Notre nouveau Pape:
François 1er
Ses voyages


François 1er

Ses voyages

Liste de tous les papes
Origine de la Garde Suisse

Les catholiques ont un nouveau pape le 13 mars 2013 : l'Argentin Jorge  Mario Bergoglio.
 Il s'appellera François 1er.

Les catholiques ont ainsi pour la première fois un pape non-européen.
Le cardinal français Jean-Louis Tauran est apparu au balcon qui surplombe la place Saint-Pierre, au Vatican, pour clamer le rituel «  Habemus papam  » et présenter le
nouveau pape au monde.
 Le 266e chef de l'Église catholique a ensuite prononcé son premier discours du balcon de la place Saint-Pierre.
François 1er a ensuite demandé à la foule de fidèles de prier pour lui. « Je vous demande une faveur, je vous demande à vous de prier le seigneur pour qu'il me bénisse :
la prière du peuple qui demande la bénédiction pour son évêque ».



Pape en Italie (Naples)


Visites en Italie

Le 8 juillet 2013, le pape se rend sur l'île italienne de Lampedusa située au large de la Tunisie, porte d'entrée en Europe pour de nombreux migrants africains. Cette visite, décidée quelques jours auparavant en réponse à une recrudescence d'arrivée de migrants, se déroule avec un protocole très allégé, sans représentant du gouvernement italien ni représentant de l'épiscopat italien autre que l'évêque du lieu. Elle a pour objectif d'attirer l'attention du monde sur la situation des migrants et fustiger « La culture du bien-être » qui rend les hommes « insensibles aux cris d'autrui (...) et aboutit à une globalisation de l'indifférence ».

Le 5 juillet 2013 c'est à nouveau une région pauvre de l'Italie méridionale, le Molise, qu'il visite. Ce déplacement est motivé notamment par l'ouverture de l’année jubilaire célestinienne, en mémoire du pape Célestin V dont on célèbre le huit-centième anniversaire de la naissance et qui est resté dans l'histoire pour avoir renoncé à la charge pontificale.

Le 22 septembre 2013, le pape effectue une visite pastorale à Cagliari en Sardaigne. Les questions liées à la dignité humaine face aux épreuves que constituent la maladie, le chômage ou la précarité sont au centre de ce voyage dans une région durement frappée par la crise économique.

Quelques jours plus tard, le 4 octobre 2013, en la fête de Saint François, le pape reprend son bâton de pèlerin et se rend à Assise, pour un déplacement à portée plus spirituelle sur les traces de celui dont il a pris le nom.

Le 21 juin 2014, le pape se rend en visite pastorale en Calabre dans le diocèse de Cassano all'Ionio, diocèse dont l'évêque n'est autre que Nunzio Galantino, secrétaire général de la CEI. Dans cette région marquée par la la puissance de la 'Ndrangheta, la mafia calabraise, le pape est allé à la rencontre des détenus de la prison de Castrovillari, puis a rencontré le clergé du diocèse à la cathédrale avant de célébrer une messe devant 250 000 fidèles au cours de laquelle il déclare « La Ndrangheta est ceci : adoration du mal et mépris du bien commun. [...] Ceux qui dans leur vie suivent cette voie du mal, comme le sont les mafieux, ne sont pas en communion avec Dieu : ils sont excommuniés ». Cette excommunication intervient trois mois après la veillée à Rome avec les victimes de la mafia italienne au cours de laquelle il avait imploré les mafieux à changer de comportement.


1er voyage : Brésil (du 22 au 28 juillet 2013)

 Le Pape François à Rio
Le pape François se rend aux Journées mondiales de la jeunesse à Rio de Janeiro qui se sont déroulées du 26 au 28 juillet 2013. Il s'agissait du premier voyage du pape François.

Article détaillé : Journées mondiales de la jeunesse 2013.

Beaucoup de pays d'Amérique latine ont invité le Saint-Père lors de son voyage au Brésil. L'Argentine qui est le pays d'origine du pape, ne sera pas visité lors de son voyage au Brésil, mais seulement après un vote qui aura lieu dans le pays.

2014

2e voyage : Israël, Palestine et Jordanie

Le voyage a été annoncé lors de l'Angélus du 5 janvier 2014. Le pape a accepté l'invitation de la part d'Israël et de la Palestine. Ce voyage en Terre sainte commémorait le 50e anniversaire de la rencontre de Paul VI et d'Athénagoras, patriarche orthodoxe de Constantinople. Le voyage comportait des étapes en Jordanie à Amman puis à Béthanie lieu supposé du baptême du Christ, en territoires palestiniens à Bethléem où une messe a été célébrée sur la place de la mangeoire et en Israël, à Jérusalem.

À l'image du voyage de Paul VI en 1954, le voyage de François était principalement placé sous le signe de l'œcuménisme et du dialogue interreligieux. Mais surtout, il a rencontré le patriarche œcuménique de Constantinople Bartholomée avec qui il s'est recueilli au Saint-Sépulcre et a signé une déclaration faisant le point sur la démarche œcuménique. Il a effectué également des visites au mur des Lamentations, au grand-Rabbinat d'Israël mais également sur l'esplanade des Mosquées.

Ce voyage a eu également une forte dimension politique qui s'est manifesté par l'appel à la paix et à la coexistence de deux états. Lors de ses rencontres avec les chefs d'états israéliens et palestiniens, le pape François les a invité à venir prier ensemble, pour la paix, au Vatican, proposition que l'un et l'autre ont accepté4.

Le voyage a été également marqué par une visite au mémorial de Yad Vashem et une messe au cénacle en présence des ordinaires catholiques des différents rites présents à Jérusalem.

3e voyage : Corée du Sud (13 au 18 août 2014)
Le voyage avait été annoncé le 10 mars 2014 par la salle de presse du Saint-Siège, cette invitation est faite par le diocèse de Daejeon.

Le pape François arrive le 14 août à la base aérienne de Séoul pour commencer sa visite de cinq jours en Corée du Sud à l'occasion de la sixième journée des jeunes d'Asie. Il est accueilli dès son arrivée par le président de la République Sud-Coréen Park Geun-hye. Il rencontre ensuite les familles des victimes de l'accident du Sewol7.

4e voyage : Albanie (21 septembre 2014)
Le pape se rend en Albanie pour son premier voyage en Europe en dehors de l'Italie8 Il va a la rencontre de ce peuple qui fut persécuté pour sa foi chrétienne sous le régime communiste. Le principal message de ce voyage apostolique a été l'encouragement.

5e voyage : Institutions européennes à Strasbourg en France (25 novembre 2014)

 Le pape François au Parlement européen de Strasbourg le 25 novembre 2014.
Le pape se rend au Parlement européen à Strasbourg pour y prononcer un discours, puis au conseil de l'Europe où il prononce également une allocution9.

6e voyage : Turquie (28 au 30 novembre 2014)

Le pape s'est rendu en Turquie à l'invitation du patriarcat orthodoxe et du président turc. Cette visite est l'occasion d'une nouvelle rencontre entre le pape et le patriarche œcuménique Bartholomée Ier de Constantinople à Istanbul à l'occasion de la fête de Saint André. La première journée à Ankara est principalement protocolaire et politique avec la visite au mausolée d'Atatürk, une rencontre avec le président Recep Tayyip Erdoğan, un entretien avec le premier ministre puis avec le président du Diyanet, le conseil des affaires religieuses turc.

La suite du voyage, qui se déroule à Istanbul les 29 et 30 novembre est placée sous le signe du dialogue interreligieux et de l'œcuménisme. Le samedi, il visite notamment l'ancienne basilique Sainte-Sophie et la Mosquée bleue et célèbrera la messe à la cathédrale catholique d'Istanbul. Le lendemain, en la fête de la Saint André, il assiste à la célébration de la Divine Liturgie en l'église patriarcale Saint-George, liturgie présidée par le patriarche Bartholomoée.

2015

7e voyage : Sri Lanka et Philippines (13 au 19 janvier 2015)

 Logo du voyage papal au Sri Lanka
Le pape arrive au Sri Lanka le 13 janvier. Il y prend part à une rencontre inter-religieuse et procède à la canonisation du bienheureux Joseph Vaz, apôtre de Ceylan. Il prie aussi au sanctuaire marial de Notre-Dame de Madhu.

Le 15 janvier, il se rend aux Philippines. Le 16 janvier, il effectue une visite hors-programme dans un centre de l'association ANAK-Tnk, où il salue 300 enfants des différents centres de la fondation qui lui avaient envoyés précédemment de nombreux courriers d'invitation à les visiter. À l'occasion de cette visite il rappelle que « Ces enfants pauvres parmi les pauvres sont le trésor de notre Église, ils sont nos maîtres »11. Le 17 janvier il effectue un aller-retour à Tacloban, archipel qui a été dévasté par un typhon quatorze mois auparavant ; cette visite a par ailleurs dû être écourtée en raison de l'arrivée d'une tempête tropicale12. Le 18 janvier il célèbre à Manille une messe devant plus de 6 millions de personnes ce qui représente la plus grande messe de toute l'histoire, la dernière étant celle de Jean-Paul II au même endroit en 1995.



Voyages futurs
2015
Bosnie-Herzégovine : le pape se rendra le 6 juin en visite à Sarajevo.

États-Unis : du 22 au 27 septembre 2015, le pape devrait se rendre à Philadelphie pour la prochaine rencontre mondiale des familles. Le secrétaire général de l'Organisation des Nations unies, Ban Ki-moon, a exprimé le souhait que pape François vienne à l'ONU à New York. Il sera en outre le premier pape à s'adresser au Congrès.

Équateur, Bolivie et Paraguay : voyage projeté du pape pour juillet.

République centrafricaine et Ouganda : voyage prévu du pape vers la fin de l'année.

France : visite en France, annoncée comme probable pour 2015 ou 2016 par Mgr Jean-Pierre Grallet le 26 septembre 2014, celle ci est confirmée par le Bureau de presse du Saint-Siège le 7 octobre 2014 à l'occasion de l'annonce du programme de la visite du Pape aux institutions européennes à Strasbourg, que le Pape ferait une visite pastorale en France en 2015.

2016


Pape à Cuba

10e voyage : Cuba et États-Unis (19 au 27 septembre 2015)
Quelques semaines après son voyage en Amérique du Sud, François traverse à nouveau l'Atlantique pour visiter successivement Cuba et les États-Unis, deux pays dans lesquels il ne s'est jamais rendu. Si la visite aux États-Unis était prévue de longue date, à l’occasion en particulier de la rencontre mondiale des familles, l'étape cubaine quant à elle n'a été confirmée que le 22 avril 2015, quelques mois après l'annonce d'un dégel entre Cuba et les États-Unis auquel le pape et la diplomatie du Saint-Siège ont largement contribué22.

Le 19 septembre, François part pour Cuba à bord d'un Airbus A330 de Alitalia depuis l'aéroport Léonard-de-Vinci de Rome Fiumicino, et atterrit à l'aéroport international José Martí de La Havane où l'accueille une cérémonie officielle.

Le 20 septembre au matin, il célèbre la messe sur la Plaza de la Revolución dans la capitale cubaine, avant de rendre au Palais de la Révolution pour une visite de courtoisie au Président du Conseil d’État Raúl Castro et au Conseil des ministres. La journée prend fin avec les célébrations des vêpres avec des prêtres, des séminaristes et d'autres hommes d’Église dans la cathédrale de La Havane, et par une visite aux jeunes du "Centre Culturel Père Félix Varela".

Le 21 septembre, il part en avion vers l'est du pays. D'abord à Holguín où il préside une messe papale sur la Plaza de la Revolución ; à Santiago de Cuba ensuite où il rencontre les évêques du pays au Grand Séminaire Saint-Basile, puis dit une prière à la Vierge de la Charité à la basilique de Nuestra Señora de la Caridad del Cobre avec les évêques et la suite papale

Le 22 septembre, il retourne à la basilique de Nuestra Señora de la Caridad del Cobre de Santiago de Cuba où il célèbre une messe dans la matinée, avant de se rendre à une réunion avec des familles à la cathédrale Notre-Dame de l'Assomption. Après une bénédiction de la ville de Santiago de Cuba sur la place en face de la cathédrale et une cérémonie d'adieu à l'aéroport de Santiago de Cuba, le pape poursuit son voyage en se rendant aux États-Unis. La première étape le mène à Washington où il est accueilli à sa descende l'avion par Barack Obama et sa famille.

Le 23 septembre, il est reçu à la Maison Blanche où il se présente d'emblée comme « un fils de famille d'immigrés », insistant sur le rôle que les migrations ont eu pour les États-Unis et sur le nécessaire engagement contre le réchauffement climatique23. Il célèbre ensuite la messe de canonisation du bienheureux Junípero Serra, évangélisateur de la Californie au sanctuaire national de l'Immaculée Conception puis il prononce à la cathédrale un discours devant les évêques américains, les enjoignant à ne pas « s’enfermer dans les murs de la peur », ajoutant que « le langage aigre et belliqueux de la division ne convient pas aux lèvres d’un pasteur » et appelant à la plus grande vigilance pour que des scandales comme celui de la pédophilie ne se reproduise pas24.

Le 24 septembre, le pape s'adresse au Congrès des États-Unis. Il est le premier pape à s'exprimer dans ce cadre25. Il part ensuite à New York où il est accueilli sur les marches de la cathédrale Saint-Patrick, par l'archevêque Timothy Dolan, le maire de la ville, Bill de Blasio et le gouverneur de l'État de New York Andrew Cuomo avant de se joindre à l'office des vêpres. Le lendemain il s'adresse à l'Assemblée générale des Nations unies à l'invitation de Ban Ki-moon avant d'aller se recueillir et prier au Mémorial du World Trade Center au cours d'une cérémonie inter-confessionnelle. Il se rend ensuite au Madison Square Garden où il célèbre la messe devant 20 000 fidèles.
Les 26 et 27 septembre, il rejoint Philadelphie pour la rencontre mondiale des familles.

11e voyage : Kenya, Ouganda et Centrafrique (25 au 30 novembre 2015)

Le pape se rend dans trois pays africains : le Kenya, l'Ouganda et la République centrafricaine.

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?

Le 29 novembre 2015, le pape François ouvre à la cathédrale de Bangui la première des portes Saintes quelques jours avant l'ouverture officielle du Jubilé de la Miséricorde faisant ainsi de la capitale centrafricaine, ville ravagée par la guerre et parmi les plus pauvres du monde, « la capitale spirituelle du monde » .

12e voyage : Cuba et Mexique (12 au 18 février 2016)

Le pape a accepté le 7 juin 2014 une invitation à se rendre au Mexique, à la demande du président mexicain Enrique Peña Nieto, sans précision de date. Le 4 novembre 2015, la visite du Pape François au Mexique est confirmé pour février 2016 avec notamment des étapes à la basilique Notre-Dame-de-Guadalupe, et dans plusieurs autres villes dont Ciudad Juarez, ville symbole de la violence des narcotrafiquants. Le 5 février 2016, dans une déclaration commune, le Saint-Siège et le patriarcat orthodoxe de Moscou annoncent que François et Cyrille de Moscou se rencontreront à Cuba le 12 février. Ce sera la première rencontre de l'histoire entre le pape de l'Église catholique et le chef de l'Église orthodoxe russe30. Le programme définitif du voyage est publié le 8 février par la salle de presse du Saint-Siège. Il comporte les étapes suivantes:
12 février : après la rencontre ave le patriarche Cyrille de Moscou à La Havane, accueil à Mexico;
13 février : visite au président de la République, rencontres avec les autorités civiles, les évêques puis célébration de la messe à la basilique Notre-Dame-de-Guadalupe;
14 février : Journée dans l'état de Mexico avec messe et angelus à Ecatepec puis visite d'un hôpital pédiatrique à Mexico;
15 février : Journée dans le Chiapas avec messe à San Cristóbal de Las Casas et rencontre avec les familles à Tuxtla Gutiérrez;
16 février : Journée à Morelia dans le Michoacán, avec messe et rencontre avec les jeunes;
17 février : Journée à Ciudad Juárez dans l'état de Chihuahua, visite de la prison, rencontre avec le monde du travail, messe, puis cérémonie de congé.
18 février : retour à Rome.

 13e voyage : Grèce (16 avril 2016)

Rencontre avec les réfugiés sur l'île de Lesbos, sur invitation du premier ministre Aléxis Tsípras, avec les patriarches orthodoxes Bartholomée Ier de Constantinople et Hiéronyme II d'Athènes. Confirmé le 7 avril 2016, le communiqué du Saint-Siège indique que le Saint-Père voit dans cette crise migratoire une urgence importante qui unit les Églises chrétiennes

14e voyage : Arménie (24 au 26 juin 2016)

                La visite du pape en Arménie dont la situation politique reste précaire entre ses puissants voisins que sont l'Azerbaïdjan, avec lequel persiste un conflit à propos du Haut-Karabakh,
 et la Turquie, héritière de l'Empire ottoman, revêt à la fois une dimension politique et une dimension religieuse.

En reprenant le terme de « génocide » lors de son discours devant le président arménien, le pape provoque la colère du gouvernement turc qui l'accuse d'endosser « la mentalité des croisée ».

Les différentes rencontres et gestes posés avec Karékine II, patriarche de l'Église apostolique arménienne illustrent la volonté du pape de rapprochement et d'unité avec les Églises orientales.
                      

 15e voyage : Pologne (27 au 31 juillet 2016
Pologne : Le pape s'y rendra pour célébrer les Journées mondiales de la jeunesse 2016.
Le pape François se rend aux Journées mondiales de la jeunesse à Cracovie qui se sont déroulées du 26 au 31 juillet 2016.

 16e voyage : Géorgie et Azerbaïdjan (30 septembre au 2 octobre 2016)         

Le pape se rend une seconde fois dans le Caucase, en Géorgie et en Azerbaïdjan trois mois après sa visite en Arménie. Cette visite dans deux petits pays aux périphérie de l'Église et aux frontières de l'Europe, du Moyen-Orient et de la Russie, revêt plusieurs dimensions. Il est d'abord appel à la paix dans ses pays en proie à des conflits régionaux (Abkhazie , Ossétie du Sud, Haut-Karabagh).

Il constitue ensuite un signe d'unité entre communautés chrétiennes, notamment en Géorgie où les catholiques, très minoritaires (de l'ordre de 2,5% de la population) sont divisés entre plusieurs rites. François est à cette occasion le premier pontife à entrer, à Tbilissi, dans une église catholique chaldéenne, Église principalement présente en Irak, en Syrie et au Liban, en présence du patriarche Louis Raphaël Ier Sako venu d'Irak pour l'occasion. Le pape y prie pour la paix en Irak et en Syrie ravagés par la guerre.

Ce voyage lui permet également, toujours en Géorgie, de rencontrer Élie II, patriarche de l'Église orthodoxe géorgienne, chef de l'Église orthodoxe la plus rétive au dialogue œcuménique.

Enfin, ce voyage est également l'occasion de nouvelle initiatives dans le domaine du dialogue inter-religieux, en particulier en Azerbaïdjan pays quasi exclusivement musulman, principalement chiite où les catholiques sont très minoritaires. Depuis la grande mosquée de Bakou, le pape lance une supplique: « jamais plus de violence au nom de Dieu ! ».
                                   

 17e voyage : Suède (31 octobre au 1er novembre 2016)

Le pape se rend en visite dans la ville de Lund à l'invitation de la fédération mondiale luthérienne, à l'occasion du début de l'année de commémoration des 500 ans de la Réforme protestante.
La première journée du voyage est consacrée aux relations avec les luthériens. Elle est marquée par la célébration d'une cérémonie œcuménique à la cathédrale luthérienne de Lund et par
 la signature d'une déclaration commune. La deuxième journée, le jour de la Toussaint permet au pape de célébrer la messe avec la petite communauté catholique suédoise à Malmö.

2017


 Pape au Brézil à Copacabana


Brésil :
Lors des JMJ 2013, le pape a fait savoir aux fidèles rassemblés à Aparecida, vouloir retourner au Brésil en 2017 pour le 300e anniversaire de la découverte de la statue de Notre-Dame d'Aparecida.

    Portugal (12-13 mai 2017): Mgr Antonio Marto a annoncé que, le 25 avril 2015, le pape a confirmé qu'il se rendrait à Notre-Dame de Fátima pour marquer le centenaire de l'apparition de la vierge à Fátima. Il a également fait savoir que le gouvernement et la Conférence épiscopale portugaise avait adressé des invitations au pape. Il y a la possibilité de potentiel que le pape pourrait aussi canoniser Francisco Marto et Jacinta Marto, deux des trois voyants de Fatima. Ce voyage est confirmé par le Saint-Siège le 17 décembre 2016.

    Indonésie et Japon (juillet/ août 2017):
le pape se rendra en Indonésie à l'occasion de la Journée de la Jeunesse Asiatique selon le secrétaire général de la Conférence des évêques indonésiens, l'archevêque Johanes Maria Pujasumarta, avec arrêt probable au Japon. Le premier ministre japonais Shinzo Abe avait invité le pape à visiter le Japon lors de sa visite le 6 juin 2013 et le pape avait exprimé sa volonté d'y aller.

    Brésil (octobre 2017):
Lors des JMJ 2013, le pape a fait savoir aux fidèles rassemblés à Aparecida, vouloir retourner au Brésil en 2017 pour le 300e anniversaire de la découverte de la statue de Notre-Dame d'Aparecida.

    Croatie :
le président a invité le pape à visiter la Croatie à laquelle le pape a accepté ; la visite aura lieu probablement en 2017. Le pape pourrait canoniser le cardinal Alojzije Stepinac à cette occasion

    Inde et Bangladesh :
 le pape a annoncé ce voyage à la conférence de presse sur le vol de retour d'Azerbaïdjan en octobre 2016.

    Afrique :
 lors de la conférence de presse sur le vol de retour d'Azerbaïdjan en octobre 2016, le pape a également parlé d'un voyage en Afrique si les conditions de stabilité politique le permette, sans préciser quels pays seraient concernés.

    Colombie :
lors de la conférence de presse sur le vol de retour d'Azerbaïdjan en octobre 2016, le pape a également annoncé une probable visite en Colombie, si la paix entre le gouvernement et les FARC est approuvé et permet de créer la stabilité politique.

    Uruguay, Chili, Argentine ou Pérou : Le pape veut visiter le sud du continent américain, mais les pays visités restent à définir.



2018

Suisse (21 juin 2018) : visite prévue à Genève pour les 70 ans du Conseil œcuménique des Églises.

    République tchèque :
le président Miloš Zeman a invité le pape à une rencontre œcuménique avec les dirigeants de l’Église orthodoxe. Le pape a accepté et le président a déclaré que la visite aurait lieu en 2018.

    Irlande :
 le Pape pourrait se rendre à la Rencontre mondiale des familles, prévue à Dublin.

 France :
visite en France, annoncée au préalable pour 2015 ou 2016 par Mgr Jean-Pierre Grallet le 26 septembre 2014, celle-ci est confirmée par le Bureau de presse du Saint-Siège le 7 octobre 2014 à l'occasion de l'annonce du programme de la visite du Pape aux institutions européennes à Strasbourg, que le Pape ferait une visite pastorale en France en 2015. La visite est finalement reportée en 2018, car non prioritaire pour le pape François.

Estonie, Lettonie, Lituanie (16 au 18 septembre 2018): visite prévue dans les trois Etats baltes.

17e voyage : Suède (31 octobre au 1er novembre 2016)
Le pape se rend en visite dans la ville de Lund à l'invitation de la fédération mondiale luthérienne, à l'occasion du début de l'année de célébration des 500 ans de la Réforme protestante. La première journée du voyage est consacrée aux relations avec les luthériens. Elle est marquée par la célébration d'une cérémonie œcuménique à la cathédrale luthérienne de Lund et par la signature d'une déclaration commune40. La deuxième journée, le jour de la Toussaint permet au pape de célébrer la messe avec la petite communauté catholique suédoise à Malmö.

2017

18e voyage : Égypte (28 et 29 avril 2017)

Le 18 mars 2017, le directeur de la salle de presse du Saint-Siège Greg Burke annonce que le pape a "accueilli l'invitation du président de la république, des évêques catholiques, de sa sainteté Théodore II et du grand imam de la mosquée d'Al-Azhar Ahmed Mohammed Al Tayyeb et qu'il effectuera un voyage dans la République arabe d’Égypte les 28 et 29 avril prochain au Caire". Ce voyage sera placé sous le signe du dialogue avec l'islam et de la protection des minorités chrétiennes.

Cette visite est principalement l'occasion de renouer le dialogue avec l'islam sunnite incarné par l'Université al-Azhar où François prononce un discours au cours duquel il indique qu'« éduquer à l’ouverture respectueuse et au dialogue sincère avec l’autre, en reconnaissant ses droits et ses libertés fondamentales, spécialement la liberté religieuse, constitue la meilleure voie pour bâtir ensemble l’avenir », dénonçant toute violence commise au non de la religion et rappelant que « seule la paix est sainte »43. Sa rencontre avec le pape copte orthodoxe Tawadros II lui donne l'occasion de rappeler les signes d'unité entre les deux Églises, liens renforcés par les attentats perpétrés le jour des Rameaux en plusieurs églises coptes d’Égypte. Parlant des victimes de ces attentats, le pape indique « leur sang innocent nous unit ».

19e voyage : Portugal (12 au 13 mai 2017)

Le pape se rend à Fátima au Portugal pour marquer le centenaire de l'apparition de la Vierge Marie. A cette occasion, François canonise Francisco et Jacinta, deux des trois voyants de Fatima, faisant d'eux les plus jeunes saints, non martyrs, reconnus par l'Eglise.

20e voyage : Colombie (6 au 11 septembre 2017)

Lors de la conférence de presse sur le vol de retour d'Azerbaïdjan en octobre 2016, le pape a annoncé une probable visite en Colombie, si la paix entre le gouvernement et les FARC est approuvé et permet de créer la stabilité politique. Le voyage est confirmé le 10 mars 2017. Ce voyage, centré sur la paix et la réconciliation, a lieu du 6 au 10 septembre 2017. Il débute à Bogotá puis à Villavicencio où sont proclamés les béatifications de Mgr Jesús Emilio Jaramillo Monsalve, évêque d’Arauca assassiné en 1989 et du père Pedro María Ramírez Ramos, également assassiné, en 1948 et où se tient également un rassemblement auquel participe 6000 victimes des FARC et 500 anciens guerrilleros. L'étape suivante à Medellín donne au pape l'occasion d'appeler la ville à tourner la page du narcotrafic. Enfin, au dernier jour de son voyage, le pape se rend à Carthagène des Indes au sanctuaire de Saint Pierre Claver, patron de la Colombie, d'où il lance un appel pour la fin de la violence au Venezuela46

21e voyage : Birmanie et Bangladesh (27 novembre au 2 décembre 2017)

Le pape a annoncé un voyage en Inde et au Bangladesh lors de la conférence de presse sur le vol de retour d'Azerbaïdjan en octobre 201647. Le 10 juillet 2017, l'UNB a signalé qu'une source diplomatique a déclaré à l'agence de presse que le pape visiterait le Bangladesh entre le 30 novembre et le 2 décembre48. La salle de presse du Saint-Siège confirme finalement, le 28 août 2017 un voyage en Birmanie du 27 au 29 novembre puis au Bangladesh du 30 novembre au 2 décembre.


22e voyage : Chili et Pérou (15 au 21 janvier 2018)

Le pape se rend au Chili puis au Pérou du 15 au 21 janvier 2018. Au Chili, le pape tente de réconcilier la société, marquée par la dictature de Pinochet et des scandales d'abus sur mineurs par des membres du clergé, avec l'Eglise. Mais le cas de l'évêque Juan Barros soupçonné d'avoir couvert les agissements d'un prêtre et maladroitement défendu par François, brouille le message. Au Pérou, la visite du pape commence par Puerto Maldonado pour y rencontrer les peuples indigènes de l'Amazonie et se poursuit à Lima dans une grande ferveur populaire.

23e voyage : Suisse (21 juin 2018)
Le Pape visite Genève pour les 70 ans du Conseil œcuménique des Églises.

24e voyage : Irlande (25 et 26 août 2018)

Le Pape se rend en Irlande à l'occasion de la Rencontre mondiale des familles, à Dublin. Le premier jour de sa visite est marquée par sa rencontre avec les familles au Croke Park Stadium, rassemblant 80 000 personnes. Il visita également un centre d'hébergement pour les sans-abri et plusieurs centaines de couples dans la cathédrale Sant Mary de Dublin. Le 26 il se rendit au sanctuaire de Knock, avant de célébrer une messe à Phoenix Park devant 50 000 personnes. Sa visite en Irlande est marquée par les scandales de pédophilie qui ébranlent le clergé irlandais. Tout au long de son voyage le pape exprima sa douleur et sa honte, demanda pardon pour ces crimes,et rencontra des victimes d'abus sexuels.

25e voyage : Lituanie, Lettonie, Estonie (22 au 25 septembre 2018)

Le Pape visite les trois Pays baltes à l'occasion de l'année des 100 ans de la première création de ces Etats.




2019
26e voyage : Panama (22 au 27 janvier 2019)
Article détaillé : Journées mondiales de la jeunesse 2019.


27e voyage : Émirats Arabes Unis (3 au 5 février 2019)

Le pape François est arrivé dimanche aux Émirats arabes unis, premier chef de l’Église catholique à fouler le sol de la péninsule arabique, berceau de l’islam.

L’avion du souverain pontife a atterri à Abou Dhabi, peu avant 22 h 00 locales (13 h au Québec).

Avant de se rendre aux Émirats pour une visite historique, le pape a pressé les parties impliquées dans le conflit au Yémen, pays pauvre de la péninsule arabique, de « favoriser de manière urgente le respect des accords » pour une trêve à Hodeida (ouest), essentielle à l’acheminement de l’aide internationale.
« Je suis avec grande préoccupation la crise humanitaire au Yémen. La population est épuisée par le long conflit et de très nombreux enfants souffrent de la faim. Le cri de ces enfants et de leurs parents monte devant Dieu », a-t-il lancé.
Le pape argentin a également posté un message sur Twitter, affirmant se rendre aux Émirats « comme un frère pour écrire ensemble une page de dialogue et parcourir ensemble les chemins de paix. Priez pour moi ! ».
Sa visite doit être dominée par le dialogue entre les religions et une rencontre interreligieuse internationale est prévue lundi.

« Signe de bénédiction »

Dans l’avion l’amenant aux Émirats, le pape a dit avoir appris qu’il pleuvait à Abou Dhabi. « Dans ces pays, ceci est perçu comme un signe de bénédiction », a-t-il souligné.

Dimanche, des fidèles se sont pressés sous une pluie inhabituelle aux abords de la cathédrale Saint-Joseph d’Abou Dhabi, décorée aux couleurs du Vatican et des Émirats, pour obtenir les derniers billets de la messe papale de mardi,
 présentée comme le plus grand rassemblement dans le pays, avec plus de 130 000 fidèles.
Le père Elie Hachem, qui officie à la Cathédrale, n’avait que le mot « historique » à la bouche.
Le pape vient avec « un message de paix » et débutera son programme de mardi par une visite à la cathédrale, a-t-il dit.

Ecoles fermées, circulation détournée, escadrilles de l’armée de l’air traçant une fumée jaune et blanche aux couleurs du drapeau du Vatican… Même la météo exceptionnellement pluvieuse ces deux jours participe à ce moment sans précédent à Abou Dhabi. Les Emirats arabes unis (EAU) où le goût du spectaculaire est très prononcé en temps ordinaire célèbrent donc la visite du pape François, première d’un souverain pontife sur une terre natale de l’islam, comme une reconnaissance de leur place internationale.

Les médias locaux sont mobilisés pour transmettre en direct chaque étape et chacun des instants «historiques» dans le programme du souverain pontife. Leurs correspondants étaient embarqués dans le vol Alitalia qui a transporté le pape de Rome à Abou Dhabi. Lundi, un entretien entre le souverain pontife et le prince héritier, Mohammed ben Zayed Al-Nahyane, homme fort des Emirats, était placée sous le signe de la «coexistence pacifique» entre les religions. Peu après, dans la mosquée Cheikh-Zayed d’Abou Dhabi, le pape a retrouvé l’imam d’Al-Azhar, haute autorité de l’islam sunnite. Les deux hommes qui s’étaient déjà rencontrés au Caire l’année dernière ont signé «un accord historique» pour le dialogue entre les deux religions.

Environ un million de catholiques — des travailleurs asiatiques pour la plupart — vivent aux Émirats, pays dont la population est composée à plus de 85 % d’expatriés et où ils peuvent pratiquer leur religion dans huit églises.

Doris D’souza, venue spécialement de Goa en Inde, indique avoir « sauté sur l’occasion pour assister à la messe » de mardi.
« La visite offre un témoignage étonnant sur la tolérance des Émirats », ajoute une Américaine de 39 ans, Collins Cochet Ryan.

Droits humains
Les responsables émiratis n’ont cessé d’insister sur ce thème, en particulier en liaison avec la rencontre — la cinquième — entre le pape et l’imam d’Al-Azhar, l’institution phare de l’islam sunnite se trouvant au Caire, cheikh Ahmed al-Tayeb.

Les Émirats ont toujours cherché à projeter l’image d’un pays ouvert et tolérant, même si ce pays pratique une politique de « tolérance zéro » à l’égard de toute dissidence et notamment celle des adeptes de l’islam politique incarné par les Frères musulmans.

Après Amnesty International, Human Rights Watch (HRW) a appelé le pape François à soulever lors de sa visite la question des violations des droits humains au Yémen, où les forces émiraties interviennent militairement aux côtés de l’Arabie saoudite, et celle de la répression des opposants aux Émirats.

« En dépit de ses affirmations sur la tolérance, le gouvernement émirati n’a montré aucun intérêt réel pour améliorer son bilan », a déclaré Sarah Leah Whitson, directrice de HRW pour le Moyen-Orient et l’Afrique du nord.

Au Yémen, une trêve entre le pouvoir soutenu par Ryad et Abou Dhabi, et les rebelles appuyés par l’Iran, a été difficilement obtenue par l’ONU en décembre. Elle s’applique à la ville portuaire de Hodeida, par où transite l’essentiel des importations et de l’aide humanitaire.

Cette trêve a été saluée comme la meilleure chance pour le Yémen de mettre fin à une guerre qui dure depuis quatre ans, mais semble ne tenir qu’à un fil.

Depuis le début de son pontificat, le pape s’est rendu à plusieurs reprises dans des pays dont la population est majoritairement musulmane, comme l’Égypte, l’Azerbaïdjan, le Bangladesh et la Turquie. En mars, il est attendu au Maroc. Il s’agit au total du 27e voyage de ce pape à l’étranger.

Voyages futurs

2019
Maroc (30 au 31 mars 2019) : visite des villes de Casablanca et Rabat
Bulgarie puis Macédoine (5 au 7 mai 2019)
Roumanie (31 mai au 2 juin)

Voyage pour marquer le centenaire de la Grande Roumanie historique, à l'invitation du Président de la République Klaus Iohannis. L'invitation a été accepté par le pape, et se fera du 31 mai au 2 juin 2019.

Autres visites possibles
Indonésie et Japon : le pape devait se rendre en Indonésie à l'occasion de la Journée de la Jeunesse Asiatique, selon le secrétaire général de la Conférence des évêques indonésiens, l'archevêque Johanes Maria Pujasumarta60, avec arrêt probable au Japon. Le premier ministre japonais Shinzo Abe avait invité le pape à visiter le Japon lors de sa visite le 6 juin 2013 et le pape avait exprimé sa volonté d'y aller. Finalement le voyage est reporté à une date ultérieure.

France : visite en France, annoncée au préalable pour 2015 ou 2016 par Mgr Jean-Pierre Grallet le 26 septembre 2014, celle-ci est confirmée par le Bureau de presse du Saint-Siège le 7 octobre 2014 à l'occasion de l'annonce du programme de la visite du Pape aux institutions européennes à Strasbourg, que le Pape ferait une visite pastorale en France en 2015. La visite est finalement reportée en 2018, car non prioritaire pour le pape François.
Uruguay, Argentine : Le pape veut visiter le sud du continent américain en 2017 ou 2018, mais les pays visités restent à définir.
Canada: l'Archevêque de Montréal, Mgr Christian Lépine, et le maire de Montréal, M. Denis Coderre, ont invité le pape François à Montréal en 2017 pour célébrer le 375e anniversaire de la Ville Le pape François a également été invité par le Premier ministre du Québec, M. Philippe Couillard et l'ancien Premier ministre du Canada, M. Stephen Harper qui l'a convié aux célébrations du 150e anniversaire de la Confédération canadienne, en 2017.
Espagne : le roi Philippe VI d'Espagne a adressé une invitation au pape pour visiter l'Espagne en 2015 lors de sa visite en juin 2014. Le pape a exprimé son désir de visiter le royaume ibérique, mais il a été confirmé qu'il n'irait pas en 2015 pour ne pas interférer avec les élections.
Tunisie : le pape aurait accepté une invitation de Moncef Marzouki, président de la Tunisie, pour visiter ce pays, même si aucune date n'a été fixé.
Ukraine : le pape a confirmé aux évêques ukrainiens lors de leur visite ad limina qu'il se rendrait en Ukraine pour une visite papale. Il a été rapporté que l'invitation du président de Petro Porochenko a également été transmis au pape. La date de cette visite n'est pas encore connue.
Nigéria : le pape aurait exprimé son désir de se rendre au Nigéria, selon le président Goodluck Jonathan après leur rencontre en 2013.
Irak : selon l'archevêque chaldéen d'Erbil Bashar Wardale, le pape aurait déclaré en novembre 2014 qu'il voulait se rendre en Irak, mais que son entourage ne le permettrait pas pendant un certain temps.

Le pape François "personne de l'année" 2013 pour Time Magazine

Par , publié le

Le successeur de Benoît XVI, élu en mars 2013 à la tête de la papauté, succède à Barack Obama. 


En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/societe/le-pape-francois-personne-de-l-annee-2013-pour-time-magazine_1306842.html#tBXoXYIruLrs2j06.99
Jorge Mario Bergoglio est le successeur de Benoît XVI élu par les cardinaux du conclave. La fumée blanche est sortie de la cheminée sur la chapelle Sixtine, mercredi 13 mars, et la foule a clamé "habemus papam": c'est le nouveau chef de l'Eglise catholique et son 1,2 millard de fidèles. 
En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/societe/religion/francois-nouveau-pape-elu-au-vatican_1231566.html#SVyfprBIG0iVVDaJ.99
Jorge Mario Bergoglio est le successeur de Benoît XVI élu par les cardinaux du conclave. La fumée blanche est sortie de la cheminée sur la chapelle Sixtine, mercredi 13 mars, et la foule a clamé "habemus papam": c'est le nouveau chef de l'Eglise catholique et son 1,2 millard de fidèles.
En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/societe/religion/francois-nouveau-pape-elu-au-vatican_1231566.html#SVyfprBIG0iVVDaJ.99
Jorge Mario Bergoglio est le successeur de Benoît XVI élu par les cardinaux du conclave. La fumée blanche est sortie de la cheminée sur la chapelle Sixtine, mercredi 13 mars, et la foule a clamé "habemus papam": c'est le nouveau chef de l'Eglise catholique et son 1,2 millard de fidèles. 
En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/societe/religion/francois-nouveau-pape-elu-au-vatican_1231566.html#SVyfprBIG0iVVDaJ.99



Liste de tous les papes

Origine de la Garde Suisse
 

Retour Index:
Accueil    Mois d'avril


annuaire

Hit-Parade