"Jeux Olympiques de Beijing"
du 9 au 24 aout 2008


 

9 au 24 aout

L'inauguration du Stade national 
Beijing, 28 juin ? Ce matin, un tonnerre d'acclamations a résonné devant le Stade national, mettant un terme à 5 ans d'attente de l'inauguration de cet édifice symbolique de Beijing. Le membre du Bureau politique du Comité central du Parti Communiste Chinois, le secrétaire du comité municipal de Beijing, le président du BOCOG, Liu Qi et le secrétaire adjoint du comité municipal de Beijing, le maire de Beijing, le président exécutif du BOCOG, Guo Jinlong ont assisté la cérémonie d'inauguration du Stade national du matin.
Lors de la cérémonie, Liu Qi et Guo Jinlong ont dévoilé la colonne commémorative d'achèvement du Stade national. 

Infos spectateurs
« Nid d'oiseau » : 5 minutes suffisent pour trouver sa place 
Le Stade national, autrement dit le « Nid d'oiseau », situé dans le Parc olympique de Beijing, est la principale installation olympique des Jeux de la 29ème Olympiade.  

Huit minutes suffiront pour la dispersion des 91.000 spectateurs du Stade national après les matchs
 Le Stade national, surnommé le « Nid d'oiseau » en raison de sa structure en acier (42.000 tonnes d'acier au total), est un immense terrain de sport qui peut contenir 91.000 spectateurs au total.  

Des sièges avec audiophones au Stade national 
Pour satisfaire les besoins des personnes mal entendantes, une sorte de siège avec audiophone sera installée dans le Stade national.  

Il sera possible de loger au Stade national 
Selon le site officiel du Stade national (www.n-s.cn), dans la partie nord du stade, il y aura un hôtel quatre étoiles d'environ 80 chambres, ce qui permettra aux spectateurs de loger au « nid d'oiseau » après les matchs. 

Construction
« Nid d'oiseau » : achèvement de la structure en béton armé et de l'ossature en acier
 Les travaux de construction du Stade national (surnommé le « Nid d'oiseau), commencés le 24 décembre 2003, seront complètement achevés début 2008.  

Stade national : installation des membranes d'insonorisation
 Le Stade national, principale installation olympique surnommée le « Nid d'oiseau », a commencé le 24 août les travaux d'installation des membranes en matériaux ETFE (éthylène-tétrafluoroéthylène). [plus]

Fin d'installation des 80.000 sièges dans « Nid d'oiseau » 
Les travaux d'installation des 80.000 sièges du Stade national ? le bijou des installations olympiques, surnommé le « Nid d'oiseau » pour sa forme originale ? ont été finis le 28 janvier. 

Le nid d'oiseau : une architecture inouïe pour un public ébloui
La structure singulière en bassine renversée du stade national, connu sous le nom de nid d'oiseau, confère au public des Jeux une délicieuse expérience, assure les concepteurs. 

JO verts
Le nid d'oiseau : une eau préservée 
L'eau est une ressource précieuse à Beijing et pour ses habitants il est naturel de la préserver. La protection de l'eau est primordiale pour les sites olympiques. Un mélange d'eaux de récupération, de pluie recyclée et des stations d'épuration y est utilisé. 

Un scooter « intelligent » au Stade national 
Pour les JO, 6 nouveautés, dont un scooter intelligent et une lampe en ballon seront équipés à 31 sites olympiques, les 17 sites non sportifs et 45 sites d'entraînement.  

Divers
« Nid d'oiseau » : une pelouse de 7 811 m2 plantée en 24 heures
 Après près de 24 heurs, une pelouse mobile unique en Asie a été plantée au « Nid d'oiseau », le Stade national. Cette pelouse assurera les besoins des tournois athlétiques de « Bonne chance Beijing »  

Le Stade national possède des installations au sous-sol
 Les toilettes, les guichets de vente de billets, les cabines téléphoniques, les distributeurs de billets et les points de vente commerciaux du Stade national sont tous situés dans le sous-sol.

Le Stade national a son nouveau panneau d'adresse 
Tous les sites olympiques ont reçu leur nouveau panneau d'adresse, à partir au 9 mai : « 1, rue Nord du stade national » pour le « Nid d'oiseau ». 

Le Stade national est un paratonnerre structurel
Contrairement à d'autres gros édifices qui sont coiffés d'un paratonnerre, le Stade national utilise sa propre carcasse d'acier pour dévier la foudre, a révélé une source. 



stade

intérieur du stade

stade le soir

entrée du stade

"Historique des jeux olympiques"

Les Jeux Olympiques dans l'Antiquité (Pierre de Coubertin, 1863-1937)

«Il est probable que la création des Jeux Olympiques fut due aux Pisates, premiers possesseurs de la vallée de l'Alphée. Mais les Olympiades ne commencèrent à compter que du jour où Iphitos, roi d'Elis, conclut avec Lycurgue la convention établissant autour des Jeux avec une «trève sacrée». Dès lors la ville d'Elis reçut la direction des concours et l'Elide devint territoire neutre et inviolable. La première Olympiade date de l'an 776 avant J.-C. Pendant près de douze siècles, elles furent célébrées avec une régularité que ne troublèrent guère les événements les plus graves. Au moment où se livrait le combat des Thermopyles, les Grecs se trouvaient assemblés à Olympie. Cependant il advint parfois que des contestations surgirent. Ce fut le cas pour la 8e Olympique (748 av. J.-C.) dont les Pisates reprirent la direction aux Eléens; lors de la 104e (364 av. J.-C.) la trève sacrée fut même rompue.

Le programme au début, ne comportait presque que la course à pied en vitesse qui se courait sur la longueur du stade, soit 180 mètres 2. Vinrent successivement s'y ajouter la double course, la course de fond (4 600 mètres environ), le pentathlon (en 708), le pugilat (en 688), la course de chars à quatre chevaux (en 680), le pancacre (en 648); puis à partir de l'an 632 les concours pour enfants; enfin, en 396, les concours d'art. Il semble qu'on ait pendant longtemps tenu, pour rester fidèle à la tradition, épuiser le programme en une seule journée. Mais en 472 les concours ne purent se terminer que fort avant dans la nuit et la durée des Jeux fut alors portée à cinq jours. Cela montre en tous cas que les concurrents ne furent jamais très nombreux et que leur spécialisation était extrême. Le pentathlon dont l'apparition introduit dans l'histoire sportive les «sports combinés» comprenait la course, la lutte, le lancement du disque, le saut et le pugilat auquel par la suite fut substitué le lancement du javelot. Il ne paraît pas qu'on ait compté par points; le vainqueur devait sortir premier des cinq épreuves successives. Nous ne savons pas exactement comment se faisait l'élimination.

La qualification du concurrent aux Jeux Olympiques était à la fois ethnique, sociale, morale et technique. Il devait être de pure race hellénique, n'avoir commis ni crime, ni impiété, ni sacrilège et, une fois «accepté» comme candidat, s'être soumis, après un entraînement de dix mois, à un stage de trente jours à Élis pendant la période précédant les Jeux. Il y a là une gradation de garanties que le monde moderne n'a jamais relevées. Au début les Doriens, les Eléens et les Arcadiens étaient seuls convoqués. Ce fut un Eléen, Corœbos, qui remporta le prix de la course à la Ire Olympiade. Mais dès le milieu du VIIe siècle avant Jésus-Christ, tous les Hellènes furent admis. Ils le furent seuls, en règle générale, jusqu'à la conquête romaine. Tibère, le premier des non-Hellènes, remporta un prix (course de chars). Lors de la 290e Olympiade (385 ap. J.-C.) qui devait être l'avant-denière, le vainqueur du pugilat fut le prince héritier d'un royaume arménien.

Il est impossible d'entrer ici dans le détail des cérémonies et des solennités auxquelles donnaient lieu les Jeux Olympiques. La religion, l'art, le symbolisme philosophique ou patriotique y régnaient perpétuellement, engendrant comme une exaltation de tous les sentiments et de toutes les pratiques qui servaient de base à la cité grecque. Les historiens ne sauraient trop étudier ce qui concerne ces grandes fêtes de l'Hellénisme.

Les Jeux Olympiques furent supprimés par un édit de l'empereur Théodose en 392. Le christianisme vainqueur voyait en eux une institution païenne. En 426, Théodose II, par un édit sacrilège, ordonna la destruction des temples et édifices que, dans l'intervalle, les hordes d'Alaric avaient pillés mais non détruits. L'édit ne fut que partiellement exécuté, mais les tremblements de terre de 522 et 551 et les inondations du Kladeos que ne retenaient plus les digues préservatrices achevèrent le désastre. Olympie disparut et on perdit jusqu'à ses traces. Retrouvée en 1829 par le corps expéditionnaire français venu au secours de la Grèce ressuscitée, elle fut exhumée de 1875 à 1881 par l'école allemande d'archéologie aux frais du futur empereur Frédéric III; 130 statues ou bas-reliefs, 13 000 bronzes, 6 000 monnaies, 400 inscriptions, 1 000 terres cuites et 40 monuments furent inventoriés.»

PIERRE DE COUBERTIN, La pédagogie sportive, Lausanne, Imprimerie réunies, 1919

Événements sacrés à l'origine, à Olympie, dans la Grèces antique, les Jeux olympiques ont refait surface, sous une forme profane à Athènes, en 1896. L'une des différences entre les jeux anciens et les jeux modernes est qu'il n'y avait pas de records dans les jeux anciens. Le principal souci de l'athlète était de l'emporter sur ses adversaires et non d'abattre un record, c'est-à-dire de s'imposer comme le meilleur dans l'absolu. Faut-il relier cette différence au fait que les jeux anciens étaient religieux tandis que les jeux modernes sont profanes?

Les premiers Jeux olympiques
Les premiers jeux ont eu lieu à Olympie, en Grèce, en 776 av. J.-C. Les cités étaient censées déposer les armes pendant la durée des Jeux pour permettre aux athlètes de rivaliser en paix. La «trêve sacrée» qui fut à l'origine de ces Jeux s'accompagnait de la déclaration suivante : «Puisse le monde être affranchi des crimes et des tueries ainsi que du choc des armes». 

(Selon divers auteurs, dont Werner Jaeger, il y eut des jeux à Olympie avant 776. «Depuis les âges les plus reculés de l'histoire connue, écrit Jaeger, la gymnastique grecque (au sens le plus large du mot) fut associée aux fêtes en l'honneur des dieux. Peut-être les jeux olympiques eurent-ils pour origine les jeux funéraires tenus pour Pélops à Olympie - à l'exemple de ceux, décrits dans l'Illiade, qui se déroulèrent à 
Troie après la mort de Patrocle. On sait même que des jeux funéraires pouvaient être célébrés périodiquement, à des dates déterminées. Des compétitions très anciennes de ce genre purent fort bien avoir été reprises sous l'égide du Zeus olympien. Et, d'après les images votives de chevaux découvertes sous les fondations du plus vieux sanctuaire d'Olympie, il appert que des courses de chars eurent lieu sur l'emplacement de l'ancien culte bien avant la date traditionnelle où Corebos remporta la première victoire à la course à pied.» (Paideia. La formation de l'homme grec, Paris, Gallimard 1964, p. 250)

Parmi les premiers sports disputés à Olympie figuraient la course à pied, la lutte, la boxe, le pentathlon et les courses de char. Le premier champion olympique connu fut le coureur Koroibos. Seuls les hommes étaient autorisés à participer aux Jeux de l'antiquité. Interdiction était faite aux femmes d'y prendre part ou même d'y assister, sous peine de mort. La seule femme présente était la grande prêtresse de Déméter. Toutefois, dans la Grèce antique, les femmes avaient leurs propres jeux, qui avaient lieu à intervalles réguliers. 

On sait que les Jeux olympiques anciens existèrent pendant douze siècles, jusqu'à 394 après J.-C. C'est un Français né en 1863, Pierre de Fredy, baron de Coubertin, qui est à l'origine des Jeux modernes. Il estimait que le sport pouvait servir l'humanité et encourager la paix entre nations. Son projet se réalisa en 1894 lorsqu'un congrès international réuni à Paris vota en faveur de la rénovation des Jeux olympiques; les premiers Jeux de l'époque moderne eurent lieu à Athènes en 1896. 

Les Jeux ont lieu tous les quatre ans. À partir de 1924, ils ont été divisés en Jeux d'hiver et Jeux d'été. Les Jeux d'hiver ont commencé à avoir lieu en alternance avec les Jeux d'été après 1992, car les petits pays ne pouvaient se permettre d'envoyer la même année des équipes aux deux Jeux.

 
Lieux des jeux d`hiver et d`été
Depuis leur rénovation, les Jeux olympiques d'été ont eu lieu successivement dans les villes suivantes : 

1896 Athènes (Grèce) 1900 Paris (France) 1904 St-Louis (États-Unis) 1908 Londres (Royaume-Uni) 1912 Stockholm (Suède) 1916 annulés a cause de la Première Guerre mondiale 1920 Anvers (Belgique) 1924 Paris (France) 1928 Amsterdam (Pays-Bas) 1932 Los Angeles (États-Unis) 1936 Berlin (Allemagne) 1940 annulés en raison de la Seconde Guerre mondiale 1944 annulés en raison de la Seconde Guerre mondiale 1948 Londres (Royaume-Uni) 1952 Helsinki (Finlande) 1956 Melbourne (Australie) 1960 Rome (Italie) 1964 Tokyo (Japon) 1968 Mexico (Mexique) 1972 Munich (Allemagne) 1976 Montréal (Canada) 1980 Moscou (URSS) 1984 Los Angeles (États-Unis) 1988 Séoul (Corée du Sud) 1992 Barcelone (Espagne) 1996 Atlanta (États-Unis) 2000 Sydney (Australie) 2004 Athènes (Grèce).
Site officiel des jeux d'été de 2008 (Beijing, Chine)

Jeux d'hiver : 
1924 Chamonix (France) 1928 St-Moritz (Suisse) 1932 Lake Placid (États-Unis) 1936 Garmisch-Partenkirchen (Allemagne) 1940 annulés en raison de la Seconde Guerre mondiale 1944 annulés en raison de la Seconde Guerre mondiale 1948 St-Moritz (Suisse) 1952 Oslo (Norvège) 1956 Cortina d'Ampezzo (Italie) 1960 Squaw Valley (États-Unis) 1964 Innsbruck (Autriche) 1968 Grenoble (France) 1972 Sapporo (Japon) 1976 Innsbruck (Autriche) 1980 Lake Placid (États-Unis) 1984 Sarajevo (Yougoslavie) 1988 Calgary (Canada) 1992 Albertville (France) 1994 Lillehammer (Norvège) 1998 Nagano (Japon) 2002 Salt Lake City (Utah).
Site officiel des jeux d'hiver de Turin, Italie (2006) 
Site officiel des jeux d'hiver de 2010 (Vancouver, Colombie-britannique, Canada)

 
La flamme olympique

Le symbole le plus visible des Jeux est la flamme olympique. A Olympie, durant les jeux de l'antiquité, une flamme sacrée brûlait continuellement sur l'autel de la déesse Héra. A l'ère moderne, la flamme olympique est apparue pour la première fois en 1928, aux Jeux d'Amsterdam. La tradition du relais du flambeau olympique, qui culmine avec l'allumage de la flamme olympique à la cérémonie d'ouverture des Jeux, remonte aux Jeux de 1936 à Berlin. Ce relais symbolise le lien entre les Jeux anciens et les Jeux modernes.

D'après : Eric Green, Données sur les Jeux olympiques (Les vingt-sixièmes Jeux olympiques se dérouleront du 19 juillet au 4 août à Atlanta, 18 juin 1996 (Agence d’information des Etats-Unis, Département d’État américain)

 
Enjeux

Les Jeux olympiques sont une grande leçon de philosophie que l'humanité se donne à elle-même: Tels jeux, telle conception du bonheur, de l'homme, de la perfection...de l'amour. C'est vers le poète grec Pindare qu'il faut se tourner pour découvrir la philosophie correspondant aux Jeux Olympiques du premier âge. Pour comprendre la philosophie des Jeux de 2004 à Athènes, on pourra s'en remettre aux poètes officiels de la Société Radio-Canada.

Voici leur grand hymne, Jusqu'au bout, tel qu'il fut déclamé à la télévision de Radio-Canada, dans les minutes solennelles qui ont précédé la cérémonie d'ouverture des Jeux d'Athènes. Il d'un dialogue entre une femme et un homme, identifiés à des statues grecques anciennes.

« — Je suis un rêve de pierre, l'incarnation en marbre du sang qui coule et du coeur qui bat. Lourde, immobile, éternelle, je suis néanmoins l'image de la force, de la vitesse, de l'agilité des hommes et des femmes.

— Et moi je cours à travers les siècles pour porter le flambeau d'un idéal, le dépassement, la grande, la belle, la folle idée d'aller toujours plus loin, plus vite. Nous sommes allés sur la lune, bientôt nous irons sur mars, jusqu'aux étoiles. Nous irons jusqu'au bout.

— Pourquoi, pourquoi toujours aller jusqu'au bout?

— J'sais pas. C'est comme ça. Aller plus vite! Toute une vie pour grignoter des secondes, des centièmes, des millièmes de secondes, tous les jours! l'effort, la fatigue, l'angoisse, c'est notre grandeur. Six millièmes! Courir plus vite c'est grandir. Je n'aime pas les limites, je n'aime pas les frontières, je n'aime pas le temps qui emprisonne, je n'aime pas l'espace qui nous noie, je veux repousser le temps, maîtriser l'espace, échapper à la gravité, je veux aller au sommet de moi-même, je veux aller voir plus loin, plus vite, je veux voler. Je m'envole pendant quelques secondes, je vole. Des milliers d'heures d'entraînement m'ont donné des ailes. Quelques secondes, c'est une idée; après le premier pas de l'enfant, jusqu'à moi! Je vole.

— On ne sculpte plus le marbre. Nos statues sont en mouvement, relayées partout par des pixels, des images en couleur.

Vous voyez en direct la joie du vainqueur, l'agonie de ceux qui ont moins bien fait. Mais si c'était moi qui les avais faits, je serais fière de chacune de mes oeuvres. Vous êtes de la beauté du vivant. Je suis la fugitive beauté du dépassement, immortalisée dans le marbre. Et dans mon rêve de pierre, je rêve d'être vous et de voler encore. »


Essentiel
Les Jeux Olympiques méritent notre attachement. Quelle autre institution peut leur être comparée? Aristocratiques à l’origine, ils ont atteint leur apogée au moment où la démocratie athénienne donnait le ton en Grèce. Ils ont ensuite survécu à l’empire d’Alexandre et à la domination romaine. Au XXe siècle ni les deux guerres mondiales, ni la guerre froide ne les ont à jamais compromis. Ils demeurent hélas! fragiles. De toutes les menaces qui pèsent sur eux la plus grave est l’importance croissante prise par l’athlète fabriqué par rapport à l’athlète naturel. Cette évolution défavorise démesurément les pays pauvres. Elle illustre aussi une vision du monde qui paraîtra de plus en plus inadéquate au fur et à mesure que les hommes comprendront qu’ils ont intérêt à composer avec la nature et à l’imiter plutôt que de la transformer en la déformant faute d’en avoir compris la complexité. L’avenir des jeux ne peut-être assuré que par le respect des principes qui assureront celui de la planète. On peut dire des jeux actuels qu’ils procèdent d’une imitation de ce qui, dans les jeux anciens, correspondaient à l’esprit de la modernité. Pour assurer l’avenir, il faut d’abord chercher, dans le même passé, les éléments qui préfigurent le mieux les principes propres à assurer le développement durable aujourd’hui.)
 

Les Jeux olympiques d'été de 2008 (sinogrammes simplifiés : 2008????????, sinogrammes traditionnels : 2008????????, pinyin : 2008 nián Be*iji¯ng Xiàjì Àolínp?kè Yùndònghuì) connus aussi sous le nom de jeux de la XXIXe Olympiade, seront les vingt-neuvièmes jeux organisés de l'ère moderne, et auront lieu à Pékin (Beijing en mandarin), en République populaire de Chine, du 8 au 24 août. La cérémonie d'ouverture commencera à 8 heures 8 minutes 8 secondes du soir, heure locale, le 8 août 2008 , le huit étant un symbole de prospérité et d'infini dans la culture chinoise). Certaines épreuves se dérouleront en dehors de la capitale chinoise, celles de voile qui se dérouleront à Qingdao, à 690 km de Pékin, des matches de football auront lieu à Tianjin, Shanghai et Qinhuangdao et les épreuves de sports équestres se tiendront à Hong Kong.

Beijing a été choisi parmi cinq candidats par le CIO le 13 juillet 2001. Pékin remporte finalement les Jeux avec 56 votes face à Toronto au Canada (22 votes), Paris en France (18 votes), Istanbul en Turquie (9 votes) et Osaka au Japon (6 voix). Le CIO, sous la présidence de Juan Antonio Samaranch, était favorable à ce que la Chine, pays le plus peuplé au monde, accueille les Jeux Olympiques, malgré quelques voix rappelant le problème des droits de l'homme en Chine.

Suite aux événements débutés en mars 2008 au Tibet, la pression internationale et les appels au boycott se sont fait plus pressants, certains réclamant au moins un boycott de la cérémonie d'ouverture. Le relais de la flamme olympique hors de Chine a été l'occasion de nombreuses manifestations.


Les anneaux olympiques
Le symbole olympique se compose de cinq anneaux entrelacés de dimensions égales (les anneaux olympiques), employés seuls, en une ou cinq couleurs qui sont, de gauche à droite, le bleu, le jaune, le noir, le vert et le rouge.

Le Mouvement olympique

Lorsqu'il annonce à Paris, un soir d'hiver 1892, le prochain rétablissement des Jeux Olympiques, Pierre de Coubertin est applaudi. Mais personne n'imagine alors l'ampleur du projet qui consiste à rénover les Jeux Olympiques de l'Antiquité, à nommer un comité chargé de les organiser et à créer un mouvement international.
 

 
BEIJING 2008

Emblème
«Beijing en dansant», inspiré de la forme d'un sceau chinois, constitue aussi une promesse, qui signifie que cette ville chinoise montrera en 2008 au monde entier une image majestueuse et pittoresque de «paix, amitié et progrès» et exécutera un mouvement musical plus chaleureux aux accents exaltants pour l'humanité toute entière.

Slogan

«Un monde, un rêve» incarne de façon concentrée l'essence de l'esprit et de la valeur universelle olympiques, à savoir, l'unité, l'amitié, le progrès, l'harmonie, la participation et le rêve, et exprime le désir commun du monde entier qui, sous l'appel de l'esprit olympique, cherche à édifier un meilleur avenir pour l'humanité. En dépit de la différence des couleurs des peaux, des langues et des ethnies, nous partageons le charme et l'allégresse olympiques... 

Mascottes officielles

Les Fuwa sont les mascottes officielles de Beijing 2008, dont les couleurs et l'inspiration trouvent leur origine dans les cinq anneaux olympiques, dans les immenses montagnes, terre, fleuves, lacs et mers de la Chine ainsi que dans les images préférées des animaux aimables.

Médailles

Les médailles des JO de Beijing ont un diamètre de 70 mm et une épaisseur de 6 mm. L'avers de la médaille porte le dessin unique imposé par le CIO. Au milieu du revers de la médaille est incrusté un disque de jade qui a la même forme qu'une ancienne pièce de jade chinoise à l'effigie du dragon.  

 
Torche

Le Flambeau olympique est une belle et fière illustration de la culture traditionnelle chinoise et des capacités techniques de la Chine moderne. Il reflète aussi les mots d'ordre d'écologie, de progrès technique et d'humanisme des Jeux de 2008. 

La devise olympique: 
"Citius, Altius, Fortius"[suite]
L'hymne olympique: L'hymne olympique est l'oeuvre musicale dénommée «Hymne olympique», composée par Spiros Samara (musique) et Kostis Palamas (paroles). 

Bienvenue à Beijing

 La Grande MurailleLa Grande Muraille de Badaling, située à 70 km au nord-ouest de Beijing, est l'ouvrage le plus remarquable bâti par la dynastie des Ming.
Beijing fut la capitale de cinq dynasties chinoises : Liao, Jin, Yuan, Ming et Qing. La Cité interdite - le plus grand palais impérial du monde ? est située sur l'axe central de la capitale. Toute la ville de Beijing compte plus de 7 300 vestiges et monuments historiques et plus de 200 sites touristiques dont notamment le Palais d'été (jardin impérial) et la Grande Muraille.

Capitale de la Chine, Beijing en est le centre politique, culturel et diplomatique. Forte d'une population de 11 millions d'habitants, Beijing est devenue une grande métropole internationale moderne. L'aéroport de la Capitale, situé à 23,5 km du centre-ville, constitue à présent le plus grand port aérien sophistiqué du pays. La ville possède près de 40 hôtels à cinq étoiles. Les liens téléphoniques internationaux relient directement la Chine à 240 pays et régions.

Par ailleurs, le temps est agréable en août et en septembre à Beijing. C'est la meilleure saison de toute l'année, la température la plus élevée atteint 30 degrés pendant que la température la plus basse descend à 18 degrés.

Le CPP : ici les journalistes et photographes sont chez eux
Introduction

Le Centre de presse principal (CPP) sera le lieu de travail principal des quelque 5.600 journalistes et photographes accrédités des Jeux olympiques de Beijing . Il fonctionnera en permanence. Le CPP sera aussi le quartier général des services à la presse du BOCOG. Le CPP sera aussi utilisé pour les Jeux paralympiques.

Le CPP offrira les services et installations suivants :

--Le couloir principal (« Main Lobby ») avec son service d'aide et de renseignements généraux, son kiosque de l'info, son service des transports, son bureau du tourisme, sa banque, sa poste et ses boutiques.
--Un centre de services
--Une salle de travail pour la presse
--Assistance technique avec résultats et services d'information
--Bureaux à louer
--Salle de conférences de presse
--Zone photo et centre Kodak
--Restauration
--Gare routière avec départs vers les hôtels des médias et les installations olympiques 
--Parc à voitures 
--Centre d'accréditation des médias
--Arrêt pour taxis

Situé juste en face du CIRTV, le bâtiment abritant le CPP se trouve dans un endroit clef du Parc olympique. Sa situation privilégiée permet un accès aisé au Stade national, au Centre national de natation et au Centre national omnisports. Il se trouve à dix minutes de marche seulement du village olympique et à dix minutes en bus du village principal des médias.

Le CPP fait partie du Complexe commercial olympique, qui occupe 4,07 ha et possède une surface au sol de 260.000 m2. Le CPP lui-même aura une surface au sol de 60,000 m2.

Après les Jeux olympiques, le complexe commercial servira le Palais des congrès, où se trouve le CIRTV. 

La construction du complexe a démarré et le bâtiment sera remis au BOCOG en février 2008. L'aménagement intérieur du CPP prendra de deux à trois mois et le début de la mise en service est prévu pour juillet 2008, un mois avant l'ouverture des Jeux. Le CPP fonctionnera à plein régime deux semaines avant les Jeux.

Deux hôtels, l'un à trois étoiles (A) et l'autre à cinq étoiles (D), situés au nord et au sud du CPP, accueilleront les médias accrédités pendant les Jeux. Les principaux membres des agences de presse et des diffuseurs détenteurs de droits auront la priorité dans l'attribution des chambres d'hôtel. Les deux hôtels appliqueront les mêmes mesures en ce qui concerne la sécurité, le transport et l'accueil des hôtes.
Visite guidée du CPP 

Les trois étages du CPP, couvrant une surface au sol de 60.000 m2 , feront de lui le plus grand centre de presse de toute l'histoire olympique. Ces différentes zones fonctionnelles seront réparties entre le sous-sol, le rez-de-chaussée et le premier étage.
Accès général---Entrée des médias 

-- Trois entrées séparées pour les médias

-- Une entrée pour les personnages de marque menant directement à la salle verte des conférences de presse

-- Une entrée pour le personnel du CPP

-- Deux entrées pour le personnel hôtelier 

Deux entrées, situées au nord et au sud respectivement, conduiront directement au service d'aide et de renseignements généraux et aux autres services d'aide spécialisés dans le grand couloir ; une troisième entrée réservée aux photographes donnera accès à la zone de travail photo, au centre Kodak et au sous-sol. 

L'entrée des personnages de marque au sud-est conduira directement à la salle verte, où se tiendront les principales conférences de presse.

Des entrées séparées ont également été prévues pour le personnel des deux hôtels réservés aux médias. Le CPP et les deux hôtels en question se partageront au sous-sol des accès de chargement et de déchargement, ainsi que d'autres installations. 
Caractéristiques générales du CPP 

Le CPP a été conçu de manière extrêmement ingénieuse et logique, ce qui devrait faciliter le travail des médias. 12 ascenseurs et quatre escaliers roulants donneront accès aux trois étages ; chaque étage comprendra une allée principale reliant les diverses composantes.


Première apparition du BMX aux Jeux

Le programme de Pékin 2008 est assez similaire à celui des jeux Olympiques d'été de 2004. Les vingt-huit sports de l'édition précédente seront à nouveau présents, regroupant 302 épreuves (165 masculines, 127 féminines et 10 mixtes), soit une de plus qu'à Athènes. En tout, neuf nouvelles épreuves font leur entrée au programme olympique. En athlétisme, les femmes participeront pour la première fois au 3 000m steeple, alors qu’en natation, la course de longue distance en eau libre s’ajoutera aux traditionnelles épreuves olympiques. Le cyclisme renonce au kilomètre sur piste pour accueillir le BMX. Ces deux dernières épreuves seront disputées par les hommes et par les femmes. Parmi les modifications du programme, le tournoi de double de tennis de table est remplacé par une épreuve par équipe (3 joueurs par nation) qui consiste à remporter 3 des 5 matchs disputés (4 simples et un double). En escrime, le programme des épreuves « par équipes » a été modifié : l'épée dames et le fleuret hommes disparaissent, le sabre et le fleuret dames entrent. En outre, afin de réduire l’écart entre la participation des hommes et celle des femmes aux Jeux, il a été décidé d’augmenter le nombre d’équipes participant aux tournois féminins de hockey sur gazon, de handball et de football. Comme lors des trois éditions précédentes, aucun sport de démonstration n’est intégré au calendrier.

Les Jeux olympiques d'été de 2012 (Jeux de la XXXe Olympiade de l'ère moderne) auront lieu en 2012 à Londres. La ville olympique a été choisie et annoncée lors de la 117e session du Comité international olympique (CIO), le 6 juillet 2005 à Singapour.
 
Logo 
Il y a eu deux logos pour Londres 2012 : l'un pour la procédure de candidature et l'autre en tant que marque des Jeux eux-mêmes. Ce dernier, dessiné par Wolff Olins, a été dévoilé le 4 juin 2007 et a coûté 400 000 livres (soit environ 590 000 euros). Ce nouveau logo est la représentation stylisée du nombre 2012 avec les anneaux olympiques inscrits dans le chiffre zéro. Il est décliné en 4 couleurs et pour la première fois, il sera utilisé aussi bien pour les Jeux olympiques que les Jeux paralympiques.
Les premières réactions du public, selon un sondage effectué sur le site web de la BBC, ont été largement négatives : plus de 83 % des 16 000 votes lui ont attribué la plus mauvaise note. Le comité d'organisation a alors annoncé que le logo sera repensé au cours des 5 prochaines années.
Par ailleurs, des animations vidéo composées à partir de ce logo ont été interdites par l'autorité de régulation audiovisuelle britannique. Représentant des motifs géométriques en mouvements saccadés très rapides, elles provoquaient de graves crises chez les personnes épileptiques.
 
Les Jeux olympiques d'été de 2016 ont été attribués à Rio de Janeiro. La ville brésilienne, qui a été choisie par le CIO vendredi à Copenhague, organisera du 5 au 21 août les premières Olympiades sur le sol sud-américain.
Rio a présenté un dossier très solide, basé sur une vision des Jeux qui célèbre les athlètes et le sport et qui, plus largement, donne l'opportunité à la ville, à la région et au pays, de mettre en application ses ambitions pour le futur", a déclaré Jacques Rogge, le président du CIO. Au premier tour, Madrid était arrivée en tête avec 28 voix, devant Rio 26, Tokyo 22 et Chicago 18. Au tour suivant, les voix de Chicago se reportaient sur Rio, qui l'emportait finalement 66 votes à 32 .

 
Retour Index:
Août  Accueil
 


 

Hit-Parade

annuaire