Notre nouveau Pape:
François 1er
Ses voyages


François 1er

Ses voyages

Liste de tous les papes
Origine de la Garde Suisse

Les catholiques ont un nouveau pape le 13 mars 2013 : l'Argentin Jorge  Mario Bergoglio.
 Il s'appellera François 1er.

Les catholiques ont ainsi pour la première fois un pape non-européen.
Le cardinal français Jean-Louis Tauran est apparu au balcon qui surplombe la place Saint-Pierre, au Vatican, pour clamer le rituel «  Habemus papam  » et présenter le
nouveau pape au monde.
 Le 266e chef de l'Église catholique a ensuite prononcé son premier discours du balcon de la place Saint-Pierre.
François 1er a ensuite demandé à la foule de fidèles de prier pour lui. « Je vous demande une faveur, je vous demande à vous de prier le seigneur pour qu'il me bénisse :
la prière du peuple qui demande la bénédiction pour son évêque ».



Pape en Italie (Naples)


Visites en Italie

Le 8 juillet 2013, le pape se rend sur l'île italienne de Lampedusa située au large de la Tunisie, porte d'entrée en Europe pour de nombreux migrants africains. Cette visite, décidée quelques jours auparavant en réponse à une recrudescence d'arrivée de migrants, se déroule avec un protocole très allégé, sans représentant du gouvernement italien ni représentant de l'épiscopat italien autre que l'évêque du lieu. Elle a pour objectif d'attirer l'attention du monde sur la situation des migrants et fustiger « La culture du bien-être » qui rend les hommes « insensibles aux cris d'autrui (...) et aboutit à une globalisation de l'indifférence ».

Le 5 juillet 2013 c'est à nouveau une région pauvre de l'Italie méridionale, le Molise, qu'il visite. Ce déplacement est motivé notamment par l'ouverture de l’année jubilaire célestinienne, en mémoire du pape Célestin V dont on célèbre le huit-centième anniversaire de la naissance et qui est resté dans l'histoire pour avoir renoncé à la charge pontificale.

Le 22 septembre 2013, le pape effectue une visite pastorale à Cagliari en Sardaigne. Les questions liées à la dignité humaine face aux épreuves que constituent la maladie, le chômage ou la précarité sont au centre de ce voyage dans une région durement frappée par la crise économique.

Quelques jours plus tard, le 4 octobre 2013, en la fête de Saint François, le pape reprend son bâton de pèlerin et se rend à Assise, pour un déplacement à portée plus spirituelle sur les traces de celui dont il a pris le nom.

Le 21 juin 2014, le pape se rend en visite pastorale en Calabre dans le diocèse de Cassano all'Ionio, diocèse dont l'évêque n'est autre que Nunzio Galantino, secrétaire général de la CEI. Dans cette région marquée par la la puissance de la 'Ndrangheta, la mafia calabraise, le pape est allé à la rencontre des détenus de la prison de Castrovillari, puis a rencontré le clergé du diocèse à la cathédrale avant de célébrer une messe devant 250 000 fidèles au cours de laquelle il déclare « La Ndrangheta est ceci : adoration du mal et mépris du bien commun. [...] Ceux qui dans leur vie suivent cette voie du mal, comme le sont les mafieux, ne sont pas en communion avec Dieu : ils sont excommuniés ». Cette excommunication intervient trois mois après la veillée à Rome avec les victimes de la mafia italienne au cours de laquelle il avait imploré les mafieux à changer de comportement.


1er voyage : Brésil (du 22 au 28 juillet 2013)

 Le Pape François à Rio
Le pape François se rend aux Journées mondiales de la jeunesse à Rio de Janeiro qui se sont déroulées du 26 au 28 juillet 2013. Il s'agissait du premier voyage du pape François.

Article détaillé : Journées mondiales de la jeunesse 2013.

Beaucoup de pays d'Amérique latine ont invité le Saint-Père lors de son voyage au Brésil. L'Argentine qui est le pays d'origine du pape, ne sera pas visité lors de son voyage au Brésil, mais seulement après un vote qui aura lieu dans le pays.

2014

2e voyage : Israël, Palestine et Jordanie

Le voyage a été annoncé lors de l'Angélus du 5 janvier 2014. Le pape a accepté l'invitation de la part d'Israël et de la Palestine. Ce voyage en Terre sainte commémorait le 50e anniversaire de la rencontre de Paul VI et d'Athénagoras, patriarche orthodoxe de Constantinople. Le voyage comportait des étapes en Jordanie à Amman puis à Béthanie lieu supposé du baptême du Christ, en territoires palestiniens à Bethléem où une messe a été célébrée sur la place de la mangeoire et en Israël, à Jérusalem.

À l'image du voyage de Paul VI en 1954, le voyage de François était principalement placé sous le signe de l'œcuménisme et du dialogue interreligieux. Mais surtout, il a rencontré le patriarche œcuménique de Constantinople Bartholomée avec qui il s'est recueilli au Saint-Sépulcre et a signé une déclaration faisant le point sur la démarche œcuménique. Il a effectué également des visites au mur des Lamentations, au grand-Rabbinat d'Israël mais également sur l'esplanade des Mosquées.

Ce voyage a eu également une forte dimension politique qui s'est manifesté par l'appel à la paix et à la coexistence de deux états. Lors de ses rencontres avec les chefs d'états israéliens et palestiniens, le pape François les a invité à venir prier ensemble, pour la paix, au Vatican, proposition que l'un et l'autre ont accepté4.

Le voyage a été également marqué par une visite au mémorial de Yad Vashem et une messe au cénacle en présence des ordinaires catholiques des différents rites présents à Jérusalem.

3e voyage : Corée du Sud (13 au 18 août 2014)
Le voyage avait été annoncé le 10 mars 2014 par la salle de presse du Saint-Siège, cette invitation est faite par le diocèse de Daejeon.

Le pape François arrive le 14 août à la base aérienne de Séoul pour commencer sa visite de cinq jours en Corée du Sud à l'occasion de la sixième journée des jeunes d'Asie. Il est accueilli dès son arrivée par le président de la République Sud-Coréen Park Geun-hye. Il rencontre ensuite les familles des victimes de l'accident du Sewol7.

4e voyage : Albanie (21 septembre 2014)
Le pape se rend en Albanie pour son premier voyage en Europe en dehors de l'Italie8 Il va a la rencontre de ce peuple qui fut persécuté pour sa foi chrétienne sous le régime communiste. Le principal message de ce voyage apostolique a été l'encouragement.

5e voyage : Institutions européennes à Strasbourg en France (25 novembre 2014)

 Le pape François au Parlement européen de Strasbourg le 25 novembre 2014.
Le pape se rend au Parlement européen à Strasbourg pour y prononcer un discours, puis au conseil de l'Europe où il prononce également une allocution9.

6e voyage : Turquie (28 au 30 novembre 2014)

Le pape s'est rendu en Turquie à l'invitation du patriarcat orthodoxe et du président turc. Cette visite est l'occasion d'une nouvelle rencontre entre le pape et le patriarche œcuménique Bartholomée Ier de Constantinople à Istanbul à l'occasion de la fête de Saint André. La première journée à Ankara est principalement protocolaire et politique avec la visite au mausolée d'Atatürk, une rencontre avec le président Recep Tayyip Erdoğan, un entretien avec le premier ministre puis avec le président du Diyanet, le conseil des affaires religieuses turc.

La suite du voyage, qui se déroule à Istanbul les 29 et 30 novembre est placée sous le signe du dialogue interreligieux et de l'œcuménisme. Le samedi, il visite notamment l'ancienne basilique Sainte-Sophie et la Mosquée bleue et célèbrera la messe à la cathédrale catholique d'Istanbul. Le lendemain, en la fête de la Saint André, il assiste à la célébration de la Divine Liturgie en l'église patriarcale Saint-George, liturgie présidée par le patriarche Bartholomoée.

2015

7e voyage : Sri Lanka et Philippines (13 au 19 janvier 2015)

 Logo du voyage papal au Sri Lanka
Le pape arrive au Sri Lanka le 13 janvier. Il y prend part à une rencontre inter-religieuse et procède à la canonisation du bienheureux Joseph Vaz, apôtre de Ceylan. Il prie aussi au sanctuaire marial de Notre-Dame de Madhu.

Le 15 janvier, il se rend aux Philippines. Le 16 janvier, il effectue une visite hors-programme dans un centre de l'association ANAK-Tnk, où il salue 300 enfants des différents centres de la fondation qui lui avaient envoyés précédemment de nombreux courriers d'invitation à les visiter. À l'occasion de cette visite il rappelle que « Ces enfants pauvres parmi les pauvres sont le trésor de notre Église, ils sont nos maîtres »11. Le 17 janvier il effectue un aller-retour à Tacloban, archipel qui a été dévasté par un typhon quatorze mois auparavant ; cette visite a par ailleurs dû être écourtée en raison de l'arrivée d'une tempête tropicale12. Le 18 janvier il célèbre à Manille une messe devant plus de 6 millions de personnes ce qui représente la plus grande messe de toute l'histoire, la dernière étant celle de Jean-Paul II au même endroit en 1995.



Voyages futurs
2015
Bosnie-Herzégovine : le pape se rendra le 6 juin en visite à Sarajevo.

États-Unis : du 22 au 27 septembre 2015, le pape devrait se rendre à Philadelphie pour la prochaine rencontre mondiale des familles. Le secrétaire général de l'Organisation des Nations unies, Ban Ki-moon, a exprimé le souhait que pape François vienne à l'ONU à New York. Il sera en outre le premier pape à s'adresser au Congrès.

Équateur, Bolivie et Paraguay : voyage projeté du pape pour juillet.

République centrafricaine et Ouganda : voyage prévu du pape vers la fin de l'année.

France : visite en France, annoncée comme probable pour 2015 ou 2016 par Mgr Jean-Pierre Grallet le 26 septembre 2014, celle ci est confirmée par le Bureau de presse du Saint-Siège le 7 octobre 2014 à l'occasion de l'annonce du programme de la visite du Pape aux institutions européennes à Strasbourg, que le Pape ferait une visite pastorale en France en 2015.

2016


Pape à Cuba


12e voyage : Cuba et Mexique (12 au 18 février 2016)

Le pape a accepté le 7 juin 2014 une invitation à se rendre au Mexique, à la demande du président mexicain Enrique Peña Nieto, sans précision de date. Le 4 novembre 2015, la visite du Pape François au Mexique est confirmé pour février 2016 avec notamment des étapes à la basilique Notre-Dame-de-Guadalupe, et dans plusieurs autres villes dont Ciudad Juarez, ville symbole de la violence des narcotrafiquants. Le 5 février 2016, dans une déclaration commune, le Saint-Siège et le patriarcat orthodoxe de Moscou annoncent que François et Cyrille de Moscou se rencontreront à Cuba le 12 février. Ce sera la première rencontre de l'histoire entre le pape de l'Église catholique et le chef de l'Église orthodoxe russe30. Le programme définitif du voyage est publié le 8 février par la salle de presse du Saint-Siège. Il comporte les étapes suivantes:
12 février : après la rencontre ave le patriarche Cyrille de Moscou à La Havane, accueil à Mexico;
13 février : visite au président de la République, rencontres avec les autorités civiles, les évêques puis célébration de la messe à la basilique Notre-Dame-de-Guadalupe;
14 février : Journée dans l'état de Mexico avec messe et angelus à Ecatepec puis visite d'un hôpital pédiatrique à Mexico;
15 février : Journée dans le Chiapas avec messe à San Cristóbal de Las Casas et rencontre avec les familles à Tuxtla Gutiérrez;
16 février : Journée à Morelia dans le Michoacán, avec messe et rencontre avec les jeunes;
17 février : Journée à Ciudad Juárez dans l'état de Chihuahua, visite de la prison, rencontre avec le monde du travail, messe, puis cérémonie de congé.
18 février : retour à Rome.

 13e voyage : Grèce (16 avril 2016)

Rencontre avec les réfugiés sur l'île de Lesbos, sur invitation du premier ministre Aléxis Tsípras, avec les patriarches orthodoxes Bartholomée Ier de Constantinople et Hiéronyme II d'Athènes. Confirmé le 7 avril 2016, le communiqué du Saint-Siège indique que le Saint-Père voit dans cette crise migratoire une urgence importante qui unit les Églises chrétiennes

14e voyage : Arménie (24 au 26 juin 2016)

                La visite du pape en Arménie dont la situation politique reste précaire entre ses puissants voisins que sont l'Azerbaïdjan, avec lequel persiste un conflit à propos du Haut-Karabakh,
 et la Turquie, héritière de l'Empire ottoman, revêt à la fois une dimension politique et une dimension religieuse.

En reprenant le terme de « génocide » lors de son discours devant le président arménien, le pape provoque la colère du gouvernement turc qui l'accuse d'endosser « la mentalité des croisée ».

Les différentes rencontres et gestes posés avec Karékine II, patriarche de l'Église apostolique arménienne illustrent la volonté du pape de rapprochement et d'unité avec les Églises orientales.
                      

 15e voyage : Pologne (27 au 31 juillet 2016
Pologne : Le pape s'y rendra pour célébrer les Journées mondiales de la jeunesse 2016.
Le pape François se rend aux Journées mondiales de la jeunesse à Cracovie qui se sont déroulées du 26 au 31 juillet 2016.

 16e voyage : Géorgie et Azerbaïdjan (30 septembre au 2 octobre 2016)         

Le pape se rend une seconde fois dans le Caucase, en Géorgie et en Azerbaïdjan trois mois après sa visite en Arménie. Cette visite dans deux petits pays aux périphérie de l'Église et aux frontières de l'Europe, du Moyen-Orient et de la Russie, revêt plusieurs dimensions. Il est d'abord appel à la paix dans ses pays en proie à des conflits régionaux (Abkhazie , Ossétie du Sud, Haut-Karabagh).

Il constitue ensuite un signe d'unité entre communautés chrétiennes, notamment en Géorgie où les catholiques, très minoritaires (de l'ordre de 2,5% de la population) sont divisés entre plusieurs rites. François est à cette occasion le premier pontife à entrer, à Tbilissi, dans une église catholique chaldéenne, Église principalement présente en Irak, en Syrie et au Liban, en présence du patriarche Louis Raphaël Ier Sako venu d'Irak pour l'occasion. Le pape y prie pour la paix en Irak et en Syrie ravagés par la guerre.

Ce voyage lui permet également, toujours en Géorgie, de rencontrer Élie II, patriarche de l'Église orthodoxe géorgienne, chef de l'Église orthodoxe la plus rétive au dialogue œcuménique.

Enfin, ce voyage est également l'occasion de nouvelle initiatives dans le domaine du dialogue inter-religieux, en particulier en Azerbaïdjan pays quasi exclusivement musulman, principalement chiite où les catholiques sont très minoritaires. Depuis la grande mosquée de Bakou, le pape lance une supplique: « jamais plus de violence au nom de Dieu ! ».
                                   

 17e voyage : Suède (31 octobre au 1er novembre 2016)

Le pape se rend en visite dans la ville de Lund à l'invitation de la fédération mondiale luthérienne, à l'occasion du début de l'année de commémoration des 500 ans de la Réforme protestante.
La première journée du voyage est consacrée aux relations avec les luthériens. Elle est marquée par la célébration d'une cérémonie œcuménique à la cathédrale luthérienne de Lund et par
 la signature d'une déclaration commune. La deuxième journée, le jour de la Toussaint permet au pape de célébrer la messe avec la petite communauté catholique suédoise à Malmö.

2017


 Pape au Brézil à Copacabana


Brésil :
Lors des JMJ 2013, le pape a fait savoir aux fidèles rassemblés à Aparecida, vouloir retourner au Brésil en 2017 pour le 300e anniversaire de la découverte de la statue de Notre-Dame d'Aparecida.

    Portugal (12-13 mai 2017): Mgr Antonio Marto a annoncé que, le 25 avril 2015, le pape a confirmé qu'il se rendrait à Notre-Dame de Fátima pour marquer le centenaire de l'apparition de la vierge à Fátima. Il a également fait savoir que le gouvernement et la Conférence épiscopale portugaise avait adressé des invitations au pape. Il y a la possibilité de potentiel que le pape pourrait aussi canoniser Francisco Marto et Jacinta Marto, deux des trois voyants de Fatima[42]. Ce voyage est confirmé par le Saint-Siège le 17 décembre 2016.

    Indonésie et Japon (juillet/ août 2017):
le pape se rendra en Indonésie à l'occasion de la Journée de la Jeunesse Asiatique selon le secrétaire général de la Conférence des évêques indonésiens, l'archevêque Johanes Maria Pujasumarta[44], avec arrêt probable au Japon. Le premier ministre japonais Shinzo Abe avait invité le pape à visiter le Japon lors de sa visite le 6 juin 2013 et le pape avait exprimé sa volonté d'y aller[45].

    Brésil (octobre 2017):
Lors des JMJ 2013, le pape a fait savoir aux fidèles rassemblés à Aparecida, vouloir retourner au Brésil en 2017 pour le 300e anniversaire de la découverte de la statue de Notre-Dame d'Aparecida.

    Croatie :
le président a invité le pape à visiter la Croatie à laquelle le pape a accepté ; la visite aura lieu probablement en 2017. Le pape pourrait canoniser le cardinal Alojzije Stepinac à cette occasion

    Inde et Bangladesh :
 le pape a annoncé ce voyage à la conférence de presse sur le vol de retour d'Azerbaïdjan en octobre 2016[46].

    Afrique :
 lors de la conférence de presse sur le vol de retour d'Azerbaïdjan en octobre 2016, le pape a également parlé d'un voyage en Afrique si les conditions de stabilité politique le permette, sans préciser quels pays seraient concernés.

    Colombie :
lors de la conférence de presse sur le vol de retour d'Azerbaïdjan en octobre 2016, le pape a également annoncé une probable visite en Colombie, si la paix entre le gouvernement et les FARC est approuvé et permet de créer la stabilité politique.

    Uruguay, Chili, Argentine ou Pérou : Le pape veut visiter le sud du continent américain, mais les pays visités restent à définir.



2018

    République tchèque :
le président Miloš Zeman a invité le pape à une rencontre œcuménique avec les dirigeants de l’Église orthodoxe. Le pape a accepté et le président a déclaré que la visite aurait lieu en 2018.

    Irlande :
 le Pape pourrait se rendre à la Rencontre mondiale des familles, prévue à Dublin.

 France :
visite en France, annoncée au préalable pour 2015 ou 2016 par Mgr Jean-Pierre Grallet le 26 septembre 2014, celle-ci est confirmée par le Bureau de presse du Saint-Siège le 7 octobre 2014 à l'occasion de l'annonce du programme de la visite du Pape aux institutions européennes à Strasbourg, que le Pape ferait une visite pastorale en France en 2015. La visite est finalement reportée en 2018, car non prioritaire pour le pape François.

2019

    Panama (juillet) pour les journées mondiales de la jeunesse 2019


date inconnue

    Canada: l'Archevêque de Montréal, Mgr Christian Lépine, et le maire de Montréal, M. Denis Coderre, ont invité le pape François à Montréal en 2017 pour célébrer le 375e anniversaire de la Ville  Le pape François a également été invité par le Premier ministre du Québec, M. Philippe Couillard  et l'ancien Premier ministre du Canada, M. Stephen Harper qui l'a convié aux célébrations du 150e anniversaire de la Confédération canadienne, en 2017 .

    Espagne : le roi Philippe VI d'Espagne a adressé une invitation au pape pour visiter l'Espagne en 2015 lors de sa visite en juin 2014. Le pape a exprimé son désir de visiter le royaume ibérique, mais il a été confirmé qu'il n'irait pas en 2015 pour ne pas interférer avec les élections.

    Tunisie : le pape aurait accepté une invitation de Moncef Marzouki, président de la Tunisie, pour visiter ce pays, même si aucune date n'a été fixée.

    Ukraine : le pape a confirmé aux évêques ukrainiens lors de leur visite ad limina qu'il se rendrait en Ukraine pour une visite papale. Il a été rapporté que l'invitation du président.

    Nigéria : le pape aurait exprimé son désir de se rendre au Nigéria, selon le président Goodluck Jonathan après leur rencontre en 2013.

    Irak : selon l'archevêque chaldéen d'Erbil Bashar Wardale, le pape aurait déclaré en novembre 2014 qu'il voulait se rendre en Irak, mais que son entourage ne le permettrait pas pendant un certain temps.

    Égypte : le président Abdel Fattah al-Sissi a invité le pape à visiter son pays lorsqu'ils se sont rencontrés en novembre 2014. Le pape copte Théodore II d'Alexandrie a également invité le pape. L'ambassadeur d’Égypte a remis une invitation officielle au pape en juin 2015.


Le pape François "personne de l'année" 2013 pour Time Magazine

Par , publié le

Le successeur de Benoît XVI, élu en mars 2013 à la tête de la papauté, succède à Barack Obama. 


En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/societe/le-pape-francois-personne-de-l-annee-2013-pour-time-magazine_1306842.html#tBXoXYIruLrs2j06.99
Jorge Mario Bergoglio est le successeur de Benoît XVI élu par les cardinaux du conclave. La fumée blanche est sortie de la cheminée sur la chapelle Sixtine, mercredi 13 mars, et la foule a clamé "habemus papam": c'est le nouveau chef de l'Eglise catholique et son 1,2 millard de fidèles. 
En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/societe/religion/francois-nouveau-pape-elu-au-vatican_1231566.html#SVyfprBIG0iVVDaJ.99
Jorge Mario Bergoglio est le successeur de Benoît XVI élu par les cardinaux du conclave. La fumée blanche est sortie de la cheminée sur la chapelle Sixtine, mercredi 13 mars, et la foule a clamé "habemus papam": c'est le nouveau chef de l'Eglise catholique et son 1,2 millard de fidèles.
En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/societe/religion/francois-nouveau-pape-elu-au-vatican_1231566.html#SVyfprBIG0iVVDaJ.99
Jorge Mario Bergoglio est le successeur de Benoît XVI élu par les cardinaux du conclave. La fumée blanche est sortie de la cheminée sur la chapelle Sixtine, mercredi 13 mars, et la foule a clamé "habemus papam": c'est le nouveau chef de l'Eglise catholique et son 1,2 millard de fidèles. 
En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/societe/religion/francois-nouveau-pape-elu-au-vatican_1231566.html#SVyfprBIG0iVVDaJ.99



Liste de tous les papes

Origine de la Garde Suisse
 

Retour Index:
Accueil    Mois d'avril


annuaire

Hit-Parade