"L'ANIMAL DU MOIS"
DE SEPTEMBRE


"DICTON"
- La croix de saint-André : appelée aussi croix de Palestine, c'est une croix de couleur foncée qui décore le garrot de l'âne. On raconte que c'est le signe des ânes venant de Palestine, et de nombreuses légendes courent sur cette marque.
Si l'humain s'identifie à travers l'animal, c'est la preuve incontestable de son éternel état d'esprit contradictoire, et à mon avis, c'est la consécration de l'équilibre et de la réflexion de l'âne.
- Le garrot : on parle de "hauteur au garrot" pour un âne. Le garrot est la partie du dos qui se trouve à l'aplomb des pattes avant.
- zébrures : quelques races possèdent d'étranges rayures sur les pattes, dont la présence accentue quelquefois la beauté du standard.

Alors pourquoi tête de mule ? Tout simplement parce que son père c'est l'âne. On n'a jamais dit "têtu comme un cheval" ni "têtu comme un bardot" (nb : bardot = hybride du cheval et de l'ânesse). Chez les hybrides, en général, les traits de caractère dominants du comportement viennent du père.
"Têtu comme un âne" correspond tout simplement à un certain temps de réflexion que prend l'animal avant d'agir. Ce qui n'est pas admis par tout le monde, et surtout pas par celui qui ne prend pas le temps d'étudier le comportement de l'âne. Toujours pressé d'aller nulle part, c'est la maladie de cette fin de siècle...
L'âne est le seul animal autant décrié et paradoxalement le seul à porter en abondance des prénoms humains. C'est l'égérie de l'humanité à travers les Dicton:
Si la mère de la mule était sélectionnée principalement chez les juments de trait, c'était tout simplement pour obtenir des mules de forte corpulence avec les qualités de l'âne, à savoir : la force, la résistance, l'équilibre, la sûreté du pas, la sobriété, la frugalité, la maîtrise, l'intuition.


L'ANE:
Tout comme pour les chiens, les chevaux ou les chats, il existe chez les ânes des races bien déterminées, fruit de centaines de siècles d'adaptation à certains terroirs.
Bien évidemment, les ânes, dont on sait qu'ils sont portés sur la chose (...), ont transgressé depuis longtemps les frontières de races, et cette joyeuse pagaille amoureuse a produit de jolis bâtards aux couleurs surprenantes...
Si l'humain s'identifie à travers l'animal, c'est la preuve incontestable de son éternel état d'esprit contradictoire, et à mon avis, c'est la consécration de l'équilibre et de la réflexion de l'âne.

Lorsqu'un âne tombe en amour avec une jument, et lui rend hommage (...), la jument met au monde un peu plus tard un animal hybride, qu'on appelle mulet s'il est de sexe masculin, et mule s'il est de sexe féminin. Cet animal est stérile et ne peut donc se reproduire.
Le mulet possède d'énormes qualités, puisqu'il va cumuler, voire améliorer les qualités respectives de ses deux géniteurs. De l'âne il va prendre la robustesse, la rusticité et le calme. Du cheval il va prendre la force et la taille.
Son cri se rapproche plus du braiement que du hennissement.
C'est pourquoi la production de mules et mulets était autrefois, tout du moins jusqu'à la Première Guerre Mondiale, très importante en certaines régions, notamment les zones montagneuses et le bassin Poitevin.
Aujourd'hui, les mulets sont particulièrement appréciés en attelage.

Un âne peut porter des charges extrêmement lourdes, sur de très longues distances, et sans qu'il en souffre aucunement. On a écrit des kilomètres de stupidités sur le nombre maximum de kilos qu'un âne peut porter. Certes, autrefois, des abus ont eu lieu, et beaucoup de pauvres bêtes, écrasées sous le fardeau, ont vécu des existences d'esclaves. Aujourd'hui encore, en certains pays, on voit de pauvres bourris peiner sous le poids d'un homme et de multiples paquets.
Certains en ont conclu qu'il fallait désormais, pour expier cette cruauté passée, traiter nos modernes ânes comme des toutous de salon... Or un animal aime travailler. Mais un âne est comme un chat, c'est un animal indépendant : il ne travaille pas par contrainte, mais par amour de son maître.


Âne des Pyrenées

L'origine géographique:
de l'âne est discutée. On distingue cependant les ânes de Somalie et ceux de Nubie, ou les ânes d'Europe, d'Afrique et d'Asie (kiang)...  
Généralement considéré comme un animal rustique, l'âne présente cependant quelques fragilités et spécificités...
Les ânes sont très actifs sexuellement. Un mâle entier a besoin de plusieurs ânesses, plutôt 4 que 2 seulement.
Les ânesses se laissent saillir même gestantes...
Ce hybride génial est en fait le summum de la civilisatipi du cheval et ses détracteurs ne sont jamais que ceu qui ne le connaissent pas.
II est issu, comme il se doit ,d’un baude c’est à dire d’un étalon âne et d’une jument dit mulassière quand elle est vouée à cette production La mule qui n’est autre que la femelle du mulet n sera jamais distraite de sa fonction ouvrière car sonétat hybride la rend inféconde bien qu’elle son normalement cyclée . Le mule quant à lui , normalement dot d’attributs sexuels , necessïté d’être castré car, bien que stérile ,il n’en est pas moins tourmente d’un puissant instinct génétique.
D’une santé à tout épreuve , d’une longévité quadouble de celle du cheval , le mulet à poids égal, se contente de 70 % de la ration d’un cheval en fournissant 30 % de travail et plus.


Caractéristiques:
 Le poids varie selon les individus et la race, de 80 kg pour un âne nain
à 480 kg pour un baudet du Poitou,
 La hauteur du garrot va de 0,80 m à 1,60 m en moyenne,
 Le corps allongé mesure de 0,9 m à 1,60 m ; il se distingue par son poitrail assez comprimé, plus épais et de forme à peu prés cylindrique vers la partie postérieure,
 Le dos est légèrement en oblique depuis le garrot, plus ou moins proéminent, jusqu'au rein, qui est droit et légèrement déprimé. La colonne vertébrale plus courte que celle du cheval, est constituée de vertèbres dorsales très développées, c'est pourquoi les ânes ont le dos saillant et fort,
 La queue, plantée haut, est pendante, assez longue et garnie de crins à son extrémité,
 La tête est allongée, le museau blanc, le bout du nez noir et l'œil en amande,
 La voix : l'âne brait et le cheval hennit,
 Les oreilles pointues, plantées haut, sont écartées à la base avec un pavillon dirigé vers l'avant ; extrêmement mobiles, elles mesurent en général
la moitié de la longueur de la tête,
 Leurs membres, comme chez tous les équidés, sont longs,
bien détachés du tronc et faits pour la marche,
 Le pied de l'âne est plus droit que celui du cheval.
Il ne faut pas oublier cette particularité morphologique lors du parage.



 


 

RETOUR INDEX:
Animaux   // Accueil

Vous voulez envoyer cette page à un ami(e)?
cliquez ici:






 
 

Votez pour ce site au Weborama