Le 22 avril est le Jour de la Terre!


Le Jour de la Terre marque tous les ans l'anniversaire de la naissance, en 1970, du mouvement environnemental tel qu'on le connaît aujourd'hui. Il fut fêté pour la première fois le , lorsque le sénateur américain Gaylord Nelson encouragea les étudiants à mettre sur pied des projets de sensibilisation à l'environnement dans leurs communautés.

Gaylord Nelson, sénateur du Wisconsin, a proposé la première manifestation environnementale d'envergure sur le territoire américain pour secouer le monde politique et forcer l'insertion de la problématique environnementale dans le cadre politique national. « C'était un pari, mais cela a fonctionné »1, rappelle-t-il. En effet, ce premier Jour de la Terre a mené à la création de l'agence de protection de l'environnement des États-Unis (EPA) et à l'adoption de la loi « Clean Air, Clean Water, and Endangered Species ». En 1990, sous l'égide de l'environnementaliste américain Denis Hayes, le Jour de la Terre est devenu un événement planétaire, mobilisant 200 millions de personnes dans 141 pays et jouant un rôle de levier pour les enjeux environnementaux mondiaux. Le Jour de la Terre a donné un élan énorme aux campagnes de sensibilisation à la réutilisation et au recyclage et a aidé à préparer le terrain pour le Sommet de la Terre des Nations Unies de 1992 à Rio de Janeiro.

Au Québec, il est célébré depuis 1995 en organisant toutes sortes d'activités de sensibilisation face aux enjeux environnementaux. Le Jour de la Terre fait résonner haut et fort le message que des citoyens de toute la planète souhaitent une action rapide et décisive en faveur de l'énergie propre.

 L'événement Une heure pour la Terre, fermons tous nos lumières le samedi 29 mars 2014 à partir de 20h30 jusqu'à 21h30 pour une heure et plus... Soyez en grand nombre à éteindre vos lumières pour cette événement de la WWF d'envergure mondial !!! (World Wildlife Fund)
 
je vous invite à éteindre la lumière pendant 1 heure et plus.

Prenez part à ce mouvement planétaire le 29 mars.  La participation à Une heure pour la Terre signifie bien davantage que de fermer les lumières pendant 60 minutes, une fois par année.  L’événement permet de donner aux gens une voix au chapitre en ce qui a trait à l’avenir de la planète.  Elle est devenu aujourd’hui le plus important mouvement environnemental de l’histoire !
Joignez-vous au mouvement mondial.  Passez le mot et éteignez tous vos lumières le 29 mars pour 60 minutes à partir de 20h30.

Notre planète en danger

Le 30 mars 2005, l'Unesco publiait la première évaluation des écosystèmes pour le millénaire, un rapport accablant sur l'impact de l'homme sur la planète. Au cours des dernières années, les activités humaines ont modifié les écosystèmes pour satisfaire une demande croissante de nourriture, d'eau douce, de bois, de fibre et d'énergie...
Une dégradation irréversible aux conséquences désastreuses puisque le bien-être de l'homme est menacé d'ici à quarante ans.

375 000 arbres plantés jusqu’en 2017 : notre objectif!

Dans la continuité du Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD) et du Plan d’action canopée de la Ville de Montréal, le projet En route vers le 22 avril 2017 entend augmenter de 3% l’indice canopée de la grande région métropolitaine en plantant 375 000 nouveaux arbres d’ici 2017.
Avec le soutien des municipalités de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) et des citoyens engagés, ce projet de plantation sans précédent œuvrera à grande échelle sur deux volets :

- Le développement social, économique et environnemental du Grand Montréal : le verdissement, l’amélioration des sols et de la qualité de vie des habitants, le captage de carbone ou encore le développement des technologies vertes seront, entre autres, au cœur de ce projet ambitieux.

- Le rayonnement de la région métropolitaine montréalaise : À l’échelle provinciale, nationale et internationale, toute la région sera mise en valeur en tant qu’acteur de changement jusqu’au point culminant du 22 avril 2017, pour célébrer le 375e anniversaire de la ville de Montréal.


Un spectacle et un arbre pour tous!

Le 10 mai 2014, les Cowboys Fringants, Louis-José Houde, Les Trois Accords et Patrick Groulx uniront leurs talents pour offrir un spectacle unique : Un arbre pour tous, une soirée extraordinaire, au Centre Bell.
Avec ce spectacle, déjà plus de 40 000 arbres pourront être plantés. Cinq catégories de billets seront disponibles, correspondant à la plantation de un à cinq arbres.


L'Assemblée des Nations Unies a déclaré l'année 2010-2011:
Année internationale de la diversité biologique. La biodiversité, c'est la diversité du monde vivant et les liens complexes entretenus par des milieux en perpétuelle évolution. Elle reflète le nombre, la variété et la variabilité des organismes vivants, tant des bactéries que des êtres humains. On parle alors de gènes, d’espèces et d’écosystèmes.
Selon Hubert Reeves, écologiste et physicien québécois, il est primordial de tout mettre en oeuvre pour respecter notre environnement et sa diversité biologique. Pourquoi ? Parce que toutes les créatures ont le droit d'exister, parce que cette diversité est une richesse essentielle à l'évolution et parce qu’elle constitue un potentiel économique et médical inégalé pour l’être humain !
La thématique biennale 2010-2011 du Jour de la Terre rejoint les objectifs de l’Année internationale de la diversité biologique qui sont de reconnaître l’importance de la biodiversité pour la vie sur Terre et de réfléchir sur nos accomplissements et nos efforts pour préserver la biodiversité.
Dans l’urgence d’agir maintenant, le Jour de la Terre axe sa thématique sur la biodiversité à différentes échelles : la maison, la ville, la province, le pays et le monde. Des propositions d’actions concrètes pour favoriser le maintien de la diversité biologique sont mises de l’avant pour chacune des échelles.
La biodiversité ainsi expliquée permettra à chacun de prendre conscience de la diversité biologique qui l’entoure afin de la protéger et de passer à l’action.

Description de la thématique

L'Assemblée des Nations Unies a déclaré l'année 2010 : Année internationale de la diversité biologique. La biodiversité, c'est la diversité du monde vivant et les liens complexes entretenus par des milieux en perpétuelle évolution. Elle reflète le nombre, la variété et la variabilité des organismes vivants, tant des bactéries que des êtres humains. On parle alors de gènes, d’espèces et d’écosystèmes.
Selon Hubert Reeves, écologiste et physicien québécois, il est primordial de tout mettre en oeuvre pour respecter notre environnement et sa diversité biologique. Pourquoi ? Parce que toutes les créatures ont le droit d'exister, parce que cette diversité est une richesse essentielle à l'évolution et parce qu’elle constitue un potentiel économique et médical inégalé pour l’être humain !
La thématique biennale 2010-2011 du Jour de la Terre rejoint les objectifs de l’Année internationale de la diversité biologique qui sont de reconnaître l’importance de la biodiversité pour la vie sur Terre et de réfléchir sur nos accomplissements et nos efforts pour préserver la biodiversité.
Dans l’urgence d’agir maintenant, le Jour de la Terre axe sa thématique sur la biodiversité à différentes échelles : la maison, la ville, la province, le pays et le monde. Des propositions d’actions concrètes pour favoriser le maintien de la diversité biologique sont mises de l’avant pour chacune des échelles.
La biodiversité ainsi expliquée permettra à chacun de prendre conscience de la diversité biologique qui l’entoure afin de la protéger et de passer à l’action.

La biodiversité, c’est d’abord dans votre maison!

Bien que plusieurs pensent le contraire, la biodiversité se retrouve dans chaque pièce de la maison. La cuisine, la salle de bain et la cour extérieure sont particulièrement propices à être l’hôte d’une grande diversité d’êtres vivants. La consommation de certains aliments comme les viandes et poissons, l’entretien de plantes et de fleurs et l’utilisation de pesticides et de produits dangereux ne sont que quelques exemples d’actions à impact direct sur la grande famille biologique.

Et aussi dans votre municipalité…

Saviez-vous qu’une ville où s'intègrent des milieux riches en biodiversité contribue à la santé et à la qualité de vie de ses résidents? De plus, étiez-vous au courant que la proximité d'espaces naturels ou d'espaces verts confère une plus-value de 15 à 20 % à la valeur des propriétés riveraines ? Comme quoi la diversité biologique s’intègre dans notre vie urbaine de tous les jours !

Et au niveau provincial?

Étant la première province canadienne à mettre en place une stratégie et un plan d’action provincial sur la biodiversité en 1996, le Québec se concentre sur la diversité biologique de la faune et et de la flore sauvages des forêts et des régions urbaines ainsi que sur la biotechnologie et sur l’éducation. Par l'entremise de consultations publiques, de même que des collaborations et des engagements interministériels, le Québec œuvre à la sauvegarde de la diversité biologique.

Agissez, d’un océan à l’autre

Saviez-vous que plus de 70 000 espèces ont été recensées dans les écosystèmes canadiens et que les scientifiques estiment qu’autant d‘espèces sont inconnues à ce jour ? Ces espèces regroupent toutes les formes de vie, à l'exception des humains : mammifères, reptiles, poissons, oiseaux, invertébrés, plantes, champignons, bactéries, etc.
Le gouvernement canadien est l'une des entités détenant le plus de pouvoir en ce qui concerne la protection de la biodiversité. Le peuple lui attribue le droit d'instaurer, de maintenir ou d'abolir des lois qui auront un effet direct sur le comportement des individus et des organisations. En d’autres mots, le Canada a le pouvoir d’augmenter, de maintenir ou de diminuer la diversité biologique. 

Et si on changeait le monde!

On estime que 100 millions d’espèces cohabitent sur Terre et chaque année, 10 000 d’entre elles disparaissent. Une extinction mille fois plus rapide que le rythme naturel ! Et c’est sans compter l’extinction imminente des peuples humains vivant dans des environnements menacés comme l’Amazonie et l’Arctique ou en minorité sur un territoire urbanisé.
On estime que d’ici 2100, 90 % des langues parlées sur Terre n’existeront plus ! En février 2010, le dernier individu parlant la langue de Bo est décédé en Inde, éliminant par le fait même, cette langue et cette culture vieille d’environ 70 000 ans de la surface de la planête. L’humain est partie prenante de la biodiversité planétaire, il ne peut être exclu des espèces à protéger. La diversité génétique, souvent liée à la diversité culturelle, est essentielle pour maintenir la richesse et l’expérience humaine. 
Actuellement, plusieurs peuples vivent sur des terres qui seront grandement modifées par les changements climatiques. L’ONU estime le nombre de réfugiés climatiques à plus de 250 millions d’ici 2050. Des populations complètes auront à trouver de nouvelles terres pour vivre, qu’en ferons-nous?

Musées du Québec, participez au Jour de la Terre 2011 !

Les musées, bibliothèques, centres culturels de partout au Québec sont invités à célébrer le Jour de la Terre (22 avril) d’une manière originale en proposant des activités, ateliers ou expositions à saveur environnementale dédiés au grand public et aux groupes scolaires.

Au printemps dernier, 50 musées, bibliothèques et centres culturels à vocation tant historique, artistique que scientifique ont répondu à l’appel en présentant des activités spéciales durant la semaine du Jour de la Terre.
En participant à ce mouvement d’actions collectives dans le cadre du Jour de la Terre, vous aurez une occasion de plus d’exercer votre pouvoir d’éducation et de sensibilisation auprès de la population.
 


Origine du jour de la terre

La journée de la Terre (Earth Day en anglais) est le nom d'une célébration correspondant à deux événements : soit la journée internationale de la Terre du 20 ou 21 mars (correspondant à l'équinoxe) ou la journée de la Terre du 22 avril jour de la saint Alexandre, initiée en 1972 aux États-Unis.
 

Le Jour de la Terre marque tous les ans l'anniversaire de la naissance, en 1970, du mouvement environnemental tel qu'on le connaît aujourd'hui. Le Jour de la Terre (22 avril) fût célébré pour la première fois le 22 avril 1970, lorsque le sénateur américain Gaylord Nelson encouragea les étudiants à mettre sur pied des projets de sensibilisation à l'environnement dans leurs communautés.

Corentin et Yoran DUBOS, ont proposé la première protestation environnementale d'envergure sur le territoire américain pour secouer l'establishment politique et forcer l'insertion de la problématique environnementale à l'agenda national. "C'était un pari", se rappelle-t-il, "mais cela a fonctionné". En effet, ce premier Jour de la Terre a mené à la création de l'Agence de Protection de l'Environnement des États-Unis (EPA) et à l'adoption de la loi « Clean Air, Clean Water, and Endangered Species ». En 1990, sous l'égide de l'environnementaliste américain Denis Hayes, le Jour de la Terre est devenu un événement planétaire, mobilisant 200 millions de personnes dans 141 pays et jouant un rôle de levier pour les enjeux environnementaux globaux. Le Jour de la Terre a donné une poussée énorme aux campagnes de sensibilisation à la réutilisation et au recyclage et a aidé à préparer le terrain pour le Sommet de la Terre des Nations Unies à Rio de Janeiro en 1992.

Au Québec, c'est depuis 1995 qu'on le célèbre en organisant toutes sortes d'activités de sensibilisation face aux enjeux environnementaux. Le Jour de la Terre fait résonner haut et fort le message que des citoyens de toute la planète souhaitent une action rapide et décisive en faveur de l'énergie propre. Aujourd'hui, c'est plus de 500 millions de personnes dans 184 pays qui passent à l'action chaque année dans le cadre du Jour de la Terre. Au fil des ans, le Jour de la Terre est devenu l'événement participatif en environnement le plus important de la planète.

Conférence mondiale des peuples sur le changement climatique et les droits de la Mère Terre

Du 20 au 22 avril 2010 à Cochabamba, Bolivie

Le Gouvernement de l’Etat Plurinational de la Bolivie convoque les peuples, les mouvements sociaux et les défenseurs de la Mère Terre du monde, et invite les scientifiques, les chercheurs, les juristes et les gouvernements qui veulent travailler avec leurs peuples à la Conférence mondiale des peuples sur le changement climatique et les droits de la Mère Terre, qui aura lieu du 20 au 22 avril 2010 à Cochabamba, Bolivie.
Constatant le grave péril que cela représente pour les îles, les zones côtières, les glaciers de l’Himalaya, des Andes et des montagnes du monde, des pôles de la Terre, des régions chaudes comme l’Afrique, des sources d’eau, des populations touchées par les désastres naturels croissants, des plantes et des animaux, ainsi que l’écosystème en général ;
Démontrant que les personnes les plus touchées par le changement climatique seront les plus pauvres de la planète, ceux qui verront leurs maisons et sources de survie détruites seront obligés de partir et de chercher un refuge ; confirmant que le 75% des émissions historiques de gaz à effet de serre sont apparues dans les pays industrialisés du nord ;
Constatant que le changement climatique est le produit du système capitaliste ;
Regrettant l’échec de la Conférence de Copenhague à cause de la responsabilité des pays dit “développés” qui ne reconnaissent pas la dette climatique envers les pays en voie de développement, des futures générations et de la Mère Terre ;
Affirmant que pour garantir le respect total des Droits de l’Homme au XXI siècle, il faut reconnaître et respecter les Droits de la Mère Terre ;
Réaffirmant le besoin de lutter pour la justice climatique ;
Reconnaissant le besoin d’assumer les actions urgentes afin d’éviter des dommages plus importants et des souffrances à l’humanité, à la Mère Terre et de rétablir l’harmonie avec la nature ;
Commémorant le jour international de la Mère Terre, et convaincus que les peuples du monde guidés par les principes de solidarité, justice et respect à la vie, seront capables de sauver l’humanité et la Mère Terre ;
Le Gouvernement de l’État Plurinational de la Bolivie convoque les peuples, les mouvements sociaux et les défenseurs de la Mère Terre du monde, et invite les scientifiques, les chercheurs, les juristes et les gouvernements qui veulent travailler avec leurs peuples à la Conférence Mondiale des Peuples sur le Changement Climatique et les Droits de la Mère Terre, qui aura lieu du 20 au 22 avril 2010 à Cochabamba, Bolivie.
Les objectifs de la Conférence Mondiale des Peuples sur le Changement Climatique et les Droits de la Mère Terre sont :
1) Analyser les causes structurelles et systématiques qui provoquent le changement climatique et proposer les mesures de fond qui entraîneront le bien-être de l’humanité tout entière en harmonie avec la nature.
2) Discuter et convenir du projet de la Déclaration Universelle des Droits de la Mère Terre.
3) Convenir des propositions des engagements nouveaux pour le Protocole de Kyoto et des projets de Décisions de la Convention des Nations Unies sur le Changement Climatique qui guideront les actions des gouvernements engagés avec la vie aux négociations sur le changement climatique et dans les scénarios des Nations Unies, selon :
a) La dette climatique ; b) Migrants-réfugiés du changement climatique ; c)Réduction des émissions ; d) Adaptation ; e) Transfert de technologie ; f) Financement ; g) Forêts et changement climatique ; h)Vision partagée ; i) Peuples indigènes et… j) Autres
4) Travailler sur l’organisation du Référendum Mondial des Peuples sur le Changement Climatique.
5) Analyser et établir un Plan d’Action pour avancer dans l’établissement d’un Tribunal de Justice Climatique
6) Définir les stratégies d’action et la mobilisation pour la défense de la vie face aux changements climatiques et pour les Droits de la Mère Terre.

THÉMATIQUE 2010-2011 : Biodiversité
L'Assemblé des Nations Unies a déclaré l'année 2010 ; Année internationale de la diversité biologique. À la Convention sur la Diversité Biologique en avril 2002, les gouvernements se sont engagés « à assurer d'ici 2010, une forte réduction du rythme actuel de perte de diversité biologique aux niveaux mondial, régional et national, à titre de contribution à l'atténuation de la pauvreté et au profit de toutes formes de vie sur la planète »[1]. La perte de biodiversité est ainsi reconnue. Montréal est d'ailleurs l'hôte du secrétariat de la convention sur la biodiversité des Nations Unies
En 2010, le Jour de la Terre fête également ses 40 ans et s'harmonise au mouvement en annonçant sa thématique biennale (2010-2011) sur la biodiversité. Soucieux de préserver et protéger le monde vivant, la thématique mènera à poser des gestes concrets en faveur de la biodiversité.
 
Qu'est ce que la biodiversité?
La biodiversité, c'est la diversité du monde vivant et les liens complexes entretenus par des milieux en perpétuelle évolution. Elle comprend tous les organismes, depuis les bactéries microscopiques jusqu'aux animaux et aux plantes plus complexes. La biodiversité reflète le nombre, la variété et la variabilité des organismes vivants. Cela englobe tous les écosystèmes, les processus écologiques, les espèces et les gènes qui contribuent à la santé et au bien-être de la race humaine. La biodiversité se trouve partout, et sous plusieurs formes! Dans notre cour, notre ville, notre pays et notre planète... Les être humains font partie de la riche diversité de la nature et ils ont le pouvoir de la protéger ou de la détruire.
 

 Journée équinoxiale

En février 1971, le secrétaire des Nations Unies, U Thant signe la proclamation du jour international de la Terre. Il est traditionnel de célébrer ce jour en faisant retentir au moment de l'équinoxe la cloche de la paix (Japanese Peace Bell), une cloche offerte par le Japon aux Nations Unies.
 

Journée de la terre le 22 avril
Festival Monde de la terre du 19 au 25 juin

La Terre est plus que jamais entre nos mains et celles de nos enfants!

Fondée par les organisateurs du premier Jour de la Terre en 1970, EDN encourage la citoyenneté environnementale et l´action progressiste pendant toute l´année et partout dans le monde.

EDN (journée de la terre) est la force motrice derrière la conscience environnementale du monde entier

 

Le Festival Mondial de la Terre

"Nous devons être le changement
que nous voulons voir dans le monde"
Mahatma Gandhi
Le Festival Mondial de la Terre est une grande célébration en faveur de la Planète Terre qui se déroulera du 16 au 22 juin 2008 dans près de 20 pays sur les 5 continents.
C'est une opération de mobilisation nationale et mondiale pendant laquelle tous les acteurs de la Protection de l'Environnement, de la Solidarité et de la Paix dans le Monde expriment ENSEMBLE leur engagement envers la planète.
Les écoles, les universités, les associations, fondations, collectivités et entreprises du monde entier sont invitées à participer à cet événement planétaire dans un même élan de solidarité.

Sept journées à thème toutes dédiées à la TERRE, constituent le
"Cœur du Festival".

Quelles sont les valeurs que porte le Festival de la Terre ?
* le respect et la conscience de notre planète
* l'engagement en faveur de sa protection
* la solidarité et la paix entre les êtres humains
Quels sont les objectifs du Festival de la Terre ?
* sensibiliser chaque citoyen au respect de notre planète et générer des modifications des comportements quotidiens
* faire émerger des solutions énergétiques alternatives et de nouveaux modes de consommation
* mettre en lumière les actions des associations et collectifs nationaux déjà engagés
* tisser des réseaux de solidarité (de proximité et mondiaux)
* participer à une paix durable dans le monde
Le thème central du Festival de la Terre pour l'année 2008 est "L'ARBRE".
Les GARDIENS de la TERRE:
 Terralliance lance cette année la carte de GARDIEN de la TERRE, proposant ainsi à chacun, qu'il soit adulte ou enfant, de devenir un Protecteur de notre planète, à travers ses actes quotidiens et à travers la sensibilisation et les messages transmis à son entourage.
Des gestes écologiques sont proposés à titre d'exemple sur ce site en catégorie UTILES.
Chacun peut y piocher des idées, des exemples à suivre, des astuces pour diminuer sa consommation et réduire son empreinte écologique. 
TERRE d'ECRITURES:   
Il s'agit d'une opération nationale de vulgarisation d'auteurs et d'ouvrages traitant d'Ecologie et de Développement Durable, en partenariat avec des éditeurs nationaux.
L'objectif de cette opération est d'attirer l'attention du public sur des ouvrages clés, traitant de l'avenir de notre planète, apportant des solutions ou alertant sur des sujets brûlants et de favoriser l'accès du grand public à ces ouvrages.   
Voir sur le sujet le site www.terredecritures.org
Qui peut participer ?
Chaque individu, groupe local, école, université, association, entreprise, collectivité,…, peut participer au Festival en créant un événement ou en soutenant une action régionale ou nationale.
Comment participer ?
1/ Hors France, contactez l'Organisateur du Festival (Partenaire Local) dans votre pays s'il est déjà identifié.
2/ Pour la France, décrivez l'événement que vous souhaitez réaliser en remplissant le formulaire (Création d'événement) sur ce même site. Votre événement doit de préférence correspondre à l'une ou l'autre des 7 journées à thème décrites dans le document Coeur du Festival.
Pour créer votre événement:
dans cette même Rubrique FESTIVAL, cliquez sur FRANCE 2008 et laissez vous guider.
Si les fenêtres POP UP ne s'ouvrent pas en cliquant sur la croix, vérifier si votre protection anti virus ne bloque pas l'ouverture des fenêtres POP UP. actus 
FESTIVAL MONDE 2008
PARTICIPATION ATTENDUE DE PLUS DE 20 PAYS
 d'infos
FESTIVAL FRANCE
UNE MOBILISATION NATIONALE
 d'infos
Année Internationale de la Terre
L'EAU dans le monde
 d'infos

Mot du porte-parole Jacques Languirand

par Jacques Languirand  (publié le 2004-07-09]
Nous n’avons qu’une seule planète et elle se trouve dans un sale état. De la fonte des glaces polaires jusqu’à la disparition des forêts tropicales en passant par l’augmentation des maladies pulmonaires chez l’être humain, on en est aujourd’hui à se demander si la Terre sera encore habitable dans un avenir prochain.


Le Jour de la Terre, d'hier à aujourd'hui
 Le Jour de la Terre (22 avril) fût célébré pour la première fois le 22 avril 1970, lorsque le sénateur américain Gaylord Nelson encouragea les étudiants à mettre sur pied des projets de sensibilisation à l'environnement dans leurs communautés.
Aujourd’hui, c’est plus de 500 millions de personnes dans 184 pays qui passent à l’action chaque année dans le cadre du Jour de la Terre. Au fil des ans, le Jour de la Terre est devenu l’événement participatif en environnement le plus important de la planète.

Gaylord Nelson, sénateur du Wisconsin, propose la première protestation environnementale d’envergure sur le territoire américain pour "secouer l'establishment politique et forcer l’insertion de la problématique environnementale à l’agenda national." "C'était un pari," se rappelle-t-il, "mais cela a fonctionné." En effet, ce premier Jour de la Terre a mené à la création de l'Agence de Protection de l'Environnement des États-Unis (EPA) et à l’adoption de la loi « Clean Air, Clean Water, and Endangered Species ».

En 1990, sous l’égide de l’environnementaliste américain Denis Hayes, le Jour de la Terre est devenu un événement planétaire, mobilisant 200 millions de personnes dans 141 pays et jouant un rôle de levier pour les enjeux environnementaux globaux. Le Jour de la Terre a donné une poussée énorme aux campagnes de sensibilisation à la réutilisation et au recyclage et a aidé à préparer le terrain pour le Sommet de la Terre des Nations Unies à Rio de Janeiro en 1992. Au Québec, c’est depuis 1995 qu’on le célèbre en organisant toutes sortes d’activités de sensibilisation face aux enjeux environnementaux. Le Jour de la Terre fait résonner haut et fort le message que des citoyens de toute la planète souhaitent une action rapide et décisive en faveur de l'énergie propre.

Le Jour de la Terre, d'hier à aujourd'hui
par Équipe de rédaction

Le Jour de la Terre (22 avril) marque tous les ans l’anniversaire de la naissance, en 1970, du mouvement environnemental tel qu’on le connaît aujourd’hui.
Gaylord Nelson, sénateur du Wisconsin, propose la première protestation environnementale d’envergure sur le territoire américain pour "secouer l'establishment politique et forcer l’insertion de la problématique environnementale à l’agenda national." "C'était un pari," se rappelle-t-il, "mais cela a fonctionné." En effet, ce premier Jour de la Terre a mené à la création de l'Agence de Protection de l'Environnement des États-Unis (EPA) et à l’adoption de la loi « Clean Air, Clean Water, and Endangered Species ».

En 1990, sous l’égide de l’environnementaliste américain Denis Hayes, le Jour de la Terre est devenu un événement planétaire, mobilisant 200 millions de personnes dans 141 pays et jouant un rôle de levier pour les enjeux environnementaux globaux. Le Jour de la Terre a donné une poussée énorme aux campagnes de sensibilisation à la réutilisation et au recyclage et a aidé à préparer le terrain pour le Sommet de la Terre des Nations Unies à Rio de Janeiro en 1992. Au Québec, c’est depuis 1995 qu’on le célèbre en organisant toutes sortes d’activités de sensibilisation face aux enjeux environnementaux. Le Jour de la Terre fait résonner haut et fort le message que des citoyens de toute la planète souhaitent une action rapide et décisive en faveur de l'énergie propre.
 

La Terre est notre ruche, à nous de la préserver! 
La Terre qui est notre mère nourricière et nous devons respecter en tant que telle.

C'est de notre succès ou de notre échec que dépend l'avenir
de la Vie sur Terre.

 La terre entière est ma maison. Le soleil, la lune et les étoiles m'appartiennent.
Fondateur de l'Aïkido  [ Morihei Ueshiba ]
 
 


 
 

En unissant nos forces nous pourrons faire pencher la balance de l'histoire du bon côté, du côté d'un environnement sain qui assurera la poursuite de la Vie sur Terre.

Toutes nos actions devraient s'appuyer sur la reconnaissance du caractère sacré de la Vie sur Terre, sur la conscience que le bien-être humain et le développement économique ne sont possibles, en dernière analyse, que grâce aux ressources que nous offre la planète sur la reconnaissance du lien intrinsèque entre le développement économique et la protection de l'environnement qui sont interdépendants et compatibles et de l'aide que peut apporter le développement économique accompagné d'une attitude responsable et d'une gestion éclairée des ressources de la planète, pour résoudre les problèmes écologiques et surtout sur la reconnaissance du fait que seules la participation, l'organisation, l'éducation et la responsabilisation des populations assureront un développement socialement durable.

En cette Journée mondiale de la terre, nous ne devons pas désespérer mais au contraire dresser le bilan de l'état de notre environnement, définir avec soin ce que chacun d'entre nous doit entreprendre et décider de nous atteler tous à la tâche commune de préserver la Vie sur Terre en allant de l'avant avec détermination et confiance.

Cette journée est l'occasion de célébrer nos succès mais aussi et surtout de jeter les bases d'une profonde harmonie universelle entre tous les êtres vivants qui seule nous permettra d'instaurer la paix et de préserver la Terre et ses richesses pour nos héritiers."

 

 Etre jardinier, c'est être comme le Bon Dieu, c'est donner vie et beauté avec de la terre, de l'eau et des graines.

Ecrivain et journaliste français  [ Jean Chalon ]
Extrait de Journal de Paris
 
  La Terre est plus belle que le paradis.
Journaliste égyptien  [ Khaled al-Berry ]

  Reposez-vous. Une terre bien reposée donne une superbe recolte.
Auteur latin  [ Ovide ]


Faisons tous notre petite part afin de contribuer à la propreté de cette terre,
Ramassons nos papiers...etc... et mettons-les à la poubelle. Chaque petit morceau ramassé, fait la différence autour de chez-soi. N'attendons plus que les autres le fassent à notre place. Prenons nos responsabilitées avant qu'il ne soit trop tard et pensons à nos enfants qui continueront à vivre sur notre terre à notre suite.
Montrons-leur l'exemple!!!

Jour de la Terre se réfère à deux observances annuelles à travers le monde. Certaines personnes célèbrent la Journée de la Terre au moment de l'équinoxe de printemps, et d'autres l'occasion d'observer le 22 avril de chaque année. Jour de la Terre vise à inspirer la sensibilisation et l'appréciation de l'environnement terrestre. Il est observée dans plus de 140 pays à travers le monde.  Cet évènement a été célébré pour la première fois le 22 avril 1970. le Jour de la Terre est aujourd'hui reconnu comme l'événement environnemental populaire le plus important au monde.Le fondateur de cet événement est le sénateur américain Gaylord Nelson. Il encouragea les étudiants à mettre sur pied des projets de sensibilisation à l'environnement dans leurs communautés. Aujourd'hui, le Jour de la Terre est célébré, à travers le monde, par plus de 500 millions de personnes dans 184 pays.
 
 


 

Retour index:

Avril Accueil 
 

Vous voulez envoyer cette page à un ami(e)?
cliquez sur le logo:






annuaire



 
 
 

Hit-Parade