales sont perturbées de maintes façons :
 une fille quitte le foyer et rompt tout contact avec sa famille;
 après une querelle familiale, chacun est plein de ressentiment;
 le divorce sépare l'enfant de l'un de ses parents;
 des frères et soeurs se perdent de vue à cause des constants changements d'adresse;
 un père abandonne sa famille parce qu'il n'arrive plus à faire face à ses responsabilités.
Le service de recherche de parents disparus de l'Armée du Salut aide à la stabilité de la famille en permettant de rétablir des liens familiaux. Son objectif est de repérer, au nom du demandeur, un membre de la famille qui ne donne plus de nouvelles afin que la communication soit réinstallée ou, dans certains cas, établie pour la première fois. Souvent, les retrouvailles permettent de réunir en son sein d'autres membres de la famille.

De Vancouver à St-John's, le service de recherche de parents disparus de l'Armée du Salut préserve l'intégrité des valeurs familiales et permet de renouer des relations brisées.

L'hiver : on s'en occupe

Devant les rigueurs de l'hiver le dispositif d'urgence développé tout au long de l'année par l'Armée du Salut se renforce.

  L'Armée du Salut Américaine a été mobilisée après la tragédie du World Trade Center.
 


 
 
 

RETOUR INDEX:

 Calendrier  //   Accueil
 


 
 

Vous voulez envoyer cette page à un ami(e)?
cliquez sur le logo:








Hit-Parade