"En 2016, journées de la jeunesse, elles auront lieu à Cracovie en Pologne"

du 25 juillet au 1er aout 2016

XXXIIIe Journée Mondiale de la Jeunesse, 2018
“Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu” (Lc 1,30)

XXXIVe Journée Mondiale de la Jeunesse, 2019 (Panama)
“Voici la servante du Seigneur; que tout m’advienne selon ta parole” (Lc 1,38)




MESSAGE DU PAPE FRANÇOIS
À L'OCCASION DES XXXIIIèmes JOURNÉES MONDIALES DE LA JEUNESSE

Dimanche des Rameaux, 25 mars 2018

« Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu » (Lc 1, 30).

Chers jeunes,

La journée Mondiale de la Jeunesse de l’année 2018 représentent un pas en avant dans les préparatifs pour les Journées Mondiales de la Jeunesse, d’envergure internationale, qui auront lieu au Panama en janvier 2019. Cette nouvelle étape de notre pèlerinage coïncide avec l’année où a été convoquée l’Assemblée Ordinaire du Synode des Évêques sur le thème : Les jeunes, la foi et le discernement des vocations. C’est une bonne coïncidence. L’attention, la prière et la réflexion de l’Église seront dirigées vers vous les jeunes, en vue de recueillir et, surtout, d’‘‘accueillir’’ le don précieux que vous êtes pour Dieu, pour l’Église et pour le monde.

Comme vous le savez déjà, nous avons voulu nous faire accompagner dans ce cheminement par l’exemple et par l’intercession de Marie, la jeune fille de Nazareth que Dieu a choisie comme Mère de son Fils. Elle marche avec nous vers le Synode et vers les JMJ du Panama. Si l’année dernière, nous ont guidés les paroles de son cantique de louange – « Le Puissant pour moi des merveilles » (Lc 1, 49) – nous enseignant à faire mémoire du passé, cette année, essayons d’écouter avec elle la voix de Dieu apportant du courage et donnant la grâce nécessaire pour répondre à son appel : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu » (Lc 1, 30). Ce sont les paroles adressées par le messager de Dieu, l’archange Gabriel, à Marie, simple jeune fille d’un petit village de la Galilée.

1. Sois sans crainte !

Comme on peut le comprendre, l’apparition subite de l’ange et sa mystérieuse salutation : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi » (Lc 1, 28) ont provoqué un profond étonnement en Marie, surprise par cette première révélation de son identité et de sa vocation, qui lui étaient jusque-là inconnues. Marie, comme d’autres personnages des Écritures Saintes, tremble devant le mystère de l’appel de Dieu, qui en un instant la place devant l’immensité de son propre projet et lui fait sentir toute sa petitesse d’humble créature. L’ange, en lisant au plus profond de son cœur, lui dit : « Sois sans crainte » ! Dieu lit aussi en nous. Il connaît bien les défis que nous devons affronter dans la vie, surtout quand nous sommes face aux choix fondamentaux dont dépendent ce que nous serons et ce que nous ferons dans ce monde. C’est le ‘‘frisson’’ que nous éprouvons face aux décisions concernant notre avenir, concernant notre état de vie, notre vocation. En ces moments-là, nous sommes tout bouleversés et nous sommes saisis de nombreuses frayeurs.

Et vous jeunes, quelles peurs vous habitent ? Qu’est-ce qui vous préoccupe le plus ? Une peur ‘‘d’arrière-fond’’ chez beaucoup d’entre vous est celle de n’être pas aimés, appréciés, de ne pas être acceptés tels que vous êtes. Aujourd’hui, il y a tant de jeunes qui ont la sensation de devoir être différents de ce qu’ils sont en réalité, tentant de se conformer aux modèles souvent factices et inaccessibles. Ils procèdent continuellement à des ‘‘retouches de photo’’ de leurs propres images, en se cachant derrière des masques et de fausses identités, jusqu’au point de devenir presque eux-mêmes un ‘‘fake’’. Il y a chez beaucoup l’obsession de recevoir le plus grand nombre possible de ‘‘j’aime’’. Et de ce sentiment d’inadéquation, naissent de nombreuses peurs et incertitudes. D’autres craignent de ne pas réussir à trouver une sécurité affective et de rester seuls. Chez beaucoup, face à la précarité du travail, surgit la peur de ne pas arriver à trouver un épanouissement satisfaisant sur le plan professionnel, de ne pas voir se réaliser leurs propres rêves. Ce sont des peurs qui hantent aujourd’hui beaucoup de jeunes, aussi bien croyants que non croyants. Et également ceux qui ont accueilli le don de la foi et qui cherchent avec soin leur propre vocation ne sont pas épargnés par des peurs. Certains pensent : peut-être Dieu me demande-t-il ou me demandera-t-il trop : peut-être en parcourant le chemin qu’il m’a indiqué, je ne serai pas vraiment heureux, ou bien je ne serai pas à la hauteur de ce qu’il me demande. D’autres se demandent : si je prends le chemin que Dieu m’indique, qui me garantit que je parviendrai à le parcourir jusqu’au bout ? Me découragerai-je ? Perdrai-je l’enthousiasme ? Serai-je en mesure de persévérer durant toute la vie ?

Aux moments où des doutes et des peurs assaillent notre cœur, le discernement s’avère nécessaire. Il nous permet de mettre de l’ordre dans la confusion de nos pensées et de nos sentiments, afin d’agir de manière juste et prudente. Dans ce processus, le premier pas pour surmonter les peurs est de les identifier clairement, pour ne pas se retrouver à perdre du temps et des énergies, en proie à des fantasmes sans visage et sans consistance. Pour cela, je vous invite tous à faire une introspection et à ‘‘donner un nom’’ à vos peurs. Demandez-vous : aujourd’hui, dans la situation concrète que je vis, qu’est-ce qui m’angoisse, qu’est-ce que je crains le plus ? Qu’est-ce qui me bloque et m’empêche d’aller de l’avant ? Pourquoi n’ai-je pas le courage de faire les choix importants que je devrais faire ? N’ayez pas peur de regarder franchement vos peurs, de les reconnaître telles qu’elles sont et de les prendre en compte. La Bible ne nie pas le sentiment humain de la peur ni les nombreux motifs qui peuvent la provoquer. Abraham a eu peur (cf. Gn 12, 10ss), Jacob a eu peur (cf. Gn 31, 31 ; 32, 8), et Moïse également (cf. Ex 2, 14 ; 17, 4), Pierre (cf. Mt 26, 69ss) et les Apôtres (cf. Mc 4, 38-40 ; Mt 26, 56). Jésus lui-même, bien qu’à un niveau incomparable, a éprouvé de la peur et de l’angoisse (cf. Mt 26, 37 ; Lc 22, 44).

« Pourquoi êtes-vous si craintifs ? N’avez-vous pas encore la foi ? » (Mc 4, 40). Ce rappel à l’ordre de Jésus aux disciples nous fait comprendre comment souvent l’obstacle à la foi n’est pas l’incrédulité, mais la peur. Le travail de discernement, en ce sens, après avoir identifié nos peurs, doit nous aider à les surmonter en nous ouvrant à la vie et en affrontant avec sérénité les défis qu’elle nous présente. Pour nous chrétiens, en particulier, la peur ne doit jamais avoir le dernier mot, mais être l’occasion pour accomplir un acte de foi en Dieu… et également dans la vie ! Cela signifie croire au caractère fondamentalement bon de l’existence que Dieu nous a donnée, croire qu’il conduit à bon port y compris dans à travers des circonstances et des vicissitudes qui sont souvent mystérieuses pour nous. Si au contraire, nous nourrissons les peurs, nous tendrons à nous replier sur nous-mêmes, à nous barricader pour nous défendre contre tout et contre tous, en restant comme paralysés. Il faut réagir ! Ne jamais s’enfermer ! Dans les Saintes Écritures, nous trouvons 365 fois l’expression ‘‘sois sans crainte’’, avec toutes ses variantes. Comme pour signifier que chaque jour de l’année le Seigneur nous veut libres de la peur.

Le discernement devient indispensable quand il s’agit de la recherche de sa vocation. Celle-ci, le plus souvent, n’est pas immédiatement claire ou tout à fait évidente, mais on la comprend peu à peu. Le discernement à réaliser, dans ce cas, n’est pas à comprendre comme un effort individuel d’introspection, où l’objectif est de connaître mieux nos mécanismes intérieurs pour nous renforcer et atteindre un certain équilibre. Dans ce cas, la personne peut devenir plus forte, mais demeure de toute manière enfermée dans l’horizon limité de ses possibilités et de ses vues. La vocation au contraire est un appel d’en haut et le discernement en ce sens consiste surtout à s’ouvrir à l’Autre qui appelle. Il faut alors le silence de la prière pour écouter la voix de Dieu qui résonne dans la conscience. Il frappe à la porte de nos cœurs, comme il l’a fait avec Marie, désireux de nouer amitié avec nous à travers la prière, de nous parler à travers les Écritures Saintes, de nous offrir sa miséricorde dans le sacrement de la Réconciliation, d’être un avec nous dans la Communion eucharistique.

Mais sont également importants la relation et le dialogue avec les autres, nos frères et sœurs dans la foi, qui ont plus d’expérience et qui nous aident à voir mieux et à choisir parmi les diverses options. Le jeune Samuel, quand il entend la voix du Seigneur, ne la reconnaît pas immédiatement et par trois fois il court chez Élie, le prêtre ancien, qui en fin de compte lui suggère la réponse juste à donner à l’appel du Seigneur : « S’il t’appelle, tu diras : ‘‘Parle, Seigneur, ton serviteur écoute’’ » (1 Sam 3, 9). Dans vos doutes, sachez que vous pouvez compter sur l’Église. Je sais qu’il y a de bons prêtres, des consacrés et des consacrées, des fidèles laïcs, dont beaucoup sont jeunes également, qui comme des frères et des sœurs aînés dans la foi peuvent vous accompagner ; animés par l’Esprit Saint, ils sauront vous aider à déchiffrer vos doutes et à lire le projet de votre vocation personnelle. L’‘‘autre’’ n’est pas uniquement le guide spirituel, mais il est aussi celui qui nous aide à nous ouvrir à toutes les richesses infinies de l’existence que Dieu nous a donnée. Il est nécessaire d’ouvrir des espaces dans nos villes et communautés pour grandir, pour rêver, pour regarder de nouveaux horizons ! Il ne faut jamais perdre le goût de savourer la rencontre, l’amitié, le goût de rêver ensemble, de marcher avec les autres. Les chrétiens authentiques n’ont pas peur de s’ouvrir aux autres, de partager leurs espaces vitaux en les transformant en des espaces de fraternité. Ne permettez pas, chers jeunes, que les ardeurs de la jeunesse s’éteignent dans l’obscurité d’une chambre fermée où l’unique fenêtre pour regarder le monde soit celle de l’ordinateur et du smartphone. Ouvrez grandes les portes de votre vie ! Que vos espaces et votre temps soient habités par des personnes concrètes, des relations profondes, avec lesquelles il est possible de partager des expériences authentiques et réelles dans votre quotidien.

2. Marie !

« Je t’ai appelé par ton nom » (Is 43, 1). La première raison de ne pas avoir peur, c’est précisément le fait que Dieu nous appelle par notre nom. L’ange, messager de Dieu, a appelé Marie par son nom. Donner des noms, c’est le propre de Dieu. Dans l’œuvre de la création, il appelle chaque créature à l’existence par son nom. Derrière le nom, il y a une identité, ce qui est unique dans chaque chose, dans chaque personne, cette intime essence que Dieu seul connaît jusqu’au fond. Cette prérogative divine a été ensuite partagée avec l’homme, auquel Dieu a concédé de donner un nom aux animaux, aux oiseaux et aussi à ses propres enfants (cf. Gn 2, 19-21 ; 4, 1). Beaucoup de cultures partagent cette profonde vision biblique en reconnaissant dans le nom la révélation du mystère le plus profond d’une vie, le sens d’une existence.

Quand il appelle une personne par son nom, Dieu lui révèle en même temps sa vocation, son projet de sainteté et de bien, par lequel cette personne deviendra un don pour les autres et qui la rendra unique. Et de même quand le Seigneur veut élargir les horizons d’une vie, il choisit de donner à la personne appelée un nouveau nom, comme il le fait avec Simon, en l’appelant ‘‘Pierre’’. De là est né l’usage de prendre un nouveau nom quand on entre dans un ordre religieux, pour indiquer une nouvelle identité et une nouvelle mission. En tant personnel et unique, l’appel divin exige de nous le courage de nous défaire de la pression des lieux communs conduisant au mimétisme, afin que notre vie soit vraiment un don original et unique pour Dieu, pour l’Église et pour les autres.

Chers jeunes, être appelés par notre nom est donc un signe de notre grande dignité aux yeux de Dieu, de sa prédilection pour nous. Et Dieu appelle chacun de vous par son nom. Vous êtes le ‘‘tu’’ de Dieu, précieux à ses yeux, dignes d’estime et aimés (cf. Is 43, 4). Accueillez avec joie ce dialogue que Dieu vous propose, cet appel qu’il vous adresse en vous appelant par votre nom.

3. Tu as trouvé grâce auprès de Dieu

La raison principale pour laquelle Marie ne doit pas craindre, c’est qu’elle a trouvé grâce auprès de Dieu. La parole ‘‘grâce’’ nous parle d’amour gratuit, qui n’est pas dû. Pour nous, comme c’est encourageant de savoir que nous ne devons pas mériter la proximité et l’aide de Dieu en présentant à l’avance un ‘‘curriculum d’excellence’’, rempli de mérites et de succès ! L’ange dit à Marie qu’elle a déjà trouvé grâce auprès de Dieu, pas qu’elle l’obtiendra à l’avenir. Et la formulation même des paroles de l’ange nous fait comprendre que la grâce divine est continue, qu’elle n’est pas quelque chose de passager ou de momentané, et c’est pourquoi elle ne manquera jamais. Même à l’avenir, il y aura toujours la grâce de Dieu pour nous soutenir, surtout dans les moments d’épreuve et d’obscurité.

La présence continue de la grâce divine nous encourage à embrasser avec confiance notre vocation, qui exige un engagement de fidélité à renouveler chaque jour. La route de la vocation, en effet, n’est pas exempte de croix : non seulement les doutes du début mais aussi les tentations fréquentes qu’on rencontre tout au long du chemin. Le sentiment d’inadéquation accompagne le disciple du Christ jusqu’à la fin, mais il sait qu’il est assisté par la grâce de Dieu.

Les paroles de l’ange descendent sur les peurs humaines en les dissolvant par la force de la bonne nouvelle dont elles sont porteuses : notre vie n’est pas un pur hasard et une simple lutte pour la survie, mais chacun d’entre nous est une histoire aimée par Dieu. Le fait d’‘‘avoir trouvé grâce à ses yeux’’ signifie que le Créateur découvre une beauté unique dans notre être et a un projet magnifique pour notre existence. Cette conscience ne résout certainement pas tous les problèmes et n’enlève pas les incertitudes de la vie, mais elle a la force de la transformer en profondeur. L’inconnu que demain nous réserve n’est pas une menace obscure à laquelle il faut survivre, mais un temps favorable qui nous est donné pour vivre l’unicité de notre vocation personnelle et la partager avec nos frères et sœurs dans l’Église et dans le monde.

4. Courage dans le présent

La force d’avoir du courage dans le présent provient de la certitude que la grâce de Dieu est avec nous : courage pour faire ce que Dieu nous demande ici et maintenant, dans chaque domaine de votre vie ; courage pour embrasser la vocation que Dieu nous indique ; courage pour vivre notre foi sans la cacher ou la diminuer.

Oui, quand nous nous ouvrons à la grâce de Dieu, l’impossible devient réalité. « Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? » (Rm 8, 31). La grâce de Dieu touche l’aujourd’hui de notre vie, vous ‘‘saisit’’ tels que vous êtes, avec toutes vos craintes et vos limites, mais elle révèle aussi les merveilleux plans de Dieu ! Vous jeunes, vous avez besoin de sentir que quelqu’un a vraiment confiance en vous : sachez que le Pape vous fait confiance, que l’Église vous fait confiance ! Et vous, faites confiance à l’Église !

À la jeune Marie a été confiée une tâche importante précisément parce qu’elle était jeune. Vous les jeunes, vous avez de la force, vous traversez une phase de la vie où ne manque certainement pas l’enthousiasme. Utilisez cette force et ces énergies pour améliorer le monde, en commençant par les réalités qui vous sont plus proches. Je voudrais que dans l’Église vous soient confiées des responsabilités importantes, qu’on ait le courage de vous faire de la place ; et vous, préparez-vous à assumer ces responsabilités.

Je vous invite à contempler encore l’amour de Marie : un amour prévenant, dynamique, concret. Un amour rempli d’audace et tout orienté vers le don de soi. Une Église pénétrée de ces qualités mariales sera toujours une Église en sortie, qui va au-delà de ses propres limites et frontières pour faire déborder la grâce reçue. Si nous nous laissons contaminer par l’exemple de Marie, nous vivrons concrètement cette charité qui nous pousse à aimer Dieu au-delà de tout et de nous-mêmes, à aimer les personnes avec lesquelles nous partageons la vie quotidienne. Et nous aimerons également celui qui en soi pourrait sembler peu aimable. C’est un amour qui se fait service et dévouement, surtout envers les plus faibles et les plus pauvres, qui transforme nos visages et nous remplit de joie.

Je voudrais conclure par les belles paroles de saint Bernard dans l’une de ses célèbres homélies sur le mystère de l’Annonciation, paroles qui expriment l’attente de toute l’humanité à travers la réponse de Marie : « Tu l’as entendu, ô Vierge, tu concevras un fils, non d’un homme - tu l’as entendu -  mais de l’Esprit Saint. L’ange, lui, attend ta réponse. Nous aussi, nous attendons, ô Dame. Accablés misérablement par une sentence de condamnation, nous attendons une parole de pitié. Une brève réponse de toi suffit pour nous recréer, de sorte que nous serons rappelés à la vie. Cette réponse, le monde entier l’attend, prosterné à tes genoux. Ne tarde plus, Vierge Marie. Vite, réponds ! » (Hom. 4, 8-9, Éd. cistercienne, 4 [1966], pp. 53-54, Orval M21).

Chers jeunes, le Seigneur, l’Église, le monde, attendent aussi votre réponse à l’appel unique que chacun a dans cette vie ! Tandis que s’approchent les JMJ du Panama, je vous invite à vous préparer à ce rendez-vous dans la joie et l’enthousiasme de celui qui veut prendre part à une grande aventure. Les JMJ sont pour les courageux ! Pas pour les jeunes qui ne cherchent que le confort et qui reculent face aux difficultés. Acceptez-vous le défi ?

Du Vatican, le 11 février 2018, VIème dimanche du Temps Ordinaire. Mémoire de Notre-Dame de Lourdes.

François



2019

Les JMJ de Panama se tiendront du 22 au 27 janvier 2019, a annoncé l’archevêque de Panama, Mgr José Domingo Ulloa Mediete, soit au milieu de l’été ce qui garantit des conditions climatiques optimales, même si cela ne correspond pas aux dates de vacances pour tous les pays.

L’archevêque a redit sa gratitude au Pape François pour avoir choisi le Panama pour les Journées mondiales de la Jeunesse. «Panama vous attend avec nos cœurs et nos bras ouverts pour partager notre foi, pour ressentir l’Eglise, prêt à «faire du bruit » pour annoncer la joie à ceux qui sont loin, qui sont exclus, qui se trouvent dans des périphéries existentielles et géographiques » a indiqué Mgr José Domingo Ulloa Mediete.



La première fut célébrée en 1985 à Rome. Elles l’ont été au Sénégal dès 1987, encouragées par la Conférence des Evêques comme fête de la foi et du témoignage. Petit à petit, les jeunes y ont trouvé «célébration festive de la foi» des réponses à leurs aspirations. De quelques centaines de jeunes au départ, les Jmj sont devenues un grand rendez-vous des jeunes qui se rassemblent par milliers chaque année.

Le Message du Saint-Père aux jeunes, en préparation de la XXIXe Journée Mondiale de la Jeunesse 2014, qui sera célébrée le 13 avril au niveau diocésain, a pour thème : « Heureux les pauvres de cœur, car le Royaume des Cieux est à eux » (Mt 5,3). Il s’agit là du premier Message que le Pape François adresse aux jeunes, s’insérant ainsi dans la tradition inaugurée par le Bienheureux Jean-Paul II et poursuivie par Benoît XVI à l’occasion de chaque Journée Mondiale de la Jeunesse.
Après l’extraordinaire JMJ vécue à Rio de Janeiro en juillet 2013, le Pape continue le dialogue avec les jeunes du monde et leur présente les thèmes des trois prochaines éditions de l’évènement, pour lancer l’itinéraire de préparation spirituelle qui au long des trois prochaines années conduira à la célébration internationale à Cracovie, en juillet 2016.
Les thèmes des trois prochaines JMJ sont extraits des Béatitudes évangéliques et montrent combien le Saint-Père considère ce passage de l’Évangile selon Matthieu, comme un point fondamental de référence pour la vie des chrétiens, appelés à en faire un programme de vie concret.
Vivre les Béatitudes aujourd'hui, un vrai défi

Dans ce Message, le Saint-Père rappelle aux jeunes que Jésus lui-même nous a montrés la voie à parcourir, en incarnant les Béatitudes durant toute sa vie : vivre les Béatitudes aujourd’hui est, pour les jeunes, un véritable défi à suivre le Christ en allant à contre-courant et en témoignant de cette nouveauté révolutionnaire. Puisqu’il est impossible d’être chrétiens et avoir une idée de la vie « en miniature », le Pape exhorte les jeunes à refuser les offres de bonheur « à bas prix », mais à avoir le « courage du bonheur » authentique que seul Dieu peut nous donner.
Le Pape François explique ensuite aux jeunes ce que signifie être pauvres de cœur, entrant ainsi dans le vif du sujet de la prochaine Journée Mondiale de la Jeunesse. Jésus lui-même a choisi la voie du dépouillement et de la pauvreté et le Pape adresse aux jeunes une invitation pressante à l’imiter, en leur montrant l’exemple de Saint-François d’Assise. Les jeunes chrétiens sont appelés à une conversion, à embrasser un style de vie évangélique marqué per la sobriété, la recherche de l’essentiel et la solidarité concrète envers les pauvres. En effet, les pauvres, explique le Pape, d’un côté sont “la chair souffrante” du Christ que nous sommes tous interpelés à toucher personnellement, mais d’un autre côté ils peuvent devenir de vrais maîtres de vie, en ayant souvent beaucoup à offrir sur le plan humain et spirituel.
Le Pape souligne aussi le lien étroit entre le thème de la JMJ de Rio – « Allez donc, de toutes les nations faites des disciples » (Mt 28,19) – et la Béatitude des pauvres de cœur. En effet, explique le Pape François, « la pauvreté évangélique est la condition fondamentale pour que le Règne de Dieu s’étende » : des cœurs les plus simples jaillit souvent la joie authentique qui est le moteur même de l’évangélisation.
Jean-Paul II, le grand patron des JMJ
Le Saint-Père rappelle enfin le trentième anniversaire de la remise aux jeunes de la Croix du Jubilée de la Rédemption, exactement le 22 avril prochain. « C’est justement à partir de cet acte symbolique de Jean-Paul II que commença le grand pèlerinage des jeunes qui, depuis lors, continue de traverser les cinq continents ». Et le Pape François déclare aux jeunes qu’après sa canonisation, un « événement qui remplit notre cœur de joie », Jean-Paul II restera « le grand patron des JMJ, dont il a été l’initiateur et le leader ».

Les Journées mondiales de la jeunesse 2013 sont les 28e Journées Mondiales de la Jeunesse, organisées par l'Église catholique, qui auront lieu à Rio de Janeiro au Brésil et se dérouleront du 23 au 28 juillet 2013, tel qu'annoncé par le Pape Benoît XVI à l'issue des JMJ 2011.

Le thème choisi par le Pape Benoît XVI pour ces JMJ 2013 est « Allez ! De toutes les nations faites des disciples »
À partir du mardi 16 juillet aura lieu la semaine missionnaire, dans différents diocèse brésiliens.

Le thème des JMJ Rio2013 invite les jeunes du Brésil et du monde à répondre à l’appel à la mission d’être les témoins vivants du Christ Ressuscité.

Dans l’exhortation finale de l’Evangile de Mathieu, ce thème se situe dans le contexte de la Résurrection du Christ. Les disciples qui jusque là vivaient cachés et n’osaient pas sortir par peur des Juifs se retrouvent avec le Christ vainqueur de la mort.

Cette rencontre avec le Ressuscité les encourage tous à vivre cette Mission. Marie-Madeleine voit le sépulcre vide et témoigne ! Pierre et Jean voient le linceul et les bandes, ils croient et ils témoignent ! Les disciples d’Emmaüs reconnaissent le Christ à la fraction du Pain et ils témoignent que le Christ est vivant !

Et c’est dans ce contexte que le Christ les envoie : « Allez ! » Allez parce que le Christ est vivant et il chemine devant ses amis. Allez, parce que le Christ est vainqueur et Il reste uni à chaque membre de l’Eglise. Allez annoncer la Résurrection !

Et c’est cela que le thème des JMJ Rio 2013 cherche à faire naitre dans le cœur de chacun des jeunes pèlerins. Il pousse chaque participant à accepter que la Lumière du Christ Ressuscité dissipe les ténèbres de la peur et des doutes qui le paralysent. Il incite tous les jeunes à être des missionnaires même dans des situations de conflits, dans des pays où les chrétiens sont persécutés ou au milieu d’un monde sécularisé qui ne veut pas vivre les valeurs chrétiennes.

 La messe d'ouverture, le 23 juillet, sera célébrée sur la plage de Copacabana par Mgr Orani João Tempesta.
 Le pape François arrivera le 25 juillet.

Une occasion de mettre les jeunes en valeur durant cette Journée Mondiale de la Jeunesse! Et pour plus de renseignements, contactez la pastorale des jeunes des diocèses.

XXVIIIe Journées mondiales de la jeunesse. Après une semaine d’immersion dans les diocèses du Brésil, 2,5 millions de jeunes sont attendus à Rio, du 23 au 28 juillet 2013 où ils accueilleront le pape François. La délégation française avec 5 500 jeunes est la deuxième délégation européenne après l’Italie. Elle est pilotée par l'équipe nationale de coordination qui aura son QG à Rio. Depuis un an, une trentaine de bénévoles travaillent au sein de cette équipe rattachée au Service national, pour l’évangélisation des jeunes et les vocations de l’Eglise de France (SNEJV).


Les personnes présentes à Rio de Janeiro pour ces Journées Mondiales de la Jeunesse (JMJ Rio2013) peuvent se connecter avec des milliers d’autres de diverses parties du monde pour partager anecdotes, vécu et émotions. La « présence » à cette grande rencontre s’étend au monde entier grâce aux réseaux et médias sociaux. Depuis l’arrivée au Brésil du Pape François le 22 juillet, plus de 3 millions de notifications liées aux JMJ Rio2013 ont eu lieu sur Twitter.

Ne serait-ce que ce Mardi 23 juillet, début des JMJ au Brésil, on a recensé 805 000 notifications avec des mots-clés liés à l’évènement. Tous les jours depuis lors, certains de ces mots-clés deviennent « sujets tendance » (Trend Topics), se plaçant ainsi dans les sujets les plus en vue dans le monde.

Autre surprise, l’impact du tweet du Pape François dès son arrivée au Brésil. Les paroles de remerciement du Souverain Pontife ont atteint les 18 millions de réactions, ce qui donne une idée approximative du nombre de personnes ayant lu l’information sur ce compte, disponible en huit langues.

Le travail de publication et de suivi de ces moyens de communication en ligne est réalisé par une équipe de 80 personnes. Réparties sur deux plages horaires, celles-ci se relaient pour garantir que soit recueillie la plus grande partie des informations et que les internautes puissent avoir un accès rapide à l’information. « Internet fait partie de la vie des gens, et c’est pour cela qu´il est fondamental que les réseaux sociaux suivent le mouvement », commente Gustavo Borges, membre de l´équipe de statistiques et de suivi des réseaux sociaux pendant les JMJ.

Le site www.rio2013.com, quant à lui, connaît beaucoup de visites. Depuis le Lundi 22 juillet, à l´arrivée du Pape François à Rio de Janeiro, le site a dépassé les 600 000 connections. La majorité des visiteurs sont de langue portugaise (62%), suivis par les anglophones (13%) et les hispanophones (11%). Les autres langues représentent 15% des visites.

Les visiteurs du site des JMJ Rio 2013 y passent en moyenne 3 minutes et demie. « Cela signifie que la plupart des gens apprécient cet environnement virtuel et lisent au moins un article du site », explique Gustavo. « Nous considérons cette donnée comme une information positive », ajoute-t-il, rappelant qu´actuellement, le site est l´un des principaux moyens de communication du Comité Organisateur Local. 

La croix des JMJ arrive à Rio

Le Monde | 20.05.2013

La croix et l'icône de la vierge, symboles des JMJ, sont arrivées à Niteroi, dans l'Etat de Rio de Janeiro, après avoir pérégriné dans 17 villes du Brésil. Pour saluer l'évènement, des concerts et une messe ont été donnés sur la plage d'Icarai.

« Au moment où nous lançons cette Année internationale, nous devons reconnaître et célébrer ce que la jeunesse peut apporter à l’avènement d’un monde plus sûr et plus juste. Efforçons-nous de faire une
      place aux jeunes dans les processus de décision, les politiques et les programmes qui préparent leur avenir et le nôtre. »
 
M. Ban Ki-moon, Secrétaire général de l'ONU

      En proclamant cette Année internationale par sa résolution 64/134 , adoptée en décembre 2009, l’Assemblée générale des Nations Unies a montré combien la communauté internationale tenait à
intégrer les questions de la jeunesse aux activités de développement menées aux niveaux mondial, régional et national. Placée sous le thème Dialogue et compréhension mutuelle, cette Année
internationale vise à promouvoir les idéaux de la paix, du respect des droits de l’homme et de la solidarité entre générations, cultures, religions et civilisations.

Le monde est aux prises avec des crises nombreuses et souvent simultanées, et la réalisation des objectifs de développement fixés au niveau international se heurte à des obstacles sur le plan des
finances, de la sécurité et de l’environnement et à des difficultés socioéconomiques. Pour assurer un  processus de développement durable et général, il faut investir dans la jeunesse et agir en partenariat
avec les jeunes

 



Le Pape va effectuer l'un de ses premiers déplacements aux JMJ de Rio, en juillet. Les jeunes catholiques français sont enthousiastes à l'idée de le rencontrer. Ils veulent qu'il rompe avec l'image passéiste de l'Église.

«Plein d'espérance avec notre nouveau pape: François.» «J'en ai les larmes aux yeux! Quelle joie de le rencontrer cet été!» Voici quelques réactions sur Facebook de jeunes fidèles, qui prendront part aux Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) de Rio, du 23 au 28 juillet 2013.

Cette visite, qui sera l'une des premières du Pape nouvellement élu, est hautement symbolique. En effet, premier pape d'Amérique latine, François va rencontrer, en plus des jeunes pèlerins du monde entier, ceux d'Amérique latine, pour qui le choix de l'Argentin est synonyme d'espoir et de reconnaissance.

«Il y aura beaucoup de fidèles venus de toute l'Amérique latine», explique sœur Nathalie Becquart, directrice du Service national pour l'évangélisation des jeunes et pour les vocations (SNEJV). «François pourra découvrir le visage jeune de l'Église et voir toute son énergie et sa motivation.»

À en croire les réseaux sociaux, où les jeunes fidèles se sont beaucoup exprimés, le choix de ce nouveau pape les comble. «Qu'il demande au peuple de prier pour lui a touché beaucoup de nos jeunes. Tous ont exprimé leur admiration. Je suis en contact avec de nombreux jeunes sur les réseaux sociaux. Savez-vous quelle image ils ont le plus partagée? Celle de François en Argentine, exécutant le rituel du lavement des pieds sur les pauvres et les handicapés.» Ce Pape, qui s'est d'emblée placé sous le signe de la modestie,a aussi fait naître de la joie chez ces jeunes: «Ils ont pu tout vivre en direct et réagir. C'était extraordinaire. Pour un croyant, être relié à Rome est merveilleux.»

Un pape qui les fait se sentir proche de l'Église et de leur foi par sa simplicité. Sa première apparition, le soir du 13 mars, a fait forte impression sur la plupart d'entre eux. «C'est un homme simple, humble, engagé dans la prière. il est proche des pauvres tout en étant dans la dénonciation de la misère», analyse sœur Nathalie Becquart. «Ce sont des valeurs dans lesquelles les jeunes croient et se retrouvent. Ils sont très touchés.»

Se défaire de l'image passéiste de l'Église

Reste maintenant à espérer que le pape François soit en mesure de répondre à leurs attentes. En premier lieu, les jeunes catholiques français espèrent qu'il saura donner à l'Église une nouvelle image. «Aujourd'hui, l'Église a une image passéiste et les jeunes veulent qu'elle soit désormais vue comme ils la vivent et non comme les clichés le laissent à penser. François est capable de changer tout cela.»

Un engagement du Pape que les jeunes pratiquants français attendent pour les accompagner dans leur quotidien. «Les jeunes croyants veulent que l'Église les aide à prier et à s'épanouir dans leur vie. Ils veulent que leur paroisse soit un lieu de fraternité et non pas juste quelque chose d'institutionnel.»

Pour un premier contact de François avec ses jeunes fidèles, il faudra attendre le jour où il célébrera la messe lors de JMJ. Dilma Rousseff, présidente du Brésil, a précisé que «c'est avec expectative que les fidèles attendent la venue du nouveau pape François à Rio de Janeiro pour les Journées mondiales de la jeunesse».


Durant les Journées Mondiales de la Jeunesse (JMJ) Rio 2013, une des priorités majeure est la sécurité du Pape François et de la population. « Je crois qu’il n’y aura aucun problème de sécurité concernant le Pape ou les participants car nous sommes en train d'étudier toutes les situations dans les moindres détails et au cas par cas » a assuré le général Domenico Giani, commandant de la Gendarmerie (Police du Vatican).

Selon Giani, un dispositif exceptionnel est en train d’être mis en place auquel participent des représentants de la vie politique et de la société civile, des militaires spécialisés dans la sécurité ainsi que les techniciens en charge de la logistique. Même les voies d’accès pour quitter Guaratiba à la fin de l’événement sont étudiées dans le détail. « Je peux affirmer qu’il s’agit d’un très bel endroit qui pourra accueillir beaucoup de monde» a souligné Giani. 

Depuis la semaine dernière, les membres de la commission de sécurité du Vatican sont à Rio de Janeiro afin de régler les derniers détails de la visite du Pape. Mardi 11 juin, ils se sont réunis lors d’un petit-déjeuner au Palais São Joaquim. Tout au long de la semaine, ils ont rencontré des représentants du Gouvernement Fédéral, de l’Etat, de la municipalité de Rio de Janeiro ainsi que des membres de l’Eglise parmi lesquels Dom Orani Tempesta, archevêque de Rio de Janeiro et président du Comité Organisateur Local (COL).

« Je crois pouvoir dire qu’en matière de sécurité, le maximum est en train d’être fait et que nous ne rencontrons aucun problème», a déclaré Giani.

Plus proche de la population

Le commandant a aussi expliqué que le Saint-Père sera visible et auprès de la foule en de nombreuses occasions grâce à la papamobile. Giani a souligné le caractère hautement symbolique des visites du Pape à l’hôpital Saint François d’Assise de la Providência de Deus (HSF) et à la favela Varginha, à Maguinhos.

« Sa visite à ces communautés sera très importante, à la fois pour l’Eglise et pour le Pape. Il s’agira d’un moment essentiel pour le Saint Père qui ira à la rencontre du monde qui vit dans la pauvreté et la souffrance. Il souhaite une Eglise au service d’autrui, une Eglise pauvre au service des pauvres », a affirmé ce dernier.

Giani s’est également inquiété de la préparation spirituelle. Il a souligné l’importance des volontaires dans l’organisation des JMJ. Il a aussi ajouté « Je voudrais exprimer toute ma reconnaissance aux volontaires, j’ai rencontré beaucoup de jeunes totalement impliqués dans la préparation des Journées Mondiales de la Jeunesse ».

12 août : Journée Internationale de la jeunesse

"La jeunesse est l'avenir de l'homme"
L'objectif de la Journée internationale de la jeunesse est de promouvoir, tout particulièrement auprès des jeunes, le Programme d'action mondial pour la jeunesse à l'horizon 2000 et au-delà. Ce programme encourage l'action en faveur des jeunes dans dix domaines prioritaires : éducation, emploi, malnutrition et pauvreté, santé, environnement, toxicomanie, délinquance juvénile, loisirs, petites filles et jeunes femmes et pleine et entière participation des jeunes à la vie de la société et à la prise de décisions. Une action de mise en oeuvre du Programme aux niveaux national, régional et mondial y est également recommandée.
Les jeunes, qui selon les critères des Nations Unies correspondent à la tranche d'âge 15 à 24 ans, représentent un sixième de la population mondiale. La majorité de ces jeunes hommes et femmes vit dans des pays en développement et leur nombre devrait augmenter substantiellement au XXIè siècle.
C'est en 1991 que les jeunes réunis à Vienne (Autriche) pour le premier Forum mondial de la jeunesse organisé par le système des Nations Unies ont proposé d'instaurer une Journée internationale de la jeunesse. Le Forum recommandait qu'une telle Journée soit célébrée en partenariat avec des associations de jeunes dans l'objectif plus particulier d'organiser des activités promotionnelles et d'appels de fonds pour soutenir le Fonds des Nations Unies pour la jeunesse. En 1998, par une résolution adoptée lors de la première Conférence mondiale des ministres de la jeunesse - tenue par le Gouvernement portugais en collaboration avec les Nations Unies à Lisbonne du 8 au 12 août 1998 - le 12 août a été déclaré Journée internationale de la jeunesse. Cette recommandation a ensuite été entérinée lors de la cinquante-quatrième session de l'Assemblée générale par l'adoption de la résolution A/RES/54/120, en date du 17 décembre 1999 et intitulée "Politiques et programmes mobilisant les jeunes".
 

INFOTUNISIE-
Une fois de plus, la Tunisie fait preuve de la pertinence de ses approches humanistes partant d’une permanente consécration des droits de l’Homme pour un citoyen digne et fier de son appartenance. C’est du moins la conclusion que l’on peut tirer suite à l’adoption par l’Assemblée générale de l’ONU de l’initiative du Président Zine EZl Abidine Ben Ali consistant en la proclamation de l’année 2010, Année internationale de la jeunesse. Cette approbation onusienne vient donc confirmer la justesse des choix de la Tunisie visant à ancrer davantage les valeurs de paix, de justice et de solidarité.
L’initiative du Chef de l’Etat vise un meilleur encadrement des jeunes du monde entier vu leur rôle capital dans la garantie d’un avenir plus stable et plus prospère pour l’humanité. Sur un autre plan, ce pacte international s’avére en mesure de consolider le dialogue et l’échange entre les jeunes du monde entier pour déboucher sur le rapprochement les peuples dans une logique d’intercommunicabilité entre les différentes civilisations et religions de la planète.
Un autre objectif et non des moindres de cette noble initiative présidentielle consiste au renforcement de la place du pays dans son environnement régional et international ainsi qu’au développement du partenariat sur la base des intérêts réciproques et du respect mutuel entre les nations.
L’adoption de l’initiative tunisienne concernant la politique d’encadrement des jeunes, reflète ainsi le succès et la maturité de l’expérience tunisienne compte tenu du constant apport accordé par le Chef de l’Etat aux jeunes tunisiens. Et ce, en lançant à maintes reprises des consultations nationales en vue de diagnostiquer la nature de leurs préoccupations et de travailler, depuis, à répondre à leurs attentes et aspirations.
La politique avant-gardiste du Chef de L’Etat ne cesse da marquer le paysage international fixant une fois encore un rendez-vous avec l’histoire. Après l’adoption de la création du fonds mondial de solidarité en 2002, puis la proclamation de la journée du 20 décembre de chaque année journée mondiale de solidarité, l’Assemblée générale de l’ONU consacre l’année 2010, une année internationale de la jeunesse en réponse à l’indiscutable valeur du modèle tunisien s’agissant d’une conciliation de l’homme avec ses propres valeurs


Journées internationales de la jeunesse en Allemagne

Après avoir proposé avec succès des Journées européennes de la jeunesse, en 2009, et un rassemblement religieux international, l'an dernier, l'Église néo-apostolique a prévu d'organiser un nouvel événement international de ce genre. Ce sera de nouveau une journée de jeunesse, mais, cette fois, elle ne sera pas seulement à l'échelle européenne, mais à l'échelle mondiale.

C'est la date du week-end de l'Ascension 2019 qui a été retenue, du jeudi 30 mai au dimanche 2 juin 2019. Le lieu de rencontre sera Düsseldorf (Allemagne), puisque les halls de la foire-exposition y offrent suffisamment de place. Y sont conviés tous les jeunes gens âgés de 14 à 35 ans, indépendamment de leur statut familial. Le nombre prudemment estimé se situe aux environs de 32.000 participants.

Le site de Düsseldorf présente plusieurs avantages : la ville est située au centre de l'Europe, elle est parfaitement raccordée au réseau des voies de communication et dispose d'un aéroport international. En outre, les halls de la foire-exposition sont déjà connus des Journées européennes de la jeunesse 2009, le centre de foire et le stade contenant 45.000 places assises sont situés côte à côte : c'est là une configuration unique, en tout cas pour l'Europe.

La planification provisoire prévoit que le service divin d'ouverture ait lieu le jour de l'Ascension. La grande fête d'ouverture est prévue le vendredi. Le samedi, sera proposée une soirée musicale, et, le dimanche, le service divin de clôture. Les autres détails doivent encore être mis au point, et c'est une équipe de travail qui en a la charge ; celle-ci travaillera sur ces préparatifs en étroite collaboration avec l'assemblée des apôtres de district .

Une prière pour les partenariats enregistrés (en France, pacte civil de solidarité, NdT)

Des prières pour les partenariats enregistrés : tel était également un thème, sur lequel les apôtres de district se sont concertés. À l'avenir, la position de l'Église néo-apostolique sera la suivante : partout où le législateur propose des partenariats enregistrés , une prière pourra être faite pour les couple de même sexe.

Les conditions requises seront les suivantes : La partenariat devra être enregistré à l'état-civil, et l'un au moins des deux partenaires devra être néo-apostolique. La prière aura toujours lieu en dehors du service divin ; elle ne devra pas non plus être effectuée en relation avec un service divin, mais sera en règle générale prononcée au domicile des partenaires. Si cela n'est pas possible ou si ce n'est pas souhaité, les locaux annexes de l'église pourront être utilisés à cette fin. Là où ces prescriptions légales n'existent pas, d'autres conditions s'appliqueront. Une documentation ad hoc sera mise à disposition des ministres de l'Église.

De nouveaux outils pédagogiques

École du dimanche, cours de religion et catéchisme : Pour l'instruction religieuse précisément, l'Église néo-apostolique fixe des priorités. De nombreux manuels d'enseignement doivent être petit à petit adaptés aux contenus du Catéchisme de l'Église néo-apostolique. Comme cela a déjà fait l'objet d'une résolution de l'assemblée des apôtres de district, cette démarche ne peut pas se faire en une seule fois. Le premier ouvrage pédagogique qui fera l'objet d'une nouvelle édition sera celui de l'école du dimanche, composé de quatre tomes au total. En 2016, il sera disponible en langue anglaise, puis, au printemps 2017, en langue allemande. Jusqu'à présent, 121 leçons sur 144 sont terminées, et, pour 49 leçons, la mise en page finale est déjà prête.

La stratégie ecclésiale est une affaire de chef

Les contenus relatifs à la stratégie ecclésiale, qui engagent l'avenir, tiennent très à cœur à l'apôtre-patriarche Schneider. Il a notamment chargé, l'an dernier, le groupe de travail « Stratégie ecclésiale », de composition internationale, d'établir des standards minimum pour la dotation des communautés néo-apostoliques, conformément à la vision et à la mission de l'Église, et de les vérifier dans tous les champs d'activité des apôtres de district.

Les assemblées des apôtres de district se préoccupent sans cesse des thème concernant l'avenir. Cette tendance devra s'affirmer davantage encore, selon le souhait de l'apôtre-patriarche. Le groupe de travail « Stratégie ecclésiale » sera dissous, et c'est le groupe de coordination, sous la présidence de l'apôtre-patriarche, qui se chargera directement de ces thèmes. L'avantage est le suivant : les thèmes stratégiques sont omniprésents ; ils seront traités de manière rapide et efficace lors des assemblées internationales et continentales des apôtres de district.



 
"Une lampe sur mes pas, ta parole,
une lumière sur ma route" (Ps 118 [119], 105)

Voir réflexions, prières. citations et statistiques:

Jésus était né à Bethléhem en Judée, au temps du roi Hérode le Grand. Or, voici que des mages venus d'Orient arrivèrent à Jérusalem, et demandèrent : « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu son étoile en Orient, et nous sommes venus nous prosterner devant lui.»

En apprenant cela, le roi Hérode fut pris d'inquiétude, et tout Jérusalem avec lui. Il réunit tous les chefs des prêtres et tous les scibes d'Isba, pour leur demander en quel lieu devait naître le Messie. Ils lui répondirent : «A Bethléhem, en Judée ; car voici ce qui a été écrit par le prophète : Et toi, Bethléhem, terre de Juda, tu n'es certes pas la moindre entre les principales villes de Juda, car de toi sortira un chef qui sera le berger d'Israël, mon peuple.»
Alors Hérode convoqua les mages en secret pour leur faire préciser à quelle date l'étoile était apparue; puis il les envoya à Bethléhem, en leur disant : «Allez, et prenez des informations exactes sur le petit enfant. Et quand vous l'aurez trouvé, faites-le-moi savoir, afin que j'aille aussi moi-même l'adorer.» Sur ces paroles du roi, ils partirent.
Et voilà que l'étoile qu'ils avaient vue se lever les précédait ; elle vint s'arrêter au-dessus du lieu où se trouvait l'enfant. Quand ils aperçurent l'étoile, ils furent saisis d'une très grande joie. En entrant dans la maison, ils virent le petit enfant avec Marie, sa mère; et tombant à genoux, ils se prosternèrent et l'adorèrent. Ils ouvrirent ensuite leurs coffrets, et lui offrirent en présent de l'or, de l'encens et de la myrrhe.
Puis, divinement avertis en songe de ne pas retourner vers Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin. (Matthieu: 2, 1-12)

 

"Le signe de la bonté chez les jeunes, c'est d'aimer la vieillesse ;
et chez les vieux, c'est d'aimer la jeunesse."
 [ E. Géruzez ]

Du 11 au 21 août, célébrons et protégeons la jeunesse !
 Les Nations Unies invitent le monde à réfléchir aux défis auxquels les jeunes sont confrontés, à leurs aspirations et à la façon dont ils contribuent au monde dans lequel ils vivent. Une attention particulière sera accordée à leur contribution au développement durable.
La journée internationale de la jeunesse a été instaurée en 1999 par l'Assemblée générale des Nations Unies. L'objectif de cette journée est d'encourager des programmes gouvernementaux axés sur l'éducation, la prévention de la drogue et de la délinquance, la protection contre la malnutrition, la pauvreté et les violences. Ce sont les jeunes âgés de 15 à 24 ans qui sont concernés par ces programmes, dont la majorité vit dans les pays en voie de développement.
Le 17 décembre 1999, l’Assemblée générale a approuvé (résolution 54/120 I) la recommandation de la Conférence mondiale des ministres de la jeunesse (Lisbonne, 8-12 août 1998) tendant à faire du 12 août la Journée internationale de la jeunesse.
Elle a recommandé d’organiser des activités d’information afin que la Journée contribue à mieux faire connaître le Programme d’action mondial pour la jeunesse.


Historique:

Rome, début des années 80, dans une rue adjacente insignifiante, tout près de la place Saint-Pierre. Quelques jeunes s’y rencontrent régulièrement pour prier et pour discuter, l’évêque allemand Paul-Josef Cordes, vice-président du conseil papal pour les laïcs, y participe souvent. Une idée prend naissance en l’église San Lorenzo in piscibus...
 

Le Pape Jean-Paul II est hôte en 1983/84 lors de l’année sainte exceptionnelle pour la Rédemption, en la mémoire du 1950ième anniversaire de la mort de Jésus-Christ. Pendant toute l’année ont lieu également des manifestations pour la jeunesse. On réfléchit intensivement à San Lorenzo pour transformer une telle rencontre, unique en son genre, en une manifestation durable. Des jeunes travaillent à l’arrière plan, ainsi que l’évêque …

En 1984, 300.000 jeunes gens répondent à l’invitation du Pape pour venir participer au „Jubilé International de la Jeunesse“ dimanche des Rameaux sur la place Saint-Pierre à Rome. À l’époque déjà fut l’hébergement un défi logistique à surmonter. Après que la ville de Rome n’avait interdit l’installation d’un immense camping pour les jeunes, 6.000 familles romaines se portèrent volontaires pour mettre leur maison à disposition. Mère Thérésa de Calcutta et Frère Roger, créateur de la communauté de Taizé se joignent aux nombreux évêques, avec lesquels les jeunes entrent en discussion. Le chemin de croix a lieu au Colisée et l’eucharistie à Saint-Pierre de Rome. L’écho est immense; le Pape s’adresse aux jeunes la veille du dimanche des Rameaux: „Quel spectacle extraordinaire de vous voir aujourd’hui ici rassemblés! Qui donc a déclaré que les jeunes d’aujourd’hui ont perdu le sens des valeurs? Est-ce vrai que l’on ne peut pas compter sur eux?“ Et Jean-Paul II transmet un symbole à la jeunesse du monde: l’immense croix en bois, qui s’appellera plus tard la Croix des Journées Mondiales de la Jeunesse.

L’année de la jeunesse

Le Pape prend cette question, de savoir si on peut compter sur les jeunes ou non, comme occasion pour ne pas rester sur cette unique expérience. Il est accompagné lors de ses réflexions des jeunes de San Lorenzo et du conseil des laïcs. Lorsque les Nations Unies déclarent 1985 l’année de la jeunesse, il est déjà clair à Rome qu’une nouvelle rencontre entre le Pape et les jeunes du monde doit avoir lieu. Le temps presse et l’organisation se monte d’arrache-pied. Plus de 250.000 jeunes répondent à l’invitation du Pape, et se retrouvent en 1985 pour le dimanche des Rameaux à Rome. Peu de temps auparavant, le 31 mars 1985, le Pape publie une lettre adressée aux jeunes. Il est question de la responsabilité que toutes les générations portent pour l’avenir: „les adultes sont responsables du temps présent sous ses diverses formes, dans son orientation. En ce qui vous concerne, vous êtes responsable pour ce qui un jour sera devenu présent avec vous, et qui est en ce moment encore avenir.“

Une semaine après la rencontre avec les jeunes, le Pape annonce à la surprise générale l’organisation durable des Journées Mondiales de la Jeunesse. Il dit le 7 avril, lors de son message pascal „Urbi et orbi“: „J’ai rencontré dimanche dernier des centaines de milliers de jeunes; l’image solennelle de leur enthousiasme s’est gravé dans mon âme. Le fait que je souhaite renouveler cette magnifique expérience dans les années à venir et ainsi lancer une rencontre internationale de la jeunesse le dimanche des Rameaux, je renforce ma conviction: une mission difficile mais en même temps passionnante attend la jeunesse: Transformer les mécanismes fondamentaux qui provoquent égoïsme et oppression dans les relations entre nations, et créer de nouvelles structures s’orientant vers la vérité, la solidarité et la paix.“ Le Pape réitère devant le collège des cardinaux dans son discours de Noël le 20. décembre que des Journées Mondiales de la Jeunesse seraient organisées à l’avenir chaque année: „Le Seigneur a béni cette rencontre (du dimanche des Rameaux, NDLR) d’une manière particulière, ce qui fait que dans les prochaines années des Journées Mondiales de la Jeunesse seront fêtées le dimanche des Rameaux, avec l’aide du conseil des laics.“

Les premières journées Mondiales de la Jeunesse

Une histoire couronnée de succès est née; le monde entier constatera cette marche triomphale. Les premières Journées Mondiales de la Jeunesse sont lancées à Rome le dimanche des Rameaux 1986, puis 1987 ; ensuite, en général tous les deux ans, les Journées Mondiales de la Jeunesse ont lieu dans un endroit central de la planète. Dans les années intermédiaires, les Journées Mondiales de la Jeunesse ont lieu respectivement le dimanche des Rameaux à Rome et dans les diocèses du monde entier.

En 1987, la jeunesse du monde se rencontre à Buenos Aires (Argentine): 1 million de participants entendent le Pape dire: „Je voudrai répéter devant vous ce que je vous dit depuis le premier jour de mon pontificat: vous êtes l’espoir du Pape, l’espoir de l’Eglise.“ Et le Pape exhorte les jeunes à participer à la construction du monde : “C’est ainsi que vous construisez la civilisation de la vie et de la vérité, de la liberté et de la justice, de l’amour, de la réconciliation et de la paix. ”Faisant suite à cette exhortation, le Pape consacre dans son encyclique “ Christi fideles laici ” du 30. décembre 1988 concernant les laïcs, un chapitre sur la jeunesse : “L’Eglise a beaucoup de chose à dire aux jeunes, et les jeunes ont beaucoup de choses à dire à l’Eglise. Ce dialogue réciproque doit être sincère, clair et courageux. Il fait progresser la rencontre et l’échange entre les générations et devient pour l’Eglise et la société source de richesses et de jeunesse. ” L’année suivante à peu près 600 000 jeunes faisaient un pèlerinage à St. Jacques de Compostelle en Espagne. Jean Paul II leur posa la question suivante : “Pourquoi êtes-vous ici, jeunes gens des années 90 et du 20° siècle? Ne sentez-vous pas en vous l’esprit du monde ? ”

Après la chute du mur

En 1991, 1,5 millions de jeunes participent aux Journées Mondiales de la Jeunesse et se retrouvent en Pologne à Tchenstochova. C’est la première fois depuis la chute du ‘rideau de fer’ que les jeunes des pays de l’Europe de l’Est participent sans problème à cet évènement. Le Pape leur adressa ces paroles : “Jeunesse des pays de l’Europe de l’Est et de l’Ouest nous comptons sur vous dans notre vieux continent pour nous aider à construire cette ‘maison commune’ dont nous attendons un avenir de solidarité et de paix… Pour le bien des générations futures, il sera nécessaire que la nouvelle Europe se construise sur les bases des valeurs spirituelles qui constituent l’élément central de ses traditions culturelles.

” Un demi-million de jeunes rencontre le Pape Jean Paul II à Denver aux Etats-Unis en 1993. Dans le site impressionnant des Rocky Mountains, le Pape interpelle les jeunes en disant : “ N’étouffez pas votre conscience. La conscience est le vrai centre et le sanctuaire de toute personne où on est seul avec Dieu…Ne craignez pas d’aller par les rues et les places publiques…Ce n’est pas le moment d’avoir honte de l’évangile. N’ayez pas peur de sortir de vos habitudes et de répondre au défi de faire connaître le Christ dans cette métropole moderne. ” Le plus grand rassemblement de tous les temps a lieu aux Journées Mondiales de la Jeunesse à Manille aux Philippines en 1995 ; 4 millions de jeunes ont acclamé le Pape qui rappelle ainsi la solidarité entre les hommes: “Etes-vous capables de vous offrir vous-même, votre temps, vos forces et vos talents pour le bien des autres? Etes-vous capables d’amour? Si vous l’êtes, l’Eglise et la société peuvent attendre de grandes choses de chacun de vous.”

De nombreux jeunes allemands répondent à l’invitation du Pape pour les Journées Mondiales de la Jeunesse à Paris en 1997. Presque 1 million de personnes se réunissent là bas pour la célébration de clôture. Jean Paul II demande avec force un témoignage vivant de la part des jeunes, il leur dit : “ Votre chemin ne se termine pas ici, le temps ne s’arrête pas aujourd’hui. Sortez sur les routes du monde, sur les routes de l’humanité et restez unis dans l’Eglise du Christ. ”

En route vers l’Allemagne

L’année 2000 devient l’année jubilaire des Journées Mondiales de la Jeunesse. Presque 2.000.000 de jeunes se rencontrent à Rome, parmi eux 12.000 allemands. A cette occasion commencent les premières discussions en vue de faire venir dans les prochaines années les Journées Mondiales de la Jeunesse en Allemagne. A cette époque le Pape interpelle ainsi les jeunes : “Mes pensées vont vers les Jeunes d’autres Eglises… qui ce soir … se trouvent parmi nous. Les Journées Mondiales de la Jeunesse sont une occasion supplémentaire de faire connaissance et de demander ensemble à l’Esprit du Seigneur de nous offrir en cadeau l’unité complète de tous les chrétiens.” A Rome fut présent officiellement la “fédération des jeunes catholiques allemands” (BDKJ) qui participe à l’organisation des Journées Mondiales de la Jeunesse. Deux années plus tard, 3000 jeunes partent à Toronto au Canada. 800 000 personnes sont présentes pour la cérémonie de clôture. Le Pape supplie la jeunesse de participer à la construction de l’avenir de l’humanité, et il ajoute : “ dans l’imposante cathédrale de Cologne sont vénérés les Rois Mages, les Sages de l’Orient qui ont suivi l’Etoile qui les a menés vers le Christ. Votre pèlerinage vers Cologne commence aujourd’hui. Le Christ vous attend là bas pour le XXième Journée Mondiale de la Jeunesse. ”

Le chemin des Journées Mondiales de la Jeunesse en Allemagne vient de commencer. Le jour des Rameaux 2003, les jeunes Canadiens ont remis aux Allemands sur la Place Saint-Pierre à Rome la Croix des Journées Mondiales de la Jeunesse. La Croix est arrivée de Sarajevo à Berlin le dimanche des Rameaux 2004 après avoir traversé 26 pays européens. C’est de là qu’elle a commencé son ‘pèlerinage de la réconciliation’ à travers l’Allemagne et elle sera attendue le 16 août 2005 à Cologne pour l’ouverture des XXième Journée Mondiale de la Jeunesse. C’est aux Journées Mondiales de la Jeunesse de Cologne que sera faite une rétrospective de l’histoire réussie entre le Pape et la jeunesse du monde.

Auteur : Matthias Kopp
 
   Les voyages forment la jeunesse, a dit un sage, mais ils déforment les chapeaux.
Ecrivain et humoriste français  [ Alphonse Allais ]

La jeunesse, c'est ce qu'il y a de plus difficile à traverser.
 [ Mia Riddez et Louis Morisset ]

Il vaut mieux gâcher sa jeunesse que de n'en rien faire du tout.
Ecrivain français  [ Georges Courteline ]

 Calvitie : toujours précoce - et causée par des excès de jeunesse ou la conception de grandes pensées.
Ecrivain français  [ Gustave Flaubert ]

La jeunesse a cela de beau qu'elle peut admirer sans comprendre.
Ecrivain français (Nobel de littérature 1921)  [ Anatole France ]

"À méditer..."
A tous ceux et celles qui se pensent encore être JEUNES, eh, bien non !! Fini tout ça, ouvrez les yeux.Beaucoup d'étudiants qui vont rentrer cette année à l'université sont nés en 1984.
Ils n'ont jamais chanté : " We are the world, we are the children..." ou Sunday bloody Sunday ".
Ils sont trop jeunes pour se souvenir de l'explosion du Challenger.
Pour eux, le Sida existe depuis toujours. Ils n'ont jamais joué avec la console Atari ou au Commodore 64, ils ne connaissent même pas PAC-MAN ou WONDERBOY ! Le CD est apparu quand ils avaient à peine un an... ils n'ont jamais eu de 45 tours de Chantal Goya ou de mange-disques.
Beaucoup ignorent comment étaient fichus les anciens téléviseurs, ils ne peuvent même pas s'expliquer comment on faisait avant sans télécommande.
Ils croient que téléphone " avec fil ", c'est de la science-fiction. Pour eux les patins à roulettes ont toujours eu les roues alignées.
Il se peut qu'ils n'aient jamais regardé "1, rue Sésame", "Goldorak", "StarTrek ", " Heidi " ou " Maya l'abeille". Ils ne connaissent même pas Dorothée.
Ils ne pensent jamais aux " Dents de la mer " lorsqu'ils se baignent et Michael Jackson a toujours été blanc.
Ils croient que les " Charlie's Angels " et " Mission Impossible " sont des films sortis l'année dernière...Dis-toi que ces gens-là vont rentrer à l'université cette année...Ce sont eux les jeunes maintenant !!!
 
Voici quelques symptômes de ton vieillissement :
1. Tu comprends le texte ci-dessus et tu souris en te disant, bon dieu...
2. Tu fais du sport et tu racontes à tout le monde, très fier, que tu en fais.
3. Tu as des " remèdes " dans ta table de chevet.
4. Les enfants avec qui tu avais jusqu'à il y a peu de temps une certaine complicité, te disent maintenant Monsieur ou Madame et pire encore, te vouvoient !
5. Tu as besoin de bien plus qu'une matinée pour te remettre d'une nuit blanche.
6. T'es obligé de ranger toi-même ton linge.
7. Tes amis se marient sans en avoir forcément besoin.
8. Les MAC DO te dérangent l'estomac.
9. Tu vas à la plage et tu peux passer la journée sans t'être baigné.
10. Tu écoutes de la musique pour te relaxer et pas l'inverse.
11. Pour faire du sport tu t'achètes des vêtements qui "cachent" et non pas qui montrent.
12. Tu sais très bien ce que tu veux, ou plutôt tu fais ce que tu peux...
13. Après avoir lu cet e-mail, tu décides de l'envoyer à un ami(e) en te disant qu'il va aimer.Allez, fais-le maintenant et bonne journée ! Roulez jeunesse !!!  


Année Dates Lieu Assistance Thème
1984 15 avril Cité du Vatican Vatican 300 000 Année jubilaire de la rédemption
1985 31 mars Cité du Vatican Vatican 300 000 Année internationale de la jeunesse
1987 11-12 avril Buenos Aires,  Argentine 1 000 000 Nous avons reconnu l'amour que Dieu a pour nous et nous y avons cru (Jean 4,16)
1989 15-20 août Saint-Jacques-de-Compostelle,  Espagne 500 000 Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie (Jean 14,6)
1991 10-15 août Częstochowa,  Pologne 1 600 000 Vous avez reçu un esprit de fils (Rm 8,15)
1993 10-15 août Denver,  États-Unis 500 000 Moi, je suis venu pour qu'ils aient la vie et qu'ils l'aient en abondance (Jean 10,10)
1995 10-15 janvier Manille,  Philippines 5 000 000 Comme le Père m'a envoyé, moi aussi je vous envoie (Jean 20,21)
1997 19-24 août Paris,  France 1 200 000 Maître, où demeures-tu ? - Venez et voyez (Jean 1,38-39)
2000 15-20 août Rome,  Italie 3 000 000 Le Verbe s'est fait chair et il a habité parmi nous (Jean 1,14)
2002 23-28 juillet Toronto,  Canada 800 000 Vous êtes le sel de la terre… Vous êtes la lumière du monde (Matthieu 5,13-14)
2005 16-21 août Cologne, Allemagne 1 000 000 Nous sommes venus l'adorer (Matthieu 2,2)
2008 15-20 juillet Sydney,  Australie 500 000 Vous allez recevoir une force, celle de l'Esprit Saint qui descendra sur vous. Vous serez alors mes témoins (Actes 1 verset 8)
2011
16-21 aout
Madrid en Espagne
2 000 000
Enracinés et fondés en Christ, affermis dans la foi (cf. Colossiens 2:7)
2013
23-28 juil
Rio de Janeiro,  Brésil (Annonce officielle du Pape à Madrid) 3 700 000
Allez ! De toutes les nations, faites des disciples (Matthieu 28, 19)
2016
26-29 juil.
Cracovie en Pologne 3,000.000
Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde. (Matthieu 5

2019

Panama Panama

XXXIVe JMJ




Voir réflexion, prières et statistiques:


Retour Index:
Août  // Accueil

Hit-Parade

annuaire